• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Présidentielle 2017 : l’unique débat à cinq (1)

Présidentielle 2017 : l’unique débat à cinq (1)

« Des pudeurs de gazelles, dit tout d’un coup Mélenchon. Et cela résume ces trois heures d’évitement, où chacun des Cinq aura couru dans son couloir. Surtout, ne pas se frotter aux autres davantage que nécessaire pour faire croire à un match. (…) Chacun aura fait entendre sa note personnelle, bien connue désormais, comme si chacun se contentait finalement, chacun pour ses raisons, du destin que lui assignent aujourd’hui les sondages (…). Sauf que les prophètes ont la main qui tremble, ces temps-ci, et que la seule chose qui est certaine, c’est que rien n’est certain. » (Daniel Schneidermann, "Arrêt sur images", le 21 mars 2017). Première partie.

_yartiPresidentielle2017AO01

Ce lundi 20 mars 2017 sur TF1 a eu lieu l’unique débat télévisé faisant participer pendant trois heures et demi les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle : Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Benoît Hamon, Emmanuel Macron et François Fillon. Unique car la chaîne de télévision avait profité de la période d’équité (pas encore finie) pour ne pas faire jouer l’égalité des candidats dont la liste devait être officiellement connue le lendemain. François Fillon a commencé ce débat en exprimant son regret que les six autres "petits candidats" n’aient pas été invités, rappelant qu’avec ce critère des sondages (intentions de vote à plus de 10%), il n’aurait même pas été invité aux débats de la "primaire de la droite et du centre".

Ce débat a été regardé par 9,8 millions de téléspectateurs, soit presque la moitié de part d’audience (47,9%), ce qui est beaucoup si l’on compare avec l’audience du débat télévisé le plus vu de la "primaire de la droite et du centre", à savoir 5,6 millions de téléspectateurs.

Pour terminer avec des considérations télévisuelles, notons pour l’anecdote que sur d’autres chaînes, dans la même soirée, furent diffusés les films "La proie" (sur France 3), "Mort d’un pourri" (sur Arte) puis "L’insoumis" (sur Arte), "Braquage à l’italienne" (sur TMC), "Jamais sans ma fille" (sur 6ter), "La Belle et la Bête" (sur Gulli), "Qu’elle est belle la quarantaine" (sur Chérie 25), "Restons groupés" (sur France Ô), ainsi que l’émission "Cauchemar en cuisine" (sur M6).

Ce débat a été animé par les journalistes Anne-Claire Coudray et Gilles Bouleau. Chacun ne devait parler que brièvement à chaque thème. L’émission fut interminable parce que trop de thèmes ont été abordés (on ne peut pas parler de la prévention des attentats terroristes en soixante secondes !). Pourtant, ce sera le seul débat aussi "percutant", car les prochains avant le premier tour devront se faire avec les onze candidats, ce qui sera forcément beaucoup plus laborieux.

_yartiPresidentielle2017AO02

Dans un premier temps, j’évoquerai les performances générales des cinq candidats, et dans un second temps, les propositions exposées selon les différents thèmes abordés.

Pour les médias, la seule chose qui compte, c’est : qui a gagné le débat ? Pourtant, ce n’était pas là l’enjeu. Il ne s’agit pas d’une course de petits cheveux mais d’une campagne présidentielle, et l’aspect le plus positif de ce débat, c’est justement que les cinq candidats ont réussi à présenter posément leur programme présidentiel sur de nombreux sujets. Enfin, la campagne aborde le fond ! C’est ce qu’attendent les électeurs avant de faire leur choix, pas plus indécis d’ailleurs que lors d’autres campagnes présidentielles (contrairement à ce que les sondeurs ne cessent de répéter sur les chaînes d’information continue).

Globalement, j’aurais tendance à dire que personne n’a véritablement gagné ce débat, mais que Benoît Hamon a fait plutôt une médiocre performance. Les sondages d’après-débat sont toujours influencés par les sondages d’intentions de vote : c’est naturellement "son poulain" qui a été le meilleur, pour les sondés. Chaque soutien n’hésite pas, donc, à dire, comme l’enfant qui dit que sa maman est la plus belle, que son candidat a été le meilleur. Mais cela n’apporte pas grand chose à l’information.

Je ne résiste d’ailleurs pas à montrer ce que Daniel Schneidermann a cité dans sa chronique du 21 mars 2017. La mémoire est toujours courte et il est utile de faire quelques rappels sains à propos des sondages.

Ainsi, le chroniqueur a cité un sondage de mars 2002 qui donnait des intentions de vote totalement en dehors des résultats du 21 avril 2002 : rappelons que Jean-Marie Le Pen a atteint le second tour avec plus de 16%, que Jean-Pierre Chevènement s’était effondré à 5% et que Jacques Chirac n’avait même pas atteint 20% (et Lionel Jospin, lui aussi, s’était effondré à 16%, derrière Jean-Marie Le Pen).

_yartiPresidentielle2017AO08

Plus récemment, il cite un tweet de Guy Birenbaum qui a mis en parallèle un sondage réalisé en fin de soirée juste après le débat titrant : "Macron jugé le plus convaincant" avec le même type de sondage, en novembre 2016, à la fin d’un débat de la primaire LR, titrant de façon équivalente : "Alain Juppé jugé le plus convaincant". On a vu ce que cela a donné…

Prenons donc chaque candidat sans ordre précis.


Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon a été égal à lui-même. Incontestablement, c’est lui qui est le meilleur orateur des cinq, mais il a mis un peu de temps à "se chauffer". Son introduction a été la seule mauvaise, bougeant dans tous les sens, mal à l’aise, préférant manifestement parler à une foule qu’à la télévision. Mais ce malaise a vite laissé place à une grande aisance de communication.

Disons d’ailleurs qu’il était le doyen de cette petite assemblée (pas doyen de tous les candidats, Jacques Cheminade le sera probablement). Ainsi, il s’est permis de parler vrai, de lancer quelques phrases ou expressions humoristiques, plutôt agréable dans son phrasé. Il s’est gardé de s’opposer à Benoît Hamon qui est pourtant le candidat concurrent (mais pas adversaire).


Marine Le Pen

Marine Le Pen, elle, y a gagné en respectabilité. Le seul fait de débattre l’a officiellement introduit dans le paysage politique, mais ce n’était pas nouveau, cela faisait déjà une bonne décennie qu’elle y était. Rappelons que Jacques Chirac avait refusé de débattre avec son père pour le second tour de 2002.

Si elle n’a pas été très combative, elle n’a cependant pas hésité à lancer des petites attaques, essentiellement contre Emmanuel Macron, mais elle n’a pas continué la polémique après la réaction de son adversaire. C’est très étonnant que Marine Le Pen se soit attaqué à Emmanuel Macron car d’une certaine manière, elle aurait tout intérêt à l’avoir face à elle au second tour, si elle-même parvenait au second tour : en s’attaquant à Emmanuel Macron, si ses attaques sont efficaces, elles l’affaibliront et avantageront François Fillon, or, François Fillon sera au second tour un adversaire bien plus redoutable pour elle.

Elle a bénéficié d’une certaine "impunité" (médiatique) quand elle a dit des choses particulièrement délirantes, parfois sans réaction de la part de ses contradicteurs. Emmanuel Macron et aussi François Fillon ont cependant réagi, surtout sur les "rasages gratis" qu’elle a proposés (environ 150 milliards d’euros pas financés !). Chaque fois qu’elle ouvrait la bouche, une dizaine de milliards d’euros étaient distribués !

Ce débat fut la consécration de sa "dédiabolisation". On l’imagine mal "le couteau entre les dents" voulant "manger les petits enfants". En acceptant de débattre avec elle, ses adversaires l’ont d’ailleurs, en quelques sortes, introduite dans une certaine "présidentialité".


Benoît Hamon

Benoît Hamon, comme je l’ai écrit, n’a pas été véritablement convaincant. Il a déroulé son programme, répétant son revenu universel et ses perturbateurs endocriniens sans trop de conviction, sa guerre contre le diesel, mais ses thèmes n’ont pas monopolisés le débat contrairement à la campagne de la primaire socialiste.

D’ailleurs, il a jeté le trouble en disant malgré tout qu’il était aussi le candidat du travail et de fiche de paie, une expression qui ne veut rien dire mais utilisée d’abord par Arnaud Montebourg puis reprise par Manuel Valls. Il a "marqué à la culotte" Jean-Luc Mélenchon, sur la VIe République, sur l’environnement, sur l’euthanasie, sans beaucoup de valeur ajoutée. Très ampoulé, il a proposé un clivage un peu "niais" qui n’a rien de politique : entre le fraternel (lui) et le belliqueux (les autres), entre le bienveillant (lui) et l’autoritaire (les autres), entre la coopération (lui) et la concurrence (les autres), etc.

Benoît Hamon s’est risqué aussi à attaquer Emmanuel Macron qu’il considère comme son voleur d’intentions de vote : il a mis en doute le financement de la campagne de son concurrent, a parlé des lobbies, et Emmanuel Macron a su répondre assez bien à ce sujet. Ce qui me paraît curieux, c’est que le candidat qui prône la transparence et le refus de tous les lobbies industriels a oublié que sa compagne est, elle-même, la responsable du lobbying d’une très grand groupe industriel… Heureusement pour la tenue du débat, personne ne l’a attaqué à ce sujet, mais parfois, il vaut mieux être discret sur certains sujets qui peuvent revenir comme un boomerang.


Emmanuel Macron

Emmanuel Macron était l’inconnu de ce débat. Les quatre autres ont déjà eu l’occasion de participer à de nombreux débats contradictoires depuis des années, sont des animaux politiques chevronnés, et n’avaient rien à prouver dans cet exercice. Lui, si ! Et disons que cette épreuve du feu s’est plutôt bien passée pour lui. Certes, il a eu le ton un peu saccadé, le corps un peu raide, presque trop autoritaire, du moins trop sec, par rapport à un discours qui se voudrait bienveillant, sans doute trop scolaire, mais globalement, il s’en est bien sorti.

_yartiPresidentielle2017AO03

Surtout dans ses interactions avec les autres candidats. Ainsi, il a su répondre aux attaques parfois voilées de Marine Le Pen (et de Benoît Hamon), n’hésitant pas, avec humour, de prendre la parole en disant : ah, je crois qu’il s’agit de moi, là ! Ses réponses étaient musclées, construites, d’une manière alerte et convaincante. On comprend qu’il n’est pas là par hasard, car il a prouvé un grand talent en communication politique.

Refusant de nourrir des vaines polémiques, il fut aussi l’un des rares candidats, dans l’histoire, à être d’accord avec certaines propositions de ses adversaires, au point de rendre troubles ses convictions. Par exemple, pour les 35 heures, il est contre mais il ne veut pas changer la loi. Cette ambiguïté, généralisée dans son programme, va être son principal talon d’Achille. C’est normal : c’était son seul moyen pour réunir droite et gauche derrière lui, mais ses soutiens sont-ils vraiment d’accord sur tout ?

Martelant tant à l’introduction qu’à son excellente conclusion que les Français avaient besoin de nouveaux visages et de nouveaux usages, Emmanuel Macron a fait dire à certains commentateurs qu’il n’avait pas parlé de …nouvelles idées, et il est vrai que peu d’idées nouvelles (à part sa réforme sur la taxe d’habitation qui conduirait à une nationalisation des communes) qui n’avaient pas été déjà exprimées depuis une quarantaine d’années déjà.


François Fillon

Enfin, François Fillon. Pour lui, la mission a été remplie : on n’a pas parlé d’affaire, mais de programme, là où il excelle. Il a refusé de polémiquer, comme lors de la primaire LR, se contentant de présenter son programme.

Il a toutefois réagi aux propos de Marine Le Pen particulièrement démagogiques et clientélistes, en soulignant que le programme économique ou social du FN était le même que celui de Jean-Luc Mélenchon. Notamment, les mesures sur les retraites de Marine Le Pen sont celles proposées par François Mitterrand en 1981 !

_yartiPresidentielle2017AO04

François Fillon a été cependant trop peu combatif dans la première partie du débat, très effacé, ne s’exprimant pas toujours sur un thème abordé, souvent en retard de temps de parole. Mais lorsque les sujets économiques ont été abordés, il était très à l’aise et a montré une parfaite cohérence entre les objectifs fixés, les moyens pour les atteindre, leur financement, etc.

Deux grands atouts ont été présentés par François Fillon et qui resteront ses points forts : son programme est crédible et réalisable (si l’on propose des mesures trop coûteuses, cela veut dire qu’on ne les réalisera jamais), et il est le seul candidat à pouvoir entraîner derrière lui une véritable majorité parlementaire (cet argument surtout en direction d’Emmanuel Macron qui n’a pas de parti et dont les soutiens viennent de la droite et de la gauche pouvait l’être aussi en direction de… François Hollande !).


Entre les rêveurs hors-sol et les réformateurs

Au fil de la soirée, il est apparu une certaine ligne de démarcation entre les candidats qui vendent du rêve, certes sympathique mais irréalisable (ils sont quatre) et les candidats pragmatiques qui veulent proposer un changement concrètement possible car partant de la réalité (François Fillon et Emmanuel Macron). D’ailleurs, sur les questions économiques, malgré quelques différences, ces deux candidats ont admis une certaine proximité d’approche (Emmanuel Macron plus flou et moins clair que François Fillon) qui sera essentielle si l’un des deux parvient au second tour (et pas les deux en même temps) puisqu’il faudra bien ensuite prendre position l’un pour l’autre et peut-être même construire ensemble une majorité parlementaire.

_yartiPresidentielle2017AO05

Dans la journée, un conseiller en communication expliquait doctement que lorsque la voix est aiguë, cela signifie que la personne est dans la posture et la représentation, et que lorsque la voix est grave, elle est dans la sincérité et la conviction. Avec ce guide très discutable (qui dépend quand même des cordes vocales des débatteurs), Emmanuel Macron et Benoît Hamon seraient plutôt dans la posture, alors que Jean-Luc Mélenchon et François Fillon inspireraient la sincérité. Quant à Marine Le Pen, bien que femme, elle a la chance d’avoir une voix assez grave pour, également, inspirer la sincérité.

Au-delà des performances des protagonistes, ce qui compte reste ce qu’ils proposent. Avec deux questions essentielles : ce qu’ils proposent réussira-t-il à réduire drastiquement le chômage ? et si oui, réussiront-ils alors à réaliser ce qu’ils proposent, dans le contexte économique, financier, social mais aussi institutionnel d’aujourd’hui ?

C’est donc sur les programmes que je poursuivrai le compte-rendu de ce débat unique dans les annales des élections présidentielles françaises.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (21 mars 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Premier débat télévisé du premier tour de l’élection présidentielle (20 mars 2017).
Les 500 parrainages.
Liste des parrainages des candidats à l’élection présidentielle au 18 mars 2017.
Le grand remplacement.
Campagne en état d’urgence.
Autorité et liberté.
Comptes à débours.
Et si… ?
L’élection présidentielle en début janvier 2017.
François Fillon.
Emmanuel Macron.
Benoît Hamon.
Jean-Luc Mélenchon.
Marine Le Pen.
François Hollande.
Manuel Valls.
François Bayrou.
Nicolas Sarkozy.
Alain Juppé.
Primaire de la droite et du centre (novembre 2016).
Primaire des socialistes (janvier 2017).
Primaire des écologistes (novembre 2016).

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.16/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 21 mars 18:21

    Tiens rakoto est revenu de vacances (ou du chômage ?).

    Pas très en forme le rakoto, même plutôt minable, pire que d’habitude (ben si, vous voyez, c’est possible).

    Bon toujours aussi lèche-fion, ça on sait.
    Mais mauvais, on croirait du BFMerde...

    Pauv’ vielle chose, bientôt au chom’du.
    On se demande de quoi il va vivre.
    Hé, hé, parce que j’imagine pas que ces bons mait’ condescendrons à lui jeter leurs os quand ils n’auront plus besoin de lui.

    Après tout, lequel d’entre-nous à déjà imaginé payer une retraite à ses vieux paillassons usés tous pourris ?

    Pauv’ rakoto, m’f’rait presque pitié...
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Hé, n’y croyez pas, hein ? C’était juste pour rire !


    • covadonga*722 covadonga*722 21 mars 18:35

      @Jeekes
       Pas bien de vous en prendre a un travailleur , pff il est payé pour ça oups pardon on dit stipendié


    • izarn izarn 22 mars 15:36

      @Jeekes
       smiley


    • Aristoto Aristoto 21 mars 19:58

      Pour terminer avec des considérations télévisuelles, notons pour l’anecdote que sur d’autres chaînes, dans la même soirée, furent diffusés les films « La proie » (sur France 3), « Mort d’un pourri » (sur Arte) puis « L’insoumis » (sur Arte), « Braquage à l’italienne » (sur TMC), « Jamais sans ma fille » (sur 6ter), « La Belle et la Bête » (sur Gulli), « Qu’elle est belle la quarantaine » (sur Chérie 25), « Restons groupés » (sur France Ô), ainsi que l’émission « Cauchemar en cuisine » (sur M6).

      Pfffffff ! Minable ! Tout ça pour oublier la meilleur programmation d’hier, Le Mozart de Milos Forman ! Et la director’s cut SVP ! Ca c’est tres pro de la part de F5


      • izarn izarn 22 mars 15:38

        @Aristoto
        Moi j’ai regardé « Les tetes brulées » sur le net....
        Ca fait un moment que je suis déconnecté avec la programmation officielle du Polit Buro du Système...


      • BA 21 mars 21:07

        Mardi 21 mars 2017 :

        Affaire Fillon : l’enquête élargie à des faits d’« escroquerie aggravée », « de faux et usage de faux. »

        Les enquêteurs ont saisi à l’Assemblée nationale des documents laissant penser que les époux Fillon ont pu produire des faux pour justifier les salaires de Penelope Fillon.

        Selon les informations du Monde, le parquet national financier (PNF) a délivré, jeudi 16 mars, un réquisitoire supplétif pour « escroquerie aggravée, faux et usage de faux » aux juges d’instruction en charge de l’enquête sur les époux Fillon – Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau –, ouverte pour détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d’influence et manquement aux obligations déclaratives.

        Cette décision fait suite à une deuxième perquisition menée courant mars à l’Assemblée nationale – une première avait été effectuée par les enquêteurs le 31 janvier dans le cadre de l’enquête préliminaire – et à l’occasion de laquelle de nouveaux documents ont été saisis. Ces feuilles, signées par Penelope Fillon, comportaient différents calculs d’heures travaillées.

        Les enquêteurs se demandent si ces calculs ne constituent pas des faux, établis pour justifier a posteriori les salaires versés à l’épouse du député de Paris et conforter la réalité de son travail d’assistante parlementaire. On ignore à qui était destinée cette déclaration d’emploi et à quelle période de sa vie professionnelle ils correspondent.

        Dans son édition du 22 mars, Le Canard enchaîné ajoute par ailleurs qu’alors que Penelope Fillon cumulait deux emplois à plein temps, entre le 1er juillet 2012 et le 30 novembre 2013, à l’Assemblée nationale et à la Revue des deux mondes, les époux « ont carrément signé une fausse déclaration, certifiant aux fonctionnaires de l’Assemblée que madame ne bossait pas plus d’une trentaine d’heures par mois à la Revue des deux mondes où elle était payée pour 151,67 heures ». Le règlement de l’Assemblée nationale limite à cent quatre-vingts heures le cumul d’emplois pour ses salariés.

        Penelope Fillon est convoquée en vue de sa mise en examen le 28 mars par les juges d’instruction, si toutefois, comme pour son époux, son avocat ne demande pas à décaler cette date afin d’éviter le rassemblement des journalistes. « Ce supplétif ne concerne pas exclusivement Mme Fillon », indique une source proche du dossier.

        Contacté, l’avocat de Mme Fillon, Pierre Cornut-Gentille, s’« indigne des fuites dans la presse » et réaffirme que sa cliente entend réserver ses premières déclarations aux magistrats instructeurs.

        Le conseil de M. Fillon, Antonin Lévy, n’a pas donné suite à nos demandes.

        Le 16 mars, l’enquête avait aussi été élargie à des faits de trafic d’influence en lien notamment avec les activités de François Fillon pour sa société de conseil 2F. Cette société a notamment travaillé pour la holding de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière, Fimalac.

        M. Ladreit de Lacharrière a aussi prêté 50 000 euros, sans intérêts, à l’homme politique en 2013, somme qui a été depuis remboursée, mais n’a pas été déclarée.

        http://www.lemonde.fr/affaire-penelope-fillon/article/2017/03/21/affaire-fillon-l-enquete-elargie-a-des-faits-d-escroquerie-aggravee-de-faux-et-usage-de-faux_5098534_5070021.html


        • zygzornifle zygzornifle 22 mars 10:25

          @BA


           on ne verra jamais un politique accusé de vrai et usage de vrai ......

        • izarn izarn 22 mars 15:41

          @BA
          Fillon est protégé par son statut de député, alors il t’encule....
          Moi ca me fait rigoler !
           smiley


        • zygzornifle zygzornifle 22 mars 10:29

          ça baignait quand même dans la mollesse comme la primaire LR et celle du PS , fini les dur a cuire place aux politiques mou hormis Mélanchon qui sortait un petit peu du lot ..... 


          • izarn izarn 22 mars 15:43

            @zygzornifle
            Surtout Marine qui sortait du lot....
            Mais comme un pauvre con tu la déteste hein ?
            Faussaire !
            Depuis que je te lis tu n’as aucun argument valide, comme Macron !
             smiley


          • attis attis 22 mars 11:46

            Oui, ça manquait de nerf.

            Mélenchon et Le Pen n’ont clairement pas l’envergure pour renverser la table, Fillon n’ose plus remuer une oreille, Hamon semble totalement perdu, et la bulle médiatico-sondagière Macron éclate sous le son de sa voix fluette.
            Après les désastres Sarkozy et Hollande, je ne vois personne capable de réellement changer de cap.
             
            Finalement, les élections les plus importantes seront sans doute les législatives, avec la percée attendue du FN. Le pays risque d’être ingouvernable, à moins d’une recomposition complète de l’échiquier politique, avec son lot de petits arrangements et de grandes trahisons. Le poisson pourrit par la tête, paraît-il. La décomposition définitive du pays commencera par celle de sa classe politique, et ce phénomène pourrait avoir lieu assez rapidement.

            • Alren Alren 22 mars 12:41

              @attis

              Mélenchon et Le Pen n’ont clairement pas l’envergure pour renverser la table

              Quels sont vos arguments pour étayer une affirmation digne du Café du Commerce ?

              Renverser la table ce n’est pas une question « d’envergure » mais de pouvoir d’une part et on sait que l’actuelle Constitution donne des pouvoirs considérables au Président de la République et de détermination de l’élu(e) qui vient d’avoir la confiance d’une majorité de votants et de ses soutiens.

              Si Mélenchon est élu, le programme L’Avenir en commun sera appliqué et recevra l’appui des gens, même de ceux qui n’auront pas voté pour lui mais qui réaliseront soudain à quel point ce programme les avantage.


            • kalachnikov lermontov 22 mars 12:47

              @ Alren

              Ils auront une illumination, en fait. On sera heureux comme en Corée du Nord, avec le Grand Soleil Jean-Luc planant au-dessus de nos têtes, ça sera chouette.


            • kalachnikov lermontov 22 mars 12:54

              @ Alren

              Ps : on sera pas obligé de bouffer du quinoa, quand même ?


            • Pyrathome Pyrathome 22 mars 13:54

              @attis
              Mélenchon et Le Pen n’ont clairement pas l’envergure pour renverser la table, Fillon n’ose plus remuer une oreille, Hamon semble totalement perdu, et la bulle médiatico-sondagière Macron éclate sous le son de sa voix fluette.
              .

              Tous ces gens sont atomisés, carbonisés, ringardisés, personne n’en veut réellement et pourtant « on » essaye de nous imposer ces losers ou tout du moins « un » en particulier !
              Pour l’instant , à un mois du premier tour, il n’y a aucune « cristallisation » comme ils disent, les sondages de propagande continuent d’ânonner leurs prophéties auto réalisatrices comme un canard sans tête.
              Et toujours un électeur sur deux qui n’a pas choisi ainsi qu’une armée d’abstentionnistes prêts à faire collapser le piteux théâtre de boulevard jusqu’au dernier moment..
              Par ailleurs, au mois de juin après les législatives, le champ de bataille sera probablement jonché de cadavres encore fumant...
              Le vrai dégagisme, c’est bientôt maintenant ! ( enfin, s’il reste encore une once de jugeote aux Français, ce que je persiste encore à oser croire.......)


            • izarn izarn 22 mars 15:48

              @attis
              C’est que pour t’éclater l’anus déja extremement dilaté, Mélenchon ni Marine ne sont pas à la hauteur !
               smiley smiley
              Toi c’est le niveau du fist anal...La quenelle épaulée....C’est vrai que Hollande était un bon dans le genre...Il a une Main d’or !
              Hahahahha ! smiley
              Bon j’arrete, je vais me faire virer...


            • Laulau Laulau 22 mars 16:07

              Un article de merde à la gloire d’un candidat de plus en plus merdeux.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès



Partenaires