• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi je n’ai pas voté aux élections présidentielles (...)

Pourquoi je n’ai pas voté aux élections présidentielles algériennes

Malheureusement, je n’ai pas exercé mon droit de vote aux dernières élections présidentielles algériennes, organisées le 12 décembre dernier. Cela n’est pas dû à un oubli, ni à un cas de force majeure. Tout simplement, pour des raisons objectives diverses, j’ai délibérément boycotté ce scrutin de tous les dangers.

Je n’ai pas voté, parce que je ne pourrais reconnaitre une légitimité à des élections imposées par un vieux général de 82 ans. Des élections rejetées par la majorité du peuple algérien. Comment pourrais-je tomber dans le piège d’une fausse élection, jouée d’avance ? Une fausse élection qui n’a d’autre but que celui d’installer un président civil, pour cacher l’arbre militaire composé d’une poignée de généraux voulant continuer à gérer le pays d’une main de fer. Un simple habillage destiné à la consommation internationale.

Je n’ai pas voté, car je ne voulais pas cautionner un candidat parmi cinq autres, tous choisis avec soin par le pouvoir du fait militaire accompli. Tous issus de l’ancien régime, corrompu et corrupteur. Et même si je voulais voter ; est-ce un choix bien libre que de se retrouver dans l’isoloir face à une liste composée de 4 candidats lièvres et d’un gagnant connu d’avance par tout le monde ? L’un des fervents défenseurs du cinquième mandat du président déchu Bouteflika, avorté par la révolution du sourire déclenchée le 22 février dernier.

Je n’ai pas été voté, parce qu’il n’y avait rien à élire, rien à choisir. Aucun de ces candidats ne possède un programme électoral digne ce nom, une manière de voir, une stratégie, ni même un minimum de charisme. Dénués de toute identité politique ou philosophique identifiable. Aucun d’eux n’eût le courage d’exprimer sa pensée profonde, s’il en avait une. Sont-ils de gauche, de droite, islamistes, libéraux ? Les électeurs n’en savent rien. La chose la plus certaine, c’est qu’ils ont peu à voir avec la modernité et rien à voir avec la laïcité.

Pourquoi aller voter quand il s’agit d’une désignation déguisée en élections ? Je ne voulais surtout pas offrir ma voix à une bande qui n’a et ne pourrait jamais digérer l’idée de l’alternance car elle a toujours considéré l’Algérie comme son dû, son jardin privé, son butin de guerre.

Il ne m’était pas venu à l’esprit un instant de trahir la révolution du sourire, cette belle révolution pacifique, en s’intégrant dans une pure opération électoraliste ayant pour but de pérenniser le pouvoir dictatorial en place depuis 1962, l’année de l’indépendance. Ce pouvoir qui est devenu, au fil du temps, le principal obstacle à la modernisation de l’Algérie. Je ne pourrais souiller ma voix électorale en la glissant dans cette urne-piège, recyclatrice de ce régime, qui a pillé le pays et privé les algériens de leur liberté durant 57 ans.

Je n’ai pas voté, afin de préserver ma voix, pour qu’elle ne se mélange pas avec celle de l’islamiste fanatique Hamadache Abdelfetah, celui qui considère la moitié des algériens comme des mécréants et qui n’a de cesse de lancer des fatwas (Avis juridique islamique ) autorisant le meurtre des apostats. Celui-là même qui appelait ses acolytes à aller voter massivement à ces élections.

Je ne voulais pas non plus participer à un scrutin où ma voix serait l’égale dans l’urne de celle d’un terroriste notoire qui a, lui aussi, appelé les algériens à aller voter. Cet individu n’est autre que le chef de la sinistre ‘armée islamique du salut’, responsable d’horribles massacres pendant la décennie noire. Ce triste personnage qui avait un soir reconnu, sur un plateau de télévision, qu’il avait achevé, à bout portant, un jeune appelé blessé.

Je ne me suis pas déplacé, parce que les prisons algériennes sont pleines de militants des droits de l’homme, de détenus d’opinion. Arrêtés, incarcérés, juste parce qu’ils ont manifesté leur refus et leur rejet de ces élections imposées contre la volonté populaire.

Je n’ai pas voté, parce que ces élections ne sont pas tenues pour résoudre le problème de la légitimité et dépasser la crise politique en Algérie, mais bel et bien pour assassiner la révolution du sourire. Voter, selon moi, s’agirait de bâtir un régime politique moderne, laïcisé, où femmes et hommes seraient radicalement égaux, où je ne verrais plus de bureaux de vote réservés aux femmes, et d’autres, aux hommes. Ces élections sont loin, très loin de cette problématique vitale. Pire encore : elles pourraient donner lieu à des luttes ethniques, régionalistes et religieuses chroniques.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • kirios 18 décembre 2019 10:12

    je suis ,généralement , opposé à l’abstention , mais , dans la situation actuelle en Algérie , je crois qu’il y a une force majoritaire qui est présente , qui est visible, qui s’exprime (... dans la rue) mais qui est bridée aux élections.

    l’Algérie , comme tous les Pays , à droit à la Démocratie ; j’espère qu’elle finira par l’obtenir .


    • GAZAOUI 18 décembre 2019 11:00

      C’est ce qui s’appelle obéir a BHL and Co.

      L’Algérie na pas besoin des des suivistes.


      • kirios 18 décembre 2019 15:11

        @GAZAOUI

        « C’est ce qui s’appelle obéir a BHL and Co. »

        c’est quoi « qui s’appelle obéir a BHL and Co. » ?


      • OMAR 18 décembre 2019 17:41

        Omar9

        .

        Bonjour @hamid zana : "Je n’ai pas voté...’.

        .

        J’imagine que si toutes les contraintes que vous avez citées étaient levées, vous auriez donc voté...:Très grossière erreur.

        .

        Les raisons que vous avez évoquées sont justes et avérées, mais le véritable problème est et reste le parti FLN (qui n’a rien à voir avec celui de 1954) et sa métastase, le RND.

        .

        Ces 2 fléaux détiennent tous les ministères, les moyens financiers, les institutions publiques, les administrations municipales et, surtout, les médias audio-visuels.

        .

        Dans ces conditions, participez à n’importe quel scrutin dans lequel seront présents un ou plusieurs candidats patriotes, intègres et compétents ne servira qu’à légitimer la pérennité de la mafia au pouvoir....

        .

        Vous ne pouvez pas espérer un résultat honnete quand votre adversaire s’appelle H’mida et l’arbitre ... H’mida.


        • hamid zanaz hamid zanaz 18 décembre 2019 18:24

          Bonjour Monsieur Omar , je n’ai pas dit le contraire, ce que vous dites est dit d’une autre manière dans mon article , je n’ai jamais voté.
           


        • Cadoudal Cadoudal 18 décembre 2019 18:34

          @OMAR
          Les colons Algériens acquittés, les déserteurs maliens régularisés et les indigènes qui payent...

          La société MT Bat Immeubles a été placée en liquidation judiciaire en août 2018. Elle n’était ni présente, ni représentée à l’audience des prud’hommes. Les indemnités obtenues, ne pouvant pas être versées par cette société, seront issues du régime de garantie des salaires (AGS) financé par les cotisations patronales.

          les salariés d’origine maghrébine étaient les encadrants de proximité qui donnaient des directives » et que l’assignation de chacun à ses tâches était établie « uniquement en fonction de son origine

          https://www.liberation.fr/france/2019/12/18/les-prud-hommes-condamnent-un-employeur-pour-discrimination-raciale-envers-des-ouvriers-maliens-sur-_1769952


        • OMAR 18 décembre 2019 19:17

          Omar9
          .
          @Cadoudal
          .
          Faut chercher ailleurs les causes des cornes qui poussent sur ton front et tes douleurs hemorroidales...
          .
          Pauvre type. ;


        • Cadoudal Cadoudal 18 décembre 2019 19:26

          @OMAR
          Mon pauvre vieux, c’est pas demain la veille qu’une crapule de colon raciste Algérien protégé par la gueuse me donnera des ordres...

          Couscous panier...lol...

          « Elle m’avait préparé du couscous, elle sait bien que je ne mange pas de couscous ! »

          https://www.larep.fr/orleans-45000/actualites/orleans-frappee-pour-avoir-prepare-du-couscous-au-lieu-du-riz_13707897/#refresh


        • OMAR 18 décembre 2019 20:58

          Omar9
          .
          Mon pauvre @Cadoudalle-de-sol
          .
          Ne me dis pas que c’est toi le cocu qui a quitté Paris pour Nimes pour te faire escroquer par ce flic véreux :
          https://www.objectifgard.com/2019/12/18/nimes-un-policier-mis-en-examen-et-suspendu-pour-une-arnaque-aux-faux-billets/
          .
          Et pourtant, t’avais une bonne clientèle au Bois de Boulogne :
          https://www.youtube.com/watch?v=u1Zd5O3gtiA


        • Cadoudal Cadoudal 18 décembre 2019 21:13

          @OMAR
          Des travelos nigérians et de la racaille Algérienne...

          Ça fait rêver la ville lumière, je suis heureux que tu t’y plaise, t’as enfin trouvé une place à la mesure de tes ambitions dans la capitale de la Nouvelle France...

          Bonjour à ta moukère...lol...


        • Jonas 19 décembre 2019 18:08

          A l’auteur , 

          Je suis un observateur , des régimes arabo-musulmans depuis fort longtemps, tous sans exception, changent les figurines et gardent le même jeu, c-à-d , le même système.  

          Contrairement à l’Egypte , où l’armée est au pouvoir a visage découvert , l’Algérie , elle, continue la même comédie, mettre un polichinelle désossé, tout en tirant les ficelles derrière le rideau. Car c’est le chef d’état-major qui a choisi la date de l’élection présidentielle et le président, lui-même. Cette présidentielle est une simple mascarade. 

          D’ailleurs les premières , chaleureuses félicitations parvenues au nouveau Président , viennent , de l’Egypte, de l’Arabie saoudite et du Qatar, c’est tout un programme. 

          Il est fort à parier , que le nouveau président , pour expliquer les difficultés qui l’attendent , sur le plan économique et elles sont nombreuses à commencer son cinéma , en subodorant un « complot » de la France. 

          Le général , Gaïd Salah avait ouvert le bal en accusant , la France et le Maroc , de vouloir saborder , la présidentielle du 12 décembre . Sans parler , du langage fleuri , du ministre de l’intérieur ( dont le nom sera jeté dans les poubelles) à l’encontre des manifestants pacifiques. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès