• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Pourquoi Mélenchon fait-il semblant ?

Pourquoi Mélenchon fait-il semblant ?

 Je suis étonné de la candidature de Mélenchon. Je suis étonné de ce hold up sur le social que tente un ancien lambertiste, donc un liquidateur du Parti communiste français, anti-ouvriériste, et qui semble obtenir quelque réussite sur internet. Ma première interrogation se porte sur le parcours du personnage : cet ancien sénateur, membre du Parti socialiste pendant plus de 30 ans, a défendu publiquement et ratifié le Traité de Maastricht. Il a ratifié un traité préparant l'instauration de l'euro, et qui institutionnalise au niveau européen la privatisation de la monnaie : ce qui revient à donner les pleins pouvoirs à la saignée des Etats au profit des banques. Un traité que Philippe Seguin qualifiera de « 1789 à l'envers », dans l'une de ses formules profondes et ciselées. Ou comment un candidat qui se dit social, populiste et populaire soutient la contre-révolution européenne...

On ne peut comprendre aussi qu'une personne attachée aux acquis sociaux ait oeuvré au sein du gouvernement qui a aboli la séparation des activités bancaires et mis fin à l'échelle mobile des salaires, qui indexait les rémunérations sur la hausse du coût de la vie : soit le gouvernement « de gauche » sous l'égide de Mitterrand, Bérégovoy (qui ne s'en remit pas) et Delors... Il a d'ailleurs aussi siégé au sein du gouvernement qui a la palme de la privatisation : « Lionel Jospin privatise plus que Alain Juppé  » (Le Monde, 07/08/1998).

Une lecture du programme du Front de Gauche permet de mettre à nu de multiples incohérences.

Sans même prendre en compte l'absence de chiffrage, le programme du Front de Gauche interloque par une première position : la volonté de conserver l'euro, tout en souhaitant une réforme urgente de la Banque centrale européenne (mais ne fallait-il pas rejeter le Traité de Maastricht qui institutionnalise l'impossibilité pour la BCE de prêter directement aux Etats et qui impose la rigidité monétaire ? (Articles 104, 105, 107 et 111)). Or la solution proposée par le Front de Gauche, dans le but de sauver la monnaie-dogme (ou monnaie-totem) qu'est devenu l'euro, consiste à monétiser la dette au niveau communautaire : on sait pourtant grâce à Jacques Sapir que cette solution est obsolète, et déjà enterrée... Une solution qui aurait été intelligente il y a an et qui ne vaut plus rien. Le Front de Gauche refuse de voir que l'euro est en « phase terminale ».

La conservation de l'euro pose d'autres problèmes. Comment expliquer que l'extrême gauche souhaite conserver une monnaie dont la conception est due en grande partie à l'European Round Table (ERT), qui réunit les multinationales les plus influentes d'Europe ? En témoigne le discours de Jacques Santer de la Commission européenne, en 1998, où il remercie chaleureusement ses « amis » de l'Union monétaire européenne, un groupe fondé par cinq grandes firmes membres de l'ERT : « Ce soir, je me sens vraiment comme chez moi parmi mes amis. Quand je suis devenu président de la Commission en 1995, l'Association était quasiment le seul oganisme à nous soutenir dans notre ferme conviction que la monnaie unique devient une réalité. C'est donc comme jouer sur son propre terrain ». Une monnaie unique qui a permis la disparition de 160 000 agences bancaires, donc la concentration maximale du capital dans les mains de quelques groupes bancaires... Mais chut, "le démantèlement de l’euro et le délitement de l’Europe provoqueraient pour les peuples européens des décennies

d’appauvrissement", nous martèle Laurence Parisot. Un économiste plus sérieux, Jacques Sapir, quelquefois présenté comme proche du Front de Gauche, écrit lui-même : « Parce qu'il est congruent avec les institutions du néolibéralisme, l'euro concentre donc sur lui la majeure partie des problèmes issus du néolibéralisme. C'est une deuxième réalité qu'ignorent tout autant ceux qui, à gauche, prétendent lutter contre le néolibéralisme mais veulent à tout prix conserver l'euro » (Faut-il sortir de l'euro ?, p182).

La crise de la monnaie unique est aussi l'échec de la centralisation européenne, comme l'ont démontré le même Jacques Sapir et Emmanuel Todd. Or, si l'Union européenne est la tentative de nier la diversité historique des nations européennes en les fondant dans un modèle politique unique, ni nécessaire ni progressiste, l'euro en est le versant monétaire. Un résumé que je ferai par trois citations :

  • « Le taux d'abstention, massif à l'échelle continentale, évoque l'inexistence d'une conscience collective européenne. L'indifférence des peuples explique, autant que les perspectives sombres de l'économie, la faiblesse de l'euro. Pas de monnaie sans État, pas d'État sans nation, pas de nation sans conscience collective  ». (Emmanuel Todd, L'illusion économique, pXII)

  • « La stabilisation démocratique, l'apaisement n'implique nullement en Europe une convergence intégrale sur un modèle socio-politique unique.  » (Emmanuel Todd, Après l'empire, p84)

  • « Il faut donc admettre que l'Europe, à vingt-cinq ou à vingt-sept, est un monstre institutionnel et un espace traversé de tels antagonismes que les compromis n'y sont plus possibles  ». (Jacques Sapir, Le nouveau XXIème siècle, p233)

Aujourd'hui, ce sont au contraire les pays favorisant le plus possible l'autonomie, ou les parcelles les moins interconnectées (les mutuelles), qui résistent le mieux à la crise. Sans parler des pays qui ont conservé leur souplesse monétaire, à commencer par la Chine et son inconvertible yuan. Quant à l'Union européenne, le Front de Gauche admet peut-être timidement qu'il faut une refonte de nombreux aspects des traités européens, mais il n'est jamais fait mention de l'article 50 du Traité de Maastricht (49A du Traité de Lisbonne), qui permet de brandir la menace d'une sortie pure et simple en cas d'échec des négociations : avec Mélenchon au pouvoir, la France connaitrait-elle un destin similaire à la Hongrie de Viktor Orban, sommée de se conformer aux directives européennes ?

Le programme de Mélenchon ne contient pas une seule fois le mot « protectionnisme », comme pour ne pas effrayer le social-démocrate du PS qui pourrait hésiter entre Hollande et Jean-Luc. La timide tentative de protection douanière est tout juste esquissée au niveau européen : une tentative contraire à l'esprit même de la construction européenne, et qui ne tient pas compte non plus la diversité des nations et donc de leurs intérêts. Le protectionnisme européen ne prend pas en compte les besoins de chaque nation : un protectionnisme décidé nationalement permet une variabilité plus grande et plus ciblée des écluses douannières, une meilleure adaptation aux besoins de chaque économie, sans en finir en aucune manière avec la coopération. Mais Jean-Luc Mélenchon, internationaliste, ne peut rompre avec une construction qui se veut supranationale, étant lui-même mû par une haine du patriotisme chevillée au corps (c'est une constante de son engagement politique, puisqu'il milita très tôt à l'Organisation communiste internationaliste).

Ce refus de la rupture se prolonge dans le refus d'aborder l'immigration sous l'angle du sérieux économique et social : alors que les analyses se multiplient sur le coût de l'immigration (Gourévitch, Laulan, le journal Marianne à travers l'article « Immigration : pourquoi le patronat en veut toujours plus », le récent dossier des Economistes atterrés parus lui aussi dans Marianne), que l'organe de presse de la finance internationale, le Wall Street Journal, loue l'immigration pour son effet « désinflationniste et de modération salariale » (pXII, Heaven's Door : Immigration policy and American economy, 1999, George Borjas), l'extrême gauche valide une lecture purement émotionnelle, et offre une fois de plus un alibi humaniste et « multikulti » à la droite financière et patronale. Une position de lâcheté qui contraste avec la fermeté historique de la gauche :

« Dans une certaine conjoncture, lorsque nous manquons de main-d’œuvre, c’est tant mieux pour nous si nous pouvons en trouver dans un pays voisin. Mais dans d’autres cas, lorsque nous sommes menacés par le chômage ou lorsqu’il s’en produit dans notre pays, l’afflux de chômeurs venus du dehors et susceptibles, souvent, d’accepter des salaires sensiblement inférieurs à ceux qui sont pratiqués dans notre pays est évidemment de nature à provoquer des contrecoups et des difficultés que nous avons intérêt à éviter. » (Pierre Mendès France, « Marché commun européen », dans Journal officiel de la République française. 19/01/1957, n° 3, p. 159-166).

Ou bien encore : « Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration. Se trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues, aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions, et parfois des heurts entre immigrés des divers pays. Cela rend difficiles leurs relations avec les Français. Quand la concentration devient très importante […] la crise du logement s’aggrave ; les HLM font cruellement défaut et de nombreuses familles immigrées, plongées dans la misère, deviennent insupportables pour les budgets des communes. » (George Marchais, Discours de Montigny-les-Cormeilles, 21/02/1981). Sans parler de l'Abbé Pierre, qui souhaitait un contrôle strict de l'immigration, ou de la loi Salengro sur la préférence nationale, votée par une assemblée socialiste...

Le refus également d'aborder frontalement le problème du sous-développement africain, corollaire à la lutte contre l'immigration. Son soutien à la guerre en Libye est éloquent : l'intervention « otanesque » a détruit le pays le plus développé d'Afrique, et l'a soumis à la violence communautaire (lutte tribale au sein même de l'opposition à Kadhafi, résurgence des partisans du défunt « Guide de la révolution », massacre de Noirs par les anti-kadhafi). Mais surtout, cette guerre a mis définitivement fin au projet d'indépendance et d'espérance que Kadhafi voulait pour l'Afrique : la mise en place d'un « dinar-or » ou « dollar africain », qui aurait permis une véritable autonomie de la zone monétaire africaine, un affranchissement de la tutelle du dollar et de l'euro (là encore, la conservation de l'euro apparaît criminelle, tant la monnaie européenne a détruit une zone franc CFA qui lui est arrimée).

En réalité, les contours de sa politique étrangère semblent flous. Quand Mélenchon fustige l'ingérence en Côte d'Ivoire, on ne peut qu'applaudir (même s'il a participé à un gouvernement qui s'est bien nourri sur la Françafrique, en soutenant des régimes brutaux et corrompus). Mais on ne peut tenir un discours que l'on délégitime de l'autre côté, en demandant une « ingérence humanitaire » en Libye, sur la base de fausses allégations (aucune preuve de massacres n'a pu être officiellement apportée). Mélenchon a en effet déclaré : « Kadhafi tire sur sa population. Au nom du devoir de protéger, l’ONU demande d’intervenir ». Il est vrai que l'ONU valide toutes les barbaries occidentales, mais enjolivées sous le vernis humanitaire : embargo en Irak (plus d'un million de morts), intervention en ex-Yougoslavie (là encore, BHL), lutte contre le terrorisme et pour le droit des femmes en Afghanistan...

J'ai bien un début de réponse : la communauté libyenne ne pèse pas beaucoup de voix en France... au contraire des pro-Gbagbo.

Je ne comprends pas bien non plus comment Mélenchon peut parler (à juste titre) de « paranoia » des USA, quand lui-même valide une guerre impérialiste où la France sous-traite pour Obama... Si les Etats-Unis sont paranoïaques, Mélenchon est schizophrénique.

Le programme du Front de Gauche contient quelques mesures salutaires, mais isolées, et ne propose en réalité aucune rupture. La proposition d'une différence maximale de 1 à 20 dans les salaires au sein des entreprises est certes morale, mais elle est demeure symbolique : ce n'est pas une telle mesure qui donnera de l'emploi ou créera de la richesse (et quid des dirigeants de multinationales se versant zéro euro de salaire, mais qui s'engraissent avec des actifs hors bilan ?). L'augmentation du SMIC à 1700 euros, sans autre forme de procès (quid de l'augmentation des salaires par la mise en place du protectionnisme ?), aurait pour effet immédiat la décapitation des PME, notamment celles dont les soldes sont à peine positifs, voire quasiment nuls. On pourrait gloser sur un utopique SMIC européen, en gardant bien à l'esprit l'avertissement de Jacques Sapir : « Si l'Europe doit se faire, ce sera hélas ! sur la base du moins offrant et du moins coûtant ! Vouloir aujourd'hui prétendre le contraire relève soit de l'aveuglement le plus total, soit de l'imposture la plus complète » (Faut-il sortir de l'euro, p122).

Tout le reste de son travail idéologique consiste à relayer les poncifs éculés sur une « extrême droite » inexistante en France (si ce n'est quelques groupuscules, comme le Parti de la France) : à propager le mensonge d'un FN « arme » du patronat, quand Laurence Parisot consacre son énergie à écrire un livre à charge sur Marine Le Pen... Le Front de Gauche rejoint d'ailleurs l'autre grande préoccupation de Madame Parisot : « Rester un pays ouvert est une nécessité. Nous sommes pour l'immigration en général car elle est source de richesses et d'ouverture. » Le Front de Gauche, idiot utile ou troupe de choc du MEDEF ?

Le Front de Gauche entretient également la fable du syndicalisme français, au moment où il apparaît très clairement que les directions syndicales (de la CGT et surtout de la CFDT) ont trahi toutes les revendications de la base, et se complaisent dans une évidente collusion avec le milieu du grand patronat (Nicole Notat, de la CFDT, est devenue la présidente du club Le Siècle où se réunissent grands responsables politiques de la gauche et de la droite, décideurs du monde financier et économique, et journalistes et éditorialistes influents ; François Chérèque, de la CFDT, l'homme de toutes les compromissions qui flanche généralement le premier lors des « négociations » ; la dérive de la CGT et de son représentant Bernard Thibault, particulièrement depuis l'entrée de la CGT dans la Confédération européenne des syndicats (CES), une création de l'Union européenne chargée de noyauter le syndicalisme de lutte ; enfin, le faible nombre de syndiqués, 1,7 millions de salariés sur 22,5 millions, qui démontre les dérives et le manque de représentativité du monde syndical). Reconnaître que le syndicalisme français lutte toujours pour le bien-être du travailleur, revient à considérer Libération, propriété du banquier Edouard de Rothschild, comme un journal éternellement à gauche... La mollesse de la CGT avait déjà été pointée du doigt par le « Conti » Xavier Mathieu ou Roger Silvain, syndicaliste de la première heure.

Cette étrange attitude est aussi perceptible chez Jean-Luc Mélenchon lui-même. Dans le film de Pierre Carles Fin de concession, le journaliste indépendant et subversif lui parle du club le Siècle. Mélenchon, socialiste pendant plus de trente ans, feint de ne pas connaître cette association, à laquelle participent pourtant les grandes pontes du PS (Martine Aubry, François Hollande, Pierre Moscovici, Manuel Valls ou encore Dominique Strauss-Kahn). Plus tard, Mélenchon consacrera une petite partie de discours à la critique du club Le Siècle. On ne peut que se féliciter du changement de ton de l'homme politique. Mais comment peut-il critiquer une organisation opaque, qui fonctionne par cooptation et qui influence la vie politique française sans que les citoyens en soient informés, alors que lui-même appartient au Grand Orient de France, soit l'exacte réplique de l'association précédemment citée ?

Ajoutons à cela une critique bon teint du candidat de la Banque François Hollande, qui a récemment réaffirmé sa soumission (déclarations au Guardian visant à rassurer la City, et où il rappelle le rôle factuel de la gauche : la financiarisation et la privatisation comme jamais). Mais une critique qui restera sans effet : le ralliement au candidat du PS au second tour, au nom d'une « union de la gauche » virtuelle (entre l'UMP et le PS, il n'y a pourtant qu'une différence de degré, et entre le FDG et le PS, une différence de nature), et les négociations locales déjà à l'oeuvre entre le PS et le Front de Gauche condamnent ces prises de position à rester sans effet.

Mourir pour des idées d'accord, mais de mort lente...


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (158 votes)




Réagissez à l'article

124 réactions à cet article    


  • Solero30 Solero30 9 mars 2012 14:28

    Consternant :(((


    • non667 9 mars 2012 17:02

      à solero
       là donatien t’en a mis 5 dans le foi qui t’ont coupé la réplique ! smiley smiley smiley


    • DSKprésident 9 mars 2012 20:18

      EXCELLENT ARTICLE. BRAVO.

      Soral en parle bien de Mélenchon : pour celles et ceux qui veulent se faire une opinion personnelle : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Soral-entretien-de-fevrier-2012-10650.html (en fin de vidéo).

      Mélenchon est juste un imposteur : c’est le SARKO de gauche...

      Les ouvriers ne se trompent pas, car ils ne vont pas vers ce sioniste - Franc-Macon.

      Mélenchon rassemble les bobos de gauche qui étaient programmés à voter pour le milliardaire socialiste obsédé sexuel D$K, et qui ne sentant pas l’ultra-libéral HOLLANDE, reporte leur espoir (ou leur frustration) sur Mélenchon, comme un naufragé s’accorche à une bouée de sauvetage.

      pathétique tout cela !

      même Le Pen a un programme plus « à gauche » que l’internationaliste et l’européiste Mélenchon.

      Encore BRAVO l’auteur...


    • Kalki Kalki 10 mars 2012 10:33

      robot travaillez plus

      le travail c’est la santé,

      ne rien faire c’est la garder


    • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 13:50

      DSKprésident > Sauf que Soral... ment. Je sais, c’est incroyable de lire cela, mais c’est parce que sur son site E&R, là, il y a une censure de plus en plus prégnante depuis plusieurs mois qui fait que dès qu’un message met en lumière les mensonges (et là je ne parle pas d’erreurs mais de mensonges avérés) de Soral, ça ne passe pas.

      Soral justifie son soutien à Marine Le Pen pour une seule et unique raison : le programme du FN serait devenu « social ». Certes, le programme 2012 du FN est plus social que le programme du FN 2007, mais le programme 2012 du FN est plus libéral que le programme 2012 de l’UMP. Donc le « tournant social », on l’attend encore.

      Ensuite, sur Mélenchon, Soral retient les faits suivants :

      1) Les intentions de vote des ouvriers sont de 46% pour le FN et de 2% pour Mélenchon

      Outre que ces chiffres sont fantaisistes (33% pour Marine Le Pen et 5% pour Mélenchon début février, soit la période de la vidéo de Soral, Marine Le Pen ayant depuis lors baissé sous la barre des 30% d’intention de vote chez les ouvriers), Soral oublie de tenir compte, une fois encore, de l’abstention, dont les ouvriers (23% des inscrits) fournissent la plus grande part (environ 50% des abstentionnistes représentant entre 7% et 10% des inscrits, soit de 30% à 45% des ouvriers qui s’abstiennent), ce qui réduit mécaniquement le résultat de Le Pen chez « les ouvriers ». 30% de 55% à 70%, cela fait entre 16% et 22% de l’ensemble des ouvriers, cela fait de toutes façons bien plus que pour Mélenchon, nous tomberons d’accord dessus, mais cela ne fait pas une « surreprésentation du vote Le Pen chez les ouvriers ».
      Et puis on peut également contester ces chiffres. Outre que les sondages sont d’une manière générale une escroquerie méthodologique important plus par leur pouvoir d’injonction que par leur qualité prédictive, les sondages portant sur les sous-échantillons doivent, pour être recevables suivant les critères reconnus, porter sur des échantillons significatifs, c’est-à-dire une population d’au moins 1000 sondés correspondant aux critères déterminés. Or jusqu’à présent aucun sondage n’a jamais consulté 1000 ouvriers ou plus sur leurs intentions de vote, les données par « catégories socio-professionnelles » représentent des résultats dérivés, c’est-à-dire non scientifiques selon la théorie même qui fonde les sondages.
      Enfin, précisons que, toujours selon la théorie même qui fonde les sondages, tous les sondages qui utilisent des méthodes reconnues (donc tous les sondages validés par la Commission des Sondages) sont cohérents entre eux. C’est l’élément fondamental de la théorie des sondages. Or j’attends toujours l’explication des sondologues qui rendraient cohérents les résultats des sondages des intentions de vote « chez les ouvriers » avec les résultats de ce sondage, qui place chez les ouvriers Mélenchon en deuxième position pour défendre les intérêts des ouvriers (première position sur la population totale). Aucun sondologue n’a osé nous expliquer doctement que les ouvriers voteraient volontairement pour des candidats dont ils estiment eux-mêmes qu’ils défendent mal leurs intérêts.

      2) « Il n’y a pas un ouvrier aux meetings de Mélenchon »

      Outre qu’on pourrait retourner l’argument envers Marine Le Pen, dans les meetings de laquelle les ouvriers sont loin de se bousculer, cette affirmation démontre qu’à l’évidence Soral n’est jamais allé à un meeting de Mélenchon, où l’on rencontre un grand nombre d’ouvriers, ainsi que divers autres catégories sociales (notamment une grande représentation des artisans, commerçants, petits patrons).

      3) Mélenchon est un trotskiste, formé à l’OCI

      Pour que cette phrase soit correcte, il faut la formuler au passé. Mélenchon fut un trotskiste, formé à l’OCI, en effet. Il ne s’en est jamais caché, mais a rompu avec le trotskisme au moins deux ans avant son entrée au PS, comme Pierre Boussel l’avait mentionné dans une interview donnée au Monde Libertaire en 1995 à propos des anciens de l’OCI membres du PS, particulièrement Jospin (qui était candidat du PS).

      2) Les trotskistes ont toujours été financés par les américains contre l’URSS.

      Encore une fois c’est incomplet. Certains mouvements trotskistes français et italiens ont été à la fin des années 1960 et au début des années 1970 financés par un lobby affilié au parti républicain américain. Outre qu’en France ce financement a cessé dès la rupture de l’Union de la Gauche en 1978, il n’est pas dit que l’OCI a bénéficié de ce financement, et la logique la plus élémentaire incite à penser que cela n’a pas été le cas : longtemps dénoncée comme « infiltrée par les stals » par d’autres formations trotskistes (notamment la Ligue Communiste), l’OCI a entretenu pendant les années 1970-1980 de très bonnes relations avec le PCF et des relations plutôt conflictuelles avec les autres organisations d’extrême-gauche.

      3) Il prétend faire un lien entre les trotskistes, des juifs ashkénazes, la puissance d’argent et l’empire américain

      En fait, il ne fait pas des liens mais des affirmations qui ne sont pas étayées d’études, encore moins de preuves. La sociologie des réseaux, c’est une discipline qui existe et qui ne se fait pas « à l’instinct ». L’excellent ouvrage de Blanrue « Sarkozy, Israël et les juifs » est un exemple de bonne sociologie des réseaux. « Comprencre l’Empire » est un exemple de mauvaise sociologie des réseaux.

      4) Il distingue clairement le PC et les trotskistes où il dit qu’il n’y a jamais eu d’ouvriers

      Les mouvements trotskistes (et d’une manière générale d’extrême-gauche) n’ont jamais été vraiment implantés chez les ouvriers, même si une partie non négligeable des membres de l’UC-LO, de la LCR et de l’OCI (puis du PT) étaient des ouvriers. En gros, pour caricaturer, ces mouvements, c’était 80% d’étudiants et 20% d’ouvriers. Donc il y avait et il y a tout de même des ouvriers dans les organisations trotskistes, et même plus proportionnellement que dans beaucoup de partis politiques (ce qui, vus les effectifs des partis trotskistes, n’est pas forcément caractéristique).

      5) Mélenchon est resté 34 ou 37 ans au PS

      Mélenchon a adhéré au PS en 1977, deux ans après avoir quitté l’OCI, et en est parti en 2008. Il est donc resté 31 ans au PS. Soral surestime donc quelque peu le temps passé par Mélenchon au PS. De plus, il oublie de préciser, et cela a son importance, que Mélenchon est toujours resté dans la branche gauche du PS.

      6) Mélenchon a été deux fois sénateur, et « sénateur socialiste » serait un oxymore

      Mélenchon a en effet été deux fois sénateur, tout en étant contre le sénat, et explique chaque fois qu’on lui fait la remarque cette apparente contradiction en faisant le parallèle suivant : "je suis contre le système capitaliste et pourtant il faut bien que j’aille faire mes courses au supermarché, comme tout le monde« . On est libre de dire que c’est »une trahison des idéaux« et bla bla bla, mais force est de constater que Mélenchon est cohérent, puisqu’il se réclame républicain et légaliste.

      7) Mélenchon a voté »oui" au traité de Mastricht et Soral prétend que le PS aurait facilement pu l’éviter

      Soral montre une méconnaissance totale de ce qu’il s’est passé au PS en 1991-1992. Le traité de Maastricht a été négocié par les chefs d’état, dont Mitterrand, lequel Mitterrand, qui craignait des rebuffades au PS, a expressément demandé aux dirigeants de tous les courants du PS, y compris la Gauche Socialiste dont Mélenchon était l’un des huit dirigeants, de donner sans même avoir prit connaissance du texte, leur accord de principe, ce qu’ils ont fait.
      Quelques mois plus tard, Mélenchon a lu le texte et réalisé les dérives possibles de la chose, et a donc édité à l’intention des sections dirigées par la gauche du parti une brochure appelant à s’opposer au traité de Maastricht, ce qui lui a valu de passer devant la commission disciplinaire du PS et d’écoper d’une sanction, laquelle a été annulée sur intervention de Mitterrand à la condition expresse que Mélenchon accepte la « discipline de parti » et donc fasse campagne pour le « oui ». Mélenchon a accepté le marché (bien que certains de ses amis lui aient conseillé de préférer la sanction) par, a-t-il expliqué, estime envers « le vieux » : "je ne peux pas lui faire ça« .

      On est en droit d’estimer que Mélenchon aurait dû accepter la sanction et s’opposer quand même au traité de Maastricht, mais force est de constater que s’il l’avait fait cela n’aurait rien changé, puisqu’il n’était à l’époque que l’un des 8 dirigeants nationaux d’un courant minoritaire de la gauche du PS.

      8) Soral prétend que Mélenchon est l’ennemi historique du PCF

      Mélenchon a quand même dirigé un courant du PS prônant le rapprochement PS-PCF, on peut difficilement prétendre qu’il en est »l’ennemi historique".

      9) Soral prétend que le fondement du communisme en France reposait sur une interdication d’appartenance à la franc-maçonnerie

      Soral encore une fois ment. Le PCF n’a jamais interdit la franc-maçonnerie, y compris dans ses propres rangs. D’ailleurs, certains de ses dirigeants étaient dès les années 1930 ouvertement francs-maçons. C’est le PCUS qui a interdit la franc-maçonnerie en URSS, ce qui a entraîné au début des années 1980 quelques tensions internes au PCF (qui c’était rapproché du PCUS après la rupture de l’Union de la Gauche).

      10) Mélenchon est membre du Grand Orient de France ; la maçonnerie, selon Soral, étant spécialisée dans la social-traitrise

      Mélenchon est en effet membre depuis 1983 du GODF, qui est une obédience (déjà c’est moyen) particulièrement intrusive et orientée (son pendant « de droite » étant la GLNF). Certes, il y a des loges plus fréquentables que celles affiliées aux obédiences et des obédiences plus fréquentables que le GODF et la GLNF, mais bon, des goûts et des couleurs on ne dispute pas.
      Cependant, c’est un « petit frère » peu assidu aux réunions et son engagement manifestement spirituel est particulièrement rare dans la franc-maçonnerie et, à mon avis, l’éloigne considérablement des mécanismes sociologiques qu’on retrouve dans les loges (particulièrement celles affiliées à une obédience), à savoir luttes d’egos, batailles de petits chefs, etc.

      De plus, précisons que Soral a de la franc-maçonnerie une vision, qui est celle de Serge de Becketch, ancien maçon de la GLNF parti à cause de querelles de personnes (en gros, il était très ambitieux et s’est cogné aux « petits chefs » de sa loge), qui fait rire tous ceux qui connaissent un peu sérieusement le sujet.

      11) Soral prétend que Barroso est de la même orientation que Mélenchon

      Un nouveau mensonge manifeste.
      Les obédiences réunissent plusieurs milliers de loges, toute différentes, dont la plupart ne font pas de politique. Cependant, Barroso étant portugais, il ne peut pas faire partie du GODF, c’est donc une bêtise que Soral raconte. Barroso appartient à une obédience de tradition rénovée, tout comme le GODF, mais c’est comme si on disait qu’un catholique français appartenait à la même Église qu’un catholique arménien, ou bien qu’un membre du FN en France est membre du même parti politique qu’un membre du NF au Royaume-Uni, ou bien qu’un membre de la CGT en France est membre du même syndicat qu’un membre de la DGB en Allemagne : ça n’a pas de sens.

      12) Mélenchon aurait pris le contrôle du « PC » par le haut, pas par élection

      Outre que ça ne dérange pas Soral que Marine Le Pen a prit le FN « par le haut » et pas par élection, ni que cela ne contrarie Soral que Marchais en son temps était aussi devenu secrétaire général du PCF « par le haut », Soral ment, puisque les militants du PCF ont bel et bien voté pour choisir leur candidat en 2012.

      13) Mélenchon aurait proposé un accord avec Europe Ecologie, champions du capitalisme vert

      Iil faut arrêter de dire n’importe quoi et resituer les choses dans leur contexte, à savoir les élections régionales.
      A ce moment, le Front de Gauche lutte pour exister face au PS, et France3, qui couvre la campagne, refuse d’accorder du temps de parole aux candidats du Front de Gauche dans les régions où il n’y avait pas eu de listes communistes en 2004. Le PS est alors clairement tenté par l’alliance au centre avec le MoDem, ce qui, du point de vue de Mélenchon, serait une catastrophe car il n’y a à ce moment-là aucune alternative solide à gauche (le Front de Gauche lui-même oscille entre 6% et 7%, soit pas suffisamment pour résister à l’orientation sociale-libérale).
      Dans le même temps, à Europe-Écologie qui n’est pas encore devenue EELV, la « clarification » entre libéraux (comme Cohn-Bendit) et écologistes de gauche n’a pas encore eu lieu (depuis, si  : toute l’ancienne branche gauche des Verts est partite, et la branche droite des Verts constitue l’essentiel de la branche gauche - largement majoritaire - d’EELV), ce qui laisse espérer qu’une dynamique résolument de gauche (déjà manifestée par l’indiscipline d’une partie des députés européens d’Europe Ecologie par rapport au groupe V-ALE) peut s’imposer à ce parti.
      D’ailleurs, Mélenchon dit bien « vous, Les Verts » et pas « vous, Europe Écologie », ce que Cohn-Bendit, qui n’est pas un perdreau de l’année, rectifie dans la suite de l’échange, coupé au montage par E&R, et ce n’est pas du tout innocent, ainsi que Mélenchon l’a expliqué dans un entretien avec des blogueurs. L’objectif est d’avoir une force résolument de gauche qui explose littéralement le MoDem et concurrence le PS pour éviter le glissement au centre. On peut estimer la démarche maladroite, mais prétendre que c’était une offre d’accord avec des libéraux, c’est être malhonnête ou aveugle, voire les deux.


      13) Soral prétend que Mélenchon ment ouvertement sur les positions de l’Iran et manifeste son soutien à la position d’Israël

      Dire que Mélenchon ment suppose qu’il sait que la traduction faite par l’AFP du propos d’Ahmadinedjad est fausse. Or 99% des Français l’ignorent. On pardonnera à Mélenchon de ne pas aller chercher ses infos sur le site du Réseau Voltaire.
      Et je n’ai pas vu dans l’extrait (coupé...) mit dans la vidéo le moindre soutien à la position israélienne, dont il a d’ailleurs critiqué les menaces de bombarder l’Iran au début de l’extrait, mais la simple défense du droit international, comme d’ailleurs l’a fait un certain... Hugo Chavez, que Soral admire tant sans en connaître les positions (Chavez qui d’ailleurs soutien Mélenchon qu’il connaît bien et a rencontré à plusieurs reprises, mais Soral fait semblant de croire qu’il soutient Le Pen).


      14) Soral affirme que Mélenchon ment très probablement lorsqu’il prétend ne pas connaître Le Siècle

      Il n’y a aucune raison de croire que Mélenchon ment quand il dit ne pas connaître le Siècle.
      1° au PS, Mélenchon était surnommé par la majorité (il a toujours été dans l’opposition, contrairement à ce qu’écrit Emmanuel Ratier qui ne connaît manifestement pas le fonctionnement interne du PS et confond direction, qui intègre tous les courants, et majorité) « méchant con »... difficile de croire qu’il ai été tenu dans les secrets des Dieux par ceux-là.
      2° Dans les années 1980-1990, Mélenchon a été, à ma connaissance, le seul homme politique à dénoncer l’existence des deux « ancêtres » du Siècle (pour plus de précision sur le pourquoi des guillemets autour du mot « ancêtres », voir ici) que sont la Fondation Saint-Simon et le Club de l’Horloge (ce dernier ayant été co-fondé par Bruno Mégret, Jean-Marie Le Pen en ayant été fait « membre d’honneur » en 1986).
      3° Sitôt que Pierre Carles lui a expliqué ce qu’il en était, il a mentionné l’existence de ce club dans ses meetings et a invité les gens à se rendre au rassemblement contre le Siècle, même si lui-même n’a pas pu y aller.


      15) Soral prétend (pour la n-ième fois) que Marchais serait un anti-immigration et Mélenchon un pro-immigration

      Les deux sont exactement sur la même ligne, comme l’indiquent très clairement les citations à la fin de cet article.

      16) Enfin, Soral prétend que c’est le Front de Gauche et Mélenchon qui sont responsables de ce qui est arrivé à Dupont-Aignan

      Outre que Mélenchon n’est arrivé au rassemblement que bien après Dupont-Aignan, il a été établi assez clairement que c’étaient des « indépendants » (anarchistes, libertaires, antifascistes, etc.) qui s’en sont prit à Dupont-Aignan et aucunement des membres des mouvements organisant le rassemblement (POI, NPA, UC-LO, Front de Gauche). De plus, Mélenchon a indiqué sur son blog qu’il était « désolé » que Dupont-Aignan ai été ainsi traité, ajoutant toutefois que la méthode de Dupont-Aigan (plus venu manifester contre le principe du « sauvetage de l’euro » que contre celui des « plans d’austérité »), consistant à s’inviter dans une manifestation d’une toute autre orientation que la sienne n’était pas une manière de faire, et que s’il voulait, ce qui est son droit, manifester contre la politique d’austérité menée en Grèce, il aurait dû organiser avec ses partisans son propre rassemblement.


    • SNOOP 10 mars 2012 13:55

      soral est le pendant de melèche ! smiley eh oui...


    • Walid Haïdar 10 mars 2012 14:12

      @Brath-z : merci de nous faire partager le fruit de votre travail et de votre suivit, sérieux, de la vie politique.


      Ca fait du bien de lire autre chose que des conneries sur ce site.

    • robert 15 mars 2012 20:17

      @kalki imbécile !!!!!


    • Robert GIL ROBERT GIL 9 mars 2012 15:18

      Melenchon est un politique que l’on voit depuis 30 ans, il a été ministre, il a soutenu des gouvernements qui privatisait, il vit de ses madats politiques et a saisi l’opportunité de la crise pour fonder le FDG , mais qui est-il veritablement......
      voir :
      http://2ccr.unblog.fr/2012/01/16/revolutionnaire-ou-reformiste/


      • Le citoyen engagé Le citoyen engagé 9 mars 2012 15:42

        Bravo pour ce billet argumenté et qui va au fond des choses. On le sait maintenant Mélenchon roule pour le réseau de pouvoir qu’est la franc-maçonnerie et il a une haine féroce des gauchistes que pourtant il manipule allégrement en faisant croire que c’est un révolutionnaire. Son parti ne défend aucune idée révolutionnaire mise à part l’idée de faire une nouvelle république reposant sur un concept flou et qu’il ne développe pas beaucoup par ailleurs parce que de toutes façons son objectif est de ramener les veaux vers le candidat Hollande. Entre frères de gauche on se comprend et son s’épaule.

        Bref il n’existe que pour préempter la révolution citoyenne et la garder sous contrôle. Voir avec quelle haine ses petits soldats gauchistes interdisent au peuple de France toute référence à sa souveraineté montre bien le niveau d’endoctrinement que le fascisme mondialiste a réussi à insérer dans les têtes estudiantines pour la plupart.


        • VDonatien 9 mars 2012 15:53

          J’avais apporté quelques modifications à cet article, mais qui ne figurent pas dans cette version.

          Plus exactement, la loi sur la préférence nationale est celle d’août 32.
          Et j’ajoutais que le Grand Orient de France était interdit aux femmes jusqu’en 2010 : ça rappelle les groupuscules nauséabonds des heures les plus sombres de l’histoire, la cooptation + l’interdiction de femmes...

          Je rajoutais une partie éloquente du discours de Marchais, qui défendait vraiment les ouvriers, et qui luttait contre le « grand capital » donc contre son armée de réserve : "

          En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leur familles, la poursuite de l’ immigration pose aujourd’hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures  indispensables.

          La cote d’ alerte est atteinte. 

          C’est pourquoi nous disons : il faut arrêter l’ immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage. 

          Je précise bien : il faut stopper l’ immigration officielle et clandestine.

          Il faut résoudre l’ important problème posé dans la vie locale française par l’ immigration."

          Il faut vraiment que Mélenchon arrête de faire semblant de jouer la défense de la veuve et de l’orphelin, il n’y a jamais eu de considération pour le peuple (et pour aucun peuple) chez les lambertistes. Il devrait d’ailleurs se réjouir que le peuple grec soit saqué de manière à ne plus être un peuple fier, ça va dans sa logique.


          • Walid Haïdar 10 mars 2012 13:13

            Vous racontez à peu près n’importe quoi, mais j’avoue que votre saleté d’article est très bien présenté pour conforter voire convaincre quelques esprits faibles.


            « Il faut arrêter l’immigration »

            Vous avez raison, il faut arrêter l’immigration, avec nos petites matraques, et pi on pourrait construire un mur géant, investir encore plus de milliards dans les forces anti-immigration au niveau européen (ah oui, faudrait coopérer ou pas au niveau européen pour repousser les vilains bougnoules ?).

            Et pi quand les Français bouderons toujours les emplois qu’ils boudent aujourd’hui, on fera quoi ? Et pi les cerveaux étrangers, faudra continuer à les pomper ou eux c’est bon on peut les prendre ils sont assez propres et bien élevés ?

            Mais surtout, pour redevenir un peu sérieux, depuis quand l’immigration a une autre cause que les inégalités entre les nations ? Autrement dit, l’internationalisme, et le fait de réduire les inégalités entre les travailleurs de tous les pays, c’est la seule, et unique, solution intelligente pour que les flux migratoires ne soient pas subits, mais choisis par les migrants eux-mêmes, et ainsi redeviennent « raisonnables ».

            Cela d’ailleurs se combine parfaitement avec le soucis du front de gauche de relocaliser l’économie ET d’intensifier les rapports humains dans les entreprises, de favoriser les coopératives et les reprises par les travailleurs des boîtes en faillite. Parce que plus le sens de l’engagement est intense et chargé d’affects, plus il est perceptible et signifiant localement, plus on est attaché à cette localité à travers l’oeuvre qu’on y produit.

            Vous voyez ce qui vous arrange, le présentez de façon spécieuse, comme ça vous arrange, et occultez ce qui vous arrange. Mensonges par omissions donc, sans parler des mensonges plus franc que vous commettez tout au long de l’article.

          • VDonatien 10 mars 2012 19:37

            Sur l’immigration, elle sert à peser à la baisse sur les salaires, entre autres. Tlm sait ça.

            Mais vous n’arrivez pas à comprendre que l’internationalisme égalitariste des coco/du FDG est toujours utilisé comme masque par l’autre internationalisme, celui des ultralibéraux. Les unions monétaires aboutissent à des ajustements sur les plus bas salaires et les plus mauvaises protections sociales.
            La clé, c’est de laisser LES NATIONS se développer, les y aider par des partenariats (et non des « aides »), et arrêter l’ingérence.

            Ce n’est pas du tout ce qui a été fait ni prôné par le PS pendant toutes les années où il appartenait. L’ingérence ne l’a jamais dérangé, au contraire.

            Quant aux tergiversations vis-à-vis de la Libye, Mélenchon a soutenu la résolution stupide de l’ONU, alors que tous les faits ont montré qu’il n’y avait pas de « massacres ». Il a validé la fable du story-telling américain.


          • VDonatien 10 mars 2012 19:39

            Autrement vous êtes caricatural, personne ne parle de construire un mur, ça c’est Obama ou Israël.

            Et personnellement je n’ai jamais été favorable au vol des cerveaux.

            Quant aux emplois « boudés » par les Français, dans votre logique de social-traîtrise, ça ne vous est pas venu à l’idée que ces emplois étaient dévalorisés ? Que la pénibilité ne correspondait pas aux salaires ? Ce qui serait social, c’est de les valoriser correctement. Et vous verrez qu’ils seront pourvus.


          • alain_àààé 9 mars 2012 16:09

            MELENCHON ne sera jamais une homme de gauche et je suis content comme d autres reconnaisse qu il est un intrus et qu il va éliminé le P C et rejoindra les socialistes sitot les élections fini il aura le droit un poste de ministre.


            • Walid Haïdar 10 mars 2012 13:20

              Vous vous êtes super malin !


              Pour votre gouverne : Mélenchon a remporté l’adhésion des militants communistes, à la majorité absolue très confortable (près de 60%), et contre qui ? Son principal adversaire était justement Chassaigne, qui lui était carrément pour une alliance directe avec le PS.

              Donc, vous ne savez rien, et racontez n’importe quoi, et même exactement le contraire de la vérité.

            • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 14:30

              Walid Haïdar > Plus précisément, Chassaigne était pour un « ancrage » au PS, pas pour une « alliance » avec le PS. Concrètement, cela signifie que Chassaigne croyait (et croit toujours) qu’à gauche il n’y a pas de différences de natures mais de degrés. De la social-démocratie au trotskisme insurrectionnel, il y aurait ainsi un continuum.

              A l’inverse, Mélenchon, depuis longtemps, a théorisé l’existence d’une rupture entre la gauche sociale-démocrate (et sociale-libérale) et ce qu’il nomme « l’autre gauche », que j’appelle moi « gauche sociale conséquente ». Jusqu’en 2005, il estimait que la rupture se situait au sein du PS et que la gauche du parti, authentiquement socialiste, récupérerait les bénéfices des erreurs d’orientation manifestes de toutes les autres orientations qui s’étaient jusqu’alors succédées à la tête du parti.
              En 2005, il a manqué quitter le PS, mais Gérard Filoche et Laurent Fabius l’ont convaincu que le vote pour le « non » allait totalement rebattre les cartes en interne, et que d’ailleurs les enquêtes internes menées au PS deux semaines avant le 29 mai 2005 montraient qu’une large majorité des membres du PS avait fini par devenir favorable au « non ».
              Le congrès de Reims, qui a vu un recul considérable (de plus de 40% à moins de 20%) de la gauche du PS, pourtant unie pour la première fois de son histoire, lui a soudainement décillé les yeux, et il a alors prit conscience du fait que la ligne de fracture entre gauche socialiste et gauche sociale-démocrate s’était déportée sur la gauche du PS, et qu’il était par conséquent absurde de continuer à essayer de réorienter un parti presque intégralement social-démocrate de l’intérieur.


            • Elisa 9 mars 2012 16:31

              Cet article prouve qu’on peut faire de justes critiques à l’égard de Mélenchon, en particulier sur le plan international, et défendre le FN .

              Je pense au contraire que l’on peut critiquer les positions « atlantistes » et l’attitude « timorée » en matière européenne de ce candidat au nom d’un combat véritablement à gauche. ( et qu’on ne me rétorque pas en bêlant « à goooooche » !)

              Le programme de Mélenchon est pratiquement aligné sur l’OTAN pour le Moyen-Orient.
              Il ne propose pour l’Europe que des demi-mesures qui ne nous libèreront pas du racket bancaire et du chantage des agences de notation pour faire appliquer les diktats de la Troïka dans tous les Etats européens.

              Enfin, son « pacte républicain » pour le deuxième tour en faveur de Hollande ne peut que désespérer ceux qui espèrent une véritable alternative à la politique actuelle.


              • Berkano Othala 9 mars 2012 16:53

                Merci V Donatien pour votre article . Ce qui me surprend ,chez les gens qui soutiennent Mélenchon, c’est que bien peu sont ouvriers, et beaucoup sont fonctionnaires, les mêmes en panne d’émotions fortes qui votaient Besancenot le postier hors système ,ou Laguiller la banquière aussi hors système, Bien sûr lui aussi l’est tout autant . Je suis un petit employé et comme de nombreux amis ,comme moi tous smicards , aucun ne croit en cette engeance, ces archéo gauchistes qui vont tout casser le 22 avril si Sarko ou Lepen sont au second tour.Mélenchon les appellera le peuple, et pour moi ce sont des encagoulés anarchistes qui n’oublient jamais de partir en vacances lowcost daans le tiers monde , non pour être solidaires, mais pour profiter du service pas cher .


                • Etienne 9 mars 2012 17:09

                  L’article et tous les commentaires que je viens de lire me consternent par le parti pris des arguments et des interventions. Trop de rancoeur et de haine dans la plupart des propos. Pourquoi ne pas essayer d’etre positif et de voir que la plupart des propositions du FDG cherchent à faire revivre les mots qui ornent les frontons de toutes nos mairies :LIBERTE EGALITE FRATERNITE.


                • PapaDop PapaDop 9 mars 2012 17:48

                   @ Etienne,

                   As tu lu l’article ? les réactions sont dures parce que pour certains la désillusion l’est toute autant .Et puis il FAUT arrêter avec les jolies phrases toutes faites genre « Oh !le gentil JLM cherche a faire revivre ...ET BLABLABLA »

                   LIT les articles et fait tes jolies phrases APRES !

                  Etienne je te nomme ambassadeur des Bisounours smiley


                • Yohan Yohan 9 mars 2012 19:49

                  Souvent intolérants envers les autres sont les furieux qui se présentent comme les vrais démocrates en déniant à quiconque de l’être. Pol Pot était probablement un grand démocrate....à ses débuts smiley.....


                • Déhellgé 9 mars 2012 20:21

                  @ vani shert


                  Le fait d’être en désaccord avec quelqu’un ayant des idées différentes de vous ne vous autorise en rien à le traiter « d’engeance ».
                  Je ne veut pas tomber dans le reducto ad hitlerum mais votre réaction est anti démocratique, insultante et ne vous honore pas.
                  Il me semble que vous ayez encore quelque leçons de politesse à assimiler très cher 
                   

                • PapaDop PapaDop 10 mars 2012 01:24

                  Vani Shert ,j’ai dit bisounours dans le sens naïf du terme ,mais tu as raison : j’attends toujours les spécialistes de Melenchon ici pour réagir a l’article avec plein de contre-arguments .Rien pour le moment ,peut etre ont-ils compris ?


                • Scual 9 mars 2012 17:03

                  J’ai rarement vu une telle absence de rigueur intellectuelle. Il n’y a aucun argument solide là-dedans.

                  Rien que sur le début...

                  Déjà on ressort Maastricht du placard ce qui montre bien qu’il faut chercher loin pour trouver quelque chose à dire. On fouille donc dans le passé d’il y a 15 ans... alors qu’il y a belle lurette que Mélenchon a avoué son erreur et voté dans l’autre sens à tout ce qui lui a été soumis sans la moindre exception avec en point d’orgue la réussite de sa campagne pour le « non » en 2005. Bref l’article commence avant tout par nier ce qui l’arrange, c’est à dire la réalité du présent. C’est du même niveau que si on disait que Jospin est un Trotskiste. Surtout que même en se plongeant dans le passé, personne au monde ne peut nier que Mélenchon a toujours été radicalement à gauche. Faut vraiment pas avoir peur du ridicule pour affirmer le contraire, ou peut-être plutôt compter sur l’ignorance des gens ?

                  Bref ça commence très fort et ça conclu en disant que Mélenchon soutient la contre-révolution européenne (rien que ça) en se basant sur une seule et unique erreur avouée et maintes fois rattrapée depuis 15 ans, la seule sur ce sujet en 50 ans de carrière politique et sans parler d’un seul de ses nombreux combats dans l’autre sens. Comment s’appelle un tel procédé ? Une manipulation mensongère.

                  Ensuite on continue par un bilan à charge des années 80, oui parce que juger le passé avec 30 ans de recul c’est plus simple, et bien sur en mettant de coté les innombrables réussites et en oubliant de se remettre dans le contexte, faudrait pas non plus basculer dans l’objectivité... tout ça en oubliant de rappeler que Mélenchon n’est absolument pas responsable de tout ce qui s’est passé, mais bon quand on aime pourrir un type juste pour le plaisir on va pas non plus se retenir hein ? Alors autant dire qu’il a « oeuvré au sein du gouvernement qui a aboli la séparation des activités bancaires et mis fin à l’échelle mobile des salaires, qui indexait les rémunérations sur la hausse du coût de la vie » ce qui est faux. D’autant plus que tout ce qui est reproché à ces gouvernements est exactement ce que Mélenchon à combattu de toutes ses forces au sein même de sa famille politique, ce qu’une simple recherche sur google permet de démontrer mais bon à quoi servirait de faire un petit travail de recherche, hein ? On est là pour casser, niveau Brice de Nice hein... et puis que viendrait faire la vérité dans un tel papier ? Rien évidement. En réalité le seul vrai compromis qu’il a fait dans toute sa carrière, c’est de soutenir Maastricht sans conviction et uniquement par solidarité avec le parti... un seul compromis ça compte, même avec un manque de conviction affiché, faudrait donc pas que l’auteur de cet article de grand journalisme oublie donc de le citer... trois fois rien que dans le premier quart de l’article et sans préciser pas que Mélenchon était globalement pas très favorable au fond.

                  Et ensuite on part dans une critique du programme du FdG... sans le moindre fondement à part que Jacques Sapir devenu grand maitre de la vérité incontestable l’a dit... et ben Jacques Généreux dit le contraire. Super on est bien avancé maintenant, tu parles d’un argumentaire ! « Machin dit que c’est pas bien » on croit rêver !

                  De toute façon quand on dit qu’on ne devrait pas vouloir changer l’Euro parce qu’il a été créé par des gens de droite... ça veut pourtant bien dire qu’on a raison de vouloir le changer non ? Ou alors est ce que toucher à un truc qui vient de la droite nous expose à la maladie de la droitite aiguë ou un truc du genre ?

                  J’arrête là mais tout le texte est du même accabit, entre faux constats, présomptions erronées, mensonges purs et simple, procès d’intentions et autres affirmations et raisonnements sans fondement. C’est le degré zéro de la propagande anti Front de Gauche et je ne parle pas de degré zéro du journalisme puisque le journalisme n’a rien à voir ni de près ni de loin avec ce truc, même au degré zéro.

                  Faut se réveiller là, c’est fini ça tient plus ! Le FdG est déjà à 10 % et les tentatives d’essayer de le décrédibiliser en racontant n’importe quoi n’ont pas marché.

                  Il va falloir donner des raisons concrètes à l’affirmation que quoi que ce soit est irréaliste dans le programme du FdG. Sinon ça n’a comme effet que de conforter les militants du FdG de l’incompétence de ceux qui les critiquent.

                  La stratégie du fait accompli et de la désobéissance à l’Europe en cas de refus de négocier peut très bien marcher. A moins qu’une riposte militaire automatique ne soit prévue de la part d’une puissance nucléaire, il n’y a rien qui puisse permettre d’affirmer que ça ne peut pas marcher... et si ça rate, et bien la position du FdG est claire. La France mettra en place le programme européen du FdG à l’échelle la plus grande possible et avec les seuls partenaires qui le souhaiteront, et même toute seule s’il le faut. Le but affiché est d’essayer de sauver l’Euro et non pas de sauver l’Euro à tout prix, ce qui invalide complètement toute une partie de cet « article ».

                  Bref je vais arrêter là. Je n’ai plus de temps à perdre. Mais tout le reste est du même niveau. La seule chose que qui me fait plaisir c’est que ces tentatives paraissent de plus en plus désespérées... de toute évidence, les adversaires du FdG ne savent tout simplement plus quoi nous sortir !


                  • Scual 9 mars 2012 17:11

                    Non mais LOOOOOOL quoi !!!!!!

                    Le temps que je rédige j’avais pas pu voir, mais y a tout les FN de service qui ont rappliqué pour dire que ce texte complètement haluciné était formidable. C’est réglé comme une opération militaire.

                    Eh les gars sans vouloir vous vexer ça se voit un peu, juste un tout petit peu vos petites opérations de propagande.

                    Enfin je dis ça comme ça, hein. En tout cas pour une fois que vous me faites éclater de rire à chaude larme je vais pas m’en plaindre.


                  • FortisDissentire FortisDissentire 9 mars 2012 18:02

                    Belle démonstration d’une déconstruction psychologisante en règle avec un « bande de fascistes » en guise de conclusion pour décrédibiliser une dizaine de personnes en désaccord avec votre avis. Citoyen, vous devriez vous réveillez également et admettre que les gens autour de vous ont le droit de ne pas être d’accord, sans pour autant embrasser les idées du FN.

                    Que ça vous plaise ou non je ne connais personne ici et c’est mon premier post sur ce site, je ne suis encarté dans aucun parti. Mélenchon est un trotskyste qui a prit le contrôle de l’appareil communiste par le HAUT. Son mépris des militants co, qui ne se sentent pas représentés ainsi que des ouvriers (qu’on ne retrouve pas dans ses meetings), n’a d’égal que son manque de culture ouvriériste. De + en 1922, le congrès de l’Internationale communiste, interdit la double appartenance au parti communiste et à la franc-maçonnerie.

                    Conclusion : je n’ai pas confiance en cette homme là, Camarade.

                     


                  • Gorg Gorg 9 mars 2012 18:53

                    @Scual
                     Tout à fait de votre avis. J’ajouterais que vous avez bien du mérite de répondre à tous ces nazillons décérébrés, haineux parce que JLM s’est attaqué à la bourgeoise de Montretoud.
                    Leurs pauvres arguments ne valent même pas la peine d’être analysés. C’est du grand n’importe quoi. De toute façon, on va l’éjecter la gorgone fasciste.


                  • DSKprésident 9 mars 2012 20:27

                    A Gorg : les nazillons sont ceux comme Mélenchon qui vote la guerre contre nos frères Libyens. des milliers de mort grâce au vote de Mélenchon.
                    Le Franc-macon Mélenchon est un raciste, faciste, anti-républicain (puisque Franc-Maçon).


                  • mojique mojique 9 mars 2012 21:24

                    Conclusion : je n’ai pas confiance en cette homme là, Camarade.

                    Moi non plus et je ne suis pas FN.


                  • logan 9 mars 2012 21:35

                    Bravo à toi Scual d’avoir pris le temps de te pencher sur ce texte et d’en avoir relevé les « erreurs » de manière croustillante.

                    Moi personnellement je n’ai rien contre le débat de fond.

                    Mais les attaques ad hominem contre Mélenchon je n’appelle pas ça du débat de fond.
                    Il faudrait que les militants du FN déstressent un petit peu. Mélenchon n’est qu’un porte parole, il porte un projet collectif, le front de gauche est en plus un rassemblement de plusieurs partis.
                    Alors à moins que ces attaques personnelles vaillent pour tout le front de gauche, elles sont plutôt vaines.
                    Si le front de gauche dit qu’il va augmenter le SMIC à 1700 euros. Et bien je ne vois aucune raison pour qu’un gouvernement du front de gauche ne le fasse pas une fois arrivé au pouvoir.

                    Quand à l’Euro c’est bien simple, le front de gauche estime que c’est un faux débat, un leurre, que les vrais problèmes sont surtout les politiques libérales qui sont menées et notamment la mauvaise répartition des richesses.
                    Mais êtes-vous seulement capables d’un vrai débat argumenté au FN sur le sujet ?


                  • VDonatien 9 mars 2012 23:42

                    Une attaque « ad hominem », c’est de dire : « Mélenchon a des chicots pourris et des yeux globuleux ! »

                    Si vous aviez lu l’article, vous auriez vu qu’il n’y a pas d’attaque ad hominem.

                    Quand au SMIC à 1700 euros, ce n’est pas une question de possibilité ou d’impossibilité, mais de capacité pour les petites sociétés à tenir le coup.
                    Or elles ne tiendraient pas le coup.
                    Mais pour le savoir, il faut peut-être avoir un peu travaillé...


                  • logan 10 mars 2012 08:54

                    Et d’où vous sortez qu’elles ne pourraient pas tenir le coup ? 1700 euros cela représenterait une augmentation de 21%.
                    En 1981, il y a eu une augmentation de 24% et pourtant les petites entreprises n’ont pas mis la clé sous la porte, et en 1968, il y a eu une augmentation de 31% et pourtant elles n’ont pas mis la clé sous la porte.
                    Quels sont vos preuves ?


                  • 2abuelo 10 mars 2012 10:15

                    Merçi d’avoir pris le temps de rétablir la vérité.


                  • 2abuelo 10 mars 2012 10:16

                    Je parlais à Scual naturellement. Je ne supporte plus les hordeux du Fhaine.


                  • Germain de Colandon 10 mars 2012 12:11

                    Nous pensons que le FdG est plus près des 20 % que des 10 %. Mais il fait tellement peur aux potentats en lice... et à leurs larbins.



                  • sisyphe sisyphe 10 mars 2012 13:31

                    Entièrement d’accord avec scual.

                    Quand on se permet d’écrire un article, il faudrait savoir de quoi on parle, et ne pas énoncer de grossières contre-vérités.

                    Ainsi (je cite) :

                    Ma première interrogation se porte sur le parcours du personnage : cet ancien sénateur, membre du Parti socialiste pendant plus de 30 ans, a défendu publiquement et ratifié le Traité de Maastricht. Il a ratifié un traité préparant l’instauration de l’euro, et qui institutionnalise au niveau européen la privatisation de la monnaie : ce qui revient à donner les pleins pouvoirs à la saignée des Etats au profit des banques. Un traité que Philippe Seguin qualifiera de « 1789 à l’envers », dans l’une de ses formules profondes et ciselées. Ou comment un candidat qui se dit social, populiste et populaire soutient la contre-révolution européenne...

                    On ne peut comprendre aussi qu’une personne attachée aux acquis sociaux ait oeuvré au sein du gouvernement qui a aboli la séparation des activités bancaires et mis fin à l’échelle mobile des salaires, qui indexait les rémunérations sur la hausse du coût de la vie : soit le gouvernement « de gauche » sous l’égide de Mitterrand, Bérégovoy (qui ne s’en remit pas) et Delors

                    Alors, un peu d’histoire pour rétablir les faits :

                    Après le référendum interne au Parti socialiste sur le projet de traité établissant une Constitution pour l’Europe et la victoire du oui, il enfreint les consignes de son parti et fait campagne aux côtés de Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (LCR) et José Bové (Confédération paysanne) lors de meetings communs pour un non de gauche.

                    La campagne du non amène l’éclatement de Nouveau Monde et la recomposition de l’aile gauche du Parti socialiste. Alors qu’Henri Emmanuelli crée un nouveau courant, Alternative socialiste, Jean-Luc Mélenchon créé de son côté Trait d’union. Il fonde dans le même temps l’association PRS (Pour la république sociale), en dehors et indépendamment du Parti socialiste, dans le but de formuler et de faire vivre une orientation clairement républicaine et antilibérale dans la gauche française. PRS se prononce pour une force politique nouvelle qui prenne en compte à la fois l’échec de ce qui fut le modèle soviétique25 et l’impasse d’une social-démocratie européenne qui accompagne les « réformes » du néo-libéralisme26,27. Selon PRS, une autre voie est possible, c’est ce que traduirait l’émergence d’un parti comme Die Linke en Allemagne28.

                    En 2005, après la victoire du non dans le pays au référendum du 29 mai 2005, il se présente lui-même comme le « trait d’union » au sein du Parti socialiste et des partenaires de gauche, d’où le nom de son nouveau courant.

                    Il défend l’idée selon laquelle le candidat socialiste pour l’élection présidentielle de 2007 doit être une personne qui a défendu le non au référendum sur la Constitution européenne, car cette échéance coïnciderait selon lui avec le calendrier européen pour une renégociation du traité constitutionnel qui devrait s’appliquer à partir de 2009.

                    Et tout l’article est comme ça : fourmillant de mensonges, d’approximations, et de contre-vérités.

                    Ce n’est d’ailleurs pas un article, mais un petit billet de propagande, osant énoncer que le FN « ne serait pas d’extrême-droite » (sic and lol !)

                    Bref, quand on comprend d’où ça vient, plus qu’à passer la serpillière ...


                  • sisyphe sisyphe 10 mars 2012 13:39

                    Juste ceci :

                    Tout le reste de son travail idéologique consiste à relayer les poncifs éculés sur une « extrême droite » inexistante en France (si ce n’est quelques groupuscules, comme le Parti de la France)

                     smiley
                    Ben voyons....
                    Poncifs éculés....
                    Décidément, au pays des aveugles, le borgne est roi !
                     smiley


                  • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 13:56

                    Mélenchon serait « atlantiste » ? Grande nouvelle ! Sachant qu’il réclame rien moins que la fin de l’OTAN, et la quittera purement et simplement (pas son commandement militaire intégré comme de Gaulle : l’organisation elle-même) s’il est élu, il est plutôt incongru de prétendre qu’il cautionne l’OTAN.

                    Et concernant la Libye, il va falloir une n-ième fois préciser les choses. Cela s’est passé en plusieurs temps :

                    1) Des médias et organismes internationaux font mention de massacres de populations civiles en Libye. Que cela soit ou non avéré, le Parlement Européen se saisit de la question.

                    2) Le Parlement Européen vote deux textes : l’un demandant à l’ONU d’adopter des mesures pour protéger les populations civiles en Libye, l’autre approuvant par avance une éventuelle résolution de l’ONU protégeant les populations civiles en Libye. C’est cela et cela seulement que Jean-Luc Mélenchon et les députés européens du Front de Gauche ont voté.

                    3) L’ONU adopte la résolution 1973 organisant une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la Libye (comme au Kosovo ou en Iraq) pour protéger les populations civiles libyennes et excluant toute intervention terrestre.

                    4) La coalition des pays qui ont décidé d’intervenir confie le commandement militaire à l’OTAN. Mélenchon dénonce cette trahison de la résolution 1973.

                    5) Les parlementaires du Front de Gauche refusent de voter les budgets afférant aux interventions militaires françaises dans le cadre de cette coalition.

                    6) L’OTAN décide de l’engagement d’avions chasseurs-bombardiers et de l’envoi aux insurgés libyens de matériel militaire. Mélenchon et le Front de Gauche dénonce une "ingérence otanienne dans une guerre civile".

                    7) L’OTAN fait intervenir des commandos terrestres, violant ainsi sans ambiguïté la résolution 1973 de l’ONU. Mélenchon dénonce une « guerre illégale », "jamais votée, jamais approuvée, et même interdite" par l’ONU et réclame la fin de la participation de la France à l’intervention.

                    8) L’intervention de l’OTAN, directe ou indirecte, permet la « libération » de Tripoli, la chute de Khadaffi et la prise du pouvoir par le CNTL. Alors que nos médias nationaux fêtent « la libération de la Libye », Mélenchon persiste à estimer que cette intervention était « une grave erreur ».

                    9) Après l’assassinat de Khadaffi, Mélenchon persiste et signe : toute cette opération était une erreur de laquelle la France n’est pas sortie grandie, au contraire.

                    Que l’on juge à partir de l’exposé de ces faits dans leur ordre chronologique si Mélenchon a « voté pour la guerre en Libye » ou non.


                  • tesla_droid84 10 mars 2012 14:02

                    @Scual, On voit tres bien que tu n’as pas une minute confiance en ce que tu racontes :

                    « La stratégie du fait accompli et de la désobéissance à l’Europe en cas de refus de négocier peut très bien marcher » 
                    Vous permettez mais la c’est de l’enfumage, quand vous aurez enfin compris que l’on arrive meme pas a arreter une pauvre semence de maïs OGM, le MON810. Que l’on va bientot payer des amendes énorme pour ça. 
                    Demandez vous pourquoi JLM n’est pas précis quand il dit qu’il va s’attaquer au banques :
                    - La loi de 1973 (empeche l’etat d’emprunter à sa banque centrale, on doit s’endetter via des banques privés au lieu de ne pas avoir d’interet sur la dette ... oui vous lisez bien)
                    - Maastrich Article 104. Ca dit la meme chose que la loi de 1973 mais ça s’étend à TOUS les con qu’il l’ont signés
                    - Lisbonne enterine le tout d’ans l’article 123

                    On a eu une perte de souveraineté en 3 temps :
                    - Nationale en 73 (Pompidou ancien président de la banque Rothshild, signe cet accord quand il devient président)
                    - Transnationale 
                    - Supra national en 2009. 

                    Le MES vient de passer comme une lettre à la poste, ce texte est édifiant pour ceux qiu ont pris la peine de le lire.

                    Il n’y a que 2 possibilités soit, vous ignorez quelques détails, soit vous etes complice, mais je préfere me dire que votre combat pour la France est juste mais que vous n’avez pas regardé la construction européenne en pensant naïvement que l’on avait encore du pouvoir pour la changer.



                  • Scual 10 mars 2012 15:45

                    Merci tesla droid de démontrer que vous n’êtes même pas fichu de comprendre des choses pourtant vraiment pas compliquées.

                    Je parle de désobéissance et vous me sortez un dossier pour lequel on va payer une amende... expliquez moi donc où se trouve la désobeissance si on paye ?

                    Alors que moi par contre je vais vous rappeler un truc qui s’appelle le pacte de stabilité. Tout pays au delà de 3 % de déficit désobéit et est soumis à une amende. Déjà 5 pays se sont assis dessus et aucun n’a eu d’amende.

                    Bref vous citez un précédent qui non seulement n’a pas encore eu lieu, mais qui dans l’hypothèse où il aurait lieu ne serait plus recevable comme exemple, sans parler du fait que vous compareriez la volonté politique de Sarkozy à celle de Mélenchon, bref c’est n’importe quoi. Par contre vous fermez les yeux sur quelque chose de tout à fait comparable, qui a bel et bien eu lieu et qui prouve que ça marche.

                    Je ne vais pas vous accuser d’être malhonnête, par contre je pense vraiment que ceux qui vous ont raconté ce qu’il fallait pour que vous croyez à leur propagande anti-europe vous on bien pris pour un con... et vous avez couru.

                    @bernard : Effectivement j’ai dit 50 ans de vie politique au lieu de 40 ans c’est vrai je m’excuse de cette erreur dramatique qui change absolument tout à mon argumentaire, et ce n’est pas la seule erreur puisque quand je dis qu’on ressort le traite de Maastricht d’il y a 15 ans comme argument c’est faux, c’est un traité d’il y a 20 ans.

                    @logan, Sisyphe et Brath-z :

                    Merci de votre aide. Normalement je prend le temps de tout révéler, mais face au record du monde je ne pouvais pas tout faire et me suis contenté de la première partie.

                    Sachez en tout cas, que ce genre de débat quand il tombe sous les yeux de personnes indécises fini toujours au bénéfice des défenseurs du FdG... même si ça se transforme pas systématiquement en bulletin de vote, on y gagne incontestablement en termes d’image.

                    En vérité ça fait plus du FN un repoussoir que du FdG une alternative. En effet les discours et les médias sont une chose, mais quand des gens tombent sur une conversation comme celle ci ils voient qui pose des arguments concrets et qui est dans l’incantation, la haine, les slogans à deux balles voir jeux de mots pourris, la diffamation sans preuves etc. Ils voient qui est capable de répondre aux arguments d’en face et qui relance sur autre chose puisqu’il ne sait pas quoi répondre ou même répète encore un argument pourtant démontré faux comme si on ne lui avait pas répondu. Ils voient que nos réponses sont vraies et vérifiables et que les arguments du FN étaient tout simplement des choses fausses ou biaisées.

                    Cette différence, peu importe les opinions de la personnes qui lit, c’est celle entre des fous ou des fanatiques et des personnes terre à terre qui défendent leurs opinion de manière sincère et réfléchie... et à part l’extrème-droite déjà convaincue, tout les autres ressortent convaincus au moins d’un chose, le FN et ses militants ne sont pas aussi respectables et crédibles que ce que les médias ont bien voulu soudainement nous faire croire pour cette élection... quand à ces FdG, ils ne sont pas aussi idéalistes, irréalistes et à faible niveau intellectuel que les médias veulent bien le faire croire... ils méritent qu’on les écoute.

                    En réalité et toute proportion gardée, un débat de gagné sur Agoravox a plus d’effet en termes électoral et d’image que le plus brillant des billets sur un blog ou autre réseau sociaux ou même journal engagé... que seules des personnes déjà convaincues viendront lire et qui n’aura donc aucune influence sur le reste des électeurs.

                    Bien sur on est loin d’une action sur le terrain et je ne parle même pas du soutient des syndicalistes, mais sur internet il faut aller au contact des autres et ne pas s’enfermer dans un réseau quasi hermétique de personnes toujours d’accords entre elles... et pour ça Agoravox et un des meilleurs sites.

                    Alors merci de participer.


                  • VDonatien 10 mars 2012 19:51

                    Scual, ça ne vous a pas échappé qu’en 1968, on avait pas un euro surévalué, une disparition aggravée des PME et des difficultés majeures pour celles-ci...
                    Comparez les années 60 à la situation actuelle, faut le faire quand même.


                  • GoustiFruit 9 mars 2012 17:13

                    Oulà, ça fleure bon le FN cet article. « Plus c’est gros plus ça passe », c’est bien ça votre slogan ?


                    • logan 9 mars 2012 21:40

                      Non. En effet, ça peut venir de tous les côtés.

                      Mais on reconnait le FN aux « arguments ».

                      L’extrême droite se caractérise par son incapacité à argumenter justement. Toute sa propagande anti Mélenchon ou Front de gauche n’est que du dénigrement, elle ne se place jamais sur le terrain des idées, c’est à cela qu’on les reconnait.

                      Et quand ils s’y essaient quand même un tout petit peu c’est tant bien que mal sur un seul sujet, l’Euro ;)


                    • VDonatien 9 mars 2012 17:30

                      En l’occurence, comment on peut parler de monétisation de la dette par la BCE alors que c’est précisément interdit par Maastricht, que Mélenchon a signé ne vous en déplaise, et qui est le début de la prison actuelle ?
                      Comment peut-on soutenir l’euro, monnaie de la finance par excellence, qui a permis la captation des richesses par un petit nombre ?

                      Ce n’est pas avec des pirouettes comme « Mélenchon a critiqué Jospin ouin ouin » qu’on aura une vraie argumentation. Il était dans ce gouvernement bien sagement, il était dans le parti qui a le plus financiarisé, libéralisé et privatisé, deux fois sénateur (tout en se disant « extrêmement rebelle » , on marche sur la tête), et soi-disant il aurait critiqué leurs pratiques ? Grotesque... Je n’ai jamais entendu Mélenchon critiquer que ce soit, rien sur la Françafrique quand il en profitait, rien sur l’embargo irakien qui a fait plus d’un million de morts, dont 500 000 enfants.

                      C’est vous qui n’avez pas d’arguments, je ne dis pas « Sapir a dit », je montre des citations de Sapir qui sont assez explicites et vraies (les raisonnements plus complets sont dans son livre).

                      Mélenchon a oeuvré à la disparition des nations, à la disparition des frontières, qui ont conduit à un affaissement général des salaires sur le moins disant, et maintenant il se réveille, se peint en bleu blanc rouge avec un casque d’ouvrier, et tout le monde gobe ?

                      Le Grand Orient de France était en plus interdit aux femmes jusqu’en 2010, donc même le couplet sur les femmes est pitoyable et mensonger.
                      Ce type passe la majeure partie de son temps à cracher sur MLP sans parler de son programme (et pour cause j’ai dit dans les grandes lignes en quoi il est bancal), c’est son rôle objectif, et toutes ses tirades l’amèneront à soutenir Hollande, le pro-finance, le pro-Commission européenne...

                      Wake up, l’article est étayé.
                      D’ailleurs, tu ne parles pas des 160 000 agences bancaires disparues à cause de l’euro, de sa surévaluation sur laquelle on ne peut pas revenir, sur l’hétérogénéité des économies qui font qu’elles doivent avoir LEUR monnaie et leur appréciation pour fonctionner convenablement, etc..

                      Mélenchon est un truqueur qui joue au populo, c’est écoeurant car il charrie de faux espoirs avec des mensonges.


                      • Scual 9 mars 2012 19:29

                        "En l’occurence, comment on peut parler de monétisation de la dette par la BCE alors que c’est précisément interdit par Maastricht, que Mélenchon a signé ne vous en déplaise, et qui est le début de la prison actuelle ?« 

                        Si vous aviez fait un travail journalistique, ne serait-ce que le plus basique possible, vous sauriez que le FdG compte désobéir à ces traités en cas de refus de les renégocier. Alors la question c’est plutôt, comment pouvez vous l’ignorer puisque vous êtes si bien informé sur le FdG au point d’écrire un article ?

                         »Comment peut-on soutenir l’euro, monnaie de la finance par excellence, qui a permis la captation des richesses par un petit nombre ?« 

                        Ah bon ? Je croyais que c’était le dollar, j’ai du rater un épisode, à moins que c’est juste que je ne souffre pas de cette petite obsession qu’est la votre... De toute façon le FdG ne soutient pas l’Euro. La preuve : il veut le changer et une bonne partie de ces changements ne sont pas négociables. Donc je ne vois pas de quoi vous parlez, et cette histoire d’amis des riches, je suis vraiment désolé de briser vos certitudes mais accrochez vous bien : l’argent est toujours l’ami des riches. C’est même un principe de base chez les riches, ils en ont beaucoup et cela quelle que soit la monnaie. De toute façon c’est pas l’Euro qui a permis la captation de la richesse, mais les baisses d’impôts et prélèvements divers ainsi que la dérèglementation de la finance. Vous ne comprenez manifestement rien au sujet.

                         »Ce n’est pas avec des pirouettes comme "Mélenchon a critiqué Jospin ouin ouin« qu’on aura une vraie argumentation. »

                        Et pourtant si.

                        "il était dans le parti qui a le plus financiarisé, libéralisé et privatisé« 

                        Faux

                         »deux fois sénateur (tout en se disant « extrêmement rebelle » , on marche sur la tête)« 

                        J’ai beau chercher je ne vois pas le rapport...

                         »Et soi-disant il aurait critiqué leurs pratiques ? Grotesque... « 

                        Et pourtant il l’a fait.

                         »Je n’ai jamais entendu Mélenchon critiquer que ce soit, rien sur la Françafrique quand il en profitait« 

                        Ah oui ? donnez des preuves M le calomniateur ?

                         »rien sur l’embargo irakien qui a fait plus d’un million de morts, dont 500 000 enfants.« 

                        Alors là j’en sais rien... et franchement mais quel est donc le rapport ? Vous l’accusez de quoi au juste ? Je sais pas ce qu’il en pensait ni même s’il s’est exprimé, ni la dessus ni sur l’oppression des Nenets dans la confédération de Russie. Je suis sur que c’est intéressant mais je vois pas ou vous voulez en venir là.

                         »je ne dis pas « Sapir a dit », je montre des citations de Sapir« 

                        bon déjà ça se passe de commentaire...

                         »qui sont assez explicites et vraies« 

                        La seule chose qui est vraie c’est que c’est des citations de jacques Sapir. Il ne détient aucune vérité. Jacques Généreux pense le contraire et il n’est pas moins qualifié que Jacques Sapir. Mon argument vous convainc pas ? Ben le votre non plus ne me convainc pas.

                         »Mélenchon a oeuvré à la disparition des nations, à la disparition des frontières, qui ont conduit à un affaissement général des salaires sur le moins disant« 

                        Ah bon ? Je croyais que c’était du à l’absence de règlementation, mais je dois probablement ça à une réflexion. En tout cas il faudra que je recherche de vieille fiches de paie pour voir si j’étais payé par des douaniers...

                         »Le Grand Orient de France était en plus interdit aux femmes jusqu’en 2010, donc même le couplet sur les femmes est pitoyable et mensonger.« 

                        Et bien moi je ne vais pas fouiller dans les pratiques passées de votre confession et ne vous en tient ni pour responsable ni pour complice parce que ça serait profondément idiot.

                         »Ce type passe la majeure partie de son temps à cracher sur MLP sans parler de son programme"

                        Est ce que vous vous rendez compte du total ridicule dont vous faites preuve, à essayer de convaincre quelqu’un du contraire de ce qu’il a vu et constaté de multiple fois et qui est présent en une demi seconde de recherche sur Dailymotion ??? Vous vous croyez capable de matérialiser vos rêves ou quoi ? Pff là on sombre carrément dans la folie. Avez-vous vu ne serait-ce qu’un seul discours de Mélenchon à part celui consacré au FN ? Non évidement... l’avez vous vu parler du FN ou de MLP autrement que pour répondre à une question sur le sujet ou lors d’une invitation à cet effet où d’ailleurs c’est bien MLP et pas l’inverse qui n’a pas su quoi dire ? On nage dans l’ incompétence la plus totale, doublée d’un total parti pris et je ne parle pas de la névrose anti-mélenchon que cela sous-entend à penser que MLP serait son principal centre d’intérêt...

                        Bon j’arrête là. En tout cas merci d’avoir illustré à merveille ce que je disais. On sent que vous avez passé moins de temps à cacher le naturel que dans l’article mais du coup ça se voit encore plus... je m’était pas trompé.


                      • VDonatien 9 mars 2012 23:24

                        Je vais tâcher de répondre point par point à vos approximations et inexactitudes.

                        Un parti politique n’est pas là pour « désobéir » mais pour proposer des solutions claires et réalisables, la désobéissance c’est valable pour un adolescent, pas pour une structure qui prétend au pouvoir.


                        L’euro a bel et bien permis la captation des richesses, ce n’est pas parce que le dollar l’a permis que l’autre ne l’a pas permis...

                        « Changer l’euro », nouveau slogan pour nos eunuques ? Vous ne lisez pas les arguments sur l’euro, en préférant parler « d’obsession ». Le problème de l’euro, monnaie unique et monnaie-dogme, tient dans sa survéaluation (avec toutes les conséquences sur notre industrie), le manque d’homogénéité de la zone euro, les intérêts parfois contradictoires des nations qui composent cette zone, … Au minimum, une zone monétaire commune exige un tarif extérieur commun, un protectionnisme. Mais la zone euro est bien trop grande, les concurrences en son sein sont bien visibles : le dumping social se fait au sein de la zone euro, puis au sein de l’Union européenne, puis en profitant du libre-échange total permis notamment par les socialistes, à l’époque où Mélenchon en faisait partie.

                        Je ne parlerai même pas de l’interdiction de contrôle des capitaux à court et très court terme qui permet notamment la spéculation, mais ça n’a pas choqué Mélenchon non plus à l’époque.

                        C’est bel et bien l’euro qui a permis la captation des richesses, EN PLUS des baisses d’impôts et des déréglements financiers. Sa survéaluation a formidablement avantagé les grands groupes pour acquérir un nombre incalculable de petites structures, notamment agences bancaires.


                        Je vous rappelle que la dérégulation financière a été le fait du gouvernement « socialiste » dans les années 80, dont l’action néfaste peut se résumer ainsi : les premiers produits financiers complexes, l’abrogation de la loi de séparation des activités bancaires, la fin de l’échelle mobile des salaires qui indexait les rémunérations salariales sur la hausse du coût de la vie, la liberté totale de circulation des capitaux permettant la spéculation, l’imposition d’un libre-échange généralisé permettant la concurrence déloyale.

                        Jospin a gagné les législatives en 97 en promettant de ne pas ratifier le traité d’Amsterdam, qu’il a ratifié une semaine après sa victoire. Il a privatisé comme jamais. Et les « socialistes » n’ont pas été des durs avec les plus riches à ce moment-là, sans que Mélenchon ne s’en offusque.


                        Tout cela répond à votre déni sur le parti qui a le plus financiarisé, libéralisé, privatisé, plus que la droite financière (à qui l’on doit la loi du 3 janvier 1973, Mélenchon n’en parle plus trop, et pour cause on est à l’échelon national qui l’intéresse peu...).


                        Si tu ne parviens pas à voir la contradiction entre quelqu’un qui se dit « extrêmement rebelle » (je l’ai lu, c’est retrouvable), et s’est planqué au Sénat, je ne peux rien pour toi.


                        Si tu n’arrives pas à comprendre que l’embargo sur l’Irak en 1993 a été décidé par le parti auquel Mélenchon appartenait, et qu’on n’a pas entendu sa voix sur ce désastre majeur de la politique de son parti, c’est de la mauvaise foi, non ?

                        C’est plutôt à toi de donner des preuves sur ses condamnations (anciennes) de la Françafrique... Il a bien fait semblant avec Gbagbo, mais c’est tout récent. Ca fait tache quand on glorifie Mitterrand, le ministre des colonies (mais qui enlevait le chapeau colonial).


                        Jacques Généreux, tu ne montres aucun de ses propos, donc c’est dur de juger. Les citations que je donne de Sapir sont basées sur des raisonnements justes, le plus important, ce n’est pas que ça soit Sapir, mais la justesse du propos. D’ailleurs, l’Union européenne est bien l’Europe du moins disant, noyautée par les lobbys, qui saccage la Grèce pour tenter d’en faire la Chine de l’Europe, qui a accouché de la directive Bolkenstein et qui encourage la pression à la baisse sur les salaires par l’embauche d’esclaves modernes venus de pays pauvres...


                        « Ah bon ? Je croyais que c’était du à l’absence de règlementation, mais je dois probablement ça à une réflexion. En tout cas il faudra que je recherche de vieille fiches de paie pour voir si j’étais payé par des douaniers... »


                        Lambertiste, OCI, chanter l’Internationale, ça veut dire quoi ? Avoir participé au parti qui a dérégulé et déréglementé, ça veut dire quoi ? Prôner l’abolition des frontières, ça veut dire quoi ? On est tout à fait dans la caution « multikulti » et « morale » d’un processus cynique qui avantage les grands groupes, mais il faut lire l’article...


                        J’espère que vous n’êtes pas sérieux quand vous dites que c’est anodin d’être au Grand Orient de France en pensant que c’est une simple « confession ».

                        Pour le discours de Rouen, personne n’est venu lui parler de MLP, il en a fait un tiers de sa parole par lui-même il me semble (vous imaginez MLP consacrer un tiers d’un meeting à Mélenchon ? ou Hollande consacrer un tiers de meeting à Sarkozy lui-même... ?). Bizarre quand on sait que les vrais ennemis sont la finance, Hollande (ah pardon il va appeler à voter pour le siamois de Sarkozy...), Sarkozy, la Commission européenne...

                        Je trouve d’ailleurs étrange le ralliement qu’il a promis au second tour avec le PS, quand on sait le bilan de ce parti (dérégulation, grosses têtes du FMI et de l’OMC avec tout ce que cela implique, pontes de la Françafrique, libéralisation, financiarisation, privatisation...) et les positions molles du social-traître Hollande.

                        D’ailleurs, vous ne parlez pas non plus de sa caution de « l’armée de réserve » du capitalisme. Il préfère nous rabâcher le discours de la « diversité » pour habiller la mise en esclavage de miséreux d’Afrique ou d’Asie par le marché du travail occidental. Quand on fait venir ou encourage à venir des travailleurs sous-qualifiés qui ne maîtrisent pas nos codes, ce n’est pas pour leur culture, c’est pour s’arracher leur force de travail à un prix dérisoire, et entretenir une concurrence malsaine avec les nationaux. L’OMC a moins de pudeur sur ce sujet, quand elle dit, à propos du secteur médical : 

                        « l’immigration de personnel médical permettra de combler les lacunes au niveau de l’offre et de réduire la pression au niveau des coûts... Les avantages les plus significatifs induits par les échanges proviendront de la dotation en personnel moins coûteux que celui disponible sur le marché national  » (Document S/C/W/50 : « Commerce de services de santé : 1998).


                        Mais vous avez raison, vous m’avez démasqué (?), je me sens à poil ;) (et habité par la haine un peu)


                      • logan 10 mars 2012 09:18

                        La désobéissance valable pour un adolescent ? ah bon ? Alors les révolutionnaires en 1789 étaient des adolescents ? Les résistants étaient des adolescents ? Gandhi le père de la désobéissance civile était un adolescent ?


                      • Scual 10 mars 2012 16:55

                        ... Et ce n’est pas le seul aveuglement...

                        On vous dit qu’on veut changer l’Euro et vous vous relancez dans un réquisitoire contre l’Euro qui ne vaut donc pas, non seulement parce que si on le change ça ne tient plus, mais parce que si on veut le changer c’est bien qu’on l’aime pas non plus... et bien sur tout ça a déjà été dit mais c’est pas comme si on avait été écouté...

                        D’ailleurs ensuite on a une nouvelle fois droit à un cours d’histoire auquel on a déjà répondu et sans rapport avec le sujet... mais attention hein on a pas le droit de parler d’obsession. Et ça fini par le gros mensonge habituel. Vous pouvez raconter ce que vous voulez, il ne suffit pas de sortir ce qu’à fait Jospin de votre chapeau mais de le comparer aux autres. Rafarin a fait pire et Fillon a fait pire vous êtes donc soi un menteur soit d’une incompétence totale.

                        "Si tu ne parviens pas à voir la contradiction entre quelqu’un qui se dit « extrêmement rebelle » (je l’ai lu, c’est retrouvable), et s’est planqué au Sénat, je ne peux rien pour toi.« 

                        Quand on est pas capable d’expliquer ça veut tout dire...

                         »Si tu n’arrives pas à comprendre que l’embargo sur l’Irak en 1993 a été décidé par le parti auquel Mélenchon appartenait, et qu’on n’a pas entendu sa voix sur ce désastre majeur de la politique de son parti, c’est de la mauvaise foi, non ?"

                        Il était pas ministre des affaires étrangères, il était pas premier ministre, il était pas président, il était même pas au gouvernement mais seulement sénateur. Il s’était opposé à la première guerre du golfe, et pour l’embargo j’en sais rien et franchement je ne suis pas persuadé qu’il ne se soit pas exprimé sur la question. A vrai dire je suis atterré... j’ai déjà vu des gens sans arguments utiliser des trucs hors sujet, mais utiliser des trucs que les gens n’ont pas dit ou pas fait c’est la première fois... A ce jeu là tout le monde est coupable. Je croyais que j’avais pas compris et qu’il y avait un raisonnement ou un truc derrière mais même pas ! On est en pleine folie, maintenant on ne juge plus les gens pour ce qu’ils ont fait de mal, mais pour ce qu’ils n’ont pas fait de bien ? Vous êtes fou à lier ou quoi ?

                        Et vous faites pareil sur la françafrique tout en ne donnant toujours aucune preuve après l’avoir accusé d’en profiter, et je vous conseille de les sortir ou de vous expliquer parce que ces accusations sont extrêmement grave. En quoi Mélenchon a t-il profité de la Françafrique M. le calomniateur ?

                        Je dois m’arrêter là mais franchement ça dépasse de loin ce à quoi je m’attendais. Heureusement que les gens comme vous ne sont pas au pouvoir, car vous êtes dans un délire pur et simple qui est extrêmement dangereux. Vous niez tout simplement toute réalité qui ne convient pas à votre idéologie et vous vous imaginez carrément des délires absurdes sur ceux qui vous déplaisent au point de les prendre pour des vérités. C’est la folie de l’extrème-droite dans toute sa dangerosité.


                      • VDonatien 10 mars 2012 20:06

                        Pourquoi vous parlez de « dangerosité », « de folie de l’extrêêêmeuh drouate », alors que je vous parle normalement ? Qu’ai-je dit de dangereux :/ ?

                        Cette façon de mettre les gens dans des cases, de leur enlever tout libre arbitre et toute capacité à comprendre les enjeux de façon personnelle... d’inventer aussi toute une série de digressions sur la haine ou « la peur de l’autre »...

                        Vous croyez que je mange extrêmeuh drouate, que je lis extrêmeuh drouate, que je pense extrêmeuh drouate ? Personnellement je me sens national-républicain, je pense que le cadre national est la structure maximale d’une organisation humaine, qu’elle permet l’expression démocratique réelle (subdivisée ensuite en petits ensembles) et une véritable justice sociale. Je suis attaché à nos textes constitutionnels que je connais et je respecte. Je pense comme Lacordaire qu’« entre le fort et le faible, c’est la liberté qui opprime et la loi qui libère ». Je pense comme Rousseau :

                        "Rien n’est plus dangereux que l’influence des intérêts privés dans les affaires publiques." (Le contrat social, III, 4) Les termes « d’extrême gauche » ou d« extrême droite » (et même maintenant de gauche et de droite) permettent juste aux simples d’esprit de tout simplifier et tout catégoriser, et d’étouffer la luxuriance intellectuelle. Dans mon amour de la nation et de l’assimilation républicaine, je me sens de toute façon plus proche de la gauche historique, qui en a inventé les concepts.

                        Le fait est que vous ne répondez pas, ou alors sur des choses mineures. Vous êtes dans le flou. Et donc vous voulez absolument catégoriser votre interlocuteur qui ne vous a rien demandé, qui ne s’est pas permis de le faire avec vous et qui vous ne connaissez pas.
                        Vous minimisez sérieusement la question de la monnaie alors qu’elle est un maillon essentiel, la politique monétaire, les origines de l’euro, la composition de l’eurozone sont des thèmes fondamenteux pour comprendre où on en est. Je vous conseille le livre « Le capitalisme malade de sa monnaie » ou tout simplement le livre de Sapir : ce n’est pas tant que ça soit « un livre de Sapir » qui le rend intéressant, mais la justesse du propos, et la légimité dont jouit l’auteur (je ne l’ai jamais vu se tromper... ?).

                        Et sinon les révolutionnaires en 1789 ou de Gaulle avec la politique de la chaise vide n’ont pas « désobéi », ça serait trop facile... mais parler de la Révolution française implique des connaissances qu’il faut acquérir, et ça ça prend du temps ;)


                      • Scual 11 mars 2012 14:03

                        Ne vous réfugiez pas dans votre monde ou vous seriez la victime d’une diabolisation... assumez et répondez pour une fois car moi j’ai répondu à vos question.

                        En quoi Mélenchon a t-il profité de la Françafrique M. le calomniateur ?

                        Qu’y a t-il de compromettant à avoir été sénateur ?

                        Expliquez vous aussi sur votre procédé de ne plus juger quelqu’un pour ce qu’ils aurait fait de mal, mais pour ce qu’il n’aurait pas fait de bien. Allez vous poussez votre haine aveugle jusqu’à sortir une liste de tout ce qui s’est passé d’horrible dans le monde sur quoi il ne s’est pas exprimé et l’accuser de s’être tu ?

                        En quoi attaquer l’appartenance philosophique ou religieuse de quelqu’un est un argument. Vous pensez donc qu’on est coupable de sa confession ?




                      • VDonatien 11 mars 2012 15:02

                        Non mais tu plaisantes ?

                        Tu te bats (je suppose) contre les délocalisations et les privatisations, et tu tolères au sein de la République des loges qui fonctionnent dans le secret et la cooptation ?
                        Tu fais de croire que le Grand orient c’est juste une « confession », une « philosophie ».
                        Faut-il te mettre sous le nez les luttes d’influences entre loges sur la Françafrique, et notamment le Grand Orient ? Te mettre sous le nez l’article « les franc-maçons entrent en campagne » ? CA MET LE SOUPÇON SUR LES 50 000 « FRÈRES » DE CETTE LOGE ! Sans parler des condamnations de justice !
                        C’est sidérant de se dire pour une République transparente, citoyenne, et de défendre derrière d’obscurs réseaux d’influence et de clientélisme, des loges avec des rites, des titres dignes d’une secte, et qui sont prêtes à s’aider entre « frères » (des « frères » dont beaucoup ont des postes influents dans l’administration), tout un « Etat profond » à la française.

                        Et le Sénat est une planque de la République, où des vieillards bedonnants profitent d’un gras salaire à ne rien faire. C’est une des dérives de notre système, très clairement, ils sont inutiles dans notre système actuel. Se dire « extrêmement rebelle » et appartenir au Sénat, c’est antinomique c’est tout. On a le droit de ne pas être rebelle hein, pas besoin de vouloir jouer au dur.

                        Sinon, ça me fait rire que l’Huma parlait du Club le Siècle y’a 40 ans, qu’Emmanuel Ratier a fait un livre entier là-dessus il y a 15 ans, mais que Mélenchon, proche d’Aubry, DSK, Hollande, n’en savait rien. Grotesque.


                      • Scual 11 mars 2012 15:24

                        Ah je vois que maintenant tout est clair... il s’agit donc bien d’une haine aveugle contre la franc-maçonerie digne de l’antisémitisme le plus primaire.

                        Il s’agit d’une haine de certaines institutions et de leur représentants.

                        Il s’agit d’un aveuglement complotiste sur la base d’aucune preuve concrète stigmatisant les personnes à cause de leur métier, leurs croyance etc...

                        Républicain vous ? Ne me faites pas rigoler. Vous êtes un illuminé complotiste haineux en plein délire incapable de vous sortir le nez de votre monde qui n’est qu’une construction névrotique où tout ce qui n’est pas d’accord avec vous est vu comme un ennemi qui mouille forcément des complots secret sordides.

                        Vous n’êtes qu’un parfait exemple des représentants de cette secte hallucinée qu’est l’extrème-droite. Les précautions que vous avez pris pour ne pas franchir les limites jusqu’ici n’ont pas tenu longtemps et vous avez montré votre vrai visage.

                        Et qu’en est-il des deux autre questions maintenant que vous avez répondu par la haine aveugle à deux d’entre elles.

                        En quoi Mélenchon a t-il profité de la Françafrique M. le calomniateur ?

                        Expliquez vous sur votre procédé de ne plus juger quelqu’un pour ce qu’ils aurait fait de mal, mais pour ce qu’il n’aurait pas fait de bien. Allez vous poussez votre haine aveugle jusqu’à sortir une liste de tout ce qui s’est passé d’horrible dans le monde sur quoi il ne s’est pas exprimé et l’accuser de s’être tu ?


                      • VDonatien 11 mars 2012 23:01

                        Mais pourquoi vous parlez de haine et de complotiste ? On est sur itélé, je discute avec un journaliste chien de garde, ou on est sur un site participatif entre gens normaux ?
                        C’est complotiste d’étre ecoeuré par les manoeuvres de ce qui s’apparente de près ou de loin à une secte, loin de la transparence exigée par la République ?
                        C’est quoi ce terrorisme intellectuel et cette façon de tjrs catégoriser ?

                        C’est simple : vous trouvez ça normal une organisation qui fonctionne dans le secret et par cooptation au coeur même de la République française (République = la chose publique) ?

                        http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/les-loges-heritieres-de-la-francafrique_490024.html
                        http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/chefs-d-etat-africains-et-francs-macons_738027.html
                        L’express complotiste ?
                        http://www.liberation.fr/politiques/01012392970-les-francs-macons-en-campagne?google_editors_picks=true
                        Libération complotiste ?
                        Sophie Coignard complotiste ?

                        A l’époque de la conjuration de Catilina, vous auriez sûrement accusé Cicéron d’être un complotiste !

                        Je dis que l’appartenance à une loge qui a trempé aussi clairement dans la Françafrique jette un soupçon sur tout le personnage. Être au Grand Orient avec de hautes personnalités, c’est pour profiter d’un réseau, pas pour prendre le thé et philosopher...

                        Ca a l’air de vous remuer cette connivence avec le PS de l’époque de l’embargo sur l’Irak en 1993, de l’époque de Jospin et des privatisations, de l’époque du Grand orient à l’époque des fastes de la Françafrique... à tel point que çavous permet d’occulter toutes vos approximations dans le domaine socio-économique ;)


                      • Scual 12 mars 2012 14:07

                        Oui et d’ailleurs toutes les religions s’apparentent à des sectes. Même l’extrème-droite racialiste et traditionaliste s’apparente à une secte.

                        Enfin normalement il faut qu’il y ait des croyances, des vérité révélées et tout ça, et à ce jeu là, Franc-maçonerie n’est donc pas aussi « ecoeurante » que le christianisme ou le judaïsme.

                        Allez je vais vous aider à aller jusqu’au bout avec vos idées qui ne sont pas du tout haineuse, d’où l’utilisation du mot écœurant... Les juifs c’est pareil hein ? Que pensez vous de leur surreprésentation dans les médias ? Eux aussi ils ont des réseaux et des amitiés. C’est suspect tout ça. Je dis que l’appartenance à une confession qui a trempé aussi clairement dans la colonisation palestinienne et la crucifixion de Jésus jette un soupçon sur tout les juifs. C’est ça ? J’ai suivis à la lettre votre logique là...

                        Ensuite puisque vous insistez plutôt que de vous défendre je peux vous le dire clairement. C’est vous qui avez une attitude écœurante en accusant quelqu’un de quelque chose qu’il n’a pas fait. en fait c’est pire puisque c’est quelque chose qu’il n’aurait pas « dit », ce qui veut dire que vous n’en savez rien en réalité et que vous l’imaginez. Ça c’est ecoeurant. Ça c’est antirépublicain. Ça c’est de la haine aveugle. C’est ces généralisations là qui sont dangereuses. C’est prendre vos désirs pour des réalités qui est dangereux. Je ne suis pas du tout « gêné » par ce que dont vous parlez : il n’y a pas d’argument dans ce que vous dites, aucun, rien. C’est comme si je vous disais, « et les zoulous hein, vous avez rien dit sur les zoulou ? Et les inuits, vous avez parlé des inuits ? Et les timorais ? »

                        Vous ne vous rendez même pas compte de ce qu’implique ce que vous dites et votre mode de pensée sur vous et vos idées.

                        Allez il ne reste plus qu’un dernier point : En quoi Mélenchon a t-il profité de la Françafrique M. le calomniateur ?


                      • PapaDop PapaDop 9 mars 2012 17:34

                        Merci pour toutes ces précisions essentielles ,je suis curieux de la reaction de Mme A.Walter toujours là pour défendre JLM .D’ailleurs aprés un article pareil j’attends les argumentaires pro-JLM avec impatience .Juste pour éclaircir les debats et avancer .


                        • freddy 9 mars 2012 17:38

                          Oula c’est un vrai nid de mélanchoniste sur cet article, seulement 50% de vote oui. Pourtant il est formidablement bien argumenté, il faut être aveugle pour penser que Mélanchon fait parti de la dissidence, le mec 2 fois sénateur, franc-mac, celui qui appelera à voter Hollande...

                          Les mélanchonistes en sont réduit à accuser les personnes en accord avec l’article de Lepeniste. Ça c’est hallucinant.


                          • logan 9 mars 2012 21:45

                            Pour qui vous votez ?


                          • freddy 9 mars 2012 23:47

                            je ne voterai pas


                          • logan 10 mars 2012 08:57

                            La société actuelle te plait donc tu laisses faire ?


                          • chapoutier 9 mars 2012 18:09

                            cet article pue la haine sous couvert de s’attaquer aux positions politiques de Mélenchon, la haine non pas de la « classe politique dévoyée » mais bien la haine de la classe ouvrière et des partis ouvriers.


                            • VDonatien 10 mars 2012 20:09

                              Le Front de Gauche un « parti ouvrier » ?
                              Le PCF dont la base a été constamment trahie ?

                              Allons...

                              Sur ce point-ci, je rejoins Michéa. Un parti ouvrier ou populaire doit reposer sur des valeurs conservatrices et une vision sociale.
                              Je ne vois ni l’un ni l’autre au Front de Gauche, du moins la vision sociale est entachée par un amateurisme quant à l’application de ce qu’ils proposent.


                            • VICTOR LAZLO VICTOR LAZLO 9 mars 2012 19:39

                              Bonjour ,

                              Félicitations à l’auteur pour cet excellent article, bien étayé et documenté .
                              Je vois bien les quelques commentaires haineux et méprisants de personnes apparemment mal informées sur le programme de Mélenchon, et sur Mélenchon lui-même.

                              Mélenchon : un Jean Marie LePen de gauche ! même démagogie, même bassesse, et surtout mêmes groupies incapables de penser par elles mêmes . Des « petits cerveaux » comme dirait leur petit maître !

                              Une précision concernant l’immigration : la question de sa légitimité a été posée par le PC (avant que celui ci ne sombre définitivement dans ses tripotages électoraux) . Même le Die Link a ébauché quelques reflexions à ce sujet. Mais Mélenchon n’est pas de gauche : il est du Sénat, il est du MEDEF ; pour le reste il remplit son rôle avec zéle : pomper les voix des vrais candidats de gauche (NPA, LO...) pour les rapporter à son patron : le Capitaine du Pédalo.




                              • Frédéric BOYER Frédéric BOYER 9 mars 2012 19:43

                                Bonsoir,


                                Très bien vu.

                                On pourrait ajouter : la prise de position de Mélenchon sur la question du nucléaire iranien, où il endosse celle ... d’Israël. Pour quelqu’un qui prétend vouloir que la France quitte l’OTAN, çà interpelle.


                                • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 14:03

                                  Où donc avez-vous vu que Mélenchon ai adossé la position d’Israël sur le nucléaire iranien ?
                                  Au contraire, il a dit qu’il désapprouvait les déclarations belliqueuses du gouvernement israélien menaçant ouvertement l’Iran d’attaques préventives.

                                  Tout ce qu’a dit Mélenchon sur le sujet du nucléaire iranien, c’était qu’il était favorable à l’exercice du droit international. C’est une position on ne peut plus classique à gauche.


                                • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 14:03

                                  « endossé », pas « adossé », bien évidemment.


                                • VDonatien 10 mars 2012 20:12

                                  Sur l’Iran, il accrédite le story-telling américain (encore une fois) en parlant de bombe nucléaire, alors que ce n’est pas le projet de l’Iran.
                                  Il ose parler de théocratie pour l’Iran, alors qu’Israël est dans une fuite en avant religieuse et militaire : le comble...
                                  Mais encore une fois, vous ne trouvez rien à redire à ces mensonges répétés... C’est comme pour la Libye : mais non, il soutenait l’action de l’ONU pour aider les populations, blablabla. Il n’y avait pas de populations à aider, sauf peut-être contre l’action de groupuscules terroristes.
                                  Sa lecture de cas iranien est aussi erronée (volontairement je pense) que sa lecture de la situation libyenne.


                                • Brath-z Brath-z 11 mars 2012 01:34

                                  Écoutez, si vous reprochez à Mélenchon de ne pas s’informer sur le site du Réseau Voltaire, là, on ne pourra que constater que vous avez raison. Cependant ce n’est nullement un prétexte à reproche, rien que le constat de quelque chose que Mélenchon partage avec 99% de la population française au moins.

                                  Que la citation de Khomeiny par Ahmadinedjad a été fort mal traduite par l’AFP est une chose. Cependant on ne peut pas et reprocher cette manipulation médiatique et reprocher à quelqu’un qui n’est pas au courant de cette manipulation de condamner ce qu’il croit être un propos belliciste authentique. Question de cohérence.

                                  Et sinon, l’Iran est tout à fait officiellement un état théocratique. Les institutions de la République Islamique sont doubles, et les institutions religieuses, soumises à la loi divine, dominent les institutions civiles. On a donc obéissance à une loi divine et domination de la loi divine sur la norme, ce qui est très exactement la définition d’une théocratie.

                                  Quant à Israël, si cette dérive religieuse est regrettable, force est de constater que jusqu’à présent cet état, pour critiquable et critiqué que soient ses méthodes, demeure un état laïque où les partis religieux sont très minoritaires. D’ailleurs à ce propos, il me semble avoir lu l’année dernière une interview de Mélenchon (dans Libération ? il me semble, mais je ne saurai l’affirmer avec certitude) dans laquelle il disait trouver honteux l’existence de partis religieux en Israël, et regrettait que ces partis « charnières » permettent de faire et défaire les majorités. Pas de deux poids deux mesures en la matière.

                                  Pour ce qui est de la Libye, encore une fois, ce que vous reprochez à Mélenchon, c’est de ne pas s’être informé auprès de médias alternatifs. Et bien oui, écoutez, c’est comme ça, que voulez-vous.
                                  Et quand bien même il se serait informé auprès de médias alternatifs, aurait-il dû voter contre des résolutions visant à la protection des populations civiles ?
                                  Ensuite, non, le vote de ce texte n’impliquait aucunement une intervention militaire. On peut comme manifestement vous le faites rejeter toute idée de droit international et considérer ainsi que les résolutions de l’ONU ne servent à rien, mais quand on est un responsable public, aspirant qui plus est à rien moins que la présidence de la République, ce n’est pas un comportement très adapté.
                                  Et bien oui, Mélenchon croit qu’il faut un droit international, et le fait que ce droit international soit quelques fois violé n’implique aucunement qu’il faille cesser de le voter et de le renforcer. Que je saches, en droit interne, le fait que le meurtre soit interdit n’empêche nullement que se produise, malheureusement, de temps à autres un meurtre. Est-ce que vous iriez dire à des parlementaires ayant voté une loi réprimant le meurtre que, puisque des meurtres continuent à avoir lieu, alors ils s’en sont montrés complices ? Ce serait absurde. Et bien ici, on est dans le même cas de figure, avec la difficulté supplémentaire que ceux qui ont violé le droit international contribuent à la création de ce droit et disposent en leur faveur d’un écrasant rapport de force.

                                  Mais en droit international comme en droit interne, le fait que les puissants violent les lois en espérant s’en tirer impunément n’implique pas de renoncer aux lois.


                                • VDonatien 9 mars 2012 19:51

                                  La haaaaaaaiiiine...

                                  Mélenchon n’étant pas un représentant de la classe ouvrière, pas suivi par la classe ouvrière, et proposant des solutions qui n’aident pas la classe ouvrière, je ne crois pas qu’en s’attaquant à lui on s’attaque aux ouvriers.

                                  Puisqu’on parle de « haaiiine », un mot très à la mode, il témoigne de sa haine du petit patronat, des PME, des artisans et des commerçants, avec son SMIC à 1700 euros, intenable pour toutes les petites structures.

                                  Quid d’une utilisation sociale du protectionnisme en vue de casser la concurrence déloyale et de permettre des revalorisations salariales réelles, en se servant pleinement les compétences de l’Etat ? C’est-à-dire sans faire plonger immédiatement tout le tissu de petites industries, de petits commerces et de petites entreprises qui irrigue notre pays ?

                                  D’ailleurs, ça ne vous a pas échappé qu’un projet présidentiel doit concerner tout le peuple français, ouvriers inclus mais pas exclusivement. On le n’entend jamais sur la famille, sur l’euro, sur la cohésion nationale, sur les possibilités d’une vraie justice sociale (pas des formules magiques sur le SMIC hein), sur sa géopolitique... ah si en matière de politique étrangère, ça ne le dérangeait pas d’appartenir au PS et au Grand orient qui ont saccagé l’Afrique, d’affabuler sur l’Iran caricaturée en dangereux islamistes assoiffés de sang, d’appeler à la ratonnade en Libye...

                                  On fait semblant d’être critique des USA tout en adoptant pleinement la ligne faussement humanitaire de l’OTAN, la démocratie au bout des missiles.


                                  • logan 9 mars 2012 21:46

                                    Sur quoi vous vous basez pour dire que l’augmentation du SMIC à 1700 euros est intenable pour les petites structures ?


                                  • VDonatien 9 mars 2012 22:50

                                    Ceux qui disent que les problèmes sont liées aux politiques « libérales » (c’est un mélange de mauvais libéralisme et de mauvais dirigisme) et à la mauvaise répartition des richesses ont en partie raison, mais c’est trop facile de ne parler que des concepts et de ne jamais se confronter au réel.

                                    Cela me permet de voir qui a lu ou pas l’article. On ne peut pas s’attaquer à l« ultralibéralisme » et refuser de remettre en cause l’euro, les structures de l’Union européenne, la Commission qui en sont les émanations directes, et de ne jamais désigner les responsables frontalement.

                                    Ca s’appelle un manque de courage.

                                    Quant à celui qui relève les « erreurs » de l’article, je ne lui ai pas encore répondu par manque de temps, mais il ne relève rien du tout, il refuse juste de voir que son poulain n’en a strictement rien à faire de la France et du peuple, par ses filiations idéologiques comme par les faiblesses de son programme.

                                    À celui qui parle du SMIC à 1700 euros par rapport aux petites sociétés, il y a beaucoup de sociétés en France qui sont précaires, avec un solde à peine positif voire nul (et une forte pression, le petit patron et les employés étant fortement sollicités et subissant la concurrence de grands groupes), je ne vois pas l’intérêt de leur faire peser une charge supplémentaire. C’est sûr que pour Danone ou Renault un smic à 1700 euros c’est rien du tout (encore que dans le cadre du faux « protectionnisme européen » dont parle parfois timidement le Front de Gauche, ou « grâce » à la directive Bolkenstein ou à la clandestinité, ces entreprises-là auront tout le loisir de délocaliser, en Grèce par exemple..., ou d’embaucher à bas prix)...


                                  • logan 10 mars 2012 09:10

                                    Bref vous êtes dans le dogmatisme le plus totale, tout ce que vous racontez ne se fonde sur rien du tout de concret.

                                    Moi j’y vois un intérêt à augmenter les salaires, c’est que les gens n’ont pas assez pour vivre. Le coup des petites entreprises précaires, c’est le coup de l’arbre qui cache la forêt, de toute façon il n’y a pas que des petites entreprises qui sont précaires, ça arrive à des entreprises de toutes les tailles de mettre la clé sous la porte, dans ces cas là faut-il arrêter définitivement d’augmenter les salaires et transformer tout le monde en travailleurs pauvres ? Faut-il revenir à l’esclavage ???

                                    Comme j’ai dis plus haut, des hausses du SMIC il y en a déjà eu 2 exemples, en 1968 et en 1981, aucune entreprise n’a mis la clé sous la porte à cause de ça. Ca ce sont des exemples concrets qui infirment vos augures de cataclysme économique.

                                    Et on peut remarquer que vos arguments sont exactement les mêmes que ceux qui étaient utilisés dans les années 40-50 pour s’opposer aux revendications des femmes qui faisaient grève pour obtenir une égalité des salaires entre les hommes et les femmes. Là encore les salaires des femmes ont grandement augmentés et aucune entreprise n’a fermé, au contraire, le nouveau pouvoir d’achat de ces femmes a permis de développer toute une nouvelle économie.

                                    Comme l’explique si bien Mélenchon, l’économie c’est qqchose de dynamique, si on paye mieux les salariés, alors ça fait plus de clients, donc plus de chiffre d’affaire, donc aucune entreprise ne mettra la clé sous la porte à cause de cette mesure de justice sociale.

                                    Vous répétez comme un péroquet un argument sans vous demander s’il est fondé ou non, c’est quand même effrayant.


                                  • VDonatien 10 mars 2012 20:19

                                    En réalité, vous caricaturez ma position, tout en m’accusant de dogmatisme et d’être en gros un abruti.

                                    Je n’ai pas dit que j’étais contre les augmentations de salaires (contre quelque chose dont je bénéficierais ?... réfléchissez...), mais contre CETTE façon d’augmenter les salaires.
                                    La situation des années 60 ou même 80 n’est pas celle de ce début d’années 2010. Nous sommes dans une situation différente (prévalence encore plus forte de grands groupes, PME qui vivottent, surévaluation de l’euro, plans de renflouement débiles et inutiles).

                                    Oui à une augmentation des salaires, mais par le rétablissement du protectionnisme national. Les importations permettront de payer une hausse des salaires, de protéger et de redémarrer/modernier notre tissu industriel, de favoriser les fabrications françaises donc l’emploi en France, de casser la concurrence déloyale.
                                    Arrêtez de me prendre pour un débile donc. Je dis que c’est l’Etat qui doit permettre une hausse des salaires en prenant à son compte les charges salariales, en les finançant par une taxe à l’importation (qui a de multiples avantages évoqués plus haut), et non décréter une augmentation du SMIC de façon unilatérale si je puis dire...

                                    C’est une proposition de l’infâme MLP vous me direz, donc forcément bête et d’extrême droite.


                                  • soubise 9 mars 2012 20:17

                                    A gerber ce torche cul.


                                    • bruenor bruenor 9 mars 2012 21:15

                                      Certes c’est une erreur politique -au moins- pour le FDG de s’accrocher à l’Euro et de prétendre pouvoir réformer l’UE - l’UE ne peut tourner qu’au vinaigre totalitaire.Outre que l’article est inutilement agressif je trouve cette haine anti-lambertiste curieuse alors qu’ils ont toujours combattu l’Europe supranationale ,Maastricht ,l’Euro et tutti quanti et qu’ils ont été parmi les rares à condamner d’emblée la guerre impérialiste contre la Libye comme ils ont condamné les autres (Irak,Afghanistan,etc..) et qu’ils ont toujours défendu la souveraineté nationale et le droit des peuples à disposer d’eux même.Quant au PCF il n’a pas besoin des « lambertistes » ni de qui que ce soit pour se saborder ,sa direction s’en charge-le poisson pourrit toujours par la tête comme disait Mao.Quant à la Franc-maçonnerie -qui alimente bien des fantasmes depuis longtemps-je n’en suis pas mais je pense qu’elle est très surestimée en bien comme en mal.allez pour finir -là j’ai plus le temps un petit texte « lambertiste » pour ceux qui ne connaissent pas.


                                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 9 mars 2012 21:26

                                        Je félicite l’auteur pour sa lucidité. Ceci est l’un des articles sur M. Mélenchon les plus pertinents que j’ai pu lire jusqu’à présent.

                                        Et pour l’immuniser contre toute attaque de partialité, je l’invite chaleureusement à récidiver en nous exposant dans un prochain article les contradictions du parti rénové de Mme Le Pen. smiley

                                         


                                        • VDonatien 9 mars 2012 21:27

                                          La Quatrième internationale n’est pas le lambertisme, mais les partisans de l’OCI s’en réclament. Ce qui fait une nuance de taille. Encore une fois, il ne s’agit pas de « haine » (ni d’agressivité)...
                                          Mais là tu pars dans une « analyse » du lambertisme à proprement parler, ce n’est pas le sujet de l’article. Ton site internet isolé ne prouve d’ailleurs rien, sans vouloir te manquer de respect.
                                          Et cette filiation idéologique tjrs présente chez Mélenchon ne l’a pas empêché de soutenir au contraire les guerres impérialistes, les embargos, etc.., de signer Maastricht et de soutenir l’Europe supranationale par haine de la nation, tout en regrettant sa politique sociale désastreuse (mais sans fléchir dans son soutien, donc « idiot utile » : on fait semblant de dire que le fédéralisme est un progrès en soi, et tout retour à la nation un obscurantisme, mais tout en feignant de déplorer la dérive de ce fédéralisme, en critiquant gentiment ses instigateurs et ses bénéficiaires...).

                                          D’accord sur le PCF qui n’a pas non plus attendu l’entrisme trotskyste pour se saborder.

                                          Moins d’accord sur la franc-maçonnerie dont on sait pertinemment l’influence sous la 3ème République et après, dans les ministères comme celui de l’Éducation nationale (pourtant essentiel à la « fabrication idéologique » des enfants de la République) ou encore les liens forts avec la Françafrique. Ce sont des faits avérés, par des franc-maçons eux-mêmes mais aussi par des publications sérieuses.


                                          • chapoutier 9 mars 2012 23:13

                                            bruenor est dans le vrai

                                            http://quatrieme-internationale.org/?lang=fr

                                            est bien le journal « lambertiste » l’ancienne OCI


                                          • foufouille foufouille 9 mars 2012 22:56

                                            faut ajouter
                                            revenu de 14500 minimum, pas 6000 comme il pretend
                                            copain avec dati et hortefeux
                                            mais pas ploutocrate
                                            non non


                                            • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 14:08

                                              14 500 euros et pas 6 000 euros de revenus ? Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu, mais si vous êtes au courant de choses que nous ignorons, je vous recommande tout de suite d’en informer le fisc afin qu’il enquête sur le cas Mélenchon (qui, en tant que parlementaire, subit au moins un contrôle fiscal par an). A moins qu’en fait cela ne soit qu’un mensonge pur et simple appuyé sur de la propagande lepéniste de base...

                                              Et puis « copain avec Dati et Hortefeux » parce qu’on l’a filmé en train de leur parler cinq minutes (d’ailleurs on l’a aussi filmé en train de parler cinq minutes avec Marine Le Pen, mais bizarrement, personne ne prétend qu’ils sont « copains »), ça fait un critère d’amitié assez large, hein.


                                            • VDonatien 9 mars 2012 23:37

                                              Méa culpa, ma confusion vient du fait que je parlais de la Quatrième Internationale comme organisation, mais sans penser que le journal de l’OCI avait pris son nom... (ce qui pose des questions sur leur façon d’accaparer des noms dont ils se réclament mais qui ne sont pas nécessairement les leurs).

                                              Après, ce n’est pas un article sur le lambertisme à proprement parler, la période lambertiste de Mélenchon lui a donné une certaine ossature idéologique : sa haine du cadre national (pourtant à même d’assurer la justice sociale et l’expression démocratique), et son goût pour l’entrisme et l’agitation...
                                              Ca ne veut pas dire que tous ses engagements ultérieurs ont été des choix en tant que lambertiste...

                                              Sur les guerres impérialistes, j’avais été agréablement surpris par certains communistes de la base, qui fustigeaient l’intervention en Libye.
                                              Des positions que Mélenchon a préféré ignorer en se ralliant à la croisade yankie, et aux fables du story telling...


                                              • chapoutier 10 mars 2012 08:58

                                                vous ne savez rien de la 4 eme internationale ni de l’oci ni de Lambert


                                              • Brath-z Brath-z 10 mars 2012 14:11

                                                Sachant que la guerre en Libye n’a jamais été soumise au moindre vote, que Mélenchon a dénoncé l’intervention de l’OTAN là-bas, a qualifié la guerre en Libye de « guerre illégale », que les parlementaires du Front de Gauche ont refusé de voter les budgets afférents à l’intervention militaire et que Mélenchon a été, de presque tous les politiciens interrogés sur le sujet, le seul à avoir conservé son opposition y compris quand tout ça a été fini, y compris quand Khadaffi a été tué, etc., je me demande bien sur quels éléments concrets tu t’appuies, citoyen, pour prétendre que Mélenchon a « rallié la croisade yankie ».


                                              • epicure 10 mars 2012 16:37

                                                @Par Brath-z (xxx.xxx.xxx.85) 10 mars 14:11
                                                la seule façon d’attaquer Mélenchon, c’est de lui accoler des positions qu’il n’a pas sur l’international.
                                                Ce qui montre comment ils ont le boules face à Mélenchon, de ne pas être capable d’avoir de vrai arguments pour le combattre.
                                                Le champion de cette technique c’est « DélinquantSexuelKaput président », qui donne à Mélenchon des positions totalement opposées à celles qu’il exprime et défend.


                                              • VDonatien 10 mars 2012 20:21

                                                Ce n’est pourtant pas compliqué de voir que le mensonge consistait à dire qu’en Libye « les populations » (?) avaient besoin d’être « protégées ».


                                              • Brath-z Brath-z 11 mars 2012 01:38

                                                Pour vous, derrière votre petit écran, et en souscrivant à 100% à des sources d’information « alternatives » qui sont, autant que les autres, sujettes à erreurs et manipulations, oui, c’est sûr que c’est facile. Dans le monde réel, celui où il faut prendre des décisions qui auront des conséquences concrètes, ça l’est déjà beaucoup moins, et c’est déjà beaucoup plus difficile d’être dans le procès d’intention permanent.


                                              • Bertrand 10 mars 2012 00:33

                                                affligeant.


                                                • Blé 10 mars 2012 08:45

                                                  Durant pas mal d’années, les gens me demandaient si j’étais communiste. En m’écoutant, ils étaient persuadés que j’ étais communiste, vous savez ces gens qui interdisent la liberté, la propriété privé, qui interdisent de s’enrichir, , etc..., etc....

                                                  Je riais beaucoup beaucoup car je constatais que tous ces gens qui avaient peur du communisme comme de la peste ignoraient une période historique qui a été systématiquement occultée par la classe dominante y compris les historiens, je veux parler de la « Commune ». La Commune et les communards n’ont rien à voir avec le communisme mais hélas très très peu de gens sont en capacité de faire la différence entre la Commune et le Communisme car très très peu de gens connaissent cet évènement historique.

                                                  L’auteur de cet article fait parti de ces ignorants, ce qui lui permet de dire des bêtises plus grosses que lui en ce qui concerne les idées que soutient Mélenchon. Je n’appartiens pas à son parti mais j’ai quand même le droit de le lire et de l’entendre et de réfléchir tout simplement.

                                                  L’auteur de l’article me fait penser à Edward Barnays , celui qui a écrit « Propaganda ou comment manipuler l’opinion public en démocratie ». Pour que les gens, les dominés, votent en masse contre leurs intérêts, il ne faut pas les prendre à rebrousse poil, il faut qu’ils ignorent (et reste ignorants) de leurs intérêts. Dans le temps, pour maintenir les masses dans l’ignorance, il y avait les églises et leurs clercs, aujourd’hui, il y a « les chiens de garde » à qui on jette un os et qui frétillent de la queue tellement ils sont heureux.


                                                  • fcpgismo fcpgismo 10 mars 2012 09:42

                                                    Le Fhaine dans toute sa splendeur VDonatien ou comment on sème la haine La différence entre l’ extrême gauche et l’ extrême droite:L’ extrême gauche commet des erreurs qui aboutissent à des pertes Humaines l’ extrême droite c’ est l’ assurance de la solution finale pour les Juifs, les Arabes, les Tziganes , les SDF, les Homosexuels, et tout ce qui n’ est pas comme eux, des refoulés des sentiments des masochistes. Les gauchistes prônent l’ amour et se trompent parfois, les droitistes prônent la haine et arrivent toujours à leur fin la destruction du peu d’ Humanité en chacun de nous. François Chambon


                                                    • VDonatien 10 mars 2012 19:47

                                                      « La gauche c’est les gentils, la droite c’est les méchants »...

                                                      Et sinon ?

                                                      Jules Ferry prônait l’amour aussi quand disait « les races supérieures ont un droit sur les races inférieures » ?
                                                      C’était de l’amour l’embargo sur l’Irak qui a tué 1 million d’Irakiens au moins ?
                                                      C’était de l’amour les bombes sur la Yougoslavie ?

                                                      On est pas entrain de parler de haine ou d’amour là. Mais si je dois me plier à votre lecture idéologique sans grand fondement, je crois que je préfère un Lyautey pour qui les peuples colonisés ne sont « pas inférieurs, mais autres » à la vision suprémaciste de la gauche de Jules Ferry.

                                                      Mais le clivage gauche/droite est dépassé, et votre façon de résumer la gauche et la droite est ridicule. Les deux « courants » ont des grands hommes et de grandes pensées, encore faut-il avoir l’ouverture d’esprit et la curiosité suffisantes pour lire les oeuvres...


                                                    • felix lekat 10 mars 2012 10:24

                                                      faut vraiment que la bourgeoisie aie les jetons du front de gauche pour écrire ce genre de prose absurde (je suis gentil) sur Jean Luc Mélenchon. C’est réconfortant, ça nous conforte dans notre action. continuons, ça sent la panique en face !


                                                      • VDonatien 10 mars 2012 19:42

                                                        Ca sent pas la panique, je suis plutôt écoeuré que cette escroquerie fonctionne encore.

                                                        « Grâce » à ces manipulations, on va repartir pour 5 ans de haine de la nation, de casse sociale, de destruction des identités et des enracinements, bref de toutes les forces capables de lutter idéologiquement contre l’ordre marchand.
                                                        Sans parler de la trahison des socialistes quand on regarde un peu leur bilan.

                                                        Mélenchon n’aura servi qu’à ça, et les naïfs le vérifieront quand Hollande sera élu. Et ça c’est triste.


                                                      • 59jeannot 10 mars 2012 10:47

                                                        Marion Perrine Lepen a du mal à digérer la claque qu’elle vient de prendre. Mr jean Luc Mélenchon a réussi à lui faire baisser les yeux. Elle fouille, elle fouille, toujours et encore dans ses fiches à la recherche de quelque réponse pertinente. nada, rien, que du vent. son programme, elle ne le connait même pas, pour apparaître à chaque émission, les bras encombrés de papiers où elle tente de trouver refuge à chaque question trop précise pour qu’elle puisse y répondre. Vite, papa, au secours...........lol


                                                        • Dunizel 10 mars 2012 12:04

                                                          Pathétique.
                                                          L’article est à charge uniquement et il déchaine la haine gratuite.
                                                          Sapir un gourou moderne ?...

                                                          Juste grave.
                                                          Pauvre France smiley


                                                          • JACKTURF JACKTURF 10 mars 2012 12:13

                                                            Les médias sont trop partis prenantes pour leur faire confiance, Mélanchon n’est que le représentant du Siècle pour le Grand Orient de France et ne sert que la candidature de Hollande pour lequel il se désistera sans aucun état d’âme le moment venu (Hollande un Européomondialiste convaincu...).

                                                            Pour sortir des sentiers battus et comprendre, lire pourquoi Marine Le Pen sera au second tour et les présidentielles piège à gogos...

                                                            http://jackturf.blogspot.com/# !/2012/02/pourquoi-marine-le-pen-sera-au-second.html

                                                            http://jackturf.blogspot.com/# !/2012/03/presidentielle-2012-le-piege-gogos.html


                                                            • Walid Haïdar 10 mars 2012 13:54

                                                              Vous présentez la réalité de façon spécieuse. A partir de là, comment accorder du crédit à vos propos ?


                                                              Le FdG sera sans aucun doute dans le gouvernement ?

                                                              Ah bon... et ça sort d’où ça ? Mélenchon sera-t-il dans le gouvernement ? NON. Il l’a dit, répété, depuis le début, et avec la même constance. Donc si on vous suit, Mélenchon est un vil manipulateur qui se casse le cul depuis le début pour faire entrer au gouvernement des communistes, mais pas lui-même !

                                                              Vous avez vu ça où ? Dans vos fantasmes ? Dans des livres de SF ?

                                                              Mélenchon a tenté de défenre la ligne gauche au sein du PS. Il a échoué. Il a pris ses responsabilité et tenté de défendre la ligne gauche depuis l’extérieur. Pour cela il s’est allié aux communistes et à tous ceux à gauche du Ps qui le souhaitaient. Ca vous étonne ?

                                                              Le PC est truffé d’élus qui ne voient pas plus loin que leur réélection, et ceux-ci ne vont pas manquer de défendre leurs intérêts à ce niveau à l’occasion de ces élections. Et alors ? Quel rapport avec le projet de FdG ?

                                                              Vous croyez que dans la vie pour vaincre on choisit l’option parfaite qui n’a aucun aspect sombre et problématique ? Oui, ça va être compliqué de défendre cette ligne gauche, même à gauche du PS, parce que la compromission est toujours latente, les mentalités et conditions matérielles pas tout à fait prêtes. Et alors, on fait quoi ? Cavalier seul avec ses 2,5% ?

                                                              C’est exactement pareil pour l’Europe. Il y a ceux qui pensent qu’on ferait mieux de se replier au niveau national, et ceux qui pensent que cette période de crise est l’occasion de mener une offensive frontale au sein de l’UE pour faire bifurquer au moins une partie des états-membres vers un autre horizon, une autre façon de s’organiser ensemble.

                                                              Bah au niveau du FdG, Mélenchon pense que c’est en travailant AVEC le PC qu’on peut construire une force dominante à gauche, mais il sait très bien que la condition sine qua non est de faire en sorte que le PC devienne réellement indépendant du PS. C’est tout l’enjeu du travail de terrain, de propagation des idées, effectué de concert par les militants PG et PC, au delà des manoeuvres politiciennes.

                                                            • Ariane Walter Ariane Walter 10 mars 2012 14:17

                                                              walid, super votre post. Rien à rajouter. Parfait.


                                                            • Michel P 20 mars 2012 19:13

                                                              Pour ce qui concerne le Pcf, il ne doit rien a personne pour ce qui concerne ses députés ou ses conseiller généraux. il sont élus au deuxième tour pour la plupart, après avoir été en tête de la gauche à l’issu du premier tour.
                                                              De plus il n’est pas rare de voir dans certaines circonscriptions le maintien d’un candidat socialiste ou vert, lequel reçoit le soutien d’une partie de la droite (l’élection de Mamère à Bègles en est un bon exemple).

                                                              Pour ce qui concerne une participation à un gouvernement de la part du PCF, il est peu probable que sans une remise en cause des orientations libérales tant en Europe qu’en France de la part du PS, il soit envisagé par la majorité des communistes une quelconque participation gouvernementale.

                                                              Attention aux tentatives de divisions entre forces composants le Fdg, le combat est de rassembler le plus largement possible sur un programme qui combat les forces de la finance, prône une répartition des richesses plus justes et définit de nouvelles libertés.

                                                              La diversité de nos courants, nos histoires différentes font la richesse du Fdg et la force de Mélenchon.


                                                            • Ariane Walter Ariane Walter 10 mars 2012 12:47

                                                              J’adore Agoravox et le fait que tous les courants puissent s’exprimer. Poliment , bien sûr.

                                                              Ici, c’est la cour de récré des anti-Mélenchon.
                                                              Il faut dire qu’Agoravox est très « mélenchonien ».
                                                              et là, ses adversaires se détendent.
                                                              Ils y sont tous !

                                                              Scual, je suis admirative de tant de courage mais il est vrai que ceux qui veulent critiquer Mélenchon s’en prennent toujours aux calendes grecques et au Bolchevisme. Et les francs-maçons et la Libye et ses salaires et la voiture-balai...On l’a lu et relu mille fois. Mélenchon y a répondu dix mille fois et moi-même, comme bcp d’autres, sur AV.

                                                              Mais il faut féliciter l’auteur qui a fait un mix détaillé sans plaindre sa peine, ça prend du temps ces articles-là et répondant abondamment à ses contradicteurs, ce dont je ne peux que le féliciter.

                                                              Bon. Ici il fait un temps magnifique. Je vais à la plage.
                                                              Puis je finirai mon prochain article sur le meeting de Rouen.

                                                              A chacun ses convictions !


                                                              • PapaDop PapaDop 10 mars 2012 15:59

                                                                Arianne Walter ,des arguments très a charge sont ici sur cette page et vous occultez tous cela d’un revers de phrases .
                                                                 Si vous voulez que l’on avance argumentez ou alors allez rendez votre plume au FdG .


                                                              • epicure 10 mars 2012 16:31

                                                                @Par PapaDop (xxx.xxx.xxx.175) 10 mars 15:59

                                                                beaucoup de pseudo arguments à charge quand même, pas de vrais arguments.
                                                                C’est pour ça que le niveau final de l’article est nul.
                                                                I y a peut être quelques questionnements qui sont légitimes dans le tas, mais au milieu de tellement de mauvaise chose que ça ne peut pas rattraper le tout.


                                                              • eric 10 mars 2012 13:03

                                                                Ben voyons, tous cela c’est la faute des lambertistes.... C’est vrai que Jospin, désignant Hollande pour tenir le parti, qui lui même expédie Mélenchon reprendre en main les restes du PC, en se gardant bien de répondre à ses agressions qui font presque passer Sarko pour un compagnons de route du PS.....etc....C’est presque plus de « preuves »que pour l’implication de Bush dans la destruction des Twin Towers...
                                                                Mais quand on pense aux centaines de milliers de militants élus et responsables de ces pauvres gauches qui se laissent manipuler par les doigts d’une main d’ex agités corpusculaires et sectaires, c’est vrai qu’on n’est pas pressé de les voir aux mains avec les forces aveugles du marché de l’élite ultralibérale mondialisée.
                                                                On peut aussi remarquer que l’UMP en général et Sarkozy en particulier semble avoir beaucoup mieux résisté à cet entrisme des sectateurs trotskistes.
                                                                Je crois qu’il faut choisir cette France forte....


                                                                • epicure 10 mars 2012 19:50

                                                                  La France forte ?
                                                                  mais tu es un comique comme sarkhome premier toi.
                                                                  Donc pour toi la France forte, la France de sarkozy, c’est la France qui se fait dicter sa politique budgétaire de l’étranger.
                                                                  Bravo, vous êtes des lumières à l’UMP.

                                                                  la France forte, c’est la France souveraine, c’est à dire le contraire de ce que fait sarkhome premier.
                                                                  Sarkhome premier, c’est la France caniche de l’allemagne de merkel.


                                                                • VDonatien 10 mars 2012 20:26

                                                                  Oula, les UMPistes vont s’ajouter à la chorale ?

                                                                  La France forte, c’est celle de Sarkobama ?

                                                                  Quant au lambertisme, je n’ai pas non plus dit « c’est la faute des lambertistes », là encore ça exagère tout...

                                                                  En fait dans un article, il faut écrire « Mélenchon est un lambertiste, dont un liquidateur du PCF, qui se retrouve à sa tête. Mais en disant cela, je n’accuse pas tout le lambertisme, pas toute l’OCI, pas tous les journaux lambertistes, bien sûr »...

                                                                  Ca deviendrait un peu pénible :)


                                                                • Jean Jolly Jean Jolly 10 mars 2012 13:12

                                                                  Article débile, directos la poubelle !


                                                                  • tesla_droid84 10 mars 2012 15:47

                                                                    Non au contraire, mais quand on ne veux pas ouvrir les yeux,

                                                                    Ci-joint une interview de C.Deloire sur son livre d’enquete sortie fev 2012 « Politicus Circus », il prone que le peuple n’a plus la parole et expliques par quels moyens on nous à privé de Démocratie en Europe. Son livre est factuel et les fait sont documentés et irrefutable, il a l’avantage de ne tirer aucune conclusion quand à la solution à choisir. Quell soit d’ordre nationale (plutot FN / NDA / Asselinau) ou d’une autre Europe avec des gens élus et pas cooptés (solution plutot FrdG) 

                                                                    Je respecte les 2 points de vu, mais pour rétablir la démocratie, ce que l’on veut tous il me semble plus utopique d’y arriver par une construction Européenne qui dans l’état ou elle est aujourd’hui, ressemble dans son architecture à la construction soviétique.

                                                                    • epicure 10 mars 2012 17:52

                                                                      Voyons :
                                                                      on lit le programme du Front de Gauche, on a un programme de gauche, fidèle aux valeurs de la gauche.
                                                                      On lit l’article, et on trouve tout et n’importe quoi, mais surtout pas une volonté de l’auteur d’être honnête vis à vis de Mélenchon et du Front de Gauche.

                                                                      Donc sur Maastricht pas la peine d’épiloguer sur la campagne mensongère, vu que Scual a déjà tout dit.

                                                                      Pour ce qui est de l’euro et de la gestion financière, l’article fait totalement l’impasse sur le programme du FdG qui remet en cause tout le système actuel, dont la remise en cause de nombreux traité.
                                                                      S’il peut être légitime de s’interroger sur l’euro, dire que Mélenchon est un serviteur du système est un gros mensonge, le programme du FdG est justement basé sur le refus de la dictature financière, et la fin du financement de la dette par le privé ( générateur de dette ).

                                                                      Mais le plus gros mensonge c’est sur la politique internationale :
                                                                      le programme du FdG repose sur al coopération avec les pays du tiers monde, et l’annulation des dettes, la fin de la main mise du FMI et autres institutions financières.
                                                                      Mélenchon n’a jamais voté pour l’opération de Sarkozy en Libye. Il a supporté une action de l’ONU, et non de l’OTAN, pour protéger les populations, pas pour attaquer kadhafi. Et il a condamné la guerre menée par l’OTAN.
                                                                      Donc les accusations à son encontre sont mensongères. C’est digne de des attaques de soral lepen ça.
                                                                      Enfin bref l’auteur fait une psychose vis à vis de Mélenchon (pour reprendre son vocabulaire psy), il voit des choses qui n’ont jamais existé.
                                                                      C’est bizarre comme beaucoup d’antimélenchon, ont des psychoses vis à vis des positions internationales de Mélenchon, comme DélinquantSexuelKaput président qui le traite de sioniste alors que Mélenchon et le FdG, sont pour l’indépendance de la Palestine, c’est des attaques qui montrent la mauvaise fois des détracteurs de Mélenchon sur ce site.

                                                                      Ensuite al remarque sur l’extrême droite, montre le faible niveau de l’article, vu que l’auteur montre qu’il n’y connait rien en politique.
                                                                      Le travail de Mélenchon contre Lepen, c’est justement de mettre à jours la supercherie bleu marine qui le vernis des discours effacé montre un fond brun.
                                                                      Le FN est le parti de l’extrême droite, qui défend un fond idéologique d’extrême droite, la remise en cause du droit du sol en est un bon exemple, ce n’est pas al droite libérale qui remettrait en cause le droit du sol car elle n’accorde aucune valeur au sang, alors que la mise en avant de l’hérédité est une marotte de l’extrême droite..
                                                                      Le FN avait un programme ultralibéral avec le vrai blond borgne, et avec sa fille il y aurait eu un revirement de 180 degrés qui en fairait le parti du peuple ? C’est une grosse mascarade.

                                                                      Pour les syndicat, cela fait longtemps que la CFDT a perdu du crédit vis à vis de la gauche sociale. Il a mainte fois été dénoncé les collusion de la CFDT avec le patronat. Donc il est fallacieux de lier Mélenchon ou le FdG à la CFDT, bref encore une mauvaise accusation.

                                                                      Mélenchon n’appartient pas au Siècle. Bien merci de le préciser, c’est donc un bon point pour lui. Beaucoup de lignes pour pas grand chose.

                                                                      Entre Hollande et Sarkozy, le pire sera toujours Sarkozy, et ce quel que soit le sujet, donc Hollande sera le moins pire candidat.
                                                                      Au second tour on vote pour le moins pire, donc Mélenchon, dit que la gauche votera pour le moins pire candidat, donc Hollande. CQFD, ce n’est que logique.
                                                                      Mais vous voulez quoi ?
                                                                      l’idée débile qu’il appelle à voter Sarkozy ?
                                                                      Vous êtes vraiment de mauvaise foi ou stupide, dans vos attaque sur ce sujet.


                                                                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 10 mars 2012 19:19

                                                                        Permettez epicure,

                                                                        Quand on vote, on cautionne. Donc voter pour le « moins pire », c’est donner sa caution à quelqu’un dont on réprouve la politique.

                                                                        Je trouve que cet acte va à l’encontre du principe du suffrage démocratique. Parce que dans ce cas, il n’est pas question de faire valoir ses idées, mais plutôt d’empêcher que celle de vos adversaires s’expriment. C’est pour beaucoup un simple calcul mathématique, mais d’un point de vue moral je trouve que ça n’est pas anodin du tout.

                                                                        C’est fausser le jeu.

                                                                        Quand on ne cautionne pas, on vote blanc.

                                                                        C’est à ça que ça sert, le vote blanc. Et si l’adversaire passe, c’est qu’il aura eu l’aval de la majorité de la population, et même si ça fait mal au cul il faut respecter ce vote.

                                                                        Je préfère supporter cinq ans de plus de gabegie politique pour que les choses soient bien claires à ceux qui doutent que m’insurger contre l’expression de la majorité qui aura réélu un traître. De toute façon si vous entamez la révolution contre une opinion qui n’est pas majoritairement convaincue qu’il est nécessaire de la faire, vous l’avez déjà perdue.


                                                                      • epicure 10 mars 2012 19:59

                                                                        Raisonnement absurde.

                                                                        Non pas du tout, c’est bien un choix entre deux solutions.
                                                                        Quel que soit le sujet, même si le PS ne présente rien de transcendant, ce sera toujours mieux que ce que sarkozy, l’assassin de la démocratie française, pourra faire.

                                                                        Enfin c’est sûr que si tu n’as rien à faire de la démocratie, laisse sarkome premier se faire réélire, et ainsi aggraver le régime autoritaire au service de la finance qu’il est en train d’instaurer.


                                                                      • epicure 10 mars 2012 20:11

                                                                        "C’est à ça que ça sert, le vote blanc. Et si l’adversaire passe, c’est qu’il aura eu l’aval de la majorité de la population, et même si ça fait mal au cul il faut respecter ce vote."

                                                                        voilà la nature absurde de ton raisonnement.
                                                                        SI la majorité des électeurs ne veulent pas de cet adversaire, il ne sera pas élu, c’est donc un choix démocratique. C’est la base de la démocratie, que le président ait l’assentiment de la majorité des électeurs.

                                                                        Tu te rends compte de l’idiotie de ton raisonnement.
                                                                        Si A a 30 %, B 25% et les autres listes moins.
                                                                        Mais que personne ne veut de A, il faudrait selon toi que 70% des votants acceptent A, parce que il y a plus de votant au premier tour pour A que pour B.

                                                                        Ce n’est plus de la démocratie, c’est une oligarchie, où le parti qui regroupe le plus de voix au premier tour remporte l’élection même s’il n’a pas l’assentiment de la majorité des électeurs.

                                                                        Mais dans ce cas en suivant ton raisonnement, en l’état actuel, c’est donc hollande qui est élu, puisque il a plus de voix que sarkozy ( si les sondages sont corrects ), et que personne ne devrait voter pour sarkozy contre hollande, sauf ceux qui ont voté sarkozy au premier tour. Et en gros tu dis qu’il faut qu’il n’y ait que 50-60% des électeurs du premier tour qui devraient voter au second.

                                                                        Bref ton discours et absurde et antidémocratique.

                                                                        En fait à la limite un duel hollande contre bayrou, pourrait justifier un vote blanc, si on les considère comme bonnet blanc et blanc bonnet donc vote de la même couleur, mais pas hollande contre sarkozy, qui est trop à droite.


                                                                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 10 mars 2012 21:30

                                                                        Pour commencer, merci de vous passer de cette familiarité qui frise l’invective.

                                                                        Vous dites :

                                                                        « voilà la nature absurde de ton raisonnement.
                                                                        SI la majorité des électeurs ne veulent pas de cet adversaire, il ne sera pas élu, c’est donc un choix démocratique. C’est la base de la démocratie, que le président ait l’assentiment de la majorité des électeurs. »

                                                                        Or c’est précisément votre phrase qui est absurde, puisque la nature d’un scrutin démocratique n’est pas de dire de qui on ne veut pas, mais qui on veut. Je vois que vous mélangez les deux, la différence est pourtant significative.

                                                                        Si c’est au-delà de votre compréhension, je ne peux rien faire pour vous et ne prenez même pas la peine de me répondre.

                                                                        Bonne journée.


                                                                      • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 10 mars 2012 22:00

                                                                        http://www.toupie.org/Dictionnaire/Vote_utile.htm

                                                                        Merci de bien lire toute la définition, y compris le paragraphe « inconvénients ».

                                                                        Ceci était ma dernière contribution à ce sujet.

                                                                         


                                                                      • VDonatien 12 mars 2012 00:03

                                                                        Ce n’est pas une histoire de valeurs mais de l’incohérence du programme.
                                                                        Personne ne nie que le Front de gauche est... de gauche. Du moins dans l’axe général et philosophique.

                                                                        Sinon, aider les pays du « tiers monde », c’est par exemple aider la zone franc CFA ? En conservant l’euro ?...

                                                                        "Ensuite al remarque sur l’extrême droite, montre le faible niveau de l’article, vu que l’auteur montre qu’il n’y connait rien en politique.
                                                                        Le travail de Mélenchon contre Lepen, c’est justement de mettre à jours la supercherie bleu marine qui le vernis des discours effacé montre un fond brun.
                                                                        Le FN est le parti de l’extrême droite, qui défend un fond idéologique d’extrême droite, la remise en cause du droit du sol en est un bon exemple, ce n’est pas al droite libérale qui remettrait en cause le droit du sol car elle n’accorde aucune valeur au sang, alors que la mise en avant de l’hérédité est une marotte de l’extrême droite..
                                                                        Le FN avait un programme ultralibéral avec le vrai blond borgne, et avec sa fille il y aurait eu un revirement de 180 degrés qui en fairait le parti du peuple ? C’est une grosse mascarade.« 

                                                                        C’est vous qui n’avez aucune culture politique.
                                                                        Le programme du FN (qui n’a pas été le même de sa création à nos jours) n’était pas »ultralibéral« mais libéral au sens poujadiste, moins d’Etat, moins de charges sur les entreprises pour favoriser les commerçants et les artisans, l’allègement d’impôts pour les classes moyennes, et il n’a jamais prôné la financiarisation, la libre circulation des capitaux ou l’abolition des frontières, qui ont permis la dérégulation massive des années 80. On est pas du tout dans une vision à la DSK...

                                                                        D’ailleurs, le terme de »gaucho-lepénisme« apparaît dès les années 90, et à l’élection de 1995, Jean-Marie Le Pen fait déjà 30% chez les ouvriers.

                                                                        Quant à l’hérédité, le droit du sang existe déjà de fait puisque toute personne qui naît de parents français est française par ses parents quelque soit son lieu de naissance (Ségolène Royal est née à Dakar, elle est pourtant française par le sang). Ca n’a donc aucun sens ce que vous dites, surtout que c’est une notion de droit latin...
                                                                        Par ailleurs, le RPR (droite libérale) des années 80 était tout aussi conservateur sur ces valeurs. Mais le fait de demander l’abrogation du droit du sol n’a de toute façon jamais signifié que la nationalité ne pouvait s’acquérir que par ce biais : la nationalité »s’hérite ou se mérite« ... En Allemagne, on a un système mixte où prédomine le droit du sang, ça jetterait l’opprobre sur ce pays tout entier ?
                                                                        Aujourd’hui, Malika Sorel remet en cause le droit du sol pour des raisons qu’elle explique très bien dans Le puzzle de l’intégration, alors qu’elle n’a rien d’une »fasciste« . Vous n’avez juste pas réfléchi à la question et vous fonctionnez à l’affect et à la catégorisation : »réfléchir à la pertinence du droit du sol = extrême droite méchante« .

                                                                        Vous parlez de »bruns« comme si Mussolini allait revenir, c’est n’avoir aucun fond historique et ne pas savoir ce qu’est le fascisme, et faire preuve d’un incroyable légèreté vis-à-vis de ce mouvement.
                                                                        C’est comme ceux qui parlent abusivement de »rouge" en parlant de Mélenchon, ça n’a pas plus de sens.

                                                                        Dans le discours de Rouen, il a consacré 30% du temps de parole à s’attaquer à MLP : dans un tel contexte, nos ennemis ne sont-ils pas Sarkhollande, la dérégulation financière, la confiscation démocratique de l’Union européenne, les plans d’austérité, l’euro-atlantisme... ?
                                                                        Encore une fois, imaginez MLP consacrer 30% d’un discours à Mélenchon : ça serait juste grotesque.


                                                                      • VDonatien 10 mars 2012 20:38

                                                                        Il n’y en a un qui ose dire « c’est normal que Mélenchon appelle à voter Hollande au second tour, c’est »moins pire«  »...

                                                                        Outre le fait que ça accrédite le faux clivage gauche/droite aux yeux du gogo, c’est quand même drôle de faire croire ça. La « gauche » a plus fait pour la finance et les grands groupes que la droite, c’est dire.

                                                                        Sarkozy et Hollande ont exactement la même politique : pro-euro, pro-UE, pro-mondialisme (le vilain mot), pro-finance, pro-immigration...
                                                                        Il y a des petites différences sur des sujets sans intérêt : l’un est pour le mariage homosexuel, qui intéresse beaucoup les Français, et l’autre non...
                                                                        Même sur la discrimination positive, ils sont d’accord les deux larrons.

                                                                        Le seul point de désaccord, mais qui est uniquement électoraliste, c’est sur le droit de vote des étrangers. La gauche dite « républicaine » étant favorable, malgré ça :

                                                                        « Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques. » (article 3 de la Constitution de la Cinquième République française)


                                                                        Mais cette même gauche « républicaine » (sauf les chevèmentistes) a fait voter Maastricht, qui donnait ce droit de vote aux Européens... alors...

                                                                        Ca fait un peu peur ceux qui parlent de l’engagement à contrecoeur de Mélenchon pour Maastricht, afin de ne pas décevoir « Tonton »... Brrr, quel culte du chef digne d’un groupuscule d’extrême droite.


                                                                        • Karash 10 mars 2012 23:27

                                                                          Mais que proposez vous au deuxième tour si on se retrouve avec un duel sarko-hollande ?
                                                                          De ne pas voter ? La belle affaire. Rien dans la constitution ne prévoit de limite basse pour rendre l’élection du président valide.

                                                                          La loi organique permettant de limoger le président de la république ( et seulement pour manquement grave aux intérêts de la nation) n’a pas été voté, elle est bloquée au sénat.

                                                                          Bref, vous aurez un président. A moins d’organiser la révolution dès maintenant, il est complètement aberrant de répéter ad nauseam que JLM est un vendu parce qu’il ne veut pas avoir un deuxième tour de Sarko.

                                                                          Mélenchon est le seul candidat « élisible » vous offrant une VI ème république, pour justement mettre fin à cette mascarade présidentielle. Que voulez vous de plus ?

                                                                          Sources :
                                                                          article 6 de la constitution : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do ;jsessionid=0D8BD06251647709B7D77CB84AEAC781.tpdjo02v_2?idArticle=LEGIARTI000019241002&cidTexte=LEGITEXT000006071194&dateTexte=20120310
                                                                          loi organique d’application : http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do ;jsessionid=FC8FC46126861611263EE1AE104875F6.tpdjo12v_3?cidTexte=JORFTEXT000000684037&dateTexte=20120310
                                                                          dossier sur la loi « limogeage » : http://www.assemblee-nationale.fr/13/dossiers/art68_Constitution.asp


                                                                        • Karash 10 mars 2012 22:41

                                                                          Bonjour,

                                                                          Vous n’avez pas trouvé le mot « protectionnisme » dans le programme de Mélenchon, mais vous pouvez le trouver dans ses discours, et dans son programme sous la forme suivante, page 19 :

                                                                          << La France agira pour l’institution de protections et de normes sociales
                                                                          et environnementales communes aux Européens, face à la pression des
                                                                          capitaux et des productions à bas coût sur les marchés mondialisés
                                                                          avec, par exemple :
                                                                          – des prélèvements nationaux concertés sur les réimportations en
                                                                          Europe de productions délocalisées,
                                                                          – une taxe « kilométrique » de manière à réduire les transports de
                                                                          marchandises évitables >>

                                                                          Vous êtes allée un peu vite en besogne, il me semble. Ensuite, concernant l’Euro, le Front de Gauche semble effectivement croire que le malade peut encore être sauvé moyennant un traitement de choc ( reprise en main de la BCE, harmonisation fiscale par le haut ). JLM est soutenu par Jacques Généreux et d’autres économistes ( http://www.pcf64.org/spip.php?article353&nbsp ; ) , 42 pour être précis. Je leur fais confiance du point de vue « médical ».

                                                                          Il serait effectivement dommage de mettre par terre toute la construction européenne. Pour moi le défaut de cette construction réside dans tous les parasites qui y sont accrochés. J’ai espoir qu’il soit possible de secouer ses institutions suffisamment fort pour en décrocher les parasites sans faire s’effondrer l’édifice. Ca vaut la peine d’essayer. Au pire, s’il échoue, c’est que l’édifice se sera effondré, et il n’y aura rien à regretter.

                                                                          Cordialement,


                                                                          • VDonatien 11 mars 2012 00:00

                                                                            Dans l’article, je parle bien du protectionnisme européen, donc je ne considère pas que je suis allé « vite en besogne ».
                                                                            Mais justement, l’Union européenne à 27 avec un protectionnisme commun n’a pas de sens : les intérêts et les besoins de la Finlande ne sont pas ceux de la France, qui ne sont pas ceux de la Grèce, qui ne sont pas ceux de l’Allemagne, etc..

                                                                            Beaucoup de gens ont du mal à percevoir qu’un protectionnisme national n’est pas une « prison », c’est un ciblage sur les besoins précis d’un pays. On peut très bien se protéger par rapport à la concurrence agricole de l’Allemagne (pas de SMIC), tout en ayant des partenariats privilégiés dans ce domaine avec un pays plus lointain. C’est modulable « à l’infini », c’est une vraie reprise en main de notre destin, c’est ça qui est excitant.

                                                                            Maurice Allais envisageait lui aussi le protectionnisme européen, mais sur une zone beaucoup moins vaste. Une zone beaucoup moins vaste qui pourrait d’ailleurs émerger dans la crise actuelle, avec un éclatement de l’UE en ensembles plus restreints.
                                                                            En réalité, le problème du protectionnisme « européen » à 27 est le même que celui de l’eurozone et de l’Union européenne en général : c’est absurde d’imposer un modèle commun sur tout à des pays qui sont parfois très différents dans leurs besoins économiques, leurs modèles anthropologiques, leurs traditions politiques, et jusqu’à leurs cultures, alphabets, religions... Ce sont des zones hétérogènes où l’on veut décreter l’uniformité. Maastricht était déjà la négation de la diversité européenne selon Todd ou d’autres d’ailleurs, je les rejoins. Je suis d’ailleurs sidéré que certains ne connaissent même pas les spécificités de nos proches voisins (Espagne, Italie, Allemagne, Hollande, Angleterre...), ou par exemple, que l’on veuille imposer notre laïcité à tlm, en oubliant que c’est un concept très français.
                                                                            Un tel gigantisme dans les structures étouffe la démocratie, l’avenir est à la nation, à la consommation locale, à l’enracinement contre le « tout marchand », le nivellement par le bas et l’abolition des frontières, qui profite toujours au moins disant et à la consommation de masse.

                                                                            Je remarque que personne n’a répondu sur le fait que la construction de l’UE en soi ne portait rien de progressiste ou de nécessaire, ou du moins l’UE actuelle ne l’est plus. On peut très bien bâtir des accords multilatéraux dans plein de secteurs, des collaborations judiciaires, etc., sans avoir besoin de tout mutualiser, sans avoir besoin de Commission européenne et de ses commissaires douteux. Le socle commun européen existe et des nations fortes et indépendantes peuvent coopérer dans la paix et dans une meilleure adaptation aux besoins de chacun. C’est pour ça que je suis un fervent défenseur de la Charte de la Havane.

                                                                            On s’est contenté de dire que j’étais un haineux d’extrême droite, que la gauche c’est l’amour et la droite la haine. Ça n’a aucun sens pour qui s’intéresse à la philosophie politique : il faut un peu réfléchir autrement que par l’affect et l’injure, et voir la multiplicité des courants dans chaque « famille » politique, la violence est également partagée, le totalitarisme aussi. D’ailleurs, Doriot était un transfuge du PCF, Mussolini un socialiste, Lénine, Staline, Polpot, Mao sont « de gauche », la République a avalisé la colonisation ou le « génocide » vendéen, rien n’est simple...

                                                                            Pour parler du second tour, en cas de second tour MLP/Hollande, Mélenchon appelera à voter Hollande, on le sait tous, or n’importe quelle personne de bonne foi sait très bien qu’Hollande c’est la poursuite de la même politique, de la casse sociale, de l’anti-démocratie. Il a voté les plans d’austérité pour la Grèce...
                                                                            Entre le protectionnisme national et le même libre-échange généralisé synonyme de chômage de masse et d’alignement sur le moins disant, un partisan du protectionnisme européen choisira le second... ?
                                                                            Si je devais choisir entre Mélenchon ou Sarkozy, désolé, je ne choisirais pas Sarkozy.


                                                                          • Karash 11 mars 2012 01:55

                                                                            Hola, calmons-nous. Je ne vous connais pas, je ne suis pas en train de vous qualifier d’haineux ... je cherche juste à comprendre et à me faire comprendre, c’est déjà bien assez difficile comme ça.

                                                                            Mea Culpa pour la lecture un peu rapide, il est vrai que vous mentionnez le protectionnisme euréopéen, avec quand même, je trouve, une pointe de mauvaise foi. Le protectionnisme européen n’est pas moins esquissé que les autres mesures du programme. Bref.

                                                                            Autre chose, vous dites « étant lui-même mû par une haine du patriotisme chevillée au corps ».

                                                                            J’avoue avoir une sérieuse envie d’arrêter toute lecture au moment où je vois le mot « haine » apparaitre. Autant quand Méluche fustige avec trop de véhémence la famille Le Pen que quand les électeurs FdG s’emballent pour cracher sur les mêmes, que quand vous mettez la haine dans la bouche d’un autre contre son gré.
                                                                            On entend suffisamment JLM déclamer son amour pour la patrie républicaine pour savoir qu’une telle déclaration est complètement infondée. Oui, JLM est « internationaliste », au sens qu’il a envie de rapprocher les peuples de toutes les nations (étant lui même d’origine immigrée, ça se comprend). Mais ça ne signifie absolument pas qu’il veuille le faire au détriment de la nation Française, vous le savez.
                                                                            Il a expié ses pêchés pour Maastricht .. pitié cessez de remettre ça sur la table, il a voté contre tous les autres traités, et c’est même l’histoire du traité de Lisbonne qui l’a décidé à quitter le PS alors ...

                                                                            Sur la question du protectionisme national, il faut comprendre qu’un protectionnisme européen n’empêche pas un protectionnisme national. He oui, mettre par terre les accords de libre échange, ça veut dire quoi ?

                                                                            Vous semblez avoir la certitude que dans cette Europe tout est à jeter. Le FdG pense que la carcasse peut être recyclée ( Ils veulent tout remettre à plat ... en gros la seule chose resterait inchangée, ce sont les bâtiments, tout le reste serait remanié en profondeur )

                                                                            C’est la seule question fondamentale. Quel que soit l’histoire de la construction Européenne, si on la regarde telle qu’elle est aujourd’hui, ne trouvez vous vraiment rien qui mérite d’être sauvé, dans l’intérêt de la France ?

                                                                            D’ailleurs, même le FN ne prévoit pas de sortir de l’UE, mais seulement de la zone euro (même si les gars de l’UPR affirment que c’est impossible vu les traités ... )

                                                                            Autre chose :
                                                                            Régulariser les sans papiers est une évidence quand on voit les chiffres. La dignité humaine, autant que les questions budgétaires et les répercutions sur les libertés individuelles font que tout autre politique est simplement irréaliste.
                                                                            Rendre la dignité ( et cesser le dumping social à l’intérieur de la nation) à ceux qui sont ici ne veut pas dire « ouvrir les vannes » pour ceux qui sont ailleurs. C’est un amalgame grossier.
                                                                            Au contraire, qui mieux qu’un natif du Maghreb pourrait apaiser les tensions entre ces pays et la France ? qui mieux qu’un marocain peut dire à un algérien qu’il ferait mieux de construire son pays plutôt que s’acharner pour passer la frontière ?

                                                                            Et au pire, si JLM est trop idéaliste avec l’Europe, il en prendra conscience bien assez tôt, et il sera toujours temps de se replier sur le niveau national. On voit tout de suite les résultats d’un électrochoc ;)


                                                                          • VDonatien 11 mars 2012 00:15

                                                                            Personne ne réagit non plus au soutien de Mélenchon pour la farce syndicale française.

                                                                            Les syndicats sont très forts pour les mobilisations spectaculaires mais vaines, et très faibles dans les négociations réellement importantes, où ils se couchent systématiquement.
                                                                            Les exemples de la trahison de la CGT et encore plus de la CFDT ne manquent pas.
                                                                            C’est juste une insulte aux travailleurs que de faire croire à l’utilité de ces syndicats et de masquer leur collusion avec les milieux du pouvoir.


                                                                            • VDonatien 11 mars 2012 23:42

                                                                              D’ailleurs, ça me sidère que les zélateurs de Mélenchon lui pardonnent le soutien au Traité de Maastricht, juste parce qu’il s’en est « excusé ». En somme, c’est comme Sarkozy, il s’excuse d’avoir trahi tout le monde mais promet de ne plus recommencer, et réitère les propositions qu’il n’a jamais appliquées.

                                                                              Examinons de plus près Maastricht :

                                                                              Préparation à la monnaie unique (« PROTOCOLE sur le passage à la troisième phase de l’Union économique et monétaire »). D’ailleurs Jacques Attali avait écrit un petit texte pour le Concil on Foreign Relations, où il dit  : « Lorsque nous avons créé le marché unique en 1984, nous savions que le marché unique ne pourrait pas fonctionner sans une monnaie unique. Et nous avons créé une monnaie unique. Et lorsque nous avons créé cette monnaie unique, nous savions que cette monnaie unique ne pourrait exister sans un budget fédéral ».

                                                                              C’est le début de la fuite en avant, parfaitement dans l’esprit de la méthode employée par les Pères de l’Europe (ils la décrivent eux-mêmes). Les promoteurs de l’euro savaient pertinemment que c’était « la monnaie d’un Etat qui n’existe pas » pour reprendre la belle formule de Sapir (encore !).

                                                                              Instaure des règles de gouvernance pour les déficits excessifs, règles qui n’ont aucun sens si on se trouve dans un contexte de crise (cas de l’Autriche dans les années 20/30 qui a été obligée de briser les règles de « bonne gouvernance » pour ne pas que toutes ses banques s’effondrent...). Premier pas vers la rigidité monétaire.

                                                                              « Article 3

                                                                              Aux fins énoncées à l’article 2, l’action de la Communauté comporte, dans les conditions et selon les rythmes prévus par le présent traité :

                                                                              a)  l’élimination, entre les États membres, des droits de douane et des restrictions quantitatives à l’entrée et à la sortie des marchandises, ainsi que de toutes autres mesures d’effet équivalent,

                                                                              b) une politique commerciale commune,

                                                                              1. un marché intérieur caractérisé par l’abolition, entre les États membres, des obstacles à la libre circulation des marchandises, des personnes, des services et des capitaux, »

                                                                              Libre circulation au sein de l’UE avec les conséquences que l’on sait en matière de circulation de la drogue, des réseaux criminels, des armes, de la mafia de la clandestinité, en matière de spéculation pour les capitaux (paradis fiscaux luxembourgeois ou autrichiens...)... Une politique commerciale commune qui n’a aucun sens avec des pays aussi différents.

                                                                              « l) le renforcement de la compétitivité de l’industrie de la Communauté,

                                                                              n) l’encouragement à l’établissement et au développement de réseaux transeuropéens, »

                                                                              Les premières occurrences de la sacro-sainte compétitivité ardemment défendue par l’European Round Table, et le réseau transeuropéen très écologique.

                                                                              « 2. Parallèlement, dans les conditions et selon les rythmes et les procédures prévus par le présent traité, cette action comporte la fixation irrévocable des taux de change conduisant à l’instauration d’une monnaie unique, l’Écu, ainsi que la définition et la conduite d’une politique monétaire et d’une politique de change uniques dont l’objectif principal est de maintenir la stabilité des prix et, sans préjudice de cet objectif, de soutenir les politiques économiques générales dans la Communauté, conformément au principe d’une économie de marché ouverte où la concurrence est libre. »

                                                                              Déjà la lutte contre l’inflation comme dogme absolu... à rapprocher du NAIRU de l’OCDE.

                                                                              L’Article 8 B sur la possibilité de voter aux élections municipales pour tout ressortissant européen dans un Etat-membre, une disposition contraire aussi bien à la loi (contraire à notre Constitution) mais aussi à l’esprit de notre République jacobine, où la nationalité et la citoyenneté sont indissociables.

                                                                              « Article 73 B

                                                                              1. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux mouvements de capitaux entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites.

                                                                              2. Dans le cadre des dispositions du présent chapitre, toutes les restrictions aux paiements entre les États membres et entre les États membres et les pays tiers sont interdites. »

                                                                              Ça se passe de commentaires, les conséquences seront désastreuses. Étonnant de fustiger maintenant le néo/ultralibéralisme de l’UE...

                                                                              Donc si j’ai bien compris, à 40 ans, Mélenchon ne savait pas lire un texte ? Est-ce, comme l’a dit l’un de ses partisans ici, il a pensé à Mitterrand et a soutenu ce traité pour lui faire plaisir, au mépris de toutes les conséquences dramatiques pour la cohésion nationale et la justice sociale en France ?

                                                                              Et pour dire cela, je me place dans l’esprit de l’époque, et dans la pensée de l’époque : Philippe Seguin, Jean-Pierre Chevènement, Emmanuel Todd, le Front national et le Parti communiste français avaient bien identifié à l’époque les dangers de ce traité.


                                                                              C’était impossible de signer ce traité avec autant de légèreté.

                                                                              Ca m’effraie un peu celui qui ose dire aussi « oui bah Mélenchon ne lit pas le Réseau Voltaire, il peut dire parler de la Libye comme en parle ma grand-mère qui ne regarde que France 3... » (je caricature mais c’est quasiment ça). On en est là dans le niveau d’exigence vis-à-vis des femmes et des hommes politiques ?

                                                                              Pour en finir aussi avec le vote au second tour pour Hollande, dans le cas d’un second tour MLP/Hollande, c’est normal de voter pour l’équipe de gros financiers http://www.jolimai.org/?p=193 et pour la bande à Ferrand financée par Microsoft ?


                                                                              • eau-du-robinet eau-du-robinet 11 mars 2012 23:54

                                                                                — début de citation —
                                                                                Il a ratifié un traité préparant l’instauration de l’euro, et qui institutionnalise au niveau européen la privatisation de la monnaie : ce qui revient à donner les pleins pouvoirs à la saignée des Etats au profit des banques.
                                                                                — fin de citation —

                                                                                Cela devrait quand même ouvrir les œils aux gens !

                                                                                Au sujet de cette citation je pense notamment à l’article 123 de Lisbonne (ancien article 104 de Maastricht) qui sont le prolongement de l’article 25 de la loi 73-7 du 3 janvier 1973 et la source du problème de la dette publique française.

                                                                                Depuis 1973 les Français ont été « raquette à travers de nos impôts » à la hauteur de 1400 Milliards d’Euro. Cette somme d’Argent correspond au montant des intérêts sur la dette publique que nous avons paye jusqu’à ce jour. Ses 1400 Milliards d’Euros d’impôts n’ont pas servie pour créer des écoles, ou pour étendre ou rénover les voix ferrovières, voire pour renforcer le service hospitalier, ou pour financer la recherche. Non cet argent est directement allée dans la poche des riches !

                                                                                Comment quelqu’un qui à soutenu un traite qui donne le plein pouvoir au banques peut t’il vouloir prétendre de combattre le néo-libéralisme ?

                                                                                Pour moi J.L. Mélenchon ne pas crédible. La France na pas besoin d’un showman mais d’un Président qui à de l’expérience et qui défend les intérêts de la France comme c’est mentionné dans l’article 5 de la Constitution de la Cinquième République française.

                                                                                En ce qui me concerne j’ai fait mon choix, c’est l’UPR :

                                                                                A vous de découvrir le programme du candidat à la présidentielle François Asselineau

                                                                                http://www.itele.fr/emissions/chronique/linvite-de-ledition-permanente/video/24322

                                                                                http://www.dailymotion.com/video/xpb1q3_francois-asselineau-chez-robert-menard-sud-radio-8-mars-2012_news

                                                                                François Asselineau est un candidat qui à acquis une forte expérience dans la politique internationale qui livre des analyses très pertinentes, qui à des arguments solides, sourcées, mesurées, et qui propose, en dehors de la sortie de la France de l’UE, un tas d’idées très originales (reconnaissance du vote blanc, un fort investissement pour la construction des logements sociaux ( il faut agir car il y urgence ), reconnaissance des médias comme un 4ème pouvoir, restauration du service public (Autoroutes, Services d’eau potable, EDF, La Poste, etc.) , restauration du pouvoir de la Banque de France laquelle na pas (depuis le 3 janvier 1973) le droit à prêter de l’argent à l’Etat français ...


                                                                                • VDonatien 12 mars 2012 00:54

                                                                                  Allons, comment peux-tu dire ça ?
                                                                                  Mélenchon s’est EXCUSÉ pour avoir soutenu le traité qui privatise l’émission monétaire au niveau européen et a permis le grand engraissement des grosses banques d’Europe... Il ne savait pas lire, à l’époque. À 40 ans, on est encore un adolescent, on découvre la vie, on ne sait pas encore faire la part des choses, on est plein d’insouciance. Il a certainement ratifié Maastricht en pensant que ça allait aider le peuple français et les peuples européens !

                                                                                  Je te pose donc cette question : es-tu mû par la... haine ?


                                                                                • legrind legrind 12 mars 2012 09:24

                                                                                  Merci pour cet excellent article, quoiqu’en dise la secte mélenchoniste.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

VDonatien


Voir ses articles







Palmarès