• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pour Jean-Louis Bourlanges, c’est la capitulation et la bérézina (...)

Pour Jean-Louis Bourlanges, c’est la capitulation et la bérézina !

« Le marchandage entre la France insoumise, les Verts, les socialistes et les communistes (…) : cet accord est dominé par des intérêts strictement électoraux puisqu’il s’agit, d’un côté, d’adouber un chef, le lider maximo Jean-Luc Mélenchon, et de l’autre, d’échanger des convictions contre des circonscriptions. Cette dimension politicienne de l’opération lui donne un caractère plutôt minable. » (Jean-Louis Bourlanges, "Le Figaro", le 4 mai 2022).



Quand on parle de capitulation ou de bérézina, pense-t-on au PS ou pense-t-on à la Russie ? Peut-être aux deux. Le jeudi 5 mai 2022, le député MoDem des Hauts-de-Seine Jean-Louis Bourlanges était l’invité d’Élizabeth Martichoux à la matinale de LCI, pour évoquer la situation en Ukraine (il est le président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée Nationale depuis le 27 janvier 2021, à la suite de la disparition de Marielle de Sarnez), et il en a profité pour donner son commentaire indigné sur l’accord stupéfiant entre le PS et FI.

J’apprécie beaucoup Jean-Louis Bourlanges depuis une quarantaine d’années. Il a toujours su relever le niveau du débat politique national. Mais ce côté intellectuel l’a probablement défavorisé au point de n’avoir jamais été ministre alors qu’il aurait été l’un des plus méritants. Il a eu peu de mandats politiques et son élection comme député des Hauts-de-Seine en juin 2017 était nouvelle pour lui qui n’avait pas encore été parlementaire national. À 75 ans, après de nombreuses hésitations et poussé par Emmanuel Macron autant que par ses amis, il a finalement accepté de se représenter aux élections législatives de juin 2022 pour second mandat. Il avait pourtant envisagé de prendre sa retraite (n’imaginant pas être député encore à ses 80 ans), mais au-delà des très pressantes sollicitations de ses amis, il trouve aussi que la période est très riche et cruciale dans les relations internationales dont il est un spécialiste reconnu.

L’étiquette du MoDem n’était pourtant pas une évidence, puisque, parmi les soutiens de la candidature de François Bayrou à l’élection présidentielle de 2007, il avait refusé d’adhérer au nouveau parti de ce dernier, le MoDem. À l’origine gaulliste, issu dans sa jeunesse étudiante de l’UJP (Union des jeunes gaullistes), il s’était rapproché de l’UDF mais s’était retrouvé orphelin de parti en 2007, refusant la ligne "ni-ni" de François Bayrou (il avait voté pour Nicolas Sarkozy au second tour en 2007) : « Entre l’UMP, le MoDem et le Nouveau centre, les enfants de l’UDF n’ont le choix qu’entre une reddition, une secte et un camp de réfugiés. ». Il a ainsi osé participer (seul) au congrès fondateur du MoDem pour dire qu’il n’y adhérerait pas. Finalement, embarqué dans l’aventure macronienne de 2017, il a préféré se rallier à la "secte" au gourou retiré qu’à la reddition directe sous la bannière de LREM (cette fois-ci).

Ce n’était pas la première fois qu’il était un électron libre dans les structures du centre droit, puisqu’en 1988, après l’échec de la droite à l’élection présidentielle, il avait fait "fureur" en publiant "Droite, année zéro" (chez Flammarion) qui était une très sévère critique de Jacques Chirac, de la cohabitation et de la droite en général : « À cette France nouvelle, idéologiquement libérale-socialiste et politiquement insatisfaite, la droite n’a offert depuis des années que le spectacle de ses contradictions : coincée entre la nostalgie paléo-libérale de l’État fainéant et la tradition technocratique de l’État tout puissant, elle souffre aujourd’hui d’une profonde crise d’identité. Pour surmonter sa défaite, il lui faut d’abord inventer un libéralisme démocratique qui soit moins tourné contre la puissance publique que contre l’abus de pouvoir sous toutes ses formes. Il lui faut surtout faire pénétrer ce libéralisme, c’est-à-dire le respect des différences, le partage du pouvoir, la religion du droit, dans sa propre maison et en finir avec ce mélange indigne d’anarchie clanique et de soumission administrative qui lui tient lieu de culture politique. ». Oserais-je dire que cette analyse reste encore d’actualité ?

Réflexions et analyses profondes, sens de la formule, Jean-Louis Bourlanges avait donc tout pour devenir un grand politique. IEP, agrégation de lettres, ENA, Cour des Comptes, le haut fonctionnaire s’est essayé à quelques tentatives électorales : il a été élu conseiller municipal de Dieppe de mars 1983 à mars 1989, conseiller régional de Haute-Normandie de mars 1986 à mars 1998, et son mandat qui l’a caractérisé, c’est celui de député européen, puisqu’il y a été élu et réélu de juin 1989 à décembre 2007, sur la liste menée par Simone Veil en juin 1989, celle menée par Dominique Baudis en juin 1994, celle menée par François Bayrou en juin 1999, puis en juin 2004 (le scrutin s’étant régionalisé, il fut la tête de liste du Nord-Ouest). Il fut appelé pour prendre la tête de liste aux élections municipales de Rouen en mars 2001, mais finalement, il s’est désisté et ce fut le centriste Pierre Albertini qui l’a remplacé (et a été élu).

Centriste et européen, Jean-Louis Bourlanges a une stature intellectuelle qui le rend exceptionnel dans la classe politique, fin connaisseur tant des relations internationales que de la politique intérieure française et des finances publiques (il est l’un des rares parlementaires à maîtriser la loi de finances). Président de la section française du Mouvement européen entre1995 et 1999, il s’est beaucoup investi au Parlement Européen, prenant de nombreuses responsabilités, en particulier : président de la commission du contrôle budgétaire d’avril 1993 à juillet 1994 et président de la commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures.

Sur le plan national, le Président Nicolas Sarkozy l’a nommé parmi les membres du Comité Balladur pour la réforme des institutions. Pendant une dizaine d’années, il est resté à l’écart de la vie politique active, autour de 2010, pour des raisons familiales, préoccupé avant tout par la santé de son épouse.

Jean-Louis Bourlanges, par son expérience et par ses observations, est donc régulièrement invité sur les plateaux de télévision pour proposer ses analyses toujours passionnantes de la vie politique et internationale. Le 4 mai 2022, a été publiée une longue interview dans "Le Figaro" au titre très évocateur : « La capitulation des gauches devant Mélenchon est une bérézina idéologique ». Et il a enfoncé le clou le jeudi 5 mai 2022 sur LCI.

_yartiBourlangesJeanLouis02

Ayant eu encore un peu de respect pour le parti socialiste, Jean-Louis Bourlanges a pourfendu l’accord complètement scandaleux que ce parti a passé avec Jean-Luc Mélenchon : « Cet accord (…), c’est absolument minable. Cela se résume très simple. Je troque mes convictions contre des circonscriptions. Et je troque toutes mes convictions contre quelques circonscriptions. En plus, c’est un marchandage qui est idiot. ». Idiot car Jean-Luc Mélenchon ne sera pas Premier Ministre. Par conséquent, cette opération NUPES est un véritable leurre.

Mais Jean-Louis Bourlanges y a vu aussi un changement historique, le PS refusant désormais de redevenir un parti de gouvernement : « Les choix fondamentaux des socialistes ont été mis en cause à travers cet accord, les choix qui sont faits depuis la guerre. C’est un socialiste, Ramadier, qui a écarté les communistes au moment de la guerre froide. Ce sont les socialistes qui ont signé le Traité de Rome. Guy Mollet qui a signé le Traité de Rome. C’est François Mitterrand qui a animé avec force le combat contre les fusées russes avec ce fameux discours de Bonn de1983. Qui ont été constamment fidèles à l’Alliance atlantique, à la construction européenne et à l’économie de marché, à condition que l’économie de marché soit corrigée par de profondes mesures de redistribution. C’est tout cela qui, d’un trait de plume, pour quelques circonscriptions, quelques plats de lentilles vraiment dérisoires, qui est mis en cause. Donc, je comprends vraiment l’indignation de Cazeneuve, Cambadélis et de quelques autres qui disent : mais que fait-on de notre héritage ? ».

Il a réfuté l’idée que les socialistes ne représentaient que le score de leur candidate Anne Hidalgo dont, par ailleurs, il n’appréciait pas la politique à Paris : « Ce n’est pas 1,7. En réalité, une grande partie de l’héritage social-démocrate avait été captée par Emmanuel Macron. (…) Il n’est pas le fossoyeur [du PS], il est le clarificateur, ce que Hollande n’a pas été. Hollande voulait tenir dans le même attelage des chevaux allant dans des directions différentes. (…) Et il a cassé là-dessus, c’est pour cela qu’il ne pouvait pas se représenter, car il ne pouvait plus tenir son attelage. (…) De Mendès France, François Mitterrand, à Michel Rocard, Jacques Delors, et, du côté vert, Dany Cohn-Bendit, ont tous choisi le camp de la modernisation, de façon un peu tortueuse pour Mitterrand évidemment, mais le camp de la modernisation, le camp de l’Europe, le camp de la sécurité collective avec nos alliés, le camp du refus de la dictature, et c’est cela qui est bradé pour rien. ».

De plus, Jean-Louis Bourlanges a souligné que Jean-Luc Mélenchon, qu’il a qualifié de lider maximo du néopoutinisme, n’a pas du tout l’intention d’aller à Matignon puisqu’il ne table que sur 200 circonscriptions éligibles par sa coalition, soit loin de la majorité absolue : « Je dis que dans l’esprit même de Mélenchon, les calculs électoraux qui sont les siens démentent son projet politique affirmé. ».

Également historien à ses heures perdues, après avoir cité Tacite et Thucydide, le député centriste a fait la comparaison avec l’élection présidentielle de 1969 : « [Mélenchon] considère que toute défaite est une promesse de victoire différée. (…) Jacques Duclos, qui a fait, en tant que représentant du parti communiste en 1969, un score comparable à celui de Mélenchon, n’a jamais imaginé, lui, qu’il serait chef d’État ni Premier Ministre de Pompidou ! ».

_yartiBourlangesJeanLouis03

Et peut-on parler de capitulation et de bérézina pour la guerre en Ukraine ? Et pour quel camp ? En tout cas, Élizabeth Martichoux avait évidemment interrogé Jean-Louis Bourlanges dès le début de l'interview sur Vladimir Poutine et la sécurité en Europe (LCI semble d’ailleurs être devenue une chaîne carrément ukrainienne !). En particulier, il a dit se méfier du Président russe : « Je crois qu’il faut toujours se méfier de Vladimir Poutine, qui est un personnage dominé (…) par son orgueil, par la certitude ou l’idée d’avoir fait un mauvais choix et le refus absolument de se l’admettre, le reconnaître lui-même, avec tous les risques de surenchères que cela implique. ». En d’autres termes, Jean-Louis Bourlanges fait partie de ceux qui prennent avec sérieux les risques d’extension de la guerre au-delà de l’Ukraine voire la menace nucléaire.

Car la fierté de la Russie ne peut accepter une défaite sur le terrain ukrainien : « Plus les Russes sont en situation de faiblesse, plus les Russes sont dans l’impasse, plus ils brandissent une menace d’extension du conflit. Face à cela, je pense qu’il faut faire preuve de sang-froid, de modération. Le Président Theodore Roosevelt disait, au début du siècle dernier, qu’il fallait parler doucement et avoir un gros bâton. ». Pour le président de la commission des Affaires étrangères, Joe Biden est le "gros bâton" et la France (ou l'Europe) devrait être le "parler doucement".

Pour Jean-Louis Bourlanges, c’est Vladimir Poutine qui a encouragé l’Europe à rester unie sous protection américaine : « Qui aurait jamais douté, en tout cas, pas moi, que la sécurité fondamentale de l’Europe restait exercée par la protection américaine, et que notre souci depuis une dizaine d’années, c’est de voir que les Américains se désintéressaient de l’Europe, ne considéraient plus la Russie comme une menace et ne s’intéressaient qu’à la Chine ? Et Poutine, de façon extrêmement inopportune selon ses propres intérêts, a ramené les États-Unis à cette préoccupation fondamentale depuis la guerre froide, depuis la fin de la guerre. ».

Mais il n’y a pas de vassalisation des pays européens dans l’OTAN, et c’est même à cause de cela que c’est un modèle dont ne veut pas Vladimir Poutine : « L’alliance occidentale est une alliance de peuples libres qui mutualisent leurs forces, évidemment avec un pays qui a des moyens militaires et financiers beaucoup plus importants que les autres. ».

Marioupol est devenue une ville fantôme, tout est détruit. L’armée russe est comme un rouleau compresseur qui tue tout le monde et qui détruit tout : « Chaque fois que les Russes gagnent en Ukraine un centimètre du territoire, c’est un centimètre de désert en plus. ». C’est le désert russe.

Bien sûr que les sanctions des Européens contre la Russie coûtent aussi aux Européens. Jean-Louis Bourlanges, gaulliste à l’origine, aime bien citer De Gaulle sur l’effort : « Le Général De Gaulle disait : "le salut exige la victoire, mais le succès coûte l’effort". Si nous croyons que les forces européennes, occidentales, peuvent se dispenser de tout effort pour gagner cette confrontation vis-à-vis de la Russie, préserver leur indépendance, sauver l’unité de l’Union Européenne, assurer la sauvegarde et la liberté de l’Ukraine, s’ils pensent le faire sans effort, ils se trompent. ».

Avant la nomination du nouveau gouvernement, en analysant deux sujets d’actualité très prégnants, l’accord de la NUPES derrière Jean-Luc Mélenchon et la guerre en Ukraine, Jean-Louis Bourlanges a bien sûr utilisé son intelligence et son sens du raisonnement, mais aussi ses émotions et sa passion, son droit à l’indignation, à propos d’une certaine idée qu’il se fait et de l’Europe en proie aux menaces de Vladimir Poutine, et de la gauche complètement décomposée idéologiquement par Jean-Luc Mélenchon qui l’a incroyablement humiliée.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (05 mai 2022)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Jean Faure.
Jean-Louis Bourlanges.
François Bayrou.
Joseph Fontanet.
Marc Sangnier.
Bernard Stasi.
Jean-Louis Borloo.
André Rossinot.
Laurent Hénart.
Hervé Morin.
Olivier Stirn.
Marielle de Sarnez.




 


Moyenne des avis sur cet article :  1.19/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 20 mai 09:27

    Un député MoDem qui se fout de la gôche, c’est à hurler de rire.

    Ils ont vraiment honte de rien ces enfoirés...


    • Fergus Fergus 20 mai 09:51

      Bonjour, Clocel

      Cela se nomme de la politique, et dans chacun des trois blocs dominants il se trouve des voix pour dézinguer la stratégie des deux autres.
      Mais peut-être vous a-t-il échappé que nous somme en campagne législative. smiley


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 mai 09:56

      @Clocel

      L’eau tiède méprise l’eau chaude et l’eau froide sans lesquelles elle n’existerait pas. Le « centre » est un mitigeur thermostatique.


    • Clocel Clocel 20 mai 10:02

      @Fergus

      VOUS êtes en campagne législative, je ne fréquente pas ce genre de caniveau...

      « Ce monde est un bourbier, tâchons de rester sur les hauteurs ».


    • Fergus Fergus 20 mai 11:16

      @ Clocel

      « je ne fréquente pas ce genre de caniveau »

      C’est pourtant de cette manière que fonctionnent les démocraties. Et ce n’est pas le système de représentation législatif qui pose problème dans notre cas, mais : d’une part, le fait que l’exécutif n’ait pas à répondre de son action devant les élus, le Premier ministre n’étant plus qu’un intendant du château ; d’autre part, le fait qu’il n’y ait pas de contre-pouvoirs suffisamment indépendants et puissants.

      Vous ne proposez jamais rien : vous êtes uniquement dans le rejet et l’anathème. Ce n’est pas sérieux !


    • Clocel Clocel 20 mai 11:22

      @Fergus

      J’ai déjà eu l’occasion de dire que je conchiais votre démocratie, quant à lui trouver un système substituable, aux vues des résultats, n’importe lequel fera l’affaire pourvu qu’on en sorte.

      Il est vraisemblable qu’elle disparaîtra d’elle-même avec les derniers boomers, dont je fais partie.


    • Fergus Fergus 20 mai 11:58

      @ Clocel

      Je ne me fais pas de soucis : malgré leurs défauts (souvent bien réels), les démocraties nous survivront !


    • Clocel Clocel 20 mai 12:07

      @Fergus

      Aussi longtemps qu’il y a aura du grain à moudre, sans doute, mais lorsque les énergies, les matières premières et les denrées qu’elles génèrent viendront à se raréfier, nous en reviendrons à des modes de « partage » plus triviaux, n’en doutez pas non plus !

      Ce qui fera énormément de bien à notre espèce qui s’avachie dangereusement, sans parler du tas de merde que va laisser l’ère industrielle.


    • chantecler chantecler 20 mai 12:11

      @Fergus
      Je dirais même plus : l’histoire nous survivra .
      Et ma mort n’empêchera pas la planète de tourner .
      J’espère avoir fait avancer le schmilblick ...


    • troletbuse troletbuse 20 mai 12:13

      @Fergus
      L’ennui, c’est que vous ne survivrez pas à cette démocratie !


    • troletbuse troletbuse 20 mai 12:15

      @Fergus
      Une nuance, si vous y survivez pour peu de temps vu qu’elle est déjà morte.


    • Aristide Aristide 20 mai 13:23

      @Fergus

      Et ce n’est pas le système de représentation législatif qui pose problème dans notre cas, mais : d’une part, le fait que l’exécutif n’ait pas à répondre de son action devant les élus, le Premier ministre n’étant plus qu’un intendant du château ;

      Bizarre position quant on voit que votre choix électoral se tourne vers Mélenchon qui ne cesse de proclamer qu’il mettra en oeuvre SA politique en tant que premier ministre.

      d’autre part, le fait qu’il n’y ait pas de contre-pouvoirs suffisamment indépendants et puissants.

      C’est ce point qu’il est nécessaire de réformer, par une loi électorale qui permettrait une meilleure représentativité. Comment ? Une certaine dose de proportionnelle, ou une intégrale par territoire tel que région ou département, une prime au gagnant, ... enfin bon ... un type de scrutin qui ne ferait pas que 25% de la population ait tout juste quelques députés. Mais le système actuel a des avantages en dégageant des majorités plus claires. 

      Ce qui est étonnant c’est la manière de nommer les choses !!! Si Macron a la majorité, il ne manquera personne pour dire qu’une majorité aux ordres est en place. Par contre, si la NUPES obtenait la majorité, les mêmes oseraient parler de soutien populaire à une politique incarnée par le Premier Ministre.


    • Fergus Fergus 20 mai 13:49

      @ Aristide

      Mélenchon sait très bien qu’il ne sera jamais Premier ministre !
      Je persiste à penser que si la Nupes obtient entre 150 et 180 sièges ce sera déjà un excellent résultat car cela renforcera les prérogatives de la gauche à l’Assemblée Nationale, que ce soit en termes de temps de parole, de droit à présenter des propositions de loi et de postes-clé dans les commission.

      Pour ce qui est de la réforme de la loi électorale, cela fait des lustres que j’en suis un partisan convaincu, la meilleure solution étant à mes yeux 50 % de proportionnelle afin de garder une moitié des élus en lien avec un territoire local.


    • @Fergus

      Je ne me fais pas de soucis : malgré leurs défauts (souvent bien réels), les démocraties nous survivront !
       
      ---
      La vache smiley oui j’ai bien lu !, j’ai meme du la relire tant elle m’a piquée les yeux

      Quel prétentieux imbu de lui meme et son auto satisfaction dénué de toute matiere cognitive pour rediger une telle absurdité tant la sottise est immense.

      Ou alors qul est la notion de démocratie chez vous ?
       
      Par exemple pensez vous que nous sommes encore en démocratie ici ?
      visiblement d’apres un collectifs de chercheurs mondiaux,
      nous n’en faisons désormais DEJA plus parti,
      mais sommes classés en « flawed démocraty » et pas « fully democraty »
      comme l’est au passage désormais le Chili de l’ex pinochet (sisiu verifiez ignare)

      La vous rejoignez le poduimlde la connerie avec celle ci de celle légendaire de nonos avec son :

      « Les non vaccinés sont des criminels »
       


    • Aristide Aristide 22 mai 11:51

      @Fergus

      Pour ce qui est de la réforme de la loi électorale, cela fait des lustres que j’en suis un partisan convaincu, la meilleure solution étant à mes yeux 50 % de proportionnelle afin de garder une moitié des élus en lien avec un territoire local.

      Assez bizarre qu’en tant que fédéraliste, vous n’évoquiez qu’un système national , La possibilité de systèmes de votes par région me semble aussi une solution.

      Pour ma part, compte tenu de la difficulté du sujet, je crois que la prudence est de mise. Comment équilibrer la représentation de l’Assemblée Nationale sans nuire à la nécessité de dégager une majorité claire qui mènera une politique connue des électeurs avant le vote.

      Les dernières négociations partisanes de la Nupes sont la démonstration de la limite de la proportionnelle, on se retrouve avec des alliances de circonstances non plus sur des députés, mais sur la répartition de postes de pouvoir, ministère et autres lieux ... Et cela au détriment des programmes et surtout des électeurs, qui ne savent rien de la politique qui sera menée et sur laquelle d’ailleurs, ils ne se sont pas prononcés.


    • Décroissant 20 mai 09:46

      Encore un de ces tendrons de la start-up nation recruté pour pilonner l’adversaire désigné des prochaines législatives : Rako Paris ment, Rako Paris...


      • Fergus Fergus 20 mai 09:54

        Bonjour, Décroissant

        Bof ! Bourlanges est dans son rôle en tentant  en vain, venant de lui — de discréditer l’alliance de gauche. Et L’auteur dans le sien en relayant cette parole au titre de son soutien inconditionnel au pouvoir macroniste.


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 mai 09:59

        @Fergus

        Ce n’est pas parce que Depardieu donne toute sa mesure dans le rôle d’Obélix que ça excuse l’un et l’autre pour leur goinfrerie.


      • Décroissant 20 mai 13:05

        @Fergus

        Bonjour, Fergus

        En la circonstance, le jeu de rôle est franchement faussé par le quasi monopole médiatique détenu par le pouvoir oligarchique dont Macron n’est que le fondé de pouvoir. Cette situation est une parfaite illustration du mythe de la caverne de Platon. Après le « tout sauf Le Pen », nous allons assister impuissants au rouleau compresseur « tout sauf Mélenchon ». Démocratie vous avez dit !… Passablement dégradée, alors.


      • Aristide Aristide 20 mai 13:36

        @Fergus

        alliance de gauche

        Non, c’est un simple accord électoral discuté par des seconds couteaux. Pour le programme, c’est l’AEC moins quelques « nuances » (sic) : « Nous ne pouvions pas, dans le délai qui était le nôtre, et après un si long moment d’absence de débat, nous accorder sur tout »

        Même venant du pire politique, une vérité n’en reste pas moins une vérité !!!


      • Fergus Fergus 20 mai 13:51

        @ Aristide

        « c’est un simple accord électoral »
        Je suis largement d’accord avec vous sur ce point. Mais un accord pragmatique.


      • pasglop 20 mai 10:16

        Voir ressusciter des ectoplasmes centristes pour contrer au maximum le prétendu bastringue hétéroclite Mélenchoniste est assez jouissif.
        Il est vrai que les Centristes ne se seraient jamais abaissés à faire des compromis électoraux...


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 20 mai 10:45

          @pasglop

          un veau ne s’abaisserait jamais à manger de l’herbe : il préfère téter.


        • confiture 20 mai 11:29

          Il a pas dépassé l’age de la retraite ?


          • Fergus Fergus 20 mai 11:47

            Bonjour, confiture

            Il a 75 ans. Mais ces gens-là sont persuadés qu’ils sont indispensables à la nation. C’est pour eux une question existentielle : hors de la vie publique, il n’est pas d’existence qui vaille d’être vécue ! Accessoirement, ils ne crachent pas sur les marques de reconnaissance qui y sont liées.


          • Aristide Aristide 20 mai 13:26

            @Fergus

             Mélenchon est âgé de .... 70 ans ! Et il veut aussi en être !!!

            Essayez vous à l’objectivité, vous verrez au début cela surprend mais on s’y fait. 


          • Fergus Fergus 20 mai 13:40

            Bonjour, Aristide

            Essayez vous à l’honnêteté  : vous savez très bien  je l’ai écrit sans ambiguïté plusieurs fois avant la présidentielle  que j’estimais le temps venu pour Mélenchon de passer la main !!!


          • @Fergus
            bôf de toute maniere avec ce magnifique coup de poker que monarc viens de faire ces derniers jours avec le ministre de l’éducation aux racialistes communautaristesde la fi et en leur raflant une tres grande partie du coeurde cible de la fi, c’est fini c’est foutu la fi vous oubliez point.
             
            C’est d’ailleurs bien le point que vous aimiez quez la fi qui se retrouve désormais dans les ideaux macroniens
             
            bref quel est votre dessacord de fond desormais avec la macronie ?
            Le racisme, le commnautarisme, le wokisme, le credit social tout y est

            En economie et en redistribution, vous meprisez depuis toujours les classes laborieuses comme avec les gjs de l’epoque, donc ca matche toujours a macronie
             
            L’energie, vous etes un ardent défenseur de l’Ukraine, donc vous comprenez que les centrales à gaz ca ne sera plus possible, et que les ernergies alternativs discontinues ne sonts pas viables, de plus croyez au co2 et au rechauffement de la planete ?
            oui non ?
            Donc le point de déssacord avec la Fi ne tiens plus non plus sur le nucleaire et de plus aurez bonne conscience grace à F Roussel qui lui est pour
            Vous matchez toujours avec la macronie en pleinaccord avec tout ceci

            La vaccination obligatoire, vous y croyez depuis toujours, priver de droits de maniere totalement arbitraireet non scientifique de leurs droits ceux qui refusent le credit socaial ne vous en fais pas biger une ni n’en derange l’autre
            Encore un point fort pour la macronie et LREM

            Vous etes europeiste convaincu, comme LREM
             
            Vous avez déclaré vous meme voter LREM au deuxieme tour
             
            Pouquoi donc ne pas militer pour lrem et deveniur adherant voir coller des affiches pour eux, ce n’est pas sale d’etre à en marche
            Ce qui par contre est sale et malhonnette est de dire qu’on est pour la Fi alors qu’on est en fait pour LREM meme si c’est vrai une frontiere viens de tomber cette semaine avec le choix du sinistre de l’éducation.
             
            ou dites moi plutot ce qui vous déplais chez LREM, ils cochent quazi toutes vos cases ideologiques, petite bougrgoisie méprisante, progressiste et souvent boomer et bien sur retraitée car pour les autres qui suivent tant que la votre elle est payée rien à foutre la retraite à la st glinglin pour les suivants


          • Octave Lebel Octave Lebel 20 mai 11:59

            La démocratie est un concept politique qui a une très longue histoire qui raconte comment les libertés de l’individu se conjuguent avec celles des autres. Si on veut expliquer et illustrer pour les jeunes générations ce que n’est pas la démocratie au XXI° siècle et quels sont tous les chemins et errances qui existent afin d’entraver son émergence, votre champion du jour et la relation que vous faites de son itinéraire sont de bons documents de travail.

             


            • Aristide Aristide 20 mai 13:28

              @Octave Lebel

              Voilà donc un extrême centriste de toujours transformé en anti démocrate avéré !!! Bravo ... Bon, c’est vrai que vous êtes fort, assez pour nous faire passer la NUPES pour un accord politique de la base, du peuple, ... !!!


            • Octave Lebel Octave Lebel 21 mai 20:55

              @Aristide

              Combien d’extrêmes-centristes comme vous et votre protégé n’ont trouvé rien à redire lorsque le résultat du référendum de 2005 a été contourné ou que Sarkosy a supprimé 11 000 postes de policiers ( il fallait honorer la facture de la promesse faite à ses copains milliardaires) après s’être fait élire en brandissant le karcher de la sécurité ou qu’il a décidé de son propre chef de réintégrer le commandement militaire de l’OTAN.Vous faites un piètre comédien qui se cache derrière des  !!!! et encore des  !!!!!  smiley


            • @Octave Lebel
              tiens en parlant des copains millardaires de sarko, c’est un amateur concernant les inégalités...
              une preuve factuelle indiscutable,
              vous preferez qui ? Forbes, le wiki ou autre de votre choix pour départager ?

              donc dans le MONDE, cad toute la planete et tous es pays ou donc il y a les USA (et ses 51etats) , le Quatar et sa débauche d’injustices et de richesses, La Russie avec ses Oligarches, les Chinois millardaires, etcet... ne vais pas évoquer tous les pays y compris l’inde avec TATA etcetc..
               
              vous avez donc une petite idée de la liste ET des échelles
              Eh bien es riches se sonts tellement goinfrés et ceci grace a la politique totalement injuste et la captation de toutes les richesses qu’on produis ce pays, descadeaux fiscaux débordant de générosité aux super possedanbts que monarc à fais...
              et croyez oi c’est giogantissimme
               
              vous trouvez qui dans les gens les plus riches de toute a planete à la 3 ...oui oui
              TROIZIEME PLACE mondiale
              nonon pas mohamed bourzouf magant richissimme du petrole
              mais bien un Francais
              Bernard Arnaud !!!
              la troizieme place dans le monde vous réalisez ?
              vous pourriez croire à un accident (ca arrive)
              mais la 10 eme place vous confirmes que ce n’en est pas un

              c’est la bettancort (loreal) à la 10 eme place
               
              bref deux francais et ca c’est historique depuis monarc (pas avant verifiez !!!)
              qu’il n’y a pas un maiis carément deux méga millardaires classés dans le monde dans le top ten tellement ces gens ont étés avantagés sur tous les points par la gouvernance macron

              et ensuite que les gogos de gogoche de votre genre ont appellé à veauté macron, c’est une faute majeure impardonable qui dois cette fois etre sanctionées pour que chacun retourne dans son camp idéologique, la cgt ou les fui qui appellent a voter directement ou indirectment pour l’ultra grand capiutal est impensable ou alors qu’ils prennent leurs responsabilitées et integrent directement comme une partie de la droite ultraliberale la macronie, dans la vie faut savoir ce que l’on veut et ou l’on deumeure idéologiquement


            • Aristide Aristide 22 mai 09:42

              @Octave Lebel

              Combien d’extrêmes-centristes comme vous

              Impayable l’insoumis, après m’avoir accusé d’extrême-droitisme, me voilà qualifié d’extrême-centriste.

              2005, Sarkozy et son karcher, les 11000 postes de policiers, les milliardaires, l’OTAN, ... Vous n’avez rien de plus pour affirmer n’importe quoi :
                Ignorer le résultat de 2005 est une démonstration du déni de démocratie, c’est clair !!!
                Parler de karcher alors qu’il s’agit de remettre en place une vraie sécurité pour tous est un posture électoraliste comme celle à l’inverse de votre mentor sur la police factieuse, c’est clair !!!
                La suppression de l’ISF est une honte, c’est clair !!!
                La réintégration dans le CI de l’OTAN est une faute contre notre souveraineté nationale et notre indépendance, c’est clair !!!

              Vous faites un piètre comédien qui se cache derrière des !!!! et encore des !!!!! 

              Vous êtes un jean foutre, incapable de répondre au fond sur cet accord de répartition de sièges dissimulé derrière un programme discuté à la va vite dans des réunions de seconds couteaux des partis. Tout juste capable d’attaques ad-hominem minables pour éviter de répondre au fond.

              Moi c’est des !!! vous ce sont des petits dessins comme pour les enfants !!!


            • Octave Lebel Octave Lebel 22 mai 20:44

              @Aristide

              Pas grave.
              Je crois qu’à vous lire et à me lire attentivement l’attaque ad hominem n’est pas là où vous le dites.
              Cela devient un procédé.


            • Aristide Aristide 23 mai 10:46

              @Octave Lebel

              Ah bon, il suffit de lire les messages de cet échange pour en avoir une idée claire !



              • bernard29 bernard29 20 mai 13:54

                Bonjour, 

                en tout cas, je préfère la clarté de Bourlanges à ces clowns de Guaino, Sapir et autres Emmanuel Todd qui nous bassinent avec leurs leçons embrouillées de sociologues qui ne savent jamais dire où ils en sont.

                Il suffit de comparer leurs exposés sur la question ukrainienne. Les 3 zozos ne savent plus quoi inventer pour faire croire qu’ils ont quelque chose à dire d’intelligent. Dans le même sac que ces trois là , je place aussi Julien Dray.


                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 20 mai 14:05

                  @bernard29
                  Perso j’écoute que ceux qui ont l’intelligence de fermer leurs gueules.


                • Clocel Clocel 20 mai 14:20

                  @bernard29

                  Bha alors son pépère !

                  Ça va pas mieux ! 

                  T’as mal à l’Ukraine !?


                • Rincevent Rincevent 20 mai 15:21

                  Bon, encore un article d’un centriste qui fait l’apologie d’un autre centriste. Aucun intérêt.


                  • christophe nicolas christophe nicolas 20 mai 17:31

                    C’est pas « le lider maximo Jean-Luc Mélenchon », c’est le lidl-er...

                    • Pour le rayon bricolage et foire fouille, c’est très bien à condition de débarquer au bon moment
                    • Pour les cosmétiques et produits ménagers, c’est un super rapport qualité/prix car ils cassent les prix. Ce n’est pas « parce que nous le valons bien » mais « parce qu’elle ne valent pas plus »... :)
                    • Pour les fruits et légumes, c’est correct
                    • Pour la nourriture courante, c’est... comment dire (sic), c’est vraiment trop teuton pour moi

                    ... :)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité