• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Premiers de cordée

Premiers de cordée

Dimanche soir, monsieur Emmanuel Macron, notre président de la République a parlé des riches et de toute personne ayant réussie qui seraient des « premiers de cordée ». Il s'agirait de ne pas les jalouser, et ceux-ci seraient chargés d'entraîner tous les autres à leur suite. Les plus précaires, les plus faibles, les plus pauvres seraient donc inspirés de faire comme eux pour réussir. Chaque SDF se devrait en gros de fonder sa « start up » pour sortir de la rue en résumé. C'est le fantasme du « self made man » à l'américaine parti de rien pour arriver au pinacle de la société.

La méritocratie serait donc encore efficiente ?...

Monsieur Macron oublie ou feint d'oublier, on ne sait pas trop, que si les riches et les enfants de riches réussissent, c'est principalement pour deux raison : l'argent de leur famille, les réseaux dont elle dispose, sa capacité à les mettre en œuvre. Le reste est de la bonne blague : « Aide toi le ciel t'aidera ! » et toutes ces belles formules ne sont que des fables. Ne fonctionne dans notre société que le clientélisme le plus amoral, le plus abject, et ce à tous les niveaux et dans tous les camps politiques. Personne n'en a l'exclusive.

Tout le monde aura un exemple en tête. Tout cela se fait sur le dos du bon peuple qui étonnamment en redemande persuadé qu'il pourra lui aussi faire partie un jour des plus favorisés. C'est d'ailleurs la principale raison du succès de « En Marche » le mouvement de Emmanuel Macron...

...Ses promoteurs ont joué là-dessus, faisant miroiter aux adhérents leur adoption immédiate dans les milieux favorisés d'un « click » en échange de leur soumission.

Alors oui, parfois, bien sûr, on distingue une ou deux exception notables, aussitôt montées en épingle et désignées comme exemples à suivre. Les plus favorisés cooptent un type ou une fille méritants dans leurs larbins et séides, quelqu'un le plus souvent le plus docile possible, le plus obséquieux, et en font un des leurs. Ainsi ils peuvent vanter les mérites du système, faire des « gorges chaudes » de « l'ascenseur social » qui est dans les faits complètement bloqué. Cela fait sourire quand on nous parle de ces classes « gadget » de « Sciences po » ou autres dont de toutes façons les élèves seront toujours suspects de favoritisme.

Bien entendu, cela ne veut pas dire qu'un élève de milieu très bourgeois que l'on trouve dans les classes préparatoires ou dans les « Grandes écoles » ne travaille pas. Bien au contraire. Je ne nie absolument pas le mérite qu'ils ont à donner beaucoup d'eux-mêmes. Mais leur réussite est faussée dés le départ, leur ascension est biaisée. Ils auront beaucoup plus de cartes en main que les autres, seront sur des rails depuis le départ. Et souvent dés l'enfance on leur fait comprendre qu'ils sont destinés à tel ou tel poste.

Les moins brillants trouvent une place dans le culturel ou dans la presse...

Un fils de général, de grand personnage, ça fait toujours son petit effet dans la plupart des journaux de droite, ça excuse bien des choses...

Cela peut même leur permettre de faire fortune en narrant par le menu leurs névroses de pauvres petits garçons, pauvres petites filles, riches dans une autofiction voire leurs coucheries (cela peut faire plusieurs tomes).

Quand monsieur Macron fait ce genre de déclarations, on se demande s'il est juste cynique ou sincère. Je pense personnellement qu'il est sincèrement persuadé que la méritocratie est une réalité et qu'il suffit de s'y mettre pour sortir de la précarité. Bon élève, tellement docile envers ses professeurs qu'il a fini par en épouser un, appliqué, je suis convaincu de sa bonne foi. La raison en est la totale déconnexion qu'il a de la France actuelle, comme tous les autres politiques.

J'y vois aussi une sorte de vengeance du bon élève sur les cancres et les chahuteurs...

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen

Amaury - Grandgil

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

96 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 12:16

    « Ne fonctionne dans notre société que le clientélisme le plus amoral, le plus abject, et ce à tous les niveaux et dans tous les camps politiques. »


    Le clientélisme a été la clé de voûte du système politique français depuis la mise en place des Etats-Généraux par Philippe le Bel en 1302. Le phénomène de la mondialisation y a ajouté le modèle Américano-Sicilien mis au point par la mafia au cours des siècles : la corruption. 

    Les méthodes utilisées par le gouvernement et acceptées par les représentants des salariés récemment en ont été une telle démonstration que les dirigeants syndicaux sont en train de rétro-pédaler vite fait pour essayer de rattraper ce qui est en train de leur échapper.

    • gogoRat gogoRat 16 octobre 16:10

      "La méritocratie serait donc encore efficiente ?...

      Monsieur Macron oublie ou feint d’oublier, on ne sait pas trop, que si les riches et les enfants de riches réussissent, c’est principalement pour deux raison : l’argent de leur famille, les réseaux dont elle dispose, sa capacité à les mettre en œuvre. Le reste est de la bonne blague« 

       Excellent ! ... dirait un adepte de système aristocratique (pouvoir des meilleurs, de ceux qui prétendent savoir discerner et décerner de l’Excellence ...)
       L’Argument, toujours le même, unique, incontournable et imparable n’a pas changé, et ne sera pas ’réformé’ ; C’est le même simplisme béat et fat que celui qui prétend défendre les statuts de notre prétendue »démocratie« française qui confond égalité en droit et égalité-des-chances :
      ceux qui osent se servir de leur propre entendement pour argumenter et refuser d’obtempérer ne pourraient être que »des jaloux qui n’auraient pas été foutus de réussir les concours" ?
       ( et tant pis si, ici, d’autres petites têtes qui ne savent pas comprendre le français se permettront sûrement de voir là des propos abscons qu’ils se permettront d’interpréter à l’envers ! 
       :-> )

       
      L’auteur de cet article et l’auteur de cette réaction sont donc bien conscients de s’exposer à ce télé-diagnostic (très irrespectueux des diplômes en psychologie concoctés par notre République) :
       nos propos ne sauraient être inspirés que par de la ’jalousie’ ?!

      De deux choses l’une :
       *
      ou bien ce ’Jupiter’ des Marcheurs et celles et ceux de la minorité qu’il réussit à faire marcher savent ce que veut vraiment dire démocratie ; Et, dans ce cas, ils sont cyniquement menteurs lorsqu’ils affirment avoir une légitimité démocratique
       
      * ou bien alors, ces gens là ne sont que des naïfs incultes, et croient sincèrement servir l’idéal démocratique : auquel cas ce sont d’abord des incompétents fort nuisible à la cause qu’ils ont la prétention de servir !


    • gogoRat gogoRat 16 octobre 16:22

      bis repetita :
       Si l’on vous dit qu’un maquereau arrive à vivre une vie de nabab en ’relevant les compteurs’,allez-vous rétorquer à ceux qui y voient un problème moral :’Vous n’êtes que des jaloux et des incapables : fallait apprendre à recruter des péripatéticiennes, choisir le bon clan mafieux, faire vos preuves dans le Milieu" ? !!


    • Fergus Fergus 16 octobre 13:31

      Bonjour, Amaury

      « C’est le fantasme du « self made man » à l’américaine parti de rien pour arriver au pinacle de la société. »

      La philosophie du macronisme, c’est effectivement cela : un mythe.

      Et surtout une escroquerie intellectuelle de la pire espèce car, en dehors des naïfs, qui peut sérieusement croire que tous les individus puissent se trouver du côté du manche ?

      Et quid des personnes limitées au plan intellectuel ou diminuées physiquement ? Quid des handicapés, des porteurs de maladies chroniques ? Quid de ceux qui ont sacrifié leur vie à plus faibles qu’eux ? Quid de tous les précaires, de tous les pauvres, de tous les exclus confrontés quotidiennement à l’indifférence, voire au mépris des nantis ?


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 16 octobre 13:46

        @Fergus

        Vous n’avez pas été attentif, dimanche soir, car sa majesté a prévu votre objection : pour tous ces laissés pour compte (par les gouvernements précédents), on met en place la formation professionnelle qui jusque là était organisée par des cyniques fainéants et extrêmes et on confie à des « maîtres » (sic) des armées d’apprentis sous-payés et soumis.

      • foufouille foufouille 16 octobre 13:56

        @Fergus
        « Et quid des personnes limitées au plan intellectuel ou diminuées physiquement ? Quid des handicapés, des porteurs de maladies chroniques ? »
        c’est simple, pour les gens de droite filloniste que j’ai connu, il existes des petits travaileu permettant de bien gagner sa vie, il faut prendre sur soi ( vivre uniquement pour petit travaillé ), crever rapidement courageusement .............
        ce qui me rappelle une émission avec ppda et chazal, totalement heureux de voir une femme suivre une formation dans la restauration tout en étant sous dialyse. elle n’a jamais pu finir car tombé trop malade.


      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 octobre 14:09

        @Fergus
        Bonjour Fergus,
        Les précaires je pense qu’il s’en fout


      • Fergus Fergus 16 octobre 18:58

        @ Amaury Grandgil

        C’est également mon avis. Et cela d’autant plus que les gens dans la galère se tiennent très souvent éloignés des urnes.


      • baldis30 16 octobre 20:35

        @Fergus
        bonsoir,

        Coluche disait à peu près cela :

        « Quand je vois un chômeur qui va voter ça me fait l’effet d’un crocodile qui rentrerait dans une maroquinerie »


      • Et hop ! Et hop ! 16 octobre 22:20

        @Fergus


        Macron est un exemple typique de médiocre qui a d’abord été favorisé puis pistonné.

        Pistonné pour entrer à Henri IV, 
        il a ensuite raté lamentablement deux fois le concours d’entrée à l’École Normale supérieure (non admissible deux fois à l’oral), 
        inscrit ensuite à Paris X par équivalence de Licence, 
        il a ensuite échoué dans ses études de philo en ne soutenant jamais sa thèse.

        Ensuite il est entré dans des réseaux interlopes, et il été pistonné à Sciences Pô, puis par Jacques Attali et un milliardaire.
        Sa carrière chez Rothschild a duré 3 ans, c’était un travail consistant à faire absorber des entreprises par des groupes internationaux plus gros et à toucher une commission. Comme un agent immobilier. Il n’a pas du tout été banquier, juste courtier.

        Il est probable qu’il a touché et continue à percevoir des commissions pour faire reprendre Alshtom, et les chantiers de l’Atlantique par des groupes étrangers, les aéroports aussi.

        C’est tout ce qu’il sait faire, vendre à la découpe et toucher des commission aux Îles Caïman.

      • troletbuse troletbuse 16 octobre 22:26

        @Et hop !
        Vu sur Wikipedia

        Des éléments de sa biographie publiés dans les médias ont fait l’objet d’incertitudes et de contradictions. Ainsi, Emmanuel Macron semble avoir entretenu pendant un certain temps l’ambiguïté sur son prétendu passage par l’École normale supérieure19. Par ailleurs, il indique avoir réalisé un mémoire sur l’intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, sous la direction d’Étienne Balibar, mais ce dernier déclare ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode32, précisant : « Peut-être s’agit-il d’une censure inconsciente, je ne sais pas33. »


      • troletbuse troletbuse 16 octobre 22:31

        @Et hop !
        Ca, c’est nouveau sur Wiki
        Il étudie à l’ENA à Strasbourg de 2002 à 2004 dans la promotion Léopold Sédar Senghor26 où il finit 5e27, pour laquelle le classement final est annulé par le Conseil d’État à la suite d’un recours pour excès de pouvoir28 (Emmanuel Macron fait partie des 75 requérants ayant saisi le Conseil d’État)2


      • Fergus Fergus 17 octobre 09:36

        Bonjour, Et hop !

        A vrai dire, on s’en fiche un peu du parcours en études supérieures. Ce n’est pas - loin s’en faut - ce qui fait la valeur d’un homme politique.

        A mon avis, c’est sur les actes et le rapport au peuple que les dirigeants doivent être jugés. Et sur ce plan-là, Macron n’est manifestement pas en phase avec les attentes des Français !


      • foufouille foufouille 16 octobre 13:48

        attention, si tu dis qu’il est riche, tu es forcément jaloux = tout le monde être riche et arnaquer tout le monde.
         


        • foufouille foufouille 16 octobre 14:08
          Famille Emmanuel Jean-Michel Frédéric Macron est le fils de Jean-Michel Macron, né en 1950, médecin, professeur de neurologie au CHU d’Amiens4 et responsable d’enseignement à la faculté de médecine de cette même ville5, et de Françoise Noguès, médecin et conseillère de la sécurité sociale6.

          Admis en hypokhâgne et khâgne au lycée Henri-IV (classes préparatoires de lettres CPGE B/L - filière lettres et sciences sociales), il échoue à deux reprises à l’écrit du concours d’entrée de l’École normale supérieure18,17,19. Il obtient par la suite une maîtrise de philosophie sur Machiavel20 puis un DEA21 sur Hegel à l’université Paris-Nanterre22. De 1999 à 2001, il assiste le philosophe Paul Ricœur et travaille sur l’appareil critique de son livre La Mémoire, l’histoire, l’oubli18,12. Il devient de ce fait membre du comité de rédaction de la revue Esprit23.

          Emmanuel Macron, n’a pas effectué son service militaire grâce au report de sa date d’incorporation au motif de la poursuite d’études supérieures. Né en décembre 1977, il appartenait aux dernières classes d’âge encore soumises à l’obligation de la conscription. Celle-ci a en effet été suspendue en 1996 pour « tous les Français nés après le 31 décembre 1978 ». Les derniers appelés (environ 4380) ont quitté leur caserne en novembre 200124.

          En parallèle il est étudiant de l’Institut d’études politiques de Paris, dont il ressort diplômé en 200125. Il étudie à l’ENA à Strasbourg de 2002 à 2004 dans la promotion Léopold Sédar Senghor26 où il finit 5e27, pour laquelle le classement final est annulé par le Conseil d’État à la suite d’un recours pour excès de pouvoir28 (Emmanuel Macron fait partie des 75 requérants ayant saisi le Conseil d’État)29, sans que cela ait d’influence sur l’affectation d’Emmanuel Macron à l’Inspection des finances ni sur les autres élèves de la promotion29. Pendant sa scolarité à l’ENA, il effectue un stage en ambassade au Nigeria30 ainsi qu’un autre à la préfecture de l’Oise31.

          Des éléments de sa biographie publiés dans les médias ont fait l’objet d’incertitudes et de contradictions. Ainsi, Emmanuel Macron semble avoir entretenu pendant un certain temps l’ambiguïté sur son prétendu passage par l’École normale supérieure19. Par ailleurs, il indique avoir réalisé un mémoire sur l’intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, sous la direction d’Étienne Balibar, mais ce dernier déclare ne pas avoir de souvenir ni de trace de cet épisode32, précisant : « Peut-être s’agit-il d’une censure inconsciente, je ne sais pas33. »



          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 octobre 14:10

            @foufouille
            En voilà du réseautage et du privilège


          • foufouille foufouille 16 octobre 16:57

            @Amaury Grandgil
            ça sent surtout le fils de, genre abarnou, qui réussit grâce à ses parents bourgeois.


          • FreeDemocracy FreeDemocracy 16 octobre 17:46

            @foufouille


            bonjour foufouille smiley ,
            excellent foufouille oui echec à 2 reprises à l’écrit ENS !

            un raté.... pour quelqu’un de son statut...


            préfecture de l’oise grâce à henry HERMAND... personnage peu évoqué... c’est la première connection à ROTHSCHILD... et macron voici 

            ensuite vous auriez pu évoquer l’absence de mise en disponibilité 2008 (si je me souviens pour aller bosser chez rothschild alors qu’il était à l’IGF)

            FD FreeDream

          • foufouille foufouille 16 octobre 17:50

            @FreeDemocracy
            ça me fait penser à ceux qui réussissent la première année de médecine en la triplant.


          • CoolDude 16 octobre 18:13

            @foufouille

            Yep... Le Mac a une Maîtrise et un DEA de Philosophie. Et il nous sort droit dans ses bottes et sans sourciller que « Les Riches » sont des premiers de cordée... C’est plutôt des planqués de premières, non !?

            Je pense qu’il les a acheter ses Diplômes, ce n’est pas possible.

            Complètement déconnecté de la réalité. Ça fait peur !

            Ce qui fait peur aussi, c’est les articles dans les media « Officiel » concernant son intervention. Ce n’est pas ça qu’il va l’aider à retoucher terre.

            Encore 5 ans...


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 octobre 11:59

            @CoolDude
            Ce sont en effet des planqués


          • Taverne Taverne 16 octobre 14:14

            1er point : la jalousie

            A propos de la jalousie envers ceux qui réussissent, Aristote disait dans Ethique à Nicomaque que l’indignation que suscitent les riches non méritants est légitime mais que la jalousie généralisée envers tous les riches sans exceptions est une aberration.

            En France, on inverse souvent sa sagesse : on admire sans limites des sportifs ou artistes qui gagnent des fortunes facilement (peu de mérite), n’aident personne voire même ne paient pas d’impôts en France. A l’opposé, beaucoup (gens très à gauche surtout) vont haïr de riches entrepreneurs qui font vivre des dizaines de milliers de travailleurs par leurs emplois créés ou maintenus. Cherchez l’erreur !

            « De son côté, l’indignation est une moyenne entre l’envie et la jubilation maligne. Et ce qui est alors en jeu, c’est le chagrin ou le plaisir suscités par ce qui arrive aux proches. En effet, celui qui est porté à s’indigner s’afflige de leurs succès non mérités, tandis que l’envieux, qui est un excessif, s’afflige de tous leurs succès. Quant au malveillant qui jubile, il est si peu accessible au chagrin qu’il va se réjouir de leurs revers. » (Aristote)

            2ème point : et les premiers de corvée ?

            Penser aux premiers de cordée est louable mais encore faut-il penser aussi aux premiers de corvée : les salariés insuffisamment protégés des accidents de travail ou de maladie professionnelle (incluant le stress) ou des conditions arbitraires de licenciement. On l’a vu pour Lidl...Sans oublier ceux qui sont exploités, par des boîtes, comme « auto-entrepreneurs » (à la place de salariés)parce que c’est moins cher, et je passe sur d’autres abus et contournements des lois.


            • pemile pemile 16 octobre 14:33

              @Taverne « et les premiers de corvée ? »

              Un avantage d’être premier de cordée c’est de pouvoir couper la corde en cas de problème pour se débarrasser de ces boulets de suiveurs.


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 octobre 14:34

              @Taverne
              les premiers de corvée vont bien subir les « réformes »...

              Les privilégiés le sont par reproduction endogame de nos jours c’est le problème.

            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 octobre 14:35

              @pemile
              Excellent


            • Taverne Taverne 16 octobre 16:20

              @pemile

              Certains feraient mieux de suivre une formation de plantage de piolet plutôt que de foutre le bordel en nous balançant de la neige et de la caillasse sur la figure.


            • JL JL 16 octobre 17:02

              @pemile
               
              ’’ Un avantage d’être premier de cordée c’est de pouvoir couper la corde en cas de problème pour se débarrasser de ces boulets de suiveurs.’’
               
              Il y a belle lurette que les premiers de cordée ont coupé la corde ! Les paradis fiscaux sont-ils le nom


            • pemile pemile 16 octobre 17:11

              @Taverne "Certains feraient mieux de suivre une formation de plantage de piolet plutôt que de foutre le bordel en nous balançant de la neige et de la caillasse sur la figure.« 

              Ca rappelle leur place à ceux qui sont derrière et ça les ralentit ? smiley

              @JL  »Il y a belle lurette que les premiers de cordée ont coupé la corde !"

              Leur jeu est de faire croire qu’ils partagent la même corde ! smiley


            • Taverne Taverne 16 octobre 17:42

              @pemile

              Dans la cordée, il y a ceux qui sont usés jusqu’à la corde (à l’arrière) et ceux qui sautent à la corde pour s’entraîner à sauter par-dessus les lois (les premiers). Mais il y en a aussi qui trichent et qui montent par le téléphérique (l’argent qui se fabrique tout seul). La question de la cordée, pour ceux-là , est résolue. Ce sont les « premiers de cordon » (de la bourse).

              Pour ceux qui tombent, il y aura des stages de trampoline. L’atterrissage en revanche n’est pas assuré.


            • CoolDude 16 octobre 18:20

              @Taverne

              Les "riches entrepreneurs qui font vivre des dizaines de milliers de travailleurs par leurs emplois créés ou maintenus. Cherchez l’erreur !"

              Disons que... Ce n’est peut être pas les riches entrepreneurs qui font vivre les travailleurs, mais peut être l’inverse. Les travailleurs travaillent pour leurs salaires.

              Concernant les sportifs ou les articles, on peut imaginer qu’ils ont de réels talents que ces soi-disant premier de cordée n’ont peut être pas.


            • flourens flourens 16 octobre 18:30

              @Taverne
              les pauvres riches entrepreneurs jalousés et qu’on haït, c’est y pas un drame ça, ceux qui donnent du travail a nos feignasses et raleurs de ch’ti nouvriers, alors qu’ils pourraient ne pas le faire, c’est dire leur grandeur d’âme, quel beau mythe que celui du riche qui fait travailler les pauvres, la vérité c’est que les pauvres font vivre les riches, mais les pauvres sont trop gourmands, c’est pourquoi il y a encore plus pauvre ailleurs, au Bangladesh, et c’est encore par bonté que nos riches riches riches industriels vont les faire bosser 15h à 1€ jour, j’en pleure devant tant d’abnégation


            • JL JL 16 octobre 19:12

              La Catalogne est premier de cordée en Espagne : personne ne leur a jeté des pierres.
              Ce sont les catalans eux-mêmes, et seulement eux qui veulent unilatéralement couper la corde !


            • Destouches_ 16 octobre 14:47

              "Bien entendu, cela ne veut pas dire qu’un élève de milieu très bourgeois que l’on trouve dans les classes préparatoires ou dans les « Grandes écoles » ne travaille pas.« 

              Je ne sais pas si c’est volontaire de la part de l’auteur ou une mauvaise interprétation de ma part, mais ce clichton du têtard de prépa friqué me tape sur le système. C’est bien le seul endroit en France où j’ai pu voir les étudiants s’en sortir par leur seul talent et non pas par le fric de papa ou les relations de tonton. Bien sûr, les écoles privées, science-po (les critères de recrutements depuis descoing sont hilarants) ou autre HEC à 30k€ l’année sont hors course, les »grandes écoles« sont encore gratuites et ouvertes à tous.

              Ca mise à part, notre degrés de soumission ou de révolte dépend totalement de notre parcours. Si j’avais décroché mon poste d’ingé chez les allemands d’EON il y a sept ans, je serais sûrement devenu un mollusque européiste repu et satisfait. Des années de chômage m’ont amené à craindre les modèles économiques »sans industrie« et »libre échangistes« vendus par nos perroquets de presse.

              Mes camarades les plus ingénus sont surtout les gens qui ont miraculeusement échappé au chômage et à la galère, en somme, le bois dont on fait les macrons et autres apparatchiks.

               »J’y vois aussi une sorte de vengeance du bon élève sur les cancres et les chahuteurs...« 
              Macron bon élève, ça reste à prouver, faisant partie d’une des rares promo de l’ena où le classement a été invalidé (raison ?). Un type qui ne comprend pas ses »propres" discours, porte invariablement le même sourire de vendeur de bagnoles et passe son temps à se faire humilier (face à Poutine, Merkel, Trump, manifestants, tout l’europe de l’est...). Notre élite surdiplômée et sous éduquée me fait sincèrement de la peine.

              C’est un lieu commun, mais ce ne sont pas les personnes intelligentes qui nous manquent, plutôt celles qui ont du courage smiley


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 16 octobre 15:38

                @Destouches_
                Attation je ne dis pas que les personnes intelligentes réussissent mieux les études, ce qui ne veut pas dire non plus que tous les diplômés sont des cons


              • francois 16 octobre 15:57

                @Destouches_
                ce qui me tappe sur le systéme «  les »grandes écoles« sont encore gratuites et ouvertes à tous. » Combien ça coute poly teche nique ?


                Holland sortait de HEC, Micron de l’ENA (Ecole nationale des Andouille) EnA qui fournit les cardres inamovible d’un état en déliquescence intellectuelle tel le Maorntosaurus juvénil.

                les écoles de la pensée unique. Moi président Je les rases toutes.


              • Destouches_ 16 octobre 17:48

                Reprenons smiley
                Les écoles d’INGENIEURS ne coûtent rien et polytechnique en est le plus parfait exemple, où seul le mérite compte (à part quelques exceptions diplomatiques). De là à ce que ce filon soit bradé au privé, ça vient à grands pas, rassurons nous, hum...

                Ceci étant dit, ce ne sont pas les études qui rendent intelligent, je pense que tout le monde s’accordera là-dessus. La preuve, les meilleurs éléments de l’X se tirent dans la finance, ce qui est bien une preuve de stupidité profonde.

                Combien de polytechniciens au CNRS aujourd’hui ? Ha euh...Bah...si, on doit en avoir un, dans l’fond là, le cacochyme qui tient à peine debout. Sérieusement, à l’IPN, on les compte sur les doigts d’une main, tout comme les cursus ingés.


              • CoolDude 16 octobre 18:30

                @Destouches_

                Les « grandes écoles » sont encore gratuites et ouvertes à tous.

                Ils y a même qui rémunèrent sous conditions certains de leurs élèves... Ex : École Normal ou polytechnique.

                Mais bon, il faut s’accrocher car on se retrouve pour les admissions en concurrence avec les Mac de Henri IV, etc...

                Personnellement, j’ai fait une petite école... Et je suis très loin de rouler sur l’or ! Bref, je suis grouillot. C’est toujours pareil.


              • Destouches_ 17 octobre 09:43

                @CoolDude
                Salut,
                C’est vrai, les pontes des écoles les plus prestigieuses peuvent être rémunérés, de mémoire il s’agissait d’une manière pour la France de s’assurer de leur fidélité...un temps.

                Itou ! Petite école (ensip) et galère par la suite, bienvenu au club !
                Depuis 2010 les bons postes sont extrêmement rares et les esclava...pardon prestataires se taillent la part du lion sur des marchés totalement abandonnés par un état en cours de dépeçage (énergie, armement, recherche...vau-l’eau). J’ai halluciné de voir que les S2I payaient à peine mieux que la fonction publique pour des contraintes de travail nettement plus rudes (en clair, vie de famille prohibée et déracinement permanent).

                Je peux connaître votre cursus ?
                Quelle est votre situation actuelle ?


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 17 octobre 11:50

                @francois

                Polytechnique c’est gratuit et les étudiants sont même payés.

                De même pour les ENS, l’ENTPE ou l’EIVP et l’ENAC fonctionnaire également.

                Il y a une confusion perpétuelle entre les écoles publiques d’ingénieur et les écoles de commerce.

                Faire une école d’ingénieur publique coûte le même prix que de la fac, il n’y a pas de différence. Les moins fortunés ont également droit aux bourses d’étude.

                Ce sont les écoles de commerce qui sont très chères et du coup mécaniquement réservée à une certaine bourgeoisie et on y apprend pas grand chose. Elles sont d’ailleurs utilisées par cette petite bourgoisie des entreprises comme moyen de cooptation et de népotisme au sein des entreprises.

                Aujourd’hui dans les boîtes, ce sont les diplômés des écoles de commerce qui tiennent les rennes dans la plupart des boîtes à de rares exceptions près, du coup ils se réservent les postes entre eux. C’est bien pour ça que toute la jeunesse d’aujourd’hui ne rêve que d’école de commerce pour pas finir grouillot comme les ingés d’aujourd’hui.


              • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 17 octobre 11:56

                @_Ulysse_
                Il n’y a pas que le côté financier qui importe, les enfants de milieux favorisés auront déjà les codes de ces écoles, ils sauront comment fonctionne le système mieux que les autres. Ils auront déjà des réseaux au sein de ces écoles.
                Des gosses de familles précaires qui font « l’X » il n’y en pas

                http://www.lemonde.fr/campus/article/2014/11/25/l-ecole-polytechnique-ce-concentre-d-inegalites_4529264_4401467.html

                Les inégalités sociales en écoles d"ingénieurs ont fait l’objet d’une étude

                https://www.contrepoints.org/2015/08/10/217405-origine-sociale-et-genre-en-ecoles-dingenieurs

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires