• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Où va l’argent de nos impôts ?

Où va l’argent de nos impôts ?

Où va l’argent de nos impôts ? C’est la question qui est actuellement soulevée à haute voix par les gilets jaunes, une question qui concerne les travailleurs et la classe moyenne dans leur ensemble.

A l’heure où le gouvernement attend enfin les gilets jaunes, après 3 semaines de refus de changer de cap, il propose en début de semaine un moratoire, une période de 6 mois, avec l’objectif d’affaiblir voire diviser le mouvement des gilets jaunes. Les gilets jaunes ainsi que leurs sympathisants réclament des mesures fortes dans la durée. Déjà les grands médias nous présentent le coût du moratoire qui est estimé autour de 2 milliards d’euros tout en tentant de nous culpabiliser en arguant que cette mesure fait accroître la dette publique ! Quelles manœuvres minables de la part des hommes politiques et des grands médias, ainsi que de la part des représentants de l’oligarchie financière ! L’argent pour faire correctement et surtout équitablement fonctionner notre Etat existe. Il n’est pas du tout nécessaire de « voler » l’argent dans les poches des travailleurs ni de la classe moyenne.
 

Cet article va démontrer où vont nos impôts et où le gouvernement doit, je répète, DOIT chercher l’argent, en supposant que les intérêts de la dette soient légitimes, ce qui n’est pas le cas.
 

En introduction, un effrayant constat, celui que les dotations de l’Etat (services publics) s’effondrent en même temps que les impôts des collectivités locales explosent (voir le graphique).

Les chiffres clés des collectivités locales en milliards d’euros :


Source : https://www.capital.fr/economie-politique/gaspillages-impots-comment-les-elus-locaux-nous-enfument-1292781

Imposition : la France est championne du monde !
https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/Imposition-la-France-est-championne-du-monde
 

La moitié de notre temps est consacrée à servir l’Etat
Les Français se voient prélever 48% de leurs revenus chaque année sous prétexte que l’Etat est plus à même de savoir allouer ces sommes que l’individu lui-même. Notre travail est donc pour moitié absorbé par l’Etat.
https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/Imposition-la-France-est-championne-du-monde


Graphique datent de 2017

Coût d'un ministre en France : 17 millions d'euros par an
Source 1 : https://www.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle-2012/20120130.OBS0177/rene-dosiere-un-ministre-coute-17-millions-d-euros-tout-compris.html

La facture d'un ministre, le budget de l'Elysée, le prix de la Garden Party...
Source 2 : https://www.nouvelobs.com/politique/election-presidentielle-2012/20120131.OBS0186/la-facture-d-un-ministre-le-budget-de-l-elysee-le-prix-de-la-garden-party.html

Des budgets colossaux
260 millions de dollars pour la Maison Blanche. 100 millions d'euros pour l'Élysée. L'ancien vice-président de l'Assemblée nationale René Dosière fut le premier à oser demander des comptes sur le budget de l'Élysée. C'était en 2001. Aujourd'hui, le député de l'Aisne est devenu le spécialiste de l'épluchage du budget élyséen et sort son cinquième livre sur le sujet, “Argent, morale, politique**”. "Quand j'ai commencé à m'intéresser à la question, j'ai découvert qu'il n'y avait aucune comptabilité à l'Élysée, on y dépensait l'argent public de manière privée."
source : http://www.pointdevue.fr/people/chefs-detat-un-train-de-vie-au-sommet_250.html
 

Sous la présidence de François Hollande, la France avait deux fois plus de ministres que l’Allemagne !
source : https://www.contrepoints.org/2013/01/26/112612-la-france-a-deux-fois-plus-de-ministres-que-lallemagne
 

Et voici la « crème de la crème » des dépenses publiques qui sont les intérêts de la dette publique qu’on nous fait injustement payer.

Ces 50 milliards € d’impôts destinés à payer les intérêts de la dette publique qui nous sont prélevés annuellement à travers nos impôts et qui finissent sur les comptes bancaires des riches.

La dette publique est devenue depuis 30 ans l'argument principal de la pensée néolibérale pour justifier le refus d’un bon nombre de projets d’investissement public.
 
La charge d’intérêt de la dette s’élève à 46,1 milliards € en 2017 – mais le montant varie selon les années.
Source : https://www.la-croix.com/Economie/France/Pourquoi-dette-publique-francaise-frole-100-PIB-2018-09-28-1200972278

Les charges de la dette publique se sont élevées à 55.5 Mds d'Euros soit 5.5% du total des recettes en 2011.
http://france-inflation.com/dette_publique_france_1950.php

L’origine de la dette publique
La loi N° 73-7 du 3 janvier 1973 sur la Banque de France est une loi française, qui modifie le statut de la Banque de France et précise notamment les conditions autorisant l'État à emprunter à la Banque de France. Cette loi est également appelée « loi Pompidou-Giscard » ou « loi Pompidou-Giscard-Rothschild », ou « loi de 1973 ». Bref la loi force l’Etat à emprunter l’argent pour les investissements publics à des banques privées qui évidemment demandent des intérêts élevés, en tout cas dans le passé. Avant l’application de la loi du 3 janvier 1973, la Banque de France prêtait l’argent aux collectivités locales à taux 0% ou infiniment bas ! Cette loi va à l’encontre de l’intérêt public, favorisant l’intérêt privé, celui des riches et ultra-riches.

Cette loi a été élaborée à l'initiative conjointe du gouverneur de la Banque de France, Olivier Wormser, et du ministre de l'Économie et des Finances, Valéry Giscard d'Estaing. Ces dernières années, la loi du 3 janvier 1973 est au cœur d’un débat sur l’endettement public et la création monétaire.
Cette loi a été également adoptée / transcrite dans les traités de l’U.E. . Tout d’abord dans l’article 104 et plus tard réécrit à l’article 123 du TFUE, étendant cette escroquerie au profit des banques privées sur l’ensemble des pays de l’UE.

Depuis 1974, aucun budget de l'Etat français n'a été à l'équilibre !

Ces 50 milliards d’euros extorqués des poches des travailleurs et de la classe moyenne par l’Etat français à travers nos impôts iront directement dans les poches des riches !

Emmanuel Todd (Démographe, historien, politologue et essayiste) :
« L'impôt (qui sert à payer les intérêts de la dette publique), cet argent ramassé autoritairement, l'impôt étatique, sert à extraire de l'argent aux contribuables qui ira aux riches, donc l'Etat est complice des riches. »

« La dette publique est un truc formidable pour les riches ! »
Emmanuel Todd

A-t-on payé 1.400 milliards d’intérêts sur la dette depuis 1979 ?

Nous avons refait le calcul avec les comptes nationaux de l’INSEE, 1.350 milliards d’intérêts versés depuis 1979. La dette, elle-même, atteignait 2.147 milliards au début de l’année 2017. Et cette explosion est due en partie, c’est exact, au poids des intérêts. Car chaque année depuis que l’État est en déficit, donc depuis 1975, il emprunte sur les marchés (chez des riches qui prêtent à l’Etat français), pour payer ses dépenses courantes.
http://www.europe1.fr/emissions/le-vrai-faux-de-l-info2/a-t-on-paye-1400-milliards-dinterets-sur-la-dette-depuis-1979-3297800

Écotaxe : la Cour des Comptes épingle un gaspillage de 11 milliards.
Les magistrats ont passé au crible les comptes publics et ont relevé, entre autres, la gabegie qu'a été l'écotaxe.
Source : https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/ecotaxe-la-cour-des-comptes-epingle-un-gaspillage-de-plusieurs-milliards-7787134937

Les doublons de l’Etat en région épinglés par la Cour des Comptes :
Les Sages de la rue Cambon pointent les lacunes du transfert des compétences aux collectivités territoriales dans un rapport rendu lundi 11 décembre sur les “services déconcentrés de l’État”. La Cour des comptes critique les nombreuses structures en doublons et invite l'Etat à clarifier ses missions.
https://www.capital.fr/economie-politique/les-doublons-de-letat-en-region-epingles-par-la-cour-des-comptes-1260424

La Fondation Louis Vuitton épinglée par la Cour des Comptes
https://www.capital.fr/economie-politique/la-fondation-louis-vuitton-epinglee-par-la-cour-des-comptes-1317638

La loi Aillagon, en vigueur depuis 2003, permet pour les entreprises, via le mécénat, d'obtenir des réductions de l'impôt sur les sociétés. Selon la Cour des comptes, la Fondation a bénéficié de "518,1 millions d'euros pour les onze premiers exercices, soit 47,1 millions d'euros par an en moyenne", comme le relaie Le Monde.
https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/11/28/mecenat-la-cour-des-comptes-critique-l-absence-de-controle-de-l-etat_5389770_3234.html

La Cour des Comptes pointe du doigt la fin de gestion du quinquennat Hollande : "le changement de majorité à partir de l'été 2017 n'a pas empêché la hausse de la dépense des différents ministères d'atteindre pour l'année 10,6 milliards d'euros (+4,8%) hors dette et pensions", rapporte le quotidien.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/05/20/97002-20180520FILWWW00034-la-cour-des-comptes-pointe-du-doigt-les-depenses-de-l-etat.php

"Les dépenses fiscales poursuivent leur progression et échappent aux politiques de maîtrise affichées (...), la dette continue à progresser", indique le rapport cité par Le Monde. Et ce, alors même que l'Etat a bénéficié d'un contexte économique dynamique. Enfin, le rapport critique des dispositifs qu'il accuse de contrevenir aux "bons principes de gestion budgétaire", notamment les programmes d'investissement d'avenir, selon le quotidien.

La dette publique de la France au sens de Maastricht a augmenté de 5,2 milliards d'euros au deuxième trimestre 2018 pour s'inscrire à 2299,8 milliards d'euros. Elle reste toujours légèrement en dessous du seuil symbolique des 100%.

La dette publique de la France au sens de Maastricht frôle les 100% du PIB. Après avoir atteint 97,6% au premier trimestre 2018, elle s'élève au deuxième trimestre à 99% du PIB, selon les données publiées par l'Insee. Le montant a été corrigé ce trimestre pour tenir compte de la décision de l'Institut d'intégrer à la dette publique celle de SNCF Réseau, pour 39,4 milliards d'euros.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/09/28/20002-20180928ARTFIG00082-la-dette-publique-de-la-france-atteint-99-du-pib.php

Je ne liste pas ici les éléments du train de vie de M. et Mme Macron … frais de maquillage, coiffeur, etc. Cela a déjà été fait dans divers articles par d’autres contributeurs sur Agoravox.

Il faut aussi dire que le gouvernement actuel est complice de l’optimisation fiscale qui dérive massivement vers la fraude fiscale voire l’évasion fiscale. Comme ces impôts manquent dans la caisse de l’Etat, il se sert dans nos poches.

La fraude fiscale atteint 100 milliards d'euros par an, selon un rapport dévoilé jeudi 13 septembre 2018 par "Marianne"
http://www.europe1.fr/economie/la-fraude-fiscale-atteint-100-milliards-deuros-par-an-selon-un-rapport-3755717
 

Selon cette étude réalisée tous les cinq ans, ce montant est supérieur de 20 milliards à celui relevé dans le dernier rapport en 2013.

Selon les auteurs du rapport, l'explication est à chercher notamment du côté du manque de personnels. "3.100 emplois ont été supprimés dans les services de contrôle fiscal depuis 2010", dénonce Vincent Drezet, avant de rappeler : "Seule une véritable volonté politique en matière de lutte contre la fraude fiscale doit donc inverser cette logique qui affaiblit le contrôle fiscal".

Coût de la lourdeur administrative

J'estime que la lourdeur administrative en France est proche de celle de l’Italie et je pense qu’elle nous coûte certainement quelques dizaines de milliards d'euros par an (je n’ai pas trouvé les chiffres)

Chez notre voisin l’Italie : la bureaucratie coûte 33 milliards d'euros par an !
https://www.lesechos.fr/18/12/2017/lesechos.fr/0301036070128_ca-se-passe-en-italie---la-bureaucratie-coute-33-milliards-d-euros-par-an.htm

Sans oublier que :
La bureaucratie en entreprise tue la productivité
https://www.capital.fr/votre-carriere/la-bureaucratie-en-entreprise-tue-la-productivite-1306233

La complexité et la bureaucratie participent du déclin français
http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2016/04/24/cercle_156387.htm

400 000 normes, 11 000 lois, statuts, précautions… La surenchère administrative étouffe l’économie française. Véritable « impôt formulaire », c’est aussi un état d’esprit, qui entrave l’initiative et la compétitivité.
https://www.challenges.fr/france/cette-bureaucratie-francaise-qui-nous-tue_22339

Notre appartenance à l’UE nous coûte aussi très cher

Le fait de faire partie de l'U.E. ne simplifie pas la lourdeur administrative bien au contraire :
Bruxelles, c'est-à-dire la Commission européenne, fait figure d'épouvantail de cette campagne des élections pour le Parlement européen, affublée d'une image de monstre froid, bureaucratique, indifférent à la souffrance des peuples. Mythe ou réalité ? Les Pères fondateurs de l'Europe moderne, en particulier Jean Monnet et Robert Schuman, dans les années 1950, voulaient bâtir une Europe des peuples, destinée « à leur rapprochement toujours plus grand ». Le rejet populaire des institutions européennes qui s'exprime dans tous les sondages, l'abstention aux élections du Parlement européen et la montée du vote protestataire, marquent un demi-siècle plus tard l'échec de cette belle ambition.
http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/05/22/31001-20140522ARTFIG00397-la-commission-europeenne-un-monstre-froid-et-bureaucratique.php
 

La France est contributeur net de l'U.E. !
Alors quand vous lisez sur les panneaux publicitaires installés sur des chantiers : « Ici c’est l’Europe qui investit », il s’agit en réalité de nos propres impôts !

 

La contribution de la France au budget de l’U.E., hors ressources propres traditionnelles (RPT), devrait s’élever à environ 153,3 milliards d’euros pour l’ensemble de la période 2014-2020 soit 21,9 milliards d’euros en moyenne par an. Elle va donc avoir à supporter une augmentation d’environ 25,9 milliards d’euros par rapport à la précédente programmation pluriannuelle portant sur 2007-2013, soit + 3,7 milliards d’euros en moyenne par an.
https://www.upr.fr/actualite/scandale-cache-financement-par-la-france-des-rabais-europeens-verses-aux-pays-les-plus-riches/

La proposition du nouveau budget de l’U.E. pour la période 2021-2027 est tout simplement ahurissante [1]. La Commission européenne propose d’augmenter le budget de 192 milliards d’euros, le faisant passer de 1 087 milliards d’euros à 1 279 milliards d’euros, soit une hausse de 18% !
https://www.upr.fr/actualite/europe/le-nouveau-budget-de-lue-une-nouvelle-trahison-de-nos-interets-nationaux-et-un-cout-dappartenance-a-lue-qui-ne-cesse-dexploser/
 

Rappelons qu’en 2016 la France a donné 20,5 milliards d’euros à l’UE (19,5 milliards d’euros directement et au minimum 1 milliard d’euros de droits de douanes qui ont été ponctionnés pour faire baisser artificiellement la contribution apparente des États membres), laquelle lui en a restitué 11,3. Cela donne une perte nette de 9,2 milliards d’euros [3]. Pour donner un ordre de grandeur qui parle mieux, c’est 26 millions d’euros par jour donnés en pure perte à l’UE ! 
https://www.upr.fr/actualite/europe/le-nouveau-budget-de-lue-une-nouvelle-trahison-de-nos-interets-nationaux-et-un-cout-dappartenance-a-lue-qui-ne-cesse-dexploser/
 

En se basant sur ces informations, on peut en déduire que pour l’ensemble de la période 2014-2020, la France subira certainement une perte nette d’environ 70 milliards d’euros !

En conclusion, pour répondre à la question : Où va l’argent de nos impôts ?

Cet article fournit les nombreuses preuves qu’une grande partie de l’argent des impôts et taxes est mal géré et que la politique fiscale est faite pour remplir voire sur-remplir la poche des riches voire ultra-riches, les grandes voire les très grandes fortunes. Le fait que ces ultra-riches échappent à la plupart des impôts est lié à la complicité de nos hommes politiques qui ne combattent pas fermement l’évasion fiscale (paradis fiscaux offshore). Ce ne sont pas les hommes politiques qui gouvernent le monde voire la France, c’est le monde de la finance qui gouverne le monde, la France, ayant pris le contrôle sur nos hommes politiques en France, dans l’UE, dans le monde.

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde from Anonymax on Vimeo.

 

Toujours plus de richesse et plus de milliardaires dans le monde
https://www.lemonde.fr/argent/article/2018/10/30/toujours-plus-de-richesse-et-plus-de-milliardaires-dans-le-monde_5376353_1657007.html

Selon une étude publiée le 26 octobre par la banque suisse UBS en partenariat avec le cabinet PwC, la fortune des 2 158 milliardaires de la planète a augmenté de 19 % en 2017, pour atteindre 8 900 milliards de dollars (7 829 milliards d’euros).
 

Au début du mois de mars 2018, on comptait 2 208 milliardaires !
Le nombre de milliardaires mondiaux continue d’enregistrer un nouveau record avec 2.208 personnes réparties dans 72 pays !
https://www.lecourrier.vn/classement-des-milliardaires-mondiaux-2018-quatre-representants-vietnamiens/456659.html

Pour comparaison : En 2004 il y avait 691 milliardaires et le nombre est passé à 2.208 milliardaires sur la planète en 2018. C’est 259 de plus que l’année dernière, selon le trente-deuxième classement annuel établi par Forbes, le grand titre de la presse économique américaine. Ils possèdent, à eux seuls, 7.500 milliards d’euros. C’est, tenez-vous bien, 18% de plus que l’année dernière.
http://www.rtl.fr/actu/international/la-france-compte-40-milliardaires-selon-forbes-7792528008

10 milliardaires français se partagent les grands médias et quotidiens.
https://www.youtube.com/watch?v=41lAe0mgjjU

La classe moyenne pourrait disparaître d’ici 2050, selon des économistes
https://www.businessbourse.com/2017/12/21/la-classe-moyenne-pourrait-disparaitre-dici-2050-selon-des-economistes/

Si vous avez le temps, je vous conseille de regarder la vidéo suivante en entier (un média libre) puis faites la comparaison avec les »informations« qu’on nous présente à la télévision !

 

Ps. :
Un message aux gilets jaunes :” Ne lâchez rien !”

 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.83/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

99 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 6 décembre 13:01

    Les impôts servent les intérêts de la dette, donc à engraisser des porcs incomestibles qui finiront par nous faire crever si on ne s’en débarrasse pas avant...

    Autre question ?


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 décembre 13:09

      Bonjour Clocel,
      .
      « Les impôts servent les intérêts de la dette... »
      .
      entre autres .... il faut lire l’article. smiley


    • rogal 7 décembre 17:36

      @Clocel
      Pour payer les intérêt – ce que l’on appelle la charge de la dette – il suffit... d’emprunter.


    • eau-du-robinet eau-du-robinet 6 décembre 13:05

      Bonjour,

      - « 260.000 millions de dollars pour la Maison Blanche. 100 millions d’euros pour l’Élysée. » : 260 milliards contre 100 millions ? Vous êtes sûr ?« 

      fin de citation de l’espace de modération —

      Merci pour la signalisation d’une erreur par un des modérateur Agoravox ... message posté dans le backend - l’espace de modération

      .

      C’est effectivement »260 millions de dollars pour la Maison Blanche« et pas 260.000 millions ...

      .

      Pour vérification des chiffres voici deux nouveau liens :

      Au total, les budgets de la Maison-Blanche dépassent les 260 millions de dollars.
      https://www.20minutes.fr/economie/571469-20090120-economie-la-maison-blanche-un-budget-digne-d-une-entreprise

      .

      Le budget de l’Elysée va augmenter de 3 % - Les Echos
       »Le président Macron s’est montré extrêmement attentif à l’élaboration du budget de l’Elysée pour 2018 et a assisté personnellement aux deux séances de préparation aux côtés du secrétaire général « , souligne le député d’Eure-et-Loir.
      « Après avoir été gelée pendant quatre ans à 100 millions d’euros, la dotation de la présidence de la République est portée à 103 millions d’euros » en 2018, détaille-t-il, ce qui s’explique selon lui par « la hausse des dépenses de sécurité des personnes et des biens » et « la nécessité de sécuriser davantage les systèmes d’infrastructures informatiques et de télécommunication ».
      https://www.lesechos.fr/07/11/2017/lesechos.fr/030838978922_le-budget-de-l-elysee-va-augmenter-de-3—.htm


      • Sergio Sergio 6 décembre 13:07

        Les impôts provenant de votre robinet, part dans le siphon des Danaïdes, c’est dire l’abîme !


        • Tall Tall 6 décembre 13:30

          Cet article fournit les nombreuses preuves qu’une grande partie de l’argent des impôts et taxes est mal géré et que la politique fiscale est faite pour remplir voire sur-remplir la poche des riches voire ultra-riches, les grandes voire les très grandes fortunes. Le fait que ces ultra-riches échappent à la plupart des impôts est lié à la complicité de nos hommes politiques qui ne combattent pas fermement l’évasion fiscale (paradis fiscaux offshore). Ce ne sont pas les hommes politiques qui gouvernent le monde voire la France, c’est le monde de la finance qui gouverne le monde, la France, ayant pris le contrôle sur nos hommes politiques en France, dans l’UE, dans le monde.

           

          C’est parfaitement ça, et ça ne date pas d’hier... mais les riches sont tellement voraces qu’ils poussent toujours leur avantage à la limite. Et comment sait-on où est la limite sinon en la franchissant un jour ?

          C’est ce qui leur arrive maintenant et ils vont devoir entamer une sérieuse marche arrière .. et vite ...


          • Spartacus Spartacus 6 décembre 13:37

            Ou vont les impôts ?

            5,5 millions de fonctionnaires :
            - 1,1M personnels hospitalier
            - 880K enseignants
            - 150K policiers - 300K armée
            - 80K justice
            - 3 M autres

            Notez le « autres ».....

            ********************

            Évolution démographique en France depuis 1982 :
            - population : +17%
            - nombre de fonctionnaires :+100% 1982 : 56 millions habitants, 2.7 millions fonctionnaires 2017 : 66 millions habitants /5.4 millions fonctionnaires

            ************************

            Les agents publics en poids de population

            20% de la population active en France. 15,5% moyenne OCDE 11% en Allemagne et Suisse 9,5% au Royaume Uni

            *************

            1.132.700 personnels EN
            - 881.400 enseignants
            - 251.300 non enseignants
            22% non enseignants

            A titre de comparaison (pas raison) SNCF 149.500 salariés Groupe Total présent dans plus de 130 pays compte plus de 100.000 sal. dont plus de 30 % en France

            Non enseignants = l’ensemble des personnels de la SNCF +l’ensemble des personnel de Total dans le monde des services actifs et administratifs...


            Vous voulez savoir « ou va le pognon ».....

            Il suffit de comprendre les chiffres.




            • joletaxi 6 décembre 13:57

              @Spartacus

              pourquoi ? oui pourquoi, j’me demande ?

              ici peut-être

              http://www.lalibre.be/actu/international/cela-fait-10-ans-qu-une-figure-des-gilets-jaunes-en-france-gagne-2-600mois-sans-travailler-5c08f0cacd70e3d2f718f65a

              encore une victime du turbo capitalisme,


            • Spartacus Spartacus 6 décembre 14:31

              @joletaxi

              Oui, Même en caricature, on aurait pas oser aller si loin... Extraordinaire ! 

              Effectivement.  smiley  smiley  smiley Comique et triste à la fois.....

              Payé par les taxes 2600€ net à ne rien faire, et se plaint à la TV, et fait le gilet jaune qu’il y a trop de taxes....

              Et en plus fait le fanfaron gilet jaune à coté de gens qui souffrent, qui travaillent dur et on des vrais raisons de se plaindre.

              *************

              Aller encore une réalité : 

              5,5M fonction publique

              2M parapublic

              3.2M chômeurs

              1,3M minimas sociaux

              1M Salariés subventionnés secteur associatif

              1M Subventionnés du secteur agricole

              Total:13,5M soit 

              40% de la population active à charge de l’état.


            • joletaxi 6 décembre 14:35

              @Spartacus

              tttt 40% de la population occupée ...
              active , c’est autre chose


            • aimable 6 décembre 16:52

              @joletaxi
              en plus c’est un mauvais gestionnaire , chez moi on appelle une personne comme lui un panier percé .
              A moins que les 2600euro soient allocations familiales comprises , en vigueur chez les fonctionnaires , ce qui lui ferait ,vu le nombre d’enfants ,effectivement un très petit salaire .


            • ninportequoi 6 décembre 17:54

              @Spartacus
              « Le fonctionnaire voilà l’ennemi » : La formule est de Henry-Auguste d’Halluin, dit Henry Dorgéres. Il est le fondateur des Chemises vertes, faction de l’extrême droite française pendant l’Entre-deux-guerres. Il collabora et fut décoré par Pétain. C’est un bon exemple de ce que Paxton décrivait comme le fascisme paysan.


            • Spartacus Spartacus 6 décembre 19:49

              @ninportequoi

              « ennemis », « chemise verte », « fascisme paysan » pourquoi pas « nazi » ou « goulag »..

              En 2018 le nombre de fonctionnaires est encore une vache sacrée qu’il soit encore nécessaire de diaboliser ?


            • Trelawney Trelawney 7 décembre 07:14

              @Spartacus
              On a embauché plus que nécessaire dans la fonction publique, car un emploi dans cette institution est considéré comme le grall pour n’importe tous les français en age de travailler.
              Pour un politique, la façon de satisfaire son électorat était de créer des postes dans cette fonction publique. Comme toujours ils ont fait cela sans savoir comment le financer.
              Il y a environ 13 millions d’enfants en age d’aller à l’école ca fait donc 12 enfants par membre de l’EN. On voit de suite qu’ils sont en sureffectif. Et lorsque l’on observe la façon de fonctionner de l’EN on voit de suite qu’ils sont mal employés.
              Les sureffectifs de la fonction publique sont une des cause de la ruine du pays, mais pas que.
              Un CICE de 40 milliards d’euro par ans (10% du total des recettes de l’état) est aussi une cause de cette ruine en plus d’être un scandale. Depuis 15 ans nous avons une augmentation exponentiel des dividendes d’entreprises. S’en est arrivé à un point que les entreprises ne peuvent plus investir et donc courre à leur ruine. Et bien l’état a trouvé la solution en faisant financer le recherche et le développement de ses entreprises par le contribuable. Je ne comprend pas qu’il n’y ait pas de plainte pour concurrence déloyale. C’est que la poule aux oeufs d’or profite à tous nos dirigeants.

              Maintenant comparez les deux pays les plus taxés au monde : France et Danemark.
              Cette année 2018 et une année où Paris est en ruine alors que les habitants du Danemark sont les gens les plus heureux du monde. Cherchez l’erreur


            • Spartacus Spartacus 7 décembre 09:31

              @Trelawney
              Au Danemark, il n’y a pas de SMIC. Tout le monde paye des impôts directs. Les fonctionnaires n’ont pas le privilège de l’emploi à vie.
              Les impôts ne servent pas des politiques identitaires et à acheter des clientèles...

              Pour moi la responsabilité c’est 70 ans de politique socialiste et sociale-démocrate de type socialiste, même par des gouvernement de droite.

              Ils ont engendré dans la tête des français ce que tous les socialistes veulent : des prestations somptueuses payées par quelqu’un d’autre.


              Pire ils ne veulent pas s’enrichir, ils veulent que tous les autres soient moins riche. 
              Regardez l’interview de la dame des gilets jaunes :

              JM : « La première chose qu’on demande, c’est que Macron rétablisse l’ISF »
              Journaliste : « Ca ne changera rien à vos problèmes de fin de mois »
              JM :« Non, mais c’est symbolique » ....

              Le CICE c’est la paille dans l’oeuil du voisin. 
              55% des Français ne payent pas d’impots directs. Mais par contre que les autre en payent, ils trouvent cela normal.

              Temps que nous n’auront pas dé-socialisté les mentalités et passé à la responsabilité individuelle nous ne nous en sortirons pas.


            • merthin 7 décembre 09:37

              @Spartacus

              « Temps que nous n’auront pas dé-socialisté les mentalités »

              Un homme nouveau en somme.


            • Trelawney Trelawney 7 décembre 11:07

              @Spartacus
              Au Danemark, il n’y a pas de SMIC. Tout le monde paye des impôts directs. Les fonctionnaires n’ont pas le privilège de l’emploi à vie.
              Les impôts ne servent pas des politiques identitaires et à acheter des clientèles...

              Normalement lorsqu’on décrète une taxe ou un impôt supplémentaire, c’est pour justifier une dépense. En France est depuis des lustres on augmente les impôts pour simplement boucler le budget de l’état sans se justifier des dépenses. Bref on met de l’argent dans un puits sans fond et sans vraiment savoir à quoi il sert. C’est de la politique au jour le jour fait par des personnes (et là c’est la totalité des politiques) complètement incompétentes.

              Au Danemark l’idée générale de ce pays est « l’état protecteur ». C’est ce qui fait le ciment de cette nation et sans cela le Danemark n’existe pas. Au point où lorsqu’il a fallu choisir l’euro, le Danemark a préféré garder sa monnaie pour préserver cette idée générale.
              L’état protecteur c’est :
              Une école gratuite et sans aucune notation et classement. L’enfant « roi » (c’est de ce pays qu’est né cet expression) s’épanouis et fait ce qu’il veut durant sa scolarité et se choisira un métier vers ses 16 ans.
              Des études supérieur entièrement financées par l’état et des étudiant payés par l’état. Ils sont salariés jusqu’à leur diplôme. Donc la sélection ne se fait pas par l’argent, car au Danemark un individu c’est un individu, égalité partout.
              L’écart des tranches d’impositions sont de 12% (entre 51 et 63% du salaire) et représente 53% des recettes de l’état contre 17% pour la France. Autre anomalie (mais que je trouve logique) du fait de la facilité de faire des études, le médecin est souvent imposé à 51% alors que l’éboueur ou le docker est toujours imposé à 63% puisqu’il fait partie des plus haut revenu

              Les fonctionnaires n’ont pas le privilège de l’emploi à vie
              Au Danemark l’emploi à vie est considéré comme une contrainte. le salarié danois est celui qui bouge le plus en Europe et ne reste jamais trés longtemps dans une entreprise. De plus si au court de sa carrière ce dernier veut changer d’orientation pour être par exemple clown dans un cirque, sa formation sera entièrement financée par l’état et son ancien salaire luis sera versé pendant 1 an.

              Avec un taux à 22% sur les bénéfices et 27% sur les dividendes les sociétés danoises sont les plus taxées d’Europe et même du monde.
              De plus les compagnies maritimes danoises sont taxé à hauteur de 52% sur les dépenses d’hydrocarbures (taxe écolo)alors qu’en France c’est 0%. Vous en connaissez beaucoup des sociétés danoises qui délocalisent ? Parce que vu comment est utilisé l’argent des impôts, le patron danois est près à faire l’effort. C’est aussi cela le nationalisme


            • Spartacus Spartacus 7 décembre 11:24

              @merthin
              Enlever une tumeur intellectuelle, ce n’est pas transformer les gens, c’est les libérer.


            • merthin 7 décembre 13:06

              @Spartacus

              Parce que vous savez individuellement ce qui constitue le bien et le mal, ce qui est moral ?! C’est vous le docteur de la morale ? 

              C’est justement le rôle de la société de faire ce choix, cette chose que vous niez ! D’où croyez-vous que les lois sortent si ce n’est d’institution instituées par la société !


            • Spartacus Spartacus 7 décembre 13:45

              @Trelawney
              Vous devez savoir. sur le Danemark. Le gouvernement refuse le socialisme.
               
              Là ou la France a commencé son état providence en 1945, le Danemark lui l’a commencé qu’en 1960.
              Il l’a commencé très riche. Depuis son enrichissement est plus faible. Les structures entrepreneuriales du passé portent encore l’économie aujourd’hui.

              Le Danemark est libéral en économie. Sa politique est libérale.
              L’un des pays du monde les plus axés sur le marché. 

              Il est 3eme au classement « doing business » derrière Hong Kong et Singapour".
              Les contribuables n’ont pas eu à subventionner leurs banques 2008, ils les ont laissé faire faillite. 
              Le marché du travail il n’y a pas de SMIC, on embauche ou licencie comme on veut. Pas d’emplois à vie.
              Tout est privatisatisé on et déréglementé. 
              Il y a pas une faible progressivité de l’impôt. dans l’impôt individuel, personne ne paye plus de 1.2 fois le revenu minimum. 
              https://fee.org/articles/the-denmark-delusion/
              https://fee.org/articles/the-myth-of-scandinavian-socialism/


              Mais ne croyez pas que la surtaxation va durer.
              C’est un pays riche et mieux géré, et les effets pervers commencent à ce voir. 
              Les gamins qui restent jusque des ages avancés à l’école, les résultats économiques plus si élevés qu’avant (selon leurs normes) 
              Il sont en train de réduire le fardeau fiscal. Mais sans faire de bruit et doucement.
              Ils sont passé 2eme et devraient encore reculer au classement. Le principe de réalité arrive là bas aussi....


            • Spartacus Spartacus 7 décembre 15:06

              Nouvelles stats quand les bobos vous expliquent la main sur le cœur que les impôt servent à payer des « infirmières », des « profs », des « policiers » avec leurs larmes toutes chaudes....

              Taxes + impôts : n°1 mondial France=48.4% Europe=40.2%

              Pourcentage des impôts alloué à l’éducation :

              France=9.7% Europe=10.6%

              Pourcentage des impôts alloué à la santé :

              France=14.4% Europe=15.3%

              Pourcentage des impôts alloué à la Police-Justice :

              France=2.9% Europe=3.7%


            • Clouzit 7 décembre 15:22

              @Spartacus

              Oui il y a beaucoup de fonctionnaires mais nous avions beaucoup de services publics aussi en comparaison aux autres pays...et de plus ils ont essuyes les platres dans beaucoup de secteurs qu’ on a privatis ? depuis 40 ans...et p’tit goutte d eau il n’y a plus de concours sauf education qui a moins de postulants que de postes...et quand on remplace un fonctionnaire pour un contractuel mieux r ?mun ?r ? ..et cela derange personne et je sais de quoi je parle...arretons de casser du bois sur nous c est une com trop facile...on pleure maintenant plus de poste..d ecole rurale..de centre d impot. .etc


            • Clouzit 7 décembre 15:40

              @Spartacus

              Oui il y a beaucoup de fonctionnaires mais nous avions beaucoup de services publics aussi en comparaison aux autres pays...et de plus ils ont essuyes les platres dans beaucoup de secteurs qu’ on a privatis ? depuis 40 ans...et p’tit goutte d eau il n’y a plus de concours sauf education qui a moins de postulants que de postes...et quand on remplace un fonctionnaire pour un contractuel mieux pay ? cela derange personne et je sais de quoi je parle...arretons de casser du bois sur nous c est une com trop facile...on pleure maintenant plus de poste..d ecole rurale..de centre d impot. .etc


            • Spartacus Spartacus 8 décembre 11:32

              @Clouzit
              Nous sommes mieux soignés qu’ailleurs ? Non.
              L’éducation est meilleure ? Non
              La police ou la justice est meilleure ? Non.

              quand on remplace un fonctionnaire pour un contractuel qui paye ?
              1-Les 2 sont payés par les impôts. 
              2-Un fonctionnaire coûte 1,5 fois le prix d’un contractuel.
              3-Le contractuel participe au régime général. Le fonctionnaire est uniquement un coût. 

              Pour la société, le fonctionnaire n’est qu’au passif. Son salaire, ses charges sont un coût. Il ne cotise pas au chômage, sa retraite est spéciale.
              Un contractuel lui participe aux assurances sociales communes et donc à l’effet d’échelle de réduction des coûts de celles ci pour la société.


            • titi 9 décembre 12:14

              @Clouzit

              « quand on remplace un fonctionnaire pour un contractuel mieux pay ? »

              Où avez vous vu qu’on « remplaçait » les fonctionnaires ?

              On en a jamais eu autant.
              Alors même que justement certains secteurs ont été privatisés.

              La question c’est où sont ils ces fonctionnaires ? que font ils ? quels salaires pour quelles missions ?


            • gaijin gaijin 6 décembre 13:57

              article d’utilité publique

              il faut ajouter au propos

              la gabégie générale des dépenses des villes ( la simple ornementation d’un rond point par une oeuvre de pseudo art peut aller dans les 200 000 -300 000 euros ) les travaux inutiles destinés a satisfaire tel ou tel entrepreneur local ( rubrique notre dame des landes , tgv lyon turin ....)

              la gestion ubuesque de l’argent public qui condamne une administration a tout dépenser même quand c’est inutile pour ne pas voir baisser son crédit l’année suivante .....

              la gestion délirante de la santé qui nous conduit a être de moins en moins bien soignés pour de plus en plus cher .....

              l’escroquerie pure est simple qu’est le RSI

              .....

              la liste étant bien plus longue que je ne saurais même l’imaginer ...

              « technocrate c’est un mec que tu lache au milieu du désert 3 ans après il importe du sable ..... » coluche

              alors : halte au sketch !


              • sweach 6 décembre 16:22

                Pour comprendre où part l’argent il faut regarder l’histoire des dépenses et des achats de notre gouvernement depuis très longtemps.

                1er point : Jusqu’en 2008 la France n’a rien emprunté et n’a rien remboursé aux Banques, tout n’est que du vent.

                Avant 2008, la dette était artificiel, elle ne finançait rien et les nouveaux emprunt servaient à rembourser les anciens, les intérêts gonflant artificiellement le chiffre d’une dette inutile. Donc cette dette là on ne la doit à personne (1500 Milliard).

                2em point : Avant 2008 le budget de l’état était à l’équilibre, on dépensait autant que ce qu’on gagnait

                En 2008 le gouvernement a décidé de ne plus taxer les entreprises qui représentaient environ 100 Milliard/an des revenus de l’état pour descendre aujourd’hui à 25 Milliard/an, soit un manque à gagner de 75 Milliard/an (CICE, CIR, taxe pro, etc ...)

                Pour trouver ces 75 Milliard offert gracieusement contre rien, l’état emprunte 50 Milliard / an à la BCE (une dette légitime cette fois

                Et les 25 Milliard/an manquant on était prit progressivement sur le peuple en augmentant tout les impôts.

                L’état dépense toujours autant qu’en 2008, mais vue que notre population a augmenté et qu’on a connu de l’inflation, en réel c’est comme si ils avaient diminué leur dépense. (moins de fonctionnaires, d’écoles, d’hôpitaux, de policier, ...)

                Depuis 2008 on a quand même prit 500 Milliard en tout à la BCE, ce qui lui donne maintenant un pouvoir relativement important, vue qu’on ne peut pas dévaluer notre money, on ne remboursera jamais cette dette qui est plutôt légitime, et ça fait 10 ans que notre budget n’est plus à l’équilibre.

                La BCE fait des pieds et des mains pour que les 50 Milliard qu’elle nous prête soient prit sur le peuple, d’où les mesures de 2018 qui nous a collé 10 Milliard de prélèvement supplémentaire et en 2019 il en prévoyaient autant.

                Solutions :

                Revenir à l’équilibre budgétaire, il manque 50 Milliard / an que les entreprise ne donne plus depuis 2008, il faut aller les reprendre.

                Envoyer chier la BCE, mais sans money et sans frontière avec une dette légitime c’est un peu compliqué. (seul la révolution peut le faire)


                • Coriosolite 6 décembre 19:13

                  @sweach
                  Bonsoir, 
                  Une correction à votre article :
                  le dernier budget en excédent date de 1974 et les derniers budgets en équilibre de 78,79 et 80, ce qui nous donne bientôt 40 ans de déficits.


                • sweach 7 décembre 13:55

                  @Coriosolite
                  Vous faite erreur.

                  Je vous parle principalement « HORS DETTE » car ça fou le bordel dans les chiffres.

                  Tout les chiffres qu’on nous donnent sont mélangés avec des confusions entre les débit et les crédits parfois.
                  En premier lieu il faut enlever le remboursement de la dette et les nouveaux emprunts dans les chiffres. (de toutes façon ils s’annulent)
                  Ensuite il faut aussi retirer les allègements fiscaux qui sont en réalité de l’argent non prit et les manèges du « je te prend d’une main et je te le rend de l’autre »

                  Une fois que vous avez fait ce travail, pour bien visualiser ce qui rentre réellement et ce qui sort réellement, vous voyez très bien que entre 1974 et 2008, l’état Français fait rentrer autant d’argent que ce qu’il en sort

                  Mais depuis 2008 ce n’est plus le cas.


                • Désintox Désintox 6 décembre 18:16

                  Il est très facile de faire baisser le « taux de prélèvement obligatoire » :

                  • Supprimez la sécu et remplacez la par des assurances privées. Et hop ! Le taux diminue. En effet, les cotisations sécu sont comptées comme « prélèvement obligatoire » alors que les assurances privées ne le sont pas. Sont-elles moins chères ? C’est une autre histoire.
                  • Supprimez les retraites publiques et remplacez les par des fonds de pension. Même mécanisme.
                  • Supprimez l’école publique gratuite et remplacez la par des écoles privées payantes.
                  • Supprimez la gendarmerie et la police et remplacez les par des milices privées, etc.

                  Mais tous ces services privés coûteraient bien plus chers que les services publics. Cette notion de « prélèvements obligatoire » est une escroquerie intellectuelle.


                  • Eric F Eric F 6 décembre 20:22

                    @Désintox
                    Remarque intéressante, la proportion de l’argent public par rapport au PIB, présentée par certains comme de la charge morte, comporte en fait de nombreux services qui sont dans de nombreux autres pays assurés par le privé à cout plus élevé (on peut inclure là dedans le système de retraite). Alors il y a certes un peu de graisse dans le mammouth notamment des redondances administratives, mais c’est bien loin d’être réduit à cela comme les ultralibéraux veulent le faire accroire. De même les emplois aidés existent dans de nombreux autres pays, et cela y compris au service d’entreprises privées qui rémunèrent juste le différentiel.


                  • Yaurrick Yaurrick 7 décembre 12:40

                    @Eric F
                    « un peu de graisse dans le mammouth » ?? Les 40 ans de déficit cumulés à cause du « un peu de graisse » et l’accumulation de la dette publique sont l’illustration des couts cachés des services pourvus par l’état.

                    Peu importe que ces services soient efficaces, on pourra augmenter la fiscalité et faire croire que c’est « gratuit c’est l’état qui paye ».


                  • sweach 7 décembre 14:02

                    @Eric F
                    *de nombreux services qui sont dans de nombreux autres pays assurés par le privé à cout plus élevé* 

                    Vous pouvez même rajouter qu’il y a bien plus d’injustice social.
                    Beaucoup d’entre nous n’aurait pas les moyens de se payer la santé, l’éducation et la retraite sans la solidarité et la mutualisation des moyens qu’on a en France.


                  • Yaurrick Yaurrick 7 décembre 14:28

                    @sweach
                    Ben voyons, c’est bien connu qu’hors de France, c’est la misère noire digne de Zola..


                  • sweach 10 décembre 10:58

                    @Yaurrick
                    Ha oui ?

                    Aller donc faire un tour en amérique ou en angleterre pour tester le coût de leur system de santé.

                    Vous pouvez aussi vous rendre en Allemagne et voir comment sont les factures d’électricités que vous devez payer avec votre micro-contrat à 80 centimes de l’heure.

                    Non ce n’est pas miséreux, il faudrait aller en Afrique ou en Inde, pour se retrouver dans des villes surpeuplé sans réseaux d’égout, routier, électrique, etc ...

                    Moi je suis contre l’injustice social et la sélection par l’argent.
                    Si demain on retire toutes les cotisations et la protection social pour rentrer dans un system ultra capitaliste, absolument tout nous coûterait plus chère et serait bien pire, le transport, l’éducation, la santé, etc ...

                    Si vous avez du mal avec la notion de « l’union fait la force », moi je ne peux rien pour vous.


                  • BuSab 6 décembre 18:54

                    Il faut que la fonction fasse des économies même symbolique, sans impacter les fonctionnaires qui sont véritablement sur le terrain :

                    Tant que l’Etat ne retrouve pas un équilibre budgétaire :

                    —Plafonner toutes les rémunérations de la fonction publique à 3000 euros net par mois.

                    — Supprimer toutes les subventions de l’Etat envers des organismes, associations ou sociétés qui versent des salaires supérieurs à 3000 euros net par mois.


                    • Eric F Eric F 6 décembre 20:34

                      L’article comporte des informations et analyses intéressantes, mais reprends les habituels contresens sur la loi de 1973, qui en réalité n’interdit pas l’emprunt par l’état à la banque de France (ou les « avances » non rémunérées de la banque de France, elle le conditionne à une convention entre l’état et la Banque de France, qui formalise des limites qui existaient déjà auparavant

                      art 19 : "les conditions dans lesquelles l’État peut obtenir de la Banque des avances et des prêts sont fixées par des conventions passées entre le ministre de l’économie et des finances et le gouverneur, autorisé par délibération du conseil général. Ces conventions doivent être approuvées par le Parlement".

                      L’autre clause souvent citée "Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France" reformule en fait une loi préexistante du 24 juillet 1936 article 13

                      Jusqu’en 83, l’essentiel du déficit public était encore financé auprès de la Banque de France


                      En fait les budgets étaient en équilibre jusqu’en 74, et c’est à cause de la crise lié au premier choc pétrolier qui a entrainé la fin des 30 glorieuses que les déficits ont augmenté.


                      • perlseb 6 décembre 23:53

                        @Eric F

                        Bon, si on supposait que la France était une démocratie, que l’état était au service du peuple, la première question de taille serait : « Qui crée l’argent ? ». Pourquoi l’état qui établit la loi se place « volontairement » au-dessous des banques ? C’est ça la vraie question. Et ne parlons pas économie et inflation (voir la courbe de Philips) : en économie et pour le social, il vaudra toujours mieux de l’inflation avec le plein emploi qu’une inflation basse avec des gens exclus du système.

                        Quand Pompidou et son ministre des finances VGE ont ajouté cette loi de 1973, VGE s’est empressé de faire un emprunt en franc or (totalement irresponsable ... ou volontaire) et, alors que la France n’est pas connue pour ses champs de pétrole, il subventionnait l’achat de pétrole (l’inverse des taxes d’aujourd’hui) pour limiter le « choc ». Il aurait voulu gérer comme un tocard (comme un certain Ferrand pour les mutuelles de Bretagne), il ne s’y serait pas pris autrement. Il l’a fait par « modernité », pour offir des titres sûrs aux riches. Pour que l’impôt puisse être un moyen sûr de faire gagner de l’argent aux riches. On peut dire que c’est la féodalité qui s’est remise en place. Qui peut défendre un tel abaissement de l’état soit-disant au service du peuple ? Il était évident qu’avec le temps, il faudrait tout vendre, tout privatiser pour rembourser cette dette : a qui profite le crime ?

                        Si un peuple est libre, il décide si on doit utiliser une monnaie (une heure normalisée de travail serait beaucoup plus juste et sans vol possible : actuellement, les personnes les plus productives sont les moins payées et ceux qui ne font absolument rien d’utile possèdent presque tout), comment on crée cette monnaie, et pourquoi faire.

                        Mais tout système pyramidal conduit à la corruption et à un système qui travaille contre l’intérêt général. Les élus n’ont aucune obligation de résultat, ils sont totalement irresponsables et ils s’en servent. Il nous faut le RIP (référendum d’initiative populaire), c’est bien la seule chose qui permettrait de tout changer petit à petit.

                        Mon avis, c’est que si le peuple créait lui-même sa monnaie, il n’y aurait pas de chômage, comme pendant les 30 glorieuses. Et si aujourd’hui, on devait reconstruire la France comme on l’a fait après 1945, même si les français sont plus instruits et plus productifs qu’en 1945, on n’y arriverait pas du tout parce qu’on « n’a pas l’argent ». L’argent est un merveilleux frein avec lequel on peut appuyer pour créer de la misère et du chômage pour maximiser au final la soumission, seul but du système pyramidal. Il est aussi sot d’avoir besoin d’argent pour faire travailler tout le monde que d’avoir besoin d’or pour faire du commerce. Je comprends leur histoire, mais il faut absolument passer à autre chose maintenant.


                      • eau-du-robinet eau-du-robinet 7 décembre 00:01

                        Bonjour Eric F,
                        .

                        La crise dit du pétrole de 1973 et ses conséquences relèvent pour une bonne part d’une imposture gigantesque, efficacement orchestrée. La vérité est bien éloignée de la légende : en 1973, il n’y a jamais eu de véritable pénurie de pétrole. Il suffit d’examiner les faits un à un.
                        https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/l-imposture-du-choc-petrolier-de-9304
                        .

                        La crise du pétrole cache avant tout un coup d’état monétaire de l’état américain, c’est au moment de la sortie de l’or et la naissance des pétrodollars, on se dit un état c’est des frontières et une monnaie, comme si on veut faire un libre marché, sans frontières, il faut amoindrir l’état, ouvrir les frontières et le mieux, une monnaie disons qui ne se dévalue plus, qui n’est pas pénalisant pour le grand capital !
                        https://www.youtube.com/watch?v=bTq6XyP1n_g&t=7m57s

                        .

                        Au sujet de la loi du 3 janvier 1973

                        .

                        Article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973
                        « Le Trésor public ne peut être présentateur de ses propres effets à l’escompte de la Banque de France »

                        L’article 25 très court, bloque toute possibilité d’avance au trésor  :
                        Ce qui signifie que l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 interdit à la Banque de France de faire crédit à l’État, condamnant la France à se tourner vers des banques privées et à payer des intérêts ; alors qu’avant cette loi, quand l’État empruntait de l’argent, il le faisait auprès de la banque de France qui, lui appartenant, lui prêtait sans intérêt.

                        http://www.alterinfo.net/La-loi-Rothschild-cause-de-l-endettement-de-la-France_a50918.html

                        .

                        Effectivement les articles 19 et 25 sont troublent et le journal lemonde fait son choux gras pour défendre les banques privées.(Voire le dernier lien de ce message.)

                        .

                        Mais il faut prendre connaissance de l’ensemble des articles ainsi des modifications faite sur cette loi durant l’année 1973 pour pouvoir correctement interpréter la porte de cette loi.

                        .
                        Mais il y des gens comme l’auteur Pierre-Yves Rougeyron qui ont étudie à fond ce sujet, bien plus que ses « journalistes » du journal lemonde diffusant, en ce qui concerne cette loi, des FAKE NEWS.
                        .
                        Dans son livre, donc je possède un exemplaire, « Enquête sur la loi du 3 janvier 1973 » sur la page 35 est marque :

                        Or, la deuxième partie de la lois du 3 janvier se joue avec la convention qui lui est associé. En effet, la convention du 17 septembre 1973 approuvée par la loi du 21 décembre 1973, limitera la possibilité des avances à 20,5 milliards de francs (3.13 milliards €), donc 10,5 milliards de francs (1.6 milliards €) sont donc soumis à intérêts).

                        Vous voyez l’astuce ?

                        D’abord ils ont dit que cela ne changerait rien, mais discrètement ils ont ajouté une limite aux montants que l’État pouvait s’emprunter à lui même (via la banque de France). Et le reste..., à qui allait-on l’emprunter à votre avis ? Aux banques privées.
                        .

                        Le tour à été joué en toute discrétion et personne ne s’en est rendu compte, même pas les journalistes, ceux du journal lemonde ne font pas exception !
                        Ce journal avait mis en doute les paroles de plusieurs hommes politiques en les accusent d’avoir une interprétation polémique voire fausse de la loi du 3 janvier 1973

                        Une citation du journal lemonde :

                        « Étrangement, des personnalités aussi différentes que Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen et Jaques Cheminade se sont tous retrouvés sur une même solution miracle : abolir la loi du 3 janvier 1973. Cette loi interdit, selon eux, au Trésor public de s’endetter auprès de »sa« banque, la Banque de France. »
                        https://www.lemonde.fr/idees/article/2012/04/18/la-loi-de-1973-et-la-legende-urbaine_1686805_3232.html
                        .

                        Pour rappel c’est le journal le monde qui liste des nombreux sites d’informations libre et sérieux dans son DECODEX ...


                      • Eric F Eric F 7 décembre 14:46

                        @perlseb
                        Encore une fois, la loi de 73 ne changeait pas la nature des choses par rapport à la situation antérieure mais la formalisait.
                        L’un des but était d’éviter l’effritement de la valeur de la monnaie par dilution en faisant tourner excessivement la planche à billets (façon assignats ou Allemagne des années 20)
                        L’emprunt Giscard justement n’a pas été auprès des banques mais directement des souscripteurs, et l’avoir indexé sur l’or a été une connerie mais il n’avait pas prévu l’envolée (comme s’il l’avait basé sur le cours du pétrole)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès