• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les taureaux en arène ? Les lois européennes en tractations avec le Brexit (...)

Les taureaux en arène ? Les lois européennes en tractations avec le Brexit ? Carles Puigdemont sous mandat d’arrêt !

La politique de l’Europe et autres sont un art qui à priori manipule les électeurs ?

Une et indépendante aucune République ne peut user de violences ?

Peut-on mettre la liberté, comme le droit d'expression en prison ?

Depuis la mort de Franco l’Espagne n’a jamais connu une telle division. Ceux qui ont vécu sur place, ou passé des vacances, ne peuvent que constater les emblèmes de conflits presque en forme de fratricide. Mais lesquels ? - Simplement savoir qui est le taureau et le matador- Aux couleurs sang et or ! Y compris un référendum ne trouve pas en l’instant les réponses à ce qui se profile à l’horizon. A peine 1% des sondages font divergences entre les deux camps.

Carles Puigdemont parle depuis Bruxelles. Autant pour sa sécurité que pour l’ensemble de ceux qui l’ont suivi ! Depuis le début de la crise : le leader indépendantiste semble improviser. Les menaces de la capitale Espagnole Madrid, d’où ses explications depuis la Belgique ? Durant 24 heures, les bruits les plus fous ont couru, pour savoir où il se trouvait. Il se trouve ce lundi à Bruxelles. Après la « bronca » que se passe-t-il ?

La juge espagnole en charge du dossier des indépendantistes catalans émettra un mandat d'arrêt européen à l'encontre du président catalan destitué Carles Puigdemont, ce vendredi. Contrairement aux indications de son avocat belge, la juge d'instruction Carmen Lamela, de l'Audience Nationale, n'avait toujours pas émis ce mandat d'arrêt jeudi à minuit et « elle le fera durant la journée de vendredi », a déclaré cette source. Depuis Bruxelles, l'avocat de Carles Puigdemont, Me Paul Bekaert, avait effectivement déclaré jeudi dans la soirée à la télévision flamande VRT : « Mon client vient de me dire que (le mandat d'arrêt) a été émis à l'encontre du président et de quatre ministres qui se trouvent en Belgique ».

La volonté de l’indépendance de la Catalogne en Europe est loin, d’être unique. Majorité ou pas ? Dans la mesure où un suffrage européen aurait lieu, nombreux sont ceux qui seraient surpris du nombre de pays désireux de ne plus appartenir à l’Europe,

Brexit ?- Magouillages ? Ou Awacs ? 

Fonds étrangers

Les négociations entre Londres et Bruxelles sont toujours dans l'impasse, un système de financement occulte de la campagne en faveur du Brexit a été mis au jour. Breitbart et Banks démentent les faits qui leur sont reprochés. La législation électorale britannique interdit le financement de campagnes électorales par des fonds étrangers. Or, Breitbart est une entité américaine. Quant aux zones off shore que sont Man, les îles Vierges et Gibraltar, où sont immatriculées la plupart des sociétés de Banks, elles sont totalement autonomes du gouvernement de Londres en matière financière. Ces territoires ne dépendent pas de la Banque d'Angleterre en matière de contrôle des flux d'argent. Ex-colonie britannique, Belize est un État indépendant. C'est pourquoi Bradshaw a demandé à la Première ministre, Theresa May, l'ouverture d'une enquête officielle sur les allégations visant les « parrains » de l'Ukip. Lien – La Catalogne a eu vents de ces bruits forts et pleins de soupçons ?

Il est peu probable que Mme May accepte les recommandations du parlementaire travailliste. En effet, les plus ultras des députés conservateurs voient derrière ces révélations, une nouvelle preuve du refus du camp du maintien dans l'UE de reconnaître le verdict populaire. Par ailleurs, après les élections ratées du 8 juin 2017, la survie du gouvernement conservateur dépend du soutien des députés protestants nord-irlandais. Quant aux paradis fiscaux de la Couronne, ils devraient jouer un rôle important à l'issue du Brexit pour compenser le transfert d'activités financières de la City à Francfort, Paris, Luxembourg ou Dublin.

Identique pour les signataires du Traité de Rome de 1957 ce Traité fait référence à cinq Traités en plus de celui de 2005 rejeté par les français par référendum.

Carles Puigdemont a quitté l’Espagne via la Belgique. Une forme d’exil ? Nous allons le savoir en moins de temps que Bruxelles ne froisse Madrid ? Tout un chacun s’attendait à diverses solutions, mais pas à une telle sortie ? Avec cinq de ses onze ministres ils recherchent-ils une forme d’asile ?

Ils se trouvent à Bruxelles. Le quotidien catalan La Vanguardia affirme pour sa part qu'il était accompagné d'autres membres de l'exécutif catalan. Les attitudes autant d’un côté que de l’autre ressemble à s’y méprendre, à une mascarade.

Démonstrations que l’Europe a bien plus de pouvoirs que les nations au sein même de leurs propres lois ? Des cris ont jailli d’une foule massée devant le siège du gouvernement Catalan « Generalitat » ce dernier ayant été dissous depuis le vendredi 27 octobre par l'État central.

La résistance passive d’une partie du peuple catalan face à l'oppresseur madrilène. Faisait écho au silence d’une ignorance où semble-t-il la force l’emportait sur le dialogue ?

La réponse, tombe telle une douche plus que glacée. L’ensemble ou presque du Mouvement Républicain ressentait ces faits pires qu’une trahison ? 

Carles Puigdemont, avait regagné la Belgique.- Avec 5 des 11 ministres de son gouvernement déchu. - Suivant son parcours, le constat s’imposait ?

Le président de l'exécutif Catalan quitte Barcelone puis gagne Marseille. De la France, ils prennent la direction via Bruxelles. Carles Puigdemont, selon lui pour calmer les esprits avait posté sur Twitter une photo de la Generalitat qui laisse à penser qu'il était, à ce moment dans son bureau. Les heures s’égrènent, le temps passe, son conseiller – l'équivalent d'un ministre – du territoire, Josep Rull, confirme l'avoir rencontré à Barcelone en fin de matinée.

Les risques réels jusqu'à 30 ans de prison

Sur ordres de Madrid qui se doutant ou pas d’une pantalonnade ? La capitale fait parvenir des consignes strictes ! Les minutes s’écoulent : les Mossos d'Esquadra de la police Catalane investissaient le bureau de son conseiller, lui donnant un quart d'heure pour prendre ses affaires personnelles puis de quitter le palais du gouvernement.

Le départ prémédité de Puigdemont intervenu quelques heures sur présentation d'une plainte pour « sédition, malversation et prévarication » contre les membres du gouvernement Catalan qui ont proclamé l'indépendance. Ces derniers risquent des peines pouvant aller jusqu'à 30 ans de prison.

Le soutien des nationalistes flamands

Les indépendantistes prennent ces menaces au sérieux. Les parlementaires qui ont voté vendredi en faveur de l'indépendance l'avaient fait à bulletin secret, non par vote électronique- deux des leurs avaient voté « non » pour empêcher l'identification des partisans du « oui ». Le bras de Madrid est implacable. Deux leaders indépendantistes, Jordi Sanchez et Jordi Cuixart, sont arrêtés pour avoir organisé des manifestations contre l'ordre judiciaire. Ils sont, pour les indépendantistes, les premiers prisonniers politiques de la République Catalane.

En Belgique, Carles Puigdemont et ses cinq ministres pourraient demander l'asile politique ? Le ministre de l'Immigration Theo Francken déclare : que son pays serait prêt à accueillir l'exécutif Catalan dissous « au regard de la situation en Catalogne ».

Theo Francken appartient au parti nationaliste flamand clairement à droite.

Ce parrainage ne manquerait pas de créer des remous supplémentaires au sein de la coalition indépendantiste ou la gauche et l'extrême gauche occupent une place prépondérante.

Carles Puigdemont président destitué de la Catalogne "Si on était resté là-bas avec une attitude de résistance, il y aurait eu beaucoup de violences" Il affirme que son départ pour la Belgique témoigne d'une volonté de "détente" de sa part. "On est ici à la recherche de garanties que nous n'avons pas en Catalogne et aucune protection sur nos en Espagne."

Il se montre flou sur la date de son retour en Catalogne. Il fait état de "menaces" dénonce "un désir non pas de justice mais de vengeance" de la part de l'Espagne. "Je ne suis pas ici pour demander un asile politique", annonce-t-il !

Sa conférence de presse : première étape, et la complète en trois langues !

Sources : Diverses internationales - France Info - Le Panda- Le Point-

Contexte que l’Europe a bien des difficultés à maitriser. L’Union Européenne passe outre sans parler des problèmes qui sont à venir. Il semble indéniable que la solution ne se trouvera pas par la violence les heurts des forces de l’ordre. Laissant ainsi le pouvoir à la capitale.

Les cloches qui sonnent avant l’arrivée du défunt- tintent-elles une certaine fin de l’Europe à plus ou moins courts termes ?- Qui en l’instant peut ou pas l’affirmer ?

Nous n’en serions pas à ce stade dans la mesure où la décision des urnes soit appliquée - Puis nous saurions qui est qui ?- Alors qu’en l’instant nous sommes dans un flou artistique, à la merci d’une mondialisation entre les mains de lobbies financiers.

Le social et tous les acquis sont pratiquement oubliés !

A suivre

Le Panda

Patrick Juan

 

Documents joints à cet article

Les taureaux en arène ? Les lois européennes en tractations avec le Brexit ? Carles Puigdemont sous mandat d'arrêt !

Moyenne des avis sur cet article :  1.52/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

91 réactions à cet article    


  • Le Panda Le Panda 3 novembre 18:18

    Bonsoir
    Le parquet espagnol a demandé l’émission d’un mandat d’arrêt européen contre le président catalan destitué Carles Puigdemont et quatre de ses « ministres », après leur refus de comparaître devant une juge d’instruction madrilène. La juge doit encore décider si elle accepte de délivrer ce mandat qui s’adresserait aux autorités belges, puisque les cinq « se trouvent ou tout au moins se sont rendus en Belgique ». Un juge belge devrait dans ce cas examiner la demande espagnole, dans un délai maximum de 60 jours.
    Huit membres du gouvernement catalan destitué ont été placés en détention provisoire à Madrid, jeudi 2 novembre. Ils font l’objet d’une enquête pour rébellion, alors que leur chef Carles Puigdemont dénonce depuis Bruxelles un « procès politique ». Le parquet les accuse d’avoir encouragé « un mouvement d’insurrection active » au sein de la population catalane pour parvenir à la sécession, en ignorant toutes les décisions de justice, y compris l’interdiction d’organiser un référendum d’autodétermination, le 1er octobre.
     
    Bien à vous
     


    • McGurk McGurk 3 novembre 19:51

      @Le Panda

      Vivement qu’ils soient enfin à leur place. En prison !


    • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:03

      @McGurk
      Bonsoir,

      Vivement qu’ils soient enfin à leur place. En prison !

      Il est indéniable que je vous répondrai plus bas à la suite de votre second commentaire merci


    • jaja jaja 3 novembre 19:15

      Ce soir encore les Catalans se rassemblent dans toutes les villes de Catalogne avant la grande manifestation de dimanche à Barcelone...
      En attendant les principaux journaux catalans publient un communiqué commun exigeant la libération des membres du gouvernement légitime catalan...

      « Avec le gouvernement légitime de la Catalogne »
      El Nacional
      Barcelone, Jeudi 2 novembre 2017

      Le gouvernement de la Catalogne entre aujourd’hui en prison dans le cadre d’un processus judiciaire dans lequel ils sont accusés de rébellion à la suite de la proclamation de la République catalane. C’est un événement dévastateur qui nous rappelle d’autres moments dramatiques de notre histoire. En plus de l’emprisonnement préventif du vice-président, de sept ministres et d’un ancien ministre, le reste du gouvernement catalan et le Président Carles Puigdemont sont en Belgique, en attente d’un mandat d’arrêt international.

      Pour compléter le tableau, la semaine prochaine, le Président du Parlement de Catalogne et cinq Députés devront également comparaître devant le tribunal face à des accusations similaires. Les principales autorités du pays et les dirigeants des deux grandes organisations civiles ont été la cible de mesures répressives qui ouvrent des perspectives inquiétantes.

      Pour le bien de la démocratie et de la paix, les membres du gouvernement légitime de Catalogne doivent être libérés et, avec ceux qui sont en exil, doivent pouvoir reprendre leur rôle. Le fonctionnement souverain du Parlement de Catalogne doit revenir à la normale. Les procédures ouvertes contre des centaines de Maires, de fonctionnaires et d’autres citoyens doivent être abandonnées. Et les épisodes de violence contre la population civile comme ceux du 1er octobre lors du référendum ne doivent pas être répétés.

      Les institutions internationales doivent accepter que la Catalogne est une Nation, que ce n’est pas une fabrication artificielle et qu’il faut répondre à ses demandes légitimes d’un processus démocratique pour résoudre son conflit avec l’État espagnol. La Nation catalane ne sera pas réduite au silence par des mesures répressives. Il est nécessaire que tous les droits démocratiques et nationaux soient respectés dans le cadre de la civilité et de la tolérance.

      Nous publions ce communiqué en même temps que nos collègues des médias suivants :

      El Nacional
      El Punt Avui
      Ara
      Nació Digital
      Vilaweb
      Directe
      El Temps
      Racó Català
      El Vallenc
      Nova Conca
      Revista Esguard
      L’Opció
      Sàpiens
      Descobrir
      El Món
      Tot Sant Cugat
      Tot Cerdanyola
      Tot Rubí
      El Món Terrassa
      Revista Mirall

      http://www.elnacional.cat/en/news/joint-article-legitimate-government-catalonia_208659_102.html


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:17

        @jaja
        Bonsoir jaja

        Ce soir encore les Catalans se rassemblent dans toutes les villes de Catalogne avant la grande manifestation de dimanche à Barcelone...En attendant les principaux journaux catalans publient un communiqué commun exigeant la libération des membres du gouvernement légitime catalan...« Avec le gouvernement légitime de la Catalogne » El Nacional
        Barcelone, Jeudi 2 novembre 2017Le gouvernement de la Catalogne entre aujourd’hui en prison dans le cadre d’un processus judiciaire dans lequel ils sont accusés de rébellion à la suite de la proclamation de la République catalane. C’est un événement dévastateur qui nous rappelle d’autres moments dramatiques de notre histoire. En plus de l’emprisonnement préventif du vice-président, de sept ministres et d’un ancien ministre, le reste du gouvernement catalan et le Président Carles Puigdemont sont en Belgique, en attente d’un mandat d’arrêt international.

        Je vais répondre en diverses étapes vu la traduction anglaise de la publication catalane. La 1ere est que le mandat n’est pas international mais européen. Cela prend toute sa signification. Puis il semble normal que la presse catalane qui vit des revenus de la catalogne prenne faits et causes pour Carles Puigdemont. Ce qui vous citez plus haut au départ de votre commentaire je vous remercie de votre lien et je vais y revenir ne pas perdre de vue que le président déchu par Madrid avait comme tout premier métier celui de « journaliste » Puis il poursuit cette fonction et son objectif allez bien plus loin pour le droit à la « liberté d’expression » sous la pression de personne, mais cela est autres choses.


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:24

        @jaja
        Pour compléter le tableau, la semaine prochaine, le Président du Parlement de Catalogne et cinq Députés devront également comparaître devant le tribunal face à des accusations similaires. Les principales autorités du pays et les dirigeants des deux grandes organisations civiles ont été la cible de mesures répressives qui ouvrent des perspectives inquiétantes.

        Le président déchu ne se présentera pas, il vient de le déclarer à la RTBF en Belgique. Ilo ne refuse pas de comparaitre devant un tribunal mais pas sous la menace d’un jugement selon « lui » rendu à l’avance tout du moins pour la sanction qui peut emmener alors qu’aucun jugement n’a été rendu tous ceux qui sont resté en Espagne « Catalogne » se sont rendu à Madrid et se sont trouvé incarcéré séance tenante. En dehors de l’un d’eux qui avait démissionné avant que ne soit déclaré l’indépendance de la Catalogne. A présent il serait utile de regarder le contexte de plus proche.  


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:29

        @jaja
        Pour le bien de la démocratie et de la paix, les membres du gouvernement légitime de Catalogne doivent être libérés et, avec ceux qui sont en exil, doivent pouvoir reprendre leur rôle. Le fonctionnement souverain du Parlement de Catalogne doit revenir à la normale. Les procédures ouvertes contre des centaines de Maires, de fonctionnaires et d’autres citoyens doivent être abandonnées. Et les épisodes de violence contre la population civile comme ceux du 1er octobre lors du référendum ne doivent pas être répétés.

        Les violences policières sont indéniables, mais prendre à nouveau le « pouvoir » sans que l’ensemble du peuple se soit prononcé cela semble tout ce qu’il y a de plus anti démocratique. Le gouvernement central de Madrid a décidé de mener des élections le 21 à venir. Il est indispensable que partant de là la parole soit donné à la « majorité » des exprimés et par voix de conséquences aux majorités sortants des urnes et non par la volonté de la force armée.


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:39

        @jaja
        Les institutions internationales doivent accepter que la Catalogne est une Nation, que ce n’est pas une fabrication artificielle et qu’il faut répondre à ses demandes légitimes d’un processus démocratique pour résoudre son conflit avec l’État espagnol. La Nation catalane ne sera pas réduite au silence par des mesures répressives. Il est nécessaire que tous les droits démocratiques et nationaux soient respectés dans le cadre de la civilité et de la tolérance.

        Les institutions internationales ne peuvent en l’état prendre ce type de position. La Catalogne pour le moment n’est nullement un nation au plein sens terme. L’U.E. leur ferme les portes à juste titre. Mais il existe diverses formes de recours qui ne seront surement pas négligés par les défenseurs « avocats » des 5 personnes se trouvant en l’instant en Belgique. Par ailleurs ne perdons de vue que Bruxelles capitale des 27 nations de l’U.E. ne peut aller plus de 60 jours à l’encontre de la demande d’extradition de Carles Puigdemond. Car dans ce cas cela ferait basculer immédiatement les institutions européennes et je vous dis pas le cours des bourses européennes et internationales. Je vais tenter de trouver le lien en français afin de faciliter la lecture à tous les intervenants. Quoi qu’il en soit défondons distinctement nos convictions sans sombrer dans les amalgames d’injures inutiles totalement à mon avis. Toutefois jaja merci beaucoup de cette ouverture mais gardons force pa la raison


      • Fergus Fergus 3 novembre 20:53

        Bonsoir, Le Panda

        L’Union Européenne ne bougera pas, c’est en Espagne que le problème devra être réglé. Et pour cela, un seul moyen : les élections du 21 décembre auxquelles les partis indépendantistes ont accepté de participer, ce qui revient à dire qu’ils accepteront le verdict des urnes.

        Ce scrutin se déroulera évidemment sur fond de revendication d’indépendance, et il est probable que la participation sera très forte eu égard aux enjeux.

        Dès lors, de deux choses l’une : soit les indépendantistes sont mis en minorité et c’en est fini de la « République catalane » autoproclamée par le parlement de la Generalitat ; soit les indépendantistes gagnent ces élections et le gouvernement espagnol est de facto obligé d’en tenir compte en organisant dans les mois qui suivent un référendum d’auto-détermination.

        J’ajoute que si rien ne se passe dans le 2e cas malgré une volonté populaire exprimée cette fois sans ambiguïté par le peuple catalan, il faudra s’attendre à de graves incidents.


      • jaja jaja 3 novembre 21:02

        @Fergus

        Après les emprisonnements des ministres du gouvernement catalan et les menaces d’interdiction qui pèsent sur les partis indépendantistes on voit mal comment les élections, encore possibles il y a quelques jours, seraient aujourd’hui envisageables...

        Rajoy vient d’émettre un mandat d’arrêt européen à l’encontre du Président de la Catalogne et des quatre ministres réfugiés à Bruxelles...

        Dans ces conditions il est possible qu’on se dirige plutôt vers un boycott actif des élections qui ne présenteront pas une garantie suffisante d’honnêteté, contrôlées par la Garde civile, et qui ne pourront se faire avec des opposants interdits et/ou en prison...


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 21:14

        @Fergus
        Bonsoir Fergus

        L’Union Européenne ne bougera pas, c’est en Espagne que le problème devra être réglé. Et pour cela, un seul moyen : les élections du 21 décembre auxquelles les partis indépendantistes ont accepté de participer, ce qui revient à dire qu’ils accepteront le verdict des urnes.

        C’est une évidence qui personne me semble ne peut contester, je l’ai indiqué plus haut dans une autre réponse dans le 21 à venir il me semble que la situation sera bien plus difficile que le verdict des urnes. Il ne faut pas oublier que l’Espagne fait partie de l’U.E. c’est une certitude, mais que c’est tout de même Franco en personne de son vivant et toujours au pouvoir qui a désigné son successeur et cela bien des espagnols, comme les basques ne l’oublieront jamais.


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 21:22

        @Fergus

        Ce scrutin se déroulera évidemment sur fond de revendication d’indépendance, et il est probable que la participation sera très forte eu égard aux enjeux. Dès lors, de deux choses l’une : soit les indépendantistes sont mis en minorité et c’en est fini de la « République catalane » autoproclamée par le parlement de la Generalitat ; soit les indépendantistes gagnent ces élections et le gouvernement espagnol est de facto obligé d’en tenir compte en organisant dans les mois qui suivent un référendum d’auto-détermination.

        Oui une bonne partie de ce que tu indiques est vrai et je le partage, mais il faut prendre garde, pour que les choses se calment à mon modeste avis il faudrait que les banques et les plus grosses lobbies ayant quitté la région catalane reviennent avant le 21 décembre dans le cas contraire, la « République Catalane » rentrera dans une forme de maquis qui risquerait d’être aussi dangereux que durant les années de 1936 à 1939. Les puissances financières de l’Espagne à ne pas perdre de vue se trouvent dans ses régions ou plus exactement « provinces » Il me semble à regrets en gardant une position objective que le délai fixé pour un référendum d’auto-détermination ne conviendra à aucune des parties plus qu’antagonistes Cdt


      • Le Panda Le Panda 3 novembre 21:31

        @Fergus
        J’ajoute que si rien ne se passe dans le 2e cas malgré une volonté populaire exprimée cette fois sans ambiguïté par le peuple catalan, il faudra s’attendre à de graves incidents.

        Il me semble comme je viens de le dire à diverses reprises que nous nous dirigeons vers un conflit plus qu’important mais qui à mon sens ne touchera pas uniquement que l’Espagne, mais merci pour ceux qui le veulent bien d’ouvrir le lien, où figurent le nombre de pays qui refusent catégoriquement de continuer à appartenir à une Europe aux ordres de la finance uniquement et comme je l’écris à la fin de l’article. L’ensemble des acquits sociaux sont voués à un échec total. Car ne perdons surtout pas de vue, que ce que le gouvernement de la France laisse penser comme une progression ressemble à s’y méprendre à un terrible recul social qui nous ramènerait à l’époque de Germinal. Cdt 


      • Lugsama Lugsama 4 novembre 10:16

        @jaja

        Non on ne se dirige pas vers un boycot des élections, les indépendantistes ont déjà acté leurs défaites sur ce point, ils n’ont pas plus les moyens de s’y opposer que de devenir indépendants.

        De toute façon en Espagne l’attitude de Puigduemont passe pour totalement grotesque et on le voit déjà dans les sondages ou son parti dégringole. Le voir demander la libération de ses anciens conseillers depuis l’étranger fait rire tout le monde ici, l’Espagne est un Etat de droit, la Justice y est indépendante et donc personne n’a le pouvoir de faire libéré qui que ce soit en dehors des juges.. Comme vous le dirons les espagnoles, ils peuvent faire une demande de grâce, il éxiste une procédure dans le droit espagnol, encore faut-il être comdamné..

      • Jean 4 novembre 20:23

        @Fergus
        Bonsoir Fregus, vous dites ; « L’Union Européenne ne bougera pas » si bien sûr, Bxlva arrêter l’impétrant en lui tirant l’oreille....


      • McGurk McGurk 3 novembre 19:50

        * "Il semble indéniable que la solution ne se trouvera pas par la violence les heurts des forces de l’ordre. Laissant ainsi le pouvoir à la capitale.

        Les cloches qui sonnent avant l’arrivée du défunt- tintent-elles une certaine fin de l’Europe à plus ou moins courts termes ?- Qui en l’instant peut ou pas l’affirmer ?

        Nous n’en serions pas à ce stade dans la mesure où la décision des urnes soit appliquée - Puis nous saurions qui est qui ?- Alors qu’en l’instant nous sommes dans un flou artistique, à la merci d’une mondialisation entre les mains de lobbies financiers.« 

        Cet article est vraiment bordélique, ça part vraiment dans tous les sens.

        Vu le ton employé dans les phrases, il est difficile de dire si l’auteur soutient un criminel en puissance qui a fui son pays pour se réfugier dans les bras d’autres nationalistes (qui n’hésiteront pas à faire péter leur propre baraque lorsque le temps sera venu) lorsque les choses ont tourné au vinaigre - à savoir le mandat d’arrêt à son encontre pour les délit graves qu’il a commis.

        Je crois aussi percevoir dans ces lignes quelques relents de complotisme et de non-sens, comme :

        * »La résistance passive d’une partie du peuple catalan face à l’oppresseur madrilène. Faisait écho au silence d’une ignorance où semble-t-il la force l’emportait sur le dialogue ?« 

        On croirait du Oscar Fortin qui trouve toujours un coupable en inversant les valeurs. Le bien devient le mal et inversement.

        Et puis c’est quoi cette conclusion absurde ?

        La Justice et le gouvernement qui font leur boulot et on les traite de despotes ?
        Quel rapport entre les anarchistes catalans, la fin de l’UE et le Brexit ?
        La décision des urnes alors que la plupart du temps les gens ne savent pas ce qu’ils veulent vraiment et qu’ils décident sans réfléchir aux conséquences ?
        Pour ressortir les ennemis (les méchants »lobbies« et l’ »affreuse" mondialisation) de toujours pour l’ajouter à cette conclusion qui ressemble plus à une soupe infecte qu’à un véritable raisonnement ?


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 20:56

          @McGurk
          Bonsoir,

          Cet article est vraiment bordélique, ça part vraiment dans tous les sens. Vu le ton employé dans les phrases, il est difficile de dire si l’auteur soutient un criminel en puissance qui a fui son pays pour se réfugier dans les bras d’autres nationalistes (qui n’hésiteront pas à faire péter leur propre baraque lorsque le temps sera venu) lorsque les choses ont tourné au vinaigre - à savoir le mandat d’arrêt à son encontre pour les délit graves qu’il a commis.

          Je vous demande d’avoir la correction de me parler sur le même ton que je vous réponds et de ne pas avancer des contre vérités absurdes je vous en remercie. Veuillez me faire savoir en quoi et qui vous permet de traiter l’ex président de catalogne d’assassin ou de criminel en puissance. Il me semble en restant dans la plus conforme des corrections, n’avancez pas des propos totalement à 1000% FAUX 


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 21:02

          @McGurk
          La Justice et le gouvernement qui font leur boulot et on les traite de despotes ?
          Quel rapport entre les anarchistes catalans, la fin de l’UE et le Brexit ?
          La décision des urnes alors que la plupart du temps les gens ne savent pas ce qu’ils veulent vraiment et qu’ils décident sans réfléchir aux conséquences ?
          Pour ressortir les ennemis (les méchants »lobbies« et l’ »affreuse" mondialisation) de toujours pour l’ajouter à cette conclusion qui ressemble plus à une soupe infecte qu’à un véritable raisonnement ?

          Sur quoi vous basez vous, et où avez vous trouvez dans l’article que je traite le gouvernement central de despotes ? Vous prenez vos désirs pour des réalités. Qui ne figurent que dans votre écriture. Oui la voie des urnes possèdent une valeur où même en France nous nous sommes fait imposé le Traité par Sarkozy EN 2005. Vous souhaitez débattre normalement merci de ne pas transformer mes propos, ni mes écrits. 


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 21:07

          @McGurk
          * »La résistance passive d’une partie du peuple catalan face à l’oppresseur madrilène. Faisait écho au silence d’une ignorance où semble-t-il la force l’emportait sur le dialogue ?« 

          Il y a eu à ce stade des erreurs commises de chaque côté, les forces de l’ordre n’avait pas le choix que d’obéir aux ordres venant de Madrid. Il suffit simplement de constater ce qui est arrivé au chef de la police catalane « en prison » sans autre forme de jugement comment appelez vous, cela ? Il n’y a pas eu de dialogue ni d’un côté ni de l’autre, cela est la seule évidence. A partir de ce moment la nation espagnole dans son ensemble s’est embrassé.....


        • McGurk McGurk 3 novembre 21:47

          @Le Panda

          * "La résistance passive d’une partie du peuple catalan face à l’oppresseur madrilène. Faisait écho au silence d’une ignorance où semble-t-il la force l’emportait sur le dialogue ?« 

          Je base ma »réalité« sur ce genre de phrases qui ponctuent votre article.
          Un point de vue aussi caricatural ne sert absolument pas au débat et ne représente absolument pas la situation.

          Alors forcément les Madrilènes sont des monstres et les autres des doux agneaux ? Sérieusement, vous osez tenir ce genre de propos dans un article ? C’est loin du sérieux et du sang froid qu’on aurait pu espérer...

          * »Oui la voie des urnes possèdent une valeur où même en France nous nous sommes fait imposé le Traité par Sarkozy EN 2005.« 

          Merci de ne pas mélanger la situation de deux pays qui n’ont vraiment rien à voir.

          Le gouvernement régional a un pouvoir régional. Nier la loi en déclarant la partition du territoire national (la sédition) est tout à fait illégal et sanctionné par de lourdes peines. Effectivement, cette mouvance politique a accepté de facto en entrant en fonction et au parlement...les lois espagnoles. Précisions tout de même que cette région est partie intégrante de l’Espagne et que les habitants sont aussi espagnols qu’ils sont catalans.

          Ce parti a probablement cru que les autorités espagnoles allaient envoyer l’armée pour créer le chaos et de fait la séparation de cette région du reste du pays mais, bien au contraire, le gouvernement central a parfaitement appliqué et les lois et usé de beaucoup de sang froid (je trouve qu’ils ont été beaucoup trop conciliants) avant d’exiger l’arrestation des membres du gouvernement régional qui a fait une déclaration unilatérale d’indépendance.

          Mieux : perdant pied, les leaders ont eu la lâcheté de fuir pour se réfugier dans un autre pays chez d’autres extrémistes - qui ont d’ailleurs foutu la merde pendant plus d’un an en empêchant la constitution d’un gouvernement -, perdant ainsi tout crédit auprès de la population. Ils vont chouiner auprès des instances européennes en leur dépeignant une »réalité alternative« bien loin de la réalité elle-même.

          Vous n’avez tous de cesse de brandir »les droits« mais vous vous foutez bien des devoirs, car sans devoir le droit n’existerait pas. Par exemple la responsabilité devant les Espagnols qui seront plongés dans la merde à cause de leurs conneries, le fait de leur demander à deux leur avis avant de se barrer et faire »chacun de son côté«  ?

          Ils savent parfaitement que si ça avait été le cas, le »non" l’aurait emporté haut la main. Du coup, ils ont fait le forcing sachant que plus de la moitié de la population régionale n’était pas d’accord. Tous ces évènements ont été provoqués - voire même calculés longtemps à l’avance - par une poignée de personnes y voyant simplement et uniquement leur intérêt, à savoir le pouvoir et l’argent.


        • McGurk McGurk 3 novembre 21:59

          @Le Panda

          Le chef de la police est soumis aux mêmes lois que les autres citoyens. Ils a sciemment ignoré les ordres des autorités, probablement parce qu’il a pactisé avec ces extrémistes. Celui-ci a donc subi la peine qu’il méritait - je ne sais pas ce qui est exactement prévu, je ne connais pas cette langue ni la législation. Et lui au moins a assumé, il n’a pas fuit au Tibet comme un lâche.

          Pas de dialogue ? Vous plaisantez j’espère ! Ca faisait des mois que le gouvernement tentait d’apaiser les tensions pour revenir à la normale et l’exécutif catalan faisait la sourde oreille, battant le pavé pour sa connerie d’indépendance, ses déclarations immondes et bravades de l’autorité comme un gamin de cinq ans pour provoquer l’affrontement.

          Tout ceci a été longtemps calculé à l’avance c’est tout à fait évident. Un type prend en otage le pays en déclarant une région indépendante et criant au scandale lorsque les autorités réagissent pour l’empêcher de provoquer le chaos. C’est « normal » ça, franchement ?


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 22:07

          @McGurk

          Alors forcément les Madrilènes sont des monstres et les autres des doux agneaux ? Sérieusement, vous osez tenir ce genre de propos dans un article ? C’est loin du sérieux et du sang froid qu’on aurait pu espérer...* »Oui la voie des urnes possèdent une valeur où même en France nous nous sommes fait imposé le Traité par Sarkozy EN 2005.« Merci de ne pas mélanger la situation de deux pays qui n’ont vraiment rien à voir.

          La première remarque qui me vient à l’esprit et je vous en remercie, si Sarkozy n’avait pas imposé le Traité de 2005 qui reste une manipulation de celui de 1957, nous ne serions pas européens. Là je pense que cela serait une erreur énorme, mais gérer un pays que ce soit l’Espagne ou la France en ce qui me concerne c’est identique. La différence importante qui existe entre la France et l’Espagne à mes yeux il n’y en pas, sauf dans le cadre du social. Puis les mentalités ne sont pas identiques mais nous sommes gérés par la puissance financière. Puis ne me faites dire svp ce que je n’ai pas écris. Je traite le sujet avec le maximum d’objectivité, y compris si l’Espagne est un pays que je connais très bien, tout en étant Français !


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 22:15

          @McGurk
          Tout ceci a été longtemps calculé à l’avance c’est tout à fait évident. Un type prend en otage le pays en déclarant une région indépendante et criant au scandale lorsque les autorités réagissent pour l’empêcher de provoquer le chaos. C’est « normal » ça, franchement ?

          Je vous répondrai avec la même honnêteté que votre question. Que cela soit normal, je dis ouvertement « NON » Que le chaos vienne d’un seul camp je dis là aussi « NON » Je vais répondre au début de votre commentaire. Mais vous êtes vous posez la question, merci de me répondre avec la même franchise que je le fais pour vous. Comme le disait « fergus » Dans la mesure ou la solution ne soit un compromis par les urnes nous risquons d’avoir chaud aux fesses, vous ne pensez pas ? Et là je parle de la France comme du « Brexit »


        • Le Panda Le Panda 3 novembre 22:29

          @McGurk

          Pas de dialogue ? Vous plaisantez j’espère ! Ca faisait des mois que le gouvernement tentait d’apaiser les tensions pour revenir à la normale et l’exécutif catalan faisait la sourde oreille, battant le pavé pour sa connerie d’indépendance, ses déclarations immondes et bravades de l’autorité comme un gamin de cinq ans pour provoquer l’affrontement.

          L’annonce était attendue. L’Espagne lance un mandat d’arrêt européen contre le président catalan destitué, Carles Puigdemont, annonce la justice espagnole, vendredi 3 novembre. L’ancien dirigeant, qui a trouvé refuge en Belgique, est sous le coup de poursuites après la déclaration d’indépendance de la Catalogne. Désormais, la justice belge a 60 jours pour étudier cette demande et prendre une décision.

          Une juge d’instruction a lancé le mandat contre cinq membres du gouvernement destitué, pour « rébellion, sédition, détournement de fonds publics et désobéissance à l’autorité », a annoncé dans un communiqué le tribunal qui a déjà incarcéré, jeudi, huit autres membres de l’ancien exécutif indépendantiste.



        • Le Panda Le Panda 3 novembre 22:34

          @McGurk

          Le chef de la police est soumis aux mêmes lois que les autres citoyens. Ils a sciemment ignoré les ordres des autorités, probablement parce qu’il a pactisé avec ces extrémistes. Celui-ci a donc subi la peine qu’il méritait - je ne sais pas ce qui est exactement prévu, je ne connais pas cette langue ni la législation. Et lui au moins a assumé, il n’a pas fuit au Tibet comme un lâche.

          Puigdemont dit vouloir se livrer « à la vraie justice »

          Un peu plus tôt, le président catalan destitué avait assuré à la télévision belge RTBF, qu’il n’allait pas fuir la justice. « Je vais aller à la justice, mais à la vraie justice. (...) J’ai dit à mes avocats d’exprimer à la justice belge que je suis complètement disposé à collaborer », a-t-il expliqué, en français, dans un entretien exclusif. A l’opposé, la justice espagnole est « bien évidemment politisée », a-t-il souligné, selon un extrait dévoilé avant la diffusion de l’intégralité de l’entretien.

          Je l’avais indiqué plus haut, le conflit est plus important que ce que l’on pense. Il suffit à Puigdement de quitter la Belgique d’y revenir 24 heures après effectives pour que cela reparte pour 90 jours ou un nouveau mandat de 60 jours. Donc sans prise de position sectaire la solution devra passer par les urnes......


        • McGurk McGurk 4 novembre 15:34

          @Le Panda

          Il ne fuit pas la justice ? De qui se moque-t-on ?

          On a pas le droit de faire péter le bateau dans lequel on se trouve et prendre en plus le seul canot de sauvetage. Comme si il allait revenir ? Bah tiens, c’est très naïf tout ça.

          Ce qu’il y a de dingue dans tout ça, c’est qu’en plus d’avoir outrepassé ses fonctions en essayant de fragmenter le pays et la société espagnole, ce criminel a le droit d’aller se balader à droite à gauche et les autres pays l’autorisent à faire ce qu’il veut...et on me parle de démocratie ?

          C’est curieux non, un fugitif lambda aurait été traqué par toutes les polices du monde et attrapé en quelques semaines,mais un ennemi d’Etat qui a failli faire tomber un pays et provoquer la chute de l’UE toute entière en réveillant les extrémismes de tout poil, on ne l’arrête pas ?

          C’est du banditisme de haut niveau et tous les dirigeants européens (à part l’Espagne) restent bouche cousue, complices de leur propre mutisme. Comment a-t-il eu le droit d’atterrir à Marseille alors qu’il est également une menace pour notre démocratie et notre Etat ? Franchement la politique me dégoûte au plus haut point...

          Et tous ces péquenots qui disent que « c’est tout à fait normal », c’est du pur n’importe quoi. De toute manière, ici il y a tellement de types qui légitiment tout ce qui est « hors système » - de la dictature au meurtre de masse banalisé par leurs dénis.

          Cet ex-dirigeant n’a plus aucun pouvoir sur place et ce gouvernement non plus. Revenir ne fera qu’accélérer sa chute en plus, bien sûr, de tuer définitivement sa crédibilité - si un jour elle a existé.


        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 15:43

          @McGurk

           moi je pense que tout a été orchestré,c’a n’arrange personne,encore moins le peuple qui ne peux/ veux pas de bruxelles et/ou de madrid
          il y a manipulation

        • Le Panda Le Panda 4 novembre 15:53

          @Xenozoid
          Bonjour

           moi je pense que tout a été orchestré, ca n’arrange personne, encore moins le peuple qui ne peux/ veux pas de Bruxelles et/ou de Madrid
          il y a manipulation
          Vous vous êtes perdu, mais pour le moins que l’on puisse dire les uns et les autres, le résultat nous le saurons sous peu. A ne pas en douter la tractation entre la sortie du R.U. et ce qui se prépare en Catalogne donc en Espagne ne sont en rien étrangers à ce que nous constatons.
          La finalité en l’instant qui que ce soit qui puisse le prétendre doit avoir une boule de fakir. De la taille de Bruxelles il ne faut pas non plus sombrer dans le fanatisme.

        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 15:58

          @Le Panda

          mais alors pouquoi s’echapper ,allez voir en belgique ? provocation ?

        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:02

          @Xenozoid
          mais alors pouquoi s’echapper ,allez voir en belgique ? provocation ?

          Il y a un jeu dangereux qui se trame et dont nos serons peut-être les dindons, la seule provocation s’il y en a une est de ne pas se retrouver en « prison »


        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 16:04

          @Le Panda

          je vais te dire ce que je pense,au départ il n’y a pas de démocratie,voila et il n’y en aura pas...\c’est un faschisme bienveillant,,,oui

          Ce nouveau fascisme n’est pas alimenté uniquement par des mensonges, même si bien sûr les mensonges sont là en abondances et absurdes. Ce nouveau fascisme est alimenté par les mythes, nos mythes, les mythes que nous absorbons nous-mêmes pour dormir. Ce nouveau fascisme est en vérité un fascisme élémentaire, qui renaît aujourd’hui par une confluence d’événements ; le zèle des rares, en combinaison avec la passivité du plus grand nombre, ont donné un signal a ce nouvel ordre.

          L’écrivain Umberto Eco, dans un essai de 1995 intitulé « votre-fascisme, » délimitait plusieurs éléments de base qui ont existé sous une forme ou une autre dans chaque État fasciste dans l’histoire : « la démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu’elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime. Doctrine dépassant la raison et la science est toujours suspect. L’identité nationale est assurée par les ennemis de la nation. Argument équivalent à trahison. Perpétuellement en guerre, l’État doit gouverner avec les instruments de la peur. Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du « peuple » dans le grand opéra qui est l’État".


        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:12

          @McGurk
          Je pense qu’avec la correction qui s’impose sur le site je vous ai toujours répondu avec le plus de calme.

          Ce que je pense la moindre des choses, merci de lire la remarque comme je l’ai déjà suggéré le commentaire de « fergus » bien plus. Je vous instaure un copié/collé, ,pour vous et tous les autres intervenants.

          L’Union Européenne ne bougera pas, c’est en Espagne que le problème devra être réglé. Et pour cela, un seul moyen : les élections du 21 décembre auxquelles les partis indépendantistes ont accepté de participer, ce qui revient à dire qu’ils accepteront le verdict des urnes.

          Ce scrutin se déroulera évidemment sur fond de revendication d’indépendance, et il est probable que la participation sera très forte eu égard aux enjeux.

          Dès lors, de deux choses l’une : soit les indépendantistes sont mis en minorité et c’en est fini de la « République catalane » autoproclamée par le parlement de la Generalitat ; soit les indépendantistes gagnent ces élections et le gouvernement espagnol est de facto obligé d’en tenir compte en organisant dans les mois qui suivent un référendum d’auto-détermination.

          J’ajoute que si rien ne se passe dans le 2e cas malgré une volonté populaire exprimée cette fois sans ambiguïté par le peuple catalan, il faudra s’attendre à de graves incidents.

          Cdt


        • McGurk McGurk 4 novembre 16:13

          @Xenozoid

          Je suis d’accord avec vous sur le fait que tout ça a été planifié.

          C’est quand même dingue d’accepter un serpent dans sa propre maison en croyant qu’en lui mettant un collier autour du cou il ne mordra pas. Je pense que les indépendantistes ont exploité les faiblesses évidentes des démocraties (et de l’UE) à leur avantage et profité du laxisme du gouvernement (idem en France).

          Les questions les plus passionnantes sont :

          - Qui avait intérêt à faire ça et pourquoi ?
          - Qui a financé et conseillé ce parti ?
          - Est-ce le rêve d’un illuminé à la coupe Lennon ou une action de plusieurs acteurs extérieurs antidémocratiques et/ou hostiles à l’Europe ?

          Le comportement irrationnel et dangereux de ce « leader » jettent un doute sérieux quant à leur réelle volonté d’indépendance.


        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 16:19

          @McGurk

          sauf que puidgemont est un bouffon,et que la « democratie »a besoin d’une illusion de plusse

        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:23

          @Xenozoid
          L’écrivain Umberto Eco, dans un essai de 1995 intitulé « votre-fascisme, » délimitait plusieurs éléments de base qui ont existé sous une forme ou une autre dans chaque État fasciste dans l’histoire : « la démocratie parlementaire est par définition pourrie, parce qu’elle ne représente pas la voix du peuple, qui est celle du chef sublime. Doctrine dépassant la raison et la science est toujours suspect. L’identité nationale est assurée par les ennemis de la nation. Argument équivalent à trahison. Perpétuellement en guerre, l’État doit gouverner avec les instruments de la peur. Les citoyens n’agissent pas ; ils jouent le rôle de soutien du « peuple » dans le grand opéra qui est l’État".

          Il n’a jamais mit les pieds en Espagne et il serait judicieux pour tous ceux qui suivent ce fil et l’article en le commentant comme vous le faite de ne pas indiquer des images/ clichés dont vous n’apporter aucune preuve. Cet essai est paru où ? Vous devez faire erreur sur la date et sa participation sur ce qui se passe actuellement en Europe et surtout en Espagne. Merci 


        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 16:25

          @Le Panda


          Il n’a jamais mit les pieds en Espagne 


          toi non plus

        • Xenozoid Xenozoid 4 novembre 16:29

          @Xenozoid

          moi par exemple j’ai habité en espagne,quand je fuiyait l’armée au liban,et toi ?

        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:30

          @McGurk
          Voici une partie des questions que vous vous posez, il ne sert à rien en l’état de parler de sa coiffure les faits sont bien plus conséquents à courts et moyens voir longs termes que des insultes à son égard. Prenez connaissance et je vous en remercie des autres commentaires. Vous ne détenez aucune réelle vérité en l’instant.

          Cela est plus qu’une évidence, c’est ce que je ne cesse de dire à longueur de commentaires. les erreurs comme je l’indique viennent des deux côtés. Mais ne perdons surtout pas le sens que les élu(e)s de Catalogne l’ont été de façon la plus démocratique possible. Des manifestations ont eu lieu hier dans diverses villes d’Europe. Que le taux de croissance soit le double de celui de la France cela en aucun cas ne peut être contesté. Il y a plus que de l’eau dans le gaz et l’Europe risque de s’embrasser et nous diriger vers une forme de guerres civiles que nous ne serons plus en mesure de pouvoir retenir. Car une fois que le peuple descend dans la rue et que la police charge sans mesurer les conséquences c’est grave. Des gifles les démocraties en prennent à tout va. Je ne sais si vous partager aussi cette opinion et je fais allusion directement aussi au R.U. qui est loin d’être en porte de sortie. Mais à priori peu sont ceux qui en tiennent compte et c’est réellement regrettable. Les Traités de l’U.E sont à revoir en ne les laissant pas tels qu’ils sont. Ne perdons pas le sens que l’immigration va à cette cadence reprendre le pas sur l’Occident.   


        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:34

          @Xenozoid

          Il n’a jamais mit les pieds en Espagne 


          toi non plus


          Mille pardons non seulement j’y ai vécu mais je parle couramment diverses langues de leurs provinces  smiley  smiley J’ai même réalisé des films et reportages jusqu’en en Andalousie et Ceuta ainsi qu’à Barcelone et Madrid  smiley



        • Le Panda Le Panda 4 novembre 16:36

          @Xenozoid
          moi par exemple j’ai habité en espagne,quand je fuiyait l’armée au liban,et toi ?

          J’ai répondu juste plus bas  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires