• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nicole Fontaine, l’Europe et la liberté

Nicole Fontaine, l’Europe et la liberté

« Le Conseil Européen vient d’ouvrir audacieusement à Helsinki le grand chantier de la réunification à terme de toute l’Europe au sein de l’Union, celui de l’adaptation des institutions à cet élargissement, celui d’une défense européenne autonome. Rien ne sera accompli dans la facilité. Mais ce demi-siècle d’histoire de la construction européenne a été constamment marqué par les efforts que chacun devait faire pour surmonter les conflits d’intérêts ou de conception entre nos États, et faire prévaloir, in fine, dans la solidarité, l’intérêt commun. Les difficultés qui sont apparues ces derniers jours entre deux de nos États, si vives qu’elles soient, et dont je mesure, vous le savez, l’aspect humain autant qu’économique, n’échapperont pas à cette règle, je veux dire, à cette dynamique d’une conclusion d’entente, j’en suis convaincue et je le souhaite ardemment. » (Strasbourg, le 14 décembre 1999).

_yartiFontaineNicole01

Ah, il est loin le temps où je prenais le petit-déjeuner, pour commencer une belle journée estivale, avec une "simple" députée européenne toujours fidèle aux universités d’été du CDS. Nicole Fontaine a parcouru entre temps un beau chemin. Elle est morte ce jeudi 17 mai 2018 à l’âge de 76 ans (elle est née le 16 janvier 1942 pas très loin du Havre). Encore récemment, elle tenait une série de conférences pour évoquer le Brexit, présenter les enjeux, les conséquences, imaginer l’avenir, parier sur un nouveau départ (elle avait coécrit le livre "Brexit, une chance ? Repenser l’Europe" publié le 14 juin 2016).

Nicole Fontaine a fait sa scolarité au lycée public du Havre (elle a eu le bac à l’âge de 15 ans), puis a suivi des études de droits à Rouen puis à Paris où elle a été diplômée de l’IEP Paris en 1962. Elle est devenue conseillère juridique du Secrétariat général de l’Enseignement catholique (SGEC) en 1965. Chargée de l’application des contrats entre les établissements catholiques et l’État, elle fut alors nommée de 1972 à 1981 secrétaire générale adjointe de l’enseignement catholique par la conférence nationale des évêques (ce qui était très rare pour un laïque, plus encore pour une femme), puis déléguée de l’enseignement catholique de 1981 à 1984.

Docteure d’État en droit public (le sujet de sa thèse soutenue en 1969 était l’enseignement privé associé à l’État par contrat), cette avocate s’est fait connaître en 1984 dans un combat très spécifique pour la liberté, à la zone frontière entre la politique et le social : elle était la porte-parole de l’enseignement catholique au moment où la réforme Savary a tenté d’imposer un système unique laïque de l’éducation qui aurait violé la liberté d’enseigner. Les manifestations de millions de personnes au printemps 1984 ont pris finalement le dessus sur une majorité parlementaire socialo-communiste dominée par les ultras.

C’était à cette occasion qu’elle est devenue une figure connue de l’opposition menée partiellement par Jacques Chirac, une figure d’ailleurs plus "société civile" que politique. Ce fut donc logique que cette centriste démocrate-chrétienne (vice-présidente du CDS à partir de 1989) se retrouva élue sur la liste unique UDF-RPR menée par Simone Veil, alors ancienne Présidente du Parlement Européen, aux élections européennes de juin 1984 (elle avait déjà été candidate en juin 1979, mais en position non éligible).

Nicole Fontaine a alors fait de l’Europe son véritable métier. Sa passion et son métier. Elle fut élue cinq fois députée européenne, de juin 1984 à juin 2009. Pendant ces vingt-cinq ans (moins deux ans, voir plus loin sa courte carrière ministérielle), elle fut une ambassadrice sans relâche de la construction européenne et surtout, de l’idée européenne auprès du peuple. Elle a publié quelques ouvrages didactiques pour mieux comprendre les institutions européennes, aussi sur le dispositif Erasmus qui a maintenant plus de trente ans d’expérience et dont elle fut une très enthousiaste promotrice auprès des étudiants européens.

_yartiFontaineNicole02

Nicole Fontaine a notamment été vice-présidente du Parlement Européen du 25 juillet 1989 au 19 juillet 1999, vice-présidente de la Délégation pour les relations avec Israël du 5 février 1992 au 18 juillet 1994, et membre de nombreuses commissions.

Après avoir exercé ces quelques responsabilités au sein du Parlement Européen, Nicole Fontaine a reçu son "bâton de maréchale" en se faisant élire Présidente du Parlement Européen du 20 juillet 1999 au 15 janvier 2002 grâce aux voix du PPE (Parti populaire européen qui regroupait alors les centristes et les démocrates-chrétiens européens avant de se droitiser), battant l’ancien Premier Ministre socialiste portugais Mario Soares.

Encore à ce jour (18 mai 2018), Nicole Fontaine est l’une des deux seules femmes à avoir présidé le Parlement Européen (avec Simone Veil) et l’une deux trois Français à l’avoir présidé depuis qu’il est élu au suffrage universel direct (juin 1979), avec Simone Veil et Pierre Pflimlin (ancien Président du Conseil).

Cette période fut particulière en France puisqu’il y avait la troisième cohabitation entre le Président de la République Jacques Chirac et le Premier Ministre Lionel Jospin.

Cette période fut particulière également en Europe puisque l’Union Européenne venait de commencer les négociations pour la réunification de l’Europe avec l’adhésion des pays d’Europe centrale et orientale qui sont sortis du régime communiste (l’élargissement a eu lieu le 1er mai 2004).

Dans ses fonctions de Présidente, Nicole Fontaine rencontra les plus grands de ce monde, présente dans les sommets du G7 et les sommets européens. Le Parlement Européen est devenu une instance politique reconnue internationalement.

Nicole Fontaine a inauguré le 14 décembre 1999 à Strasbourg le bâtiment Louise-Weiss, nouveau siège du Parlement Européen dans ses propres locaux (auparavant, il a longtemps siégé au Conseil de l’Europe, juste à côté) en présence du Président Jacques Chirac, du Premier Ministre finlandais Lipponen (président à l’époque du Conseil Européen), du Président de la Commission Européenne Romano Prodi et de sa prédécesseure Simone Veil.

_yartiFontaineNicole03

Nicole Fontaine est l’une des rares responsables politiques françaises à avoir voulu faire sa carrière politique exclusivement au sein des institutions européennes et qui n’a pas utilisé son siège de députée européenne comme simple tremplin pour obtenir un mandat national ou comme simple lot de consolation lorsqu’elle aurait été évincée d’un mandat national. Travailleuse assidue, elle a voulu faire progresser l’idée européenne de manière concrète et visible.

Avec les critères d’évaluation des parlementaires, on peut confirmer que Nicole Fontaine était une parlementaire très assidue : elle a siégé au Parlement Européenne pendant 288 jours lors de son dernier mandat, entre le 20 juillet 2004 et le 26 mars 2009, soit un taux de présence remarquable de 85%. Lors de son avant-dernier mandat (1999-2002), elle a fait 1 301 interventions en séance plénière, ce grand nombre est normal puisqu’elle présidait la plupart des séances. Lors de son dernier mandat (2004-2009), elle a fait 7 interventions en séance plénière.

L’une de ses dernières interventions fut une question orale posée le 27 octobre 2008 sur les mesures visant à améliorer l’environnement des PME dans le "Small Business Act" pour l’Europe.

Une autre de ses dernières initiatives fut une proposition de résolution commune déposée le 23 avril 2009 sur les droits des femmes en Afghanistan : « Considérant que le nouveau projet de loi sur le statut personnel des femmes chiites approuvé récemment par les deux chambres du parlement afghan restreint gravement la liberté de mouvement des femmes en leur niant le droit de quitter leur domicile sauf à des "fins légitimes", en exigeant d’elles de se soumettre aux désirs sexuels de leur mari, légitimant ainsi le "viol conjugal", ainsi qu’en encourageant la discrimination à l’égard des femmes dans les domaines du mariage, du divorce, de la succession et de l’accès à l’enseignement, ce qui va à l’encontre des normes internationales en matière de droits humains, et en particulier de droits de la femme (…), [le Parlement Européen] demande l’annulation du projet de loi concernant la population chiite en Afghanistan dont la teneur n’est manifestement pas conforme au principe d’égalité entre hommes et femmes tel qu’il figure dans la Constitution et dans les conventions internationales ; (…) salue le courage des femmes afghanes qui ont manifesté à Kaboul contre le nouveau projet de loi et leur exprime son soutien ; condamne les violences dont elles ont été victimes lors de ces manifestations et demande aux autorités afghanes d’assurer leur protection ; (…). ».

Le Premier Ministre Jean-Pierre Raffarin a choisi Nicole Fontaine dans son deuxième gouvernement au poste de Ministre déléguée à l’Industrie du 17 juin 2002 au 30 mars 2004. Son ministre de tutelle fut Francis Mer, ancien grand patron nommé à l’Économie, aux Finances et à l’Industrie.

Nicole Fontaine a quitté le Parlement Européen en juin 2009. Titulaire de la prestigieuse chaire Jean-Monnet de 2010 à 2015, elle a enseigné la science politique appliquée à l’Union Européenne à l’Université de Sophia-Antipolis (près de Nice), à Sup de Co Paris et à l’IEP Paris. Ses cours à Nice furent notamment intitulés : "L’intégration européenne, des traités de Rome au traité de Lisbonne" ; "Les acteurs institutionnels d’une construction européenne atypique et en permanente évolution" ; "L’intégration européenne et la démocratie : le Parlement Européen" ; "Les processus de décision au sein de l’Union Européenne", etc.

Nicole Fontaine restera dans la mémoire politique une extraordinaire militante européenne aux valeurs de liberté. Condoléances à sa famille et à ses proches, et en particulier à sa fille Christine.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 mai 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Nicole Fontaine.
Jacques Chirac.
L’Union Européenne.
Le CDS.
Simone Veil.
Marie-Jeanne Bleuzet-Julbin.
Charles Choné.
Henry Jean-Baptiste.
Loïc Bouvard.
Bernard Bosson.
Bernard Stasi.
Dominique Baudis.
Jacques Barrot.
Adrien Zeller.
Alain Poher.
Jean Lecanuet.
René Monory.
Raymond Barre.


Moyenne des avis sur cet article :  1.19/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 19 mai 12:24

     
    UE, CHIURE FINALE
     
    Le bichon de Trump se couche sur son tapis devant les sanctions
     

    le soucaniche Jupiteronnet, manager du start-Boobaland, n’a même pas jappé. Les soumis glands remplacés gogochons de la poubelle migratoire ont trouvé l’idole mattuvu aplatventriste à leur image.
     
     
    « A moi tout seul j’impressionnais plus que toute la baudruche UE » De Gaulle


    • Dom66 Dom66 19 mai 15:20

      Europe la liberté !!! ….autologisme n’y + n’y -

      Article de merde, Europe et la liberté…..d’avoir les pesticide, le compteur linky etc ;etc ; etc...

      Trop longue la liste, impossible d’écrire ici tout ce que veut l’Europe va contre nous les peuples…

      Une seul solution….sortir de L’OTAN et de cette Europe là.


      • zygzornifle zygzornifle 22 mai 14:38

        @Dom66


        Et le nouveau CT qui va mettre dans la merde noire ceux qui ont des vielles guimbardes et pas la tune a s’endetter pour changer ....

        Cette EU est un cancer généralisé qui ne s’attaque qu’aux citoyens vivants au seuil de pauvreté ou un poil au dessus et au dessous , vraiment cette Europe est injuste car elle est dirigée par des gens injustes , elle est leur reflet et elle ne mérite que de s’étouffer en avalant sa langue de p...

        Mort a cette Europe de misère sociale .....

      • bob14 bob14 19 mai 17:52

        Nicole-Fontaine..sans eau tous les poissons rouges sont mort.. smiley


        • Pere Plexe Pere Plexe 21 mai 15:25

          Rakoto en extase orgasmique devant la femme Fontaine !

          Dans ce contexte le couplet sur les facultés orales de la dame fait sens.

          Sacré sylvain.

          • zygzornifle zygzornifle 22 mai 14:32
            l’Europe et la liberté....

            elle a oublié de noter perte avant la liberté .....

            • A Jean Fontaine, mort trop tôt qui lui aussi détestait l’Europe. 


              • Petit rappel utile concernant Jean Monnet et la formation de l’Europe. http://dondevamos.canalblog.com/archives/2013/04/12/26884267.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès