• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron... l’UMPS à l’Elysée : mais alors, quelle alternative (...)

Macron... l’UMPS à l’Elysée : mais alors, quelle alternative pour demain ?

       Autour de Macron c’est bien le constat d’un vide politique qui s’impose après des années de fausse « opposition », de fausse alternance ; en effet, aucune force n’est présente pour concurrencer la majorité LREM qui repose soit dit en passant sur un taux d’abstention record et le vol d’une élection dont le deuxième tour était sans alternative ; ce qui fait de Macron le président le plus mal élu de la 5è République.

Tous sont d’avis que le PS ne peut plus servir de leurre ni jouer le rôle de « parti de l’alternance » ni le parti LR puisque Macron, c’est l’UMPS incarné ; en d’autres termes, et dans le contexte d’un Macron au plus bas dans les sondages pour les trois années à venir (car il n’y aura pas plus de justice sociale, pas plus de pouvoir d’achat ni de baisse du chômage - baisse qui ne peut avoir lieu sans une augmentation conséquente de la pauvreté), il n’y manifestement pas de plan B de prévu chez ceux qui ont accompagné Macron jusqu’aux portes de l’Élysée : il semblerait donc que le système se soit piégé lui-même au terme d’une trentaine d’années de manipulation, d’instrumentalisation et de diabolisation au gré des impératifs économiques et idéologiques : l’U.E sous domination allemande, une Commission intrusive capable de remettre en cause le résultat d’élections « démocratiques » de ses pays membres (l’Italie tout dernièrement) et un mondialisme dévastateur des modèles sociaux et des identités nationales ; pour cette raison, Macron devra être reconduit dans trois ans puisque ni le FN ( ou la vraie droite LR-FN) ni les Insoumis ( la vraie gauche) ne sauraient être, pour l’heure, une option : une crise majeure politique et morale que l’entrée de MLP à l’Élysée provoquerait n’est pas de mise car cette crise annoncerait la chute de l’U.E ; ce qui ne fait certainement pas partie de l’agenda de ceux qui, depuis 20 ans, font en sorte qu’aucun candidat ne puisse être élu s’il n’a pas le FN dans les pattes au second tour de l’élection présidentielle ; ce qui revient à supprimer de facto le « second tour » de cette élection.

         macron dégage gilets jaunes

          La question suivante nous brûle les lèvres : comment ceux qui sont allés chercher Macron ("ce plan marketing qui a mal tourné  !"), ceux qui ne se trompent pourtant que rarement dans le choix de celle ou de celui qui sera appelé à les servir et qui ont eu la bêtise et la faiblesse de penser qu'ils pourraient faire de cet enfant roi, un Président avec la majuscule de rigueur alors qu'ils ont fait de cet enfant capricieux et arrogant, le gardien grossier de leurs intérêts à ciel ouvert car tous ne s’en cachent ni ne s’en défendent même plus - Macron le premier ! - comment donc ont-ils pu tous se tromper à ce point ? 

Rappelons aussi ceci : lourde est la responsabilité des médias ! Leurs têtes d’affiche ont soutenu la candidature de Macron dans lequel très vite, tous se sont reconnus car, pour les plus jeunes d’entre eux, Macron c’était eux : leurs rêves de grandeur et ambitions illimitées vécus par procuration ; quant aux installés quinquas et sexagénaires, tous ont bien dû penser ce qui suit : « Lui, Macron, il saura enfumer les électeurs et protéger nos places ! »

Lourde responsabilité aussi de ceux qui ont fait le choix de cet enfant pourri-gâté, le pire des hommes à la tête d’un Etat dans le contexte qui est le nôtre aujourd’hui, mettant tout en oeuvre pour qu’il soit assuré d’être élu. Ces médias et ces hommes-là issus de la banque, de l'assurance, accessoirement de la politique, magnats des médias et autres milliardaires, ont mis la France en danger pour le seul bénéfice de leurs intérêts : BNP, AXA, LVMH, Jacques Attali (entremetteur professionnel à la tête d'une agence de cover-girls et de cover-boys de la politique qui ont pour clients l'Hyperclasse), Michel Collomb, Pierre Bergé, Niel et Pigasse, Patrick Drahi (via BFM-TV) … liste "complète" ICI (quotidien régional Sud-Ouest).

         macron dégage gilets jaunes

        Face à la violence légitime du rejet de Macron, les voilà manifestement tout nus, sans recours car sans plan B ! Mais alors…. après l’UMPS, que peuvent-ils bien inventer d’autre ? A partir de l’U.E, un gouvernement européen restreint autour de l’axe franco-allemand ? Vaine ruse étant donné la popularité désastreuse du projet européen. Ou bien, reprendre les veilles recettes de la division de notre pays sur la question de « l’identité française » ?

Avec un électorat condamné à reconduire Macron dans trois ans, on peut prédire que la question de l’immigration sera à l’ordre du jour, insufflée par l’Élysée, pilotée par Matignon, actée par les ministres concernés avec, encore une fois, l’appui des médias de nos milliardaires. Le FN doit donc revenir dans la course ; le FN doit être présent au second tour de la prochaine élection présidentielle pour assurer à Macron, cet enfant roi capricieux, orgueilleux et défiant, un second quinquennat. 

Retour de la question identitaire donc ? Macron qui a rencontré Sarkozy au plus fort de la « crise GJ » l’a bel et bien laissé entendre lors de sa dernière intervention ; celle qui avait pour objet de présenter les réponses que son gouvernement comptait apporter aux revendications des GJ : « l’identité française » ! La formule choc a été lâchée avec discrétion sans pour autant tomber dans l’oreille de tous les sourds à l’écoute ce soir-là. Les médias se sont bien gardés de le souligner. Tête en l’air ces médias ? Ou bien : « Chaque chose en son temps ; d’abord les GJ ! Ensuite on s’occupera de relancer MLP et son mouvement ; de le remettre sur les rails !  »

macron dégage gilets jaunes

      "Tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin, elle se casse" ; le mouvement des Gilets Jaunes est la première fissure. Cette fissure le restera-t-elle trois années durant ou bien, s’avéra-t-elle d’une gravité sans précédent, cause d’un basculement et d'un effondrement irréversibles de notre système électoral ?

Les années à venir appartiennent à ceux qui, avec sang-froid, sauront faire face ; or, personne ne semble en avoir la carrure ni la légitimité pourtant nécessaires durant les périodes de transition systémique nous impliquant tous en tant que « Peuple constitué » contre la tentation de l’accélération de notre atomisation en millions d’âmes, millions de solitudes à l’égoïsme individualiste mortifère.

____________________

Pour prolonger, cliquez : dossier Gilets Jaunes


Moyenne des avis sur cet article :  4.19/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

94 réactions à cet article    


  • math math 29 décembre 2018 10:39

    Personne n’à vu venir les gilets jaunes...ben personne ne voit venir MLP de la même façon..elle est le seul recours actuellement (au plus haut dans les sondages)...pour remplacer le gamin mal élevé aux manettes pour remplir les poches des banquiers et autres rupins qui vendent notre pays aux privés...

    L’avenir est bien noir... smiley


    • Le421 Le421 29 décembre 2018 19:26

      @math
      D’autant plus que si il n’y a qu’elle pour remettre de la justice sociale, bonjour !!
      Demandez-lui donc si elle veut rétablir l’ISF, tient !! Juste pour rigoler cinq minutes...  smiley  smiley  smiley

      Elle ne sert que de diable utile pour faire élire des chèvres.
      Et vu son attitude au débat du second tour, il est clair que comme son père, c’est pas le pouvoir qu’elle vise, mais les sous-sous dans la po-poche.
      Et barre...


    • Croa Croa 29 décembre 2018 19:54

      À Le421
      « Elle ne sert que de diable utile pour faire élire des chèvres. » VRAI, hélas ! 
      Parce que pire diable que le candidat du système il n’y a pas ! Même si elle ne voulait pas démolir le système au moins Marine promettait-elle un RIC et même la loi El Khomri elle n’en voulait pas. Donc un peu de clairvoyance aurait-il dû nous faire voter Le Pen malgré son image terrifiante. La prochaine fois peut-être si malheureusement tous les autres étaient éliminés ? Après tout si leur stratégie à la con ne fonctionnait plus ce serait déjà ça.


    • Pere Plexe Pere Plexe 29 décembre 2018 19:54

      @math
      Il serait peut être temps de sortir d’un régime présidentielle non ?
      Celui ci est trop marqué « idole providentielle » qui écrase la vie politique et en particulier les députés réduits a faire de la figuration.


    • INsoMnia INsoMnia 30 décembre 2018 22:52

      @Le421

      Tout à fait de diable tout comme l’a été son père. Ils rigolent en haut lieu ! smiley


    • Onecinikiou 31 décembre 2018 01:26

      @ULESKI

      A l’heure de la globalisation « triomphante » mais non moins destructrice pour les peuples et les nations, ainsi (et cela va de soi) que pour les modèles et standards sociaux, globalisation dont l’Union européenne et ses serviles agents ne sont en vérité que le cheval de Troie, beaucoup en France seraient avisés de s’inspirer de l’exemple italien*, au lieu de ressasser des schémas politiques et idéologiques dépassés qui ne servent que les intérêts de leurs ennemis objectifs de classe, soit l’oligarchie aux manettes, et déjà en lui permettant de se maintenir au pouvoir élection après élection, précisément à cause de leurs déficiences et blocages intellectuels !


      Comment concevoir en effet, alors que Macron a - enfin - réussi la synthèse de nombreuses fois retardée, entre les libéraux de gauche et de droite (le mariage incestueux entre le PS et l’ex-UMP), soit les vainqueurs de la mondialisation de part et d’autre d’un spectre politique jusqu’alors faussement clivant, synthèse tant espérée par les tenants d’une oligarchie fondamentalement « mondialiste et démophobe » et qui vaut désormais pour clarification, comment concevoir donc que leurs adversaires, TOUS leurs adversaires, puissent un jour espérer une prise du pouvoir par des voies démocratiques SANS opérer une synthèse équivalente en miroir et qui serait son exacte symétrie, c’est à dire « nationale et populiste » ?

      Sans cette synthèse rendue nécessaire, cette alliance, ce rassemblement dussent-ils être circonstanciels (car l’heure est grave) visant à la rupture radicale avec la technocratie européiste, l’Euro (son instrument financier punisseur) et l’OTAN (son bras armé au service de l’hyper puissance américaine), le peuple au sens large, soit la réunion d’un salariat de plus en plus précarisé (et pour cause) et d’un petit patronat artisanal et agricole en voie de paupérisation (et de suicide), est condamné non pas seulement à l’échec politique systématique, mais à l’esclavage et finalement à la ruine. Que chacun en prenne seulement conscience.


    • INsoMnia INsoMnia 1er janvier 20:01

      @Le421

      Bonsoir,

      Tout à fait, elle s’était flinguée toute seule. Nous devons impérativement penser autrement de toute cette politico-racailles.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 2 janvier 12:23

      @Onecinikiou

      Que penser alors de cette option italienne : alliance de tous ceux qui souhaitent débarquer la classe politique qui a soutenu le projet mondialiste de la Commission européenne sous domination allemande.

      Option politique d’une Italie qui n’est pas la France : Mussolini y est encore très largement respecté, alors qu’ici, c’est la figure de Charles de Gaulle (contre Pétain) ; traduit en terme électoral, c’est donc à une véritable incompatibilité historique, politique et morale auquelle toute possibilité d’une alternative à Macron et à ceux qui lui succèderont se trouve confrontée  : une droite identitaire alliée aux Insoumis de Mélenchon.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 2 janvier 12:49

      @Serge ULESKI

      Pétain et la guerre d’Algérie... et plus tard, comme par ricochet : le statut social des Français issus du passé colonial de la France et la question de la religion musulmane. 


    • Onecinikiou 3 janvier 03:19

      @Serge ULESKI

      Je passerai outre le manichéisme de la période 39/45 (que vous rappelez, peut-être même à votre corps défendant) qui structure l’inconscient collectif français, et qui témoigne bien plus de l’inculture crasse qui frappe, hélas, une écrasante majorité de nos concitoyens, lobotomisés par des décennies de propagande, que de la réalité historique. 

      Car je croyais en effet que le mot d’ordre de certains était de vouloir faire du passé « table rase » ? Ne serait-ce pas un peu contradictoire... ?

      Je croyais aussi, sans doute très naïvement, qu’il y avait urgence ? Que le pays était en proie à une menace quasi existentielle ?

      Je sais aussi que les lucides et les intelligents sont minoritaires. Que les doux rêveurs et autres médiocres pensent que Le Pen peut gagner seule d’un côté (elle a prouvé que non), et/ou que Mélenchon pourrait faire de même du sien, et qui est une sinistre farce.

      Comme je l’ai déjà dit seul un large rassemblement de toutes les bonnes volontés serait en mesure de terrasser l’oligarchie et ses puissants réseaux de servilité. Si cela suppose de dépasser des clivages surannés, qui ne servent en réalité que les intérêts de nos ennemis mortels communs, et bien qu’il en soit ainsi. 

      En attendant il est du devoir  et de la responsabilité historique — de toutes les parties prenantes d’y appeler sans réserve. Vous y compris. Ou alors on est dans l’imposture criminelle.


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 4 janvier 11:51

      @Croa

      MLP et ses troupes sont les acteurs d’une idéologie xénophobe, homophobe, anti-féministe, anti-syndicale, anti-salariés (surtout quand ils ouvrent leur gueule !), anti-grèves, anti-nuit-debout, anti-zadiste... mais très compatissants à l’endroit de la police, des patrons, petits, moyens et gros : ils n’aiment rien tant que le patron, patron chez lui dans son entreprise car, dans les faits, ils ne supportent pas le patron dépossédé de son entreprise par le Capital apatride mais le Capital franchouillard et exploiteur des peuples sans défense, ils adorent. 


    • Serge ULESKI Serge ULESKI 4 janvier 11:56

      @Onecinikiou

      Hongrie : le gouvernement Orbán s’attaque (encore) au droit du travail : https://courrierdeuropecentrale.fr/hongrie-gouvernement-orban-sattaque-droit-travail/

    • Onecinikiou 6 janvier 03:45

      @Serge ULESKI

      Quel gauchiste vous faites ! Votre crédo c’est quoi : plus à gauche de moi tu meurs ?

      Sachez-bien une chose : ce rassemblement se fera parce qu’il est le seul possiblement victorieux. Il se fera donc avec ou sans vous. Et s’il se fait sans vous ce n’est pas trop grave : vous êtes complètement marginalisé. 


    • ASTERIX 8 janvier 18:26

      @Pere Plexe
      la france devenue une république BANANIERE va cultiver des bananiers que le nouveau parti arrosera comme il arrose des ELUS DE MARCHE ARRIERE ET DES RIPOU...BLICAINS appelera t on ce RASSEMBLEMENT MARCHE ARRIERE TOUTE OU EN AVANT RIPOUX  ??????????????????????


    • Dan22 29 décembre 2018 11:30

      A mon avis , il faut arrêter de raisonner avec la constitution actuelle en toile de fond !

      Il nous faut une 6ème République qui laissera une large place au peuple pour les grandes orientations .

      De plus nous n’avons plus besoin de tous les parasites politiques qui gravitent autour du pot de confiture .

      Il faut supprimer la notion de « profession » dans la politique !


      • Et hop ! Et hop ! 29 décembre 2018 16:33

        @Dan22

        Lanver un débat citoyen pour inventer une nouvelle conctitution, c’est se condamner à l’impuisssance pendant des mois et peut-être des années, sans être sûr du résultat.

        Il suffit de revenir à la Constitution de 1958 version 1981,
        d’ajouter un référendum d’intitiative populaire valide avec 40 % du corps électoral,
        d’interdire de modifier la constitution ou de signer un traité international sans référendum,
        d’appliquer le résultat du référendum sur la Constitution Giscard en quittant l’UE sans formalités, et de punir tous ceux qui ont voté le Traité de Madrid,
        de diminuer le nombre de députés et de sénateurs à 100, un par département,
        de leur fournir des moyens de campagnes électorales gratuits et identiques (meetings, passages dans les médias, tribunes, débats,..) et d’interdire d’en faire plus, d’obliger les députés à être présents à tous les débats et à tous les votes,
        de reprendre une monnaie nationale,
        d’interdire à l’État et aux collectivités territoriales d’emprunter sur les marchés internationaux,
        de nationaliser sans indemnités les banques et sociétés dénationalisées, et les obliger à prendre une forme soit administrative, soit mutualiste,
        de supprimer tous les privilèges fiscaux et sociaux des députés, sénateurs, inspecteurs des finances, entreprises, et d’interdire de négocier les taux d’impôt et de cotisations sociales,


      • Croa Croa 29 décembre 2018 20:01

        À Et hop !,
        Mais non il reste des choses à faire entre-temps. Rien que le coup d’arrêt aux « réformes » macroniennes, ce sera déjà ça. À mon avis il sera possible de revenir au moins sur les dernières tout en fonctionnant encore sous régime Ve République. 
        Je pense que l’assemblée constituante arrivera à des conclusions assez vite tout de même, maximum 2 ans en comptant le vote d’approbation.


      • Dan22 29 décembre 2018 21:59

        @Et hop !
        Faire du neuf avec du vieux ! Je n’y crois guère ...
        Si on ne remplace pas tous les acteurs de la vie politique actuelle par du sang neuf , on retombera rapidement dans les mêmes travers .
        Je n’en veux pour preuve que la demande de destitution de Macron : combien de députés prêts à l’engager : ..............1 !!!!
        Je vous laisse en tirer les conclusions qui s’imposent .


      • waymel bernard waymel bernard 29 décembre 2018 22:28

        @Et hop !
        Pourquoi conserver encore 100 sénateurs inutiles ? Le Sénat est à supprimer, comme l’ENA, le CESE, le CSA, etc.


      • Eric F Eric F 1er janvier 12:23

        @Dan22
        Toutes ces considérations sur la constitution sont illusoires, car les pays voisins ont d’autres constitutions mais sont en fin de compte dans le même système de libéralisme mondialisé, et du reste davantage encore que nous puisque c’était le programme macronnien de les imiter. Si on supprime l’aspect « présidentiel », on retournera à un régime « d’assemblée », avec ses partis charnières et ses combinaisons centristes, imaginer que la rue gouvernera directement à coup de cahiers de doléances et référendum(s) d’origine populaire relève de l’enfantillage


      • Et hop ! Et hop ! 10 janvier 22:26

        @waymel bernard

        Le bicamérisme est une garantie, c’est le Sénat qui a instruit l’affaire Benalla alors que l’Assemblée s’y est opposée.

        Le Sénat représente les collectivités locales, il s’est oppposé à beuacoup de lois scélérates.


      • zygzornifle zygzornifle 29 décembre 2018 17:39

        Autour de Macron c’est bien le constat d’un vide politique

        C’est vrai qu’avec Macron c’est surtout un vide financier et social pour la classe moyenne et les retraitée , il n’y a que les nantis qui s’en tirent très bien ....


        • Croa Croa 29 décembre 2018 21:53

          À zygzornifle
          Vide politique mais le plein de voyous,
          Brigitte, Mimi, Coste, Benalla... Et tous ceux qu’on ne connaît pas encore !


        • Arogavox 30 décembre 2018 11:10
           C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches. Victor Hugo - 1802-1885

        • Croa Croa 30 décembre 2018 17:13

          À Arogavox,
          Je ne crois pas que les riches soient en paradis. Ce qui est sûr par contre c’est que les plus pauvres vivent bien un enfer.


        • baldis30 29 décembre 2018 18:46

          bonsoir,

           Qu’il y ait ou non LREM ou UMPS , les mathématiques apprennent qu’essayer

          de combler le vide avec des vides laisse .... IMPAVIDE !

          Ajouter le vide au vide ne remplira jamais les ventres vides ! Toutefois préconiser le vidage des vides ne fera que transporter le vide dans le trop-plein des récriminations sans en diminuer ni teneur ni dimensions .... !

          Vider les vides ? Vaste programme aurait dit le Général ...


          • alinea alinea 29 décembre 2018 20:02

            Uleski,je vous souhaite de commencer l’année mieux que vous finissez l’ancienne !

            Pourquoi voulez-vous que tout perdure ? Le changement est né, vous n’en parlez même pas !

            Ce qui se passe est inédit ; la semence vient d’être faite, nous sommes loin du temps des moissons mais le chemin se trace ; plutôt qu’exprimer sa mélancolie il vaut mieux s’aviser de ce que l’on peut faire, quel fer mettre au feu ? Quelle pierre à l’édifice ? Où sa pincée de sel ?

            Un homme qui réfléchit, s’instruit et échange est un électeur de moins pour le FN !

            Un homme qui dépasse et sublime ses déboires et humiliations passées devient un homme libre...


            • Extra Omnes Extra Omnes 30 décembre 2018 13:29

              @alinea
              Totalement d’accord, il faudra de la patience, du courage et une ténacité sans faille. L’ennemi a tout les moyens, financiers, médiatiques, policiers, économiques, juridiques, tout tout tout. Sauf .... une épine dans son pied... Les GJ et leur soutien populaire.


            • kalachnikov kalachnikov 30 décembre 2018 14:59

              @ Extra Omnes

              Le gj n’arrivera à rien par la manif. il va gentiment s’époumoner. En Grèce, il y a eu des tas de manifs, le gouvernant s’en fout.
              La seule optique, c’est qu’il faut faire basculer la majorité silencieuse. Pour la faire basculer, il faut la convertir et démolir les moyens qu’à le pouvoir de tenir cette majorité silencieuse (la peur, le fric, la propagande).


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 30 décembre 2018 15:11

              @alinea

              Vous m’avez mal lu au sujet des Gilets Jaunes ; j’ai déjà expliqué en long en large et en travers sa nouveauté et puis surtout, le fait que ce mouvement «  apporte aujourd’hui la confirmation maintenant irréfutable : la « Rue » dans son acceptation la plus large - mégapole, urbain, péri-urbain, campagne-urbaine et campagne profonde -, est bien le dernier lieu d’une expression à la fois citoyenne et populaire d’une radicalité qui seule permet de contrer des politiques qui hurlent à l’injustices ». Reste néanmoins à traiter la réalité suivante étant donné que 50 à 60% de l’électorat se déplace encore pour voter : les GJ n’ont pas aboli les élections présidentielles ni les législatives qu’il va falloir, qu’on le veuille ou non, affronter et dans lesquelles d’autres (médias, classes politiques, classes moyennes et supérieurs) comptent bien s’investir ; qu’est-ce qui leur sera proposé à tous par le « Système » ; la réponse aura une incidence indéniable sur le mouvement des Gilets Jaunes et l’espoir d’un « rien ne sera plus comme avant ! » que ce mouvement a suscité ; en sera-t-il question ou bien, la déception sera-t-elle une nouvelle fois au rdv avec quelles conséquences ? 


            • alinea alinea 30 décembre 2018 16:47

              @Serge ULESKI
              Pardon pour les autres articles que je n’ai pas lus ; néanmoins, ce mouvement ne s’essoufflera pas si nous le rejoignons, tous, à notre façon ! Il ne s’essoufflera pas s’il devient le lieu d’une éducation politique populaire, il ne’ s’essoufflera pas du fait qu’on a bien tous compris qu’il ne s’agit pas de cent balles de plus dans le porte-monnaie, mais bien de plus d’air dans nos poumons mais surtout, surtout, le souffle nouveau du vivre ensemble. Ce que vivent les gilets jaunes sur leur rond-point, le soir de la Noël, sera inoubliable et je vous jure que les monceaux de paquets cadeau, la consommation à outrance va vite devenir pour beaucoup ce qu’elle est : une consolation, un ersatz.
              La fierté du peuple renaît et personne n’aura envie de l’enterrer dans les urnes, sauf les classes moyennes qui se croient supérieures : c’est à elles donc qu’il faut s’adresser, ce sont elles qui doivent se bouger... vous me suivez Uleski ?


            • Croa Croa 30 décembre 2018 17:50

              À kalachnikov
              La majorité dite silencieuse a déjà basculée à l’exception de quelques isolés (20% des gens aux maximum de gens encore accrochés aux certitudes médiatiques.) Le problème n’est plus le manque d’information mais le niveau de servitude des gens. La preuve c’est que les GJ sont soutenus par une très forte majorité des gens SAUF qu’ils tiennent trop à leur « liberté » du travail (leur servitude au travail en réalité) pour supporter des blocages lorsque ça les concerne ! Je pense que nous vivons une époque caractérisée par la plus forte soumission des individus que l’Histoire ait connu. Les méthodes de management sont devenues très efficaces et ce sont les gens qui se l’imposent eux-mêmes : Management par objectifs, mises en concurrence, responsabilisation et intériorisation des difficultés, etc. Tout ça accru par les nouvelles formes de prolétariat à base de travailleurs « libres » parce que auto-entrepreneurs, etc. RÉSULTAT : Des travailleurs intimement persuadés qu’il leur est impossible de faire grève alors même qu’une bonne grève générale aurait vite réglé le problème.


            • kalachnikov kalachnikov 30 décembre 2018 21:55

              @ Croa

              On s’en fout des sondages. 80% des Français, faut que ça se transforme en 40 millions de citoyens dans la rue. Et là, en face, ils sont morts parce qu’il n’y aura jamais assez de flics pour tout le monde. C’et la faille du système ; il présuppose l’adhésion et donc la bonne volonté de l’individu qui se garde lui-même.

              Tu te dis de gauche mais si tu avais au moins lu Germinal (restons ludique, je n’invoque pas Marx), tu saurais qu’il faut faire une caisse de secours parce que la main qui nourrit, c’est aussi la main qui affame. La grève, c’est bien joli mais les estomacs ne se mettent pas en grève. Mais c’est bien, continuez à prendre les gens de haut, à leur faire honte et à les culpabiliser.


            • Croa Croa 30 décembre 2018 23:28

              À kalachnikov,
              Je ne suis pas de gauche ( encore moins de droite) et en fait plutôt écolo (mais là ce n’est pas le sujet.)
              Tu as raison en ce qui concerne les caisses de secours mais nous ne sommes plus au XIXe et les gens ne laissent plus leur argent dans une boîte en fer blanc mais à la banque. Tout le monde arrive à manger mais nombreux sont ceux qui ont des traites à payer tous les mois. Peu de travailleurs sont syndiqués donc peu de travailleurs connaissent l’existence de caisses de secours (mais moi si !)
              Mon but n’est pas de faire honte aux gens mais qu’ils prennent conscience de leur condition. Si tu l’as ressenti comme ça j’en suis vraiment désolé smiley 


            • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 00:03

              @ Croa

              Ils viennent le samedi, sur leur temps libre ; ils sacrifient leur loisir, leur vie familiale, etc.

              La grève générale, soit la paralysie de l’économie, se justifierait dans le cas d’une revendication sociale. Mais nous n’en sommes plus là. Nous sommes maintenant dans une demande d’ordre politique. A la demande de justice sociale et cela parce qu’il s’adonnait à l’injustice sociale -, l’exécutif a opposé une embrouille reconnue comme une fin de de non recevoir. Ce que le Gj a compris là, c’est que l’injustice sociale n’est pas une erreur du politique mais que c’est la volonté du politique. Ce que réclame maintenant le Gj, c’est le retour à l’interêt général.

              PS : avec un rsa, tout défalqué genre quote part loyer, etc, il te reste en gros 10 euros/jour pour bouffer, te vêtir, etc.


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 31 décembre 2018 12:28

              @alinea

              « les classes moyennes qui se croient supérieures : c’est à elles donc qu’il faut s’adresser, ce sont elles qui doivent se bouger...   » 100% avec vous !


            • Serge ULESKI Serge ULESKI 31 décembre 2018 12:30

              @kalachnikov

              Les GJ c’est surtout de l’occupation et de l’entrave... 


            • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 14:17

              @ Serge ULESKI

              Il ne s’est rien passé encore hormis ça : le peuple existe, la pantalonnade démocratoc a volé en éclats. C’est-à-dire que ce qui vient de sa passer a trait à la légitimité.

              Maintenant les choses sérieuses vont commencer et l’enjeu, c’est le pouvoir.


            • Croa Croa 31 décembre 2018 16:36

              À kalachnikov,
              L’économique, le social et le politique sont intimement liés. Les gentils défilés en ville ne servent à rien contre un régime qui n’est plus démocratique. Sortir les fusils contre ce même régime qui n’est plus démocratique serait le plus sûr moyen de se voir imposer une violente dictature car le peuple ne peut pas être le plus fort contre les canons. Reste la grève générale, il n’y a pas d’autres options réalistes pour réussir un soulèvement populaire !


            • kalachnikov kalachnikov 31 décembre 2018 22:35

              @ Croa

              Il ne peut pas y avoir de dictature en France. Il n’y a pas de parti type nsdap ou d’organisme comme sous les cocos ou de stasi qui noyaute toute la société de haut en bas. Comme je te l’ai dit, la faille du système, c’est qu’il présuppose l’adhésion de l’individu et que chaque individu se surveille lui-même ; il n’y a pas de flic derrière chacun. C’est justement ce qui vient de se passer : l’écroûlement de cette fiction. Et la réalité, c’est que 10% de la population se retranche derrière la légalité et que les 90% les regardent. La France n’est plus gouvernable même si ces abrutis, qui savent qu’ils sont ’morts’ vont poursuivre leur délire. On ne peut gouverner contre le peuple ; on peut travailler pour lui et même le tromper mais dans ce dernier cas, si le peuple s’en aperçoit, c’est fini et ce n’est pas réparable. Comme Macron et ses amis de classe vont la jouer autiste et par conséquent vont devoir use de la violence, il est évident qu’il va y avoir sécession chez des fonctionnaires qui vont refuser d’obéir.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès