• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron Président, coup de maître de Hollande

Macron Président, coup de maître de Hollande

Pénélope Gate d’un côté, éclatement de la gauche de l’autre, Macron s’approche irrésistiblement du 2eme tour. Face à une Marine bloquée sous son plafond de verre, la victoire de l’homme en marche semble assurée. Que faut-il en penser ? Réussite foudroyante d’une personnalité d’exception servie par les circonstances ? Ou toute autre chose, un plan de longue haleine, finement orchestré par un disciple qui dépasse le maître ?

Je n’y croyais pas. Peut-être me suis-je trop fié à son apparence peu flatteuse ? Aurais-je occulté la réputation d’intelligence de Hollande, son habilité manœuvrière ? Nombre d’observateurs avisés ont souligné ces qualités, avant sa victoire de 2012 et en son début de mandat. Sans compter que des faits portés sur le devant de la scène corroborent ces évaluations flatteuses. Prenons la livraison de croissants en scooter.

Pour qui en considère attentivement les éléments, l’affaire est cousue de fil blanc. Ce fut une manière croquignole de redorer la virilité du président après l’épisode malheureux d’une première dame encombrante et rageuse. Il n’empêche, l’embrouille a marché. Reprenant Les Quat’z’Arts de Brassens, l’on aurait pu chanter : Not’Hollande avait fait les choses comme il faut. Avec Julie Gaillet, il s’ra tranquille, bravo ! Un beau coup, mais celui d’un illusionniste à la Garcimore, le type dont on garde un souvenir amusé, pas celui qu’on vénère en génie du genre, façon Devos.

On dit aussi de l’homme qu’il est chanceux. L’éclatement de l’affaire DSK, à point nommé, a prouvé combien cela est vrai. Brillance intellectuelle, chance, c’est entendu, mais cela ne fait pas le Prince décrit par Machiavel.

Quant à l’art de mettre en scène sa sortie, livre-scandale, poignant discours d’adieu, si cela force quelque admiration, on n’y discerne pas l’habileté du grand joueur de billard ou d’échecs. Hollande ne serait décidément pas du gabarit de Mitterrand. Mais voici que…

L’impressionnant retournement de situation qui se produit à trois mois du suffrage m’ouvre les yeux. Hollande est sur le point de parachever un coup de maître qui surclasse tout ce qu’a pu faire son modèle.

Mitterrand, très diminué en sa fin de mandat, n’a pas pu se choisir d’héritier et le mettre en position de gouverner à sa suite. Ce dernier plaisir royal lui a échappé.

Certes quand ce Macron est apparu, j’ai compris que Hollande avait façonné un leurre pour siphonner les électorats du centre, d’une partie de la droite ainsi que la frange des déçus du PS. Parmi les crûs achetés « en primeur » par les Attali et autres Minc, le jeune inspecteur des finances, vinifié à point par quatre ans en fût rothschildien, a réussi tous les tests de dégustation lors de son passage à l’Elysée. Hollande tenait son homme. Alors, en avant ! Un ministère qui « claque sa mère » et une médiatisation, surprenante, redoutablement efficace. Jamais en effet l’on avait assisté à la mise sur orbite d’un personnage au profil de si peu de poids.

Comment cela ? Peu de poids, un inspecteur des finances ?

Chaque année, entre la botte de Polytechnique et les trois grands corps de l’ENA, ils sont une vingtaine à posséder un tel pedigree.

Et Rothschild, cela ne pèse rien ?

Là commence peut-être la manœuvre, car on n’entre pas au poste qu’il a occupé en envoyant son CV, si valorisant soit-il. Pompidou, normalien certes, mais prof de lycée, s’est retrouvé chez le grand banquier après être passé au cabinet de De Gaulle. Et une fois chez Rothschild, il a continué à servir, discrètement mais efficacement, le seigneur de Colombey. Et s’il est établi que le général-président a vraiment envisagé une restauration de la monarchie, ce qui eût fait de lui un faiseur de roi au sens propre du mot, bon gré mal gré, il a porté à sa succession ce Pompidou qu’il a en quelque sorte façonné pour les plus hautes responsabilités. Quand en1962, l'auvergnat sourcilleux fut appelé à Matignon, il ne comptait pas moins de dix-huit ans de bons et loyaux services auprès du général, dont une période au conseil constitutionnel avant de prendre la tête du cabinet présidentiel. Excusez du peu !

Et la jeunesse ? Macron, du sang nouveau.

Les jeunes ministres jalonnent l’histoire des IIIème, IVème et Vème républiques. Leur point commun ? Tous ont été nommés en raison d’un titre civil majeur et, plus souvent, du fait de leur appartenance à l’un des partis de la majorité. Les trois plus fameux, Giscard, Chirac et Fabius, avaient ce profil. Aucun d’eux n’était « inconnu au bataillon ».

Alors, comment expliquer l’exception Macron ?

L’originalité de son discours ?

L’homme n’a communiqué que par tweets jusqu’aux premières réunions publiques de son mouvement En Marche. Des poncifs de comptoir, « La France doit enfin entrer dans le XXIème siècle, « Si l’on a envie de travailler le dimanche, on doit pouvoir le faire. » ou « Il faut en finir avec l’assistanat. »

J’ai contacté le site d’En Marche pour demander comment avoir accès à des textes, articles, publications de Macron qui me permettraient de mieux connaître sa pensée. La réponse fut une invitation à adhérer ou à envoyer un don ! Et quand l’animal s’est mis à discourir avec sa tribune placée au milieu de son public filmé en gros plan pour éviter d’en montrer le petit nombre, qu’avons-nous entendu hormis un tissu de banalités ponctuées de hurlements d’une voix fluette sonnant faux ?

Alors quoi ?

Je me demande si l’explication n’est pas à rechercher dans sa personnalité hyper égocentrée ? Une idée si haute de lui-même, une autosatisfaction telle qu’il est prêt, et il l’a montré, à changer ses positions d’une semaine à l’autre afin d’élargir ses soutiens. Le tout avec un style, une gueule, des mimiques, ce petit sourire, ces clins d’œil saugrenus, qui font qu’on le distingue ; du moins au sein de son public initial, des gens simples, en quête d’optimisme, pas trop difficiles mais grâce auxquels il s’est construit l’image d’un meneur pourvu de charisme.

Mais bien avant la consécration de Macron au meeting au final délirant de la Porte de Versailles, l’univers médiatique a très vite joué le jeu. Tout le monde s’est mis à commenter les sorties du jeune ministre en faisant comme s’il s’agissait d’un homme politique accompli, défenseur d’une ligne, porte-parole d’une vision originale. Personne n’a recherché avec un regard critique d’où sortait ce protégé du président. L’on est même parvenu à gober et à relayer, une hostilité entre Hollande et Macron, comble du comble.

Hollande serait le PS d’hier, Macron un nouveau rassembleur, et tant pis si à trois mois du scrutin il n’a pas de programme ; une carence, en vérité, qui ne joue surtout pas contre la montée en puissance du phénomène.

Ce qui compte est que sa côte monte. Plus elle monte, plus il attire.

Un programme, un positionnement cohérent, cela viendrait figer les choses ; l’élasticité de l’offre Macron en sortirait amoindrie. Bien sûr, un programme finira par être composé, mais le plus tard possible, quand il sera établi que Macron sera favori pour gagner la deuxième place au premier tour des présidentielles.

Nous sommes là au sommet de l’ère marketing.

Jamais un candidat n’avait été lancé de façon aussi calculée, de façon aussi froidement professionnelle qu’une marque de lessive. Cela me fait penser à la publicité de Comme j’aime, le programme minceur performatif : « avec Comme j’aime, j’ai perdu vingt kilos, trente, quarante…et en mangeant de bons petits plats. » Aucun message explicatif, pas de justification pseudo-scientifique. Non. Seulement une affirmation : ça marche ! On n’est pas loin de En Marche ! Il suffit de souscrire.

Et les médias ont joué le jeu et continuent de jouer le jeu. Très surprenant.

Pourquoi une telle entente tacite autour de Macron ?

J’ai mon idée, peut-être à corriger, à affiner mais qui me semble tenir la route. J’imagine nos experts journalistes vaguement informés, dès la nomination de Macron au poste de ministre, d’une manœuvre venant de haut. Connaissant trop l’animal Hollande, ils se sont chacun dit dans son coin, qu’elle pouvait réussir et alors, gare aux fauteurs de trouble. Ainsi ont-ils tous fait semblant de voir en l’émergence du nouveau venu, on ne sait quel génie ou quelle nouvelle réponse à un besoin profond des électeurs. C’est du Comme j’aime. Personne ne dit si cela marche vraiment ou pas. Ce qui compte est la souscription de clients toujours plus nombreux.

La marche est celle du produit Macron qui conduira à la réussite du projet Macron. Macron président, c’est le coup qu’aura parfaitement accompli Hollande au bémol près qu’il devra savourer son plaisir par personne interposée : sa créature, le successeur qu’il aura choisi et porté.

Initialement, l’objectif était que Macron prenne assez de voix au centre et à droite, de façon à ce Hollande arrive deuxième derrière Le Pen. L’assombrissement du climat social ayant desservi le président, il lui restait en botte secrète, cette fameuse chance qu’on lui connaît dans la sphère politicienne ; cette chance qui lui a précisément permis d’être le candidat du PS encore fort de 2012 et donc de décrocher l’Elysée.

Cette fois-ci, la chance a consisté en la victoire de Fillon aux primaires de la droite. Belle aubaine car, évidemment, la grenade du Pénélope Gate était en réserve, tout comme celle du Carlton de Lille – qui, elle, n’a pas servi à Sarkozy pour cause d’explosion imprévue au Hilton de New-York.

Juppé eût remporté le match en novembre, s’en était fini du projet Macron.

Avec Fillon, il y avait ce dossier en or des emplois fictifs. Il suffisait de dégoupiller la grenade et de laisser les primaires pathétiques de la Belle Alliance accoucher d’une sorte d’anti-candidat.

Le résultat se produit sous nos yeux : Fillon s’effondre, Macron continue de monter, le PS se décompose, abandonné par les ex-éléphants qui entendent bien garder leurs sièges de députés. Demain, Macron n’aura plus besoin des soutiens peu sexy d’antiques politiciens comme le maire de Lyon. Il aura Ségolène, Le Guen, Le Foll, Le Drihan, Touraine, Guedj et tous les amis de Valls. A défaut d’être belle, il s’agira d’une nouvelle et forte alliance, en marche vers l’accès au pouvoir d’un centre libéral rosacé à géométrie variable.

Monsieur Hollande, plus que bravo. Chapeau !

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • Rincevent Rincevent 1er février 17:44

    Ce n’est qu’une hypothèse mais elle est intéressante…


    • manu manu 1er février 20:53

      @Rincevent

      Peut être que les médias et le PS (et macron) se soutiennent mutuellement.

      Je dis bien peut être...


    • Fergus Fergus 2 février 09:37

      Bonjour, Rincevent

      Une hypothèse qui tient la route, en effet.

      Il n’y a qu’un hic dans cette belle mécanique : l’empêchement inévitable de Fillon et le retour possible - voire probable - de Juppé. Si tel était le cas, la situation politique se normaliserait en réduisant à peau de chagrin les chances de Macron. Si en revanche, l’on voyait surgir un Baroin ou un Wauquier, Macron garderait toutes ses chances.


    • Rincevent Rincevent 2 février 11:48

      @Fergus

      Bien d’accord. Pour moi, Macron est un soufflé médiatique qui risque de retomber aussi vite qu’il a gonflé. Et, comme tous les soufflés, tout dépend de l’heure à laquelle les convives passent à table… Pour le moment, le timing lui est assez favorable mais il peut se passer encore beaucoup de choses d’ici les présidentielles. En fait, il est complètement tributaire des décisions des autres candidats.


    • Pilule Rouge Pilule Rouge 2 février 17:17

      @tchoum !
      Tout sauf le FN, votez Satan !


    • Cazeaux Cazeaux 2 février 18:34

      @Fergus
      Il n’y a qu’à revoir (langage non verbal en dit long) la déclaration de Juppé pour comprendre qu’il est ravi de ce qui arrive à Fillon. La place de Fillon est une patate chaude que seuls des candidats incapables d’accéder au 2e tour, comme par ex. NKM ou Lemaire, auront intérêt à accepter, pour mieux se faire connaître et gagner en légitimité dans leur camp.

      Juppé ni Sarko ne prendront le risque de se ramasser. Ils préfèrent la réserve, au cas où une crise de régime surviendrait avant la fin du prochain mandat présidentiel, ce qui est dans l’ordre du possible.

    • JL JL 2 février 19:02

      ’’Il n’y a qu’un hic dans cette belle mécanique : l’empêchement inévitable de Fillon et le retour possible - voire probable - de Juppé. Si tel était le cas, la situation politique se normaliserait en réduisant à peau de chagrin les chances de Macron. Si en revanche, l’on voyait surgir un Baroin ou un Wauquier, Macron garderait toutes ses chances.’’

       
       Ceux de gauche qui croient que Juppé est aussi fort ne devaient surtout pas aller lui donner un surplus de voix dans la primaire de droite ! C’est élémentaire : le score aux primaires ne distingue pas les voix de droite et les voix de gauche.
       
       En termes de légitimité, il suffit de comparer le misérable score de 7 ou 8 cent mille voix de Hamon aux 2.5 millions de de Fillon.
       
       

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er février 17:57

      Les « Pygmalion » et sponsors de Macron sont Rotschild, le Medef et peut-être Soros. Hollande dont le seuil de compétences se limite à une capacité de synthèse niveau Hypokhâgne a largement démontré pendant cinq ans que l’élaboration d’une stratégie cohérente est au-delà des ses possibilités !S’il a été associé au projet, ce qui n’est pas impossible, c’est pour son entregent, mais nous avons pu vérifier le principe de Pieter ou « syndrome de la promotion Focus » : dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence , et donc, avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité. 

      Nous ne sommes plus dans la phase où il conviendrait d’être prudents à son égard, mais dans la phase « post-catastrophe » qui a fait la démonstration de ses limites.

      • Ariane Walter Ariane Walter 2 février 09:09

        @Jeussey de Sourcesûre


        Entièremet d’accord. il a été utile. il ne l’est plus. ils le jettent.

      • ZenZoe ZenZoe 2 février 10:11

        @Jeussey de Sourcesûre
        Je n’ai jamais bien compris pourquoi Hollande était crédité d’habileté politique. C’est lui tout seul qui a mis le PS à terre, lui tout seul qui a monté la France entière contre lui maîtresses comprises, lui tout seul qui a provoqué sa déroute finale. Il a foiré dans toutes ses entreprises, la principale étant d’être réélu, LUI, et pas Macron.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 février 11:55

        @ZenZoe

        Ceux qui l’ont crédité d’habileté politique confondent compromis et solution.
        Ils ne font pas la différence entre la cour de récré et la salle de classe.
        Pour être un cador sous le préau, il faut avoir le plus possible de copains : question de relations. Hollande sait faire.
        Pour avoir de bons résultats scolaires, il faut être intelligent et travailler. Les copains qui soufflent, les anti-sèches et le copié-collé de la copie du voisin peuvent donner le change tant que l’on n’est pas confronté à un examinateur neutre à l’oral.
        Dans la cour de récré, on s’en sort avec des compromis, à l’examen final, il faut trouver les solutions, même pour une dissertation.

      • PiXels PiXels 2 février 13:43

        @Jeussey de Sourcesûre
        .
        .
        J’ai bien fait de lire quelques commentaires avant de poster le mien.
        .
        Vous avez dans ces deux coms, explicité ma pensée beaucoup mieux que je n’en aurais capable.
        .
        Si la « tacatacatique » évoquée est plus que plausible, il me semble plus judicieux de chercher les « gendarmes » du côté de Bilderberg que chez Culbuto.
        .
        Merci Jeussey


      • ZenZoe ZenZoe 2 février 14:30

        @Jeussey de Sourcesûre
        D’ailleurs pour revenir au sujet de l’article, l’hypothèse Hollande est plausible - à un détail près : le Canard est au courant et enquête sur Fillon depuis novembre, cad après l’élection de Fillon et avant le renoncement de Hollande. L’affaire Fillon était censée profiter à Hollande et pas à un autre.

        Hollande a-t-il voulu jouer son va-tout, provoquant un patacaisse, déboulonnant Fillon fraichement élu, redonnant ses chances au PS et donc à lui, qui pouvait ainsi se représenter ?
        Manque de bol, le Canard, refusant peut-être de se laisser manipuler, ou voulant tout vérifier avant, n’a pas publié dès la dénonciation, mais 2 mois plus tard !

        Hollande a déjà renoncé, voix blanche et teint cireux. Macron s’envole dans les sondages. Hollande s’envole aussi, mais au Chili, loin de tout ... ah, zut, encore raté !


      • gerard5567 2 février 15:43

        @ZenZoe
        On ne devient pas président de la République par hasard ou par maladresse.


      • gerard5567 2 février 15:51

        @ZenZoe
        Si Hollande ou le PS devait avoir une chance de gagner, ce serait plutôt avec Fillon qu’avec quelqu’un comme Juppé.

        Marcon et le PS n’avaient aucun intérêt à se débarrasser de Fillon au risque de voir ce dernier remplacé par une personnalité plus proche du centre.

        Et l’affaire expose au mauvais moment. C’est encore à quatre mois du premier tour de la présidentielle.


      • Cazeaux Cazeaux 2 février 18:44

        @ZenZoe

        La révélation du Canard aurait pu aussi bien pu être révélée autrement si Hollande l’avait souhaité car évidemment tout ce qu’on découvre sur Fillon, il le savait depuis longtemps (ainsi que tous dans la mesure où le pb en cause n’est pas la réalité administrative des emplois mais leur effectivité). 
        On peut ne pas aimer voire mépriser Hollande, mais il serait insoutenable de prétendre qu’un président de la République soit à la remorque d’un média, en l’occurrence du Canard, pour faire sortir une affaire sur le devant de la scène.

      • leypanou 1er février 18:02

        Les msm peuvent faire ce qu’ils veulent, l’avenir n’est écrit nulle part.

        Même MLP assurée du 2ème tour n’est pas une certitude et ce n’est pas le fait d’avoir loué un local rue du Faubourg St-Honoré à quelques centaines mètres de l’Élysée qui va la favoriser, bien au contraire.

        Quant à Macron, on verra bien : pour le moment, on en est gavé matin, midi et soir. CNN et autres aux Etats-Unis sont en train de payer leur manque de professionnalisme et leur prise de position outrageusement partisane.

        Le Brexit a gagné, H Clinton a perdu : il n’y a pas de fatalité et bien malin qui peut prédire ce qui va se passer.


        • zygzornifle zygzornifle 1er février 18:24

          Bah il se fera dézinguer comme les autres ..... 




          • Anatine 1er février 18:43

            Bravo ! Il devient simple de lire le b.. ambiant. Je partage à 100%.

            Cote gauche : Hamon à une responsabilité historique. S’il ne fait pas exploser le PS en emmenant tous les élus prêt à respecter ce pour quoi les électeurs ont voté Hamon, il sera raye de la carte comme les autres...

            Cote droite : pile tu perds, face je gagne dit Macron.


            • Anatine 1er février 19:50

              @Anatine

              Un point cependant, je n’attribuerais pas la paternité de ce script à Hollande. C’est le mode de pensée d’un cerveau droit et Macron est largement à la manoeuvre...

              Macron jouera en solo s’il est élu....


            • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 1er février 19:01

              Effectivement, les coups tordus viennent très probablement de Hollande, c’est lui le manipulateur.


              • Fergus Fergus 2 février 09:43

                Bonjour, Gilles Mérivac

                Possible, mais pas certain, loin de là. Ce n’est qu’une hypothèse concernant Macron, et une piste parmi d’autres pour ce qui est des ennuis de Fillon : n’oublions pas que les sarkozystes n’ont pas digéré la primaire.


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 2 février 14:22

                @Fergus
                Les sarkozystes se sont fait une raison et ont choisi Fillon à la primaire, l’attaque est trop bien orchestrée, il n’y a que l’Elysée qui ait vraiment les moyens et qui soit capable de mener une opération de cette envergure. C’est de la politique florentine, à coups de poignards dans le dos.


              • ZenZoe ZenZoe 2 février 14:34

                @Gilles Mérivac
                Très possible - mais il devait en être le bénéficiaire, pas Macron.
                Ah, si le Canard avait sorti l’affaire dès la dénonciation, soit en novembre, Hollande pouvait espérer se représenter (voir mon message plus haut).


              • francesca2 francesca2 2 février 14:46

                @ZenZoe

                Bon ben, heureusement il l’ont sortie en janvier.

              • non667 2 février 16:01

                @Gilles Mérivac

                Effectivement, les coups tordus viennent très probablement de Hollande, c’est lui le manipulateur.

                depuis l’affaire boulin /peyrefite ( à droite ) et gaudinot (sagès /urbat ) à gauche ) tout le monde devrait savoir qu’il y a un pacte de non agression  entre la droite et la gauche concernant les affaires /magouilles (toutes deux étant pourries jusqu’à la moelle ) , c’est donc du coté de sarko évincé souhaitant revenir qu’il faut chercher le dézinguage de fillion ! quand a la promotion de macron il faut chercher du coté du N.O.M. /nathanyaou/bilderberg/davos .....etc....


              • baldis30 2 février 17:09

                @Fergus
                bonsoir,

                Hollande n’est pas Florentin ....


              • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 2 février 18:28

                @non667
                Bien évidemment non, Sarkozy n’a plus d’intérêt en jeu, et de toutes façons il a déclaré qu’il était plus proche de Fillon que des autres.


              • Cazeaux Cazeaux 2 février 18:54

                @non667
                Sur la promotion de Macron, on peut toujours citer des noms ou des organismes influents. Mais n’oublions pas que le pouvoir de nomination, surtout à des postes aussi élevés que SGal Adjoint et ministre, appartient au Président. Prétendre le contraire c’est imaginer un monde gouverné depuis une salle façon SPECTRE, avec des potentats en cagoule. Non, la réalité des systèmes de pouvoir est plus complexe et moins conforme à un schématisme dans lequel il y aurait cohérence continue entre mobiles et prises de décision. Le Président a en France un poids considérable, ce qui explique pourquoi sa trajectoire d’accès au pouvoir mobilise autant de gens, de temps, d’argent.


              • Harry Stotte Harry Stotte 3 février 17:23

                @Gilles Mérivac

                « ...’attaque est trop bien orchestrée, il n’y a que l’Elysée qui ait vraiment les moyens et qui soit capable de mener une opération de cette envergure. » 


                Selon moi, ça peut venir de beaucoup plus haut, si l’oligarchie planétaire, les pouvoirs forts - les mêmes qui ont fait remplacer Berlusconi par l’ex-commissaire européen Mario Monti, en 2011 - ont décidé que Macron devait passer à tout prix. 

                Je précise que c’est la première fois que je glisse une allusion complotiste dans une de mes interventions. Je ne suis pas complotiste, je ne crois guère aux complots d’une manière générale, mais dans le cas particulier, c’est une hypothèse qu’on est obligé de retenir.

              • non667 3 février 21:04

                @Cazeaux
                Le Président a en France un poids considérable, ce qui explique pourquoi sa trajectoire d’accès au pouvoir mobilise autant de gens, de temps, d’argent.
                d’argent ?
                de qui ?gratuitement ? philantropiquement ?


              • Etbendidon 1er février 19:10

                pour cause d’explosion imprévue au Hilton de New-York.
                bop bop
                C’était SOFITEL NEW YORK suite 2806
                les services avaient fourni la coke la veille
                je vous dis ça je dis rien !
                Autrement bon scénario
                Quand je dis et répète sur ce souk que Macron sera l’élu
                 smiley


                • jege117 1er février 19:30

                  Oui peut-être ! que c’est une histoire de ce genre, mais autant de lucidité, autant de machiavélisme, même avec une chance certaine, je ne savais François Hollande à ce point « vicelard ». Si c’est avéré (on ne le saura jamais ) c’est une manœuvre de grand stratège, digne d’un Napoléon.

                  Je pensais que le fait de l’arrivée de Hamon sur le ring des prétendants, pouvait changer la donne, ce dernier pouvait être au 2° tour avec ce qui ouvrait un boulevard à MLP qui récupérait ainsi la droite dure des LR. Aujourd’hui avec un éventuel plan B des républicains, si un Barouin ou un autre de la bande à Sarko était le candidat il y aurait 4 candidats autour des 20%, les deux qui vont sortir du chapeau du premier tour et ces deux là personne ne peut dire qui il seront et MLP n’a pas plus de chance que les autres.

                  • JL JL 1er février 20:00

                    intéressante hypothèse.

                     
                     ’’Un programme, un positionnement cohérent, cela viendrait figer les choses ; l’élasticité de l’offre Macron en sortirait amoindrie.’’
                      
                     Hollande a bien appris la leçon de Mitterrand qui disait : « On ne sort jamais de l’ambiguïté qu’à son détriment. »

                    • cétacose2 1er février 20:28

                      Micron ,le poupon du centre droit de gauche qui ,après avoir fait son dernier rot (child) veut faire ses premières dents ..Au fait ,ça a combien de dents un requin ?.....sans... ?


                      • jack mandon jack mandon 1er février 21:00

                        à l’auteur,

                        C’est hélas plus vrai qu’une hypothèse, c’est aussi mon intuition.

                        Le prince de ce monde, selon les évangiles est exceptionnellement intelligent.

                        Je n’y croyais pas. Peut-être me suis-je trop fié à son apparence peu flatteuse ? Aurais-je occulté la réputation d’intelligence de Hollande, son habilité manœuvrière ?

                        Cette intelligence là fait illusion, mais elle fascine la société de l’avoir et tous ceux qui tournent le dos à la communauté de l’être. Machiavel et autre visionnaires, enfants naturels de Gorgias, le créateur du faux qui séduit hors l’éthique. Le socialisme de gauche, de droite et d’ailleurs est trahison.

                        Les antésocratiques grecs donnèrent le ton, le tout dans l’être, sans argent ni état.
                        Une autre vision du monde « ’aimer l’autre, comme réceptacle du divin. » Simone Weil..Jésus
                        Ce n’est pas le langage courant. Une dimension spirituelle ou humaniste passe par là.

                        On peut apprécier l’humour de Hollande...mais regretter son cynisme, même chose pour Mitterrand qui était au fond, pour le meilleur plus littéraire qu’homme politique de vérité. A la seule vue du beau visage d’Anne Pingeot, on comprend qu’il fut aussi esthète et romantique. Mais l’un et l’autre et tant d’autres ne purent éviter de s’engager dans la guerre.

                        A l’endroit de la médiocrité de cette foule de justiciers j’invoquerai un vrai socialiste, le modèle

                        « Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire. » Jean Jaurès
                        ” 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires