• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Municipales : l’embrouille

Municipales : l’embrouille

Si les pères du socialisme n'avaient pas assez de mépris pour ce qu'ils désignaient comme le « crétinisme parlementaire », comment nommeraient-ils aujourd'hui le double-jeu de l'opportunisme électoraliste sectaire ?

JPEG - 15.2 ko
A la prochaine révolution Je retourne mon pantalon
http://www.google.fr/imgres?sa=X&hl=fr&rlz=1T4ACEW_frFR371FR372&biw=1024&bih=372&tbm=isch&tbnid=quFlIUhx0vVURM :&imgrefurl=http://www.hitparade.ch/showitem.asp%3Fkey%3D268024%26cat%3Ds&docid=qIBvfNkHvRGi6M&imgurl=http://hitparade.ch/cdimag/jacques_dutronc-lopportuniste_s.jpg&w=200&h=202&ei=YxA8UtulG4OL0AXjqoDgDA&zoom=1&iact=rc&dur=203&page=2&tbnh=153&tbnw=152&start=12&ndsp=12&ved=1t:429,r:20,s:0,i:148&tx=109&ty=101

La situation de la gauche n’est pas bonne.

Oui, on le sait, elle a fait quatre millions de voix (chiffre jugé un peu décevant par certains) au premier tour de la présidentielle ; mais attention ! seulement deux millions de voix quelques semaines plus tard, avec le résultat désastreux que l’on connaît : la constitution disparate à l’Assemblée nationale du groupe GDR formé de quinze députés, dont cinq ultramarins.
Oui, son noyau s’est montré fort et uni grâce aux deux grandes manifestations contre le traité européen le 29 septembre 2012 puis pour « le coup de balai » et la sixième République le 5 mai ; mais attention ! sans que jamais elle n’ait donné l’image qu’elle entraînait un mouvement des masses au-delà des cercles qu’elle influence déjà.

Le point de vue du Parti de gauche

Le mouvement ne se trouve donc pas dans une phase active d’extension. Le constat amer en est fait sur son blog par le leader du Parti de gauche :«  On sait dans quel état de délabrement et de résignation est la gauche. »
S’il note d’ailleurs « Au moment où toute la presse avance le marchepied à Marine Le Pen dont la stratégie est clairement dessinée comme une alternative globale au « système »... », on peut lui objecter ainsi qu’à ceux qui surestiment le pouvoir des médias que si la gauche était plus forte elle serait davantage prise au sérieux et qu’on offrirait plus de place à ses représentants : Soyez forts, et vous serez respectés.
Or il ajoute : « ... nous patinons dans une valse-hésitation incompréhensible pour l’opinion. »
C’est ainsi qu’il aborde la question des élections municipales de mars 2014.

Ce que fait le PCF

Pourtant, à suivre P. Laurent et les enthousiasmes qu’il suscite dans son cercle d’influence immédiat on est plus près de la préparation par l’artillerie lourde avant la charge héroïque que des salons lambrissés où les uniformes chamarrés virevoltent.
Le tribun que l’on découvre n’a pas de mots assez durs (qui se gardent cependant d’« écrabouiller ») pour fustiger la politique des socialistes, pendant que les bonnes volontés s’échauffent pour aller à la bataille électorale... préparée dans certains cas notoires par des listes d’union dès le premier tour avec les socialistes têtes de liste.
Ainsi à Paris, pour ne prendre que le cas le plus évident et le plus symbolique. Il y en a d’autres.
Il appelle donc à l’assaut de certaines municipalités en ayant préalablement et secrètement négocié la constitution de listes communes PS-PCF à l’insu du PG, son principal partenaire du FdG, et de ses autres composantes. On connaît ses conciliabules avec les Hollande, Ayrault, Désir, etc.

Ce que devient le Front de gauche

C’est le retour à l’Ancien régime, où le résultat de certaines batailles était négocié entre les états-majors, et la piétaille envoyée au casse-pipe pour la forme.
Aucune discussion générale n’a eu lieu, et il n’en n’est pas question, au sein du Front de gauche pour préparer ces élections qui se trouvent de ce fait dépolitisées, pour se voir substituer des considérations locales-locales sur l’intérêt des administrés d’une part, et d’autre part sur la mobilisation des masses qu’une telle ligne est sensée susciter...
Le partenaire se voit consulté au coup par coup, sans qu’aucune ligne nationale autre que celle imposée ne soit discutée.
De plus, et c’est la meilleure, les communistes se voient attaqués frontalement sans vergogne par les mêmes socialistes, enfin d’autres... qui partent à l’assaut de municipalités comme à Saint-Denis dont la direction est communiste.

Les constatations qui s'imposent sont simples

D’abord, le PCF utilise sa position de force dans le FdG pour imposer sa ligne à ses partenaires. D’un champion auto-proclamé de démocratie on peut attendre mieux.

Ensuite, le PCF retourne aux marges à ses vieux démons de confusion avec les socialistes, socialistes par rapport auxquels il est au contraire dans une position de faiblesse insigne, celle à laquelle l’a conduit historiquement ce type de comportement.

Cruel avec ses amis, mais rampant devant ses rivaux, ceux auxquels il s’agirait d’opposer son autonomie. Avec, à terme pourtant l’objectif qui serait d’arracher certains à la ligne folle de leurs responsables aux affaires. Suive qui peut : l’auto-intoxication partisane doit suffire.

Quant au PS, il continue tout simplement son action multi décennale bien connue de démolition (Saint-Denis) ou d’assimilation (Paris) de tout ce qui pourrait se trouver sérieusement à sa gauche.

Enfin, compte tenu du désarroi causé dans son électorat par la politique de F. Hollande et de J-M. Ayrault, il n’est pas du tout acquis pour le PCF que l’enfumage auquel s’adonne sa direction soit payante lors du dépouillement du scrutin.

A la déconfiture probable pour cause d’abstention et de vote de refus, s’ajouteront la honte et l’opprobre de ne pas s’être vraiment battu.

Oui, dans ces conditions la politique de l'opposition populaire est mise sur de mauvais rails.


Moyenne des avis sur cet article :  3.11/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 12:29

    Le second tour est autre chose.


  • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 12:41

    Dans plus d’un endroit il vaut mieux vivre avec une municipalité « de gauche » que labellisée de droite.


  • oncle archibald 20 septembre 2013 14:44

    « il vaut mieux vivre avec une municipalité « de gauche » que labellisée de droite »

    Cela ne fait pas de doute si l’on est employé par la municipalité et si l’on n’a pas à payer l’impôt foncier .... Pour les autres ... c’est « aboule ton chèque et tais toi ».

  • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 14:57

    Oncle Archibald.
    Les taxes foncières et d’habitation en constante augmentation sont le résultat de la démission de l’Etat dans ses devoirs à l’égard des collectivités locales, sur lesquelles il se défausse.
    D’où le lien inévitable entre des élections locales est des élections aux enjeux plus directement nationaux ; ce qui réfute au moins sur un point ceux qui veulent ne voir de façon bornée... et intéressée dans l’administration d’une municipalité que des problèmes de gestion locale.


  • oncle archibald 20 septembre 2013 16:48

    « Les taxes foncières et d’habitation en constante augmentation sont le résultat de la démission de l’Etat dans ses devoirs à l’égard des collectivités locales, sur lesquelles il se défausse »

    And my ass, is chiken ?

    La multiplication des administrations redondantes et les créations de postes pour les copains et les copains des copains sont la cause essentielle de l’augmentation de nos impôts ... Et la gauche est championne indiscutée dans cette gestion dispendieuse des deniers publics comme si par nature le pognon des contribuables était une espèce d’abstraction destiné à remplir les colonnes des livres de compte ... 

    Vider les poches des contribuables est un sport que les socialos-cocos pratiquent désormais à tous les échelons : national, régional, départemental, cantonal, groupement-communal et communal ... puisqu’à ce jour en tout cas dans « notre midi » ils sont majoritaires à tous les niveaux de la hiérarchie .. 

    Pendant longtemps ils nous ont expliqué que « c’est la faute au gouvernement » mais maintenant ?? Ils nous expliquent quoi ?? 

    Ajoutons qu’ils détiennent en languedoc roussillon un autre redoutable record, celui du chômage, tellement notre région est attirante pour ceux qui ont envie de faire autre chose que de faire bronzer leur cul ... Record du chômage et du travail au noir dans une région administrée par les socialistes depuis plus d’un siècle sans aucune interruption ....

  • Auxi 20 septembre 2013 18:11

    Je vis dans une commune labellisée « de gauche » (Parti Solférinien). La politique d’aide aux plus démunis y est indigente, les budgets d’aide sociale parfaitement ridicules… M. le maire « de gauche » préfère claquer des fortunes dans de la déco et des réalisations « de prestige »… Les pauvres ne sont pas les bienvenus, et on le leur fait bien sentir. Il est vrai que M. le maire est social-collabo, ce qui explique bien des choses.


  • appoline appoline 21 septembre 2013 11:23

    Ici à La Rochelle, Maxime Bono est beaucoup plus préoccupé par la restauration de sa mairie, qui avant qu’elle ne brûle avait déjà coûté la peau des fesses au contribuable, qu’à une bonne gestion de sa commune. Déjà, je ne comprends pas qu’un petit maire de province mène ce train de vie, chauffeur par exemple alors qu’à pied, on a très vite fait le tour de ville ; et ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres. Nous sommes écrasés par la communauté de commune, tout un tas d’organisme qui coûtent énormément et n’ont pas d’utilité. Donc Bono, en bon socialo, ardent défendeur de la folle du Poitou, devrait trimbaler sa calculette plutôt que son tablier de franc-maçon, cela nous serait beaucoup plus utile


  • frugeky 20 septembre 2013 12:23

    En tout cas c’est clair que pour ma part, si je vais voter (ce qui n’est pas gagné non plus) ce sera à gauche. Donc si le FdG ou le PC s’allient avec le PS, je voterai NPA (parce que ceux de chez moi n’appellent pas à bombarder la Syrie par l’OTAN) ou blanc. Pas d’autre alternative.

                      


    • Robert GIL ROBERT GIL 20 septembre 2013 17:24

      Pareil, dans tout les cas je voterais soit NPA, soit LO, et aprés je reste a la maison...

      voir : LO ET LE NPA SONT NECESSAIRES ET INDISPENSABLES


    • appoline appoline 21 septembre 2013 11:25

      Comme quoi, en chacun de vous, il y a un maso qui s’ignore. Mais bon j’admets que vu la pourriture qui règne dans le milieu politique, le choix ne va pas être simple


    • jaja jaja 20 septembre 2013 12:50

      Je ne vois pas bien la différence entre se coucher au premier ou au second tour. Dans les deux cas les accords de gestion des municipalités avec les défenseurs PS du capitalisme ne sont que trahison de la vraie gauche !


      • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 12:55

        Les questions de cantine scolaire, de transports scolaires, de prix d’entrée dans la piscine, d’entretien des quartiers défavorisés etc. sont négligeables aux yeux du révolutionnaire pur et dur, pas aux yeux des intéressés


      • jaja jaja 20 septembre 2013 13:11

        Ayant longtemps vécu à Saint-Denis et à Drancy avant que cette dernière ne passe à droite je connais bien toutes les magouilles de ces petits caciques dits de gauche sur les villes qu’ils gèrent de la même façon que les équipes de droite.. Ce genre d’enfumage pas avec moi...


      • oncle archibald 20 septembre 2013 16:58

        « entretien des quartiers défavorisés » dites vous ... 

        Vous savez combien de millions d’euros sont partis en vain dans des réhabilitations d’immeubles HLM saccagés dès le lendemain de l’inauguration en grande pompe par le Maire PS, le député PS, le Président du conseil général PS et le Président du conseil régional PS ?? 

        On met les flics pour protéger les travaux jusqu’à l’inauguration et dès que la fête est finie, le ruban coupé, le « pot de l’amitié » bu, la fête commence pour les autres .. C’est un sport national, régional, départemental et communal que de tager des façades fraichement refaites à grands frais de pognon de contribuable, vous savez, cette abstraction, ce truc que nos élus peuvent balancer par les fenêtres sans aucune conséquence ...

      • appoline appoline 21 septembre 2013 11:29

        Bien souvent, il s’agit de donner de la confiture à des cochons. Que faire ? Les renvoyer chez eux pour la plupart et foutre dehors ceux qui ne respectent pas les locaux. Tout a été essayé, la compréhension, la rénovation, l’intégration et aucun résultat, il faut passer à autre chose,


      • CN46400 CN46400 20 septembre 2013 13:18

        Parlons de Paris. Supposons que la liste PS atteigne les 35% que lui prédisent les sondages mais qu’aucune des autres listes de gauche ou verte ne dépasse les 5% nécessaires pour une fusion de ses listes avec celle du PS. Le 2° tour devient alors un duel UMP-PS et la droite sarkoso-chiraquo-tibériste, toujours majoritaire lors des élections nationales sur Paris, revient en fanfare à l’Hôtel de Ville. C’est pour qui le chapeau ?


        • appoline appoline 21 septembre 2013 11:32

          Il faut dire qu’avec la folle de gauche, les parisiens ont décroché le pompon, ils ont vu la note passer


        • 59jeannot 20 septembre 2013 13:45

          vous êtes fort pour semer la m......
          Les communistes doivent se prononcer courant octobre pour finaliser, sur Paris, une liste d’union ( avec les solfériniens) ou l’autonomie avec le FdG
          La base du PC est pour le FdG ; P. Laurent est tenté de faire liste d’union. Laissons les militants décider ; Si Laurent veut la fin du FdG, qu’il sache, qu’il sera plus facile de changer de 1er secrétaire.
          De toute façon, la branlée du Parti Solférinien est inévitable ; on ne pactise pas avec des traitres


          • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 13:59

            Et vous que faites-vous ?
            Il s’agit ici précisément de la ligne de la direction du PCF, pas de ce que décideront les militants de base au bout du compte.
            Ce que dit CN46400 ci-dessus est tout-à-fait logique : il en découle qu’il faut une liste de gauche autonome au premier tour, suivie de la fusion inévitable au second tour.
            Alors, avant de manquer d’égards pour votre interlocuteur reprenez-vous : est-ce lui qui sème la m... comme vous le dites, ou P. Laurent qui, après tractations sous le manteau, place ses partenaires devant le fait accompli de la liste PS ?


          • CN46400 CN46400 20 septembre 2013 18:44

            Attention Dawala, la solution liste autonome FdG partout est une hérésie simplement parceque, dans nombre de cas, elle est impossible à mettre en oeuvre, faute de combattants. C’est le cas dans ma campagne, je le regrette, mais c’est comme çà. Sauf à généraliser les cadeaux à la droite, au détriment essentiellement du FdG, le PS livré à lui-même sauvera ses meubles en s’entendant avec tout ou partie de la droite. L’entente avec le PS est donc incontournable.


          • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 20:41

            CN 46400
            Il ne s’agit pas des communes de moins de 20 000 habitants.
            Et même pour les petites, moyennes ou grandes villes, rien ne justifie les décisions unilatérales dans un Front qui prétend rassembler mais qui, par ce procédé commence par se diviser.
            De plus, comme vous l’avez rappelé, dans l’écrasante majorité des cas les élections sont à deux tours. Exclure qui que ces soit des listes serait absurde, mais à condition de ne pas semer la confusion en s’agglomérant dès le premier tour de façon aveugle avec des listes emmenées par les socialistes.


          • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 14:15


            Merci.
            Mais quand vous dites : les élections locales sont plus une affaire d’homme, de projet et d’équipe, qu’une affaire de parti, je ne peux vous suivre.
            Il s’agit moins de parti d’ailleurs que d’attention et de sympathie pour telle ou telle classe sociale ; ce que reflètent quand même, serait-ce en le déformant, les partis quasi inévitables pour les villes de quelque importance qui sont très politisées.
            J’ai d’ailleurs expliqué rapidement pourquoi à @ jaja ci-dessus. Il n’est pas d’accord non plus, mais d’un tout autre point de vue que le vôtre.


          • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 15:12

            Aladeen
            Effectivement, j’ai beaucoup de respect pour les simples citoyens qui donnent le meilleur de leur temps au service du peuple qu’ils représentent.
            Avancer sur ces questions ne peut donc se faire qu’en marchant sur des oeufs.
            Ce n’est pas une raison cependant pour perdre tout sens de l’orientation en se laissant prendre à des argumentations douteuses qui, sous des apparences trompeuses comme en ce moment particulier, risquent de mener le mouvement général dans le mur.


          • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 17:58

            Ma dernière phrase est involontairement ambigüe : elle ne vous vise pas.


          • foufouille foufouille 20 septembre 2013 14:09

            faut aller a la pèche. tu peut revenir avec du poisson
            ne pas veauter


            • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 14:19

              Pas sûr : Est-ce qu’il y aura assez de poissons pour tout le monde ?


            • 20 septembre 2013 17:04

              En tout cas il y aura des requins ...


            • Scual 20 septembre 2013 15:33

              Franchement si un vote des militants communistes sanctionne bien comme il faut la trahison de certains dirigeants du PC, les choses peuvent très rapidement changer.

              Je pense sincèrement que les militants vont le faire payer bien comme il faut à la direction... mais bon le mal est probablement déja fait.


              • Robert GIL ROBERT GIL 20 septembre 2013 17:19

                La direction du PCF ne voudrait pas rompre avec le PS pour être certaine d’assurer la réélection de ses élus et de ses municipalités, alors que Mélenchon, qui a lui peu d’élus municipaux, prépare les européennes et a besoin au premier tour des municipales d’apparaître à la gauche du PS et du PC… D’où sa proposition de listes «  autonomes  » du PS dans toutes les grandes villes. Un débat tactique car les deux partis sont d’accord pour se réclamer de la «  révolution citoyenne  », par les institutions, et rejoindront le PS au second tour…

                Pendant que Mélenchon vilipende le gouvernement, Pierre Laurent continue de faire le grand écart électoral en appelant à des alliances avec le PS, et ceci trois mois avant de défendre une liste du FDG aux européennes face au PS ! Les électeurs du FdG apprécieront sans doute la clarté des positions des deux compères, qui apparemment sont plus intéressés par les élections que par la réforme des retraites à la mode Solférino.....

                voir : MUNICIPALES DE 2014 : AVEC OU SANS LE PS ?


                • Scual 20 septembre 2013 18:25

                  Je ne suis pas d’accord avec cette analyse.

                  Mélenchon a besoin que le PC apparaisse à la gauche du PS... et à vrai dire il serait bienvenu que les choses soient à leur place et que le PCF soit à la gauche du PG comme c’est sensé être le cas.

                  C’est pas parce que les médias veulent faire de Mélenchon un gauchiste et que le PCF est près à trahir que Mélenchon a un quelconque intérêt à changer de position ou à paraitre quoi que ce soit... dans cette histoire il est le seul à ne pas avoir changé sa position, c’est donc les autres qui « paraissent » ou plutôt ont cessé de paraitre.

                  A vrai dire Mélenchon a au contraire besoin que le PC ne trahisse pas et reste fidèle à la ligne tracée lors de la présidentielle... d’ailleurs le PC aussi d’où le fait que ceux qui s’allient à la droite dure qu’est désormais le PS sont de vrais traitres. Ils sont près à tout sacrifier pour quelques places. Ils représentent tout ce que le FdG déteste, communistes inclus.

                  Il est en réalité complètement faux de penser que c’est la position des communistes. C’est juste une poignée de traitres bien placés dans ce parti... ça vous rappelle rien ? C’est exactement la même chose qu’au PS.


                • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 18:31

                  Robert Gil
                  1) Je pensais à peu près comme vous dans votre 1er §. Il est vrai cependant que le PCF est fortement implanté au niveau municipal et que personne, dans les villes où il exerce une influence, n’a intérêt à ce qu’il perde ses positions. De là à ce que cela prennent les formes actuelles ! Elles introduisent sur l’avenir un doute fondé, compte tenu des protagonistes.
                  2) A moins que la base...
                  Une troupe bien dirigée est cependant plus sûre que si c’est à elle de décider des moyens et de l’objectif et de forcer des dirigeants qui la fourvoient.
                  3) Comme aucune autre forme de révolution n’est à l’ordre du jour, la révolution citoyenne, ou l’humain d’abord, peuvent être agités sans grande conséquence.
                  4) Votre 2e § est intéressant. JL Mélenchon se plaint de l’inertie de ses partenaires sur la question des européennes, et de ce que aucune liaison ne soit faite entre les deux campagnes.


                • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 18:40

                  @ Scual ce qui se passe avait déjà agité, sous une autre forme, la direction du Parti au moment de la présidentielle : faut-il ou non avoir des ministres communistes ?
                  C’est toujours la même boue qui remonte du marais, cette fois avec plus d’influence et d’évidence, parce que cela paraît plus anodin... et la prochaine fois, comment ? 


                • alinea Alinea 21 septembre 2013 18:32

                  Robert : heureusement je n’aurai pas à manger de cette soupe ! mais si cela avait été le cas, je pense que je ne l’aurais pas fait !
                  Aux municipales, je vote pour moi ( sans déc’)


                • Auxi 20 septembre 2013 18:29

                  Les communistes doivent être mis en demeure de rompre tout contact et toute alliance avec la faction de la droite qu’est le parti solférinien s’ils veulent rester membres du FdG. Car le P« C »F est actuellement ALLIÉ AVEC LA DROITE, pour le plus grand malheur des plus démunis (chômeurs, handicapés, smicards, précaires…) qu’ils prétendent représenter et défendre. La droite solférinienne ne peut perpétrer ses crimes (oui, ses crimes !) que grâce à l’apport électoral du P« C »F.


                  « Camarades » du P« C »F, il faut CHOISIR : la rupture totale et définitive d’avec les socio-kollabos, ou votre éjection du Front de Gauche, où vous n’avez rien à faire tant que vous serez alliés à la droite ! 

                  • Dwaabala Dwaabala 20 septembre 2013 18:48

                    Les choses se feront toutes seules si elles doivent se faire.
                    Pour le moment, le PCF est le plus fort au sein du FdG, il tente d’imposer sa ligne, du moins celle de ses dirigeants, quitte à adopter un plan à géométrie variable. Sans ménagement.
                    Le PS est le plus fort au sein de « la gauche », il en impose et il s’impose aux dirigeants du PCF... jusqu’à l’échéance électorale. Nul ne peut jouer au devin.


                  • Pingouin094 Pingouin094 25 septembre 2013 09:49

                    @Auxi : N’importe quoi tout ça !

                    D’une part, hormis sur la cas des municipales, le PCF est très clairement dans la même position politique de refus de la politique gouvernementale que le reste du Front de Gauche. La remarque ne s’applique pas.

                    Concernant les municipales, la majorité des élus PCF le sont sur des villes dont le maire est PCF. Dans ce cas précis, la politique municipale menée est donc celle du PCF et ce sont les solfériniens qui se trouvent amenés à amener (contre leur gré peut-être) une véritable politique de gauche. Un maire PCF et ses adjoints PCF ne trahissent personne en menant leur politique, même s’ils doivent parfois élever la voix pour rappeler au PS qu’ils sont minoritaires et qu’ils sont priés de ne pas s’opposer à la politique voulu par le maire.
                    Encore une fois, ce cas concerne la majorité des élus et des adhérants du PCF, puisque le PCF est aujourd’hui concentré dans ses « bastions » et pas répartis de manière homogène sur le territoire.

                    Alors oui, les élus PCF d’Evry qui travaillent main dans la main avec l’équipe de Manuel Valls, je ne pense pas qu’ils soient particulièrement fidèles aux valeurs du PCF et je ne soutiens pas. Mais ce cas est très minoritaire et ne représente en rien le PCF dans sa globalité.

                    Enfin, éjecter le PCF du FdG est une absurdité ! Si vous éjectez 90% des militants et 99% des élus du Front de Gauche, c’est la mort assuré du Front de Gauche.
                    Sans le PCF, le FdG devient la même chose que le NPA : un groupuscule avec une figure médiatique mais pas de militant. Et il aura le même destin. A méditer...


                  • jaja jaja 25 septembre 2013 10:30
                    @ Pinguin

                    Bof.... Le NPA est un « groupuscule » qui n’a au contraire que des militants et non des élus professionalisés obtenus en concluant des alliances contre nature avec des défenseurs du capitalisme..
                    Se dire contre l’austérité devant les gens du peuple et s’allier aux élections avec ceux qui nous l’infligent il faut quand même le faire !

                  • Auxi 20 septembre 2013 19:46

                    Pour le moment, le PCF est le plus fort au sein du FdG, il tente d’imposer sa ligne, du moins celle de ses dirigeants, quitte à adopter un plan à géométrie variable. Sans ménagement.
                    Le PS est le plus fort au sein de « la gauche », il en impose et il s’impose aux dirigeants du PCF... jusqu’à l’échéance électorale.


                    Triste constat, Dwaabala, mais c’est justement pour cela qu’il faut les mettre au pied du mur ou les éjecter ! Il y a une chose que quiconque prétend lutter pour une société meilleure doit avoir toujours présente à l’esprit :

                    LES PAUVRES NE PEUVENT PAS ATTENDRE !!! JAMAIS !!! 

                    Et surtout pas les échéances électorales. Alors, pas question d’attendre que « les choses se fassent toutes seules si elles doivent se faire » ! La priorité, pour la gauche, c’est de liquider les socio-kollabos. Pour les premiers concernés, pour toutes les victimes du libéral-fascisme, rien ne sera jamais possible tant que la gauche devra traîner ce boulet. Et il ne faudra pas pleurer sur l’abstention massive ou, pire, sur le vote FN, tant qu’au Front de Gauche on n’aura pas pris cette mesure de salubrité politique. Le P« C »F se sert du Front de Gauche pour se refaire une santé électorale et financière, pour mieux s’en aller servir la soupe aux socio-kollabos une fois passée l’élection en échange de quelques strapontins. Alors, c’est simple : soit ils rompent totalement d’avec les socio-kollabos, soit ils giclent du Front de Gauche. Entre la droite et la gauche, il faut choisir et, pour l’instant, le P« C »F a choisi l’alliance avec la droite. Donc, dehors !!!

                    • alinea Alinea 21 septembre 2013 14:36

                      Merci, c’est bien d’avoir fait ce relai !
                      Le Front de Gauche n’aurait jamais dû se maintenir après les élections ; tout le monde confond tout et parle du FdeG comme d’un parti ! Tout ceci est lamentable mais était prévisible : les tensions, chez les militants de base, des PG avec les cocos ne datent pas d’hier ! mais « la tête » ne voulait rien entendre, la « tête » a même interdit de blog certain(e)s...
                      Je n’ai pas entendu parler des européennes ; qu’en est-il ?


                      • Pingouin094 Pingouin094 25 septembre 2013 09:42

                        Concernant les Européennes, la théorie est que tout le monde se rabibochera sur une liste Front de Gauche dénonçant clairement l’austérité et la politique européenne.

                        C’est aujourd’hui en tout cas le souhait majoritaire des adhérants PCF que je connais.

                        Maintenant, la réalité dépendra également de ce qui se passera durant les municipales et si la « facherie » actuelle entre Laurent et Mélenchon atteindra un point de rupture et jusqu’où la guerre des chefs l’emportera sur la volonté des militants des deux bords.

                        PS : Pour les « interdit de blog », je n’en ai jamais entendu parler. Et ça me parait même assez inimaginable. Et pourtant, j’en tiens, des blogs cocos...


                      • Pingouin094 Pingouin094 25 septembre 2013 09:40

                        1°] Adhérent, militant et même élu au PCF, j’ai milité autant que j’ai pu à mon modeste niveau pour des listes autonomes du PS. Je n’ai malheureusement pas eu gains de cause dans ma ville.

                        2°] Il faut avoir conscience que le « communisme municipal » est une notion très ancrée au PCF. Et malgré la tradition de « centralisme démocratique » de ce parti, lorsqu’il s’agit des élections municipales, chaque section locale dispose en pratique d’une très large autonomie.
                        En clair, la Place du Colonel Fabien n’a aucun pouvoir d’imposer une ligne nationale à ses municipalités.

                        3°] Même si le « grand public » raisonne sur la ligne du PCF en considérant en premier lieu l’immense majorité des villes où le PCF est minoritaire dans une ville PS, voir dans une ville UMP, le PCF raisonne lui en premier lieu en considérant les villes où il est majoritaire avec une minorité PS. Ca change considérablement le point de vue...

                        A partir de ça, que faut-il en penser ?

                        D’abord, Jean-Luc Mélenchon a raison de dénoncer un message brouillé du PCF, dont la communication est inaudible, incompréhensible pour le grand public, ce qui met en danger non seulement le PCF mais également l’ensemble du Front de Gauche. En ayant co-fondé le Front de Gauche et en y étant ultra-majoritaire, le PCF a une responsabilité vis à vis du Front de Gauche qu’il ne peut pas ignorer.

                        Ensuite, sur la ligne du PCF, ne confondons pas les cas des villes avec un maire PCF des villes avec un maire PS ou un maire UMP. Malheureusement, la communciation nationale du PCF ne fait pas la différence...
                        Dans une ville avec un maire PCF, où le programme est élaboré par le PCF sur une logique de refus de l’austérité, c’est au PS de dire s’il rejoint la liste ou non. Ce n’est pas au PCF de refuser sur sa liste et son programme ceux qui acceptent de s’y reconnaître. En ce sens, le PCF est en droit de revendiquer, dans les villes où il a un maire, l’Union de la Gauche sur la base du refus de l’austérité. Au PS de l’accepter ou de la refuser. Pour la petite histoire, dans ma ville, le PS est en passe d’accepter de venir sur la liste du PCF, alors que nous nous exprimons clairement contre l’austérité, contre l’acte III de la décentralisation, contre la réforme des rythmes scolaires ... S’ils acceptent d’avaler des couleuvres, on va pas leur interdire, non ?
                        Hors mine de rien, si cette situation paraît minoritaire au grand public, elle concerne la majorité des élus et des adhérents du PCF (la majorité des adhérants du PCF se trouvent dans ses « bastions », les dernières villes PCF et non pas également répartis sur le territoire). Comprenez donc que cette question soit primordiale, autant pour les élus que pour les adhérants.

                        Dans les villes où le PS est la principale force de gauche et où c’est lui qui fera le programme, la question se pose bien évidemment différement. Dans ces villes, je souscris à l’analyse du blog et il faut une stratégie d’autonomie.
                        Je mettrais un bémol sur les villes à majorité UMP où le PCF voir le FdG n’est pas en mesure de faire plus de 5% à lui seul et donc de pouvoir fusionner au second tour. Faut-il partir autonome par principe et pour conséquence pratique de n’avoir donc aucun élu, et donc aucun droit de regard, aucune information, aucun droit de prise de parole sur la politque municipale ? Avant de se priver d’un tel levier d’action politique, je comprends que des camarades y regardent à deux fois.

                        Mais bien sûr, tous ses beaux raisonnements ne concernent ni Paris, ni Marseille, ni Toulouse, ni Nantes, ni Evry. Villes symboles où une stratégie autonome serait nécessaire, indispensable à la lisibilité du Front de Gauche.

                        Le message du PCF est officiellement « Liste d’union de la gauche sur la base du refus de l’austérité » ; ce qui devrait impliquer « liste d’union de la gauche dans les villes PCF, listes autonomes dans les villes PS » ; malheureusement, si on veut des listes d’unions de la gauche dans les villes PCF, il faut rendre la pareil au PS, ce qui brouille le message (Même si le PS ne fait d’ailleurs pas en Seine St Denis)

                        Bref un beau bordel, ou Pierre Laurent maintien l’ambiguité alors qu’il suffirait de décreter des listes autonomes dans les grandes villes symboles pour clarifier le message, en laissant la réalité locale prendre le pas dans les autres villes.


                        • Dwaabala Dwaabala 25 septembre 2013 11:34

                          Une belle analyse.
                          Sous cette confusion conjoncturelle, il y en a une autre plus profonde et durable, que reflète l’expression même d’union de la gauche employée par P. Laurent : la fascination pour la place du PS qui est au pouvoir et les tentations inavouées qu’elle suscite.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès