• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Moderniser sans exclure – A propos des contrats aidés

Moderniser sans exclure – A propos des contrats aidés

En 1992, Bertrand Schwartz, qui n’était pas un doux rêveur (ancien directeur de l’Ecole des Mines de Nancy) créait l’association « Moderniser sans exclure » ; tout un programme !

 

Il fut l’inspirateur des missions locales pour l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, parce qu’il ne supportait pas de constater que les jeunes des quartiers populaires étaient sacrifiés, sans avenir et sans qualification. C’est clair qu’il a mis au point des démarches innovantes, entre pratique de terrain et formation innovante en alternance…

Aujourd’hui, la caste des énarques qui a pris le pouvoir veut tout balayer sans réfléchir aux conséquences. Elles sont de deux ordres :

1.

  • Chacun sait que le contrat aidé n’est pas une solution durable. C’est prendre les gens pour des imbéciles, de croire qu’employeurs et employés croient cela ! Encore un préjugé d’énarque !
  • Les effets positifs globaux sont indéniables : mieux être, confiance en soi, apprentissage en situation d’un cadre de travail normé. Se sentir utile à la société. Le CNAFAL tient à rappeler que les jeunes, tout comme les populations précaires, dépriment. La France détient le record en Europe, de taux de suicides des jeunes. Ce sont les jeunes qui ont été délibérément sacrifiés sur l’autel de l’austérité ; ne l’oublions pas.
  • Croit-on que le marché libre, la compétition sur le marché du travail va résoudre la question mécaniquement, alors que la question de la formation professionnelle, n’est toujours pas résolue ?
  • Mettre fin aux contrats aidés, c’est renvoyer les bénéficiaires aux minimas sociaux, à la galère journalière, à la débrouille et au pire à l’économie souterraine… Un cerveau d’énarque peut-il comprendre cela ? Les casseurs de ce filet social ne seront pas les payeurs, lorsqu’on voit que les crédits associatifs pour les quartiers politiques de la ville, sont voués à la disparition. Combien d’associations, voire de collectivités locales, remplissent leurs missions grâce aux emplois aidés ? Or depuis 2011, les subventions en provenance de l’Etat baissent annuellement de 5 à 6% ? Combien d’associations vont mourir ?

2.

Pourquoi des mensonges sur les contrats aidés ? La DARES a estimé qu’en 2015, les 60 000 contrats aidés supplémentaires ont débouché sur une création nette de 21 000 emplois.

Dans le secteur marchand, 2/3 des emplois aidés trouvent un emploi à la suite de leur contrat et ce sont souvent des allocataires de minimas sociaux.

Va-t-on les renvoyer vers leur ghetto ? Et dans le même temps on réduit les effectifs de Pôle Emploi.

L’exonération des cotisations sociales dues par les employeurs, représentent 36 milliards d’euros ; les emplois aidés 2 milliards ; chiffres officiels. Le CICE (Crédit Impôt Compétitivité) a coûté 22 milliards d’euros, soit par emploi entre 286 000 € et 570 000 € (chiffre officiel de la Cour des Comptes).

Où sont les assistés ?

Décidément on ne vit pas dans le même monde, il s’agit plus, a priori, d’exclure pour moderniser.

L’anomie ne profitera à personne.


Moyenne des avis sur cet article :  2.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 27 septembre 11:06

    « Pourquoi des mensonges sur les contrats aidés ? La DARES a estimé qu’en 2015, les 60 000 contrats aidés supplémentaires ont débouché sur une création nette de 21 000 emplois. »
    CDD en très grande partie, il faut le dire.


    • zygzornifle zygzornifle 27 septembre 13:24
      Moderniser sans exclure.... moi je dirait plutôt avec Macron exclure sans moderniser .....

      • McGurk McGurk 27 septembre 23:00

        @CNAFAL

        Veuillez m’excuser de jeter un pavé dans la mare, mais les contrats aidés sont utilisé comme cache-misère pour cacher la vacuité béante concernant les idées du gouvernement pour résoudre la crise économique.

        Si vous vous pointez à Pôle Emploi par exemple, une bonne partie des contrats aidés se rapportent à des emplois-placard du type administratif ou du même gabarit. Et lorsqu’on demande si l’un desdits contrats peuvent concerner un métier/branche ciblée dans notre recherche d’emploi, on nous répond bêtement que « c’est tout ce qu’il y a ».

        Alors oui, ça aide une catégorie de personnes dans le besoin soit - j’y aurai droit prochainement d’ailleurs -, mais ce n’est en aucun cas un gage d’avenir. Plus pour repousser l’échéance de trouver un vrai travail qu’autre chose, car PE n’en a pas la vocation à part faire acte de présence.

        On nous berce souvent d’illusion en nous racontant qu’ « après on va trouver mieux ensuite », mais la vérité c’est qu’après avoir mis le doigt dans l’engrenage des emplois de merde, on sera de plus en plus sollicité à continuer comme on « aura de l’expérience dans le domaine » - laissant tomber nos envies et projet professionnel.

        Les contrats-aidés, un beau piège à con...


        • ZenZoe ZenZoe 28 septembre 09:59

          Emploi aidé = emploi jetable à temps partiel et sous-payé qui remplace un vrai emploi.
          Qu’on défende ces formules en dit long sur le regard porté sur les précaires !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires