• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pénélope : boule puante sur la route de l’Élysée

Pénélope : boule puante sur la route de l’Élysée

« Je vais porter plainte contre les journaux qui affirment que ma femme avait un emploi fictif. » (François Fillon, le 26 janvier 2017 sur TF1).

Malgré les sondages très bons de l’ancien ministre Emmanuel Macron, l’ancien Premier Ministre François Fillon reste le candidat favori à l’élection présidentielle de 2017, une position fort inconfortable puisque, depuis quelques mois, les favoris dans les primaires ou élections sont régulièrement battus. Ce n’est donc pas étonnant qu’on s’en prenne à François Fillon, ce sont les risques du "métier". Ce qu’a, en revanche, peu apprécié le député de Paris, c’est de voir mettre en cause son épouse Pénélope, à qui il a réaffirmé son amour devant les téléspectateurs du journal de 20 heures sur TF1 ce jeudi 26 janvier 2017.

Il y avait urgence à communiquer et ces dix minutes d’intervention télévisée, dans la plus grande tradition de la communication politique (hors des réseaux sociaux de l’Internet), avaient pour but d’éteindre un feu qui a commencé à prendre deux jours auparavant avec la publication d’un article du "Canard enchaîné" mettant en cause Pénélope Fillon. Elle aurait été recrutée comme collaboratrice parlementaire de son mari de 1997 à 2007 et de 2012 à 2013 (entre 2002 et 2007, collaboratrice du suppléant de son mari). Une information judiciaire a été immédiatement déclenchée par la justice le 25 janvier 2017 et l’avocat de François Fillon est venu déposer des pièces justificatives au tribunal.

_yartiFillon2017012602

Dans cette "affaire", il y a deux aspects. La légalité et la moralité.

Sur la légalité, cela ne fait guère de doute que les époux Fillon étaient dans la légalité. D’ailleurs, s’il a mis fin aux fonctions de sa femme en 2013, c’était parce qu’il y avait un climat nécessitant plus de transparence et moins d’ambiguïté dans les fonctions politiques après le déclenchement de l’affaire Cahuzac. Comme la justice vient d’intervenir, le candidat n’a plus qu’à espérer qu’elle ne traînera pas car il reste moins de trois mois avant l’élection présidentielle, ce qui est court pour une instruction judiciaire. François Fillon a d’ailleurs réaffirmé solennellement que s’il était mis en examen, il ne serait évidemment plus candidat, histoire de montrer non seulement sa détermination mais aussi sa certitude qu’il est dans la légalité.

Sur la moralité, c’est évidemment une autre affaire. On ne pourra pas lui reprocher son absence totale de moralité dans la mesure où il n’a pas attendu 2017 et cette "affaire" pour arrêter cette collusion familiale et parlementaire. François Fillon est d’ailleurs allé au-devant d’autres critiques qui n’avaient pourtant pas encore été exprimées en disant qu’à l’occasion, lorsqu’il était sénateur, il avait ponctuellement recruté ses enfants pour des missions de conseil juridique, correspondant à leurs compétences.

Dans cette affaire de moralité, il y a, à la fois, le fait qu’un parlementaire puisse recruter une personne de sa famille, et aussi le niveau de la rémunération qui, pour Pénélope Fillon, aurait été particulièrement élevée. Là encore, rien d’illégal puisque François Fillon a rappelé que le parlementaire a une enveloppe budgétaire pour rémunérer son équipe et qu’il est complètement libre de l’utiliser comme il l’entend (cette enveloppe était de 9 504 euros par mois au 1er janvier 2013).

_yartiFillon2017012603

Il n’a pas fait la proposition de mieux réglementer son utilisation, ce qui aurait été une contre-offensive assez percutante. Car il y a forcément des abus. François Fillon, lui, a justifié le recrutement de son épouse en 1997, à l’occasion du départ de son collaborateur parlementaire, en disant qu’elle l’avait beaucoup aidé dans sa vie politique depuis 1981, et pendant seize ans, donc, bénévolement. C’est probablement vrai car il n’est pas le seul responsable politique de premier plan pour qui l’épouse ou la conjointe a eu un rôle décisif dans son ascension politique.

Or, ce rôle d’épouse, de conjointe (je mets encore au féminin car il n’y a pas encore de femme à l’Élysée), est un rôle virtuel, un rôle non reconnu, un rôle sans statut, et on a pu se rendre compte à quel point être la femme du Président, officiellement ou officieusement, pouvait créer des problèmes même diplomatiques. François Fillon s’est donc défendu comme le patron d’une petite entreprise dont la conjointe l’a aidé à faire ses comptes, à faire de l’administratif, hors de tout statut, hors de toute couverture sociale.

C’est pour cela qu’il n’a pas voulu reconnaître que le niveau de rémunération aurait été trop élevé. Il a même ajouté que son épouse était aussi diplômée que lui, et qu’elle aurait pu être avocate mais a renoncé à une carrière professionnelle pour rester auprès de lui.

La défense de François Fillon aurait pu être meilleure en sortant sa personne de cette "affaire" et en apportant des propositions plus générales pour mieux moraliser ces pratiques fréquentes chez les parlementaires. Il est resté sur le mode défensif personnel : il a évoqué le principe de la boule puante en demandant pourquoi cette "affaire", pourtant connue de tout le monde, même de ses opposants puisque Pénélope Fillon était collaboratrice durant le gouvernement de Lionel Jospin, n’est sortie publiquement que vingt ans plus tard et pas en 1997, comme par coïncidence, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ?

Son équipe de campagne est inquiète car elle sait qu’une telle "affaire", aussi innocent soit-il, pollue complètement ses propos, les messages qu’il veut faire passer pendant sa campagne. Or, le 25 janvier 2017, François Fillon était venu visiter Alain Juppé à Bordeaux pour montrer l’unité de son camp derrière sa candidature, message qui est passé inaperçu avec le développement de cette "affaire".

_yartiFillon2017012604

François Fillon s’est donc pour l’instant contenté d’annoncer qu’il déposerait une plainte contre tout journal qui parlerait d’emploi fictif concernant le travail de son épouse.

Pourtant, comme je l’ai écrit plus haut, si cette "affaire" a pu prendre de l’ampleur, c’est qu’au-delà de la légalité, elle a choqué ceux qui n’ont même pas idée de ce niveau de rémunération. Il est indispensable qu’un parlementaire puisse avoir la liberté de recruter son équipe comme bon il lui semble et j’ai toujours noté que pour les députés, il n’y avait généralement pas beaucoup de problème car ils ont besoin d’avoir des contacts avec leur électorat pour être réélus, donc, ils ont besoin d’un collaborateur pour tenir des permanences dans leur circonscription, d’un autre à Paris pour l’épauler dans la rédaction de proposition de loi, d’intervention à l’Hémicycle etc.

Natacha Polony sur LCI le 26 janvier 2017 a plaidé pour que le Parlement français adopte la règle du Parlement Européen, à savoir d’interdire le recrutement des membres de la famille. Cela n’empêcherait ni suspicion ni collusion, car les parlementaires pourraient toujours "s’échanger" leurs membres de la famille, et les amis proches, voire compagnons au patronyme différent pourraient toujours être recrutés. Mais au moins, il y aurait interdiction de recruter un collaborateur qui serait au même foyer fiscal que le parlementaire.

René Dosière, député PS spécialiste du budget de l’Élysée, très pointilleux expert en droit fiscal, a déclaré sur France 5 le 26 janvier 2017 qu’il employait plusieurs collaborateurs qui coûtaient plus cher que l’enveloppe attribuée car il avait recruté des diplômés de haut niveau, et qu’il complétait leur salaire sur le compte de son indemnité de représentation. Il a plaidé pour augmenter l’enveloppe et le nombre de collaborateurs des parlementaires pour qu’ils puissent avoir les moyens d’un véritable contrôle de l’action gouvernementale.

La réflexion sur les collaborateurs politiques devrait s’élargir au-delà des parlementaires à ceux des collectivités territoriales où le népotisme serait encore plus répandu. Ce serait un "vivier" d’environ huit mille personnes qui n’ont généralement jamais travaillé dans une situation normale et qui ensuite obtiennent des mandats locaux puis nationaux. Remarquons ainsi que François Fillon, comme Benoît Hamon et Manuel Valls, ont commencé leur carrière politique comme collaborateurs parlementaires.

La moralisation des pratiques parlementaires et politiques n’est pas nouvelle et est déjà en cours depuis plusieurs années. Ainsi, la "réserve parlementaire" (comme on l’appelle), qui est en fait une somme d’argent attribuée à chaque parlementaire qui peut l’utiliser comme il le veut dans sa circonscription (pour participer au financement d’un gymnase, d’une école, aider une association, etc.), n’était pas un scandale en elle-même (beaucoup de projets locaux n’auraient jamais abouti sans cette aide financière providentielle), mais le scandale, c’était son opacité. Désormais, l’utilisation de cette enveloppe est mieux réglementée avec plus de transparence.

D’autres évolutions vers plus de transparence ont eu lieu, la suppression des "caisses noires" des ministères, décidée par le gouvernement de Lionel Jospin (peut-être que Claude Guéant, qui vient d’être condamné le 23 janvier 2017 en appel à deux ans de prison dont un ferme et à cinq ans d’interdiction d’emploi public, a cru qu’il était quinze ans en arrière…). Même le budget de l’Élysée est désormais réglementé, budgétisé même, et fait l’objet d’un rapport parlementaire spécial chaque année. Rappelons que De Gaulle (qui payait lui-même ses notes d’électricité à l’Élysée) gouvernait un pays où le secret était la religion de l’État, où l’argent en espèces était l’un des moyens les plus commodes de rémunérer des conseillers opaques de certains ministres.

Ce qui est regrettable, c’est que ce type d’évolution dans la transparence aurait dû se faire spontanément, sans être des réaction à de "faux" scandales comme c’est le cas, aujourd’hui, avec François Fillon. Lui qui avait mis un point d’honneur à se montrer "propre" et "intègre", d’autant plus que son programme tend à demander des efforts à ses concitoyens, a un besoin donc urgent que la justice puisse affirmer que tout ce qui concerne les relations entre sa femme et lui dans le cadre de cette collaboration a été complètement légale.

Mais ceux qui ont lâché cette boule puante se moquent un peu de la culpabilité ou de l’innocence : ils savent qu’il restera toujours un peu de fumée qui polluera la campagne de François Fillon. De là à dire que cela vient de l’Élysée serait un peu osé, même si la dernière boule puante dont a été victime ce même François Fillon provenait d’un de ses anciens sous-ministres, devenu, entre temps, le très influent Secrétaire Général de l’Élysée…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (27 janvier 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Boule puante.
François Fillon, gaulliste et chrétien.
Qu'est-ce que le fillonisme ?
Programme de François Fillon pour 2017 (à télécharger).
Discours de François Fillon à Sablé le 28 août 2016 (texte intégral).
Discours de François Fillon à Paris le 18 novembre 2016 (texte intégral).
François Fillon, pourquoi est-il (encore) candidat en 2016 ?
Débat avec Manuel Valls.
Force républicaine.
Discours du 30 mai 2015 à la Villette.
Philippe Séguin.

_yartiFillon2017012605
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.41/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 27 janvier 11:22

    On est mal patron , on est mal .....

    après 5 ans de magouilles à gauche , on espérait mieux , Sylvain ...

    Le cas Natacha Bouchart est pas mal non plus , le cas d’une sénatrice maire qui avait

    démissionné du poste de sénatrice et était devenue attachée parlementaire de son successeur pour zapper le non cumul , c’est trop fort !


    • raymond 29 janvier 11:04

      @LE CHAT
      vous pouvez aujourd’hui ajouter un S à boule et puante...


    • amiaplacidus amiaplacidus 27 janvier 11:25

      Prit la main dans le pot de confiture, les politiques annoncent toujours qu’ils vont porter plainte. Mais en réalité il n’y a jamais de plainte déposée.


      • LE CHAT LE CHAT 27 janvier 11:46

        @amiaplacidus

        et la justice à dos d’escargots pour eux , ex Sylvie Andrieu qui a presque fini son mandat de député jusqu’au bout ...


      • confiture 27 janvier 11:39

        si proche du but et finir comme un vulgaire cahuzac, c’est pas de bol....


        • gaston gaston 27 janvier 19:10

          @confiture
          en même temps c’est le sort réservé aux pourris comme fillon ou sarkozy !
          Il faut bien faire la différence entre l’élu qui est la pour servir et celui qui est la pour se servir , comme les 2 racailles politico financière cité plus haut....si encore la compétence était au rendez vous , mais non même pas , le bilan du duo sarkozy/fillon est calamiteux , au point que la droite a toujours refusé de le faire !
          Le peuple a déja mis hors d’état de nuire sarkozy par 2 fois , c’est au tour de fillon !
          En espérent bien sur que la justice à qui Hollande a redonné son indépendance fasse son travail jusqu’au bout !


        • Elric de Melniboné Elric de Multi Botté 27 janvier 19:14

          @gaston

          Ta petite carrière de ghost/zombie veut peut être s’achever à très brève échéance !


        • leypanou 27 janvier 11:53

          puisque Pénélope Fillon était collaboratrice durant le gouvernement de Lionel Jospin, n’est sortie publiquement que vingt ans plus tard et pas en 1997, comme par coïncidence, à trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ? : ben oui, il y a 20 ans il n’était pas candidat à la présidentielle de la république.

          L’argument de la coïncidence est utilisé par ceux qui sont incapables de raisonner : un parlementaire quelconque est moins scruté qu’un candidat à la présidentielle.


          • jmdest62 jmdest62 27 janvier 12:17

            @leypanou
            « un parlementaire quelconque est moins scruté qu’un candidat à la présidentielle. »
            et c’est bien dommage !
            @+


          • ZenZoe ZenZoe 27 janvier 14:20

            @jmdest62
            On est d’accord. Et on se demande aussi pourquoi les contrôles ne se mettent en branle qu’après une dénonciation. Et pourquoi le parquet financier ne regarde pas d’un peu plus près tous ces emplois familiaux ?


          • Fergus Fergus 27 janvier 12:04

            Bonjour, Sylvain

            Voilà un article en tous points lamentable tant il est orienté et suinte la mauvaise foi du début à la fin.

            Les explications données hier par Fillon sont ridicules, la réalité d’un rôle d’assistante de son épouse n’étant en aucune manière démontrée. Il est d’ailleurs amusant de compiler toutes les explications contradictoires qui ont été données par les proches de Fillon pour tenter de le sauver de ce qui n’est pas une « boule puante », mais bel et bien un scandale d’autant plus grand qu’il met en cause l’homme qui, à LR, veut se prévaloir d’une grande probité. Le comble du grotesque ayant été atteint par Acccoyer.

            La réalité, c’est que les assistants parlementaire qui travaillent à l’Assemblée Nationale n’ont jamais vu Penelope. Pas plus que les élus de Sablé ou du département ne lui ont connu le moindre rôle dans la Sarthe en rapport avec la vie politique de son mari.

            L’épouse de Fillon ne s’est d’ailleurs pas caché de n’avoir jamais œuvré - avant la primaire - à la carrière de son époux, ce qu’elle confirmait encore au mois d’octobre 2016 en Côte-d’Or en affirmant : « Jusqu’à présent, je ne m’étais jamais impliquée dans la vie politique de mon mari » !!! (publié dans Le Bien Public).

            Il vous arrive d’écrire des articles partisans, mais jamais vous n’êtes tombé aussi bas dans la mauvaise foi !


            • velosolex velosolex 27 janvier 12:21

              @Fergus, bonjour
              De « discrète » selon la définition de Filllon, à« transparente », jusqu’à« invisible », tout n’est question d’appréciation des contrastes. 

              On se croirait à apprécier une toile impressionniste, que dis je une aquarelle, avec beaucoup d’eau, un jour de brume, au salon des indépendants, ou du parti ...
              .Mine de rien ce filou, heu non, Fillon dis je, travaille à l’émancipation de la femme.
               « Vous voudriez qu’elle fasse de confitures ! » ai-je entendu sur inter, avec ce ton de grand seigneur défendant ses gens...Ah il fallait voir le saint homme courroucé, comme un abbé qu’on accuse d’avoir abusé du vin de messe....J’en tremble encore de ferveur.
              . Ah si au moins la dame possédait cette science des confitures, qui suppose une vraie connaissance, et un travail effectif, et était capable de nous montrer ces bocaux, rangées à la cave pour tenir entre deux mandats, on la croirait....Confiture de poires, de pommes, de boules puantes....

              Avant de gagner 50 000 euros à faire des confitures, il faut vraiment vendre beaucoup de bocaux. 
              Ou alors jouer sur les variables, et augmenter passablement le prix du pot...
              10 000 euros par exemple, avec une belle étiquette du parti. "Chateau-filou-Fillon
              j’espère que ma suggestion sera étudiée en haut lieu. 

            • leypanou 27 janvier 12:26

              @Fergus
              Il vous arrive d’écrire des articles partisans, mais jamais vous n’êtes tombé aussi bas dans la mauvaise foi ! : Fergus, on connaît, son positionnement politique, il ne va pas changer.

              Si vous prenez chacun de ses articles, vous vous rendrez compte du genre d’ expressions qu’il utilise quand il veut rabaisser un homme politique ou lui cirer les bottes.

              Et celui-ci ne fait pas exception.


            • Fergus Fergus 27 janvier 12:59

              Bonjour, leypanou

              Vous avez raison. Mais là il se surpasse en niant même les évidences pourtant démontrées par les propres interviews données à la presse par Penelope Fillon.


            • Richard Schneider Richard Schneider 27 janvier 16:36

              @Fergus
              Article assez ridicule pour tenter d’expliquer la bévue du notaire vendéen ! Comment, lui le Chevalier Blanc qui s’inquiète de la lenteur de la Justice concernant les affaires de Sarkozy, peut-il dire pour se défendre en disant « tout le monde (je suppose les députés et les sénateurs) le fait ». Je croyais qu’il était au-dessus de ’tout le monde« ...

              Article qui suinte de la pire hypocrite jésuitique en essayant de nous montrer que les Fillon sont au pire des naïfs » et qu’ils font l’objet d’une attaque injustifiée (« abjecte » ?) sur le plan légal.
              En conclusion, l’auteur mérite amplement la volée de bois vert que vient de lui administrer Fergus.

            • hervepasgrave hervepasgrave 28 janvier 08:53

              @Fergus
              Bonjour,
              La mauvaise foi en politique ? ce n’est que cela ! Mais quand nous ne faisons pas partie de «  l’entre soi » de ceux qui en parlent professionnellement ,nous avons sommes toute des informations indirect et pas forcément celle que l’on nous distillent insidieusement !
              Ici la chose que j’ai comprise ,c’est le « détournement » en voulant faire propre d’un côté y incorporer des choses pernicieuses comme cet exemple « le Général De Gaule ,payait sa facture d’électricité » Franchement si cela n’est pas les signes de l’honnêteté, alors ?
              Maintenant je me dis que demain si une personne du peuple arrivait a être président de la république ,c’est la ruine pour lui, car l’auteur et ceux qui vendent et distillent a qui mieux,mieux cet exemple ne disent pas s’il y avait un compteur dans les appartements privé du président ou s’il payait la totalité de l’électricité de l’Elysée" ,Wouah ! la politique et le pouvoir soit !
              Mais ce n’est pas a la portée de tous ! Mauvaise foi, hum ! cestpasgrave !


            • agent ananas agent ananas 28 janvier 09:25

              @Fergus
              Voilà un article en tous points lamentable tant il est orienté et suinte la mauvaise foi du début à la fin.
              Bonjour Fergus
              Avez vous déjà lu un article du Sylvain qui n’était pas lamentable, puant la mauvaise foi et point orienté ?


            • jmdest62 jmdest62 27 janvier 12:14

              BREF , Vous confirmez que la future « Assemblée constituante » proposée dans le programme de la FI  : « L’Avenir en Commun » aura du boulot .....on est d’accord !
              @+


              • Rmanal 27 janvier 12:19

                Article ridicule d’un propagandiste pro Fillon.
                500k€, c’est la salaire d’un smicard pendant 40ans, mais ca, ca ne semble pas vous déranger profondément.
                Vivement un bon coup de karcher dans cette élite politique qui donne la nausée tant ils se foutent de nous.


                • Amaury Grandgil Amaury Watremez 27 janvier 12:24

                  Pour le candidat se présentant comme celui du retour de la valeur travail et des valeurs morales ça fait un peu désordre


                  • Richard Schneider Richard Schneider 27 janvier 16:38

                    @Amaury Watremez
                     « ça fait un peu désordre » : c’est un euphémisme ...


                  • BB Jade4230 27 janvier 12:28

                    Boule puante : mon premier bad nick name by Yo, je devais avoir 7 ans smiley

                    Inutile de vous dire comment que j’interprète en #B52 plutôt qu’en #B42 tout 🐶 d’infidèle se permettant ce type de langage à mon intention personnelle ou pas !


                    • sarcastelle sarcastelle 27 janvier 12:41

                      C’est l’inconvénient de la primaire populaire : plus moyen de changer de candidat en cours de route. 


                      • Fergus Fergus 27 janvier 13:10

                        Bonjour, sarcastelle

                        Ce n’est pas un problème : le finaliste devient le candidat en cas d’empêchement du vainqueur, exactement comme en sport, lorsque le 2e reçoit la médaille d’or du 1er si celui-ci est destitué de son titre.

                        A noter à ce propos, la prise de position de Juppé, parfaitement hypocrite : en soutenant Fillon dans la difficulté, il précise ne pas être une solution de rechange, ce qui en creux accrédite l’idée que la question pourrait être posée. Autre baiser de Judas du maire de Bordeaux : il affirme que les textes permettant l’emploi de membres de la famille par les élus nationaux devront être abrogés ; une manière de souligner que cette pratique n’est pas saine.


                      • Richard Schneider Richard Schneider 27 janvier 16:48

                        @Fergus

                        Et si le finaliste ne veut pas être candidat à la place du vainqueur, est-ce le troisième de l’épreuve qui pourrait se présenter ? Cela serait la meilleure : Sarkozy malgré tout candidat en mai prochain !!

                      • Fergus Fergus 27 janvier 17:44

                        Bonsoir, Richard Schneider

                        Je crois qu’un tel scénario aboutirait à une cinglante défaite de LR, avec une Le Pen ou un Macron élu(e) dans une élection pourtant réputée imperdable il y a encore quelques semaines. smiley


                      • Pyrathome Pyrathome 27 janvier 12:49

                        Une boule puante ??
                        Ah ah ah..... !
                        Non, une bombe à neutron dans le Fion et bientôt une mise en examen...
                        .
                        http://video.lefigaro.fr/figaro/video/penelope-gate-la-popularite-de-francois-fillon-en-chute-libre/5299663942001/
                        .
                        http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/32864-fillon-sondage-presidentielle2017-affaire-penelope-fillon.html
                        .

                        Votre idole est cramée, Rakoto, choisissez-vous un autre looser.....même Juppé a dit qu’il ne servira pas de punching ball...
                        Essayez monsieur Poisson, il sait nager, lui..... smiley


                        • Fergus Fergus 27 janvier 13:12

                          Bonjour, Pyrathome

                          « même Juppé a dit qu’il ne servira pas de punching ball... »

                          En l’occurrence, Juppé est faux-cul : voir ci-dessus mon commentaire à Sarcastelle.


                        • BB Jade4230 27 janvier 12:52

                          Yep toi tu pourrais te présenter dès demain en tenue d’Eve à la Lune dans le caniveau <3


                          • BB Jade4230 27 janvier 12:53

                            @Jade4230

                            Notamment Pire Atome pour que mon smiley cœur entre dans la phase eternity smiley


                          • Gavroche 27 janvier 12:57

                            Bonjour.


                            Une affaire qui va certainement obliger le monde politique à assainir ses pratiques sous peine de non réélection.

                            Les citoyens sont peu enclins à pardonner d’autant plus quand les mis en cause ont basé leur notoriété sur la probité.

                            Comme l’opinion publique est désormais sensibilisée et peu encline à l’indulgence, l’électeur pourrait bien sanctionner sans même attendre si l’enquête conclue à la culpabilité.

                            D’autres affaires en cours risquent-elles de troubler la présidentielles. ? Nul ne le sait., l’électeur a souvent des réactions que la raison ne connait pas.

                            Le mal est donc fait d’ores et déjà et les conséquences risquent de toucher tous les partis, et toutes les futures élections, nationales ou locales, et bien des députés sortants pourraient en pâtir pour leur réélection, même si ce qui est permis peut être parfois critiquable.

                            D’autres affaires seront certainement dévoilées , les « boules puantes » données aux médias pouvant même provenir des propres amis des mis en cause, le monde politique n’étant pas exempt de vengeances ou autres jalousies.

                            Il nous reste à espérer que ce tsunami soit d’un grand profit pour le pays, par une moralisation en profondeur de nos institutions.

                            J’ai vécu bien des élections, mais cette année 2017 est à ce titre vraiment incroyable, que ce soit chez nous ou ailleurs !

                            Cordialement



                            • Gogonda Gogonda 27 janvier 13:43
                              Encore un donneur de leçon sur les valeurs de la république et le respect scrupuleux de la loi qui impliqué dans une sale affaire...de plus, cet adepte de la liberté d’expression devient soudainement un menaçant déposeur de plainte si on ose parler de la dite affaire...

                              Une attitude bien hermétique pour quelqu’un qui n’as rien à se reprocher. 

                              • Buzzcocks 27 janvier 13:56

                                - François chéri, tu savais que le petit Jean a un appareil dentaire.
                                - Merci Pénélope de ces remontées de mon circonscription, tiens, voilà 3000 euros, tu m’achèteras une cravate pour mon meeting de cambrai ?
                                - François, les pains au chocolat sont passés à 1euro 30, tu ferras gaffe quand tu iras chez Bourdin ?
                                - Pénélope, que ferrais je sans toi ?

                                Le mois suivant
                                - François chéri, j’ai relu ton discours de Lorient, tu as oublié d’accorder le participe passé avec le COD.
                                - Oh Pénélope, merci pour tout. Tu mérites vraiment ton augmentation, tiens, voilà 5000.

                                C’est quand même un vrai métier d’être attaché parlementaire.


                                • babadjinew babadjinew 27 janvier 14:25

                                  Le monsieur je vais mettre fin a l’assistanat, vous faire travailler plus pour gagner moins, vous casser la sécurité social tout cela parce qu’il le FAUT BIEN car vides sont les caisses planque sa femme et ses petits(légalement ou illégalement on s’en moque) sous une douche fort généreuse d’argent public.....


                                  Très cohérent !!! Qu’il DÉGAGE 

                                  Mais la ou cela devient complètement absurde c’est qu’il y à des gens pour continuer à soutenir cet hypocrite fini !!! Comment est ce possible ????

                                  Monsieur l’auteur pourriez vous nous éclairer sur ce point ???? Ce, sans passer par la casse gamins de maternelles du style : C’est parce-que tout le monde fait pareil.......

                                  Wake Up !!!! 



                                  • ZenZoe ZenZoe 27 janvier 14:27

                                    D’accord avec Fergus, l’article est 100% mauvaise foi.

                                    Eh, l’auteur, votre champion a déclaré que sa Pénélope travaillait depuis toujours avec lui. Et alors dans ce cas pourquoi son suppléant aurait versé à la même Pénélope un salaire encore plus important ? Soyons cohérent, soit l’emploi fictif vient de Fillon, soit du suppléant, logique non ?

                                    PS : on aimerait bien creuser aussi sur l’emploi des deux fils Fillon soi-disant avocats (21 et 18 ans au moment des faits).


                                    • Buzzcocks 27 janvier 14:46

                                      @ZenZoe
                                      La loi impose une limite quand l’assistant vient de votre famille. Donc Pénélope touchait le max autorisé. Quand elle devient assistant du suppléant, la limite saute et là, elle se gave littéralement.

                                      Mais il y a un hic, le suppléant devant verser des salaires à ses vrais assistants, il n’a plus les fonds. Du coup, le premier ministre (un certain Fillon) demande à ses ministres de filer des emplois à temps partiel aux assistants de son suppléant. Ceux ci sont donc attachés parlementaires tout en cumulant un autre job (et donc un salaire) dans un ministère.

                                      Là encore, on peut imaginer que ces emplois ministériels sont des emplois fictifs.

                                      Bref, derrière cette « affaire Penelope », il y a toute une organisation mafieuse destinée à siphonner du flouze. Pour payer la bonne femme 7600, il a fallu créer des emplois fictifs pour les payer également avec de l’argent venant des fonds ministériels.


                                    • Fergus Fergus 27 janvier 15:25

                                      Bonjour, Buzzcocks

                                      C’est tout à fait cela : des emplois fictifs dans les ministères pour financer l’emploi fictif de Penelope qui pompait tout la « dotation collaborateurs » du suppléant de Fillon. Comme l’a démontré le Canard enchaîné, le mécanisme visait à maintenir le niveau de vie des Fillon, et rien d’autre !

                                      C’est consternant !


                                    • velosolex velosolex 27 janvier 15:54

                                      @Buzzcocks
                                      Tout cela est remarquable de pédagogie et nous ramène à l’antiquité !

                                      Je veux parler bien sur de la Pénélope d’Ulysse, qui le jour tissait son ouvrage avec ferveur, car elle avait promise aux courtisans qu’elle donnerait son coeur, et le reste, une fois que l’ouvrage serait fini. 
                                      Mais la belle la nuit, n’avait de cesse que de le defaire, rendant ainsi l’opération neutre. 
                                      Et c’est sans doute quelque chose de ce gout qui a orienté la tache de notre Pénélope moderne, estampillée soi disant républicaine.....
                                      Enfin moi, je lui conseillerais cette ligne de défense. Je vois d’ici la défense de maitre Collard, avec de grands gestes dans la fourure, et des trémolos.
                                      « Cette femme si discrète mais pourtant remarquablement efficace n’avait qu’un but en tête : Faire un ouvrage semblable à celui de la fresque de Guillaume Le conquérant, mais tout à la gloire de son époux, le baron Fillon. Mais pour qu’il soit digne de lui et de son immense modestie, elle le détruisait la nuit. Et c’est ainsi qu’elle nous fait revivre le mythe d’Ulysse, rentrant au foyer, ayant vaincu le dragon Juppé.... »

                                      Mais je vous le demande, est ce assez payé ? Il me semble que c’est l’éducation nationale qui devrait le plus la remercier, afin d’entretenir les mythes, et donner du gout au potaches, les adorateurs de pétards et de boules puantes..... 

                                    • gaston gaston 27 janvier 19:36

                                      @ZenZoe n’essayez pas de convaincre des gens comme cela .... c’est peine perdu !
                                      Vous pouvez leur mettre les preuves irréfutables sous le nez , ils continueront de défendre l’indéfendable !
                                      Les gens de droite ont toujours eu un rapport malsain avec l’argent , c’est leur drogue !
                                      Ils sont prêt à voler mentir frauder détourner , peu importe d’ou vient l’argent , juste pour en avoir plus !
                                      Ces gens s’apparente plus à la mafia qu’a la politique , ca c’est clair !


                                    • Elliot Elliot 27 janvier 14:32

                                      Le problème n’est pas de savoir si Fillon en employant son épouse a été dans l’illégalité, il ne l’était pas et il l’a répété hier : il avait un budget dont il pouvait disposer à sa meilleure convenance.


                                      Le problème n’est même pas dans le fait d’offrir un emploi à son épouse même si cela peut apparaître comme choquant mais ce n’est pas un passe-droit dès lors que rien ne l’interdit.

                                      Si problème il y a, qui sera à mon avis très difficile à démontrer, c’est si l’emploi n’était pas réellement assuré ( ni même assumé selon les dires d’un passé récent de Madame Fillon elle-même qui peut toujours revenir sur ses déclarations ou dire qu’on l’a mal comprise ). Le non-lieu est hautement probable.

                                      Dès lors que cet emploi devait être renseigné aux autorités chargées de veiller au respect de la législation sociale, on peut s’interroger sur l’inexistence des contrôles concernant sa réalité, encore que c’est l’élu lui-même qui est comptable de la bonne marche de son « cabinet ».
                                      On peut légitimement s’étonner de ce laisser-aller coupable auquel participent tous les groupes politiques complices dans ces petits arrangements.

                                      Qu’un candidat qui a mis l’éthique au premier plan de son action, qui a dû à sa stature morale présumée la victoire aux primaires, soit pris la main dans le pot de confiture est extrêmement déplaisant surtout pour ceux qui se sont engagés derrière lui pour ces raisons mais qui ont, chacun le sait, des facultés d’oubli également remarquables.
                                      Surtout quand on vous donne le choix entre la peste et le choléra !

                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès