• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Peser les identités sur un trébuchet

Peser les identités sur un trébuchet

JPEG

Il semblerait que le problème politique le plus prégnant, celui qui porte les plus graves injustices et nécessite les plus urgentes réparations soit la reconnaissance des identités. L’inflation exponentielle des emplois de ce mot est très récente. Tout se passe comme faire reconnaître son identité était devenu le problème politique n°1. Il n’y a pas longtemps, nos affaires communes étaient régies par un axe pauvres-riches ou travailleurs-possédants. Marx, Keynes, Ford… les forces économico-politiques de la société créaient une vaste classe moyenne, qui dans l’obédience marxiste voulait cacher et ne risquait pas d’y parvenir l’irréductible opposition entre la classe ouvrière et la classe bourgeoise capitaliste. Presque la moitié du monde était communiste et l’expérimentation de grande dimension était en cours. Si on considère que le communisme était scientifique, on peut voir que cette théorie a été falsifiée, elle a fait la preuve en actes qu’elle ne fonctionnait pas, même a minima. C’est triste, mais c’est comme ça.

Ce sont les divisions identitaires qui ont pris la place. Du temps du marxisme, on appelait cela le légitimisme ou souverainisme, c'était marginal. Faire reconnaître son « identité » semble passer devant la question du partage des richesses. Avec des apories conceptuelles intraitables intellectuellement.

D'abord, une certaine idée de la République ne permet pas de considérer de divisions entre ses membres. L'égalité formelle républicaine s'étend volontiers jusqu'à l'uniformité. C'est évidemment intenable et il y a beaucoup d'aménagements : La revendication d'un identité régionale est admise, si le régional va trop loin il lui suffira de dire qu'il est français d'abord... Une autre chose qui brise assez facilement cette égalité, c'est la plainte. ; on veut bien reconnaître les groupes s'ils sont brimés, s'ils souffrent... en bonne logique républicaine, il n'y a pas de personnes « racisés » (mot d'apparition récente), il n'y a pas de violences faites aux femmes, la violence est interdite et punie par la loi dans tous les cas. En dehors de ces cas d'aménagement de l'égalité républicaine, on ne saurait évoquer une particularité identitaire. Quand un comique américain dit que l'Afrique a gagné le championnat du monde, c'est un tollé, à quoi il répond que ces joueurs dont français et africains en même temps. Il ne convainc pas. Beaucoup de Noirs dans l'équipe de football, mais il n'y a pas de Noirs. Les personnes racisées veulent une reconnaissance spécifique de la République : les Noirs existent puisqu'ils ont été colonisés et esclavagisés, c'est une preuve.

Ainsi, il nous faut de la diversité, mais pas de races. Le mot race va avec racisme et à ce titre, le supprimer de la Constitution serait salutaire. La diversité tout au contraire est généreuse et fait des différences une valeur positive. La question que pose cet article est de chercher à dire comment cela peut tenir ensemble, ce goût de la diversité et ce refus des races.

Cette impossibilité théorique est partout et va rebondir dans tous les sens. A moins que la partition que je viens de photographier, ces deux-poids deux-mesures ne s'insinuent dans les esprits par la répétition et l'usage, dissimulant sa vacuité jusqu'à la faire oublier complètement.

Une exposition-performance contre l'esclavage a été contestée, avec coups et obstructions rédhibitoires, il y a quatre ans par un groupe qui la jugeait favorable à l'esclavage, le collectif antinégrophobe. En substance, la performance immergeait le spectateur dans des situations coloniales esclavagistes ayant existées, dont certaines particulièrement choquantes ; versus « si on montre ces choses-là, on les cautionne ».

Ces jours, Robert Lepage a dû interrompre son spectacle SLAV qui, selon certain(e)s de la communauté noire pratique une coupable « appropriation culturelle ». Or, dans son Coriolan, Lepage fait jouer un militaire romain par un Noir. Personne ne parle d'appropriation culturelle. Ce n'est pas la même chose dans un sens et dans l'autre.

La censure ne vient plus de l’État, elle vient de groupes de la société civile, il n'y a plus aucun terrain pour des débats, la ténacité et la détermination des plaignants qui sont juges et parties est l'outil de la réalisation de cette censure (sans dire que les procès de l’État aux artistes étaient des modèles de débats contradictoires).

Il faut à la fois nier les groupes et obliger partout une « visibilité » proportionnelle à leur nombre. Certains groupes sont admis à cette « pratique » mais pas tous. Il fut un temps où la reproduction sociale était une tare qu'il fallait compenser au mieux (Bourdieu). Dans notre logiciel d'identités, plus personne ne pèse le nombre d'enfants de prolos dans les postes de pouvoir. Ces deux poids deux mesures augmentent le malheur du monde, les identités n'étant pas susceptibles de débats ni de positions médianes respectant tout le monde, la « solution » proposée étant toujours la censure, appliquée sans procès par les accusateurs eux-mêmes.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • cyborg 21 août 14:26

    Du temps du marxisme, on appelait cela le légitimisme ou souverainisme, c’était marginal.
     
    De l’ignorance crasse de gauche... Staline commissaire aux nationalités (en URSS voulait dire peuples) car tout marxiste sait que le communisme s’établit sur un substrat existant. D’où l’importance donnée par les marxistes aux peuples (Marx parle des mirs russes, des irlandais nationalistes) les austro marxistes comme Bauer aussi etc.
     
    Quand Lénine dit que la haine des nations (des identités des peuples ) est l’internationalisme des imbéciles (des gauchistes maladie infantile du communisme) et quand Marx dit que les prolétaires n’ont pas de nation, car comme l’usine où leur production, la nation leur a été enlevée (par les gauchistes cosmopolites collabos des capitalistes maintenant à l’époque dans une « fausse-conscience impérialiste »)
     
    Les gauchos ont fait croire que l’internationalisme c’est le mondialisme cosmopolite, un anationalisme, car il servent leur maîtres de l’oligarchie. Nanifier les états est indispensable à l’oligarchie.



      • Passante Passante 21 août 19:15
        la passion du politiquement correct est un pur et dur Sida mental :
        -ça se présente bien en syndrome puisque ça touche divers domaines, passionnément
        -ça s’attaque bien aux identifications possibles de chacun donc aux défenses, donc à l’immunitaire
        -et ça se transmet comme la « culture » la plus plate et la plus fliqueuse qui soit, voilà pour l’acquis...

        • Jonas 21 août 22:25
          « La diversité tout au contraire est généreuse et fait des différences une valeur positive. »

          La diversité est une arme de propagande des mondialistes pour détruire les identités culturelles de la civilisation occidentale, afin d’imposer le consumérisme, l’individualisme, et l’égoïsme.

          Saint-Denis (film vidéo du centre-ville) n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc...) en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.
          Ceci impliquant un bouleversement du paysage culturel, cultuel et ethnique.
          Les prénoms donnés ne sont plus Christophe, Matthieu, Sylvaine et Estelle, mais Rachid, Mohamed, Youssouf, Fatoumata et Kakambwa.
          Les nouveaux arrivants n’ont plus comme héritage Aristote, le Christ, Jeanne D’Arc, Descartes, Pascal ou Chateaubriand, mais le Coran, le Ramadan, le Zouk, le Wolof et l’arabe. (à Saint-Denis, une vingtaine de boucheries islamiques, pas une seule boucherie traditionnelle pour 90 000 habitants !!), 7 ou 8 écoles coraniques enseignant l’Islam radical aux jeunes musulmans, et la nouvelle grande mosquée flanquée de son minaret financée par l’Arabie Saoudite (islam radical wahhabite).
          http://islamineurope.hautetfort.com/archive/2013/11/30/mosquee-saint-denis-centre-palmier.html
          http://islamineurope.hautetfort.com/archive/2013/11/29/mosquee-saint-denis.html

          A Pantin, la dernière boucherie traditionnelle a fermé en 2011, il n’y a plus que des boucheries islamiques.


          • Orélien Péréol Orélien Péréol 7 septembre 10:15

            J’ai fait une vidéo. Je n’y lis pas l’article, j’en reprends les idées dans une improvisation orale : https://www.youtube.com/watch?v=10btR7SJmsA&feature=youtu.be

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès