• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nicolas Sarkozy, un potentiel de campagne toujours intact

Nicolas Sarkozy, un potentiel de campagne toujours intact

« Sarkozy, c’est le seul qui a été obligé de passer par l’Élysée pour devenir Premier MInistre. » (Jean-Louis Borloo, Prix de l’humour politique en 2008).

« Un petit gamin heureux d’être au milieu de ses nouveaux jouets, vous savez, le môme qui a gagné le pompon sur le manège. Avec sa petite étoile de shérif et son pistolet en plastique, son déguisement de cow-boy. Il est monté sur le plus grand cheval et il a décroché le pompon. Bingo ! » (
Ségolène Royal, le 5 février 2009).



L’ancien Président de la République et actuel président du parti "Les Républicains" Nicolas Sarkozy a été l’invité de la très longue émission politique "Des paroles et des actes" animée par David Pujadas sur France 2 ce jeudi 4 février 2016. Je le répète à chaque fois, cette émission est beaucoup trop longue, les journalistes qui y participent sont souvent motivés par des questions dérisoires (politiciennes) en décalage complet avec les préoccupations des gens, mais l’émission a au moins cet avantage, c’est une émission politique et elle est unique dans le paysage audiovisuel français à une heure de si grande écoute.

Je l’ai déjà dit ici également, j’ai une nette préférence pour Alain Juppé qui me paraît proche de ce qu’on pourrait attendre d’un Président de la République, c’est-à-dire une personnalité qui rassemble tous les Français, qui soit impartiale, qui soit compétente, qui soit méthodique et qui ait une vision de l’avenir vers lequel engager la France.

Néanmoins, je garde un doute sur les capacités d’Alain Juppé à faire campagne. Les plus aptes à assumer la fonction présidentielle (je pense notamment à Raymond Barre, Michel Rocard, Jacques Delors) ne sont pas forcément les plus aptes à faire campagne. Or, une campagne présidentielle est terriblement épuisante. François Bayrou, en mars 2007, au moment où la "mayonnaise" était en train de prendre, a eu un véritable burn-out (surmenage) qui l’a handicapé et l’a freiné dans sa campagne au moment où il aurait fallu au contraire accélérer. Et ce phénomène de besoin de grande énergie est évidemment amplifié dans une procédure avec primaire, qui double les efforts de campagne.

À plus de 70 ans, Alain Juppé paraît avoir peu d’énergie pour concurrencer deux redoutables compétiteurs de dix ans plus jeunes, Nicolas Sarkozy mais aussi François Fillon (dont la motivation présidentielle est très forte depuis 2012). S’il est en tête des sondages, et je m’en réjouis, Alain Juppé doit cependant passer l’épreuve du feu de la primaire ouverte à droite et peut-être au centre (nous le saurons le 20 mars 2016), et mon expérience dans l’observation des élections présidentielles depuis quarante ans me fait dire que rien n’est joué.

_yartiSarkozy2016A02

J’avais eu quelques doutes sur les capacités de Dominique Strauss-Kahn à devenir Président de la République en 2011, non pas parce que j’avais imaginé sa mésaventure du Sofitel de New York ou du Carlton de Lille (il faut avouer qu’il m’aurait fallu beaucoup d’imagination !) mais parce que s’il avait bien l’ambition d’occuper l’Élysée, il n’avait pas du tout mis les moyens appropriés, à savoir faire campagne très longtemps à l’avance et rencontrer les Français, tous les Français, partout en France, comme François Hollande avait fait dès le début de l’année …2010 !

J’avais d’ailleurs eu la même réflexion lors de la rivalité entre Jacques Chirac et Édouard Balladur même si les deux étaient allés jusqu’à s’affronter directement au premier tour de l’élection présidentielle du 23 avril 1995. À l’époque, on donnait Édouard Balladur tellement gagnant sur un plateau d’argent qu’il s’était même demandé si cela valait la peine de faire campagne tandis que Jacques Chirac, étiqueté de loser, ramait dans les sondages (à 14% en octobre 1994, il me semble).

Sauf que justement, une campagne présidentielle a son utilité. Elle permet la rencontre directe entre le candidat et ses électeurs potentiels, elle crée un dialogue et le courant peut passer …ou pas.

Il y a peu d’incertitude sur le fait qu’Alain Juppé ne chutera pas sur une affaire sexuelle de type Sofitel. Mais aura-t-il la même énergie, la même combativité que ses concurrents lorsqu’il s’agira d’aller à la rencontre, d’abord des électeurs de son camp, puis des électeurs de l’ensemble du peuple français ? Ce n’est pas une évidence.

_yartiSarkozy2016A03

Surtout que Nicolas Sarkozy, qu’on considérait comme, lui aussi, loser, a commencé brillamment cette année 2016. Deux évidences d’abord, ou plutôt, deux constats qui sont devenus des évidences : même si chacun ne veut en faire qu’à sa tête, il dirige quand même le parti "Les Républicains" sans contestation après pourtant de nombreuses divisions internes, et il est revenu dans l’arène politique sans contestation possible non plus, lui qui s’était pourtant mis en retrait pendant deux ans. Il n’a pas eu l’orgueil de Lionel Jospin de rester prisonnier de ses déclarations d’intention (sur son propre avenir politique).

Son livre "La France pour la vie", sorti trois jours avant son 61e anniversaire, reçoit d’ailleurs un meilleur accueil des lecteurs que ceux de ses concurrents, "Faire" de François Fillon et "Pour un État fort" d’Alain Juppé. Enfin, sa prestation sur France 2 ce jeudi 4 février 2016 a été un véritable succès médiatique pour se remettre en selle, comme on dit.

Depuis son retour en politique, en septembre 2014, il est vrai que la plupart de ses meetings, le soir, des sortes de one-man-shows qui montraient un homme plutôt fatigué, qui aimait s’écouter parler, parfois mal, étaient assez décevants par rapport à "l’animal politique" qu’il avait su montrer dans le passé et encore durant la campagne présidentielle de 2012 (il a perdu avec un écart beaucoup plus faible que ce que les sondages prédisaient). Mais déjà le 30 mai 2015 à la Villette, lors du congrès fondateur du parti "Les Républicains", je l’avais trouvé excellent, avec un discours très bien structuré, très travaillé, une éloquence inégalable, combative, une énergie redoutable.

Nul doute que Nicolas Sarkozy a dû préparer minutieusement sa prestation télévisée du 4 février 2016, et cela a été efficace. Il a même eu de la chance puisque aucun hiérarque socialiste n’a osé débattre avec lui (Jean-Marie Le Guen s’est même défilé). Laisser ainsi la parole à l’un de ses principaux contradicteurs ne donne pas au gouvernement une image d’ouverture au débat. Le temps gagné fut occupé à prolonger sa discussion avec …"les Français" (voilà encore une expression journalistique que j’exècre : comme si les journalistes n’étaient pas, eux non plus, des "Français"… j’exècre cette expression autant que "société civile", comme si les personnalités politiques étaient des militaires… ou des cléricaux).

D’ailleurs, les personnes qui ont eu le privilège d’interroger Nicolas Sarkozy n’étaient pas vraiment ses amis, ils semblaient plutôt être des opposants assez fermes, mais cela a quand même réjoui l’ancien Président de la République qui est un homme qui aime sincèrement le débat contradictoire (c’est très rare en France et c’est ce qui lui donne une valeur ajoutée). Il les a même remerciés à la fin d’avoir pris deux heures et demi de leur temps un soir pour venir débattre avec lui, ce qui n’était pas forcément aisé pour eux.

Sur la forme, Nicolas Sarkozy a donc été doublement rayonnant : d’une part, sur la manière d’expliquer ce qu’il propose, sur sa sincérité (il admet qu’on ne change jamais mais qu’il essaie de pousser ses qualités et d’atténuer ses défauts ; il admet aussi qu’il ne sait pas encore s’il sera candidat ou pas, même si tout montre qu’il le sera) ; d’autre part, sur son comportement très calme, voire serein, assagi, respectueux de ses interlocuteurs et même (là aussi, une grande valeur ajoutée de Nicolas Sarkozy), avec de nombreuses pointes d’humour voire d’autodérision, ce qui très rare parmi ses collègues de la politique.

_yartiSarkozy2016A04

La journaliste Michèle Cotta a commenté ainsi la prestation dans un article à l’hebdomadaire "Le Point" : « Moins pugnace, il a gagné en sympathie. Plus attaqué par les six représentants des Français présents sur le plateau, dont le moins qu’on puisse dire est qu’aucun n’était un de ses ardents supporteurs, il a manifesté un calme dont on ne l’aurait pas cru capable et une attention, non dénuée d’humour, aux questions et aux propos des interlocuteurs rangés en rang d’oignons devant lui, sans le moindre sourire, sans la moindre empathie. (…) Les rides autour des yeux se sont accentués, les cheveux sont maintenant poivre et sel ; certains téléspectateurs l’ont trouvé fatigué. Aucun n’a mis en cause son dynamisme ou son énergie. » (5 février 2016).

Sur le fond, je retiendrai deux sujets.

Sur les réfugiés et l’immigration, Nicolas Sarkozy a su remettre quelques valeurs en place, comme par exemple le fait de dire que les sociétés mouraient de la consanguinité et pas du métissage. Néanmoins, il défend des positions que je conteste notamment sur la déchéance de la nationalité, mais il faut vraiment remarquer que son discours de Grenoble du 30 juillet 2010 a été largement repris dans les actes par son successeur socialiste François Hollande.

Le sujet le plus important concerne l’emploi. Si les données statistiques qu’il a présentées pouvaient prêter à contestation, la philosophie générale est de réduire de manière drastique la voilure de l’État pour tout miser sur les entreprises seules créatrices d’emplois (rappelons que c’est l’activité économique qui fait l’emploi, jamais l’État).

Il propose donc un "choc fiscal" (comme François Fillon et même Alain Juppé ; à cet égard, il y a peu de différence programmatique sur ce sujet) en réduisant de 25 milliards d’euros la fiscalité française (entreprises et ménages) et en réduisant de 100 milliards d’euros les dépenses publiques (État, collectivités territoriales et sécurité sociale) pour en finir avec le déficit public. Parmi les réductions, l’uniformisation des systèmes de retraites (fin des régimes spéciaux), baisse du remboursement de l’assurance maladie (73% au lieu de 76%, ce sont les mutuelles qui vont apprécier) et baisse progressive des indemnités chômage (de 20% au bout de douze mois, ce qui me paraît cependant inefficace et inadéquat).

_yartiSarkozy2016A05

Qu’on soit d’accord avec ce qu’il propose ou pas, qu’on apprécie sa personnalité ou pas, il faut reconnaître que Nicolas Sarkozy a été très brillant à cette émission, a su parler de politique avec des mots simples, compréhensibles, parfois de manière assez subtile et nuancée (parfois non), avec une grande combativité, une véritable volonté d’en découdre, sans peur des oppositions même frontales, prêt à aller chercher les électeurs un à un, là où ils sont. Bref, une énergie et une expérience politique qui restent assez inégalées dans le paysage politique, à part …François Hollande lui-même (ce n’est pas un hasard s’ils sont les deux seuls de leur génération à avoir atteint l’Élysée).

Bien qu’assez bas dans les sondages, l’exercice (assez dérisoire à mon avis) de sondage en temps réel pendant l’émission a d’ailleurs montré sa grande capacité à convaincre (d’où l’intérêt d’une campagne électorale), faisant passer de 29% au début de l’émission à 45% à la fin de l’émission le nombre de sondés qui pensent qu’il "comprend bien les préoccupations" des Français. Même si seulement 36% seraient convaincus en définitive à la fin de l’émission (et 63% pas convaincus), sa grande capacité à convaincre pourrait faire des malheurs, tant durant la primaire que durant l’élection elle-même, au point de bouleverser le jeu si sagement imaginé par les sondages.

Mais rappelons-le quand même. Nicolas Sarkozy n’est encore pas candidat à l’élection présidentielle, il n’ira sûrement pas au "casse-pipe" s’il est assuré de perdre, et son actualité judiciaire pourrait aussi le déranger terriblement…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (5 février 2016)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours du 30 mai 2015 à la Villette.
Les 60 ans de Nicolas Sarkozy.
Je suis Charlie.
Mathématiques militantes.
Le nouveau paradigme.
Le retour.
Bilan du quinquennat.
Sarkozy bashing.
Ligne Buisson ?
Stigmatisation.
Transgression.
Sarcologie et salpicon socialistes.

_yartiSarkozy2016A06
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.22/5   (41 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • pierre 5 février 2016 18:34

    Bravo ! on touche le fond....  smiley


    • amiaplacidus amiaplacidus 5 février 2016 18:45

      Sylvain, j’espère que vous n’êtes pas en manque de cirage.


      • Daniel Roux Daniel Roux 5 février 2016 18:57

        Je l’ai souvent écrit, Sarkozy est le symbole de la république bananière qu’est devenue la France d’aujourd’hui.

        Qu’un parti politique de gouvernement comme l’UMP (Chirac notamment) est sélectionné et promu un type aussi incompétent, stupide et déloyal est à la fois stupéfiant et révélateur des vices et coutumes de ces politicards corrompus qui nous ont ruinés.

        Pendant sa lamentable campagne, ce type à tout promis à tout le monde et son contraire. La démagogie et le clientélisme sont les deux mamelles de sa politique intérieure comme le suivisme et les magouilles, celles de sa politique extérieure.

        Si il est revenu, c’est seulement parce qu’il espère gagner du temps dans les affaires judiciaires qu’il accumule tant par stupidité que par cupidité.

        Son retour aux affaires serait une catastrophe pour notre pays, le promouvoir est une abomination anti-France.


        • colza 6 février 2016 14:02

          @Daniel Roux
          Bonjour,
          Bien d’accord.
          On pourrait, à quelques mots près, écrire la même chose sur Hollande et imaginer la même chose de n’importe quel « responsable » politique qui se présenterait en 2017.
          C’est tout à fait décourageant...


        • Daniel Roux Daniel Roux 7 février 2016 08:47

          @porcinet

          Ce type n’a réussi qu’un exploit grâce à sa stupidité. Il a révélé au peuple comment fonctionnait le système.

          Ce qu’un Mitterrand, un Chirac faisaient dans la discrétion, construire un réseau basé sur l’échange de services, de magouilles, de chantages, de menaces et de clientélismes, éliminer les hommes et femmes politiques « honnêtes » refusant les compromissions, dézinguer ceux qui refusent de se soumettre par divers moyens plus ou moins violents... Sarkozy, dans son délire mégalomaniaque, l’a fait sans précaution, sans imaginer qu’un jour, il perdrait son pouvoir de nuisances, de contrôles et de rétorsions.

          Mitterrand passe toujours pour un habile politique et Chirac, pour un type sympa. Sarkozy, lui, restera dans l’histoire comme une tache au mieux, une crapule plus probablement si justice lui est rendue.


        • rocla+ rocla+ 5 février 2016 18:58

          Y en a qui préfèrent  l’ imitation .




          De faux Sarkozy pour des vrais ... smiley

          • rocla+ rocla+ 5 février 2016 19:00

            Hollande  y dit pas  " casse-toi pauvre con 


            Il dit 

            Moi - Je  suis  l’ ennemi de la Finance ... smiley

            • Fergus Fergus 5 février 2016 19:12

              Bonsoir, Capitaine

              En 2017 : ni Hollande, ni Sarkozy, ni Le Pen !

              Du balai !!!


            • JBL1960 JBL1960 6 février 2016 16:54

              @rocla+ Oui et rétrospectivement, ça fait le même effet, non ? Ce billet est curieux tout de même... Bon, je me permets juste de rappeler que le Juppé est en lice avec un certain Gaymard, pour 2017 ici ;
              https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/01/copains-comme-cochons/ Et que décidément, rien à changer ; https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/02/rien-a-changer/ Mais bon. On est au cirque, non ?


            • rocla+ rocla+ 5 février 2016 19:08

              Et avec Hollande on a de vrais hommes de gauche comme 

              Valls ou Macron .

              C ’est ça qui est bien ... smiley

              • rocla+ rocla+ 5 février 2016 19:10

                Avec Sarko tu le vois qu’ il te prend pour un con .


                Hollande lui fait semblant smiley

                • rocla+ rocla+ 5 février 2016 19:11

                  Et avec Sarko au moins on avait pas Taubira . 


                  • Fergus Fergus 5 février 2016 19:16

                    @ rocla+

                    Non, on avait pire avec Dati !

                    La prétendue Garde des Sceaux qui connaissait infiniment mieux les adresses des grands couturiers que le fonctionnement de la Justice !

                    Et que dire d’Alliot-Marie, la grande amie de Ben Ali ?


                  • rocla+ rocla+ 5 février 2016 19:25

                    @Fergus


                    Bonsoir Fergus , 


                    Avec Dati  on avait  la relance des Maisons de Haute Couture 
                    alors qu’ avec Taubira on a vu l’ Industrie du casque à vélo faire un bond 
                     en avant .

                  • Michel DROUET Michel DROUET 5 février 2016 20:31

                    « Un potentiel de campagne toujours intact » : c’est ben ce qu’on lui reproche : faire campagne et oublier ensuite ses promesses. L’archétype du politicard qui veut se faire élire pour ensuite ne pas tenir ses promesses intenables (comme d’autres).
                    Si les électeurs se font encore prendre à ce piège des « promesses qui n’engagent que ceux qui les écoutent » libre à eux de voter pour cet énergumène.


                    • mmbbb 6 février 2016 09:20

                      @Michel DROUET helas Sarko est excellent sur un point la com c’est a à dire l’esbroufe la gesticulation et la mise en scene Je ne l’ai pas regarde J exècre cet homme qu a abaisse la fonction presidentielle et la droite est descendue tres bas en soutenant cet olibrius.. Il n’a aucune tenu ne respecte la langue francaise et a deja usite de la simplification syntaxique avant que que celle de l’ortograf soit rentree en viqueur C’est un hâbleur .qui a vendu la Fance . A gauche Hollande fut un president par défaut et il est difficile de voir poindre une personnalite digne endossant l ce costume et represensant les interets de la France Et ne me parlez de Juppe L’artcicle de cet auteur ressemble plutot a des commentateurs du PMU. Des rois a la republique la France a ete modelee bien avant beaucoup d’autres nations par l’emergence d’un etat qui fut servi par des dignes represantant avec Sarko et Hollande nous avons eu droit a des vallets C’est triste


                    • JC_Lavau JC_Lavau 5 février 2016 21:15

                      On t’a posé la question : avec ton usage hyperactif de la brosse à reluire, tu n’es pas en panne de cirage, au moinsse ?


                      • Pyrathome Pyrathome 5 février 2016 21:31

                        Au secours !! Sarkotoarison revient......
                        Pauvre Sylvain, tu sais quoi ? tu fais pitié comme cireur de pompe à un mort.....
                        T’as conscience de ton ridicule grotesque ??
                        De toute évidence, non....smiley Bismuth non plus...smiley
                        Mais heureusement pour eux, le ridicule ne tue pas.....hélas.... smiley


                        • berry 5 février 2016 21:48

                          C’est reparti à Cologne.
                           
                          22 agressions sexuelles, dont 2 graves, pour la première nuit du Carnaval.
                          190 interpellations.


                          • mmbbb 6 février 2016 09:21

                            @berry et alors les femmes allemandes goutent a la mixite tant pronee par l’elite


                          • eau-du-robinet eau-du-robinet 5 février 2016 23:18

                            Bonjour,
                            .
                            Nicolas Sarkozy est un fervent atlantiste qui est passé par la French American Foundation (FAF) laquelle organise entre autres des séminaires pour les jeunes dirigeants français et américains (Young Leaders). Aujourd’hui, le programme Young Leaders rassemblent plus de 400 dirigeants issus du monde de la haute fonction publique, de l’entreprise, des médias, de l’armée et de la recherche.
                            .
                            Une vidéo à regarder !!!!
                            https://www.youtube.com/watch?v=Pwt4FVmK01o
                            .
                            Lors de sa visite aux États-Unis, Nicolas Sarkozy prononça un discours, le 12 septembre 2006, à la French American Foundation (FAF, la « Fondation franco-américaine »). Rappelant la nécessité de « rebâtir la relation transatlantique (…) et de favoriser la constitution d’une Europe politique forte et influente sur la scène internationale. »
                            .
                            L’ancien président Nicolas Sarkozy avait annoncé, mercredi 11 mars 2009, le retour de la France dans le commandement milliaire intégré de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN), tournant la page ouverte par le général de Gaulle en 1966.

                            .
                            L’objectif de la FAF est d’intégrer des personnes appartenant à l’élite politique, économique, militaire et journalistique afin de véritablement quadriller le terrain pour nous conduire vers la mondialisation.
                            .
                            C’est le professeur de science politique et membre du CFR, Ezra Suleiman, qui fut pendant des années le seul habilité à accepter les recrues françaises de la FAF désignées par le terme de « Young Leaders ». « Depuis son lancement (en France) en 1981, le programme des Young Leaders aspire à sélectionner chaque année les candidats français susceptibles d’occuper des postes à haute responsabilité. »
                            .
                            L’énarchie française s’est ralliée depuis longtemps au dogme du mondialisme.
                            Cependant, il est utile pour le système de maintenir une opposition artificielle entre LR (ex-UMP) et PS alors qu’en fait, nous vivons dans le régime du parti « politique unique » (néo-libéral => mondialisation). En jouant l’alternance droite - gauche, on fait croire au peuple qu’il y a une autre politique possible.
                            .
                            En fait, les dirigeants énarques de LR (UMP) et du PS mènent le pays vers la même direction : l’intégration à un bloc euro - atlantique, à direction unique sous le dictat américain !
                            .
                            La French American Foundation (FAF) dont le but de resserer les liens franco-américains dans tous les domaines. Cette Fondation dispose de deux sièges : New-York et Paris. Son influence est considérable si l’on en juge par ses dirigeants, ses appuis financiers et ses cadres.
                             
                            .
                            La FAF doit son origine aux actions de trois éminents américains[2] : James G. Lowenstein, membre entre autres du Council on Foreign Relations (le CFR) où s’élabore la politique étrangère des États-Unis et dont l’équivalent britannique est le Royal Institute of International Affairs (RIIA dit Chatham House) ; James Chace, directeur de la rédaction de Foreign Affairs, revue du CFR et de Nicholas Wahl, professeur de science politique et fin connaisseur de la classe dirigeante française lui permettant des contacts en particulier avec le Général de Gaulle et Michel Debré[3].
                            http://www.observatoiredeleurope.com/L-histoire-cachee-des-relations-franco-americaines_a675.html

                            .
                            Sortons de l’UE de l’Euro et de l’OTAN !


                            • Jean Pierre 5 février 2016 23:41

                              Sarkozy a un autre avantage (dont l’article ne pas) sur ces concurrents. Il n’a pas à courir partout pour rencontrer ses plus fidèles soutiens. Ils sont tous réunis au même endroit : chez le juge d’instruction


                               Juppé c’est le passé, alors que Sarkozy c’est l’avenir. Cela se discute mais est vrai dans au moins un domaine : celui des ennuis judiciaires.

                              • ENZOLIGARK 6 février 2016 04:01

                                Bonghjornu ... , ... ( Voir ou Revoir ) LE CLIP QUI DECHIRE ... music / video by Mixus . ... АФФ ИСС ... 


                                • LEELOO Arnaud Bernier 6 février 2016 04:04

                                  @ENZOLIGARK

                                  Ho quel clip ?



                                • ENZOLIGARK 6 février 2016 04:28

                                  @Arnaud Bernier ... , ... Ho , vous voulez que je l ’ ecrive en russe  ! ( ? ) . ...


                                • LEELOO Arnaud Bernier 6 février 2016 04:31

                                  @ENZOLIGARK Donnez juste le lien tout au moins smiley


                                • ENZOLIGARK 6 février 2016 04:32

                                  @ENZOLIGARK ... , ... Police  : ce que revele la chute vertigineuse du prefet Gardere ( mediapart . fr du 04/02/2016 ) . ... Encore un prefet a abattre penseront « les pOves cons »
                                  ou « les sans - dents »  ! . ... AFF ISS ...


                                • ENZOLIGARK 6 février 2016 04:35

                                  @Arnaud Bernier ... , ... sorry , j ’ sais pas faire ... , curaghju  ! . ...


                                • LEELOO Arnaud Bernier 6 février 2016 05:25

                                  @ENZOLIGARK Oki y’a aucun souci, bonne journée et au plaisir smiley


                                • trobador 6 février 2016 07:20

                                  Le syndrome du larbin...


                                  • berry 6 février 2016 07:37

                                    Carnaval de Cologne, suite...
                                     
                                    Une journaliste belge victime d’attouchements sexuels en direct.
                                     
                                    http://www.ladepeche.fr/article/2016/02/05/2271128-carnaval-de-cologne-une-journaliste-victime-d-attouchements-en-direct.html


                                    • Le p’tit Charles 6 février 2016 08:19

                                      bof..La secte politico-journalistique mafieuse Parisienne dans ses actes..donner de l’importence aux voyous incompétents.. !


                                      • SEPH SEPH 6 février 2016 09:29

                                        Un article à la con de plus de Radoto, pour lècher le cul d’un mec qui a détruit la Libye : plus de 110 000 morts civils par les bombardements de l’Otan . Aujourd’hui c’est l’horreur, Daesh fait régner la terreur.

                                        Merci Sarko le sanguinaire.


                                        • BA 6 février 2016 10:43

                                          Sondage dans LES ECHOS :

                                          Alain Juppé : 52 % d’opinions favorables (+ 1 point)

                                          Nicolas Sarkozy : 23 % d’opinions favorables (- 1 point)

                                          Jeudi 4 février 2016 :

                                          Sarkozy ne profite pas de son livre dans l’opinion.

                                          «  La primaire des libraires, Nicolas Sarkozy l’a emportée nettement  », se félicitait en début de semaine Brice Hortefeux au vu des chiffres de vente du livre du président des Républicains. Dans le baromètre des personnalités d’Elabe pour «  Les Echos  » et Radio Classique, l’effet de «  blast  » tel qu’espéré par Nicolas Sarkozy, n’est pas encore au rendez-vous. Après avoir perdu 4 points d’opinions positives auprès des Français en janvier, Nicolas Sarkozy ne redresse pas la barre après la parution de son ouvrage «  La France pour la vie  », avec 23 % d’opinions positives, en baisse de 1 point.

                                          «  Au niveau national, son livre et l’exposition médiatique autour de sa sortie ne profitent pas, pour l’instant, à Nicolas Sarkozy. Cela n’imprime pas aujourd’hui pour lui  », constate Yves-Marie Cann, directeur des études politiques d’Elabe. Plus préoccupant pour l’ex-chef de l’Etat, auprès des sympathisants de droite et du centre, il ne rebondit ce mois-ci que de 4 points, avec 50 % d’opinions positives, après en avoir perdu 15 le mois précédent. «  Le décrochage observé en janvier n’était pas un accident de parcours, il se confirme, l’effet de rattrapage est limité, la période est difficile, d’autant plus qu’Alain Juppé se maintient  », poursuit-il.

                                          Le maire de Bordeaux continue en effet d’occuper la tête du classement, auprès des Français, avec 52 % de bonnes opinions (+1 point), mais aussi auprès des sympathisants de la droite et du centre, à 77 % (+4 points). C’est 27 points de plus que Nicolas Sarkozy.

                                          http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/021673541987-sarkozy-ne-profite-pas-de-son-livre-dans-lopinion-1197790.php


                                          • Solon le Jeune Solon le Jeune 6 février 2016 10:54

                                            C’est fou qu’il y ai encore des gens qui croient que le nouvel UMP puisse redresser la France (peu importe le candidat). La libéralisation de l’économie et la flexibilisation du marché du travail ne marchent pas, ne suffisent pas... Quand est ce que ces gens vont comprendre que la mondialisation dérégulé va tuer la France ? Sortie de l’euro, protectionnisme, revenu de base, nationalisation des banques, taxe Taubin, taxe Piketty, 6e République etc... Les solutions sont nombreuses mais pas un seul candidat de l’establishment ne les portera...


                                            • Plus robert que Redford 6 février 2016 11:11

                                              J’ai pas vraiment lu l’article à fond dans toutes ses « finesses », mais ce que j’en retiens, c’est l’affection du Sylvain pour le lapin Duracell supertestéroné, son admiration bêtifiante pour les talents du débatteur, sa pugnacité (qu’il avait laissée au vestiaire dans son débat avec Hollande..), bref, tous les talents du bateleur en campagne.

                                              C’est donc, comme aux US, accorder la primauté au spectacle, au pognon, à la vicelardise pour offrir la direction du pays à Zébulon (tournicoti, tournicoton !) dont on a pu apprécier par ailleurs les qualités de chef d’état pendant cinq ans !!!! (la plupart des commentaires précédents font le détail du passif de la Bête, je n’y reviens pas)

                                              L’avait raison le Général : les français sont des veaux, et Sylvain, Veau en Chef !!


                                              • rosemar rosemar 6 février 2016 11:19

                                                Ce donneur de leçons, qui prétend ne pas en donner, est capable de dire beaucoup de bêtises...




                                                • damocles damocles 6 février 2016 12:03

                                                  @rosemar
                                                  pas grave , il va s’excuser dans son prochain livre.....


                                                • bercav bercav 6 février 2016 11:30

                                                  Sarkozy, un potentiel de nuisance toujours intact...

                                                  Et la mère d’une fille partie en Syrie n’a pas cru bon de lui demander pourquoi était-on allés foutre la merde en Libye et plus tard, déstabiliser la Syrie ?...

                                                   


                                                  • Fergus Fergus 6 février 2016 11:50

                                                    En résumé :

                                                    Sylvain Rakotoarison, un potentiel d’humour intact  !


                                                    • fcpgismo fcpgismo 6 février 2016 12:09

                                                      SARKORACAILLE la crapule la mieux médiatisée de France, le bandit de grands chemin au service de lui même. Le gnome du 21° siècle.

                                                      Eradiquons définitivement cette chose et tous ses affidés de l’espace politique.

                                                      • damocles damocles 6 février 2016 12:20

                                                        je n’ai pas regardé l’emission , mais d’apres ce que j’ai lu , 66% des tele-spectateurs (- ou pas ?) n’ont pas été convaincus par Sarko-bismuth .......alors la reussite de sa prestation ne peut être vue qu’avec les yeux de Alain-Chimene Rakotaparaison....


                                                        • damocles damocles 6 février 2016 12:31

                                                          @damocles


                                                          ....rectification , c’est pas Alain , c’est Sylvain-Chimène Sarkotaparaison....

                                                        • Legestr glaz Ar zen 6 février 2016 12:54

                                                          Comment peut-on écrire un article pareil sans prendre en considération le cadre européen dans lequel se trouve la France ? L’auteur fait comme si le président de la République, son gouvernement et l’assemblée, décidaient encore de quelque chose. Oui, ils décident de la réforme de l’orthographe et de la vitesse sur les autoroutes. Pour le reste, ils sont aux ordres de la Commission européenne.

                                                          J’invite donc l’auteur à retirer sa cagoule et à ouvrir les yeux. Voici l’article 121 du TFUE. Qu’en pense t-il ? Est-ce qu’il l’a lu ? Est-ce qu’il se rend compte que la politique économique de la France est décidée par la Commission européenne ? Il faut arrêter de prendre les Françaises et les Français pour de parfaits imbéciles.

                                                          Article 121

                                                          (ex-article 99 TCE)

                                                          1. Les États membres considèrent leurs politiques économiques comme une question d’intérêt commun et les coordonnent au sein du Conseil, conformément à l’article 120.

                                                          2. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, élabore un projet pour les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union et en fait rapport au Conseil européen.

                                                          Le Conseil européen, sur la base du rapport du Conseil, débat d’une conclusion sur les grandes orientations des politiques économiques des États membres et de l’Union.

                                                          Sur la base de cette conclusion, le Conseil adopte une recommandation fixant ces grandes orientations. Le Conseil informe le Parlement européen de sa recommandation.

                                                          3. Afin d’assurer une coordination plus étroite des politiques économiques et une convergence soutenue des performances économiques des États membres, le Conseil, sur la base de rapports présentés par la Commission, surveille l’évolution économique dans chacun des États membres et dans l’Union, ainsi que la conformité des politiques économiques avec les grandes orientations visées au paragraphe 2, et procède régulièrement à une évaluation d’ensemble.

                                                          Pour les besoins de cette surveillance multilatérale, les États membres transmettent à la Commission des informations sur les mesures importantes qu’ils ont prises dans le domaine de leur politique économique et toute autre information qu’ils jugent nécessaire.

                                                          4. Lorsqu’il est constaté, dans le cadre de la procédure visée au paragraphe 3, que les politiques économiques d’un État membre ne sont pas conformes aux grandes orientations visées au paragraphe 2 ou qu’elles risquent de compromettre le bon fonctionnement de l’Union économique et monétaire, la Commission peut adresser un avertissement à l’État membre concerné. Le Conseil, sur recommandation de la Commission, peut adresser les recommandations nécessaires à l’État membre concerné. Le Conseil, sur proposition de la Commission, peut décider de rendre publiques ses recommandations.

                                                          Dans le cadre du présent paragraphe, le Conseil statue sans tenir compte du vote du membre du Conseil représentant l’État membre concerné.

                                                          La majorité qualifiée des autres membres du Conseil se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point a).

                                                          5. Le président du Conseil et la Commission font rapport au Parlement européen sur les résultats de la surveillance multilatérale. Le président du Conseil peut être invité à se présenter devant la commission compétente du Parlement européen si le Conseil a rendu publiques ses recommandations.

                                                          6. Le Parlement européen et le Conseil, statuant par voie de règlements conformément à la procédure législative ordinaire, peuvent arrêter les modalités de la procédure de surveillance multilatérale visée aux paragraphes 3 et 4.

                                                          En prime, l’article 106 conduisant à la suppression des services publics.

                                                          Article 106

                                                          (ex-article 86 TCE)

                                                          1. Les États membres, en ce qui concerne les entreprises publiques et les entreprises auxquelles ils accordent des droits spéciaux ou exclusifs, n’édictent ni ne maintiennent aucune mesure contraire aux règles des traités, notamment à celles prévues aux articles 18 et 101 à 109 inclus.

                                                          2. Les entreprises chargées de la gestion de services d’intérêt économique général ou présentant le caractère d’un monopole fiscal sont soumises aux règles des traités, notamment aux règles de concurrence, dans les limites où l’application de ces règles ne fait pas échec à l’accomplissement en droit ou en fait de la mission particulière qui leur a été impartie. Le développement des échanges ne doit pas être affecté dans une mesure contraire à l’intérêt de l’Union.

                                                          3. La Commission veille à l’application des dispositions du présent article et adresse, en tant que de besoin, les directives ou décisions appropriées aux États membres.

                                                          En bonus, l’article 63 autorisant toutes les délocalisations

                                                          Article 63

                                                          (ex-article 56 TCE)

                                                          1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

                                                          2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

                                                          Cerise sur le gâteau, l’article 55 de la constitution française, pour que l’auteur puisse mettre en perspective le contenu des traités européens et les obligations de la France.

                                                          ARTICLE 55.

                                                          Les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l’autre partie.

                                                          L’auteur doit se rendre à l’évidence que l’appartenance de la France à l’UE fait que le président de la République française et son gouvernement ne peuvent plus décider de la politique économique de la France ni de sa politique étrangère soumise par l’article 42 du TUE à l’OTAN et donc aux USA. Aujourd’hui, le président de la République, le gouvernement et l’assemblée nationale pourraient être remplacés par quelques technocrates qui appliqueraient pour la France les règlements européens, les directives européennes et les recommandations européennes. 85% des lois et règlements votés en France sont d’essence européenne. Voilà où nous en sommes.

                                                          Dans ce contexte, l’article de l’auteur n’a strictement aucun sens. C’est de la poudre aux yeux, celle que l’on jette aux yeux du peuple français qui n’a toujours pas compris que sa souveraineté lui a été retirée au profit de l’UE et de puissants lobbies représentant les multinationales et les cartels.


                                                          • eric 6 février 2016 14:19

                                                            Incroyable ! Un papier qui parle de Sarko de facon apaisee, calme, raisonnable..... ! Total respect comme ils disent a la tele. Je me demande comment il a put passer... J’ai zappe en cour d’emission. Ennui plus decalage horaire, (a moscou, il etait tard) Et quand il est venu ici, j’ai assiste a la rencontre avec les francais de Moscou. Meme impression, un peu d’ennui, loin de l’enthousiasme de la derniere campagne. On a trop du lui dire d’etre consensuel.

                                                            Bon, je pense qu’il reste le moins mauvais candidat a droite et que sauf coup dur, il l’emportera. Pour Juppe, il m’avait fait une tres forte impression lors d’un diner en 81 je crois. Depuis, je crois qu’il a beaucoup change et pas trop en bien.

                                                            Notre plus grande urgence est la reforme de notre etat. D’experience, et pour avoir grandis en France dans ces milieux, je ne suis pas sur du tout qu’un haut fonctionnaire quel qu’il soit soit tres bien place pour la mettre en oeuvre.

                                                            Nous avons des problemes politiques. Ils ne trouveront pas de solution technocratique. Il va falloir trancher et cela ne se fera pas uniquememt par compromis et consensus.


                                                            • Legestr glaz Ar zen 6 février 2016 15:56

                                                              @eric

                                                              Je vous invite à lire mon commentaire, placé au dessus du vôtre. Votre analyse est erronée, elle ne tient pas compte de la réalité de la situation, à savoir l’obligation faite à la France de respecter les dispositions des traités européens. Contrairement à ce que vous écrivez, « les problèmes politiques » sont absolument inexistants en France. La politique est faite par la Commission européenne, par la BCE et par l’OTAN. Vous pouvez tourner le probème dans tous les sens, c’est bien l’UE qui dirige la France aujourd’hui. La France n’est pas libre de sa politique économique ni de sa politique étrangère. Si vous avez des arguments contraires, je vous invite à venir les poser ici sur ce fil. Merci.


                                                            • lloreen 6 février 2016 18:48

                                                              @Ar zen

                                                              La France est un territoire. La France n’ a aucune obligation de respecter les dispositions de traités et d’ accords commerciaux signés entre corporations privées. Vous confondez la France avec la république française, ce qui n’ a absolument rien à voir.
                                                              La république française est une société commerciale privée enregistrée auprès de la SEC américaine ( security & exchange commission) , au même titre que les autres républiques européennes aussi.
                                                              La république française n’ est pas la France, tout comme la RFA n’ est pas l’ Allemagne et comme la république autrichienne n’ est pas l’ Autriche.
                                                              Ces accords commerciaux sont traités entre les différentes républiques avec une apparence de légitimité. Or le fait et qu’ ils n’ en ont aucune.

                                                              La meilleure preuve en est que toutes les populations des territoires européens se rebellent contre ces usurpateurs et escrocs appointés par la City de Londres et par le syndicat du crime et qu’ ils sont obligés de faire en sorte de se débarrasser des armées régulières en les soumettant à des conditions de vie de plus en plus dégradantes pour que ses membres choisissent de partir ou de s’ engager dans des structures privatisées plus lucratives à leur solde.

                                                              Partout il est visible que les forces de police ne sont plus au service des populations locales et que seuls ont des garanties ceux qui viennent envahir le territoire européen pour susciter le ressentiment.
                                                              Il est vrai que ce sont les associés des Rothschild et des Rockefeller comme Soros -ou madame Merkel qui a invité tout ce que le Moyen-Orient compte de racailles qui ont financé le voyage de millions de pseudo réfugiés venus s’ attaquer directement aux populations locales.

                                                              Les agressions des populations ne sont pas le fait de réfugiés, elles sont celui de racailles et mercenaires expulsés des territoires en guerre à qui ces escrocs ont promis un logement, du travail et une voiture...sachant bien évidemment que cette bombe à retardement ferait tout à fait leur affaire en engendrant le chaos qu’ ils apprécient tant pour faire avancer leur agenda tyrannique.
                                                              Non seulement les populations locales auront du ressentiment envers ces agresseurs qui n’ auront aucun moyen de s’ intégrer car ils toucheront les aides sociales (des milliards de dettes supplémentaires pour payer ces aides sociale à des millions de réfugiés sont une excellente affaire pour le syndicat du crime et du pain béni pour favoriser la « croissance »...) mais de plus elles seront dégoûtées de voir que ce qui leur est refusé sous des prétextes mensongers de crise et d’ austérité est accordé avec largesse à des populations invasives.

                                                               


                                                            • lloreen 6 février 2016 18:22

                                                              L’ ancienne UMP, société commerciale enregistrée auprès de la SEC américaine (security & exchange commission) inféodée à la City de Londres et à sa monnaie de singe (dollar-euro), rebaptisée pour la nouvelle occasion présidentielle, quelques nouvelles têtes et c ’est reparti pour un tour d’ illusionnisme.

                                                              La preuve en lien :

                                                              UPIK® Record - L LRegistered company nameLES REPUBLICAINS WNon-registered name or business unitUMP LD-U-N-S© Number261545365 LRegistered address6 RUE D ALGER LPost code75001 LCityPARIS
                                                              CountryFrance WCountry code241
                                                              Post office box number

                                                              Post office box town
                                                              LTelephone number144614000
                                                              Fax number

                                                              Name primary executive
                                                              WActivity (SIC)8651

                                                              UPIK® Record - L

                                                              LRegistered company nameLES REPUBLICAINS WNon-registered name or business unitUMP LD-U-N-S© Number264995395 LRegistered address238 RUE DE VAUGIRARD LPost code75015 LCityPARIS
                                                              CountryFrance WCountry code241
                                                              Post office box number

                                                              Post office box town
                                                              LTelephone number140766000
                                                              Fax number

                                                              Name primary executive
                                                              WActivity (SIC)8651

                                                              • Claire29 Claire29 6 février 2016 18:38
                                                                Je ne crois pas que Alain Juppé soit toujours impartial et qu’il rassemble tous les Français,il a dans son entourage à Bordeaux des individus qui sèment la haine et l’intolérance dans la population, font la chasse à des mouvements pacifiques,médecines alternatives ou autres qui menacent les intérêts de l’industrie pharmaceutique,on les retrouve aussi dans l’entourage de Sarkozy !
                                                                Sarkozy a des qualités,il est même sympathique mais il est trop sous l’influence des lobbies pharmaceutiques et autres puissances financières dont il a besoin pour revenir au pouvoir en 2017 !
                                                                Mais il choisit mal ses alliés car leur candidat comme celui des médias est plutôt Juppé ! 

                                                                • lloreen 6 février 2016 21:16

                                                                  Il n’ y a pas que monsieur Sarkozy qui soit affilié à la FAF...

                                                                  Toute la liste des young leaders depuis 1981 .
                                                                  http://philip.dru-administrateur.nwo.over-blog.com/article-liste-des-young-leaders-fran-ais-depuis-1981-105102778.html


                                                                  • smilodon smilodon 7 février 2016 15:30

                                                                    @ l’auteur !... Je ne voterai « sarko » en 2017 que s’il se présente avec son pote « BHL » !..... Y’a tant d’autres pays à libérer !.....« L’alibi » n’était qu’un début, j’espère ???!!.... Adishatz.


                                                                    • jacques 14 février 2016 20:06

                                                                      de si grandes oreilles pour ne rien entendre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès