• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > #NuitDebout – La brêche est ouverte

#NuitDebout – La brêche est ouverte

Par Caroline Nouar pour revenudebase.info

Ce qui se passe depuis le 31 mars, chaque nuit place de la République à Paris, n’est pas à prendre à la légère. Léo Scheer, éditeur et sociologue, s’interroge même dans le Point du 4 avril : ce mouvement fera-t-il tomber Hollande dans un mois ? Déboulonner un président… Certes, l’heure est grave. Mais ce qui mérite une réelle attention, c’est qu’une autre statue est en passe, dans la rue, d’être déboulonnée. C

ette statue, bien plus sacralisée encore que le pouvoir même, c’est celle du Travail. Les actifs de la #NuitDebout affirment que ce thème est central. Et ils en parlent d’une façon décomplexée. La brèche est ouverte.

Tripalium (nom masculin) : Instrument de torture visant à punir l’esclave rebelle. Accessoirement racine latine du mot travail. Coïncidence ?

C’est effectivement la dénommée (abusivement) « loi Travail » qui a servi de détonateur. Cette Loi est apparue comme une arme de guerre d’une violence inouïe. Le langage n’a pas changé, relativement doux. On a beau utiliser des mots comme flexiblemodernisation, la violence est là. On se rend compte, soudain, avec cette loi de plus, que notre vie au travail n’est définitivement plus notre vie, mais celle des marchés, de la baisse des coûts, des économies d’échelle. Or notre travail – ou notre chômage – domine une bonne partie de notre vie. Les manifestants à Rennes ont décrit cette fragilité, éprouvée durement par la jeunesse : « Derrière le refus de la précarité ou celui d’être une génération sacrifiée, c’est un refus de continuer à jouer le jeu de l’employabilité et de la disponibilité perpétuelle qui s’exprime maintenant dans chaque manifestation ».

Et si la mobilisation s’étend, c’est, comme l’exprime Frédéric Lordon, que plus personne n’est à l’abri. « (…) Ce capitalisme s’est mis à maltraiter tout le monde, à violenter indistinctement, et juste aux populations qui constituaient sa base sociale, les cadres (…) C’est alors que la grande continuité salariale reprend le dessus et finit par l’emporter sur les autres discontinuités sociologiques  ».

Ce mouvement bannit l’idée même de revendication. Il est déjà au-delà, sur le terrain culturel des mutations. Il n’est plus question de la Loi El Khomri, dont « on se fout maintenant », dixit Lordon ovationné par les étudiants. Il est plus important de remettre radicalement en cause le travail salarié tel qu’il est vécu aujourd’hui. Les slogans se multiplient : «  Le travail, la vie en version merde ». Des graffitis apparaissent aussi. Il fallait oser.

À franchement parler, le travail ne nous intéresse pas.

Mais combien sommes-nous à penser cela du travail salarié, sans oser l’exprimer ?

C’est justement cette approche décomplexée qui interpelle les partisans d’un revenu de base. Ses adversaires ont beau jeu de manier le traditionnel épouvantail d’une société de fainéantise, où la valeur travail serait sapée. Apparemment, c’est déjà fait. La valeur du salariat est en berne et pas prête de remonter. C’est justement sur ce chantier assaini que les vraies questions peuvent être débattues, celles que pose une nouvelle répartition des revenus dans une société émancipée de l’oppression salariale. Ces questions, faisons-les vivre dès maintenant, avec ceux qui ont le courage de veiller si tard.

Les #NuitsDebouts de la République sont retransmises en direct via l’application Periscope. Le lien est fourni en fin d’après midi sur la page Facebook de #NuitDebout. Voir des reportages sur les #NuitDebouts du 31 au… 36 mars, et plus, ici.

 


Photos : Une et dessin nocturne,  Mouvement de libération graphique et artistique– DR. Graffiti, Tumblr – DR.

 

Article originale sur Pressenza. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 avril 2016 09:22

    Être dans la rue n’apporte la science infuse à personne.

    De l’extrême-droite à l’extrême-gauche, en passant par le centre, aucun des candidats déclarés aux primaires ou à l’élection présidentielle de 2017 n’est capable de présenter un programme politico-socio-économique véritablement innovant, crédible, réaliste et progressiste.
    Il en va de même pour tous nos autres politicards (non candidats).
    Le peuple est-il capable de plus de ressources ?
    Le quinquennat 2017-2022 risque d’être le plus calamiteux des septennats et des quinquennats depuis 1945 ! ! !


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 11 avril 2016 09:27

      Caroline Nouar, RevenuDeBase.info
      Hors du Revenu de Base, point de salut ?

      Quid du Dividende Universel ?

      Au terme de 40 ans de chômage massif, il n’est plus temps de se concentrer sur la lutte contre le chômage mais de prendre en compte la réalité du déficit structurel d’emplois tout en imaginant le mieux pour sortir d’affaire les chômeurs, sans fermer la porte à un éventuel hypothétique retour au plein-emploi.

      Le Projet Socio-Économique ci-dessous bénéficie de
      l’accord intellectuel et du soutien moral de
      Jacques SAPIR,
      Économiste.

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      INTRODUCTION :

      Depuis la fin des Trente Glorieuses, vers 1975, soit depuis 39 ans, nous avons dû nous accommoder du chômage massif.
      Il serait peut-être enfin temps de remettre en question notre paradigme sur le « Plein-Emploi » qui est devenu une sorte d’Arlésienne...
      Sans doute faut-il adopter un nouveau paradigme en la matière qui éradiquerait définitivement le concept même de chômage.

      ¿ Et si la majorité des Français(es) adoptait un paradigme SOCIO-ÉCONOMIQUE réellement innovant et véritablement progressiste ?

      Cependant, au
      Revenu de Base financé par la Fiscalité, sans Refondation du Capitalisme
      on peut préférer le
      Dividende Universel financé par l’Épargne, avec Refondation du Capitalisme

      ​​Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      Lire le lien, SVP :

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel ​financées ​par l’Épargne.
      http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/40/47/56/Refondation_du_Capitalisme_et_Dividende_Uni versel_Sincerite.pdf

      Refondation du Capitalisme & Instauration d’un Dividende Universel financées ​par l’Épargne.

      RÉSUMÉ :

      Le Parti Capitaliste Français ( PCF ) propose une synthèse socio-économique permettant d’instaurer une authentique compatibilité entre compétitivité et cohésion sociale ; entre compétitivité et solidarité.

      Ce projet de « Refondation du Capitalisme et de création d’un Dividende Universel » se compose d’un Objectif Principal et de deux Objectifs Spécifiques qui découlent de l’objectif principal.

      Objectif Principal :
      Acquisition Citoyenne & Collective du Pouvoir Économique
      Par un effort préalable d’épargne soutenu, les « démunis » (par opposition aux « nantis ») acquerront collectivement des actions du capital des entreprises du secteur marchand, banques incluses.
      Cette participation au capital pourra être minoritaire (minorité de blocage) ou majoritaire.

      Objectifs Spécifiques :
      I)
      Transformer le « capitalisme ordinaire » en un véritable Capitalisme Écologique, Anthropocentrique, Philanthropique et Équitable.
      Les représentants des « démunis », démocratiquement élus, géreront ce patrimoine financier de manière à infléchir Recherche, Développement, Production & Commercialisation des entreprises contrôlées : Refondation du Capitalisme.
      II)
      Faire bénéficier chaque citoyen, même mineur, d’un Dividende Universel évolutif qui, de facto, éradiquera définitivement le concept même de chômage ainsi que celui de la « lutte des classes ».
      II.1)
      À terme, les profits des entreprises sous contrôle des « démunis » seront partiellement distribués à l’ensemble des « démunis » sous forme de Dividende Universel.
      II.2)
      a) Ceux qui le souhaiteraient pourraient s’arrêter de travailler et se satisfaire du Dividende Universel.
      b) Ceux qui souhaiteraient gagner plus que le seul Dividende Universel pourraient travailler dans l’économie marchande et, éventuellement, y gagner des rémunérations faramineuses sans plus jamais être accusés d’exploiter qui que ce soit.
      II.3)
      Si plus personne ne souhaitait travailler dans l’économie marchande, celle-ci s’effondrerait totalement et, avec elle, le patrimoine accumulé des « démunis » deviendrait stérile et interdirait le bénéfice du Dividende Universel (Auto-régulation automatique : Activité économique / Dividende Universel).

      ​On n’ose imaginer que l’Humanité serait si stupide pour se lancer dans cette dernière voie suicidaire ! ! !​

      = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

      L’addendum ci-dessous apporte la preuve, a contrario, de la pertinence du projet ci-dessus.

      ​Addendum :
      À partir de 1989, la Russie aurait pu mettre en œuvre le projet ci-dessus en s’évitant la phase d’épargne incluse dans cette proposition puisque tout le « capital social » des entreprises était depuis longtemps la possession de l’État et, donc, du peuple russe.

      Lire le lien, SVP :
      Pauvre peuple russe : Spolié en 1917 et en 1991 !
      http://www.sincerites.org/2014/08/pauvre-peuple-russe-spolie-en-1917-et-en-1991.html

       = = = = = = = =
      ​Post-scriptum :
      ​Fondation Capitaliste Virtuelle : Bilan 2001 - 2014

      http://www.sincerites.org/2015/02/fondation-capitaliste-virtuelle-bilan-2001-2014.html

      = = = = = = = =
      La chance de Cuba : son Économie d’État !
      http://www.sincerites.org/2015/05/la-chance-de-cuba-son-economie-d-etat.html


    • vip (---.---.108.13) 11 avril 2016 09:34

      @Jean-Pierre Llabrés

      Pourquoi ne pas interdire « nuit debout » pendant que vous y etes ?


    • Croa Croa 11 avril 2016 16:06

      À Jean-Pierre Llabrés,
      *
      OUI, bien sûr !
      Tant que des ’’Élites’’ prétendront et continueront à décider à la place du peuple ce qui était déjà calamiteux le sera plus encore...
      Ensembles engagés en un fond insondable, tant que le peuple ne réagira pas : Pauvre France !


    • tf1Groupie 11 avril 2016 09:32

      Autant ce mouvement populaire me semble intéressant, autant le réduire au constat « on n’aime pas le travail » me semble une erreur.

      Et l’étymologie comme excuse c’est un peu faiblard.


      • l'Ane Artiste l’Ane Artiste 11 avril 2016 15:27

        @tf1Groupie
        Et l’étymologie comme excuse c’est un peu faiblard.
        Bien au contraire c’est la perte du sens qui fait que nous en sommes là. Qu’est ce que le « socialisme » aujourd’hui ? Est-ce ce que ce gouvernement est encore socialiste ? Le mouvement « Nuit debout » n’est-il pas (au grand désarroi de ceux qui s’en prévalent) en train de redonner du sens à ce mot ?
        On entends beaucoup de conneries à propos de ce mouvement, notamment à droite. Bruno Le Maire estime que c’est la « dictature d’une minorité », Hervé Mariton pense que « ce mouvement est très démago dans sa vision révolutionnaire » et d’après lui encore « la révolution est une manière de fuir la réalité et la vérité ».
        On croit (g)rêver smiley

         


      • vip (---.---.108.13) 11 avril 2016 09:51

        Sl le travail est un droit et que manifestement tous n’y auront pas acces, il faut evidemment tout remettre a plat.

        si le travail des salaries ne permet qu’ a une minorite de s’ enrichir d’une maniere indecente, reduisant les masses a la quasi misere, il faut la aussi revoir le modele de societe qui s’ appuie sur le travail pour generer des sources de revenus pour l’ensemble d’entre nous, des ses regles iniques non inscrites dans le marbre.


        • Ariart (---.---.215.57) 11 avril 2016 10:01

          @vip
          Peut-on vraiment parler de « droit » en ce qui concerne le travail ? 

          Il tient plus du terme « devoir » ou même « survie » que du droit à proprement parler. 

          Cela dit, mis à part ce très léger point de nuance, j’adhère en tous points à vos propos. Il est temps de changer de point de vue et de désacraliser notre vision du travail. 

        • Vipère Vipère 11 avril 2016 19:32

          @Ariart

          Article 23
           

          1. Toute personne a droit au travail, au libre choix de son travail, à des conditions équitables et satisfaisantes de travail et à la protection contre le chômage. 
          2. Tous ont droit, sans aucune discrimination, à un salaire égal pour un travail égal. 
          3. Quiconque travaille a droit à une rémunération équitable et satisfaisante lui assurant ainsi qu’à sa famille une existence conforme à la dignité humaine et complétée, s’il y a lieu, par tous autres moyens de protection sociale. 
          4. Toute personne a le droit de fonder avec d’autres des syndicats et de s’affilier à des syndicats pour la défense de ses intérêts.









        • Vipère Vipère 11 avril 2016 19:40

          @Ariart

          Le travail ?

          Le travail est bien un droit, issu de la déclaration universelle des droits de l’homme, article 23.

          Pourquoi croyez vous que l’on attribue des allocations chômage, un RSA pour ceux qui n’ont plus de travail ? parce que c’est un droit et que nul ne peut demeurer sans ressources.

          cordialement smiley
          vip
           

        • aliante 17 avril 2016 11:35

          @Vipère

          il y a un problème dans ce monde quelques poignées d’individus très riches possèdent plus que des milliards d’individus réunis ,la planète a la capacité de nourrir 10 milliards d’individus avec des méthodes d’agriculture tout à fait biologique ,si les gens realisent que leur vie est un non sens je pense qu’enfin ils se sont reveillés pour vivre il faut juste avoir à boire et à manger et ces besoins naturels ne sont meme pas garantis ,

           


        • Vipère Vipère 17 avril 2016 11:49

          @aliante

          ns vivons dans un systeme ou nous sommes prisonniers d’un tas de besoins crees par des industriels constitues pour certains en lobbies tres puissants. Ceux la meme qui font la pluie et le beau temps dans nos vie de consommateurs. car comment vivre une vie frugale dans un systeme qui pousse a consommer frenetiquement ?


        • JL JL 11 avril 2016 10:52

          C’est surtout le lieu et le moment rêvé pour les activistes extrémistes pour saboter les projets de réforme de la constitution prônés par Jean-Luc Mélenchon.

          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 12:02

            @JL
            La Constitution qui s’applique en France, comme dans toute l’ Union européenne, c’est le TFUE, le Traité de Fonctionnement de l’ UE, dont voici les articles les plus toxiques, qui empêchent n’importe quel gouvernement, fut il celui de Mélenchon, de faire une politique dans l’intérêt des Français.


            Si Mélenchon veut faire autre chose, il faut qu’il se décide à sortir de l’ UE, ce qui n’est pas son intention du tout, puisqu’il est pour un Plan B pour l’ Europe.

            Lors des élections européennes, Hollande avait promis « de changer l’ Europe ». Mais Merkel n’est pas d’accord pour une réorientation de l’ Europe, et comme un seul pays peut s’opposer à tout changement dans les Traités (article 48 du TFUE)..., vous pouvez toujours attendre les changements européens. .

          • germon germon 12 avril 2016 09:25

            @Fifi Brind_acier

            le TFUE, le Traité de Fonctionnement de l’ UE

            J’en ai vraiment marre d’entendre qu’un traité ne peu pas être « ABROGÉ », « DÉNONCÉ », « REMPLACÉ ».

            On met bien le papier hygiénique dans le wc et on tire bien la chasse, non ?

            Si un seul pays à le courage de dénoncer ce TFUE de m...., que vont faire les autres ? la guerre ?


          • Vipère Vipère 17 avril 2016 11:54

            @JL

            Il a fait quelque chose de concret melenchonpp pour que l’on continue a parler de lui ? Rassurez moi vous n’etes pas vous aussi une groupie uncondituonnelle de ce politique professionnel ?


          • Vipère Vipère 17 avril 2016 11:56

            @JL

            Il a fait quelque chose de concret melenchonpp pour que l’on continue a parler de lui ? Rassurez moi vous n’etes pas vous aussi une groupie uncondituonnelle de ce politique professionnel ?


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2016 20:29

            @germon
            Changer les Traités nécessite l’accord unanime des 28 pays sur le même texte, à la virgule près. Cela suppose que les 28 pays soient tous de la « même couleur politique ».


            La probabilité d’avoir « 28 pays Mélenchon » ou « 28 pays Le Pen », en même temps, c’est 1 jour tous les 735 000 ans. Mais je suppose que vous n’êtes pas pressé ?

            Les Traités européens relèvent du Droit International.
            Si vous restez dans l’ UE en violant les Traités, vous serez condamné par la Cour de Justice européenne et / ou par le Tribunal Pénal International, à payer de lourdes sanctions financières.
            Exemple , la France a désobéi, elle a refusé de transcrire une loi sur les OGM :
            10 millions d’euros de pénalités.

            Autre exemple, "La Commission européenne a annoncé jeudi dernier qu’elle allait poursuivre, devant la Cour européenne de justice, six pays européens qui n’ont pas encore transposé dans leur droit national la « Directive sur le redressement des banques et la résolution de leurs défaillances »
            .
            Vous vous croyez en démocratie , sans doute ??

          • Nicolas_M bibou1324 11 avril 2016 10:59

            Vous allez me taxer de pessimiste, mais je n’y crois pas.


            Vous pensez réellement que ceux qui ont le pouvoir, grâce à leurs amis les puissants, vont le lâcher parce que quelques milliers d’étudiant écoutent de la musique dans la rue ?

            Repenser le travail, donner plus de pouvoir à la rue, c’est simplement inacceptable pour nos dirigeants.

            Je suis d’accord sur le fait qu’il faudrait complètement repenser le monde du travail. Qu’il faudrait radicalement modifier notre modèle social. Sauf que cela va à l’encontre de ceux qui ont le pouvoir.

            Les français utopistes n’ont pas la moindre chance face à l’inertie de la masse, plantée devant plus Belle la Vie, et qui a peur du moindre changement.

            Combien de personnes suivent NuitDebout ? 75 000 sur Périscope ? Allez, on va être gentil, environ 0,1% de la population française. Youpi ! Autant dire que ce mouvement n’a aucune existence.

            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 11:50

              Tant qu’ils ne remettent pas en question l’ Union européenne, l’euro et l’ OTAN...
              Tant qu’ils ne discutent pas de l’article 50 pour sortir de cette usine à gaz...Ils peuvent bien discuter de tout ce qu’ils veulent... Ils seront soutenus par les médias chiens de garde, comme France Culture et France Inter qui leur même prêté du matériel pour une télé et une radio en ligne...


              Les médias viennent d’hériter de la loi Urvoas qui va leur permettre de censurer tous les Partis hors système, et de se consacrer au PS, au FN et aux Ripoublicains. Comme nos dormeurs debout ne font pas la différence entre les Partis du système et ceux qui sont hors système, ils ont droit aux médias, pensez donc, plutôt deux fois qu’une ! 

              Sous réserve de ne pas aborder les sujets interdits :
              - Parler de l’article 50 pour sortir de l’ UE, de l’euro & de l’ OTAN.
              - Parler de souveraineté nationale, du PRCF et de l’ UPR.
              - Expliquer que ce sont les médias qui font les élections.
              - Rappeler les critiques occidentales sur les élections en Turquie et en Belarus, qui avaient refusé l’égalité des temps de parole à l’opposition..., deux poids, deux mesures.

              • DanielD2 DanielD2 11 avril 2016 12:03

                A mon avis, ils vous répondraient :


                « Ouaiiiiiiiiis, nan mais tu voiiiiis ( tir sur une cigarette bizarre ), on n’est pas contre l’Eurooooope tu vois, mais on pense qu’une autre Europe est possiiiible, tu vois, on veut pas sortir de l’Europe, on est pas des fachos nous, tuuu vois, nan mais no passaran quoiiii, t’as vuuuuu. »

              • Robert GIL Robert GIL 11 avril 2016 12:34

                @Fifi Brind_acier
                Asselineau se proclame anti système et se veut la voix de ceux qui subissent la politique des partis traditionnels, des gouvernements successifs et de Bruxelles. Dans cette énumération de responsables, il en oublie volontairement un : le patronat. Les fermetures d’usines, les suppressions d’emplois, le chômage, les bas salaires, la remise en cause des acquis sociaux ne seraient pas de sa responsabilité. Comme si les décisions du gouvernement, et celles de Bruxelles, n’étaient pas prises en fonction des besoins et des seules exigences du patronat ! Et comme Macron ou Le Pen il se dit ni de droite, ni de gauche ... donc de droite !
                .
                voir :
                ASSELINEAU et l’UPR ou l’imposture anti-européenne


              • Legestr glaz Ar zen 11 avril 2016 12:55

                @Robert GIL

                C’est d’un niveau abyssal tout simplement puisque l’on ne peut pas descendre plus bas ! Du grand n’importe quoi, zéro argument, des attaques ad hominem.

                Je pose la question au porteur de ce commentaire :

                1) Qui, hormis l’UPR, propose de mettre fin à la procédure du congrès ? Que veut dire, pour le peuple français, de mettre fin à la procédure du congrès ? Avez vous une idée Robert GIL ?

                2) Qui, hormis l’UPR, propose d’inscrire dans la constitution l’initiative populaire ? Mesurez vous ce que cela veut dire ?

                Si vous êtes « sec » je peux vous aider. Le programme de l’UPR, que vous n’avez visiblement pas lu, que vous critiquez sans l’avoir lu, quelle objectivité, quel mépris, quelle suffisance, quelle mauvaise foi, propose de retirer son pouvoir à nos représentants, nos élus. La suppression de la procédure du congrès empêchera définitivement des « représentants » du peuple de déjuger celui ci. Le bel exemple du TCE suivi du traité de Lisbonne. Par ailleurs, je vous invite à lire attentivement l’article 63 du TFUE. Vous comprendrez pourquoi cet article est à l’origine de toutes les délocalisations.

                Visiblement vous n’avez rien compris, votre commentaire est d’une parfaite ineptie.

                Oui, l’UPR est « le » parti le plus anti-système qui soit. La suppression de la procédure du congrès conjuguée à l’instauration de l’initiative populaire donne le pouvoir au peuple souverain en le retirant à l’oligarchie. Si vous n’êtes pas en mesure de comprendre une chose aussi simple, Robert GIL, il faut passer à autre chose. Il y a des émissions qui vous plairaient sur D8.


              • jaja jaja 11 avril 2016 13:09

                @Ar zen « 1) Qui, hormis l’UPR, propose de mettre fin à la procédure du congrès ? Que veut dire, pour le peuple français, de mettre fin à la procédure du congrès ? Avez vous une idée Robert GIL ? »

                Sans entrer dans votre polémique, moi j’ai une idée... sachez que le Npa, outre la suppression de la fonction présidentielle est pour la suppression du Sénat, ce qui fait que le Congrès n’existe plus... Par ailleurs le Npa est pour que la politique ne soit plus un métier et que les élus encore nécessaires ne soient pas rémunérés plus que le salaire moyen des Français et ne fassent pas plus de deux mandats au cours de leur vie avant de retourner au boulot...

                Par ailleurs pour le Npa la démocratie directe ne s’arrête pas à la porte des entreprises, n’est pas limitée à la vie de la Cité, mais se sont les salariés qui doivent décider de tout après avoir expropriés les patrons !


              • Legestr glaz Ar zen 11 avril 2016 13:57

                @jaja

                Entre nous Jaja, fin de la fonction présidentielle, suppression du Sénat, dans le cadre des traités européens, c’est un bel oxymore. Si le NPA vent prendre les gens pour des imbéciles, qu’il continue comme ça. Le PRCF, oui, souhaite sortir de l’UE, de l’Otan (et donc de l’euro). Avez vous lu une ligne sur ceci dans le programme du NPA ? Mais je me trompe peut être.


              • taketheeffinbus 11 avril 2016 13:59

                @jaja

                Le NPA, c’est pas ce mouvement de militants qui n’hésite pas à être violent dès que quelqu’un n’est pas d’accord avec leurs idées, et vient en exposer d’autres ?
                On les a vu plusieurs fois, les proches de besancenot, violenter des gens d’autres courant de pensée, ou médias alternatifs hors mainstream, tenter d’interviewer tout ce petit monde sur des questions sensibles, ou participer aux débats...


              • jaja jaja 11 avril 2016 14:06

                @Ar zen

                Qui prend les gens pour des imbéciles ici ? Qui nous donne comme ennemi unique l’UE qui n’est que la courroie de transmission de l’oligarchie capitaliste européenne... Qui cache ces magnats qui ont le pouvoir et qu’il s’agit d’exproprier ? Qui cache que destituer l’oligarchie ne se fait pas en asseyant ses grosses fesses de leader dans un fauteuil en or et sous les dorures des Palais de l’oligarchie pour discuter de l’article 50 entre deux rôts discrets...

                Une seule solution : la révolution, la force pour éradiquer cette UE et ses Traités iniques ainsi que les lois nationales au service de la propriété privée des moyens de production... L’UPR dirigée par un énarque de droite n’est qu’un leurre qui ne nous montre qu’une parcelle de ce qui constitue le pourvoir de l’oligarchie capitaliste en cachant bien qu’elle est au service du patronat et de l’impérialisme français comme toute l’extrême droite nationaliste......


              • jaja jaja 11 avril 2016 14:25

                @j « On les a vu plusieurs fois, les proches de besancenot, violenter des gens d’autres courant de pensée, ou médias alternatifs hors mainstream, tenter d’interviewer tout ce petit monde sur des questions sensibles, ou participer aux débats... »

                Exemple de média alternatif (qui ne soit pas un repaire de fachos) viré par le NPA qui, rappelons le, a des relations correctes avec toutes les orgas participant au mouvement actuel contre la loi-travail...

                Je sens que je vais rire à l’énoncé de vos « médias alternatifs » « violentés » par le Npa smiley


              • Croa Croa 11 avril 2016 16:11

                À Ar zen
                Détrompes-toi,
                Il est toujours possible de descendre encore plus bas.


              • Legestr glaz Ar zen 11 avril 2016 16:55

                @jaja

                Voyez vous Jaja, vous êtes pour « la révolution ». C’est votre droit le plus absolu. Mais est-ce le cas de la majorité des Françaises et des Français ? Vous êtes vous posé la question ? Parce que rallier à votre cause la majorité des Françaises et des Français, cela va être duraille.

                Vous savez bien qu’en France les opinions sont partagées. Ils y a ceux, comme vous, qui voudraient voir arriver au pouvoir une idéologie communiste. Cela a du sens, j’en conviens. Il y a aussi, environ 6 millions d’électeurs, qui voudraient voir arriver au pouvoir une idéologie d’extrême droite. Pour ceux-ci cela fait sens. Il y a ceux qui voudraient voir arriver au pouvoir une idéologie pur jus écologiste. Cela fait sens pour eux. Il y les Républicains, les « démocrates PS », le centre. Tous ces gens sont partants pour l’installation de leur idéologie au pouvoir. Tous ces gens sont pourtant dispersés.

                Alors Jaja, puisque vous êtes quelqu’un d’intelligent et de percutant, je le vois à vos commentaires, comment se ferait-il qu’une idéologie « très » marquée, à gauche ou à droite, parvienne à recueillir le suffrage d’une majorité de Françaises et de Français. Pas très rationnel tout ça.

                Ce que j’écris, à longueur de post, c’est que je suis pour l’initiative populaire et le référendum facultatif. Dans ces conditions ce n’est pas « une » idéologie qui prend le dessus sur les autres. Elles s’interpénétrent toutes, elles se complètent les unes les autres. Le peuple français se détermine sur tous les sujets.

                Ce que vous refusez d’admettre, en pleine dissonance cognitive, c’est qu’une révolution n’aura jamais lieu, jamais. Ce que vous refusez d’admettre c’est qu’une idéologie marquée ne recueillera jamais le suffrage de la majorité du peuple de France. Partant de ce constat, notre seule possibilité c’est d’inscrire dans la constitution la puissance du peuple. Cela passe à travers la suppression de la procédure du congrès, l’instauration de l’initiative populaire et du référendum facultatif. Après les Françaises et les Françaises feront leur choix. Pas « votre » choix Jaja, pas davantage le « mien » Jaja. C’est la « majorité » qui décidera. Il y aura des débats ouverts et le peuple décidera du chemin qu’il veut suivre. Si vous refusez de donner le pouvoir au peuple à travers sa constitution, vous allez affirmer sans cesse le pouvoir de l’oligarchie. Celle ci veut conserver son pouvoir. Pour cette raison, elle oppose les idéologies les unes aux autres et tire les marrons du feu. Mais votre idéologie vous barre la porte de la réflexion. Vous ne pouvez imaginer une société ou c’est la majorité qui choisit. C’est ça qui est difficile pour vous : que la majorité soit contre votre idéologie (pas tout le temps certes, mais de temps à autre, sur certains sujets). Continuez donc bien à vous démener pour amener « votre » idéologie au pouvoir et observez bien comment l’oligarchie continue de nous mener par le bout de nez. C’est marrant, non ?


              • tf1Groupie 11 avril 2016 17:50

                @Fifi Brind_acier

                Franchement votre obsession maladive anti-UE vous aveugle.

                Il faut faire les choses dans l’ordre : s’occuper d’abord de nos institutions et de la gouvernance de notre pays, et ensuite on peut se poser la question des institutions européennes.

                Par exemple, Podemos est déjà actif et commence à avoir un poids politique sans qu’ils aient eu besoin de trancher sur l’UE.

                Mais peut-être est-ce votre stratégie : semer la confusion pour que les débats et la concertation soient impossibles....


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 19:09

                @Robert GIL
                Vos arguments sont ceux des antifas d’INDYMEDIA , officine financée par Soros, Ford, Rockefeller et divers départements d’ Etats du Gouvernement américains,
                Et contre laquelle l’ UPR a porté plainte en diffamation.


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 22:34

                @tf1Groupie
                Podémos est comme Syriza (soutenu par Mélenchon et Marine Le Pen), ce sont des partis leurres, qui font croire qu’on peut faire du social en restant dans l’ UE.
                Résultat, les Grecs sont ruinés, belle réussite de l’association de la carpe et du lapin !!


              • tf1Groupie 11 avril 2016 23:52

                @Fifi Brind_acier

                ça coûte pas cher de qualifier les partis qui invalident votre discours de « partis leurres ».

                Si Syriza, qui gouverne un pays, est un parti leurre alors l’UPR c’est un quoi ? Un parti « crotte de nez » ?
                La Grèce faisait plus de social avant d’entrer dans l’UE, sérieusement ?

                L’UE n’empeche aucunement de faire du social, regardez par exemple la Finlande, la Suede ou le Danemark ; jamais entendu parler du modèle scandinave ?

                Par contre votre « merveilleux exemple » Islandais n’est pas si convaincant que ça avec un premier ministre corrompu à sa tête ! smiley


              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2016 07:07

                @tf1Groupie
                1 - L’équipe actuellement au pouvoir en Islande n’est pas celle qui a mis les banquiers en prison en 2013.


                2- Les réformes structurelles de l’ UE s’applique en priorité aux pays de la zone euro.

                3 - Le Danemark et la Suède ne sont pas dans la zone euro.
                Les pays hors zone euro ont 4 points de chômage en moins que les pays de la zone euro.

                4- Quant à la Finlande, elle est en train d faire comme en France, geler les salaires, augmenter les cotisations et les temps de travail.

                Il n’y a pas 36 solutions, quand vous ne pouvez pas dévaluer la monnaie, vous êtes contraints de pratiquer « une dévaluation interne », c’est à dire faire baisser le prix du travail et d’envoyer l’ Etat providence aux égouts. C’est même pour en arriver là que l’euro a été inventé.

              • acetrip 18 avril 2016 07:54

                @DanielD2
                avec l’accent neuilly passy des inconnus ? lol


              • DanielD2 DanielD2 11 avril 2016 11:54
                Les gauchistes ... Chaque génération doit avoir son petit Mai 68, c’est un rite de passage.

                Dire des slogans idiots ( « le travail c’est de la merde » oui mais faut bien que quelqu’un fabrique les choses que tu consommes, petit âne ), lancer des pierres sur les CRS forcement SS, casser une vitrine, et voilà quoi ...

                 Heureusement qu’ils sont de moins en moins nombreux ... Ca prouve que la France est sur la voie de la guérison. 


                • taketheeffinbus 11 avril 2016 14:03

                  @DanielD2

                  Le travail soumis, en tant que tel, oui c’est de la merde. Ce que cette génération désire, ce n’est pas la disparition de l’activité, bien au contraire, mais le choix.
                  Le choix de pouvoir dire non à tout ce qui ne semble pas aller dans le sens de l’intérêt général. Le choix d’envoyer se faire foutre tous ceux souhaitant profiter des autres.

                  En ce sens, la nécessité d’un renouvellement démocratique, passe par une démocratie directe/participative, de plus en plus réclamée, et une TOTALE transparence économique, afin de dissoudre tous les maux du capitalisme.


                • DanielD2 DanielD2 11 avril 2016 14:33

                  « Le travail soumis, en tant que tel, oui c’est de la merde. »


                  Ca ferait bien marrer nos ancêtres d’entendre ça, à l’époque ou si tu ne faisais rien pousser en labourant, plantant, arrosant, etc, tu n’avais rien à manger. 

                • colere48 colere48 11 avril 2016 14:35

                  @DanielD2

                  Ouais... c’est pas faux .
                  Par contre les slogans... de moins en moins romantiques !

                  Peut-être plus réaliste ??

                  « Les banquiers nous enc...
                  Le gouvernement nous lubrifie ! »


                • taketheeffinbus 11 avril 2016 17:49

                  @DanielD2

                  C’est bien, répondre à côté de la plaque plutôt que sur l’argumentation dans son ensemble. Éveillez vous, hormis lors des périodes de refroidissement, celui qui cultivait la terre pour se nourrir, pouvait certes être pauvre, mais a toujours eu à manger.
                  Et à l’époque, l’habitude allait contre la productivité, personne n’avais remis le labour en question par exemple.
                  Il semble de toute façon qu’un retour à la terre soit plus que préférable pour tout ceux en fin de droits ou sans emplois, plutôt que croupir comme SDF dans nos grandes villes sans âme, ou chez leurs parents sans espoir d’avenir. Tout ce qui a trait a d’avantage d’autonomie personnelle est préférable à tout autre situation !

                  Cessez donc de dires des sottises et ôtez vos œillères.


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 12 avril 2016 07:44

                  @taketheeffinbus
                  « Tout ce qui a trait a d’avantage d’autonomie personnelle est préférable à tout autre situation ! »

                  Pour les Libéraux, l’autonomie s’oppose à la solidarité nationale et aux régulations . Comme dit Attali : « Débrouilles-vous ! » , plantez des patates, comptez sur la famille et les amis, et plus sur l’ Etat.


                  L’UPR propose la sortie de l’ UE, pour retrouver la souveraineté, remettre en place les régulations antérieures, et sauver le modèle social français.

                • taketheeffinbus 12 avril 2016 12:21

                  @Fifi Brind_acier

                  L’un n’est pas incompatible avec l’autre, retrouver un minimum d’autonomie n’est pas incompatible avec la solidarité ! La solidarité doit être là pour aider les gens à se remettre en selle, et pas nécessairement que par le travail salarié, si des gens souhaitent gagner en autonomie, faire leur jardin, vivre en communauté, devenir locavores, qu’ils le fassent !
                  Le revenu de base pourrait aussi être une bonne solution, pour refaire vivre tout ce qui tiens du développement local !


                • Jean-Luc Hodemon Jean-Luc Hodemon 11 avril 2016 12:04

                  Nuit Debout est utile : c’est un symptôme qui montre que la colère gronde fortement. et que les Français en ont assez qu’on les prenne pour ce qu’ils ne sont pas.....

                  Contre la casse du code du travail, contre la réforme restreignant l’accès à l’élection présidentielle, contre une classe politique complaisante à l’égard des ultras privilégiés, contre le racket des épargnants... Toutes ces opinions s’expriment et le débat est de mise...

                  Pour ce qui est du racket contre les épargnants (tous sont potentiellement concernés et les opinions de droit comme de gauche importent peu ici), ne vous faites pas avoir, lisez mon article et signez la pétition à laquelle il renvoie !
                  http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/hold-up-legal-sur-vos-comptes-179732

                  Et surtout n’ajoutez pas de l’eau au moulin des ultras privilégiés qui ont leur fric bien à l’abri et se réjouissent de voir les « petits bourgeois », classes moyennes et défavorisées s’opposer et se battre pour quelques rares miettes (comme des poissons rouges dans un bassin), en se contentant de leur triste sort : pour eux les paradis fiscaux, pour nous l’enfer fiscal (même pour les « pauvres » qui paient la TVA eux !!!) et maintenant un mécanisme de vol institutionnalisé sur nos économies (même les épargnants modestes courent des risques à cause du bail in et d’un fonds de garantie ultra bancal)...

                  Quant aux moutons qui aiment se faire tondre c’est leur problème (il y a toujours des grands masochistes qui aiment qu’on leur fasse très mal) !!!

                  En attendant, les super riches se réjouissent d’avoir tout un tas d’alliés adeptes de la pensée moutonnière, car pendant ce temps là ont leur fout la paix... L’affaire panama papers n’est que la partie émergée d’un énorme iceberg...


                  • COVADONGA722 COVADONGA722 11 avril 2016 12:10

                     yep , c’est beau la jeunesse , le vieux con qui vous cause , a vus les 68tard venir prêcher la révolution , déclarer sous le pavé la plage , puis ils ont vieillit sont devenus des renaud des cohn bendit des july ,des caciques du ps , a mesure que leur ventre s’arrondissait leur échine se courbait .

                    yep du rêve sur place ! mes chéris pour rêver il faut savoir partir !
                     quitte a se tromper autant que cela soit sous d’autres cieux !

                    • jaja jaja 11 avril 2016 12:21

                      La réalité de ce monde c’est qui décide... qui impose ses lois qu’elles soient nationales, européennes (les fameux traités) ou même internationales....

                      62 personnes possèdent la richesse qu’ont ensemble 3,5 milliards de pauvres. Ce sont ces gens qui dirigent vraiment la société. Ils ne sont pas cachés, ont un nom et une ou plusieurs adresses... C’est à eux qu’il faut s’en prendre pour changer la société.... en les expropriant, sans indemnités ni rachat, et en plaçant leurs entreprises, banques et institutions financières, bâties sur le travail des masses populaires au service de tous...
                       
                      Exproprions les voleurs, virons leurs larbins gouvernementaux, puis partageons le temps de travail et les fruits du travail de façon égalitaire entre toutes et tous...


                      • Jean-Luc Hodemon Jean-Luc Hodemon 11 avril 2016 12:23

                        @jaja
                        Eux ils ne sont pas cachés...Mais leur fric oui !


                      • jaja jaja 11 avril 2016 12:25

                        @Jean-Luc Hodemon

                        Mais pas ce qui fait leur richesse : les entreprises et les banques dont il faut que les travailleurs s’emparent...


                      • Jean-Luc Hodemon Jean-Luc Hodemon 11 avril 2016 12:44

                        @jaja

                        Nos industries ont été délocalisées pour l’essentiel !
                        Ailleurs, la main d’oeuvre est plus malléable et coûte moins cher !

                        Quant aux banques, les capitaux ne sont pas « captifs » et on ne peut pas recréer un nouveau Cuba « grandeur France » !!!


                      • jaja jaja 11 avril 2016 12:56

                        @Jean-Luc Hodemon

                        Si j’avais le pouvoir de le faire je vous prouverais que ce que vous dites est très relatif et qu’il y a de quoi faire ici...
                        Créer un pôle bancaire unique de service à la population et aux travailleurs en s’assurant le monopole du crédit est la première étape après expropriation des banquiers. La deuxième étant de refuser de rembourser la dette aux capitalistes qui la détiennent.... Fermeture définitive de la Bourse...
                        Socialisation de tout ce qui a été privatisé des autoroutes au secteur de l’énergie et des transports... avant de socialiser toutes les grandes et moyennes entreprises privées...

                        Il y a du boulot, rassurez-vous !


                      • Jean-Luc Hodemon Jean-Luc Hodemon 11 avril 2016 13:16

                        @jaja

                        Bien que je ne doute en aucun cas de votre volonté d’aller dans le bon sens, je crois que cela nous conduirait tout droit à la ruine et à l’isolement...

                        Ce n’est pas pour cela qu’il faut accepter n’importe quoi... Nous vivons un tournant à mon sens : le fait que désormais, les Français commence dans leur ensemble à avoir conscience que la classe politique les prends pour ce qu’ils ne sont pas... Et cela, ils n’aiment vraiment pas ! Leurs réactions se manifestent de diverses manières : Nuit Debout en est une, même s’il y a débat sur l’utilité et la pertinence de ce mouvement... Le vote pour les extrêmes en est une autre...

                        Encore une fois, la colère gronde et la classe politique semble pourtant autiste : l’issue de tout cela est donc incertaine et inquiétante...


                      • taketheeffinbus 11 avril 2016 17:56

                        @Jean-Luc Hodemon

                        C’est bien de ne voir le mal que chez les autres, mais sans demande, il n’y aurait pas de délocalisation, que celui qui n’a jamais acheté chinois leur jette la première pierre !
                        Si celui qui achète se souciait un peu plus de la provenance de ce qu’il acquiert plutôt que de son profit personnel, nous n’en serions pas là.
                        La bonne nouvelle, c’est que rien n’est irréversible, n’importe quel consommateur peut ne pas acheter tel ou tel produit s’il ne répond pas à certains critères d’éthique, et les citoyens peuvent dans leur ensemble réclamer LA vérité, imposer une transparence économique totale, des affaires aux salaires, tous domaines confondus.


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 19:20

                        @taketheeffinbus
                        Ce sont les Traités européens qui ont permis les délocalisations en supprimant le contrôle des mouvements de capitaux, qui ont le droit de circuler dans et hors l’ UE, comme il leur convient.
                        Ce qui, avant Maastricht, était fortement régulé.


                        Ce sont aussi les Traités européens qui ont mis chaque salarié en concurrence avec les autres salaires européens et mondiaux.

                        Condamner les consommateurs, qui sont doublement victimes, c’est pas malin :
                        Ils ont perdu leur boulot et ils n’ont plus choix qu’entre des merdouilles à obsolescence programmée.
                        Aucune entreprise française, en concurrence mondiale ne peut survivre face à des salaires à 2,47 dollars par jour comme en Birmanie.
                        Voilà l’exemple d’un parisien qui a voulu vivre 1 an Made in France.

                      • Anthrax 11 avril 2016 12:33

                        C’est sur que 300 personnes bourrées et dansant au son du ukulélé (mal joué) c’est à prendre en considération, ne serait-ce que pour éviter les accidents de la circulation. 


                        • legrind legrind 11 avril 2016 13:10

                          Je colle ce message lu sur le FB de Cathie Monacelli Gamond, que je ne connais pas, qui en dit long sur le niveau de connerie, oui je généralise, du dernier avatar extrême gauche-radicale /« verts », et j’ai du respect pour François Ruffin...


                          Je partage ici le témoignage laissé par Corine Goldberger sur un autre mur. Elle s’est rendue à Nuit Debout :

                          « Comme je viens de l’écrire à un ami, je suis allée voir la belle jeunesse indignée de près, place de la République. Hallucinée par diverses choses : une oratrice très applaudie après avoir dit à propos des casseurs qu’ils venaient bien du mouvement la Nuit debout (en réponse à ceux qui disent vertueusement le contraire devant les caméras de TF1) et que, de la même manière que »faire pousser des poireaux place de la République est un acte politique« , brûler des poubelles est un acte politique, parce que ça vient de »colères légitimes« . 

                          Interloquée aussi par les affiches sur le thème : »l’Europe est en guerre contre un ennemi qu’elle s’invente« , à deux pas des cafés où des dizaines de personnes ont été assassinées par les ennemis »inventés« de l’Europe. Je passe sur l’inévitable voilée avec le t-shirt boycot Israël, seul pays au monde montré du doigt par tous ces indignés, et sur toute la crème des vieux briscards de l’extrême gauche qui reluquent en se léchant les babines ces innocents pas encore vaccinés contre la récupération. Bref, on m’excusera de ne pas partager l’enthousiasme général et de préférer la jeunesse des conférences TedX et des start up. 

                          D’autres choses improbables m’ont été racontées par des amis venus à d’autres moments, qui montrent qu’à trop vouloir faire »converger les luttes« , on en arrive paradoxalement au grand écart. »



                          • jaja jaja 11 avril 2016 13:26

                            @legrind

                            Les « casseurs » ne font que répondre aux provocations policières dont vous avez un exemple ici :

                            https://www.facebook.com/133140486759332/photos/ms.c.eJw9zMkNwEAIA8COIrA5TP _NRZtV _M5j3EqA2ERaMh4 ;wMmZ8bLWD4ULuZBETFgtqFJoLnR9gD16LuwhnoPSC0 ;hG5w -.bps.a.1057239277682777.1073741831.133140486759332/1068228373250534/?type=3&theater

                            Par ailleurs ne vous fiez pas à TF1 car la coordination étudiante a refusé de condamner les jeunes révoltés comme le dit bien Aïssatou Dabo :
                            https://www.youtube.com/watch?v=kZCAHw7OCls


                          • Jimmy 11 avril 2016 13:45

                            pour moi nuit debout est la dernière création de Soros à qui nous devons les femen, les poussy riot et autres gracieusetés, mais surtout les révolutions colorées
                            ces jeunes manipulés, beaucoup mieux traité par le pouvoir en place que les opposants au mariage pour tous par exemple, ont pour rôle d’imposer des idéaux bien-pensants en dépit de l’opposition populaire
                            ils seront chargés, si Marine Le Pen devait être élue présidente, de contester d’une manière ou d’une autre sa légitimité avec leurs occupations comme cela s’est passé en Ukraine


                            • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 avril 2016 13:58

                              @Jimmy
                              c’est une contrepeterie ?
                              « Nous de buis » ???


                            • MIlla (---.---.1.10) 11 avril 2016 14:00

                              2% de la population réfléchit.  3% croit qu’elle réfléchit.  Et 95% préférerait mourir plutôt que de réfléchir. George Bernard Shaw

                              « La politique est le moyen pour des hommes sans principe de diriger des hommes sans mémoire » … Paul VALERY

                              « Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés » Président George H.W. Bush (père) cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre


                              • MIlla (---.---.1.10) 11 avril 2016 14:06

                                Regardez « Marine Le Pen et le lobby sioniste L’AIPAC » sur YouTube https://youtu.be/KzlL45yChYk

                                Regardez « La soumission du FN à la franc maçonnerie ! Quel est le but secret de »de Soral« et Dieudonné ? » sur YouTube https://youtu.be/haSZ3f_obsg

                                @JIMMY

                                TA MARINE LE PEN EST LE BÉBÉ DE CEUX QUI TIENNENT LE GOUVERNEMENT ACTUELLEMENT ET APRÈS.

                                MORDERIRE


                                • MIlla (---.---.1.10) 11 avril 2016 14:12

                                  Regardez « LE ROLE SECRET DU FN, Ingénierie Sociale_Ce que la Dissidence ne Dira JAMAIS ! » sur YouTube https://youtu.be/i_4fY76N_vg

                                  @Jimmy


                                  • Jimmy 11 avril 2016 14:36

                                    @MIlla
                                    comme si j’allais regarder les liens youtube fournis par quelqu’un que je n’ai encore jamais vu sur Ago
                                    à propos de MLP on dit aux enfants : ne dis pas que tu n’aimes pas tant que tu n’as pas goûté


                                  • hervepasgrave hervepasgrave 11 avril 2016 14:29

                                    Bonjour,
                                    Voila un article qui est franchement négatif ou je dirais destructeur. C’est laisser supposer que les gens ne veulent pas travailler « aie » si personnes ne travaillent ,comme ferons nous pour bouffer et vivre ? Je pense que tu lances là un message perfide. De l’autre côté je suis perplexe sur cette poussée du revenu de base. qui pourrais être une bonne chose si l’on y prêtait une grande attention.Mais elle arrive par être presque trop facilement plébiscité par les dirigeants de bons nombres de pays « arnaque sous roche ? »-« moyen de maintenir une relative paix sociale ? » bizarre,bizarre le manière que cela arrive bien vite et comme cela dans notre société. a méditer.

                                    Maintenant ,le principe démocratique prôné ne changera strictement pas le fonctionnement de notre société.Car pour que cela change il faudrait que demain nos jeunes arrive au gouvernement en changeant tout.A commencer par les lieux officiels,être déconnecté de l’internet,de la téléphonie etc... « C’est un gros piège à con » Et puis c’est comme les manifs du week-end cela ne gêne personne,entreprise ,état,pouvoirs,fric.Alors c’est du vent.Et oui ! tant qu’il y aura une population qui n’est pas solidaire et se chie dessus,alors rien de nouveau sera possible .


                                    • Jean-Luc Hodemon Jean-Luc Hodemon 11 avril 2016 14:48

                                      @hervepasgrave

                                      Je crois qu’il ne faut pas prendre les choses au « premier degré »... Il s’agit plutôt à mon sens d’une réaction au « tout travail », à l’idée du travail comme valeur centrale, voire unique, occultant toutes les autres, et surtout à la manière dont on nous présente aujourd’hui la valeur travail...

                                      La réaction s’opère contre le travail soit-disant indispensable le dimanche, le sempiternel « travailler plus » (pour gagner moins ?), les pseudo négociations (vrais chantages) style 39h payées 35h contre licenciements (ce que l’on nous présente comme du modernisme et qui n’est rien d’autre qu’un retour en arrière) ou pourquoi pas bientôt la fin des congés payés !!!

                                      Je crois que la réaction contre la valeur travail, telle qu’’on nous la présente vient de là et que cette manière de concevoir le travail se manifeste effectivement par un rejet... Le travail devrait être autre chose que cela, à commencer par une source d’épanouissement pour tous : cela supposerait que les salariés soient respectés et écoutés et que les grands patrons montrent l’exemple à tout points de vue... On est loin du compte...

                                      Dans l’armée, les chefs ont souvent le respect de leurs hommes, car souvent également, ils sont les premiers à montrer l’EXEMPLE (une valeur qui mériterait d’être réhabilitée elle) !


                                    • hervepasgrave hervepasgrave 11 avril 2016 17:28

                                      @Jean-Luc Hodemon
                                      Bonjour,
                                      Tu as raison,je le comprends comme tu le dis simplement et efficacement.Je viens de relire l’article,il est vrai que ma réaction de jours en jours est plus méfiante ,j’ai certainement parlé trop vite,pasgrave !
                                      Dans le même temps il ne faut pas écœurer les gens du travail, il faut plutôt montrer que c’est des revendications positives dans tous les sens. qualité professionnel/ambiance/rémunération/temps normal pour un travail efficace et pas destructif.


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 19:27

                                      @hervepasgrave
                                      Sur le revenu de base ou revenu universel, c’est sûr qu’il y a du mouron à se faire...
                                      Il s’agit bel est bien de remplacer le modèle social issu du CNR et basé sur la solidarité nationale, par un revenu qui remplacera TOUT : la Sécurité sociale, l’école gratuite, l’ APL, les aides sociales, les allocations familiales, etc
                                      Pas étonnant que cela fasse un tabac chez les libéraux.


                                    • hervepasgrave hervepasgrave 12 avril 2016 14:32

                                      @Fifi Brind_acier
                                      Bonjour ma fifi,
                                      J’aimerai te connaitre ,mais il est peut-être mieux que cela n’arrive jamais ! (internet et ces fantômes)
                                      Je vais te décevoir une fois de plus ,Je ne veux plus entendre parler des choses qui sont actuelles. J’aimerais pour mes enfants des choses nouvelles,même si elle seront peut-être catastrophique et mortel. Il faut du neuf avec des gens neufs. Et cela est déjà difficile a accepter(et oui,j’ai une idée sur l’ensemble des choses,des règles de bases immuables) .Car qu’elle base auront -ils pour
                                      exister ,pour faire du neuf.Oui ! du neuf sans aucune base ,aucune mauvaises références. Alors tu répond ,ou tu est chargés des basses besognes de ton patron. Alors dis lui ou dis toi que c’est une disqualification de ne pas avoir du courage de s’imposer. Et oui ! aujourd’hui il ne faut pas s’aventurer a dire des choses que l’on pourrait nous remettre en pleine g.. demain. Alors bof ! pas de courage, pas d’honneur (si tenté que cela existe). Fais pas chier parle moi d’amour de rêverie,qui sait de sexe,mais fais pas chier !


                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 17 avril 2016 20:38

                                      @hervepasgrave
                                      Des choses nouvelles ?
                                      Il faudrait déjà conserver les acquis !
                                      Sans les 50% de la richesse nationale redistribuée sous forme de services publics, d’hôpitaux, de Sécurité sociale, d’allocations familiales, d’ APL, de retraites par répartition, d’indemnités chômage, etc, je crains fort que la nouveauté ressemble au monde du 19e siècle décrit par Zola.


                                    • legrind legrind 11 avril 2016 14:58

                                      Les « casseurs » ne font que répondre aux provocations policières 

                                      ___
                                      Il faudrait grandir...

                                      @Par ailleurs ne vous fiez pas à TF1 car la coordination étudiante a refusé de condamner les jeunes révoltés comme le dit bien Aïssatou Dabo
                                      ___
                                      Au moins vous faites franchement l’éloge de l’irresponsabilité, c’est bien...

                                      • jaja jaja 11 avril 2016 15:05

                                        @legrind

                                        Occupez vous plutôt des irresponsables que vous soutenez... qui hurlent contre la « finance et le mondialisme » devant leurs gogos-électeurs mais qui placent leur pognon dans les paradis fiscaux de cette même « finance apatride »... smiley


                                      • legrind legrind 12 avril 2016 10:43

                                        @jaja
                                        Etre contre les paradis fiscaux justifie le fait de dégrader, détruire saccager...le bien d’autrui, les biens publics (500 000 € de travaux de réparation prévus pour les lycées saccagés et c’est pas fini) ?


                                      • lloreen 11 avril 2016 16:08

                                        Le nouveau paradigme est déjà en place et tout s’ organise lentement mais sûrement.
                                        En Allemagne, des régions se sont réorganisées en états libres. C ’ est déjà le cas pour le Wurttemberg et la Prusse et ce n’ est qu’ un début.

                                        http://www.bundesstaat-wuerttemberg.org/

                                        http://freistaat-preussen.org/

                                        Depuis 2014, une Cour international de Justice fondée sur le Droit coutumier a été créée à Vienne. https://www.iccjv.org/

                                        Une action en justice auprès de la Cour internationale de Justice de droit coutumier a été déposée à l encontre la République d’ Autriche (corporation gouvernementale forclose depuis le 25.12.2012 au même titre que toutes les autres républiques européennes, dont la république française) pour crimes contre l’ humanité.


                                        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 avril 2016 18:59

                                          La république n’est plus, il n y a donc pas de « Place de la République » ! 


                                          Mais comme le dit le dicton populaire, « le rêve est permis » et je vous le dis, vous n’avez même pas à formuler un préavis ! 

                                          Le vent du changement est passé en Europe, vous avez raté votre chance ! Cependant vous pouvez toujours bouffer sans modération les frittes et les merguez fumants en écoutant le tintamarre de la musique ! 

                                          A chacun son « printemps », pour vous ce sera un « Floréal fané », Contre-Révolution oblige !!!
                                           

                                          • MILLA (---.---.1.10) 11 avril 2016 21:49
                                            NuitDebout : un piège petit-bourgeois tendu à l’opposition à la réforme du travail

                                            Alex Lantier

                                            Après que plus d’un million de travailleurs et de jeunes se sont mobilisés la semaine dernière en France dans des grèves et des manifestations contre la réforme du travail de la ministre du Travail PS Myriam El Khomri, les médias font une forte promotion du mouvement #NuitDebout.

                                            Cela a commencé par quelques centaines de personnes installant des tentes sur la Place de la République à Paris pendant le week-end. Il y avait parmi eux des membres de partis depuis longtemps alliés au PS, comme le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) et le Front de gauche (FG) ; des groupes d’entraide Chrétiens ; et le groupe Droit au logement (DAL) de l’activiste ex-maoïste Jean-Baptiste Eyraud. Outre Eyraud, il y avait parmi les intervenants l’économiste nationaliste Frédéric Lordon, partisan de l’Unité populaire, une scission de Syriza, au pouvoir en Grèce. Des camps ‘#NuitDebout’ ont été mis en place depuis dans d’autres villes, dont Toulouse, Lyon et Nantes. 

                                            Les médias et les organisateurs de ce mouvement déclarent que #NuitDebout prend pour modèle les manifestations des « indignados » de 2011 en Espagne, où des milliers de jeunes Espagnols occupaient la place Puerta del Sol à Madrid et les places publiques de villes à travers l’Espagne. #NuitDebout a organisé une visite Place de la République par Miguel Urban, un membre dirigeant du parti Podemos en Espagne qui est sorti des protestations des Indignados. 

                                            Ces manifestations reflètent la politique de style de vie et des conceptions postmodernes et anti-marxistes populaires dans la classe moyenne aisée, venue à dominer chez les Indignados et dans des mouvements similaires en 2011 : l’Aganaktismeni en Grèce et ‘Occupy Wall Street’ aux États-Unis. Les décisions sont prises par consensus, avec des signes de la main. Les membres de #NuitDebout prennent également le nom Camille, de genre neutre, donné aux filles et aux garçons en France, en parlant à la presse. 

                                            L’expérience des Indignados et l’enthousiasme de sections des médias pro-PS pour ce mouvement sont un avertissement politique pour les travailleurs et les jeunes qui luttent contre la loi El Khomri. Le mouvement #NuitDebout est une impasse et un piège politique. Son but est d’empêcher les jeunes radicalisés par la lutte contre la loi El Khomri de se tourner vers la classe ouvrière et de chercher à la mobiliser dans la lutte contre le PS et le programme d’austérité de l’UE.



                                            A suivre 

                                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 avril 2016 22:41

                                              @MILLA
                                              Quelle classe ouvrière ?
                                              Soit les ouvriers sont à Paul Lemploi, soit ils sont dans les pays à bas salaires.
                                              Plus de 75% des Français travaillent dans le secteur tertiaire.
                                              Si vous voulez savoir où sont partis les emplois ouvriers, vous regardez ces photos.


                                            • MILLA (---.---.1.10) 11 avril 2016 21:58
                                              Au lieu d’un tel tournant, #NuitDebout promeut aveuglément des protestations sociales d’un caractère de classe diffus, qui, en Espagne et en Grèce, non seulement n’ont pas réussi à stopper la marche vers austérité de l’UE, mais ont renforcé les partis bourgeois profondément hostiles à la classe ouvrière. 

                                              Dans la mesure où leurs appels moraux aux cercles dirigeants pour un changement de politique avaient un quelconque contenu oppositionnel, c’était de faire pression pour un changement favorisant les intérêts sociaux des couches de la classe moyenne supérieure faisant partie des 10 pour cent les plus riches de la population et ayant dominé des partis comme Podemos et SYRIZA. Ces partis se sont avérés profondément hostiles à la classe ouvrière. 

                                              Bien que des couches importantes de la jeunesse urbaine espagnole aient participé au mouvement indignados, il n’y avait ni perspective politique, ni lutte pour une conscience socialiste, ni lutte pour mobiliser le soutien des travailleurs. En conséquence, aucun mouvement de grève ou de luttes ouvrières importantes ne se sont développés dans le cadre de ce mouvement. Les forces politiques qui ont dominé — comme la Gauche Anticapitaliste (IA), la filiale espagnole du NPA — ont été en mesure d’user rapidement le mouvement et de l’achever en quelques mois. 

                                              Travaillant avec une cabale de professeurs staliniens et de commentateurs des médias tirés en grande partie de l’Université Complutense de Madrid et dirigés par la ‘vedette’ médiatique Pablo Iglesias, ils ont fini par mettre en place le parti Podemos en 2014. Il s’est avéré être un parti anti-ouvrier et réactionnaire s’appuyant fortement sur le soutien des forces armées et du monde des affaires. Il conduit à présent des négociations pour soutenir un gouvernement de coalition pro-austérité entre le Parti socialiste et le droitier Parti des Citoyens. 

                                              Quant aux manifestations Aganaktismeni sur la place Syntagma à Athènes, elles ont ouvert la voie au résultat record de Syriza aux élections grecques de 2012 qui l’ont établi comme principal parti d’opposition à Nouvelle Démocratie (ND) et l’ont mis sur la voie pour gagner les élections en janvier 2015 et accéder au pouvoir. Cela s’est avéré être une expérience encore plus cuisante avec le rôle réactionnaire de ces partis petits-bourgeois de la pseudo-gauche. 

                                              Une fois au pouvoir, Syriza a trahi sa promesse électorale de mettre fin à l’austérité. Au lieu de cela, il a étendu le Mémorandum d’austérité de l’UE quelques semaines seulement après son arrivée au pouvoir, puis a piétiné un « non » écrasant à un référendum sur l’austérité afin d’imposer un nouveau plan brutal d’austérité. SYRIZA élabore à présent des plans pour couper des milliards d’euros dans les retraites tout en soutenant la déportation massive par l’UE vers la Turquie de réfugiés du Moyen-Orient. 

                                              Alors que les journaux sont pleins de comparaisons de #NuitDebout avec les indignados, personne ne discute l’événement qui a poussé des dizaines de milliers de jeunes Espagnols à commencer à protester à la Puerta del Sol, le 15 mai 2011. Ce fut l’occupation de la place Tahrir au Caire qui a lancé des luttes révolutionnaires de masse de la classe ouvrière et fait tomber le président égyptien haï soutenu par les impérialistes, Hosni Moubarak, en février 2011. 

                                              Les raisons du silence de la presse et des groupes petits-bourgeois comme le NPA et DAL à propos de la place Tahrir ne sont pas difficiles à comprendre. Tout d’abord, le rôle du NPA en Égypte est une exposition flagrante de son rôle contre-révolutionnaire, anti-ouvrier : il a commencé par soutenir le candidat de la droite islamiste, Mohamed Mursi, dans une élection présidentielle et ensuite le mouvement Tamarod (‘Rebelle’) à travers lequel l’armée a préparé un coup d’État qui a renversé Mursi. 

                                              Ils étaient donc complices de l’arrivée au pouvoir de la dictature militaire du général Abdelfattah al-Sisi qui fut instaurée avec l’éviction de Mursi. 

                                              Mais surtout, ils sont silencieux sur les événements d’Égypte à cause de la peur croissante de la classe ouvrière en Europe. Si le NPA et les organisations pseudo de gauche similaires en France seraient désireux de participer à un certain type de regroupement petit-bourgeois réactionnaire pour créer un Syriza ou un Podemos français, ils sont terrifiés à l’idée de l’opposition dans la classe ouvrière dans le pays. 

                                              Il y a un mécontentement explosif parmi les travailleurs à l’égard des politiques d’austérité du PS, de la répression policière et de la guerre, et de l’imposture évidente et de la faillite de ses prétentions à être un parti ‘socialiste’. Le Président PS François Hollande pourrait facilement prendre le même chemin que Moubarak, s’il y avait une organisation avec un soutien important dans la classe ouvrière appelant à une lutte contre lui. 

                                              En conséquence, les médias et les alliés pseudo de gauche du PS comme le NPA cherchent à promouvoir la bannière en lambeaux d’un autre mouvement petit-bourgeois, sans aucune perspective. Ils sont heureux de promouvoir une occupation des places par les jeunes de la classe moyenne, parce qu’ils veulent à tout prix éviter l’occupation des usines par les travailleurs. 

                                              Les forces favorisant le mouvement sont conscientes de l’opposition et de la méfiance parmi les sections plus politiquement conscientes de la jeunesse à un mouvement de protestation vide et aux satellites politiques du PS. Même les partisans enthousiastes de #NuitDebout comme le quotidien Libération sont forcés de reconnaître d’emblée l’incohérence politique des revendications du mouvement, dont aucune ne concerne les intérêts sociaux de base de la classe ouvrière. 

                                              Le journal a écrit : « La nuit debout occupe la République comme les Indignados la Puerta del Sol. Il ‘est possible’, dit Lordon, l’Iglesias surprise de 2016, ‘qu’on soit en train de faire quelque chose’. Évidemment, il est aussi possible que non, que le mouvement tourne au 68 de pacotille, qu’à peine né il succombe sous ses évidents paradoxes (ne manifestons pas, mais prenons rendez-vous sur le bitume, nous ne voulons pas de leader, mais la dynamique du mouvement me pousse sur scène, ne revendiquons rien, mais luttons pour nos droits, etc.). Mais au point où on est, ‘ça’ se tente, non ? » 

                                              La classe ouvrière n’a pas besoin qu’un « 68 de pacotille » ou un autre parti pseudo de gauche réactionnaire comme SYRIZA poursuive l’offensive contre les droits sociaux et démocratiques des travailleurs. La jeunesse cherchant à s’opposer à l’austérité sociale et au PS en France doit rejeter le mouvement #NuitDebout comme une diversion politique et un piège tendu par des manœuvriers cyniques liés au PS. La voie à suivre est un combat pour mobiliser la classe ouvrière sur un programme socialiste dans la lutte contre l’ensemble du marais des défenseurs pseudo de gauche réactionnaires du gouvernement PS


                                              • lloreen 11 avril 2016 22:06

                                                Le CNT dispose d’ un compte twitter.
                                                60000 personnes sont d’ ores et déjà inscrites pour le rassemblement du 10 juin 2016.
                                                https://twitter.com/CNT_Officiel


                                                • lloreen 11 avril 2016 22:14

                                                  Depuis le 18 juin 2015, des citoyens ont crée le conseil national de transition de France.
                                                  Ce conseil national est un outil juridique reconnu par l’ ONU. Tout est déjà en place. Le conseil national de transition a été promulgué et la déclaration a été enregistrée à l’ ONU. Tout a été fait pour instaurer une transition sans chaos non violence.
                                                  Tous les renseignements relatifs à cet outil en place se trouvent sur le site.

                                                  http://www.conseilnational.fr/

                                                  La promulgation :
                                                  http://www.conseilnational.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=36

                                                  La déclaration à l’ ONU :
                                                  http://www.conseilnational.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=69

                                                  Le programme (Extrait :)
                                                  Source :http://www.conseilnational.fr/

                                                  "Les révolutions ont trop souvent été suivies de désordres sociaux, de périodes incertaines et de luttes pour le pouvoir. Il faut que chaque Français sache exactement ce qui suivra après l’éviction des politiciens.

                                                  Ce programme est donc le « Grand Patron » de ce mouvement que tous les acteurs s’engagent à suivre scrupuleusement. Elaboré par tous les citoyens ayant libre accès à ce site, il reflète la volonté nationale.

                                                  Comme son nom l’indique, ce Conseil National de Transition n’est pas un « gouvernement », mais une structure d’attente ayant trois objectifs bien précis :

                                                  1) Eviter toute forme de chaos ou troubles civils après la révolte.

                                                  2) Restaurer rapidement l’économie et la sécurité du pays, ainsi que la vérité de l’information.

                                                  3) Permettre au peuple français de décider lui-même de son mode de gouvernance.

                                                   

                                                  Il exercera donc jusqu’à ce qu’une nouvelle constitution ratifiée par le peuple de France soit proclamée. A ce moment son existence cessera pour faire place au mode de gouvernance qui aura été décidé par l’ensemble des citoyens de ce pays.

                                                   

                                                  Dans ce programme, sont exposés à la suite, la STRUCTURE de ce Conseil, les MESURES pour une restauration rapide, et la CHRONOLOGIE.

                                                   

                                                  LA STRUCTURE

                                                  Il est composé des membres fondateurs, augmentés chaque jour de nouveaux volontaires participant à cette opération.

                                                  Il a été fixé à 315 le nombre maximum de membres, qui seront animés par un « Conseil de sages » d’une dizaine de personnes choisies parmi ces membres exclusivement en fonction de leur compétences.

                                                  L’ensemble de ce Conseil est constitué de simples citoyens sélectionnés pour leurs connaissances (politique, géopolitique, économie, sciences,etc.).

                                                  Peu après la prise de fonction de ce Conseil, 1300 volontaires seront tirées au sort pour compléter ce Conseil National de Transition et constituer le gouvernement provisoire, répartis entre “l’Organe de Gestion”, et le “Conseil Représentatif”. Cet organe de gestion sera constitué de 400 experts reconnus (dont certains dirigeants de mouvements ou partis).

                                                  La supervision, la coordination et la représentation de ces deux entités seront assurées par ce Conseil de sages. La fonction présidentielle sera assurée par ce groupe sans qu’aucun des membres n’en retire le moindre avantage supplémentaire. " 

                                                  Chaque français qui le souhaite peut le rejoindre.


                                                  • lloreen 11 avril 2016 22:16

                                                    pardon : (sans chaos) ni (violence).


                                                    • Pierre 11 avril 2016 23:08

                                                      Les zozos, debout la nuit, dorment la journée pendant laquelle les autres bossent pour les faire bouffer !


                                                      • Le chien qui danse 12 avril 2016 10:32

                                                        @Pierre
                                                        Oula ça vient de loin ça, on en sent la profondeur... il faut des années de reflexion pour avoir un tel degré d’analyse, je vous tire mon chapeau.


                                                      • Pierre 12 avril 2016 12:32

                                                        @Le chien qui danse
                                                        C’est la profondeur de l’histoire : ceux qui se révoltaient en 68 et gueulaient qu’il était interdit d’interdire et fallait jouir sans entraves, sont devenus des PDG et/ou des puritains à la con ! Comme quoi un clebs myope peut aussi danser la java...


                                                      • legrind legrind 12 avril 2016 10:40
                                                        Tiens tiens..

                                                        Selon nos informations, place de la République, la commission sur la laïcité est dirigée par une cadre du PIR.
                                                        Hier une commission sur le racisme a été « racisée ». Les « blancs » y étaient interdits
                                                        ...

                                                        J’aimeAfficher plus de réactions


                                                        • MILLA (---.---.1.10) 13 avril 2016 04:07

                                                          @legrind

                                                          Justement le mouvement se plaint qu’il n’y ait pas trop d’enfants des cités et de pauvres.

                                                          Il y a justement trop de blancs aisés !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès