• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouvelle attaque de Macron contre les retraités

Nouvelle attaque de Macron contre les retraités

Après l’augmentation de la CSG, qui a touché tous les retraités sans exception, en leur faisant perdre jusqu’à 500 € par an, pour les plus modestes, Macron décide de ne plus indexer les retraites sur l’inflation. Résultat, les pensions ne seront revalorisées que de 0,3 % au lieu de 1,7 %, en 2019. La disparition progressive de la taxe d’habitation, qui pénalisent les communes, ne compensera certainement pas les pertes de pouvoir d’achat accumulées par les retraités sous Macron.

Macron et ses acolytes de l’ex-ump sarkozyste, Darmanin, Le Maire et Philippe, veulent remplacer le système par répartition par des fonds de pension privés, qui appliquent le système par point. Fonds de pension qui sont essentiellement abondés par l'argent de la spéculation, celle qui massacre des pans entiers de l’activité économique et tarie les sources de financement des retraites, en France et en Europe.

Contrairement à ce que tentent de faire croire, depuis des décennies, les gouvernants successifs et, particulièrement, pendant la période récente, l’extrême-droite sarkozyste à qui les salariés doivent de travailler deux années supplémentaires, depuis 2010, pour prétendre partir à 62 ans, à la retraite, c’est à présent Macron, le président des riches qui, poursuivant sa politique de casse sociale sans pitié, s’en prend à nouveau aux retraités, sous le fallacieux prétexte que les régimes de retraite par répartition ne peuvent plus être financés.

Toujours la même ritournelle mensongère à laquelle les macronistes, confortés par nos doctes économistes libéraux, ajoutent l’argument de l’allongement de la durée de vie, ce qui, là encore, est une façon malhonnête d’utiliser les statistiques démographiques. Un ouvrier a une espérance de vie inférieure de 7 ans à celle d’un cadre, pour ne citer que cet exemple.

Comme l’avait très justement rappelé Jacques Cotta dans son livre “7 millions de travailleurs pauvres. La face cachée des temps modernes”, publié chez Fayard, le système actuel a été mis en place à la Libération, alors que l’économie française était exsangue. Ce qui ne l’a pas empêché de fonctionner et de répondre à une attente sociale forte.

La part des dépenses des retraites ne dérape pas, selon le président du COR

Mais voilà, à l’époque, la France maîtrisait sa monnaie et elle ne dépendait pas de l’Europe ! Le Politique imposait sa vision à l’économie. Les acteurs économiques s’adaptaient. Chacun, patronat et salariés, trouvant avantage dans une relative paix sociale allant de pair avec progrès des conditions d’existence.

Aujourd’hui, la France n’a jamais été aussi riche. 5ème pays le plus riche du monde, avec un PIB proche de 2300 milliards d’euros, en 2017, dans le courant des années 2000, elle consacrait, autour de 13% de cette richesse au financement des retraites.

En mars 2018, le président du Conseil d’Orientation des Retraites a affirmé que la part des dépenses des retraites dans le PIB ne dérapait pas. Cette part est restée stable à 14 %, soit 330 milliards par an, depuis plusieurs années, ce qui contredit le choix de Macron d’attaquer prioritairement les capacités de survie des retraités qui, eux, n’ont rien volé et ne volent rien à la société, en percevant leur pension.

Consacrer 15, 16 ou 20 %, à l’horizon 2040... et alors ? Où est le problème ?

Le choix de pérenniser le régime par répartition, cher aux Français, est essentiellement un choix politique. S’il faut passer à 15, 16, 20 % du PIB pour payer les pensions, à l’horizon 2040, ce n’est pas le problème.

Est-ce trop demandé à un Etat de soutenir un régime de répartition, qui a démontré son efficacité, pour assurer un minimum de revenu à chacun, après la période dite « active ». On reproche aux retraités leur patrimoine. Mais c’est une plaisanterie. Ce patrimoine, il l’ont acquis à la force de leur travail. Ce patrimoine leur permet notamment de soutenir leurs enfants et petits-enfants, eux-mêmes malmenés par la politique macronienne. Les retraités connaissent le sens de la solidarité entre générations.

Faut-il rappeler la pauvreté dans laquelle se retrouvait nombre de retraités, jusque dans les années 80. Ce sont d’abord Giscard, puis Mitterrand, qui ont relevé significativement le minimum vieillesse, pour éviter la paupérisation endémique de la population non-active et/ou âgée. Au contraire, Macron veut revenir sur cette sage politique de redistribution des richesses, au profit des anciens.

Les causes du manque de cotisations

Est-ce trop demandé à une communauté de répondre, par un choix politique adapté, comme l’avait fait la France de la Libération, aux besoins croissants de financement de ce régime, du fait d’un nombre d’emplois insuffisant par rapport à la croissance démographique ?

Un progrès humain, (faut-il le souligner, à l’adresse des hurluberlus macronistes, hors sol), auquel, depuis 60 ans, la solidarité sociale, à travers la retraite par répartition, a largement contribué. Faut-il à présent accepter la régression comme une fatalité, ce que veut faire croire le dogme ultra-libéral ? Certainement pas !

L’autre cause du manque de cotisations aux régimes de retraite français, ce sont les fonds de pension américains et anglais, lesquels les privent de ressources, en provoquant la fermeture de nombreuses entreprises françaises.

Ces fonds de pension anglo-saxons assèchent, par ailleurs, les finances mondiales, dans une course effrénée à la spéculation boursière, pour payer les retraites issues d’un système de capitalisation, qui se caractérise par son injustice, en écartant d’un revenu décent des dizaines de millions de personnes, aux USA et au Royaume Uni, notamment. La preuve, s’il en est besoin, que le système de répartition ou de redistribution est, de très loin, le plus juste et le plus humain.

L’économie ultra-libérale et la spéculation tuent les emplois durables

Les revenus du « travail », sur lesquels sont basées les cotisations, ne peuvent suffire à pérenniser le régime de répartition. Soit ! Mais à qui la faute ? A une économie de marché agressive, uniquement axée sur le profit pour quelques-uns, c’est la spéculation financière à outrance, laquelle, en se substituant dans tous les secteurs à une économie de subsistance, a détruit le tissu des emplois durables liés à la production de biens.

En quelques décennies, les revenus spéculatifs, responsables de la baisse des investissements productifs, ont connu une croissance énorme au détriment des autres formes de revenus. Or, la spéculation, en captant et immobilisant une grande part des ressources financières dans un circuit fermé, au profit d’une poignée de profiteurs, gangrène les rouages économiques.

Au premier trimestre 2018, l'augmentation des bénéfices des sociétés a entraîné une hausse de 10,2% des dividendes totaux à l'échelle internationale qui ont atteint le record de 244,7 milliards. Un nouveau record pour la spéculation boursière.

Allonger la durée de cotisation aggrave le chômage

Consacrer 15 à 20% du PIB pour les retraites est-ce au-dessus des moyens d’un pays comme la France ? Non ! Sachant par ailleurs que l’argent ainsi redistribué sera de toute façon réinjecté dans l’économie par le biais de la consommation des retraités et reviendra en partie au budget de l’Etat par la fiscalité.

En 2002, on estimait que le retour à 37,5 ans de cotisations dans le privé ne coûterait chaque année que 0,3% du PIB, soit 4,5 milliards d’euros, à comparer aux 45 milliards d’euros de croissance annuelle (en moyenne) du PIB. 

Si les actifs travaillent trois ans de plus, les possibilités d’embauche de jeunes seraient réduites de 100 000 par an. Sources : Alternatives Economiques, janvier 2005. Allonger la durée de cotisation ne peut qu’aggraver le chômage.

Quand Macron brade nos fleurons industriels, il contribue à la baisse des cotisants

Macron est aujourd’hui à la botte des décideurs économiques ultra libéraux qui eux-mêmes, sont les responsables d’une mondialisation outrancière privilégiant les profits immédiats ! Ils veulent une main-d’œuvre à vil prix qu’ils ne trouvent pas ici, alors ils licencient à tour de bras. Voilà ce qui pénalise les régimes de retraite qui perdent des cotisants.

Si Macron continue dans cette voie, notamment en laissant faire la délocalisation anarchique des pans entiers de nos activités, ou en bradant certains de nos fleurons industriels, comme Alstom, outre qu’elle perdra son précieux savoir-faire dans beaucoup de domaines, la France deviendra un aimable désert touristique, peuplé de quelques centaines de milliers de nantis et de 60 millions de laissés pour compte.

Les chantres de l’économie capitaliste ultra libérale n’auront alors d’autre choix que d’accepter de redistribuer les richesses produites autrement que par le seul salaire. Faute de quoi, le consommateur français de base, privé d’un revenu du travail, deviendra une espèce en voie d’extinction.

Les gens veulent partir en retraite le plus tôt possible

L’être humain de plus de 45 ans pourra-t-il à nouveau être considéré comme un rouage essentiel de la population active ? Non, en particulier, tant que l’idéologie ultra-libérale, qui est la religion de l’ex-banquier d’affaires Macron, terrorisera les peuples au profit d’une poignée de nantis sur la planète. En attendant, les quadragénaires et les quinquagénaires ne sont pas responsables de la discrimination qui les frappe.

En juin 2006 ; un sondage CSA indiquait que 76% des Français souhaitaient partir entre 50 et 60 ans, dont une grande part désireux de partir entre 50 et 55 ans. Aujourd’hui, les Français continuent à vouloir partir le plus tôt possible ! Le travail, sous sa forme actuelle, notamment à cause de sa précarité grandissante et son caractère liberticide, par la soumission et le stress imposés au salarié, outre qu’il est de moins en moins bien supporté, devient une « denrée » rare. 

De leur côté, les entreprises jettent sans vergogne des salariés qui leur ont consacré la majeure partie de leur vie. Merci à la loi travail de Macron qui facilite comme jamais les licenciements. Dans ce contexte, le pays se doit d’être solidaire en donnant à chacun le droit d’aménager à son rythme sa cessation d’activité (progressive ou non) à partir de 50 ans, grâce à des mesures de solidarité préservant quoi qu’il advienne un revenu minimum d’existence. 

 

Verdi

Lundi 27 août 2018

Photo : Gilbert Hanna


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • bob14 28 août 10:23

    bof..il profite de votre connerie chers gaulois..Il travaille pour les banquiers !


    • ASTERIX 25 septembre 09:44
      @bob14

      QUEL JEUNE CON DE BANQUIER  VENDU  !!!!!!!!!!! LOBBYISTE CHEF !!!!!

      les retraités te pissent « a la raie du c.l »     !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • ASTERIX 15 octobre 10:40
      @ASTERIX

       LES MNISTRES QUI DOIVENT PARTIR TRAVERS BUZYN-WEIL-LEVY BORNE NYSSENS
      PARLY ;; ;; ; et AUTRES CASTANER GRIVAUX

      90% DES DEPUTES DONT LES LOBBYISTES

      0 SENATEUR TOUS LOBBYISTES

      LE CHEF DES LOBBYISTES JUPITER

      DEGAGEZ OU LE PEUPLE LE FERA

      12% D AUGMENTAION DES DEPUTES ET 0.3 POUR LES PETITS RETRAITES

      MENSONGES SUR LA TAXE D HABITATION ET LES 6 MILLIARDS DONNES AU MEDEF


      1 CHAMBRE 100 DEPUTES 1 PAR DEPARTEMENT SUPPRESSION DE LA FORCE DE DSSUASION MARITIME (ou va l argent  ???)

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 août 11:07

      Ce patrimoine, il l’ont acquis à la force de leur travail.

       smiley Acquis par la force du travail et de la bulle immobilière


      • cassini cassini 28 août 11:16

        La génération des quadras au pouvoir entreprend l’étranglement de parents, et si ces derniers descendent dans la rue, leurs fils enverront face aux manifestants leurs propres fils avec casque et matraque. Si j’avais su j’aurais non pas engendré, mais adopté des enfants de pays où l’on honore ses père et mère. 


        • cassini cassini 28 août 11:18

          @cassini


          « l’étranglement de ses parents »

        • Fergus Fergus 28 août 11:38

          Bonjour, Verdi

          D’accord sur le fait que les retraités vont une nouvelle fois être lourdement touchés au portefeuille pour financer indirectement les cadeaux faits au patronat sans obligation de résultat en matière d’emploi.

          Cela dit, lorsque vous écrivez « Macron et ses acolytes de l’ex-ump sarkozyste, Darmanin, Le Maire et Philippe, veulent remplacer le système par répartition par des fonds de pension privés », sur quoi vous basez-vous ? Nulle part, je ne trouve de piste sérieuse qui puisse accréditer le passage aux fonds de pension dans le projet de régime de retraite unique à points.

          Ce que semble vouloir faire Macron, c’est s’inspirer du système suédois. Or, ce système ne remet pas en cause le caractère obligatoire de la cotisation ni le principe de la retraite par répartition ! Il convient donc d’attendre d’en savoir plus avant de se livrer à un procès d’intention.

          Cela dit, je ne me fais pas d’illusions, la réforme envisagée ne visera évidemment pas à améliorer le pouvoir d’achat des futurs retraités, mais à contraindre ceux qui seront au bout du rouleau à partir avant d’avoir acquis le maximum des droits afin de leur verser une pension réduite. En cela, cette réforme devra être combattue dans ses modalités les plus pénalisantes !


          • Fergus Fergus 28 août 11:46

            J’ajoute que, sauf avoir mal lu l’article, vous ne mentionnez pas le fait que, dans une société de plus en plus précarisée, les retraités viennent de manière directe ou indirecte, en aide à leurs enfants ou petits-enfants en situation de difficulté économique.

            Or, la multiplication des agressions contre leur pouvoir d’achat se traduira inévitablement par une baisse de ces contributions souvent essentielles dans la vie des familles.

            Autre conséquence : la moindre consommation des retraités induira de facto une baisse de l’activité dans certains secteurs de l’économie.

            En pénalisant les retraités comme il le fait, Macron se tire une balle dans le pied pour des raisons purement dogmatiques liées à sa servilité relativement aux attentes d’un grand patronat à courte vue qui se contrefiche de la vie des commerçants et des micro-entreprises.


          • Fergus Fergus 28 août 11:49

            Bonjour, bébert

            Vous arrive-t-il de réfléchir de manière non systématiquement manichéenne, en prenant un peu de recul et en vous efforçant d’analyser les faits avec objectivité ? Manifestement non !


          • Self con troll Self con troll 28 août 11:59

            @Fergus

            Pour sûr, la Sibérie de Bébert, c’est la Normandie.
            Je propose pour lui une année sabbatique et monacale au Mont Saint-Michel, avec en guise de compte-rendu, à son retour sous les pins, un article pour qu’on sache vraiment s’il est en Bretagne ou en Normandie.


          • aimable 28 août 14:48

            @Fergus

            perso c’est ce j’ai commencer a faire depuis un bon moment , j’ai réduit mes dépenses en n’achetant plus que le stricte nécessaire de manière a retirer de mes dépenses le double de ce qu’on me vol .
            il est évident que ceux qui sont au niveau des pâquerettes sur le plan retraite ne peuvent adopter ce comportement , mais déjà ceux qui peuvent le faire donneront un sacré coup d’arrêt a la croissance si chère a Macron .

          • Fergus Fergus 28 août 16:02

            Bonjour, Self con troll

            Excellente suggestion ! Et beau lieu de séjour si l’on ne craint pas les fortes affluences,


          • Verdi Verdi 28 août 16:02

            @Fergus

            Ah Fergus ! Voici le passage en question : « On reproche aux retraités leur patrimoine. Mais c’est une plaisanterie. Ce patrimoine, il l’ont acquis à la force de leur travail. Ce patrimoine leur permet notamment de soutenir leurs enfants et petits-enfants, eux-mêmes malmenés par la politique macronienne. Les retraités connaissent le sens de la solidarité entre générations. »

          • aimable 28 août 16:30

            @Verdi
            ce patrimoine , c’est souvent l’achat d’une résidence principale au prix de beaucoup de sacrifices , parce que payer un loyer quand vous êtes a la retraite c’est souvent pour beaucoup se mettre a la soupe populaire.


          • Verdi Verdi 28 août 16:56

            @aimable

            Nous sommes bien d’accord ! C’est ce que je fais comprendre dans l’article, passage qui avait échappé à Fergus ! 

          • Fergus Fergus 29 août 09:17

            Bonjour, Verdi

            « Ce patrimoine leur permet notamment de soutenir leurs enfants et petits-enfants, eux-mêmes malmenés par la politique macronienne. »

            Sincèrement désolé, cette phrase - sans doute lue trop rapidement - m’avait échappé. Cela montre que nous avons sur ce point la même vision du problème.


          • Aristide Aristide 29 août 14:20

            @Fergus


            Une question ? Comment comparer impôt, prélèvement ou non augmentation et le soutien familial ? Le second n’exempte en rien des obligations de solidarité envers les plus démunis par l’impot ; L’impôt ou ses équivalents ne peuvent être contestés au seul prétexte que chacun organise SA solidarité.

            Je suis toujours surpris de cette propension à faire passer le soutien familial, qui est d’ailleurs une obligation légale, pour de la solidarité. 

          • Fergus Fergus 29 août 19:37

            Bonjour, Aristide

            Il ne s’agit pas de comparer, mais de prendre conscience que tout ce qui contribue à la santé financière des assujettis et de leurs descendants est bon pour la consommation, et donc pour les commerçants et les artisans.

            Quant à l’« obligation légale », elle n’intervient qu’en cas de grandes difficultés des enfants. Le « soutien familial » évoqué ici est beaucoup plus large.


          • Aristide Aristide 30 août 10:42

            @Fergus


            Vous répondez sur ce que je n’ai pas contesté : « l’augmentation de la consommation ». J’ai simplement souligné que la solidarité par l’impôt est d’une tout autre nature que celle que vous mettez en avant qui est tout simplement un rapport familial.

            Quant à l’« obligation légale », elle n’intervient qu’en cas de grandes difficultés des enfants.

            Bien sur que non !!! Première précision, sont concernés enfants et ascendants. De plus la loi dit exactement « Les époux contractent ensemble, par le fait seul du mariage, l’obligation de nourrir, entretenir et élever leurs enfants. ». Comprenez donc que l’on est loin de grandes difficultés, par exemple le soutien pour suivre des études, se déplacer, ... La même obligation est pour le soutien envers les parents et ascendants, malgré que la loi ne parle que d’aliments, la jurisprudence a étendu l’obligation à bien d’autres sujets tels que la santé, le logement, ...

            Fergus, vous ne faites que mettre en oeuvre une obligation qui vous est faite par le code civil, ce soutien familial vous est imposé. Bien sur si votre générosité familiale passe par les paiement de loisirs, et autres biens ou services culturels, alors là vous faites du rab. Sinon, vous n’avez pas le choix de payer l’appart de votre enfant étudiant, ses bouquins, son inscription, ses courses au Lidl, ... 



          • ASTERIX 31 août 09:34
            @bébert

            PIRE QUE SARKOZY LE FOU ……….JUPITER

            ET SON EQUIPE EN CONLITS D INTERET  
            Ses « macronettes »

            et SES MINISTRES EN CONFLITS D INTERETS BUZIN «  labos pharmas avec son mari »
            PARLY sncf  PENICAULT (danone ) NYSSEN (actes sud) ET ECT...………

            ELLES ENSEMBLE FERONT T ELLES MIEUX QUE FILLON PLUS DE 1 MILLION D EUROS DETOURNES SON CHATEAU ET SA BOURGEOISE ANGLAISE

            comme disent les anciens(PAS UN POUR RATTRAPPER L AUTRE)

            BANQUIERS ELUS LOBBYISTES VOIR LES CHASSEURS LES CONS LES FILS DE FAMILLE
            on croirat qu a SCIENCES PO OU L ENA OU PLYTECNIQUES LEURS FORMATION EST BASEE PRINCIPALEMENT  NIQUER MARIANNE ET LES CITOYENS FRANCAIS

            NOUS AVONS DONC DES ELUS D affaires et non de la france

          • ASTERIX 25 septembre 09:51
            @aimable

            beaucoup de petits ou moyens retraités sont obligés DE FAIRE DE PETITS CREDITS POUR NOURRIR LEURS PETITS ENFANTS PENDANT LES VACANCES ET UN AUTRE PETIT PRET POUR LES GATER A NOEL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

            les 3/4 DES DEPUTES DE MARCHE ARRIERE NE CONNAISSENT PAS CE QUI SE PASSE EN BAS     LES ELUS LOBBYISTES EUX N ONT PAS BESOIN DE PRETS !!!!!!!!!!!!!!

          • zygzornifle zygzornifle 28 août 14:56

            Le jour ou les retraités brûleront des bagnoles et saccageront les centres villes le gouvernement baillera et ouvrira une paupière histoire de voir en reportage sur BFMTV ce qu’il se passe .....


            • Dom66 Dom66 28 août 16:42
              @zygzornifle

              « Le jour ou les retraités brûleront des bagnoles »

              Je ne sais pas mais un jour cela « risque » d’arriver (pour moi ce n’est pas un risque mais un espoir que les retraités enfin bougent) et j’en serais, même si ma retraite est bonne, mais cette bande de salopards qui touchent aux petites retraites me dégouttent.


            • Le421 Le421 29 août 08:59

              @Dom66

              Il va falloir, en tant qu’ancien militaire, que je me rappelle les cours sur la fabrication d’explosifs artisanaux.
              Ensuite, première étape.
              S’attaquer aux communications.
              Télécommunications, routes, voies d’eau (encore que ces dernières...) et rail.
              Puis, on laisse décanter.
              Comment déstabiliser un occupant dans un pays.
              Et nous sommes quasiment en période d’occupation...

            • Le421 Le421 29 août 09:00

              @Le421

              Avant, on appelait ces gens des maquisards, maintenant, ce sont des terroristes !!
              Faire gaffe.
              Même s’enfuir en scooter est puni de la peine de mort...

            • zygzornifle zygzornifle 28 août 14:59

              Depuis le ratissage de ma GSG plus de moto ni de bagnole , économie de 2 assurances essence CT et prunes , je ne vais plus en centre ville je commande a 90% sur internet et je fais meme mon pain moi meme ..... 


              • Le421 Le421 29 août 09:02

                @zygzornifle

                Ce qui donne une baisse de l’économie globale...
                Totalement prévisible.
                Les petits ruisseaux font les grandes rivières.
                Le dernier des cons le sait.
                Macron a vu le risque et n’est là que pour racler les fonds de tiroir.
                C’est plus Jupiter, c’est Attila.
                Personne n’aura le courage de prendre la suite...

              • leypanou 28 août 15:38
                Résultat, les pensions ne seront revalorisées que de 0,3 % au lieu de 1,7 %, en 2019  : c’est peut-être en attendant de faire baisser les pensions comme en Grèce.

                Car, après des années de gel, comme si ce n’était pas assez, un 0,3%, tout en ayant permis l’augmentation du pouvoir d’achat de ceux qui travaillent.

                Les petits retraités savent maintenant que le régime macronien n’est pas leur ami. Il me semblait pourtant que Bruno Le Maire disait autre chose concernant les pensions avant.

                • Le421 Le421 29 août 09:04

                  @leypanou

                  Heu, leypanou, j’veux pas dire, mais croire ce que dit Bruno Le Maire, ça dénote une imbécilité qui n’est pas votre caractéristique principale... Non ??  smiley


                • yack2 28 août 17:10
                  J’ai beaucoup de mal à plaindre les retraités,beaucoup. Quand on vote à 80% pour Macron,Fillon ou Lepen n’est-il pas indécent de ce plaindre de ce qu’il arrive. ?
                  Etre retraité implique-t-il une atrophie du cerveau ? ils l’ont trouvé beau,jeune,dynamique leur Macron...et bien ils l’ont !!....et nous aussi et j’ai bien du mal à leur pardonner.

                  • Le421 Le421 29 août 09:05

                    @yack2

                    Quand on vote à 80% pour Macron

                    Je fais partie des 20%...  smiley


                  • scylax 28 août 17:13

                    Les retraités ne verront pas du tout leur pouvoir d’achat réduit. Un simple calcul sur la retraite moyenne aujourd’hui : 20000 €.

                    CSG + 1,7% = - 340 €
                    inflation non compensée + 1,0% = -200 €
                    Suppression (sur trois ans) de la taxe d’habitation - 660 € en moyenne
                    660 - 540 = 120 € DE PLUS

                    • zygzornifle zygzornifle 28 août 17:49

                      Pourquoi vous l’avez élu ? il y en a pleins qui vous ont pourtant prévenus .....


                      • aimable 28 août 19:37

                        @zygzornifle
                        certains sont plus sensibles que d’autres aux chants des sirènes ou ont voulu croire que ...


                      • Croa Croa 28 août 22:30
                        À zygzornifle,
                        On l’a élu pour être printemps.

                      • Le421 Le421 29 août 09:08

                        @zygzornifle

                        Moi par exemple...

                        Avantage de la République, même si t’es pas d’accord, tu cotise !!

                        Bosser au black, y’a plus qu’ça !!
                        Quand on peux.

                      • Clouz0 Clouz0 28 août 20:39

                        « En juin 2006 ; un sondage CSA indiquait que 76% des Français souhaitaient partir entre 50 et 60 ans, dont une grande part désireux de partir entre 50 et 55 ans. Aujourd’hui, les Français continuent à vouloir partir le plus tôt possible ! Le travail, sous sa forme actuelle, notamment à cause de sa précarité grandissante et son caractère liberticide, par la soumission et le stress imposés au salarié, outre qu’il est de moins en moins bien supporté, devient une « denrée » rare. » 


                        Bin voyons !  smiley

                        Tu parles, la retraite à 50 ans, pourquoi pas 45 - 40 ... 20 ans ?

                        M’en fous, il y a autour de moi plein de gens qui aiment bosser, qui y trouvent du plaisir et de l’intérêt, et qui ne sont certainement pas pressés de s’arrêter, même si ils payent un peu trop pour financer les retraites des autres. 
                        Sauf que, cela ne suffira bientôt plus, même avec la retraite à 65 ans. 
                        Alors à 50 ans, espère ! 

                        On peut faire des sondages à la con.
                        Mais d’en faire un l’argument final de son article, y a que les pseudos journalistes A-gogos-voxiens citoyens pour avoir cette idée.

                        • Verdi Verdi 28 août 21:07

                          @Clouz0
                           

                          Ah ! je vois que là c’est du lourd le Clouz0 ! 

                          Il a manifestement tout compris le monsieur jesaistout avec sa cervelle de poule et ses neurones flasques. 

                          Continue, tu es sur la bonne voie ! 
                           smiley
                          Merci pour le divertissement ! 

                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 28 août 21:35

                          @Verdi Clouzo veut a mon avis dire que les prolos qui en ont vraiment chie ne sont pas a la même enseigne que vous . Et dès qu’une amélioration niveau retraite est accordée pour les professions les plus dures , vous squattez en fonctionnaires plutôt peinards , et faites échouer. Fuck.


                        • Clouz0 Clouz0 28 août 22:04

                          @Aita Pea Pea

                          Pas mal vu !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès