• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Mélenchon et le front de gauche ont raison sur l’Europe (...)

Mélenchon et le front de gauche ont raison sur l’Europe !

 Dans cette campagne, j’admets que la position européenne du front de gauche n’est pas forcément la plus intuitive et je remarque que du coup nombre d’incompréhensions circulent sur internet, certains y voyant des contradictions, des incohérences, et d’autres carrément une volonté dissimulée d’embrouiller ou de tromper les français.

 Je vais donc essayer ici de l’expliquer et peut être de répondre à certaines interrogations, en m’appuyant très largement sur l’excellent bouquin « Nous on peut ! » écrit par Jacques Généreux, que je conseille à tous ceux qui s’intéressent à toutes ces questions.

I Le mythe de l’impuissance

 D’abord commençons par le constat que fait le front de gauche sur la situation économique et politique en Europe, parce qu’on ne peut pas comprendre les solutions qu’il propose si on ne connait pas les problèmes qu’elles visent à combattre et les objectifs qu’elles visent à atteindre.

 Pour le front de gauche, face à la crise déclenchée en 2008 par le capitalisme financier, les états ont sauvé les fauteurs de crise (les banques et les spéculateurs) au lieu de les combattre. Et face à la spéculation contre la dette publique de la Grèce, du Portugal, de l’Irlande etc …, les gouvernements se plient aux exigences des marchés financiers et font payer la facture aux travailleurs.

 Les grands partis qui se partagent le temps d’antenne avec les gouvernements et une armée d’éditorialistes, d’experts etc … nous rabâchent tous la même rengaine, celle de l’impuissance. On ne peut pas faire autrement, il n’existe pas d’alternative, le capitalisme, le pouvoir de la finance et la compétition mondiale sont des réalités indépassables. Selon eux, nous n’avons plus d’autre choix que de tenir un discours de « vérité » aux français : l’état est en faillite, il n’y a plus d’argent, nous n’avons pas d’autre choix que de nous « serrer la ceinture », bref de nous résigner à l’austérité.

 Ce discours n’est pas sans rappeler celui qui dominait avant la crise : « dans un monde en guerre économique permanente, la nécessité d’être compétitif nous contraint à faire ce que l’on peut pour rester dans la course, à sacrifier des « acquis sociaux trop couteux » ou des biens publics « au dessus de nos moyens » et à « travailler plus pour gagner… » moins !

 Et en cas de crise, les sacrifices sont nécessairement plus durs, les états se retrouvant à court d’argent.

 Ainsi toute politique progressiste offrant une autre perspective que la régression sociale ont beau apparaître souhaitables pour le plus grand nombre ( ex retraite à 60 ans pour tous ou smic à 1700 euros ), elles n’en sont pas moins systématiquement présentées et, en fin de compte malheureusement assez largement perçues, comme irréalistes dans le monde d’aujourd’hui.

 Et si on regarde le paysage politique dans cette élection présidentielle, on voit bien que les principaux candidats ( Sarkozy, Bayrou, Hollande, Lepen ) tiennent tous ce discours et défendent tous cette même austérité, à la nuance prêt que Bayrou cultivant son folklore centriste veut faire porter l’effort à 50/50 entre la réduction des dépenses et de nouveaux impôts, qu’Hollande veut faire payer un peu plus les riches que les autres mais sans grande conviction, et que Lepen veut faire surtout payer ces salopards d’immigrés.

 Jean-Luc Mélenchon a d’ailleurs sorti une expression marrante pour les désigner : il les appelle « les 4 daltons de l’austérité ». (Je vous laisse deviner qui sont Joe et Averell …)

 Le front de gauche avance que le « on ne peut pas faire autrement » est justement précisément le verrou idéologique qui protège les profiteurs du système, mieux que n’importe quelle armée.

 

II L’union européenne libérale

 Et à ce titre, l’UE est devenue l’instrument de soumission des Européens à la pression permanente de la libre concurrence. Elle n’a pas seulement livré l’Europe à la guerre économique mondiale et à tous les spéculateurs de la planète ; elle l’a fait en privant les Etats membres de tous les instruments de la puissance publique employés par les autres grandes puissances pour soutenir leur économie nationale. De surcroît elle a intensifié la concurrence interne entre les travailleurs européens, elle a encouragé la concurrence fiscale et le dumping social entre ses Etats membres pour soutenir une convergence forcée vers les politiques néolibérales.

 Et on le voit avec l’exemple Grec, il faut voir comment l’UE protège ses membres face à la crise financière ! Elle ne constitue pas un front renforcé des Etats européens pour contrer les spéculateurs et mater les marchés financiers ; elle forme au contraire un front de gouvernements pour protéger la finance et forcer les peuples les plus vulnérables à se soumettre aux exigences des banquiers.

 Après un tel bilan, il n’est pas né l’altermondialiste du front de gauche qui saura convaincre les foules que seul un pouvoir supranational saura restaurer le progrès social et la souveraineté des peuples face aux marchés !

 On peut de bonne foi souligner que la tournure anti démocratique de l’UE n’a rien avoir avec la construction européenne que nous proposons et même à juste raison soutenir que les biens publics mondiaux ( la biosphère, le climat, les ressources naturelles, la paix, etc … ) nécessitent idéalement une politique mondiale. Ce discours est inaudible face aux réalités immédiates qui confortent au contraire les appels au repli national ( Lepen / Dupond-Aignan / Asselineau ).

 En effet, le seul endroit au monde où l’on a commencé une réelle intégration internationale ( l’UE ) apporte chaque jour la démonstration que ce processus vise à déposséder les peuples de tout reliquat de souveraineté, à préserver le système capitaliste et des politiques néolibérales qui épuisent la planète et les hommes au seul avantage d’une minorité de profiteurs.

 Alors dans ce contexte, on peut toujours soutenir comme le front de gauche que, dans l’idéal, nous avons besoin de plus d’Europe démocratique et de plus de mondialisation démocratique pour contrer l’UE et la mondialisation néolibérales. Mais ce discours peut être vrai en théorie et inopérant en pratique. Car toute la question est de savoir comment l’on passe de la réalité insoutenable à l’idéal souhaitable.

 D’où les incompréhensions à propos de la position du front de gauche et toutes les critiques qu’elles génèrent.

 Sauf qu’en l’occurrence il est une première idée qui s’impose au bon sens : ce n’est pas en commençant par bafouer la souveraineté des peuples dans l’Etat-nation que l’on promeut l’avènement des instances démocratiques supranationales dont le monde a besoin.

 

III Le repli nationaliste

 Ainsi, la première étape logique dans la reconstruction d’une coopération démocratique entre les peuples européens, comme entre les peuples du monde, consiste à restaurer d’abord toute la souveraineté populaire abolie par la mondialisation du capitalisme, là où elle peut s’exercer dans l’immédiat, c’est-à-dire au niveau national. Autrement dit : Si, en effet, ce sont bien les peuples qui maîtrisent la conduite des politiques au niveau national, alors tout processus d’intégration supranationale éventuellement nécessaire se fera uniquement selon des modalités qui étendent la démocratie et promeuvent les biens communs à tous les peuples.

 Mais là où la réflexion du front de gauche diverge totalement de celle des nationalistes, c’est que pour le front de gauche la restauration de la souveraineté populaire nationale doit évidemment aller de pair avec l’intensification de la solidarité internationale des peuples, solidarité plus que jamais indispensable face par exemple à l’urgence écologique, ou face aux tensions croissantes pour le partage planétaire des ressources, deux grands enjeux géopolitiques systématiquement oubliés par les autres formations politiques et ainsi exclus du débat public.

 Dès lors le défi politique du moment, pour le front de gauche, est de restaurer la souveraineté populaire nationale sans s’abîmer dans un repli nationaliste. Ce défi peut être relevé en suivant le cap d’un nouvel internationalisme fondé sur la coopération des peuples souverains. Mais cela suppose au préalable de faire sauter le verrou de la prétendue impuissance des nations.

 Mais ce besoin de solidarité n’est pas la seule raison qui exclut un repli nationaliste.

 Les nationalistes expliqueront avec conviction qu’un repli au niveau national n’est pas contradictoire avec une coopération entre les peuples mais ils se trompent. Un tel repli c’est abandonner toutes les questions internationales aux seules négociations inter-gouvernementales, c’est-à-dire, à des ministres, à des diplomates, à des technocrates, bref à des personnes non élues.

 C’est faire la même erreur que nos ancêtres après la seconde guerre mondiale !

 Il est illusoire de croire restaurer la souveraineté du peuple en en abandonnant une aussi importante partie à ces gens qui forment une classe sociale complètement déconnectée du reste de la population. Il suffit de voir le rôle moteur qu’ont jouées toute ces institutions internationales dans la mondialisation libérale (ONU, FMI, OMC, et dans une large mesure l’UE ), pour comprendre le caractère fondamentalement oligarchique et vain de ce genre de gouvernance ( le G20 en étant la plus extrême manifestation ) et donc que ce n’est pas la bonne voie à suivre. Les mêmes causes entraineraient exactement les mêmes effets.

 

IV L’impasse de la sociale démocratie européenne

 Mais cela suppose aussi qu’il existe une autre force politique à gauche. Car partout où un front de gauche n’est pas présent, l’offre politique semble bornée par trois impasses :

- la soumission à la mondialisation néolibérale (Bayrou / Sarkozy)

- le repli nationaliste ( Lepen, Dupond-aignan, Asselineau)

- la construction au dépend des nations d’une démocratie mondiale pour soutenir une autre mondialisation (Hollande, Eva Joly)

 La 1ère de ces voies est celle, insoutenable, qui nous entraine aujourd’hui dans l’abîme d’une régression générale, la deuxième est l’autre régression où nous mèneront tout droit des révoltes populaires si elles ne trouvent pas d’autre débouché politique, et la troisième est une fausse issue de secours, car elle fait miroiter une porte de sortie théorique et lointaine sans dessiner un chemin plausible sur lequel s’engager aujourd’hui.

 Car personne ne croit sérieusement possible d’obtenir par la seule négociation multilatérale, et à brève échéance, une réorientation radicale de l’union européenne, ni, à fortiori, l’institution de nouvelles organisations mondiales démocratiques. Il ne reste alors qu’une alternative effective, la régression néolibérale ou la régression nationaliste. La 3ème voie des sociaux démocrates a en effet perdu toute crédibilité.

 Quand ces derniers ne se sont pas de fait rangés dans le camp du néolibéralisme, ils se sont repliés sur un altermondialisme ou sur un européisme niais : ils comptent sur la négociation internationale pour restaurer les marges de manœuvre disparues. Et pendant qu’ils négocient ou attendent que des partenaires veuillent bien négocier quelque chose, le rouleau compresseur néo libéral accomplit son office.

 Ils abandonnent ainsi les peuples.

 En s’abstenant à chaque moment clé de la construction européenne depuis le référendum sur le TCE (Traité constitutionnel européen) en 2005, c'est-à-dire au moment de la ratification du traité de Lisbonne en 2007, au moment du plan de sauvetage des banques au début de la crise financière en 2008, et aujourd’hui avec l’institution du MES (Mécanisme européen de stabilité), les parlementaires du parti socialiste l’illustrent malheureusement de manière particulièrement éloquente.

 

IV Une autre alternative : L’Humain d’abord

 J’espère que vous comprenez mieux pourquoi le Front de gauche refuse ces trois alternatives et propose une quatrième voie, dont vous devinez j’espère dors et déjà la cohérence.

A court terme, le front de gauche restaurera cette souveraineté du peuple :

1) En mettant fin à la Vème république, qui n’est rien d’autre qu’une forme de monarchie déguisée, et en instaurant une VIème république parlementaire grâce à une assemblée constituante réservée aux citoyens.

2) Par la récupération de marges de manœuvres financières grâce à une meilleure répartition des richesses (salaires, impôts, cotisations, audit et restructuration de la dette)

3)  Par la récupération de marges de manœuvres politiques au niveau national en prenant des mesures immédiatement applicables qui permettent de reprendre les pouvoirs abandonnés aux marchés financiers par les précédents gouvernements (ex : création d’un service public bancaire séparé des marchés financiers en nationalisant certaines banques comme la BNP, interdiction de la cotation en continue, droit de veto sur les délocalisations, poursuite des évadés fiscaux dans les autres pays etc … ).

4) En désobéissant au traité de Lisbonne, ce qui nous permet de récupérer d’autres marges de manœuvre au niveau national sans sortir de l’UE et sans renoncer à l’Euro (donc en proposant en parallèle la renégociation des traités), parce que nous en avons besoin pour mettre en place la coopération démocratique et la solidarité internationale dont je parlais plus haut. ( ex : emprunts directs à la banque de France en attendant un accord pour autoriser les emprunts directs à la BCE, contrôle des mouvements de capitaux etc … )

5) Grâce à la planification écologique qui permettra de relancer l’économie tout en la resoumettant aux besoins et à la volonté du peuple. ( ex : création d’un pôle public de l’énergie (ex : nationalisation de Total ), sortie de la dépendance aux énergies carbonées ( ex développement du chemin de fer ), et au nucléaire ( développement des énergies alternatives géothermie, solaire, hydrothermie etc … ) .

6) En sortant de l’OTAN et donc en nous émancipant de la domination et de l’impérialisme américain, en redonnant sa propre voix et sa grandeur à la France. En refusant l’instauration d’un grand marché transatlantique et d’une gouvernance économique au niveau européen.

Merci.


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (191 votes)




Réagissez à l'article

185 réactions à cet article    


  • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 mars 2012 12:26

    une remarque sur le chapitre IV : personnellement je mettrai hollande avec sarkozi en ce qui concerne la soumission aux banques, a la mondialisation et le fait qu’ils sont tous els deux pour le prolongement de la duree des cotisations et la privatisation des retraites, or le capitalisme de speculation vit en grande partie des fonds de pension investis en bourse et rapportant d’enormes dividendes a leurs actionnaires


    • ET PAS SEULEMENT SUR L EUROPE CAR JACQUES GENEREUX D4 ATTAC EST UN AS DE L ECONOMIE... et puis il y a didier migaux pdt de la cour des comptes et cahuzac..

      -pour les revenus annuels de plus de 100 millions...on prend 75% EN IMPOTS......dixit le ps

      MELENCHON DIT :AU DESSUS DE 30000 EUROS MOIS on prend tout par l’impot...footballe
      urs loreal...arnaud...total....il est l’heure de les faire payer

      - idem pour jhonny halliday...florent pagny...ect......
      -interdiction aux avocats d’affaires et gerants de sci ou de gors cabinets immobiliers de se présenter aux élections...


    • credohumanisme credohumanisme 12 mars 2012 16:43

      « -interdiction aux avocats d’affaires et gerants de sci ou de gors cabinets immobiliers de se présenter aux élections... »

      Vous avez une drôle de vision de la démocratie.


    • Ouallonsnous ? 12 mars 2012 18:12

      Une remarque sur le titre de l’article !

      L’Europe n’existe pas et c’est une non Europe, fabriquée par la finance anglo-USraélienne que l’UE.

      Mélenchon, en tant qu’idiot utile de l’UE (député européen) ne veut pas voir son errement et sa collaboration avec l’Empire, même s’il prétend la combattre

      Si d’aventure il était élu, nous aurions, nous le peuple français, à lui faire redresser la barre d’entrée de jeu à ce sujet, et, se peut dans la négative, nous en débarasser sans attendre cinq ans comme pour Sarkozy, aussi vite que nous l’aurions promu à la présidence de la république.

      Aprés cinq ans de dictature de la troïka UE, BCE, FMI avec Sarkozy, nous ne prendrons pas le risque que cela continue avec Hollandréou et ses pseudos socialistes, à fortiori, nous ne tolérerons pas quelqu’un qui, en se voilant la face, idéalise l’UE comme étant l’Europe.

      La priorité est à la reconstruction de la France et à la reprise de la construction européenne dans l’optique d’une union eurasienne, une UE légitime celle là, et non une métastase du "commonwealth anglo-américain !


    • Ouallonsnous ? 12 mars 2012 18:49

      Pour conclure à mon post précédent, non ! Mélenchon a tort et se fourvoie totalement sur l’UE qu’il veut nous « vendre » pour une Europe à améliorer, c’est là un de ses talons d’Achille, avec celui de considérer les pseudos socialos (solfériniens) comme étant toujours ses « camarades », des gens de gauche et des français « patriotes » alors qu’ils sont vendus à l’UE bruxelloises !.

      Mais le plus grave est qu’il entraîne dans ses élucubrations fautives la « fine fleur » des jeunes militants du front de gauche !

      JL Mélenchon, j’ose espérer que si vous ne parvenez pas au second tour, vous n’allez pas vous désister poiur la Hollandréoucratie, continuatrice de la politique de l’UE appliquée à la France !


    • Dupont Georges Dupont Georges 18 mars 2012 12:00

      pourquoi eurasienne ? Et pas euro-méditerranéenne par exemple ?


    • « 

      IL Y A LONGTEMPS QUE NOUS NE SOMMES PLUS EN DEMOCRATIE REPONSE  »a la question..vous appelez cela une démocratie "
      ’AFFAIRES PARISIENS SONT GERANTS DE SCI ET PROCHES DE L UMP.. :

      -si vous appelez démocratie un pays dont la capitale est dans les tentacules DE LA PIEUVRE
      MAFIEUSE UMP

      -a PARIS les logements ont pris 50% DE VALEUR EN PLUS SUR 10 ANS....LES LOYERS AUSSI ............ 50%

       une chambre de bonne 600 euros un faux t2 divisé par un rideau..1100 euros souvent dans des immeubles insalubres.........

      - en PROVINCE LES MAISONS MEME EN BORD DE MER ONT PERDU 25 % DE LEUR VALEUR.

      y a t il des francais parisiens jacobins citoyens de 1ere classe et les citoyens de 2 eme classe...les provinciaux.

      APPELEZ CELA UNE DEMOCRATIE POUR MOI LA FRANCE EST UNE GRANDE SCI TENUE PAR L UMP...ET SES ACOLYTES .......


    • oubli : LES AVOCATS D AFFAIRES.....


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 mars 2012 12:40

      — début de citation —
      Alors dans ce contexte, on peut toujours soutenir comme le front de gauche que, dans l’idéal, nous avons besoin de plus d’Europe démocratique et de plus de mondialisation démocratique pour contrer l’UE et la mondialisation néolibérales. Mais ce discours peut être vrai en théorie et inopérant en pratique. Car toute la question est de savoir comment l’on passe de la réalité insoutenable à l’idéal souhaitable.
      — fin de citation —

      L’Europe démocratique j’ai l’ai souhaité aussi, mais on nous à imposé en 2008 le traité de Maastricht, lequel à été rejeté par les français aux urnes en 2005 avec plus de 54% des voix !

      Tous les candidats à la présidentielle font des promesses, qui ne pourront pas tenir car il n’auront pas le POUVOIR ( en tant que Président ) pour combattre la délocalisation et surendettent de la France et le néo-libéralisme !

      Il y une seule voix pour retrouver la démocratie :
      Regardez cette interview : http://www.itele.fr/emissions/chronique/linvite-de-ledition-permanente/video/24322


      • Terry31 11 mars 2012 12:54

        Pour ma part, 2 raisons me font ne pas adhérer au programme de Mélenchon :

        1) Comme Le Pen ou encore Dupont-Aignan, il ne veut pas sortir de l’UE, il veut renégocier les traités, redéfinir les statuts et les missions de la BCE. Pour obtenir l’accord des 26 Etats, il peut toujours s’accrocher ! En attendant d’avoir à faire aux peuples, il devra faire avec leurs représentants, les chefs d’Etat en l’occurrence.

        2) La deuxième raison étant conditionnée par la première, il sera contraint par les traités et ne pourra engager aucune des réformes de son programme et certainement pas l’utopique idée de faire une Europe des peuples.

        Pour synthétiser, je trouve belle l’idée de vouloir une Europe des peuples mais irréalisable concrètement alors que si l’on sort de l’UE (l’article 50 du TFUE le permet) et qu’on rétablit les prérogatives de l’Etat, on peut bâtir un avenir, c’est du tangible. J’ajoute qu’il n’y aucun repli nationaliste là-dedans, juste une volonté de réaliser ce que je crois possible, tout simplement. Et qui dit qu’une fois la France sortie de l’UE, d’autres pays n’en feraient pas autant, libérant ainsi la volonté des peuples à choisir pour eux-mêmes leur avenir ?


        • colza 11 mars 2012 13:19

          La France est (encore) la deuxième économie européenne et si elle exige des changements dans les traités, il y a fort à parier que d’autres pays, en particulier ceux étranglés par la Troïka, suivront.

          Croire que Merkel est seule à même de dicter sa volonté ne résulte que d’un consensus qui peut être rompu si un état prend la responsabilité de l’initier.


        • logan 11 mars 2012 13:56

          Même si vous avez des projets ultérieurs de reconstruire une autre coopération, appelons un chat un chat, dans un premier temps vous proposez bel et bien le repli au niveau national.
          Vous devez vous rendre compte déjà que de prendre la responsabilité de détruire l’UE de manière unilatérale n’aidera pas dutout ensuite pour construire qqchose avec les autres pays, ça risque de créer quand même un sacré traumatisme et d’entamer pas mal la confiance des autres pays.
          De plus comme j’ai expliqué plus haut, l’inter gouvernemental est fondamentalement oligarchique et vain, vous n’arriverez jamais à construire quoi que ce soit de démocratique par cette méthode.
          La méthode du front de gauche ne se résume pas à une renégociation multilatérale avec les 26 autres états, ce sont les sociaux démocrates qui proposent cette méthode.

          Le front de gauche récupèrera toutes les marges de manoeuvre nécessaires sans avoir besoin de sortir de l’UE ou de l’euro, j’en fais la liste dans le dernier chapitre.


        • Terry31 11 mars 2012 14:01

          @Colza

          2ème contributeur ou pas, toujours est-il que les décisions qui relèvent de la révision des traités doivent être prises à l’unanimité des 27 Etats. Quand on voit le temps qu’il a fallu pour contenir la crise de l’Euro (momentanément, car elle est loin d’être finie) alors qu’il y avait urgence, on imagine mal comment, on pourrait obtenir des réformes qui vont à l’encontre des lobbies de la finance. Si la BCE a été créée telle quelle (je pense au traité 123 notamment), vous pensez que c’est un hasard ?


        • Terry31 11 mars 2012 14:02

          Toutes mes excuses, il fallait lire article 123 et non pas traité 123.


        • Un partageux 11 mars 2012 14:05

          Au sein du FdG il y a deux courants de pensée (qui traversent les différentes organisations). Certains veulent carrément sortir de l’UE comme vous semblez le souhaiter. En disant que l’on ne parviendra jamais à y faire le moindre changement. D’autres prônent la désobéissance. En disant on fait ce qu’on décide sans se soucier des accords européens. Et vogue le navire ! Le suns ne doivent pas exclure les autres...



        • Terry31 11 mars 2012 14:17

          @Partageux

          Il y a une incohérence totale entre le fait de vouloir rester dans l’UE sans dénoncer le Traité. Si vous restez dans l’UE tout en « désobéissant » à certains articles vous vous placez aussitôt sous le coup du droit européen et aurez à répondre du non respect du Traité devant la cour de justice de l’UE. Cela se traduira par des sanctions économiques. Déjà que nous contribuons à hauteur de 21 Md€, vous trouvez que ce n’est pas suffisant ?


        • Laulau Laulau 11 mars 2012 14:29

          La position du FDG est de miser sur une dynamique d’adhésion des peuples européens opprimés pour bousculer l’ordre libéral actuel. Si c’est possible, il ne faut pas s’en priver, si ça ne l’est pas, nous serons toujours à temps pour préserver nos intérêts et sortir de l’union. Mais il faut bien avoir en tête que si la France en sort, ça n’est fini de l’Union européenne, et c’est un sacré argument économique face à l’Europe du nord !


        • Terry31 11 mars 2012 14:47

          @Lalau
          Oui, eh bien, pour moi, devant l’urgence de la situation, à choisir entre un candidat qui me dit « on verra si on sort de l’UE ou pas » et un autre qui me dit « on sort ». Je choisis le deuxième.


        • Guy Liguili Guy Liguili 11 mars 2012 16:13

          Celà dit, la Banque de France a les machines pour fabriquer de l’Euro. Donc, si l’on nous impose des sanctions économiques, on peut répliquer : « OK, juste le temps de les fabriquer. » puis « On en a 10000 de plus, on vous les met quand même ? »


        • Ouallonsnous ? 12 mars 2012 22:24

          Non logan, liquider l’UE anglo-américaine est un pré-requis indispensable à la réacquisition de la souveraineté des états victimes de l’UE et partant à l’édification de l’Europe dans l’optique d’une union Eurasienne, seule légitime historiquement géographiqiement et humainement.
          Nous n’avons que faire de faire perdurer un « commonwealth » anglo-américain mercantile, transatlantique qui nous est étranger et dont nous serions les « sujets » colonisés !


        • taktak 13 mars 2012 11:32

          En préambule, je souhaite féliciter l’auteur pour cet article qui a mon avis s’intéresse de façon pertinente à une question politique de premier ordre qui plombe la gauche depuis déjà des décennies à savoir la position vis à vis de l’Europe. Et je dois dire que je suis en désaccord avec la position du FdG sur la possibilité de redresser l’UE. C’était déjà une erreur lors de la campagne contre le TCE où on a vendu « une autre europe est possible », « un plan B existe », alors que l’on a bien vu que ce n’était pas le cas. Il ne faut pas oublier que nous n’avons pas des démocrates en face de nous. Pour autant, même si je suis en désaccord sur ce point, je crois qu’il est important de soutenir la candidature Mélenchon, en étant critique pour faire évoluer cette position.

          Même si vous avez des projets ultérieurs de reconstruire une autre coopération, appelons un chat un chat, dans un premier temps vous proposez bel et bien le repli au niveau national.

          Votre raisonnement est manichéen. Pour donner un exemple lorsque le Venezuela refuse l’accord de libre échange américain, ce n’est pas un replis nationaliste puisque c’est ce qui lui permet de construire l’ALBA.
          Vous devez vous rendre compte déjà que de prendre la responsabilité de détruire l’UE de manière unilatérale n’aidera pas du tout ensuite pour construire qqchose avec les autres pays, ça risque de créer quand même un sacré traumatisme et d’entamer pas mal la confiance des autres pays.

          Votre raisonnement me semble relativement idéaliste, dans la mesure où vous projetez ici une interprétation qui n’est pas la plus évidente : d’une part qu’appelle t on la confiance des autres pays ? s’il s’agit de leur gouvernement à la papandréou merkel monti, nous n’aurons jamais leurs confiance. Si c’est celle des peuples, de toute façon ils n’ont pas voix au chapitre, et rien n’indique qu’ils soient aussi attachés que vous à l’image révée de l’Europe au dessus des nations, dégoutés qu’ils sont par des decennies de brimades Eurocapitalistes. La condition pour leur rendre la parole est de faire exploser l’UE pour supprimer les troïka qui oppriment la souveraineté des peuples.

          De plus comme j’ai expliqué plus haut, l’inter gouvernemental est fondamentalement oligarchique et vain, vous n’arriverez jamais à construire quoi que ce soit de démocratique par cette méthode.
          La méthode du front de gauche ne se résume pas à une renégociation multilatérale avec les 26 autres états, ce sont les sociaux démocrates qui proposent cette méthode.

          Concrétement, j’ai du mal à voir ce que vous proposez ici, si ce n’est une projection idéaliste d’un idéal européen niant l’existence des nations, des peuples. Pourtant cela est un fait, la souveraineté populaire s’exprime aujourd’hui dans le cadre national de chaque état : preuve en est par exemple il n’existe pas de mouvement social européen. Cela viendra sans doute, mais dans le rapport de force avec les capitalistes, l’expérience de l’UE prouve qu’il ne faut pas aller trop vite puisque aujourd’hui le capitalisme est mondialisé, anti-national (nos patrons ne nous imposent-ils pas l’anglais ?). Le FdG le reconnaît d’ailleurs, puisque le point essentiel de son programme est de rendre la souveraineté au peuple français.

          Le front de gauche récupèrera toutes les marges de manoeuvre nécessaires sans avoir besoin de sortir de l’UE ou de l’euro, j’en fais la liste dans le dernier chapitre.

          C’est un point dont on peut douter. Car durant la longue période où on va négocier (en intergouvernementale ne vous en déplaise, car Merkel, Monti, Cameron... seront toujours là,et il ne faut pas être idéaliste en imaginant un soulèvement populaire immédiat des peuples d’europes pour soutenir le FdG, vieille lune gauchiste...) si on ne peut qu’être incertain sur le soutien d’éventuels alliés, on peut être sûr de l’opposition conséquente de pays majeurs, et des institutions UE, BCE en tête. De quoi durablement retarder l’émergence de marge de manœuvre et épuiser le soutien populaire.
          Bref, une solution dialectique pourrait être d’avoir une position plus claire disant, nous aurons besoins de l’ensemble de ces réorientations de l’UE sous telle échéance, si cela n’est pas possible nous ressaignerons les traités nécessaires avec les pays qui le souhaitent, faute de quoi nous sortirons le cas échéant seul de l’UE et de l’euro.
          Il s’agit là d’un message qui n’est pas fondamentalement différent sur les objectifs, mais qui serait autrement plus audibles par l’ensemble des citoyens. Qui plus est, il permettra de dénoncer l’hypocrisie de l’extrême droite, FN et UMP en tête, et de mettre au pied du mur la social démocratie.


        • logan 19 mars 2012 13:13

          Quand on se replit on abandonne une position avancée pour rejoindre une position arrière.
          Refuser de faire un pas dans la mauvaise n’a donc rien avoir avec le repli.
          Par contre abandonner la construction européenne dans sa totalité pour revenir à la seule dimension nationale, c’est bel et bien un repli, ne vous en déplaise.

          Vous voyez je pense à tort une preuve qu’on ne peut pas construire une autre Europe dans ce qu’il s’est passé suite au TCE. Et vous donnez vous même l’argument pour vous contredire. En effet, ceux qui étaient au pouvoir au moment du TCE et qui ont obtenus le pouvoir en 2007 ne sont pas des démocrates. Nous par contre nous le sommes, et il faudra bien que vous acceptiez que nous, on ne fera pas la même chose que Chirac ou Sarkozy.


        • Vermay 11 mars 2012 13:00

          Jean-Luc Mélenchon, néo-gauchiste populiste, n’est pas un candidat sérieux. Seul Nicolas Sarkozy, qui dispose de l’expérience et des connaissances nécessaires, peut faire face à la situation actuelle. Il nous en coûtera certes, plus d’austérité, mais l’enjeu est notre survie. 


          • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 mars 2012 13:08

            @ Vermay ... vous n’etes pas convoque a Villepinte pour connaitre encore mieux les immenses connaissances de celui dont le QI est garde top secret ?


          • colza 11 mars 2012 13:15

            J’imagine que vous parlez de VOTRE survie, car si Sarkozy est reconduit à la tête de l’Etat, seuls les riches survivront, n’en doutez pas !


          • stereo 11 mars 2012 15:01

            Le pays a suffisament souffert de la « grande expérience » du « petit » Nicolas et des « connaissances » des Bolloré, Parisot, de la « brasserie » Fouquet’s et j’ en passe...
            L’erreur de casting a couté trés cher au peuple, alors du balai !
            Est-ce clair ? 


          • PapaDop PapaDop 11 mars 2012 18:07

            Pour survivre ,on peut se débrouiller seul Vermay ,tu peux donc dire à ton poulain d’aller se balader .
            Quand a toi ,petite brebis égaré ,arrête ta télé et instruit-toi. smiley


          • Laulau Laulau 12 mars 2012 07:53

            Néo-gauchiste populiste, Melenchon ?
            Pour votre héros, j’ai mieux : neo-libéral fumiste. Vous préférez peut-être krypto-lepeniste bushiste ?


          • Balian of Ibelin Balian of Ibelin 12 mars 2012 09:48

            Bonjour,

            Vous n’avez rien compris, rien appris en cinq ans..

            je crois qu’il est inutile d’en ajouter plus, on perd son temps
            avec des gens comme vous...


          • Dupont Georges Dupont Georges 18 mars 2012 12:09

            Seul les riches survivront ?

            Dans un premier temps oui, mais les riches devraient quand même se demander si voter Sarkozy de risque-t-il pas de leur couter bien plus cher, à moyen-terme, quand le peuple sera vraiment enervé...


          • musashi 11 mars 2012 13:21
            Article intéressant, bien écrit et qui parlent enfin des propositions (ça change des articles qui se contentent de critiquer les autres...). Donc félicitations pour cela.
            Par contre si beaucoup de personnes disent que le Smic à 1700 euros, le retour de la retraite à 60 ans ne sont pas réalisables c’est qu’il y a des raisons. Les gens ne disent pas ça par plaisir de faire souffrir leur peuple...

            Je parlerai uniquement du point sur emprunt direct à la BdF ou à la BCE. Quel serait l’avantage par rapport à ce qui se passe actuellement ? Pouvoir emprunter à un taux de 0% ? Savez vous à quoi sert le différentiel de taux d’intérêt ? Celui sert à faire la distinction entre un pays qui gère bien ses finances et un pays qui fait n’importe quoi (exemple récent avec la Grèce).
            Un pays sérieux bénéficie d’un taux d’intérêt bas et au contraire un pays non sérieux bénéficie d’intérêt élevé cela me parait plutôt juste non ?

            Certains me diront que si l’on retrouve la possibilité de créer nous même notre argent nous n’aurons plus de problème de dette, c’est certes vrai mais bizarrement ces personnes oublient de nous parler du côté obscure de la chose : l’INFLATION. L’inflation est l’impôt le plus injuste car il touchent en premier les plus pauvres.

            Donc personnellement je préfère une bonne gestion, une rigueur voulue, contrôlée et organisée faisant participer tout le monde et en priorité les plus riches. C’est notamment ce que propose F. Bayrou.






            • Francis29 JL1 11 mars 2012 13:30

              musashi,

              je vous ai déjà répondu au sujet de votre mensonge. Et vous avez apparemment approuvé, puisque vous n’avez pas répondu.

              Alors, bis repetia placent :

              musashi,

              je ne sais pas si vous avez réfléchi au problème et me livrez vos conclusions, ou bien si vous me répétez les mantras des financiers, mais ce que vous faites là, ça s’appelle du populisme dans sa définition péjorative, à savoir : "faire l’apologie d’une chose qui est mauvaise pour le peuple en la déclarant bonne pour lui et mauvaise pour les riches".

              De fait, l’inflation bénéficie aux débiteurs et nuit aux créanciers. Et les créanciers ne sont jamais les pauvres, bien au contraire ! Les créanciers sont généralement des gens qui font de l’argent avec de l’argent. Si l’inflation était mauvaise pour les pauvre, je doute que la BCE qui roule pour les financiers puisque c’est leur création, s’en préoccuperait.

              Avec l’échelle mobile des salaires, les salariés étaient protégés contre l’inflation. C’est aussi pour ça que la droite l’a abolie et tient tant à garder le pouvoir, y compris par les moyens mafieux.


            • logan 11 mars 2012 14:09

              Tout mon propos est d’expliquer qu’il n’existe pas de bonnes raisons qui rendraient irréalistes les politiques progressistes. C’est juste ce que l’oligarchie veut faire croire, mais cette idée de l’impuissance est juste un verrou idéologique manipulateur, en réalité, bien sur que les politiques progressistes sont possibles, elles le seront toujours.

              Par exemple, il est faux de dire qu’il n’y a plus d’argent ou que l’on vit au dessus de nos moyens, en réalité la France n’a jamais été aussi riche, c’est juste que cette richesse est encore plus mal répartie qu’avant.
              Le front de gauche récupère les fameuses marges en agissant justement sur cette répartition des richesses.
              Tous les autres partisans de l’austérité défendent simplement l’ordre établit. Le front de gauche n’a pas peur de l’affronter et de le bousculer.

              En ce qui concerne la création monétaire, vous vous fourvoyez. La question n’est pas dutout pour ou contre la création monétaire vu qu’à l’heure actuelle celle-ci tourne déjà à plein régime. Vous ne savez visiblement pas que la majeure partie de la monnaie ( 85% ) est actuellement créée par les banques privées, ou encore que par exemple que ces dernières années la masse monétaire de la zone euro augmentait en moyenne de 10 à 12% par an ( pour seulement 2% de croissance de l’économie européenne en moyenne ).

              Le vrai débat aujourd’hui est de savoir si on laisse l’exclusivité de la création monétaire aux banques privées ou si on redonne à l’état le droit de l’utiliser lui aussi sachant qu’actuellement rien ne justifie qu’il soit obligé d’emprunter aux banques privées vu que celles-ci empruntent à la banque centrale à 1%, autant que l’état emprunte directement à la banque centrale plutôt que de passer par l’intermédiaire des banques privées, cela coûterait moins cher à la collectivité.


            • Laulau Laulau 11 mars 2012 14:34

              L’inflation est l’impôt le plus injuste car il touchent en premier les plus pauvres.

              En voila une affirmation ! Pendant les 30 glorieuses nous avons connu une inflation forte et ce fut pendant cette période que le niveau de vie des classes populaires a le plus augmenté.
              Au contraire, l’inflation, c’est la terreur des rentiers.


            • Terry31 11 mars 2012 15:00

              D’accord avec Laulau. L’inflation est la terreur du rentier.

              Non, seulement les 30 glorieuses ont montré qu’inflation et croissance étaient liées positivement mais encore, aujourd’hui, on peut observer cette corrélation du côté des pays émergents.
              Bien évidemment, il faut veiller à ne pas laisser trop filer l’inflation au risque d’une surchauffe de l’économie mais les 2% dogmatiques imposés par la BCE sont une aberration en période de stagnation de l’économie. On a d’ailleurs pu observer, là aussi, que c’est la zone Euro qui a connu la plus faible croissance ces dernières années par rapport aux autres pays de l’UE.


            • Le printemps arrive Le printemps arrive 11 mars 2012 19:28

              à l’inflation s’ajoute un chômage de 10% volontairement entretenu : le NAIRU !


            • Scual 11 mars 2012 20:33

              En tout cas c’est le chômage qui fait qu’il n’y a pas assez d’actifs pour payer les retraites et non pas l’accroissement du nombre de retraités.

              Pour résumer si on nous a repris la retraite à 60 ans c’est pour nous faire payer l’incompétence de ceux qui n’ont pas réussit à faire baisser le chômage... et effectivement on pourra toujours nous reprocher de les avoir élus.


            • Lizerunn 12 mars 2012 00:54

              Bonjour,

              L’envie me prend de répondre à l’amusant commentaire de Murashi en apportant un argument fort simple et que je ne vois jamais utilisé.

              Alors c’est simple, on emprunte sur les marchés privés et en échange, on paie des intérêts calculés sur la base de notre capacité à bien gérer notre budget. Je passerais sur l’idée grotesque qui consiste à penser que les marchés sont plus soucieux de la gestion des états que de leurs propres revenus. Aujourd’hui, avec les CDS, il y a plus à gagner à prêter à un mauvais gestionnaire qu’à un bon. Bref.

              Donc ce fameux argument de l’inflation, que l’apprenti libéral fini toujours par invoquer tel que l’on invoque le destin quand on n’a plus d’arguments. La démarche qui consiste à forcer un état à se financer sur les marchés privés serait vertueuse car elle limiterait l’inflation ?

              Soit, voyons ce qu’il en est.

              En 1973, la dette de la France était de 300MDS de francs, soit, grosso modo, 50MDS d’€.

              En 2012, soit 40 ans plus tard, cette dette sera de 1800MDS d’€.

              Au total, nous avons déjà payé 1400MDS d’euros (financés par la dette bien sur).

              Je ne reviendrais pas sur le principe de l’argent-dette qui fait que l’emprunt est devenu le seul moyen de créer de la monnaie, mais vous comprenez bien qu’un tel système ne peut que faire grossir la dette.

              Si nous nous projetons dans un monde imaginaire ou la loi de 73, l’article 104 de Maastricht et le 123 de Lisbonne n’ont jamais existé, nous aurions continué de créer la monnaie nécessaire au financement des déficits publics. Notez que depuis qu’on paie autour de 40MDS d’euro d’intérêts par mois, il faut parler du déficit structurel et pas du déficit brut. Mais ça ne fait aucun différence car la charge de la dette s’additionnant au déficit structurel, il faut emprunter plus pour rembourser toujours plus (ça pourrait être une formule à Sarko ça).

              Donc, dans ce monde imaginaire et avec un calcul simplifié, 1800 - 1400 = 400 MDS

              et 400 - 50 = 350 MDS.

              Ce qui nous amène au constat que la dette réelle relevant du financement des déficits budgétaires est seulement de 350MDS d’euro.

              Par la méthode de la monétisation simple, on aurait créé 350MDS d’euro de plus. Sur 40 ans et rapporté au PIB de la France c’est ridicule, moins de 1% d’inflation de la masse monétaire quand la BCE se bat actuellement pour la maintenir à 2%.

              Or, avec l’incroyable système que nous ont pondu les néolibéraux, rien que pour la France, la masse monétaire a augmenté de 1400MDS d’euro de plus (puisque rappelez vous que la dette c’est de la monnaie.)

              Donc sous prétexte de limiter l’inflation, on a créé un monstre qui la fait exploser.

              La question est pourquoi ?

              Pourquoi d’un coté nous dit-on qu’il ne faut pas d’inflation ? bouuhhh ! C’est mal !

              Et de l’autre on entretien un système qui se nourrit de l’inflation.

              Et bien tout simplement parce qu’en générant de l’inflation et en prétendant lutter contre, on a l’excuse toute trouvée pour agir sur l’autre levier de l’inflation : le coût du travail. Ou, devrais-je dire : le prix du travail.

              Lutte contre l’inflation = chômage = concurrence sur le marché du travail = salaires tirés vers le bas = plus de profit pour les charognards.

              Voila, je vais en rester là parce que c’est déjà pas mal.

              Bises à tous.

               


            • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 12 mars 2012 14:03

              Encore un qui manie la propagande libérale contre la souveraineté monétaire en agitant la peur de l’inflation. Or les 30 glorieuses se sont construits avec l’inflation basée sur l’échelle mobile des salaires. Autrement dit personne n’était vraiment lésé puisque la hausse des prix était compensé par la hausse du salaire. C’est ce que propose Marine Le Pen notamment.

              Comme le dit Laulau l’inflation c’est la hantise des banksters !

              @ L’auteur

              Je ne vois pas en quoi un parlement européen serait plus « solidaire et plus populaire » qu’une négociation inter-gouvernement ? Cela se passe toujours comme cela il me semble. La souveraineté nationale est indispensable pour reprendre en mains notre destin populaire ! Il ne sert à rien de faire une constituante citoyenne si on te dit que ici et là il faut attendre le bon vouloir de Bruxelles pour pouvoir appliquer telle ou telle mesure. Car lutter contre la délocalisation en soutenant le made in France ne sera pas la politique de Bruxelles on le sait bien. Il faut donc sortir de cette construction européenne c’est la priorité.

              Le programme du FdG est construit de telle sorte qu’il éblouit les bobos car il ne mange pas de pain et propage les bons sentiments, mais ce n’est pas de bons sentiments que le peuple se nourrit c’est de vie réelle !

              Le citoyen engagé


            • tesla_droid84 12 mars 2012 15:22

              Oui 1700€ comme salaire le plus bas, tout en restant dans l’€ est une immense connerie, déja que l’Euro plombe notre balance commerciale car trop cher.

              Avec la compétitivité de la France, la valeur de la monnaie adapté est entre 1$= [0.8€ -1] vous remarquerez que c’est dans cette valeur de change que nous avions des excédents commerciaux. 
              NON un € fort ne nous protège pas (uniquement du pétrol acheté en $ mais il existe des pays qui aimerait bien commercer avec nous dans d’autre devise, tel l’Iran, le Venezuela...

              historique de la balance commerciale.
              Historique du taux de change depuis 1994 :

              Entre ça qui est un réel facteur de désindustrialisation et le fait que l’on ait 1100 Mds € d’interet a pays parcequ’on est trop CON pour comprendre que emprunter à n’importe quel taux c’est moins bien que d’emprunter à 0% ce que l’on faisait avant 1973.

              Je ne retiens que ces 2 points pour la campagne



            • musashi 14 mars 2012 18:16

              Vous êtes sérieux quand vous comparez la période actuelle avec les 30 glorieuses ?

              Personnellement je ne serais pas contre l’inflation au contraire ça me serait bénéfique. D’ailleurs tous les pays endettés ont intérêt à une inflation plus élevée pour gommer leur dettes.
              Mais la fameuse planche à billet ne fait pas de miracle comme vous semblez le croire. Il suffit d’aller voir au Etats-Unis....(souvent d’ailleurs elle ne repousse le problème qu’a plus tard et créer les bulles de demain).

              De plus j’ai du mal à imaginer un système salaire-hausse des prix à somme nulle
               qui permettrait que tous les salaires soit indexés sur l’inflation d’ailleurs quelle base serait utilisée pour calculer cette inflation (les produits de première nécessité, ceux de conforts, ou une moyenne des 2 ?) Si c’est une moyenne comment être sûr que les plus pauvres ne seront pas les perdants ?

              C’est ainsi que la plupart des économistes, y compris le Professeur Keynes, préfèrent l’inflation à la déflation. Mais, en même temps, le Professeur Keynes reconnaît les dangers de l’inflation et suggère qu’elle doit être contrôlée dans la mesure où une hyperinflation peut être extrêmement nocive.


            • musashi 14 mars 2012 18:30

              J’attends toujours également la démonstration qui prouve que les plus pauvres ne sont pas défavorablement affecter par l’inflation...


            • musashi 14 mars 2012 18:36

              @JL1
              J’ai l’impression que c’est vous qui me répétez vos mantras avec vos copier/coller.

              Vous pensez que l’inflation n’est pas néfastes pour les plus pauvres c’est votre droit
              permettez d’avoir le droit de penser le contraire. Mais si vous arrivez à me démontrer que l’inflation est bénéfique pour les plus pauvres alors je modifierai mon jugement.


            • musashi 14 mars 2012 18:45

              Les liens fournis sont pourtant intéressants à lire


            • musashi 14 mars 2012 19:50

              Au contraire, l’inflation, c’est la terreur des rentiers.

              C’est un slogan appris par coeur ou vous avez un peu réfléchi sur le sujet ?
              Non parce que les rentiers de l’immobilier (et il y en a pas mal en France) doivent se marrer en lisant ça...rien ne pourrait leur faire plus plaisir que l’inflation :
              - hausse du prix de leur patrimoine
              - hausse du loyer et donc de leur rente

              Sans compter que l’infaltion encourage la spéculation...



            • musashi 15 mars 2012 16:23

              @Laulau
              Les 30 glorieuses :
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Trente_Glorieuses

              « donc de ne pas répercuter le coût du plan sur la valeur du franc, lequel se déprécie déjà régulièrement en raison d’une inflation galopante : entre 1945 et 1948 les salaires nominaux triplent mais le pouvoir d’achat recule d’un tiers[7]. »


            • logan 19 mars 2012 13:38

              @ citoyen engagé

              Par les négociations inter-gouvernementales vous abandonnez toute une partie de notre souveraineté à des ministres, à des technocrates, à des diplomates, c’est à dire à des gens sortis d’on ne sait où, non élus, qui ne rendent jamais de compte au peuple. Ces gens forment une classe sociale totalement séparée du peuple, ils ne se côtoient qu’entre eux, comment voulez-vous qu’ils défendent les intérêts du peuple ? D’ailleurs il n’est pas rare qu’ils se prennent pour une élite et qu’ils se croient meilleurs que nous, au dessus de nous. Ceci ne peut conduire qu’à une dépossession de ces questions internationales et géopolitiques au dépend du peuple et au profit de cette oligarchie, qui a des intérêts propres.

              Nous avons maintenant 60 années d’expérience derrière nous qui le prouve, et le G20 ( ou autrement appelé « G-vain », qui est le paroxysme de cette forme de gouvernance, démontre très bien que cette voie est une impasse totale.

              Après il y a beaucoup à redire au niveau du parlementarisme actuel, et beaucoup de choses à changer pour que cela corresponde mieux à nos aspirations démocratiques, ( reddition des comptes, révocation, proportionnelle, renouvellement des mandats, scrutins favorisant l’accès à toutes les sortes de populations ... ) mais c’est la seule voie qui peut nous permettre de vraiment traiter les questions internationales et géopolitiques de manière démocratique.

              Nous pouvons construire cela au niveau européen, sans pour autant y perdre en souveraineté, il suffit de faire travailler le parlement européen en coopération avec les parlements nationaux, et il faut évidemment revoir les scrutins des élections européennes.


            • Rep459 11 mars 2012 13:25

              A tous les Internautes partisans d’une sortie de l’Euro : cette éventualité serait une RÉGRESSION GRAVISSIME...ce n’est pas l’euro qui nous met dans la mouise, ce sont les choix de politique économique libérale...Une monnaie n’est qu’un instrument...Nous avons besoin de l’euro, car face au Yuan, au Yen, au Real brésilien sans parler du Dollar ou même à de la Rouble russe, ce n’est pas notre petit franc à nous qui pourra résister...Et les délires du FN, un franc=un euro ça ne vaut même pas la peine d’en parler tellement c’est une ineptie politique grotesque...


              • Terry31 11 mars 2012 13:48

                D’abord, on ne peut sortir de l’Euro sans sortir de l’UE, il faut lire les traités. MLP et ceux qui la suivent sur cette voie, sont soit des incompétents, soit des menteurs.

                Ensuite, la force d’une monnaie réside dans la capacité de production de richesses d’un pays. La France étant la 5ème économie du monde, ce ne serait pas un « petit franc » que nous aurions mais un franc qui reflèterait le niveau de cette économie, ni plus, ni moins.
                Pour exemple, la Suède qui a signé le Traité de Maastricht et qui devait entrer dans l’Euro par voie référendaire en 2002, a finalement conservé sa couronne. Bilan de l’opération, sa monnaie s’est même appréciée légèrement au moment même où les européistes promettaient une dévaluation catastrophique de la couronne si le peuple suédois ne votaient pas pour l’Euro.


              • jargenty jargenty 11 mars 2012 13:49

                Complètement d’accord avec Rep. L’Europe est un grand projet, une belle construction qui n’attend plus qu’à être mise au service des peuples européens. Y renoncer serait catastrophique pour nous et pour les autres peuples d’Europe. Sans compter que l’Europe est aussi, peut au moins devenir un contre pouvoir extraordinaire contre d’autres puissances qui n’auront pas renoncé à la prédation et aux formes modernes du colonialisme. L’Europe a un grand rôle à jouer au niveau mondial pour favoriser l’émancipation des peuples. C’est cette Europe-là que nous voulons au Front de Gauche.


              • Kevorkian 11 mars 2012 14:12

                « Y renoncer serait catastrophique » Sur quoi vous basez-vous ? Pour l’instant je n’entends ça que dans la bouche des ultra européistes, les mêmes qui nous on mis dans cette chienlit. Regardez les pays européens qui ne sont pas dans l’UE, ils s’en sortent 10 fois mieux que nous qui avons l’air d’abrutis à la traîne.

                Et pour citer J. Stiglitz, prix Nobel d’économie : « Les pays qui quitteront la zone euro en premier seront ceux qui s’en sortiront le mieux. » Mais évidemment c’est pas à la tv que vous l’apprendrez.


              • fanc 11 mars 2012 19:50

                AHAHAH, quelle bonne blague... « L’Europe est un grand projet, une belle construction »  ;; ; Dans quel monde vivez vous ??? L’europe c’est la guerre, l’europe c’est les OGM, l’europe c’est les délocalisations massive ; l’europe c’est 800 emplois industriels qui disparaissent chaque jour en France.

                Reveillez-vous, informez-vous


              • Veniza Veniza 11 mars 2012 20:55

                Ben l’Europe c’est devenu ça parce que c’est ce que nos élites en ont fait.
                Si on avait protégé mieux nos frontières de toute cette marchandise a bas coût, si on avait interdit les OGM de Monstanto, là les problèmes viennent plutôt de l’OMC.

                L’Europe et une bonne idée, mais elle s’est mise au service du fric et pas des peuples.
                Refaisons une Europe au service des peuples, de toute façon le fric va se casser la figure !


              • fanc 11 mars 2012 23:10


                « les OGM de Monstanto, là les problèmes viennent plutôt de l’OMC »

                Encore une fois, renseignez vous !! Comprenez comment sont l’UE fonctionne, au service des lobbys !

                C’est l’Europe qui a imposé à la France les OGM pas l’OMC.

                "Alors que la règlementation communautaire sur les OGM (directive 2001/18) est définitivement transposée en France depuis le 27 juin 2008, date d’entrée en vigueur de la loi française sur les OGM, le 9 décembre 2008, la Cour de Justice des Communautés Européennes (CJCE) a, de nouveau, condamné la France pour son retard prolongé. En effet, la France aurait dû transposer la directive 2001/18 depuis octobre 2002. Les deux précédentes condamnations de la CJCE n’étaient pas accompagnées de sanctions financières (cf. Inf’OGM n°66, juillet / août 2005, FRANCE - Manquement à ses obligations communautaires et Inf’OGM n°81, décembre 2006, FRANCE - La France de nouveau condamnée). Mais cette fois, la décision est accompagnée d’une amende : la France devra verser la somme forfaitaire de 10 millions d’euros. En janvier 2007, la Commission européenne avait demandé à la CJCE de sanctionner financièrement la France pour cette non transposition prolongée : elle demandait 38 millions d’euros d’amende et une astreinte journalière de 366 744 euros par jour de retard."

                source : http://www.infogm.org/spip.php?article3785


              • Kevorkian 12 mars 2012 10:17

                « Refaisons une Europe au service des peuples, de toute façon le fric va se casser la figure »

                Mais vous voyez bien que il y a plein de pays qui trouvent intérêt dans les délocalisations (pays de l’est) et la Grande Bretagne trouve très bien l’absence de frontières pour la libre circulation des capitaux (Wall Street) et pour importer tout ce qu’ils ne produisent pas (agriculture). Ce sont des exemples parmi d’autres. Arrêtez de croire que tous les pays vont dans le même sens, c’est de l’utopie dangereuse. Il faut renouer des coopérations sur certains points avec les états intéressés, comme ça se fait partout dans le monde.

                Et surtout, si on reste dans cette logique, la France au lieu d’aider les lettons devrait plutôt regarder du côté du Maghreb qui peinent à se développer.


              • logan 19 mars 2012 14:06

                Ce ne sont pas les « pays » qui trouvent intérêt à cela, mais des « oligarchies », c’est la fameuse lutte des classes simplement étendue à l’échelle planétaire.


              • jargenty jargenty 11 mars 2012 13:38

                Bravo, excellente contribution Logan. Attention, vous avez 2 chapitres IV.

                Je veux ajouter mon grain de sel pour répondre aux commentaires défaitistes.

                C’est tout de même effarant de voir à quel point la trentaine d’années qui viennent de s’écouler est aller jusqu’à détruire chez certains de nos compatriotes l’idée même de la puissance de la France. Je suis intimement convaincu qu’un changement radical dans la politique de notre pays tel qu’il est décrit ici entrainerait un mouvement populaire en France et dans l’Europe de première grandeur. Un soulèvement populaire, une insurrection des peuples contre les puissances de l’argent qui les mettent à genou. D’autre part, l’Europe ne peut pas se faire sans la France, elle est une pièce maîtresse de cette organisation supranationale dont on ne peut pas faire fi. Il ne vous a sans doute pas échappé que le partenaire privilégier de l’Allemagne dans l’Europe est la France.

                Loin de moi cependant l’idée que les prédateurs vont rentrer à la niche sans coup férir. Ils vont se défendre, défendre le butin qui est colossal. Mais il faudrait enfin savoir ce que nous voulons, à part s’indigner. Une insurrection n’est pas « à la papa », ça se saurait et on en ferait plus souvent, juste pour le fun. Une insurrection populaire n’est pas un pique-nique à la campagne et les puissants, qui commencent à suer sous leur col blanc tellement ils ont la trouille, le savent très bien. Ce qui se déroule en Grèce en ce moment contient un potentiel insurrectionnel qui n’échappe à personne.

                Le moment est binaire mes chers amis, il n’y a pas de troisième voie. Il n’y en avait pas non plus en 1789, en dehors de sortir par le haut... de l’échafaud, la tête en moins !


                • Kevorkian 11 mars 2012 14:00

                  Je n’ai pas lu en entier tant l’envie de vous répondre à votre assertion « Le repli nationaliste » maintes fois répétées me démange. Comme on vous l’a expliqué sans cesse sur ce site et sur le forum de l’UPR, SORTIR DE L’UE NOUS OUVRIRAI SUR LE MONDE puisqu’il nous sort d’un carcan qui se limite au seul continent géographique, c’est donc tout le contraire. Il n’y a aucune idée de « repli » chez Asselineau, il suffit de l’écouter parler dans ses débats avec les français. Il est le seul véritable candidat de la réconciliation, Mélenchon veut casser la gueule à la droite (même s’il se ralliera à Hollande au 2è tour).

                  Il est quand même effarant de voir des idéalistes qui s’accrochent tel le bébé koala à ces discours qui font l’impasse sur tout un tas de raisons et analyses très bien explicitées par François Asselineau. La position du FdG sur la désobéissance aux traités ne tient pas la route, tant en termes de faisabilité que de crédibilité à l’international, en plus de contrevenir à l’article 5 de la constitution (à moins que dans votre VIè république vous ne supprimiez cet article ?). Des membres de l’UPR ont interrogé Mélenchon sur l’article 50 et il leur aurait chuchoté « Ouhla camarade ne parlez pas de ça il y a des caméras ici ! » Y a comme un malaise.


                  • zany 11 mars 2012 14:04

                    Mélenchon est pour l’europe fédérale ! lisez sont programme !


                  • PapaDop PapaDop 11 mars 2012 14:00

                    Bonjour à tous ,
                    Pourquoi mettre a part le FdG sur la question européenne alors que les seuls qui parle du retour aux francs sont l’UPR d’Asselineau et le FN de qui l’on sait .
                    A moins d’avoir loupé un épisode ,JLM ne parle pas d’arrêt de l’euro .


                    • fanc 11 mars 2012 19:52

                      Le FN parle de rester dans l’euro, comme d’en sortir, ça dépend des jours et des interlocuteurs.
                      Seul l’UPR a écrit dans son programme la sortie de l’euro. Nuance !!!


                    • PapaDop PapaDop 11 mars 2012 21:37

                      L’UPR est né quand ?

                      Le Front National est pour le retour aux francs depuis L’euro .
                      Je me suis moqué du FN pendant des années pour cette position rétrograde mais force est de constater qu’ils avaient raison .
                      Les premiers qui sortiront de l’euro s’en sortiront le mieux .
                      Alors ne mettait pas l’UPR en pionnier sur cette question , parceque c’est ridicule .(allez donc voir les discours de Jean Marie Le Pen il y a 20ans ,avec le recul il est incroyable de lucidité )

                      Un ex antiFN primaire


                    • Scual 11 mars 2012 22:04

                      Pourquoi ? Peut-être parce qu’il y a une différence entre une union politique et une monnaie...


                    • fanc 11 mars 2012 23:00

                      Nous n’avons nullement la prétention d’être les pionniers en la matière, simplement les seuls qui l’ont écrit noir sur blanc dans leur programme.

                      Quant au FN, certes plus ancien, il s’agit ni plus ni moins d’un parti fondé par des anciens Waffen SS... Donc votre ancien status d’anti-FN primaire était loin d’être primaire


                    • Kevorkian 11 mars 2012 23:10

                      Le FN en 2007 ne voulait pas sortir de l’euro, dixit Gollnisch. Vous avez dit cohérence ?


                    • PapaDop PapaDop 11 mars 2012 23:39

                      Bonsoir Fanc ,d’abord quand je dis « ex antiFN primaire » c’est « ex anti primaire » que qu’il fallait regarder en premier ;j’été anti FN parce-que pendant des années cela faisait bien ,je ne connaissait pas vraiment le parti .Et puis j’ai ecouté des discours de Jean Marie LP ,entendu des humoristes trés pertinant ; Dieudonné ,j’ai appris la vérité sur les calomnies incessantes tel que Carpentras que le FN subit depuis des années .
                      Je me suis dit finalement que le FN avait été diabolisé !
                      Évidemment, j’ai le malheur d’avoir proférer des mots positifs envers le FN et je me vois de suite renvoyer des mots sous-pesés par des gens sous-informés .« SS Waffen » ??? DES PREUVES !!!

                      Kevorkian ,Bonsoir ,se n’est pas gollnich qui preside le FN .Si les candidats devaient cautionner tous ce que leurs soldats disaient ,nous passerions de la plaisanterie actuelle à un génocide intra-partis !


                    • fanc 12 mars 2012 05:14

                      Léon Gaultier est un ancien collaborationniste français, Il combattit sous l’uniforme allemand de la Waffen-SS avec le grade de Untersturmführer , il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944. Après avoir été grièvement blessé au combat en Galicie, il est frappé d’indignité nationale, emprisonné et condamné aux travaux forcés en 1946.

                      Par la suite, il cofonde avec Jean-Marie Le Pen la maison d’éditions SERP (Société d’études et de relations publiques2) qui se spécialise dans l’édition de disques historiques (discours politiques, chants militaires, etc.).

                      En 1972, il compte parmi les membres fondateurs du conseil national du Front national

                      source : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Gaultier


                    • fanc 12 mars 2012 05:18

                      Tout le monde a versé un jour ou l’autre dans l’anti FN sans vraiment savoir pourquoi, ce n’est pas une raison pour verser dans l’excès inverse.

                      Vous parler de Dieudonné ? Mais quel rapport ? Dieudonné ne soutient d’aucune manière que ce soit le FN... D’ailleurs il soutiendrait Asselineau Cf sa page facebook.......


                    • PapaDop PapaDop 12 mars 2012 11:36

                      Je ne fais pas l’excès inverse .Je me mets du coté des diffamés .J’etais au courant pour les rééditions de chants fachistes a l’epoque,mais c’est bien la seule chose a charge contre le FN.Le Pen était et est toujours un grand provocateur ,mais n’etait-ce pas la résultante de tant d’années de diffamations ?Avec leurs passés, les communistes ont-ils encore légitimité ?

                      Pour finir ,a tous ceux qui comme moi , avait ou ont ,peur du FN ,je vous prie de regarder cette petite video qu’il ne FAUDRA JAMAIS OUBLIER !

                      http://www.toppeo.com/video-c-ss-12448.html

                      Ce ne sont pas des SS mais nos CRS de maintenant ,ou est la difference ?Vous pensez que le FN peut faire pire ?
                      Alors ?


                    • PapaDop PapaDop 12 mars 2012 12:52

                      Ah oui , Dieudonné ,il a été drôlement diffamé le bougre ! Lui aussi .Il a fait parrainé un de ses enfants par Jean-Marie il me semble .Cela à permis a des gens comme moi de se demander pourquoi ,et faire des recherches sur le FN .Résultats ;rien de bien méchant .Mais je reste ouvert a toutes preuves irréfutables que le FN=nazis comme la généralité veut bien nous faire croire .


                    • tesla_droid84 12 mars 2012 15:30

                      @ PapaDop, je pense comme toi, j’ai toujours été anti FN jusqu’il y a quelque mois ou j’ai commencer à investiguer fortement. 

                      J’ai pu constater quelques belles sorties de MLP au parlement Européen, un peu à la manière de Farage.

                      Cependant je suis tombé sur ça qui est irrefutable, comme le prouve votewatch.eu, elle a voté OUI à ce truc qui fait froid dans le dos et qui rentrra en application en 2015 :
                      http://www.lalettrevolee.net/article-le-grand-marche-transatlantique-62335245.html

                      Mon favoris reste Asselineau, quand on aime les choses un peu précises et sourcées, il n’y a pas mieux. 

                    • fanc 12 mars 2012 19:17

                      @ PapaDop

                      Je ne vous comprends pas, pour vous ce n’est pas irréfutable ça ? : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A...


                    • PapaDop PapaDop 12 mars 2012 19:27

                      « ...il est progressivement écarté du cercle des amis de Jean-Marie Le Pen ... »

                       Et puis même ,tous ceci c’est du procés d’intention .La lucidité sur l’Europe de JLM n’est plus a démontrer .
                       Avez vous vu la video que j’ai posté ?
                      Question : Entre les paroles parfois poussive du Borgne et les exactions concrete du Nabot Vous preferez quoi smiley


                    • PapaDop PapaDop 12 mars 2012 19:29

                      non pas JLM mais JMLePen ,me suis trompé  smiley


                    • fanc 12 mars 2012 22:14

                      Oui j’ai vu la vidéo qui m’a bien écoeurée tout comme vous


                    • jeremo 16 mars 2012 02:54

                      Desole, mais Marine Le PEN n’a PAS voté pour le traité transatlantique , c est parti d’un buzz internet un peu rapidement relayé puis heureusement, rectifié par la source originale ... tout est ici : http://www.theorie-du-tout.fr/2010/12/billet-une-petite-mise-au-point.html


                    • zany 11 mars 2012 14:01

                      J’ai lue dans le programme de monsieur mélenchon qu’il est pour l’annulation de la dette (bien) contre l’europe fédérale (pas bien) qui entre de fait dans une contradiction flagrante sur sont discour prétendument nationale...


                      Moi veux Poutine...


                      • BA 11 mars 2012 14:11

                        Portugal, Irlande, Italie, Grèce, Espagne : la situation est de pire en pire.

                         

                        Dans ces cinq pays, l’économie réelle agonise.

                         

                        1- Le Portugal :

                         

                        Le Portugal pourrait être contraint à demander une aide supplémentaire à ses créanciers.

                         

                        « Il y a un risque que l’ajustement budgétaire conduise à une contraction plus grande » que prévu a indiqué au quotidien Jornal de Negocios, l’Ethiopien Abebe Selassié, représentant le FMI au sein de la « Troïka » (UE-FMI-BCE) des créanciers du Portugal.

                         

                        En raison des mesures de rigueur – réduction des salaires des fonctionnaires, des retraites et des prestations sociales, hausse généralisée des impôts – l’économie portugaise devrait reculer cette année de – 3,3 % et le chômage atteindre 14,5 % fin 2012.

                         

                        Ces mauvaises prévisions ont suscité des craintes selon lesquelles le Portugal pourrait être contraint à demander une aide supplémentaire à ses créanciers voire même une restructuration de sa dette.

                         

                        2- L’Irlande :

                         

                        L’Irlande pourrait avoir besoin d’un second plan de sauvetage.

                         

                        Ireland is likely to need a second bailout when its current aid program ends, rating agency Moody’s warned today.

                         

                        In its weekly credit outlook report, Moody’s also warned a No vote in the upcoming fiscal treaty referendum would bar Ireland from receiving further funds under the European Stability Mechanism (ESM).

                         

                        The agency predicted the Government would have to rely on the ESM for additional funding after the existing bailout program expires in 2014.

                         

                        http://www.irishtimes.com/newspaper/breaking/2012/0305/breaking27.html

                         

                        3- L’Italie :

                         

                        L’Italie, entrée en récession fin 2011, a accusé une chute de sa production industrielle de - 2,5 % en janvier sur un mois, soit beaucoup plus importante que prévu, a annoncé vendredi 9 mars l’institut de statistiques Istat dans un communiqué.

                         

                        Cette chute de la production de l’industrie italienne, pilier de la troisième économie de la zone euro, est largement supérieure au repli de - 0,8 % attendu par les économistes, selon un consensus établi par Dow Jones Newswires.

                         

                        Exprimée en données corrigées des variations saisonnières, elle intervient après une hausse de 1,2 % en décembre.

                         

                        Sur un an, en données corrigées des variations calendaires, la production industrielle a accusé une chute de - 5 %, alors que les économistes tablaient sur un repli de - 0,5 %, toujours selon Dow Jones Newswires.

                         

                        Sur un mois, les secteurs ayant accusé les plus forts replis de leur production sont notamment l’industrie du bois et du papier (- 7,1 %), l’industrie pharmaceutique (- 4,9 %) ou les machines-outils (- 4,1 %).

                         

                        Plombée par des plans d’austérité à la chaîne destinés à rassurer les marchés, l’économie italienne est entrée en récession fin 2011 avec un repli de son PIB de - 0,7 % au quatrième trimestre après un recul de - 0,2 % au troisième trimestre.

                         

                        Pour cette année, le gouvernement table sur un repli du PIB de - 0,4 %. Mais les institutions internationales sont beaucoup plus pessimistes : Bruxelles s’attend à une contraction de - 1,3 %, et le FMI prévoit une baisse de - 2,2 %.

                         

                        http://www.romandie.com/news/n/Italie_chute_de_25_de_la_production_industri elle_en_janvier090320121031.asp

                         

                        4- La Grèce :

                         

                        Un nouveau plan pour la Grèce probable d’ici deux à trois ans.

                         

                        Après l’effacement de dette historique avec ses créanciers privés, Athènes risque d’être obligée de demander aux créanciers publics d’alléger son fardeau.

                         

                        La diffusion d’un document confidentiel du FMI montre l’étendue du problème : pour que la trajectoire de dette grecque revienne à un niveau soutenable, fixé à 120 % du PIB d’ici 2020, il aurait fallu qu’au moins 95 % des investisseurs participent à l’opération d’échange bouclée jeudi 8 mars. Dès lors, pour un certain nombre de spécialistes, la restructuration historique qui est en cours n’empêchera pas un nouvel effort des créanciers dans quelques années.

                         

                        « Les estimations de croissance retenues pour la Grèce à moyen terme sont trop optimistes », souligne Jacques Cailloux, chez RBS. Il rappelle que la Troïka, dans son premier rapport, avait par exemple anticipé une contraction de l’activité de 2,6 % en 2011, alors que la réalité risque d’être plus proche de 6 %. « Pour l’avenir, nous prévoyons une croissance de 2,5 % à partir de 2015, alors que la Troïka table sur 4 %. »

                         

                        Autre hypothèse irréaliste selon l’économiste de RBS : la balance primaire (balance budgétaire hors intérêts de la dette). « Le scénario d’un excédent primaire moyen de 4,5 % sur la période 2014-2020 ne tient pas. » Dès lors, pour Jacques Cailloux, sans un nouveau plan d’aide, le niveau d’endettement par rapport au PIB risque d’atteindre 160 % en 2020.

                         

                        Un risque encore plus important attend Athènes : le risque politique. La colère du peuple grec pourrait se traduire prochainement dans les urnes. Les intentions de vote inquiètent déjà la communauté internationale : le Pasok (le parti actuellement au pouvoir) et son rival Nouvelle Démocratie sont en déclin, alors que les partis des extrêmes font une percée. Les objectifs de rigueur assignés à Athènes pourraient dès lors être sérieusement menacés.

                         

                        « Le nouveau plan d’aide de 130 milliards d’euros est censé couvrir complètement les besoins de financement d’Athènes jusqu’à la fin 2014 », rappelle Ioannis Sokos, chez BNP Paribas. « Cela signifie qu’en 2015, la Grèce devra soit bénéficier d’un nouveau programme de soutien, soit emprunter sur les marchés, soit faire défaut et opérer une nouvelle restructuration de sa dette .  » Or, à ce jour, aucun analyste ne croit que le pays pourra faire appel aux marchés financiers dès 2015...

                         

                        Les autres scénarios mettent les créanciers officiels de la Grèce en première ligne. « La dette grecque va passer des mains du privé au public, à savoir le FMI, l’Union européenne, le Fonds de stabilité européen (FESF), et la Banque centrale européenne », explique Ioannis Sokos. Selon lui, en 2015, le FESF aura une créance de 167 milliards d’euros sur Athènes, celle de l’UE et du FMI atteindra 64 milliards. En face, les obligations grecques détenus par les investisseurs, ne représenteront que 62 milliards, soit 18 % de la dette.

                         

                        Selon OpenEurope, un cercle de réflexion britannique, la dette entre les mains des prêteurs officiels va passer de 36 % en ce début d’année à 85 % d’ici 2015 %. Une vraie menace pour les contribuables de la zone euro.

                         

                        http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/0201940494675-un-nouveau-plan-pour-la-grece-probable-d-ici-deux-a-trois-ans-300159.php

                         

                        5- L’Espagne :

                         

                        Tous les indicateurs sont dans le rouge. Le gouvernement espagnol prévoit un recul du PIB de - 1,7 % en 2012, a annoncé vendredi 2 mars la porte-parole du gouvernement Soraya Saenz de Santamaria, alors que le pays s’apprête à entrer en récession. Le PIB espagnol était en effet recul de - 0,3 % au quatrième trimestre et "cette tendance va se maintenir durant encore deux trimestres", a précisé le ministre de l’Economie Luis de Guindos.

                         

                        Le gouvernement entend se fixer "un cadre macroéconomique qui part d’une prévision de croissance négative de - 1,7 %", a affirmé Soraya Saenz de Santamaria. Un chiffre qui va au-delà de la prévision de la banque centrale espagnole qui tablait sur un recul de l’activité de - 1,5 %, n’espérant qu’une « modeste reprise » en 2013.

                         

                        Le déficit public espagnol va nettement dépasser l’objectif prévu en 2012 et atteindre 5,8 % du PIB, avait averti peu auparavant, à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles, le chef du gouvernement, Mariano Rajoy. 

                         

                        Problème : ces résultats ne permettent pas à Madrid de respecter ses engagements auprès de la Commission européenne.

                         

                        L’Espagne souffre en outre d’un chômage de masse - le plus élevé d’Europe - avec près de 23 % de la population active qui est sans emploi. Et de ce côté là non plus, les choses n’iront pas en s’arrangeant puisque le gouvernement ibère prévoit un taux de chômage de 24,3 % en 2012.

                         

                        http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20120302trib000686003/chomage-dette-recession-le-cocktail-perdant-de-l-espagne-en-2012.html


                        • cire 11 mars 2012 14:27

                          L’europe humaine vue par le front de gauche permettra à chacun des peuples de se transcender au delà de leur différence afin de mettre en synergie des solutions pérennes pour tous .

                           La souveraineté des peuples retrouvée ,avec des marges de manoeuvres récupérées et enfin, un avenir équitable envisageable à l’échelle de l’histoire humaine.
                          Bref, il reste 40 jours afin de mobiliser les 30 % d’indécis , faire confirmer au deuxième tour, puis rester acteur ,être une véritable sentinelle des peuples ,la nouvelle république et constitution nous le permettra ...........
                          Courage à tous .


                          • fanc 11 mars 2012 19:56

                            Il s’agit là d’une vision de replie sur l’Europe. A l’UPR on propose l’ouverture de la France au monde. N’est-ce pas mieux ?


                          • arobase 11 mars 2012 14:58

                            Dès demain, après Villepinte (c’est comme Marignan, dans 3 siècles on se souviendra de villepinte), les sondeurs à la botte vont annoncer que sarkosy dépasse hollande d’un point.

                            je parie ma chemise.

                            Psychologiquement c’est absolument indispensable pour les électeurs sarkosistes, sinon, se disant que c’est fichu, ils se démobiliseront et voterons autre chose dès le premier tour.

                            Combien a coûté cette messe de Villepinte ? qui paie en ces temps de disette ? 

                            combien de ceux qui agitent leurs drapeau sous la coupole du meeting pleureront demain la délocalisation de leur entreprise et la perte de leur boulot par la grâce du pessie qui n’en a que pour les riches et le fric à n’importe quel prix..


                            • stereo 11 mars 2012 16:14

                              Il est bien certain que les sondeurs et surtout les médias vont en rajouter une sacrée couche et celà donnera bien un petit queque chose comme toujours : un feu de paille un peu plus important que ceux que l’on voit d’habitude...
                              Il faut bien se dire que les Français ne sont plus dupes, le personnage ayant déjà donné toute la mesure de son expérience dans la défense de la France d’en... haut.


                            • foufouille foufouille 11 mars 2012 15:10

                              meluche va parler aux allemands et hartz IV sera supprimme
                              sissi


                              • Soi Même 11 mars 2012 15:41

                                L’UE avec Mélenchon, où sans Mélanchon nous réserve des belles surprises.

                                Qu’il est accès au pouvoir, ne changera rien à ce qui mis sur les rails, la dépression est programme pour la grande bascule du N.O.N.


                                • alain_àààé 11 mars 2012 15:46

                                  voila bien un article dont on se réjouit mais pour mon cas je n ai pas d autre informations que par agoravox car je n ais encore vu aucun programme dans ma boite aux lettres n y vu de militants de présidentiales.
                                  je regrette que l on ne sache pas combien on va avoir sur les salaires ou retraites et c est bien
                                  dommage mais je suis toujours dans le brouhiard pour les programmes.


                                  • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 mars 2012 16:26

                                    c’est pourtant simple, sur ton salaire tu toucheras pareil et ton patron cotisera moins, et en cascade tu paieras une TVA augmentee ... et comme ton patron cotisera moins aux assurances et autres parts patronales, tu te feras aussi baiser sur ta retraite . C’est clair ?


                                  • Veniza Veniza 11 mars 2012 21:01


                                    A ce lien vous pourrez lire les programmes des différents candidats :

                                    (pour sortir du « brouhiard » comme vous dites !)

                                    http://www.sondages-election.com/programmes.htm


                                  • Ariane Walter Ariane Walter 11 mars 2012 16:25

                                    le programme du FDG coûte 2 euros.


                                    • Gérard Luçon Gerard Lucon 11 mars 2012 16:28

                                      @ Ariane, comme toujours tu en demandes trop, est-il possible de reduire le cout a 1 euro ? Seul le salaire du president doit augmenter, c’est quand meme grace a lui que nous sommes dans la crise « moins que les autres » ... quel tour de force ! Et il faut bien qu’il prouve a sa carlita que lui aussi apporte du fric a la maison, parce que, pour le moment, il donne un peu l’impression d’etre un homme entretenu, non ?


                                    • Ariane Walter Ariane Walter 11 mars 2012 16:48

                                      1,50 pour toi gérard et 1, 80 pour les Agoravoxiens !! (Dernier prix !)


                                    • jargenty jargenty 11 mars 2012 22:06

                                      Ce soir je rase gratis, mais c’est fini demain.
                                      Le programme du Front de Gauche, l’humain d’abord
                                      Un peu de curiosité bordel, c’est sur le site placeaupeuple2012


                                    • jaja jaja 11 mars 2012 16:44

                                      Ne pas oublier l’essentiel... La frontière ne se situe pas entre l’UE et les États nationaux mais bien entre les bourgeoisies nationales et leurs propres peuples....Dire que les bourgeoisie nationales sont devenues impuissantes est un mensonge. L’appareil politique de l’UE n’étant que la volonté unifiée de ces bourgeoisies nationales pour maintenir et développer ses taux de profit avec l’extrême violence que l’on voit comme en Grèce par exemple.

                                      La dette publique joue comme un élément dissuasif opposé aux luttes des peuples. Or si l’on prend l’exemple de la Grèce 600 milliards d’euros appartenant aux capitalistes Grecs sont placés dans les coffres des banques Suisses et cela représente déja à peu près le double de la fameuse dette grecque...

                                      Il n’y a pas d’intérêt national au dessus des classes. Ceux qui le disent sont des menteurs qui toujours cherchent au nom du « repli nationaliste » à rendre à la bourgeoisie qualifiée de « nationale » tout son pouvoir soi-disant perdu...politique qui ne mène à rien de positif pour la classe ouvrière et ses alliés....

                                      Sortir du capitalisme est donc pour une vraie « gauche de la gauche » la question de fond. Qu’il faille sortir de la BCE et de l’Euro pour se faire me paraît ne faire aucun doute si nous sommes les seuls à vouloir cette rupture avec le capitalisme. C’est d’ailleurs ce qu’exigent les anticapitalistes Grecs....

                                      Lorsque la campagne électorale sera terminée on verra se réunir une bonne partie de la gauche sociale libérale et du FdG. Pierre Laurent le leader du PCF venant d’officialiser cette possibilité pour « après les législatives »..Les cocus vont être bien nombreux sachant que le PS et la remise en cause du capitalisme et donc de l’économie dite de libre marché, ça fait deux.......

                                      Donc les demi mesures du FdG comme créer « un service public bancaire » laissant vivre les prédateurs de la finance qu’il faudrait les empêcher de nuire en nationalisant d’un coup tout le secteur bancaire, sans indemnité ni rachat, et le placer sous le contrôle de la population....

                                      En fait ce type de revendications réformistes pourront se marier avec les positions des socio-libéraux et je suis certain qu’au mieux nous vivrons une nouvelle « gauche plurielle » amenant la grande masse des gens aux mêmes déconvenues et sentiment de trahison....


                                      • Ariane Walter Ariane Walter 11 mars 2012 16:46

                                        Je me permets de reproduire ici un post que j’ai déjà mis chez Philippe Sage qui pleure de savoir que Hollande va être élu.

                                        Bon , pessimistes que vous êtes !

                                        1-Mélenchon est à 13% depuis la mi-fev (RG) et il a déjà bouffé Bayrou.
                                        2- Actuellement il est à 15 et MLP à 17.
                                        3- A Paris le 18 le FDG fait une manif qui va marquer les esprits. La campagne commence le 19.
                                        4-A partir du 19, Mélenchon va être vu par une masse immense d’électeurs sur les chaînes nationales qui savent à peine qui il est. Or son message est trop puissant, trop humain pour passer inaperçu à côté des autres pantins.Il va ramasser la masse , très importante, dans notre pays, des indécis, des abstentionnistes, des Hollandais non convaincus.
                                        5-Il bouffe MLP. En ligne de mire Sarko. Qui va baisser de plus en plus. Qunad on a un gamin de 15 ans qui s’amuse , dans la cour de l’Elysée, à balancer des billes et des tomates à une policière, on se retire. Même pas foutu d’élever ses gosses. Qu’est-ce qu’il va s’occuper des autres. (parce que le môme, il a 15 ans pas 6. S’il ne comprend pas ce qui se passe pour son père c’est qu’il a la tête en patate.)
                                        6- le second tour sera Hollande et Mélenchon avec un face à face qui verra notre Hollande réduit en bouillie.
                                        Et Mélenchon sera élu.

                                        Comptez les jours, comptez les heures, chaque seconde compte, et le flot de la passion, de la justice et du désir d’action pousse vers lui et lui seul.
                                         
                                        Seul danger : les machines à voter. Ils ont triché avec Bush. ils sauront tricher ici. Ces machines se dirigent à distance.
                                        Déjà, les votes des Français à l’étranger se font par internet. (ce point m’a été rapporté par un ami expatrié au Japon. QQ’un peut confirmer ?)



                                        • wesson wesson 12 mars 2012 01:03

                                          Bonsoir Ariane,


                                          « Qunad on a un gamin de 15 ans qui s’amuse , dans la cour de l’Elysée, à balancer des billes et des tomates à une policière, on se retire.  »

                                          Ah, si au moins il avait appliqué son programme permettant de détecter la délinquance dès l’âge de 4 ans ....

                                        • wesson wesson 12 mars 2012 01:18

                                          et d’alleurs je vous trouve très méchante sur les enfants de M. Sarkozy. 


                                          L’ainé surdiplomé a failli diriger l’EPAD à la seule force de son mérite.

                                          Le cadet parcours le monde pour porter haut la musique électronique Française, malgré une santé fragile

                                          et le petit joue à des jeux innocents qui lui aurait valu une condamnation en urgence si son prénom était mohammed et pas louis...

                                          C’est pas comme les vauriens à Fillon, qui s’amusent à envoyer valdinguer les flics en moto sur le périph avec le 4x4 de papa...


                                        • Ariane Walter Ariane Walter 12 mars 2012 07:43

                                          Salut Wesson !

                                          Ahahaha !!!
                                          Oui, c’est bien connu , sur ce site je suis une vraie peau de vache qui ne respecte même pas l’enfance et la noblesse !

                                          C’est vrai que s’il s’appelait Mohamed il serait en prison, grave !!!
                                          Bisous !


                                        • doctorix doctorix 12 mars 2012 21:02

                                          Ariane, je ne sais plus pourquoi on s’est fâchés un jour, mais c’est oublié.

                                          Détecter Mélenchon dans ce panier de crabe est tout à fait judicieux.
                                          J’écoutais France inter ce soir, il fallait voir comment tout un chacun s’évertuait à prouver que c’était immoral de taxer à 75 au delà d’1 million par an...
                                          Mélenchon propose un rapport limités à 20 pour 1 pour les revenus.
                                          Cela a deux avantages :
                                          D’abord, cela met un terme à l’indécence : personne ne vaut 20 fois plus que son frère en humanité.
                                          Ensuite, si le patron veut gagner 2000 euros de plus, il sera obligé d’augmenter les plus petits de ses esclaves de 100 euros. Ça va lui crever le coeur, mais c’est quand même moral.
                                          J’ai écouté Mélenchon Dimanche, et j’ai littéralement bu chacune de ses paroles.
                                          Ce serait vraiment dommage de se priver de ce type-là.
                                          Je sens que c’est le seul qui dit ce qu’il va faire, et qui fera ce qu’il dit.
                                          En plus, quelle classe, quel tribun... !!!
                                          Un regret : il se plante sur la Syrie : mais il faut dire que l’intox est massive.
                                          Vous avez raison : pour un homme de gauche, Holllande est complètement à droite, seul Mélenchon est à sa place, et merveille : il ne fait pas peur !
                                          Si on va au-delà de l’intox des instituts de sondage (Lagardère s’en est offert un récemment), on peut commencer à rêver.
                                          Sauf que ce soir, Mélenchon est ramené à 8.5% : si du moins on croit aux sondages.

                                        • Dupont Georges Dupont Georges 18 mars 2012 12:33

                                          puissiez vous avoir raison.


                                        • ottomatic 11 mars 2012 17:27

                                          Tout ceci est très beau est bien souvent vrai.... sauf que c’est pas meluche frère la truelle de pére en fils qui y changera quoique ce soit...

                                          Il suffit de voir que meluche cautionne l’attaque de l’iran... comme l’empire...

                                          • fanc 11 mars 2012 19:58

                                            meluche cautionne l’attaque de l’iran... comme l’empire... Et cela en dit très long sur le niveau de sincérité de Méluche.


                                          • logan 11 mars 2012 21:51

                                            Salut, d’où vous sortez ça ? Le front de gauche est contre toute attaque de n’importe quel pays.


                                          • ottomatic 11 mars 2012 23:04

                                            Cadeau à tous (dont l’auteur) : http://www.youtube.com/watch?v=1jh1U1iqmD4&feature=player_embedded


                                            Et après ça vous croyez toujours à super meluche...
                                            J’ai bien mis le verbe croire, dédicace à arianne dont les articles sont intéressants mais qui s’est fait mangé le cerveau... rien de grave d’ici 3 mois l’effet présidentielle aura disparu et les plans d’austérité commenceront...

                                          • fanc 11 mars 2012 23:16

                                            merci ottomatic, je galerai à retrouver la vidéo !!!

                                            ahahah et en prime dans la vidéo, Méluche répète bêtement comme un bon serviteur du système qu’Amanidedjad aurait soit disant dit qu’il rayerait Israel de la carte : rien n’est plus faux.


                                          • fanc 11 mars 2012 23:26

                                            D’ailleurs, pour rester dans la même veine, saviez-vous que SEUL l’UPR a écrit dans son programme le retrait d’AFGHANISTAN ?

                                            L’UPR rappelle qu’elle exige :

                                             

                                            • 1)- le retrait immédiat de toutes nos troupes présentes en Afghanistan.
                                            • 2)- le retrait de la France de l’OTAN (et pas seulement de son « Commandement militaire intégré »), ce qui suppose de dénoncer l’article 42 du traité sur l’Union européenne.
                                            • 3)- le retrait de la France de l’Union européenne, qui n’est que le volet civil d’une construction hégémonique euro-atlantiste, dirigée depuis Washington et Bruxelles, dont le volet militaire s’appelle l’OTAN.
                                            • 4)- la dénonciation solennelle de la théorie états-unienne du « Choc des civilisations ». Cette doctrine, qui constitue le soubassement idéologique de la construction dite « européenne » et des interventions militaires occidentales en Afghanistan ou en Libye, est extrêmement nocive pour la paix du monde. Elle doit être dénoncée comme contraire au droit international, contraire à la vocation émancipatrice des idéaux de la Révolution française et de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et contraire aux principes universels posés par la Charte de l’Organisation des Nations Unies.

                                          • jaja jaja 11 mars 2012 23:42

                                            « nos troupes » comme vous dites, ce sont les milices du capital qui interviennent partout dans le monde au service du colonialisme, de l’impérialisme ?..

                                            Sachez que l’UPR est loin d’être la seule à à réclamer le retrait des soudards hors de leurs lieux de méfaits...

                                            Le NPA par exemple outre la sortie de l’OTAN exige le retour sur le sol français de toutes les troupes stationnées hors du pays... et condamne toute intervention militaire extérieure de la France qui ne peut se faire qu’au service du colonialisme ou de l’impérialisme.


                                          • jaja jaja 11 mars 2012 23:49

                                            De plus plusieurs associations et partis manifestent régulièrement dans la rue pour porter l’exigence du retrait de la France d’Afghanistan, ce que ne fait pas l’UPR :

                                            Exemple cette mobilisation l’année dernière qui sera reprise samedi prochain avec une nouvelle manifestation anticoloniale :

                                            Manifestation anticoloniale, Paris

                                            vendredi 18 février 2011

                                            Samedi 26 Février 2011A 15 h - place de la République.

                                            Contre la guerre, le racisme, la xénophobie d’Etat. Pour sortir du colonialisme !
                                            Les révolutions tunisienne et égyptienne ont ouvert la voie : solidarité avec les luttes sociales,
                                            démocratiques et anticoloniales des peuples ! Halte à la politique la politique étrangère de soutien
                                            aux dictatures du Gouvernement français.
                                            - Toutes et Tous dans la rue pour montrer notre rejet de la guerre, de la militarisation et du
                                            colonialisme, pour obtenir le retrait des troupes d’Afghanistan, pour réclamer un monde de respect
                                            des droits pour tous, un monde de paix !
                                            - Toutes et Tous dans la rue pour lutter contre la colonisation et les occupations, pour le droit à
                                            l’autodétermination, pour le respect des droits nationaux et des Droits humains, des peuples
                                            palestiniens, sahraouis, tchétchénes, kurdes, tamouls…
                                            - Toutes et Tous dans la rue pour l’annulation sans condition de la dette, contre la recolonisation
                                            des terres, les politiques du FMI, de la Banque Mondiale et de l’OMC, pour lutter contre l’impunité
                                            et la criminalité financière et le recours aux paradis fiscaux ; pour l’accès de toutes et de tous à
                                            l’alimentation, à l’eau, la santé, l’éducation, à l’emploi, à l’habitat, et à la justice ;
                                            - Toutes et Tous dans la rue pour dire non à la Françafrique et à l’ordre colonial dans les territoires
                                            d’outre Mer ; Pour la fermeture des bases militaires françaises en Afrique et l’arrêt de l’aide
                                            militaire et policière française aux dictateurs sous couvert d’Aide Publique au développement
                                            - Toutes et Tous dans la rue pour refuser la xénophobie d’Etat et le racisme, pour la régularisation
                                            de tous les sans papiers, la liberté de circulation, pour l’égalité des droits et contre toutes les
                                            discriminations

                                            Tous ensemble pour sortir du colonialisme !
                                            Premiers signataires : Sortir du colonialisme, ATTAC, Au Nom de la Mémoire, MRAP, Survie,
                                            AFASPA, Mouvement de la Paix, Cedetim/IPAM, Union Syndicale Solidaires, CNT, ACCA
                                            ( Association des combattants de la cause anticoloniale), 4acg (association des Anciens Appelés
                                            en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre), Le Mouvement des Quartiers (MQJS), Réseau
                                            Féministe « Ruptures », Collectif OTAN/ Afghanistan, ACTIT (Turquie), FTCR (Tunisie), ATMF,
                                            ASDHOM (Maroc) CAAC Comores, USTKE, Collectif Solidarité Kanaky, Ligue des Femmes pour
                                            la paix , Centre Culturel Kurde, La Maison du TAMIL EELAM, France Amérique Latine, AEA
                                            (Action pour les Enfants des Andes- Equateur), Etoile Nord Africaine Anticapitaliste ( ENAAC) ,
                                            Federation Nationale des Musulmans de France (FNMF), Coordination contre le Racisme et
                                            l’Islamophobie (CRI), Respaix Conscience Musulmane, Réveil des Consciences, Collectif Faty
                                            Koumba, Attac Gabon, Les Oranges (Nanterre) Egalité Toulouse Mirail 31, Ecoles Tiers-mondes
                                            46 , Varec’h
                                            Organisations politiques : La Voie démocratique(Maroc), PCOT (Tunisie), ACTUS/prpe (Tchad)
                                            PCF, Europe Ecologie Les Verts, NPA, Les Alternatifs, Pcmf, Parti Communiste des Ouvriers de
                                            France, Gauche Unitaire,


                                          • PapaDop PapaDop 12 mars 2012 00:04

                                            A l’UPR ils sont pionniers en tout ! il m’on fait le coup avec la sortie de l’euros et maintenant ça recommence !
                                            Ce n’est pas comme ça que vous concaincrez les gens Fanc ,faites vous entendre sans(trop) mentir ,les gens ne sont (presque)plus dupes ,la sincérité et les bonnes idées vous serviront bien plus .Essayons d’avancer avec bonne foie Bon Sang l’avenir ne se construira pas sans sérieux et rigueur dans les idées .


                                          • jaja jaja 12 mars 2012 00:19

                                            En plus l’UPR est né en 2007 et le mouvement de protestation contre la guerre en Afghanistan date d’une époque où le fondateur de ce parti travaillait encore avec ce qu’il y a de plus pourri à l’UMP....


                                          • fanc 12 mars 2012 05:26

                                            Oui, c’est vrai vous avez raison, le NPA le propose. J’ai tendance à occulter ce parti, car je n’entends pas leurs idées. Ont-ils des idées ? Je ne sais pas ; la dernière fois que j’ai vu Poutou je n’ai pas compris ce qu’il voulait dire, voulais faire.... inaudible, sans charisme, avec l’intelligence du coeur certes, mais c’est tout.


                                          • fanc 12 mars 2012 05:37

                                            @PapaDop
                                            je vous ai déjà répondu que nous n’avons nullement la prétention d’être les pionniers en matière de sortie de l’euro, simplement les seuls qui l’ont écrit noir sur blanc dans leur programme.

                                            Je suis par ailleurs tout à fait d’accord avec vous qu’on ne convainc pas les gens en leur mentant !! Ce que j’ai dit à propos des fondateurs collaborationistes anciennement waffen SS est véritable et vérifiable : http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9on_Gautier

                                            Je vous invite ; dans cette démarche sincère, à visionner si vous trouvez le temps, les quelques conférences de M. Asselineau (disponible sur le site de l’UPR http://www.u-p-r.fr/conferences-en-ligne). Vous pourrez vous rendre compte par vous-même de la rigueur intellectuelle de l’UPR ; de sa sincérité et de ses bonnes idées.

                                            Je suis également tout à fait d’accord avec vous : il faut avancer avec bonne foie, et on ne construit pas sans sérieux et rigeur dans les idées !!! C’est d’ailleurs avec ce raisonnement que l’on peut écarter le FN de toutes considérations sérieuses, puisque fondé par des anciens waffen SS.

                                            comme vous le dites, on ne construit pas de chateaux sur de la boue (ou de la merde en l’occurence)


                                          • fanc 12 mars 2012 05:41

                                            @jaja

                                            « le fondateur de ce parti travaillait encore avec ce qu’il y a de plus pourri à l’UMP »

                                            D’où sortez vous cette information ? Source ?


                                          • jaja jaja 12 mars 2012 08:02

                                            Sources ? C’est une plaisanterie ou alors vous ne connaissez pas le parcours sulfureux de votre mentor...

                                            2001 agression Yankee contre l’Afghanistan
                                            2001 Asselineau est élu Conseiller de Paris de la liste du repris de justice Tibéri dans le 19ème arrondissement. Tibéri farouche partisan et acteur par ses votes de l’intervention militaire contre l’Afghanistan.....


                                          • fanc 12 mars 2012 08:57

                                            HUM ; si vous seule source c’est qu’il a été conseillé de paris, ça va faire un peu léger....
                                            J’attendais de votre part une preuve qu’il ait soutenu la guerre en Afghanistan. Je suis déçu.

                                            Pour votre info (informez-vous) FA a créé l’UPR parcequ’il n’y avait et il n’y a aucun partie politique ayant suffisament de bon sens pour —notamment— sortir de l’OTAN ----et donc d’Afghanistan.

                                            Question bête : si l’employeur pour lequel vous travaillez tue des enfants, êtes-vous un tueur d’enfant ? Vous raisonnement est simpliste et caricatural !


                                          • jaja jaja 12 mars 2012 09:12

                                            Relisez les commentaires, vous êtes d’une mauvaise foi gargantuesque smiley

                                            Je n’ai jamais dit dans mes commentaires plus haut qu’il avait soutenu la guerre en Afghanistan..

                                            Ce qui est d’ailleurs une erreur grave smiley puisque Asselineau se choisissant un chef de file (Tibéri) dont la ligne politique était de soutien à l’intervention militaire votre mentor était au coeur de ces politiciens impérialistes guerriers...
                                            Camp des politiciens assassins du peuple Afghan qu’il confirme en 2004 en rejoignant l’UMP...qu’il ne quittera qu’en 2006...

                                            Heureusement que le combat anti-impérialiste n’a pas attendu ce monsieur....


                                          • jaja jaja 12 mars 2012 09:24

                                            J’attends le petit moins qui me confirmera que vous m’avez lu. Fin de cet échange pour moi....


                                          • fanc 12 mars 2012 10:32

                                            Ce n’est pas moi qui ait mis le petit moins.

                                            Je suis d’accord, après relecture vous ne l’avez pas dit, éventuellement sous entendu, mais en effet vous ne l’avez pas dit.

                                            Je ne pense pas malgré tout que votre argument soit relevant.

                                            1. il n’y est resté que 2 ans
                                            2. tout le monde peut se tromper
                                            3. la France ne faisait pas encore partie de l’OTAN
                                            4. Il est généralement plus simple d’essayer de faire changer les choses de l’intérieur que de s’y attaquer de l’extérieur.

                                            Bref, je respecte votre point de vue, mais je le trouve binaire et sans nuances.


                                          • fred74 fred74 11 mars 2012 17:58

                                            Bonjour,,,,,,,

                                            Heureusement que Sarkosy est là,,,,,car dans le cas contraire , dans quelle situation serions nous,,,,

                                            Hollande risque fort de le battre,,,,mais avec un peu de chance,,,,,Sarko sera notre grand vainqueur,,,,il a un programme qui , à coté d’hollande , qui tien la route,,,,
                                            Bon,,,tous ne vont pas être d’accord n’empêche que pour l’heure,,,il est le seul a pourvoir nous sortir de cette embrouille.


                                            • Ahnzel 11 mars 2012 18:33

                                              Oui il tiens la route, il va sans doute coopter des anciens de Goldman Sachs comme partout en Europe.


                                            • patyack patyack 12 mars 2012 01:13


                                              On devrait les rouler dans le goudron de leur routes à tous les deux et de les emplumer ensuite ;
                                                « ces vendus ».
                                              car ils nous jettent en pâture « ces guignoles » devant une oligarchie majoritaire de banquiers spéculateurs de la goldman sachs et de la JP morgan et d’autre banques affiliées...qui instaurent et deviennent de plus en plus stratégique et opportun à la BCE.
                                              Devant FLAMBY qui connait rien a l’economie et qui génuflexe devant la CITY et d’un NABOT qui comprend rien et qui signe a tous va aux accords de Bruxelles représenté par quelque anciens de ces banques. Il n’y a que les extrêmes de l’état qui restent plutôt sensées et qui persévèrent, devant l’état des choses actuelle par de faux préposer qui nous mènent a l’extrême, au chaos.


                                            • Ahnzel 11 mars 2012 18:32

                                              Une autre alternative : L’Humain d’abord

                                              Toujours aussi anthropocentriste.

                                              Grâce à la planification écologique

                                              Mais le confort avant de sauver la planète. Quand même

                                              Bref si les bobos du FDG et du PS peuvent se payer des tomates qui viennent du Pérou plutôt que les acheter au paysans local, du moment que ca vient du commerce équitable, il y a pas de problème.


                                              • restezgroupir44 restezgroupir44 11 mars 2012 18:33

                                                Les loups ne se dévorent pas entre-eux. smiley


                                                • jcn 11 mars 2012 19:03

                                                  indépendamment du reste de l’article, un commentaire sur ce point précis :

                                                  « En mettant fin à la Vème république, qui n’est rien d’autre qu’une forme de monarchie déguisée, et en instaurant une VIème république parlementaire grâce à une assemblée constituante réservée aux citoyens. »

                                                  j’invite tout le monde à réfléchir et à se documenter sur l’assemblée constituante.

                                                  l’avis éclairé d’étienne chouard par exemple permet d’ouvrir le débat sur ce que serait une bonne assemblée constituante travaillant pour l’intérêt commun et la démocratie réelle.

                                                  cordialement

                                                  jcn


                                                  • SNOOP 11 mars 2012 21:00

                                                    melèche (comme l’appelle hollande) devrait militer pour un référendum sur l’entrée de la turquie dans l’ue, sur l’immigration comme sur l’islamisation. smiley


                                                    • sylla 11 mars 2012 21:16

                                                      « Et à ce titre, l’UE est devenue l’instrument de soumission des Européens à la pression permanente de la libre concurrence. »

                                                      Quand ne l’a t elle pas été ?!?

                                                      Sur le prog FdG, c’est sympa cependant il y a des points qui m’échappent : 

                                                      "4) En désobéissant au traité de Lisbonne, ce qui nous permet de récupérer d’autres marges de manœuvre au niveau national sans sortir de l’UE et sans renoncer à l’Euro (donc en proposant en parallèle la renégociation des traités), parce que nous en avons besoin pour mettre en place la coopération démocratique et la solidarité internationale dont je parlais plus haut. ( ex : emprunts directs à la banque de France en attendant un accord pour autoriser les emprunts directs à la BCE, contrôle des mouvements de capitaux etc … )« 

                                                      - Vous faites comment pour transformer la zone euro en une zone monétaire potable (transferts budgétaire, mobilité des travailleurs, harmonisation fiscale et sociale) ?
                                                      -Les traités sont constitutifs de l’UE : vous faites comment pour rester dans l’une sans rester dans l’autre ?
                                                      -Pour un nouveau traité, l’unanimité est requise (dans le texte des traités, mais même en dehors de ceux ci) : comment comptez vous vous y prendre ? 

                                                       »6) En sortant de l’OTAN et donc en nous émancipant de la domination et de l’impérialisme américain, en redonnant sa propre voix et sa grandeur à la France. En refusant l’instauration d’un grand marché transatlantique et d’une gouvernance économique au niveau européen.« 

                                                      Selon ces mêmes traités, l’UE est subordonnée dans sa défense à l’OTAN.

                                                      -En admettant que vous fassiez effacer ces clauses, allez vous refuser toute solidarité de défense avec les pays de l’UE au motif que certains d’entre eux sont dans l’OTAN (ce qui de facto constituerait une solidarité avec l’OTAN) ? (nb : l’OTAN ayant été reconfigurée pour l’attaque ( »intervention sur des théâtres extérieurs« dans le jargon, ou à peu près))

                                                       »1) En mettant fin à la Vème république, qui n’est rien d’autre qu’une forme de monarchie déguisée, et en instaurant une VIème république parlementaire grâce à une assemblée constituante réservée aux citoyens.« 

                                                      -Comment çà se passe pour renégocier les traités ou entamer un rapport de force (voire tenir le programme du FdG) avec une assemblée parlementaire ? çà va mieux ?

                                                      Au passage :
                                                      -Et si la constituante décide d’autre chose qu’une république parlementaire ?
                                                      -Et si la constituante décide que la france suit le traité de lisbonne... ?

                                                       »Le repli nationaliste« 
                                                      Pourquoi nationaliste ? juste au dessus vous écrivez  »repli national« ...
                                                      Il y a 27 pays européens, mais 170 pays hors UE : je vois le pas trop le »repli". 
                                                      Et pourquoi pas enfermement européiste ?

                                                      7-9 questions en gros. merci de vos éclaircissements.


                                                      • jargenty jargenty 11 mars 2012 22:15

                                                        Sylla, vous avez lu le programme, bravo !

                                                        Je vous répond sur un tout petit détail, juste, parce que je viens de me fader tous le fil et je suis un peu écœuré.
                                                        Ce n’est pas le rôle de la Constituante de voter des lois, c’est celui de l’Assemblée Nationale. La Constituante rédige la Constitution.


                                                      • sylla 12 mars 2012 11:40

                                                        jargenty (xxx.xxx.xxx.143) 11 mars 22:15

                                                        @Jargenty

                                                        Oui, merci, je sais que la constituante s’occupe de la constitution et non des lois...

                                                        Je suppose qu’il s’agit de ma question sur sur le traité de lisbonne : à ce sujet vous aurez quand même remarqué le titre XV de la présente constitution :

                                                        DE L’UNION EUROPÉENNE

                                                        Article 88-1

                                                        La République participe à l’Union européenne constituée d’États qui ont choisi librement d’exercer en commun certaines de leurs compétences en vertu du traité sur l’Union européenne et du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, tels qu’ils résultent du traité signé à Lisbonne le 13 décembre 2007. 

                                                        Il n’est donc pas exclu que le FdG se fasse doubler son programme par sa propre constituante.

                                                        J’ajouterais même que comme

                                                        LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

                                                        Article 5

                                                        Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État.

                                                        Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités.


                                                        Une constituante sera nécessaire avant la désobéissance, une constituante qui rédigera et ne rédigera pas certaines choses, ce qui me semble un peu paradoxal, vu qu’elle devrait être libre de décider et non pas obligée de suivre un programme.


                                                      • Bigburn 11 mars 2012 21:21

                                                        l’europe actuelle n’a pas d’avenir, pour que ça fonctionne y’a pas d’autre solution qu’une europe fédérale avec tout ce que ça implique comme la perte de la souveraineté des états .
                                                        Je suis pas sur que les peuples soient près a franchir le pas en perdant leur identité au passage ...


                                                        • tesla_droid84 11 mars 2012 22:55

                                                          Le FrdG ne peut pas garder comme position le fait de désobéir/dénoncé, c’est une position d’ado qui en plus coute des contraventions qui ont le bon gout d’etre automatique depuis que le ME.S est passé.

                                                          J’appelai à voter FN par stratégie mais je suis tombé sur ça :
                                                          C’est grand accord qui rentrera en vigueur en 2015, on va recevoir de la viande pleine d’antibio et de saloperie, 
                                                          Vous pouvez vérifier vous meme Marine Le Pen a voté pour, j’en suis resté sur le ...

                                                          Moralité :

                                                          1. l’Union européenne, quels que puissent être les mérites théoriques initiaux de la chose, est une machine devenue folle qui fonctionne au bénéfice des Etats-Unis et à l’écart des opinions ;

                                                          2. le vote du FN montre que ce parti, comme d’autres soi-disant souverainistes, s’accomode fort bien de la dépossession démocratique que représente l’Union européenne ;

                                                          3. le vote de gens comme Rocard, Peillon ou Hamon montre que, sur certains points, certains au PS ont encore un peu de décence. Ils sont simplement coincés par leur approbation initiale de l’Union. Leur refus d’appeler à en sortir les condamne à jouer les utilités. Pour construire cyniquement une domination des riches sur le monde, la droite sera toujours plus efficace qu’eux.

                                                          4. l’UPR est le seul parti qui fasse de la sortie de l’Union européenne son objectif unique et principal. Ce projet protéiforme et adémocratique est sans conteste le principal des fléaux de l’heure. Il reste à ce parti en formation à se faire connaître.


                                                          • ffi ffi 12 mars 2012 05:52

                                                            Es-tu sûr d’avoir regardé où il fallait (en plus c’est en anglais, c’est incompréhensible) ?
                                                            Parce que je vois que Michel Rocard a voté contre... Mais que Bruno Gollinisch a voté pour... C’est un peu le monde à l’envers.

                                                            En fait, tu t’es trompé : il ne s’agit pas du vote du partenariat transatlantique, lequel date du 1er juin 2006.
                                                            Il s’agit, sur ton lien, du vote de la résolution RC-B6-0209/2008, en date du 6 mai 2008
                                                            C’est une proposition de Résolution commune.
                                                            Le PSE avait proposé la résolution B6-0212/2008, pour laquelle qu’il a voté pour, je présume.
                                                            Les verts avaient proposé la résolution B6‑0214/2008.

                                                            Je te laisse comparer les diverses résolutions, pour estimer laquelle des résolutions était préférable.

                                                            Bon courage (Quelle horreur !).


                                                          • logan 12 mars 2012 10:40

                                                            Je ne sais pas où vous avez péché qu’un adulte obéit, vous devez confondre avec un esclave ?

                                                            Que serait-il advenu des révolutionnaires français en 1789 s’ils avaient du obéir aux lois du roi ? Que serait-il advenu de milliers de gens pendant l’occupation allemande si des français n’avaient pas choisit au péril de leur vie de désobéir aux lois du gouvernement Pétain et des nazis ?

                                                            Le général de Gaulle avait déjà employé la méthode de la désobéissance au moment de l’Europe à 6, mécontent des accords signés sur la politique agricole commune qu’il jugeait contraire aux intérêts de la France, il avait même appliqué la politique de la chaise vide. Et bien au bout du compte il a obtenu gain de cause, les autres pays ont bien été obligés de renégocier ces accords et d’accepter un compromis avec la nouvelle position française.


                                                          • ffi ffi 12 mars 2012 05:55

                                                            Quand on est pris au piège, la seul solution, c’est de s’enfuir sans se retourner, ni demander son reste ! Basta l’UE !


                                                            • fcpgismo fcpgismo 12 mars 2012 08:37

                                                              Un des aspects fondamentaux du Front de Gauche est la prise de responsabilité ( de pouvoir) des citoyens Car tous les partis n’ ont qu’ un seul message élisez moi et je ferai le reste. et rien ne change Seul une prise citoyenne de responsabilité entrainera un cercle vertueux de la démocratie.Assemblées populaires référendums. Aucune décision importante ne doit être tranché par la représentation Seul les sujets mineurs doivent être de la responsabilité des représentants du peuple. Dès la petite enfance chaque citoyen doit être formé pour exercer la responsabilité ( le pouvoir )Et une règle ABSOLU UN SEUL ET UNIQUE MANDAT par citoyen Une presse libre et indépendante Aucun groupe financier ne doit détenir un média.TF1 Fin de concession.Les médias doivent participer à la formation des citoyens. 


                                                              • logan 12 mars 2012 10:42

                                                                J’espère sincèrement que la question des médias serait abordée profodément au moment de la constituante.


                                                              • Soi Même 12 mars 2012 10:58

                                                                Le plus beau des mensonge, < la prise de responsabilité ( de pouvoir) des citoyens > Tu réaliseras vite à tes dépends le jour où une décisions prisent par les citoyens encore il faut savoir si cela en est une vrais, comment tu vas te faire tapé sur les doigts.

                                                                Juste une, l’annulation des réformes des retraites ?

                                                                Pose la Question à merluche, regarde la réponse Européenne ?

                                                                Regard, les coqs en pâtes que sont les serviles serviteurs Européens, pose toi la question qui va mettre en danger leurs statues ?

                                                                Sans doutes pas Méluche ! Député devant l’éternel d’un mandat Européen 21000 €. plus primes !

                                                                La gueule de bois va être dur chez les puristes du Front de Gauche.

                                                                 
                                                                 


                                                              • edgar edgar 12 mars 2012 09:45

                                                                Le point intéressant de la démonstration est l’idée que la voie parlementaire pour mettre en place des coopérations internationales est à privilégier par rapport à l’intergouvernemental pur.

                                                                L’énorme point faible est l’omission d’un fait criant : l’euro n’est pas un instrument neutre, l’euro est la cause des déficits publics des états victimes de la désindustrialisation (http://www.lalettrevolee.net/article-entre-la-grece-et-la-france-combien-de-temps-99610398.html).
                                                                Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’on élit des représentants qu’ils ont un pouvoir. Le Parlement européen n’a que de très faibles pouvoirs face à la Commission et au Conseil.
                                                                Dernier point : au fur et à mesure que des pouvoirs sont transférés à « Bruxelles », l’UE est de moins en moins un projet international et de plus en plus le projet de construction d’un état nation européen (ce vers quoi tendent tous les partisans du « il nous faut plus d’europe »).
                                                                L’internationalisme il n’est donc que dans la tête de ceux qui veulent continuer à croire en l’Europe. Demandez au PC grec s’il est content de la « solidarité » européenne (http://www.lalettrevolee.net/article-le-pc-grec-appelle-la-gauche-europeenne-a-cesser-les-larmes-de-crocodile-101317502.html).
                                                                Vous pouvez donc traiter de nationalistes ceux qui souhaitent simplement revenir à un régime démocratique (vous vous rappelez avoir voté Non en 2005 et comment ça n’a servi à rien ? vous en redemandez ?), ça ne fait que fragiliser votre position.




                                                                • logan 12 mars 2012 10:54

                                                                  Salut, les déficits et la dette ne sont pas liés à l’Euro, regardez leur évolution, cela commence en 1973, l’Euro n’est arrivé qu’en 2002.
                                                                  Je reconnais que le traité de Maastricht grave dans le marbre les règles qui soumettent les finances publics aux marchés financiers internationaux. Mais ces règles sont dissociables du principe d’une monnaie unique, elles peuvent être changées.
                                                                  Ce qui intéresse le front de gauche c’est qu’une monnaie unique empèche les dumpings monétaires entre les pays européens, elle protège plus solidement les pays contre la spéculation sur les taux de change, et elle permet de combattre l’hégémonie du dollars américain qui est l’un des outils principaux de son impérialisme.

                                                                  Pour le parlement européen il faut effectivement qu’il ait plus de pouvoir, mais en même temps qu’il travaille en coopération avec les parlements nationaux.
                                                                  Comme je l’explique dans le texte, tout ça ne sera possible qu’à partir du moment où on rétablit déjà un minimum de démocratie au niveau national.


                                                                • edgar edgar 12 mars 2012 11:20

                                                                  les déficits se sont mis à exploser avec l’euro.(http://www.indexmundi.com/france/public_debt.html)






                                                                • edgar edgar 12 mars 2012 11:26

                                                                  Pour ce qui est du dumping, les arguments du Front de gauche sont indignes de quelqu’un comme Généreux par exemple.


                                                                  La Grèce aujourd’hui aurait bien besoin de faire du « dumping », pour rétablir sa compétitivité. Vous appelez dumping des ajustements de taux de change qui sont nécessaires pour éviter que des zones entières ne deviennent déclassées, exclues des circuits mondiaux.

                                                                  A un moment la créativité de la propagande ne remplace pas le réalisme. En maintenant l’euro vous maintenez les grecs et d’autres peuples dans la misère, et vous maintenez la France dans l’austérité. Assumez. 

                                                                • logan 12 mars 2012 15:34

                                                                  Non on appelle dumping la volonté d’obtenir des avantages sur les autres. Vous pouvez rester dans votre monde idéalisé où les pays ne se serviraient de ce levier que pour retrouver un équilibre, mais dans la réalité, et ce depuis 60 ans, c’est un des moyens utilisés pour faire concurrence aux autres, et c’est une des raisons pour lesquelles la monnaie unique était intéressante.
                                                                  Le seul moyen d’obtenir des échanges équilibrés entre les pays c’est par des accords type charte de la havane, et tant que vous serez dans l’idéologie de la compétitivité, comme je l’ai expliqué plus haut, alors vous ferez le jeu des multinationales et de la finance, pour nous ce sera le moins disant fiscal ( et donc les déficits ) et le moins disant social.


                                                                • edgar edgar 12 mars 2012 21:04

                                                                  N’importe quoi. C’est à pleurer votre raisonnement. Je suis très en faveur de la charte de la Havane et d’une limitation des déséquilibres commerciaux, dans l’esprit du plan Keynes défendu à Bretton Woods. Mais quand des déséquilibres s’accumulent et envoient les pays au drame, se priver de la dévaluation comme outil thérapeutique c’est de la bêtise pure.

                                                                  Pour ce qui est des dévaluations compétitives, il y a des moyens de les éviter. J’en avais défini un ici : http://www.lalettrevolee.net/article-29023580.html

                                                                • logan 14 mars 2012 12:27

                                                                  Bah ces déséquilibres n’ont rien de prioritaires vous en faites une tonne mais cela veut dire quoi au bout du compte ?
                                                                  Les exportations ne sont qu’une petite partie de notre production, nous avons beaucoup plus intérêt à relocaliser nos productions et à privilégier les activités qui répondent à nos besoins internes plutôt que d’essayer d’exporter, c’est comme cela déjà qu’on réduira les problèmes de balance commerciale, et pas besoin de dévaluer la monnaie pour cela.
                                                                  C’est le libre échange plus que la monnaie qui nous conduit à réimporter des produits qu’on pourrait produire sur place et qui nous plombe.
                                                                  Et sur le long terme comme je vous ai dit le seul moyen d’éviter que l’on sombre dans une guerre monétaire comme le font la chine ou les états-unis, c’est bien d’avoir une monnaie unique, et de nous entendre avec les autres pays dans des accords style charte de la havane qui nous permettront de recouvrer pleinement notre souveraineté au niveau national.

                                                                  Tant que nous sommes soumis à une compétitivité, compétitivité que vous avez pleinement intégré vu que vous n’avez que ça à la bouche, nous (le peuple ) serons toujours perdants.
                                                                  Si un dévalue sa monnaie, l’autre fait quoi ? Il a le choix, il dévalue sa monnaie ou réduit ses salaires ou réduit la fiscalité des entreprises. C’est sans fin, et dans tous les cas c’est nous qui sommes les dindons de la farce ( réduction de notre pouvoir d’achat / moins de recettes fiscales donc moins de dépenses sociales ou de services publics ), et ce sont les financiers et les multinationales qui sont gagnantes. Il n’y a pas de souveraineté possible si nous sommes soumis à de telles contraintes concurrentielles. Mais ça les nationalistes ne le comprendront jamais, parce qu’ils ne sont pas dans une logique de lutte des classes, ils idéalisent nos entreprises et ne pensent qu’aux intérêts de nos entreprises nationales sans comprendre que leur intérêt n’est pas le nôtre.


                                                                • ffi ffi 19 mars 2012 20:20

                                                                  Je ne vois pas trop ce que vient faire la lutte des classes dans le problème.

                                                                  Il est clair que la dévaluation n’est pas une solution « magique ». Tout système économique est infiniment varié. Par conséquent, varier un seul paramètre (tel la valeur de la monnaie) ne peut satisfaire à sa régulation complète. Le seul dispositif suffisamment fin, c’est le protectionnisme.
                                                                   
                                                                  Enfin, dire que les entreprises française n’ont pas les même intérêts que les français me semble aller assez vite en besogne (surement le prisme de la lutte des classe)...
                                                                   
                                                                  En effet, jusqu’aux dernières nouvelles, ce sont des français qui travaillent dans les entreprises française, donc, il me semble logique d’affirmer que les français profiteraient de la prospérité des entreprises françaises. A contrario, dire que les français profiteraient de la prospérité des entreprises chinoises me semble plus aléatoire.
                                                                   
                                                                  Cela dit, je ne nie pas que les entreprises françaises réunissent et des patrons et des ouvriers et donc que dans l’entreprise et les patrons et les ouvriers ont des intérêts souvent contradictoires. Je dis qu’il faut mettre en rapport des choses de même nature (patrons/ouvriers) et non pas des choses de natures différentes (ouvriers/entreprises) sous peine de sophisme.


                                                                • lightyagami30 12 mars 2012 10:10

                                                                  Mélanchon ne propose rien de réalisable sur l’Europe tant qu’il ne dénoncera pas l’article 50 du Tue qui fait que l’on peut sortit juridiquement de l’Europe, mais bizarrement en France on n’en parle pas, seul François Asselineau, candidat à l’élection présidentielle qui est passé sous silence par les médias ose en parler. Mélanchon ne propose rien comme solution réalisable tant qu’on passera sous silence la mafia européenne qu’est Bruxelles et la commission, Ainsi les agriculteurs continueront à se suicider ( un par jour) tant qu’ils seront exploités et ou on peut pas rivaliser avec les autres pays européen ( art 38 et 39 du TFUE), il ne parle pas d’une sorti de l’euro via l’article 282. et sur bien d’autre sujet qui sont irréalisables tant que la France sera dans l’Euope sous domination américaine. Mélanchon a un bon programme pour le social, mais pour cela il faudrait que la France soit une démocratie en dehors de l’Europe qui annihile les espoirs des Français. Mais pour ce qui concerne l’Europe et l’économie, qu’il laisse François Asselineau s’occuper de cela.


                                                                  • logan 12 mars 2012 11:00

                                                                    Asselineau se trompe.

                                                                    Si vous sortez de l’UE, vous abandonnerez toute une partie de la souveraineté de la France à une classe sociale ( ministres / technocrates / diplomates ) complètement déconnectés du peuple, jamais vous n’obtiendrez la démocratie par cette voie. C’est refaire la même erreur que nos ancêtres après 1945, regardez toutes les institutions intergouvernementales ce qu’elles sont devenues, ce sont elles ( ONU, OMC, FMI, UE ) qui ont joué un rôle moteur dans la mondialisation libérale et dans la destruction de notre souveraineté pour donner des pouvoirs à la finance internationale !


                                                                  • Soi Même 12 mars 2012 11:18

                                                                    @ logan, en réalité qu’est qu’il est préférable de se trompé où de mentir ?

                                                                    Êtes vous vraiment sur Asselineau se trompe ? en tout cas on peut peut pas l’accusez de mensonge.

                                                                    Donc si l’on compare des points de vue opposer, l’un dit la vérité, les autres mentent, car tromper équivaux à mentir. Donc Asselineau peut se trompé, mais il ne ment pas.

                                                                    Et quand un homme qui se trompe et ne ment pas, il y a fort à parié qui va faire le nécessaire pour rectifier son erreur. Donc ta démonstration n’est pas probant. Soi tu trompes, soi tu mens !


                                                                  • Soi Même 12 mars 2012 11:30

                                                                    Soi tu es tromper, soi tu mens !


                                                                  • logan 12 mars 2012 15:35

                                                                    soit je ne comprends rien à ce que tu essaies de dire ;)


                                                                  • fanc 12 mars 2012 19:27

                                                                    C’est pourtant clair....

                                                                    Pour pouvoir affirmer que Asselineau se trompe encore faudrait-il que vous ayez vus ses conférences. Ce dont je doute.


                                                                  • Ouallonsnous ? 12 mars 2012 19:40

                                                                    Asselineau ne se trompes pas, et il ne retomberas pas dans toutes les « imperfections » de la précédente constitution, grace aux réferendums, dont ceux d’initiatives populaires dont l’usage sera simplifié et la fréquence suffisante pour représenter un véritable pilotage de la technocratie étatique.

                                                                    Vous vous rendez impuissant par manque de vues à long termes !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès