• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pasqua, le grognard éprouvé du postgaullisme

Pasqua, le grognard éprouvé du postgaullisme

« Dès lors qu’il n’y a pas dans notre Constitution de pouvoir judiciaire, mais une autorité judiciaire, le souverain est et reste le peuple ! C’est bien en son nom que la loi est votée par ses représentants au Parlement. » (novembre 2008).

_yartiPasqua201501

Dernière petite réjouissance de retraité, Charles Pasqua s’était donné le malin plaisir, malgré son grand âge, d’assister au dernier congrès de l’UMP le samedi 30 mai 2015 qui a vu se transformer l’ancienne UDR, devenue RPR le 5 décembre 1976 par son doigté d’apparatchik au service à l’époque de Jacques Chirac, en "Les Républicains". À la manœuvre, ce n’était plus lui depuis longtemps mais celui qui fut pendant une quarantaine d’années à la fois un ami, un filleul, un héritier mais aussi un rival, Nicolas Sarkozy.

L’homme qui vient de mourir d’un accident cardiaque ce lundi 29 juin 2015 à l’âge de 88 ans n’était certainement pas l’incarnation de la morale en politique, c’est le moins qu’on puisse dire, mais il est incontestable qu’il avait une réelle volonté de servir l’État, peut-être plus l’État que la France, d’ailleurs, avec ce qu’il y a de troublant dans les supposées "raisons d’État". Véritable colonne vertébrale de l’engagement politique au service d’idées et de fidélités.

Député de juillet 1968 à avril 1973, député européen de juillet 1999 à juillet 2004 et sénateur pendant plusieurs décennies (de septembre 1977 à septembre 2011 avec plusieurs interruptions), très influent président du groupe RPR au Sénat (de 1981 à 1993) au point d’avoir failli remporter la Présidence du Sénat le 2 octobre 1992 lors de la succession d’Alain Poher (René Monory gagna cependant la partie de quelques voix, mais ensuite, les gaullistes lui ont succédé avec Christian Poncelet et Gérard Larcher), Charles Pasqua était en 1974 l’indispensable "homme de main" et homme de nombreux réseaux de Jacques Chirac pour conquérir un parti de vieux barons, aux côtés du duo pompidolien formé par Pierre Juillet et Marie-France Garaud.

Charles Pasqua avait fait sa réputation dans des positions fermes (notamment sur l’immigration, avec ses réformes du droit d’asile et du code de la nationalité), avait voulu terroriser les terroristes, et avait martelé la tolérance zéro à la délinquance. Il fut en toute logique Ministre de l’Intérieur lors de la première cohabitation, entre le 20 mars 1986 et le 10 mai 1988, accepté par François Mitterrand qui avait pourtant mis quelques veto à la composition du gouvernement de Jacques Chirac (comme Jean Lecanuet au Quai d’Orsay). Pourquoi ce accord et même une certaine complicité ? Probablement en raison de son passé de résistant (à l’âge de 16 ans) qui faisait de lui un homme au-dessus de tout soupçon, et en tout cas, un homme de courage et d’engagement.

On a dit de lui qu’il était "l’extrémiste" du ce gouvernement, se taillant un visage intraitable de Ministre de l’Intérieur (posture reprise non seulement par Nicolas Sarkozy en mai 2002, mais aussi par Manuel Valls en mai 2012), prêt à tout pour rétablir l’ordre, mais il fut sans doute l’un des ministres les plus soucieux de ses responsabilités. Il a par exemple été parmi les premiers, au sein du gouvernement, à prôner l’abandon du projet de loi Devaquet en raison des manifestations qui risquaient de dégénérer (il y a eu un mort, Malik Oussékine), au contraire, d’ailleurs, du Ministre de l’Éducation nationale de l’époque, centriste, lui, René Monory.

_yartiPasqua201502

L’échec de Jacques Chirac à l’élection présidentielle du 8 mai 1988 a sonné le glas d’une longue complicité politique entre les deux hommes. Philippe Séguin, l’aile gauche, et Charles Pasqua, l’aile droite, ont formé dès 1990 un courant dissident au sein du RPR qui s’opposait à la ligne tenue à l’époque par Jacques Chirac, Édouard Balladur …et Alain Juppé, secrétaire général du RPR, ainsi que Nicolas Sarkozy, secrétaire général adjoint du RPR, ligne qu’il considérait trop centriste et trop pro-européenne : « Non, cher Jacques, cher Édouard, non, chez Alain et cher Nicolas, c’est à droite que la bataille se gagnera, et non au centre comme vous le soutenez. » (1988).

Le référendum de ratification du Traité de Maastricht le 20 septembre 1992 renforça l’axe Séguin-Pasqua et son éloignement de Jacques Chirac (il vota aussi contre le TCE le 29 mai 2005). La deuxième cohabitation distribua de nouvelles cartes où les adversaires d’hier devinrent des alliés (Balladur, Sarkozy) et réciproquement (Séguin qui soutenait la candidature de Jacques Chirac).

Le retour au pouvoir de l’alliance UDF-RPR entre le 29 mars 1993 et le 16 mai 1995 fut d’une autre nature qu’en 1986. Édouard Balladur, soucieux de mettre à contribution tous les hommes politiques ayant de l’influence, proposa de nouveau à Charles Pasqua Place Beauvau, ce qui l’a déçu car il aurait souhaité le Ministère de la Défense. Pour ne pas être étiqueté à vie de Ministre de l’Intérieur, il a imposé d’ajouter à son portefeuille l’Aménagement du Territoire ainsi que le titre honorifique de Ministre d’État, aux côtés de Simone Veil (Affaires sociales, Santé et Ville), Pierre Méhaignerie (Justice) et François Léotard (Défense). Son directeur de cabinet adjoint n’était autre que …Claude Guéant.

Mais revenons à 1983, dix ans auparavant. Nicolas Sarkozy se fit réélire conseiller municipal, au même titre que Charles Pasqua, de la commune de Neuilly-sur-Seine (il en était déjà un élu depuis mars 1977). Quelques jours plus tard, le maire, Achille Peretti, mourut (le 14 avril 1983) alors que Charles Pasqua était soigné dans un hôpital. Achille Peretti fut l’un des créateurs du Service d’action civique (SAC, organisation paramilitaire créée pour lutter contre l’OAS) avec Jacques Foccart et Charles Pasqua. Ne recevant pas le feu vert de Jacques Chirac mais pas non plus de feu rouge, Nicolas Sarkozy engagea une campagne interne au sein des conseillers de la majorité et le 29 avril 1983, il se fit élire à la surprise générale maire à 28 ans, prenant la mairie à la barbe de Charles Pasqua qui était pourtant son mentor politique et le témoin de son premier mariage (avec une nièce d’Achille Peretti).

À partir de là, Neuilly est devenue une base politique essentielle pour Nicolas Sarkozy qui fut à la fois le rival et l’héritier de Charles Pasqua. Héritier comme président du conseil général des Hauts-de-Seine bien plus tard (Pasqua le fut de mars 1988 à mars 2004), comme Ministre de l’Intérieur aussi, mais rival en d’autres circonstances, comme lorsqu’il s’est retrouvé tête de la liste RPR aux élections européennes du 13 juin 1999 après la défection de Philippe Séguin face… à une autre tête de liste, Charles Pasqua, qui mena une liste eurosceptique avec Philippe de Villiers qui a dépassé celle de Nicolas Sarkozy (avec 13,1% des voix).

_yartiPasqua201503

Le 13 mai 1993, la prise d’otage d’Érick Schmitt dans une classe de maternelle à Neuilly-sur-Seine a montré aussi une rivalité dans le traitement de l’affaire. Comme Ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua voulait la plus grande discrétion alors qu’au contraire, maire de la ville mais aussi Ministre du Budget du même gouvernement, Nicolas Sarkozy s’est impliqué personnellement dans cette affaire, prenant même des risques physiques que son collègue trouvait inconsidérés.

Nicolas Sarkozy et Charles Pasqua, deux proches collaborateurs de Jacques Chirac, se sont pourtant retrouvés comme "complices" dans leur "trahison" en faveur de la candidature d’Édouard Balladur à l’élection présidentielle de 1995. Nicolas Sarkozy lui avait susurré dans l’oreille qu’il serait alors appelé à Matignon en cas de victoire, et qu’ensuite, ce serait lui, Nicolas Sarkozy, qui lui succéderait. Édouard Balladur ne devint jamais Président de la République, Nicolas Sarkozy jamais Premier Ministre (c’était pourtant son tour en mai 2002) mais ce dernier fut élu à l’Élysée en mai 2007.

Parmi ce qu’il restera de Charles Pasqua au niveau local, la création d’une université privée (l’Université Léonard-de-Vinci). Et au niveau politique, c’est lui qui initia le concept du "souverainisme" pour s’opposer à l’Europe.

À l’évidence, Charles Pasqua a détenu beaucoup de secrets de la face obscure de la Ve République depuis le début des années 1970. Des affaires judiciaires l’ont parfois condamné définitivement il y a quelques années, mais il n’a jamais rien révélé de ce qu’il savait. Le secret faisait partie intégrante de son sens de l’État.

Cela ne l’a pas empêché d’avoir toujours gardé son indépendance d’esprit, capable de dire crûment ce qu’il pensait quitte à déplaire même ses amis, et il l’exprimait avec une certaine bonhomie dans ses convictions, associée à une grande capacité d’écoute et d’attention auprès des personnes qui le contactaient, et même avec un grand sens de l’humour.

Je ne partageais pas ses idées sur bien des sujets, et en particulier sur la construction européenne, mais il a montré avec force qu’il avait le sens de l’État et qu’il défendait les principes républicains.

Et finalement, aujourd’hui, agir avec le sens de l’État, au-delà des intérêts clientélistes et électoraliste, c’est plutôt rare… Raison de plus pour saluer, comme toute la classe politique, y compris ses anciens adversaires politique qu’il n’avait pas ménagés, la mémoire de Charles Pasqua, du moins sa face apparente à défaut de sa face obscure, celle du républicain conscient de ses responsabilités pour défendre l’État.


Aussi sur le blog.


Sylvain Rakotoarison (30 juin 2015)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
La mémoire explosive de Charles Pasqua.
Pasqua, ange et démon.
Nicolas Sarkozy.
Jacques Chirac.
Philippe Séguin.
Édouard Balladur.
Alain Juppé.


 


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • jacques 30 juin 2015 10:22

    Heureusement qu’il y a la nature pour rattraper nos bourdes.


    • Robert GIL Robert GIL 30 juin 2015 10:40

      Rappel  : Le Service d’Action Civique, sous la direction de Jacques Foccart, Charles Pasqua, Roger Frey, Paul Comiti, Alexandre Sanguinetti, Dominique Ponchardier et Jean Bozzi, est mis en place peu après l’arrivée au pouvoir du Général de Gaulle. L’inscription au verso de la carte d’adhérent déclare que le titulaire “s’engage sur l’honneur à apporter inconditionnellement son soutien à la poursuite des objectifs définis par le général de Gaulle.” Le SAC est reconnu “association à but non lucratif”, mais sous cette appellation innocente se cache une bien plus sinistre machine...
      .
      voir :
      LE SERVICE D’ACTION CIVIQUE, ou la » tradition démocratique » du mouvement gaulliste !


      • Trelawney Trelawney 30 juin 2015 10:59

        @Robert GIL
        Au départ le SAC faisait plus figure de service de protection. C’est l’arrivée de Pasqua, Sanguinetti et tous leurs copains bastiais qui on transformé cette association en officine de barbouzes.

        Elle comptait dans parmi ses membres des gangsters ancien résistants, des membres de la rue Lauriston, des indépendantistes corses, des néo socialistes comme le maire de Puteaux (Cecaldi Raynaud) et sur la fin des anciens maoïstes (ils sont partout ceux là) et des « katangais ». Curieux mélange !

        Ce truc c’est quand même terminé par la tuerie d’Auriol.

        A 15 ans Pasqua flinguait déjà des officiers allemands dans le métro. Que vouliez vous qu’on fasse d’une type pareil. Bon débarras !


      • Trelawney Trelawney 30 juin 2015 12:18

        @rocla+
        Ce que je veux dire, c’est qu’il ne faut pas donner de responsabilité à ce genre de loustic sinon ca part vite en couille.

        Il se serait contenté d’être héros de résistance ca aurait été largement suffisant, au lieu de cela il a fait le con, a sali la France et s’est déshonoré par ses actions et surtout au moment du SAC.

        Il a quand même à son actif le fait d’avoir fait entrer au SAC toutes les petites frappes de la rue Lauriston. C’était parait-il pour calmer les manouches qui formeront plus tard le gang des lyonnais qui étaient aussi membres du SAC.

        On peut dire que tout les gangsters de Marseille, Toulon, Lyon, Grenoble, Bastia ont été formé au SAC. Un petit détail qui devrait vous alerter. regardez les dates des plus importants braquages (Strasbourg, Nice, etc) et vous constaterez qu’ils ont toujours eu lieu 4 à 6 mois avant une importante élection. A cette époque les partis politiques n’étaient pas trop regardant sur la provenance de l’argent pour leurs campagnes


      • aimable 30 juin 2015 16:53

        @Trelawney
        je partage votre commentaire , a l’époque cela avait fait beaucoup de bruit dans la presse et a sonné la fin du sac , tous ces beaux messieurs s’en sont sortis sans trop de « casse »
        ils se sont mis ensuite en travailleurs indépendants ( tout en restant en relation , se rendant un petit service de temps en temps )


      • ZenZoe ZenZoe 30 juin 2015 10:55

        Cet article me fait bondir.
        Les liens glauques qu’entretenait Pasqua avec toutes les mafias de France et de Navarre, sont goût pour les opérations aux financements obscurs, son penchant pour les secrets d’état, tout ça est à l’opposé de ce que devrait être une vraie démocratie et ne va absolument pas avec ce qu’on devrait attendre d’un représentant du peuple.
        Malheureusement, cette tolérance qu’ont la plupart des Français ont pour les hommes politiques malhonnêtes et retors est ce qui mène le plus sûrement la France à sa perte. C’est le syndrome Pasqua.


        • Parrhesia Parrhesia 2 juillet 2015 08:49

          @ZenZoe
          Donc, d’après vous, dans une monde peuplé de bisounours et de Fées Clochettes la France de Pasqua allait très mal et avait très mauvaise réputation !


          C’est très curieux, mais nous sommes encore quelques-uns à penser que ce sont plutôt ceux qui le démolissaient et qui le démolissent toujours qui ne font que des conneries !!!

        • Gabriel Gabriel 30 juin 2015 11:08
          Bel hommage d’un individu peu fréquentable que vous nous faites là Monsieur Rakotoarison. J’ai hâte d’entendre vos éloges le jour où l’inestimable Balkany cassera sa pipe, vous serez certainement nous tirer les larmes des yeux. Parait que la classe politique dans son ensemble est en émoi. C’est toujours très touchant l’enterrement d’un parrain de la mafia… 

          • jacques 30 juin 2015 11:19

            @Gabriel
            l’auteur a sans doute hésité longtemps entre pasqua et Alain de Greef.


          • Fergus Fergus 1er juillet 2015 08:32

            Bonjour, Gabriel

            D’accord avec vous. Pasqua a eu dans sa vie deux époques très différentes : celle, estimable, de son engagement dans la résistance ; et celle, méprisable, de son action souterraine dans des officines et pratiques mafieuses au service de quelques hommes et non de l’Etat comme cela est trop souvent dit. Pasqua était en outre un grossier personnages et un goujat envers les femmes.


          • gotjy gotjy 1er juillet 2015 15:03

            @Gabriel
            Sans oublier les « ventes » d’armes en Afrique,la tuerie D’Auriole (une famille assassinée par le SAC) toutes les casseroles qu’il trainait depuis 40 ans,si l’on écoute les politiques actuels, il serait presque question de faire entrer cet infâme personnage au Panthéon,alors qu’il méritait la prison.


          • Le p’tit Charles 30 juin 2015 11:44

            La grande faucheuse vient de vider une ordure.. ?


            • fcpgismo fcpgismo 30 juin 2015 12:10

              un bon début pour nous débarrasser de toutes ces racailles mafieuses, la nature est trop lente.

              RAKOTOARISON Première racaille de France au service exclusif des 1% les plus riches,les esclavagistes les super prédateurs.

              • Yvance77 Yvance77 30 juin 2015 12:56

                Hier, quand j’ai lu la niouse, j’ai eu dans la fraction de seconde suivante la pensée que demain sur Avox, son meilleur robinet d’eau tiède, allait pondre une bouse comme il en a le secret. Bingo !
                .
                Que cet infâme personnage soit en enfer ... c’est tout ce que j’espère pour cette pourriture républicaine ! Au suivant svp !


                • zygzornifle zygzornifle 30 juin 2015 13:04

                  Corrompu, magouilleur , voleur , arnaqueur et menteur un vrai homme de droite dans la lignée des Chirac-Sarkozy un vrai CV pour tous les Ripouxblicains .....


                  • Robert GIL Robert GIL 30 juin 2015 13:05

                    en quelques commentaire rocla nous a fait l’etalage de sa toute classe : sa rancœur, sa jalousie, son coté facho et toujours un homme aigri d’avoir échoué tout les concours de la fonction publique et une dent contre son beau frere qui travaille a EDF ... lui reste plus que la haine et la solitude, alors il passe son temps sur le net en s’inventant une vie : boulanger qu’il dit ! Pourquoi pas, il a toujours eut de petite ambition et une médiocre opinion de lui-même !


                    • zygzornifle zygzornifle 30 juin 2015 13:06

                      On peut lui faire une sacré auréole avec tous les billets qu’il a dérobés .....


                      • TREKKOTAZ TREKKOTAZ 30 juin 2015 13:34

                        De toute façon, tous pourris :Mr Pasqua, lui au moins était un vrai bonhomme, avec sa gueule et sa carrure, tel Depardieu, a fait honneur à la France,pas comme toutes ces petites fiotasses soumises, comme Flamby ou le nain . Il nous faut des types comme Pasqua au gouvernement, des vrais durs qui ont de la prestance,malheureusement, espèce en voie de disparition. Gloire et respect au parrain !!


                        • Robert GIL Robert GIL 30 juin 2015 13:48

                          sacré rocla toujours a coté de la plaque, il ne c’est pas encore apperçut que les personnes pour qui il payait ce n’est pas les employé d’EDF mais ...
                          .
                          voir : BUDGET DE L’ÉTAT : 280 milliards d’euros . CADEAUX AUX ENTREPRISES : 230 milliards d’euros !
                          .
                          et aussi : LES RICHES NOUS COUTENT TROP CHER !.
                          .
                          bon c’est vrai que la reflexion a rocla c’est pas son truc , suffit de lire ses commentaires !
                          .
                          Aujourd’hui il m’a seulement traité de connard, il ne m’a pas encore traité de gauchiste, coco, fonctionnaire, syndicaliste ou roi de papier/coller ... mais je sens que la tension monte et qu’il va bientoy se lacher !
                          .
                          Peut etre meme qu’il appelera au meurtre comme pour les ouvriers d’EDF dont il souhaite la mort !


                          • juluch juluch 30 juin 2015 21:21

                            Un homme qui avait de la Gueule et qui savait s’en servir....


                            Reposez en paix......

                            • Jean Keim Jean Keim 1er juillet 2015 08:18

                              Serviteur de l’état, serviteur qui a su servir qui a été servi et qui s’est servi.

                              Serviteur d’une allégorie avec sa devise hypocrite, son drapeau, son hymne, ses symboles et son glorieux passé avec ses indénombrables morts pour des idées et surtout des intérêts, ses serviteurs et ses profiteurs.
                              La raison d’état explique beaucoup de choses mais n’excuse rien.

                              • TSS 1er juillet 2015 09:49

                                Ceux qui pleurnichent sur Pasqua ,le representant de chez Ricard,ont vraisemblablement

                                oublié le SAC,la tuerie d’Auriol , les voltigeurs tueurs de malik Oussékine et aussi sont copain

                                Pandraud (satanas et diabolo)... !!


                                • Robert GIL Robert GIL 1er juillet 2015 12:08

                                  @TSS
                                  isl oublient aussi l’assassinat du juge Renaud : . Dans son film « Le juge Fayard, dit « Le Shériff » » relatif à l’assassinat du juge Renaud (1975), Yves Boisset évoquait le SAC, ce qui lui valut d’être censuré : un « Bip » vint remplacer le mot SAC de la bande originale. ... par contre les fachos genre rocla demande la mise a mort des ouvriers d’EDF !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité