• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand les souverainistes font du Tsipras sur l’Europe

Quand les souverainistes font du Tsipras sur l’Europe

Depuis quelques mois, c’est la débandade parmi les opposants à l’UE et l’euro. Entre les deux tours de la présidentielle, NDA et Marine Le Pen avaient fait machine arrière après pourtant sept années à défendre le retour à une monnaie nationale. Que penser de cette grande hésitation à afficher une volonté de quitter la monnaie unique européenne, voire même l’Union Européenne  ?

 

Souverainistes en peau de lapin ?
 
Les annonces de l’entre deux tours de Marine Le Pen et NDA semblent ne pas avoir été dues au hasard. La sortie de l’euro semble bien ne « plus être un préalable  » pour les deux candidats à la présidentielle. Le FN est en pleine refonte de sa stratégie, le principal défenseur de la sortie de l’euro, Florian Philippot ayant tout juste quitté le navire. Et NDA ne saute pas vraiment sur l’occasion pour créer un pôle souverainiste alternatif, soulignant au contraire, que « contrairement à Philippot, il a évolué sur l’euro  », et voit Marine Le Pen. Ce faisant, ils sacrifient la souveraineté nationale sur l’autel de l’opinion, ce qui en dit sans doute long sur leurs motivations premières et la réalité de leurs convictions.
 
Car il faut être clair, un président élu qui resterait dans l’UE et l’euro n’aurait que des marges de manœuvre très limitées après son élection. A minima il serait condamné à n’être qu’une variante à peine différente des politiques du passé. Certes, il y aurait sans doute la possibilité de mettre sur pause les politiques antisociales menées depuis des décennies, mais il n’y aurait pas les moyens de partir dans une autre direction, comme le montre Tsipras. Et la monnaie unique joue un rôle central. Sans banque centrale nationale, l’Etat perd son arme la plus puissante. C’est ce que nous a bien montré Londres après le référendum de 2016, amorti par les mesures de la Banque d’Angleterre.
 
Je crois qu’un véritable changement est conditionné à une sortie pleine et immédiate de l’UE et l’euro. Il n’y a pas de délai qui vaille car, dans l’euro, Paris a les mains bien plus liées que Londres. En cela, même les 2 ans de négociations avancés par l’UPR me semblent être bien trop précautionneux et contre-productifs. Et comment croire qu’en masquant cette volonté pendant la campagne, il serait possible de faire après ce que l’on n’a pas annoncé avant ? Le cas de la Grèce de Tsipras le montre bien. Sans un débat préliminaire clair et tranché démocratiquement, il est difficile de s’engager dans cette direction. Ne pas le dire avant, c’est sans doute se condamner à ne pas pouvoir le faire après.
 
Bien sûr, une large majorité des Français continuent de rejeter la sortie de l’UE et de la monnaie unique. En mars dernier, seulement 28% soutenaient la dernière idée. Mais cela amène plusieurs réflexions. D’abord, ne peut-on pas considérer que la piètre avocate qu’a été Marine Le Pen pénalise fortement ces idées  ? Ensuite, faut-il trahir ce à quoi on croit parce que cela n’est pas populaire ? Plus avant, je crois au contraire que c’est peut-être, outre la nullité crasse de sa première avocate médiatique, le manque de clarté dans le message qui pénalise ces idées, malgré le score de l’UPR (au discours critiquable sur l’article 50). J’ai la conviction qu’un avocat solide et tranché pourrait l’emporter.
 
Plus étonnamment, un débat existe auprès de certains compagnons sur l’opportunité, ou non, de prendre position clairement sur le sujet. Ils semblent partir du postulat qu’il ne sera jamais possible de rassembler une majorité de français sur la sortie de l’UE et l’euro, dans un raisonnement parfois machiavélique. Mais cela n’est-il pas également faux ? D’abord, les référendums sur les traités européens démontrent le goût peu prononcé des français pour ce projet. Ensuite, comment espérer émerger avec un discours sans aspérité ? Enfin, plus grand monde ne parle aux 20 à 30% des français favorables à la sortie de l’UE et l’euro, avec le virage de NDA et Le Pen et l’ambiguité de Mélenchon.
 

Je crois que c’est d’abord le manque de clarté et de rigueur qui pénalise nos idées européennes. En outre, je crains que l’absence de transparence ne rende pas possible le changement que nous souhaitons. Et même, certains stratèges devraient se demander si le paysage politique actuel ne donne pas, au contraire, une opportunité majeure à un discours clair de sortie de l’UE et l’euro.


Moyenne des avis sur cet article :  3.52/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

132 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 6 octobre 2017 09:42

    « les référendums sur les traités européens démontrent le goût peu prononcé des français pour ce projet. »


    Et l’adoption du traité de Lisbonne après le non au référendum sur la constitution européenne a convaincu les Français que ce projet allait se concrétiser de plus en plus, que leur goût soit prononcé ou pas. 



    • francois 6 octobre 2017 10:23

      le FN est un parti qui aspire à l’élitocratie et est PRO UE EURO


      • Eric F Eric F 6 octobre 2017 10:42

        Les français étaient davantage hostiles à l’euro il y a dix voire même cinq ans (en 2012, un sondage montrait que les Français auraient voté contre l’instauration de l’euro http://www.lexpress.fr/actualite/societe/vingt-ans-apres-les-francais-voteraient-contre-la-creation-de-l-euro_1161901.html). ans, Il faut prendre en considération que la politique de la BCE a fortement évolué, les taux d’intérêt sont extrêmement faibles, les parités sont plus raisonnables, et l’essentiel de l’effort pour réduire le déficit budgétaire a été effectué. Donc les griefs se sont estompés. Reste la question de la dette cumulée, mais elle se posera quelle que soit la monnaie en vigueur.


        • lejules lejules 6 octobre 2017 16:02

          @Eric F
          « .......les parités sont plus raisonnables......, » en fait elles se creusent de plus en plus 1 euro allemand est garanti par la bundesbank et ne vaut pas la mème chose qu’un euro grec garanti par le trésor grec complétement vide. d’après ce que j’ai compris le système « target » est sensé rétablir les déséquilibres, mais en réalité il ne fait que creuser les déficits .
          « .....et l’essentiel de l’effort pour réduire le déficit budgétaire a été effectué.... » une restriction budgétaire est une vaste connerie en temps de crise. un pays n’est pas un ménage et fonctionne sur d’autre critères. si vous diminuez les dépense de l’état vous provoquez du chômage ce qui provoque en retour un manque de revenu fiscal ce qui fait en définitive augmenter les déficits.
          «  ......Reste la question de la dette cumulée, mais elle se posera quelle que soit la monnaie en vigueur ».sous de Gaulle avant la loi Pompidou Giscard il n’y avait pas de cumule de dettes. l’état empruntait a 0% a la banque de France et remboursait en dévaluant la monnaie. ce qui faisait renforcer la compétitivité et permettait d’exporter d’avantage. le concorde, le bateau « France » la bombe atomique etc furent financés par une légère dépréciation de la monnaie vite comblée par le plein emploi.


        • Eric F Eric F 6 octobre 2017 19:30

          @lejules
          on peut certes imaginer que les choses auraient pu être autrement dans un autre contexte (quoiqu’en fait le budget était quasi à l’équilibre avant la crise pétrolière, l’état empruntait peu à la BDF), mais nous sommes obligés de tenir compte des réalités : les plus de 2 000 milliards d’euros de dette sont là, et le resteront même si on quitte l’euro. On pourrait théoriquement convertir la dette et faire tourner la planche à billet et rembourser en monnaie de singe, mais l’impact d’une sur-dévalorisation serait une sur-inflation, et il pourrait en outre y avoir des rétorsions économiques.


        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 21:53

          @Eric F

          N’importe quoi ce commentaire. Les Français ont un retour d’expérience de l’UE à travers les médias dominants, tous, sans exception, « pro » U.E. L’U.E, la solution à tous nos problèmes !

          L’UE c’est une merde pour la France. Regardez un peu le « déficit » commercial de notre pays et celui des pays du club med. Examinez ensuite les excédents commerciaux de l’Allemagne, les plus élevés du monde, devant la Chine. 


          Mettez ceci en perspective avec la politique européenne d’équilibre de la balance commerciale qui tient compte des déficits et des excédants des 27-28 pays. L’Allemagne, pratiquement à elle seule, équilibre les déficits commerciaux des pays du club med. 


          Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut signifie que la valeur de l’euro est sous évaluée pour l’économie allemande et sur-évaluée pour les pays du club med. En temps « ordinaire », si l’Allemagne avait eu sa « propre » monnaie, celle ci se serait très fortement appréciée sur les marchés financiers. Mais, en présence de l’Euro, rien de tout ceci. L’Euro reste immuable. Les mesures de protection du marché européen sont prises en considérant la balance commerciale globale de l’UE et non pays par pays. La donne est totalement faussée. Les droits des douanes et les quotas sont décidés au niveau européen, la monnaie est inamovible, les Etats de l’UE ont l’interdiction de subventionner les entreprises nationales à l’export. Que reste t-il pour être « compétitif ? La diminution des salaires, la diminution des »charges sociales", la démolition du droit du travail. Merci qui ? Merci l’UE, une affaire qui roule pour les puissances de l’argent. 

        • HELIOS HELIOS 7 octobre 2017 22:41

          @Ar zen
          ... vous savez tres bien que ce n’est pas la valeur de l’Euro qui est directement la cause de nos problèmes.

          Vous parlez comme si passer de 1 litre ou a 2 pintes (mesure anglaise des liquides) changeait la quantité de liquide dans la bouteille.

          Le problème vient des règles de l’UE !

          UNE des solutions, globales pour un pays, dans le cas d’un regroupement de pays utilisateurs d’une monnaie partagée serait d’avoir une unité de compte nationale servant de base aux echanges internationaux.
          Ce que n’a pas su expliquer Marine le Pen. ... et pourtant... comme la terre tourne, elle avait raison si nous persistons dans l’UE.

          Dans cette solution donc, la banque de France pourrait creer cette unité de compte, evaluée sur divers criteres nationaux... et donnerait une valeur interne a la France pour l’achat d’UN Euro.
          Les entreprises et les français auraient toujours des Euros dans leur porte monnaie et les entreprises auraient plus de facilités concurrenteilles pour exporter Y COMPRIS a l’interieur de la zone Euro.

          Cela dit, ce n’est toujours pas L’Europe qui plombe la France, ce sont les pratiques financieres qui s’en chargent... et ces pratiques ne dependent en rien de l’Europe qui n’est qu’un ecosysteme qui permet tout et n’importe quoi.


          Revoir entierement l’ecosysteme europeen, ce qui s’appelle abusivement certes « renégociation » devient de plus en plus urgent. Sortir de l’Euro va devenir une obligation urgente si nous ne mettons pas en place des mesures correctives.

          Ce que je ne vous dit pas, mais j’ai ma petite opinion aussi, c’est comment on sort du merdier dans lequel on s’est fourré ! L’article 50 est une option, mais une parmi d’autres.

        • Legestr glaz Ar zen 8 octobre 2017 20:53

          @HELIOS


          Il est évident que l’euro est sur-évalué par rapport à la compétitivité française. Cette compétitivité est intrinsèquement lié à la monnaie d’échange du pays. Mais l’euro est bien une sorte de « règle européenne ».

          Vous essayez de noyer le poisson avec votre discours sur une monnaie partagée tout en considérant une monnaie nationale par ailleurs. Cette monnaie d’échange partagée c’est de la gnognote. Parce que dans votre commentaire vous ne pouvez pas faire l’économie d’une monnaie « nationale », pleine entière et indépendante. La monnaie « partagée » c’est rien sinon un certain « confort » dans une part du commerce. Cette monnaie partagée c’est un trompe l’oeil, c’est une couillonnade. 

          L’UE a été bâtie sur les 4 libertés de circulation : des personnes, des biens, des capitaux et des services. L’UE est supranationale et vise à la disparition des Etats Nations. Il n’y a rien d’autre à dire. Si l’on veut être dirigé par une oligarchie financière, si l’on souhaite que le bien commun, le bien collectif passe après les intérêts particuliers des grandes firmes, alors il faut rester dans l’UE. Dans le cas contraire il faut en sortir le plus vite possible, avec ou sans monnaie partagée.

        • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 11:01

          Réflexion salutaire, sachant que malheureusement, je pense que c’est NDA, dont la campagne était complètement brouillonne, qui a influencé négativement MLP entre les deux tours.

          à trop vouloir jouer au plus malin on se prend les pieds dans le tapis.

          Imagine-t-on un Trump français dire « Oui, mais euuh, vous comprenez, l’euro, j’suis pas complètement contre ??? »

          La réponse est évidente


          • francois 6 octobre 2017 11:24

            @Olivier Perriet
            Le NDA n’a rien influencé. Bien avant des cadres FN se disaient euro-philes.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 12:03

            @francois

            Pas tous, sinon il n’y aurait pas eu de psychodrame sur Philippot.
            Et MLP était bien plus claire avant cet entre deux tours.



          • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 14:33

            @francois

            Oui, et alors ? On parlait pas de juillet 2017


          • Cateaufoncel 6 octobre 2017 11:29

            "Ce faisant, ils sacrifient la souveraineté nationale sur l’autel de l’opinion, ce qui en dit sans doute long sur leurs motivations premières et la réalité de leurs convictions."

            A moins qu’ils n’aient compris qu’il est inutile de pisser contre le vent et de secouer le pommier, tant que les pommes ne sont pas mûres.

            Mais profitons-en, puisqu’on en est dans les motivations premières et la réalité des convictions, si vous vous interrogiez à propos de votre Séguin, accusateur talentueux et « passionné » du traité de Maastricht, arrosant la défaite au champagne, en compagnie de Pasqua - dont rien n’étonne, en revanche
            - , au soir du 20 septembre 1992 :

            « On l’a échappé belle. Qu’est-ce qu’on aurait pu faire si on avait gagné ? On aurait été bien emmerdés » Eric Zemmour, Le suicide français, pp. 360-361

            « Putain, si on avait gagné, on aurait été bien emmerdés. »Philippe de Villiers, Le moment est venu de dire ce que j’ai vu, p. 155

            Vous auriez peut-être quelque chose à ajouter à propos de souveraineté nationale et d’autel de l’opinion ? Non ?


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 11:44

              @Cateaufoncel

              C’est ce que devait se dire Marine cette année :

              « Avec la bande de bras cassés qui m’entoure, j’aurais été bien em.... si j’avais gagné »


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 12:01

              @Cateaufoncel

              C’est marrant, parce que gagner un référendum sur la ratification d’un traité n’a pas d’implication politique directe, à la différence de gagner une élection, qui implique de gagner le droit d’exercer le pouvoir.

              Mitterrand n’avait pas annoncé qu’en cas de victoire du Non, il céderait sa place à Séguin.

              à première vue - je n’ai pas lu les livres, et j’en ai pas très envie smiley c’est assez ridicule ; on dirait que c’est écrit par des journalistes qui n’y connaissent rien smiley


            • Cateaufoncel 6 octobre 2017 15:37

              @Olivier Perriet


              « ... on dirait que c’est écrit par des journalistes qui n’y connaissent rien. »

              Vous devriez vous y mettre. Quand on comprend que les autres n’y connaissent rien, c’est qu’on y connaît mieux soi-même.

              Je vous fournis donc quelques repères que vous puissiez vous lancer sans trop attendre :

              5 mai 1992 : Séguin fait son numéro à la Chambre
              20 septembre 1992 : S sabre le vin de la défaite, devant un Philippe de Villiers consterné, qui y croyait, lui
              2 avril 1993 : il est élu président de la Chambre
              6 juillet 1997 : S. est élu président du RPR, parti européiste
              2002 : niqué par Chirac, il perd l’élection à la mairie de Paris et se retire de la politique (à 59 ans)
              21.4.2004  : S. est nommé premier président la Cour des Comptes
              7.1.2010 : il meurt à l’âge de 66 ans


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 14:45

              @Cateaufoncel

              Au fond le numéro de Séguin en 92 serait à peu près semblable à celui de Fabius en 2005.

              Mais nous n’en sommes plus là, et Séguin est décédé.


            • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 18:46

              @Olivier Perriet

              Comme Emmanuel Todd disait : « Séguin a appris la trahison à toute une génération d’hommes politiques » (càd ceux qui étaient aux commandes en 2007, Sarkozy, Fillon, Guaino, Karoutchi, etc... ). Certes, mais l’analyse n’est plus d’actualité, ce qui m’importe plutôt c’est de savoir si NDA ou MLP ne vont pas en faire autant maintenant.


            • Fergus Fergus 6 octobre 2017 11:44

              Bonjour, Laurent

              Cela montre tout simplement que les partis souverainistes prennent peu à peu conscience qu’ il n’y aura pas de salut économique hors de l’Union Européenne. Dans le paysage mondial qui se dessine, aucun pays ne pourra en effet prétendre à jouer en solo un rôle de premier plan face aux blocs existants ou émergents. C’est une simple évidence !

              Et de grâce, que les militants de l’UPR ne viennent pas nous ressortir les cas de la Suisse et la Norvège dont la richesse est hors-normes UE, et cela en grande parti du fait de son statut pour le premier, et de ses considérables ressources halieutique, pétrolières et gazière pour le second. Tous les autres pays hors Union ont un objectif prioritaire : entrer dans l’UE, et cela même si celle-ci est très loin, avec son modèle libéral, d’être conforme aux attentes des peuples.

              Mais des traités, cela se modifie en fonction de l’évolution des majorités au pouvoir et de la pression des peuples. Et un nombre croissant de dirigeants est conscient de la nécessité d’évoluer, ce qui pourrait se faire autour de la zone Euro en cas de blocage au niveau des 27. Un processus qui demanderait sans doute de longues années. Mais l’Europe ne peut se construire en quelques décennies seulement. La France elle-même, de même que l’Allemagne et l’Italie, ont mis des siècles à bâtir leur identité nationale et leur modèle social !


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 11:58

                @Fergus

                mort de rire, c’est beau l’aveuglement.

                et sinon l’indépendance de la Catalogne, je suppose que le Breton n’y est pas hostile ?


              • Roberto 10 6 octobre 2017 12:02

                @Fergus

                Tous les autres pays hors union ont un objectif prioritaire  : entrer dans l’UE ......

                LESQUELS ????

              • Fergus Fergus 6 octobre 2017 12:44

                Bonjour, Roberto 10

                La Biélorussie, la Géorgie, les pays balkans !


              • Fergus Fergus 6 octobre 2017 12:53

                Bonjour, Olivier Perriet

                Je ne suis pas breton. Je vis en Bretagne.

                Quant à l’indépendance de la Catalogne, je n’y suis pas vraiment favorable : je préfèrerais qu’elle dispose de la même autonomie que le Pays basque au sein de l’Espagne. L’idéal serait de dessiner progressivement une structure réellement fédérale.


              • Attilax Attilax 6 octobre 2017 13:19

                @Fergus


                « il n’y aura pas de salut économique hors de l’Union Européenne »

                Ahahaha ! Sacré Fergus ! C’est vrai que ça va tellement bien partout en UE ! Les grecs, les italiens, les portugais, les irlandais, Malte, Chypre, tous connaissent une magnifique propspérité, un plein emploi et un bonheur inespérés depuis des années, et puis ça va de mieux en mieux, c’est vrai ! Et il est bien connu que tous les pays ne faisant pas partie de l’UE sont condamnés, évidemment... D’ailleurs la preuve qu’on peut avoir confiance, c’est la bonne foi totale avec laquelle ils ont accepté le résultats des référendums français, hollandais, irlandais, un bel exemple de démocratie que vous défendez âprement à chaque post, bravo pour cette superbe tenacité.
                A ce stade d’aveuglement, ce n’est plus du raisonnement : c’est de la foi.
                Ah et au fait : l’allemagne et l’Italie existent depuis moins de 150 ans en tant que pays, donc les « siècles » qu’ils auraient mis à ériger leur modèle social me paraissent un tantinet exagérés...
                 smiley

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 13:35

                @Fergus

                Un truc que vous ne voulez pas comprendre :

                les pays qui « veulent l’UE » le font...par intérêt national.

                Le Portugal et l’Espagne ont reçu énormément de subventions et ne peuvent pas réellement rejeter le machin.

                La Grèce a voulu se mettre à niveau grâce à l’euro, et le paye maintenant mais elle reste car elle ne désespère pas de faire annuler ses dettes.

                Les pays de l’Est bénéficient de subventions, de délocalisations, et peuvent envoyer leurs travailleurs détachés excédentaires. Le beurre et l’argent du beurre.

                L’Allemagne ne voudra jamais payer pour les autres.

                Par contre, il n’y a qu’un truc, c’est la France :
                je ne vois pas ce qu’elle veut. Les déclarations de Macron sur le saut fédéral sont assez risibles.

                Être le seul à vouloir (?) jouer collectif quand tous les autres ne pensent qu’à eux, c’est se faire plumer à coup sûr.

                C’est la situation dans laquelle nous sommes en ce moment.


              • Croa Croa 6 octobre 2017 14:27

                À Olivier Perriet,
                Non pas de « subventions » (ou si peu) mais de prêts. Ce n’est pas la même chose et c’est pour ça qu’ils sont dans la merde maintenant !


              • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 14:31

                @Croa

                si il y a pas mal de subventions, l’histoire des contributeurs nets, des bénéficiaires nets, et du chèque de Thatcher


              • Doume65 6 octobre 2017 15:40

                @Fergus
                « il n’y aura pas de salut économique hors de l’Union Européenne. »
                J’ai deux amis, un norvégien et un suisse qui me disent la même chose... en rigolant.

                PS : Le gras n’apporte pas davantage de véracité à ce qu’on écrit.


              • Fergus Fergus 6 octobre 2017 16:26

                Bonjour, Doume65

                Le gras ne sert pas à renforcer la véracité mais à souligner les points importants. Je ne le faisais pas avant, mais je me suis rendu compte que nombre de commentaires étaient lus en diagonale. Ce qu’il m’arrive de faire moi aussi de temps à autre. Pas vous ?


              • Cateaufoncel 6 octobre 2017 16:28

                @Fergus

                « Cela montre tout simplement que les partis souverainistes prennent peu à peu conscience qu’ il n’y aura pas de salut économique hors de l’Union Européenne. »

                On ne devrait pas peiner à en trouver qui pensaient la même chose à propos de l’U.R.S.S.

                Et quand on songe à la manière dont l’U.E. s’y prend pour assurer son « salut » économique, on en conclut qu’il serait mieux qu’elle s’occupe d’autres choses. Et vite. Avant qu’elle ne commette vraiment trop de dégâts.

                Tiens ! comme la promotion d’une fierté européenne pour souder tous les peuples ensemble...On pourrait commencer, par exemple, avec des billets de banque à l’effigie de Shakespeare, Cervantès, Pascal, Rembrandt, Nietzsche, Mozart, Palladio, Praxitèle...

                Rien qu’une petite brochette comme celle-ci, n’a son équivalent nulle part ailleurs sur Terre, ni dans l’espace (réduit) ni dans le temps (limité). Mais qui dit fierté européenne dit, à l’égard de ce qui n’en est pas, amusement, dans le meilleur des cas, au pire, mépris. Etre fier de ce qu’on est, sans condescendance pour ceux qui n’en sont pas, ça n’a pas de sens. Or, c’est clairement un genre qui n’est pas dans l’air (méphitique) du temps.. .

                J’ai, pour en revenir à l’ex-URSS, l’impression que Poutine doit assez bien faire ça dans son coin.


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 16:34

                @Fergus

                Pas de salut économique en effet hors de l’Union européenne. Rendons grâce à l’UE de nous mener vers la croissance, le plein emploi et la paix. 

                Regardons avec horreur ce que sont devenues la Suisse et la Norvège en dehors de l’UE. Une catastrophe. De si beaux pays livrés à la concurrence mondiale, qui échouent lamentablement dans le concert des Nations. Des niveaux de vie dignes de pays émergents et un chômage de masse. 

                Ces deux pays sont bien trop stupides pour rejoindre le giron de l’UE où ils retrouveraient la prospérité. Heureusement que la France a su rester dans l’Union. Le chômage, la dette, la croissance, l’industrie, la pêche, l’agriculture, le niveau de vie vont beaucoup mieux. Il faut dire que l’euro est spécialement taillé pour accompagner l’économie française. 

                Mais s’il y avait encore plus d’Union, s’il y avait encore un peu plus de transfert de souveraineté vers l’UE, la situation devrait être encore meilleure. Faisons confiance à cette Commission qui détient le pouvoir législatif et le pouvoir exécutif. Au moins elle sait ce qu’elle fait, en prenant toujours et tout le temps l’intérêt des peuples, l’intérêt général et l’intérêt collectif en considération. D’ailleurs, « l’Europe sociale » est sur la ligne de départ et ne devrait pas tarder à se mettre en place. tant de bonheur à la fois, tant de perspectives heureuses qu’il est étonnant de ne pas voir d’autres pays se lier comme ceux de la vieille Europe pour tenir un rang mondial de premier plan. C’est assez déconcertant de ne pas voir un aussi beau modèle que l’UE ne pas être répété quelque part. On se demande bien pourquoi ? 

              • Cadoudal Cadoudal 6 octobre 2017 16:36

                @Cateaufoncel
                La moindre référence aux racines Chrétienne de l’Europe donne des nausées aux supporters de Benito...

                Alors des billets de banque avec des indigènes dessus ?


              • doctorix doctorix 6 octobre 2017 16:53

                L’Europe, c’est comme le mariage.

                Ceux qui sont dehors veulent y entrer, et ceux qui sont dedans veulent en sortir.

              • Cateaufoncel 6 octobre 2017 17:10

                @Cadoudal

                « Alors des billets de banque avec des indigènes dessus ? »

                De la provoc’ ! De la pure provoc’, je vous dis. A 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros !

                Encore une chance qu’ils n’aient pas osé y mettre des ponts de liane, des ponts de singe et des tyroliennes smiley


              • Fergus Fergus 6 octobre 2017 17:38

                Bonjour, Ar Zen

                La Suisse et la Norvège, c’est le leitmotiv de l’UPR que j’ai évoqué dans mon premier commentaire. Il devrait y avoir une sorte de point Godwin pour cette référence à ces deux pays dont les spécificités sont telles qu’ils peuvent effectivement vivre et prospérer hors de l’UE.

                Hélas, la France, comme l’écrasante majorité des pays de l’UE ne dispose pas des mêmes atouts, et c’est pourquoi tous ces pays entendent bien rester dans cette Union, aussi imparfaite soit-elle !


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:16

                @Fergus

                C’est vrai, la France ne dispose pas des mêmes atouts que la Suisse. La France est nulle et n’ a aucun savoir faire. C’est d’ailleurs pour cela que son industrie est transférée dans d’autres pays plus compétents. La France se suffira bien du tourisme n’est-ce pas ? 

                Elle est tellement nulle qu’elle ne survit que grâce à l’Union européenne. Un si petit pays comme la France à une chance inouïe d’appartenir à l’UE parce qu’ensemble nous sommes plus forts et que les pays membres se serrent les coudes. Ainsi le marché européen est bien protégé et la France tire son épingle du jeu grâce à ses partenaires de l’UE qui dès qu’ils ont des rames de TGV à acheter ou des avions, achètent évidemment français. Par ailleurs les grandes entreprises des pays membres créent des coopérations ensemble pour lutter contre les entreprises hors UE. C’est ça qui est bien. 

                La balance commerciale de l’UE est bien équilibrée. Il y a les champions de l’excédent commercial et les champions du déficit commercial mais les deux s’équilibrent et tout va bien. 

                La France tire un bénéficie extraordinaire de son appartenance à l’UE. Cela se voit de jour en jour, de semaine en semaine, d’année en année. Heureusement que la France participe à cette grande aventure qu’est l’UE parce que l’on se demande dans quel état de déréliction elle serait aujourd’hui sans l’UE ? 

                L’UE c’est bon pour la France, l’UE booste l’économie française, ses emplois, sa croissance, ses acquis sociaux, son droit du travail. C’est formidable de voir combien l’Union européenne est un vecteur de bien être en France. On peut même dire que c’est un exemple de démocratie. 

                Il y a un type complètement nase, un hurluberlu en quelque sorte, qui voit dans l’Union européenne une entreprise de liquidation de l’Europe comme civilisation et comme projet. Il n’a pas compris la même chose que vous il me semble. Aussi si vous pouviez m’expliquer aussi bien que lui pourquoi l’UE est bénéfique à la France vous passeriez votre point godwin. 










              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:19

                @Fergus
                Les Européens sincère devraient être les plus vigilants dans la dénonciation de ces dérives qui plombent l’Europe. Or, lequel des apôtres de l’austérité budgétaire a par exemple avoué aux Français que l’Europe était l’union commerciale la moins protégée du monde, ou que depuis 18 ans, la Cour des comptes européenne refuse carrément de certifier les comptes de l’Union en raison du nombre élevé d’irrégularités et de suspicions de fraudes ? Lequel de nos grands démocrates a-t-on entendu s’indigner, au moment de la signature du traité de Lisbonne, de ce qu’il était un copié-collé du traité constitutionnel rejeté par les peuples français et néerlandais lors des référendums de 2005 ? Quel élu de la nation ou constitutionnaliste s’émeut de la confusion des pouvoirs entre les mains d’une Commission européenne, dépourvue de tout mandat électif, cumuler des fonctions législatives, exécutives et même juridictionnelles, quasiment sans aucun contrôle démocratique ?


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:22

                @Fergus
                il n’y a que la France, avec sa géographie exceptionnelle à cinq façades, plus une sixième outre-mer, que la nature ait dotée d’une vocation mondiale. Toute notre Histoire en témoigne. L’Europe est trop petite pour elle. Mais ses élites ont si peu d’ambition pour la France, qu’elles l’ont enfermée à double tour dans un processus d’amputation de souveraineté - au nom de la paix ! - avant de l’abandonner, finalement, désarmée et ligotée, aux oligarchies financière, militaro-industrielle et pétrolières qui contrôlent aujourd’hui la mondialisation.


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:24

                @Fergus
                 La liberté sans la responsabilité, ça n’est plus que de la sauvagerie. Dans le champ politique comme ailleurs, plus personne ne veut être responsable de quoique ce soit. Les gouvernements européens sont formellement responsables chacun devant son parlement, mais ils n’ont plus l’autorité – puis qu’ils n’exercent plus la souveraineté monétaire, budgétaire ni 80% de la souveraineté législative - tandis que les pouvoirs supranationaux, eux, détiennent l’autorité, mais ne sont responsables devant aucun peuple. Pourquoi cette irresponsabilité politique, qui est pourtant une condition de l’État de droit ? 


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:26

                @Fergus
                 le passage de l’Europe des nations à l’Europe de l’intégration, et du Marché commun à la globalisation marchande est la signature d’un grand renoncement. Un renoncement à l’Europe comme volonté et comme civilisation. Un renoncement à la démocratie comprise comme la souveraineté collective et plus généralement au « gouvernement des Hommes ». Ce renoncement égoïste des nouvelles élites - celles qui contrôlent les flux d’argent et d’information mondiaux - connaît de grands précédents historiques : au IVème siècle, la décadence de l’esprit public qui frappa la classe dirigeante romaine causa le désordre à l’origine de l’implosion de Rome ainsi offerte aux envahisseurs ; de même, l’effondrement moral des élites françaises prépara l’effondrement militaire et « l’étrange défaite » de mai-juin 1940 selon la célèbre formule de Marc Bloch. Mais comment justifier encore leurs privilèges si les élites tournent ainsi le dos au Bien commun ? 


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:27

                @Fergus
                Sentant le vide ronger la nation de l’intérieur, l’élite française n’imaginait plus depuis longtemps, pour la nation, de destin propre. Plutôt que de penser une architecture européenne souple conjuguant respect des démocraties, besoin de frontières et économie de marché, les États d’Europe se collèrent les uns aux autres sous l’égide de l’administration bruxelloise, comme des poules malades dans un coin du poulailler. Ce n’était plus la paix ou la fraternité européenne qui les poussaient cette fois, mais l’angoisse du monde qui changeait. L’intégration supranationale est l’ultime voyage de démocraties fatiguées, presque soulagées d’en finir, sans mauvaise conscience, avec les responsabilités décidément exigeantes de la souveraineté.


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:31

                @Fergus
                Les Européistes appellent « Europe » ce qui n’est aujourd’hui plus qu’une accumulation de normes et d’injonctions, froide bâtisse de verre et d’acier, sans portes, sans toit et sans souvenir. Il n’y a plus d’« européanité » dans leur soi-disant « Union européenne » mais une « mondialité » vulgaire, matérialiste et relativiste. C’est l’humanisme et les valeurs fondatrices de la civilisation européenne qu’il faut dresser contre cette barbarie douce techno-marchande et ses employés politiques.


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 18:35

                @Fergus
                En déplaçant le gouvernail vers des autorités supranationales indépendantes, à Bruxelles, Francfort, Genève et Strasbourg, la démocratie a basculé. Il y a manifestement devant nous bien autre chose qu’un simple « déficit démocratique », expression piégée comme sait les fabriquer le système. Avec cette formule en trompe-l’œil, répétée sur le mode de la dénonciation incantatoire, une doxa européenne a pu faire, par la négative, de la légitimité démocratique de l’Union et de son droit un postulat indiscutable : en concédant une insuffisance, on présuppose l’existence du tout. Un « déficit », au moins, peut-il être comblé. En l’espèce, on jure la main sur le cœur que le système doit corriger absolument son « déficit » de légitimité et ce, généralement, en accélérant sa marche unificatrice et le transfert de compétences au profit d’organes technocratiques. En fait, l’unification supranationale européenne semble constituer l’achèvement du programme démocratique lui-même, sa destination finale. Débarrassé de la nation, son enveloppe charnelle, et du politique – lieu de formation de la conscience et de la souveraineté collectives – donc du dèmos, notre régime européen d’intégration marquera l’achèvement, au double sens du terme – accomplissement et terminaison – du cycle démocratique, un achèvement annoncé de Platon à Tocqueville.


              • Durand Durand 6 octobre 2017 18:42

                @Fergus
                Vous avez « oublié » l’Ukraine ! Heureusement que je suis là...


              • Fergus Fergus 6 octobre 2017 18:53

                @ Ar Zen

                Bravo pour la délivrance impeccable de cet argumentaire UPR ! Sincèrement ! Du copié-collé comme les commentaires de Fifi, certes, mais dans les règles de la plus pure propagande.

                Ah ! au fait, où est Fifi ? Mais bien sûr, en congés bien mérités. C’est donc vous qui toucherez la prime de militantisme de la main d’Asselineau (forcément lui car il est au four et au moulin dans son micro-parti. smiley

                Bonne soirée !


              • Yanleroc Yanleroc 6 octobre 2017 19:17

                @Fergus, quand bien même, Fifi fait un vrai boulot, Arzen du mi-temps, cela mérite salaire quand c’ est bien fait ! What the fuck ?


              • Legestr glaz Ar zen 6 octobre 2017 20:01

                @Fergus


                Je prends connaissance de votre réponse et de vos arguments précis, nombreux et documentés. 

                Je n’attendais pas moins de vous. Manque d’inspiration ? 

                Je me rends aussi compte qu’il est tout à fait inutile de poser des liens pour vous. Vous ne les lisez pas. Vous avez plutôt le penchant du biais de confirmation d’hypothèse. Parce que, figurez vous, l’argumentaire dont vous faîtes état n’est pas du tout, du tout, du tout, un argumentaire de l’UPR. Je vous ai déjà fourni le lien à plusieurs reprises, mais puisque vous ne les lisez pas, vous pensez qu’il s’agit d’un argumentaire UPR. Que nenni Fergus. Il s’agit d’un argumentaire universitaire, un travail de thèse de doctorat qui a reçu les félicitations unanimes du jury. Mais ceci vous avez du mal à l’accepter alors, vous vous réfugiez dans ce que vous pensez être de l’ironie, ajoutant même un smiley pour faire bon poids, un peu comme ces rires pré-enrigistrés qui doivent laisser à penser que la situation est comique. Dommage Fergus, dommage. 


                Je ne perçois jamais ma prime de militant UPR parce que je n’en ai pas besoin. J’ai cette chance d’être très à l’aise financièrement. 

              • GrandGuignol GrandGuignol 6 octobre 2017 23:04

                Bonjour Ar zen ,

                Bravo, magistral !!... et un « débunkage » en règle de notre ami Fergus.

                Fergus vent debout pour l’UE, pro macron ça va sans dire mais il ne le dit pas et préfère se cacher derrière un en-fumeur sectaire franc maçon, un idolâtre du grand architecte de l’univers, un type qui se déguise à la tombée de la nuit et se rend secrètement dans des lieux tenus secrets bardés de symbolisme ésotérique pour parler des lumières dont il se revendique, un gourou quoi !

                Et c’est ce Gugusse qui voudrait donner des leçons ? et qui prophétise comme son gourou une catastrophe en cas de sortie de l’UE ? Mais ce que ce cher Fergugusse ne dit pas, c’est que la catastrophe c’est en ce moment quelle à lieu au sein de cette UE Supranationale.

                ps : vu la cote qu’il a dans les étoiles d’appréciation de ses commentaires, lol, son discours pro UE et souvent injurieux envers ceux qui aiment la France, s’enfonce tout seul sans l’aide de personne. mais il persiste le bougre !

                Allez Fergugusse « En Marche !! »


              • Attilax Attilax 7 octobre 2017 00:07

                @Ar zen
                Laisse, c’est du domaine de la foi, ça sert à rien de discuter UE avec Fergus : il ne veut pas entendre. Ce qui ne l’empêche pas de pleurnicher sur l’état de ce pays et toutes les lois dégueulasses voulue par l’UE qui passent comme des lettres à la poste ! Il accuse les pantins et absout le marionnettiste qui représente pour lui un idéal, idéal qui n’a jamais existé que dans la propagande, mais auquel il refuse de renoncer à croire, comme une majorité de français, semble-t-il. Nous allons donc continuer dans cette folie et finir de détruire ce qui fut notre pays. La messe est dite. Amen.


              • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 09:27

                @GrandGuignol

                Bonjour GrandGuignol.

                Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas vu ici. Cela me fait plaisir. 

                Fergus, il est facile à comprendre. Il nage en pleine dissonance cognitive. 

                Une analyse, quelconque, à toutes les chances d’être considérée comme vraie si elle va dans le même sens que les conceptions auxquelles il est attaché. En revanche, si l’argumentaire qui lui est adressé perturbe son système de connaissances ou ses valeurs de référence, il entre en dissonance et il pratique le déni, la dérision ou un pseudo-humour pour « disqualifier » la personne qui lui met devant le nez des évidences. Il s’arrange toujours pour ignorer l’information. C’est ainsi qu’il ne lit pas les liens. Ce serait trop coûteux pour lui au plan intellectuel. 

                Les croyances de Fergus sur l’Union européenne sont en totale contradiction avec la réalité du fonctionnement de l’Union européenne. Il balaie d’un revers de main un travail pointu et exhaustif de thèse de doctorat sur les traités européens (le seul qui existe il me semble). Face à cet écart entre ses croyances et aux faits nouveaux auxquels il est confronté, c’est la fuite en avant. Il manque simplement de courage et refuse d’aborder la réalité des traités. 

                Il fait partie de cette masse, totalement manipulée depuis tant de temps, qu’il devient le fossoyeur de son propre pays. Je veux encore croire qu’il est honnête mais le doute se fait de plus en plus présent dans mon esprit quant à la stratégie qu’il utilise pour toujours se présenter comme un fervent partisan « d’une autre Europe ». Il pourrait être ici sur Agoravox, en service commandé pour contrer celles et ceux qui tentent d’éveiller les consciences sur cette machine à détruire les peuples qu’est l’U.E. 



              • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 09:35

                @Attilax

                J’ai bien peur de comprendre que votre analyse soit la bonne. 

                En effet, comment éveiller les consciences quand la propagande pro-UE est omniprésente dans tous les médias et que l’on bâillonne ceux qui apportent un éclairage différent ? Ceci montre les limites de notre « démocratie » qui n’en est pas une. Aucun débat sur le bien fondé de l’appartenance de la France à l’UE n’est possible en France. C’est simplement la preuve que nous vivons dans une dictature qui ne dit pas son nom. 

                En ce qui me concerne, je ne renoncerai jamais même si je dispose de moyens dérisoires. 

              • Doume65 7 octobre 2017 10:08

                @Fergus
                Résumons ta pensée : Les sujets ne te conviennent pas doivent être censurés.
                Franchement, depuis que je te lis, j’attendais bien mieux de toi. Mais rien n’interdit que tu te ressaisisses.


              • Croa Croa 7 octobre 2017 10:19

                À Ar zen
                «  la preuve que nous vivons dans une dictature qui ne dit pas son nom.  »
                Le système UE est totalitaire en fait. C’est encore pire puisque que ce régime est plus stable et aussi efficace qu’une dictature mais c’est moins violent. Ceci dit sa violence pourrait se révéler si la contestation se mettait à monter vraiment !


              • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 14:07

                @Ar zen
                « Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas vu ici. Cela me fait plaisir. »

                je ne participe plus trop au débat ces temps ci, mon travail actuel me demandant beaucoup de temps, mais je vous suit quand je prend le temps de faire un tour sur avox, toujours très instructif et clair dans les propos, cela me fait plaisir aussi.


              • yoyo 6 octobre 2017 12:24

                @Fergus
                Et les islandais ont rejetés l’UE : NeiTakk
                (en islandais : Non Merci !)


                • Fergus Fergus 6 octobre 2017 12:50

                  Bonjour, yoyo

                  Mort de rire avec l’Islande ! Cette micro-nation - que j’aime beaucoup - dispose certes d’un territoire relativement étendu, mais ne représente en termes de population que l’équivalent de la communauté urbaine de... Nantes ! Qui plus est, l’Islande est très largement dépendante de ses relations économiques privilégiées avec la Norvège.


                • Eric F Eric F 6 octobre 2017 13:56

                  @yoyo
                  L’Islande a réussi a faire financer par l’UE son krach bancaire, mais elle refuse les contraintes d’en être membre.


                • Attilax Attilax 6 octobre 2017 13:05

                  Mélenchon, tout comme Lepen et NDA, n’a pas été « ambigu », un mois avant l’élection il a même été très clair : il est hors de question de quitter l’UE ou l’euro. Autant pour son « on la change ou on la quitte » qui n’était qu’un slogan vide de sens à ses yeux. C’est pour ça que je n’ai finalement pas voté pour lui... Tous ces « anti-UE » sont des menteurs et des tocards, ils l’ont clairement prouvé lors de l’élection présidentielle : aucun d’entre eux ne veut réellement le frexit. Il n’y a qu’un parti, et un seul, qui le proposait, et il a fait 0.8%. La France continuera donc à se faire dépecer tranquilou, et tous les français qui ont voté pour l’UE d’une manière ou d’une autre peuvent aller manifester contre les lois dégueulasses qu’elle nous impose, ça ne changera strictement rien de pleurnicher, nos chers gouvernants (et surtout ceux qui les contrôlent) n’en ont rien à foutre.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 13:36

                    @Attilax

                    Dommage que ce soit une secte assez rebutante, mais à part ça...


                  • GrandGuignol GrandGuignol 6 octobre 2017 23:33

                    @Olivier Perriet
                    OUi mais encore ? secte ? qui ça ? l’UPR ? des fois on croit rêver....

                    Un type vous donne des infos cruciale sur le fonctionnement de l’UE, de l’euro, de l’OTAN, appuyé par des preuves tangibles et fiables, il vous donne les clefs de compréhension de la géopolitique actuelle et ne se trompe que rarement sur ses prévisions des années à l’avance et par magie ce type devient le chef d’une secte !

                    ben mon vieux faut continuer de regarder BFMTV, là au moins c’est limpide et vous aurez vraiment une information non faussée...Vous avez pas vu la pub de BFM, ils l’ont dit à BFM c’est que c’est vrai !!

                    La prochaine fois on parlera de complotisme, un sujet délirant !

                    PS ; si vous pensiez à Phillipot autant pour mouaaa...lol


                  • Attilax Attilax 7 octobre 2017 00:19

                    @Olivier Perriet

                    Je sais pas, je ne suis pas membre. Juste d’accord sur les analyses et la plupart des solutions. Moi je voudrais seulement qu’on récupère les manettes du pays, histoire d’arrêter le dépeçage. Je crois que c’est même plus l’heure de faire de la politique, vu qu’on ne décide plus de rien d’important. Mais à quoi bon ? Tout le monde s’en fout et est persuadé « qu’il n’y a pas d’avenir économique en dehors de l’union européenne ». Faut-il être aveugle...
                    Comme les anglais on a eu une chance, une petite chance, et on ne l’a pas (du tout) saisie. Non seulement on ne l’a pas saisi, mais on a élu Mr UE himself ! Alors maintenant, en ce qui me concerne... Que les pompiers se démerdent. Les pauvres...

                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 14:43

                    @GrandGuignol

                    Du coup vous devez être bien malheureux avec vos 0.9% ?


                  • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 17:10

                    @Olivier Perriet

                     Qui est l’élu à la présidence de la France ?

                    Vous devez être très satisfait du résultat ? non ? allez avouez quoi... smiley


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 18:53

                    @GrandGuignol

                    Je ne suis pas satisfait, mais qu’importe mon avis, je ne suis pas seul à décider, et vous feriez bien d’en prendre conscience aussi.

                    Parce que vous croyez que Macron a été élu par adhésion pour ce qu’il porte ??

                    « Vox populi vox dei », mais comme vous n’êtes pas démocrate, je sais que vous allez m’opposer la propagande des merdias, etc etc etc... Comme si les gens étaient des cons qui se font manipuler par la télé.

                    Comment voulez-vous que des cons votent pour vous ?? smiley smiley
                    Aussi, ce qui m’attriste c’est l’incapacité des « souverainistes » à analyser leur propre défaite (relative) et leurs propres limites.


                  • legrind legrind 6 octobre 2017 13:36

                     @ Que penser de cette grande hésitation à afficher une volonté de quitter la monnaie unique européenne, voire même l’Union Européenne  ?
                    Peut-être que c’est justement ce qui empêche bon nombre de nos compatriotes de voter souverainiste ( FN, DLF..). Peut être que la priorité est la défense de l’identité de la France menacée par la submersion migratoire et le multiculturalisme islamique.


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 octobre 2017 14:33

                      @legrind

                      cette réflexion, venant maintenant, est assez grotesque :

                      ce ne sont pas les quartiers Nord de Marseille qui font sécession mais la Catalogne.

                      On comprend pourquoi les compatriotes hésitent à voter souverainistes


                    • legrind legrind 7 octobre 2017 09:18

                      @Olivier Perriet
                      C’est Hollande qui a parlé de « partition ». Ce qui est en train de se passer en France (plus ou moins) lentement mais surement n’est pas un référendum. Mais comme vous n’êtes pas grotesque je suppose que vous savez de quoi on parle..


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 7 octobre 2017 14:42

                      @legrind

                      L’incroyable aveu de François Hollande, c’est la différence entre le beauf de gauche et le beauf de droite, entre Canal + et TF1 si vous préférez :

                      le premier pense la même chose que le deuxième, mais le dit à voix basse, entre quatre yeux. Officiellement, il est à fond antiraciste, mais il n’ira jamais vivre en banlieue. Tandis que le premier revendique ouvertement ses « théories ».

                      Dans la vraie vie, la vérité n’est ni chez l’un chez l’autre.

                      Dans la vraie vie, c’est la Catalogne qui fait sécession sur un argumentaire bien plus construit et plausible que celui qui n’est même pas formulé en banlieue.


                    • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 2017 14:33

                      9,5 millions de sous le seuil de pauvreté avant Macron , je suis sur que l’on montera a 13,5 millions voire plus comme en Allemagne après le passage de l’ouragan Macron qui laissera beaucoup de ruines derrière lui .... On avait détestés Sarkozy , raillés Hollande mais ça sera la haine qui attend Macron le Luciférien .....


                      • Croa Croa 6 octobre 2017 14:39

                        « Ils semblent partir du postulat qu’il ne sera jamais possible de rassembler une majorité de français sur la sortie de l’UE et l’euro ». C’est faux mais risqué en effet car il y a au moins l’ensemble des médias qui sont favorables à l’euro. Ces gens prédisent les pires catastrophes en cas de sortie ce qui rend la chose politiquement risquée.
                        C’est pour ça que la stratégie de la France Insoumise (Ø) est bien meilleure que celle du Front National (FN) et aussi bien meilleure que celle de l’Union Nationale Républicaine (UPR). Avec son plan A (on essaye de réformer l’Union) suivi d’un plan B (ou on quitte l’Union) son programme est inattaquable ! smiley 


                        • Destouches_ 6 octobre 2017 15:19

                          @Croa
                          OK, mettons que cette contorsion soit une bonne idée.
                          Dans ce cas, pourquoi ont-ils appelé à soutenir Macron ? Ce n’est pas logique, ils auraient du tenir la barre pour fragiliser le bloc pro-ue.

                          A votre décharge, Macron a bien appliqué le plan A.


                        • Fergus Fergus 6 octobre 2017 16:32

                          Bonjour, Croa

                          Vous avez raison, il n’y a que la France Insoumise qui soit crédible sur la volonté de réforme à court et moyen terme de l’Union Européenne. Voilà un point sur lequel je suis totalement d’accord avec Mélenchon.

                          Les autres membres savent d’ailleurs très bien que la menace de sortie de la France de l’UE les contraindrait à bâtir un nouveau traité sur une base plus progressiste, l’Union n’ayant pas la moindre de survie sans la France.


                        • Destouches_ 6 octobre 2017 17:42

                          @Fergus
                          C’est évident.
                          Mais pourquoi ferait-on passer la survie de l’union avant celui des peuples et des nations qui la composent ?


                        • Fergus Fergus 6 octobre 2017 19:04

                          Bonsoir, Destouches

                          Parce que l’Europe est l’objectif le plus noble et le plus ambitieux des citoyens de ce continent. Sur ce plan-là, je suis hugolien.

                          Même Montesquieu a défini comme « cosmopolite » la culture des habitants du continent, et souligné la nécessité de s’unir plutôt que d’aller vers un repliement sur soi qui a toujours conduit à des catastrophes (et cela alors que Montesquieu n’avait évidemment aucune idée de l’émergence ultérieure des fascismes).

                          Jamais l’Europe n’a été plus stable, et si sa coloration libérale pose un vrai problème à des gens comme moi, il n’est pas question pour autant d’en rejeter la construction en cours. Je suis français, certes - et fier de l’être - mais également européen - et tout aussi fier de l’être tant je me sens proche des peuples qui composent l’UE.


                        • kimbabig 6 octobre 2017 20:18

                          @Fergus
                          Objectif noble ? La construction européenne est un projet impérialiste et raciste par essence.

                          Impérialiste car il vise à fusionner plusieurs pays, ce qui ne peut se faire qu’en méprisant et écrasant leur souveraineté.

                          Raciste, car le fait de privilégier les rapports avec les pays européens par rapport au reste du Monde n’est rien d’autre que du racisme (européen est un « type racial », ne l’oublions pas).

                          Nous sommes Français et nous sommes Terriens, et s’il y a des peuples dont nous devons nous sentir plus proches, ce sont les peuples des pays Francophones, et non ces européens décatis même pas foutus de se reproduire pour renouveler leur population.

                          De plus, sa « coloration libérale » n’est que la conséquence même des profondes et insurmontables divergences d’intérêt entre les pays qui en sont membres. Des pays qui n’ont rien à faire ensemble. Ils se sont certes fait la guerre durant des siècles, mais aujourd’hui si l’Allemagne tentait de nous envahir, elle serait éradiquée en 5mn, et c’est ça, et uniquement ça, qui nous maintient en paix.

                          A la poubelle, l’europe, c’est la place qu’elle mérite.
                          Vive la France libre !


                        • Fergus Fergus 6 octobre 2017 20:45

                          Bonsoir, kimbabig

                          Vos arguments ne tiennent pas la route !

                          L’unité allemande ou l’unité se sont faites en amalgamant des entités souveraines, et il en a été de même en France au fil des siècles. Construire une Europe unie est exactement la même démarche au niveau continental.

                          « privilégier les rapports avec les pays européens par rapport au reste du Monde n’est rien d’autre que du racisme »

                          Désolé, mais là, je suis à ;la limité du fou-rire. Il existe en Europe un tronc commun culturel qui rend les peuples très proches les uns des autres. Un cht’i a même plus d’affinités avec ses voisins belges qu’avec des provençaux ; idem pour un basque ou un catalan français avec les voisins d’outre-Pyrénées comparé aux Alsaciens ! Nous faisons partie d’un même peuple européen !

                          Vous parlez de francophonie, mais que faites-vous des particularismes régionaux ? La France est un melting-pot !!!


                        • GrandGuignol GrandGuignol 6 octobre 2017 23:54

                          @Croa

                          Plan A impossible, c’est clair et net, les états membres au delà de l’unanimité des traités ne voudront jamais la politique de Mélenchon.

                          Plan B c’est de suite avec l’art 50 en toute légalité.Mais ce nest pas ce que dit Mélenchon ou jacques sapir qui parlent de braver les traités de l’UE et pas d’art 50 au menu. non non.

                          Bafouer les traités oui, mais alors pourquoi rester dans l’UE puisque l’on ne la respecte plus ?


                        • Attilax Attilax 7 octobre 2017 01:02

                          @Fergus

                          C’est vrai Fergus ? Tu te sens culturellement proche d’un Letton ou d’un Balte ? Tu lis des auteurs luxembourgeois ou slovaques ? Tu écoutes des chanteurs polonais et chypriotes ? Tu manges régulièrement allemand ? Tu connais aussi bien l’histoire de France que celle de la Hongrie ou de la Bulgarie ? Ahahaha, la belle unité culturelle que voilà ! Et tellement d’intérêts qui ne divergent pas du tout, entre ces 27 pays que rien ne sépare à part : la religion, la langue, la musique, l’histoire, la culture, la nourriture, les traditions, les alliances... Trois fois rien.
                          Ne me réponds pas que tu as une voiture roumaine, ça compte pas, c’est une renault.

                          La seule« noblesse » qui prévaille dans ton UE, c’est le pognon qu’ils extraient des vieilles nations et de leurs peuples depuis des années. Nous sommes presque tous ruinés, exsangues, endettés jusqu’à la moelle, dans une misère de plus en plus crasse et un chômage systémique, on perd nos droits « acquis » à une vitesse exponentielle, les libertés sont de plus en plus restreintes, aucun processus démocratique, c’est la commission qui a le fin mot sur TOUT, le parlement ne sert que de vernis : il n’a qu’un rôle consultatif, des référendums bafoués, etc, etc...il te faut quoi pour comprendre que ce qui est n’est pas DU TOUT ton rêve, mais un affreux cauchemar ?
                          Comment peux-tu tenir des propos pareils alors que tu sais pertinemment tout ça ?
                          Pour moi, un tel déni de réalité relève de la foi, pas de l’intellect.

                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 09:20

                          Bonjour, Attilax

                          Eh oui, je lis des auteurs italiens, espagnols, allemands ou tchèques. De même pour la musique : au delà du classique - qui, lui, a fait l’Europe depuis le 19e siècle par l’interpénétration des styles -, j’écoute des groupes de tous horizons, y compris polonais et hongrois.

                          Quant à « manger allemand », voilà qui me fait sourire, moi qui, tout en restant un amateur des spécialités françaises, suis un adepte des cuisines variées. Certes, je ne mange pas de plats allemands - la cuisine n’est pas leur fort -, mais de la goulash hongroise ou des poissons fumés polonais pour ne citer que ces exemples ; cette interpellation me fait d’ailleurs marrer : en France, l’un des plats préféré est... la pizza ! Et quand vous mangez du waterzoï en Flandre française, quelle différence y a-t-il avec celui que vous dégustez à Gand ? Idem pour la choucroute dans l’est ou les plats méditerranéens transfrontaliers !

                          Sur la culture en général, outre ce que j’ai écrit ci-dessus dans le commentaire, sachez que les contes et légendes des pays européens sont des variantes les uns des autres !

                          Bien sûr, c’est la Commission qui joue un rôle exorbitant dans l’UE, et c’est pour cela qu’il faut en changer les règles, ce que d’ailleurs le parlement européen s’emploie à mettre sur les rails, de même que quelques dirigeants européens. Mais cela ne veut pas dire « tuer l’Europe ». Bien au contraire, c’est vers une plus grande intégration qu’il faut tendre !


                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 09:47

                          @ Attilax

                          J’aurais pu également citer le cinéma français, ô combien emblématique de cette intégration : la majorité des films « français » sont des coproductions européennes impliquant un ou plusieurs de nos voisins ! smiley


                        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 09:51

                          @Fergus

                          « Changer les règles », la main sur le coeur ?

                          En déplaçant le gouvernail vers des autorités supranationales indépendantes, à Bruxelles, Francfort, Genève et Strasbourg, la démocratie a basculé. Il y a manifestement devant nous bien autre chose qu’un simple « déficit démocratique », expression piégée comme sait les fabriquer le système. Avec cette formule en trompe-l’œil, répétée sur le mode de la dénonciation incantatoire, une doxa européenne a pu faire, par la négative, de la légitimité démocratique de l’Union et de son droit un postulat indiscutable : en concédant une insuffisance, on présuppose l’existence du tout. Un « déficit », au moins, peut-il être comblé. En l’espèce, on jure la main sur le cœur que le système doit corriger absolument son « déficit » de légitimité et ce, généralement, en accélérant sa marche unificatrice et le transfert de compétences au profit d’organes technocratiques. En fait, l’unification supranationale européenne semble constituer l’achèvement du programme démocratique lui-même, sa destination finale. Débarrassé de la nation, son enveloppe charnelle, et du politique – lieu de formation de la conscience et de la souveraineté collectives – donc du dèmos, notre régime européen d’intégration marquera l’achèvement, au double sens du terme – accomplissement et terminaison – du cycle démocratique, un achèvement annoncé de Platon à Tocqueville.

                        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 09:54

                          @Fergus

                          « C’est vers une plus grande intégration qu’il faut tendre ».

                          le passage de l’Europe des nations à l’Europe de l’intégration, et du Marché commun à la globalisation marchande est la signature d’un grand renoncement. Un renoncement à l’Europe comme volonté et comme civilisation. Un renoncement à la démocratie comprise comme la souveraineté collective et plus généralement au « gouvernement des Hommes ». Ce renoncement égoïste des nouvelles élites - celles qui contrôlent les flux d’argent et d’information mondiaux - connaît de grands précédents historiques : au IVème siècle, la décadence de l’esprit public qui frappa la classe dirigeante romaine causa le désordre à l’origine de l’implosion de Rome ainsi offerte aux envahisseurs ; de même, l’effondrement moral des élites françaises prépara l’effondrement militaire et « l’étrange défaite » de mai-juin 1940 selon la célèbre formule de Marc Bloch. Mais comment justifier encore leurs privilèges si les élites tournent ainsi le dos au Bien commun ? 

                        • Croa Croa 7 octobre 2017 10:27

                          À GrandGuignol,
                          « Plan A impossible, c’est clair et net, »
                          NON, pas pour tout le monde !  Et le seul moyen de le prouver c’est d’essayer. Donc il faut en passer par là même si c’est idiot. On ne peut pas espérer réunir une majorité autour d’un programme sans aller au delà des clivages. Il a fait combien de voix Asselineau en voulant avoir absolument raison ?


                        • Attilax Attilax 7 octobre 2017 11:16

                          @Fergus

                          Moi aussi je lis beaucoup et de tout. Mais je ne suis pas d’accord pour autant ! La culture européenne n’est pas « une et une seule » : c’est une mosaïque de cultures et d’histoires radicalement différentes, même s’il y a évidemment quelques troncs communs. Et chaque pays a ses intérêts propres, qui ne sont pas ceux des autres. Nier ça, c’est nier l’évidence... Ces différences et cette diversité ne sont pas un problème : c’est ce qui fait tout l’intérêt des cultures, au contraire. Par contre, vouloir faire vivre tous ces peuples sous une seule et même loi en ignorant leur histoire, c’est bien de l’autoritarisme, et ça ne passera pas. J’ai cru au même rêve que vous il y a 25 ans, mais depuis la réalité m’a ouvert les yeux. Ouvrez les yeux, Fergus, et regardez lucidement où nous mène votre idéal qui n’existe que dans la propagande qu’on nous sert depuis 50 ans... Il suffit de regarder la cocotte-minute qu’est en train de devenir toute l’Europe pour comprendre où on va. J’ai honte de ce qu’on a fait de ce rêve, et honte d’y avoir cru aussi naïvement, mais je ne vais pas nier la réalité comme vous le faites pour qu’elle colle à mes désirs d’adolescent. C’est fini, le rêve, on est clairement entré dans la phase du cauchemar, libre à vous de croire que les citoyens vont changer les règles, ça n’arrivera pas. Ça aussi, c’est fini, vous savez la « démocratie » ? Même ça, vous êtes prêt à faire une croix dessus au nom de l’UE ?

                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 11:53

                          @ Attilax

                          Ce qui n’a surtout aucune chance d’arriver, c’est que la France puisse prétendre lutter seule à armes égales avec les grands blocs économiques. L’utopie est là, désormais !

                          Cela dit sans même évoquer ce que serait une Europe revenue à des nations recentrées sur elles-mêmes et en guerre économique avec ses voisins. L’histoire à laquelle vous vous référez est pourtant là pour nous montrer que c’est de de ces divisions qu’ont surgi les conflits. Montesquieu ne disait pas autre chose à son époque, comme je l’ai évoqué plus haut. 


                        • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 12:23

                          @Croa

                          « Et le seul moyen de le prouver c’est d’essayer. »

                          J’ai dans l’idée que si Mélenchon est élu président de la France il obtiendra quelques menus avantages de l’UE qu’il fera monter en mayonnaise dans les médias et le tour est joué. on restera dépendant de cette UE , de ses commissaires européens tout puissant qui petit à petit reprendront le double de ce qu’ils auront concédé pour maintenir l’UE.

                          De plus Mélenchon prévoit un referendum pour savoir si les français acceptent les « négociations » avec l’UE, dans le cas où les français rejettent ces « négociations », il démissionne et laisse la France en vrac et encore dépendante de l’UE. Il ne dit jamais, jamais, qu’il sortira de l’UE puisqu’il est internationaliste.

                           « On ne peut pas espérer réunir une majorité autour d’un programme sans aller au delà des clivages. »

                          les Grecs sont un exemple de l’enfumage des renégociations foireuses et ne se mobilisent toujours pas contre l’UE qui les broie littéralement et détruit leur pays..

                          Pour les français il en ira de même...A moins qu’ils balancent tous leur TV par les fenêtres, et c’est pas demain la veille.

                          Dernier point, comme le FN est l’épouvantail de droite, FI est l’ épouvantail de gauche, même si le programme de celui ci est séduisant, l’homme Mélenchon à l’instar du FN et du père Lepen, invective durement les contestataires, les gens du peuple, prend parfois des positions totalitaire sur certains sujets et se montre très agressif, ce qui ne rassemblera jamais les français autour de cet homme et de son parti.

                          Alors oui l’UPR n’a pas fait un gros score et ne peut prétendre à cette heure de rassembler tous les français qui ne le connaissent pas ou si peu et je comprend votre point de vue.
                          c’est ce qui explique en partie le faible score de l’UPR, de très nombreux sympathisants UPR ont voté Mélenchon ou LePen croyant qu’il avaient leurs chances et voilà le résultat/ : Macron président.
                          Son discours contre l’UE et pour le frexit qu’il propose heurte les sensibilités et va à l’encontre de la propagande européiste bien ancrée dans les esprits,.

                          Avec un score un peu plus élevé son discours serait plus diffusé dans les médias qui ne l’invite que rarement .
                          Bon il y a maintenant le cas Phillipot ex-Fn qui à créé son parti « les patriotes » et qui reprend mot pour mot les analyses de FA et balance certaines vérités sur les plateaux TV.....affaire à suivre.

                          PS : F.Asselineau ne veut pas avoir raison, il a raison.


                        • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 12:42

                          @Fergus
                          Bonjour Fergus,

                          toujours là pour dire n’importe quoi !

                          "Ce qui n’a surtout aucune chance d’arriver, c’est que la France puisse prétendre lutter seule à armes égales avec les grands blocs économiques. L’utopie est là, désormais !"

                          Non mais allo quoi, comme si ces grands blocs économiques n’existaient que depuis hier soir !

                          alors oui vous allez me faire tout une plaidoirie sur les risques cataclysmique d’une sortie de l’UE et je vous répond d’avance : Mais bon sang comment font donc tous les autres pays du monde qui ne sont pas dans l’UE ? les pauvres pays isolés face aux méchants bloc économiques, hein ?

                          Mais oui Fergus,c’est la fin du monde si on sort de l’UE et je dirais même plus c’est l’univers qui s’effondrera en un Big Crunch si la France retrouve son indépendance.


                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 14:08

                          Bonjour, GrandGuignol

                          Il y a les grands blocs économiques existants et les grands blocs économiques émergents, et vous savez que la France isolée aurait le plus grand mal à exister dans ce contexte.

                          Sans compter les risques de tensions, voire de conflits, que pourrait entraîner en Europe le retour à des pratiques nationalistes que l’UE, malgré ses nombreux défauts, parvient à contenir.

                          Continuez de vivre sur un schéma éculé !!!


                        • Durand Durand 7 octobre 2017 14:31

                          @Fergus

                          Oui, Victor Hulot qu’aime tant à citer Merdenchon, disait aussi cela, à son époque... Et plus tard, Aristide Briand et quelques autres... 


                          Et ça, aussi :

                           
                           « Prenez cette terre à Dieu. Dieu donne la terre aux hommes, Dieu offre l’Afrique à l’Europe. Prenez-la. [...] Versez votre trop-plein dans cette Afrique, et du même coup résolvez vos questions sociales. »


                          Victor Hugo, extrait du discours sur l’Afrique en mai 1879.


                          Fergus, vous resterez dans les annales d’Avox comme l’archétype des auteurs les plus réactionnaires, affublés du conservatisme le plus puant...





                        • Durand Durand 7 octobre 2017 16:05

                          @Fergus


                          "La propagande de Vichy entre 1941 et 1942 [et de Fergus en 2017 !]

                          Pour Vichy, il faut « imiter l’Allemagne » qui est un exemple à suivre. L’argument économique est utilisé en affirmant que cette nouvelle Europe permettrait de libérer le marché ce qui à terme favoriserait les échanges commerciaux. Pour le régime de Vichy, la France est trop petite pour faire face au monde extérieur. Pour peser, elle doit occuper une place importante dans cette nouvelle Europe.

                          Les français ne pouvait qu’être favorable à ce projet selon le régime de Vichy considérant que seul ce dernier était capable de comprendre les réels problèmes que la France rencontrait à l’époque. Pour Vichy, la France devait faire partie de la Nouvelle Europe pour pouvoir peser. Pour la propagande de l’époque, le régime estimait qu’être contre cette construction européenne, c’était s’enfermer, et vouloir une nouvelle fois la guerre avec l’Allemagne. « Connaissez-vous mieux que lui les problèmes de l’heure ? [pouvait-on lire sur des affiches qui montraient le visage de Pétain...]

                          La rhétorique du IIIème Reich

                          Toute la propagande allemande avait pour but de faire croire aux peuples que seul l’Europe pouvait rendre les pays plus fort en raison de leur union. L’Allemagne qui se tenait comme occupant promettait la paix et la prospérité comme pouvait le faire croire un certain Empire Romain proposant la Pax Romana. « Si vous être contre l’occupation de Rome, vous êtes contre la Pax Romana et donc pour la guerre ». Suite à « la der des der » qui fût le dernier drame humain pour l’époque, cette rhétorique qui se propageait à travers des affiches, tracts et radios occupait l’esprit des gens quotidiennement dans tout les territoires occupés par l’Allemagne nazie. »


                          Et c’est la pute-Système JLM que vous soutenez, qui se permet de traiter de ”maréchalistes“ ceux qui prônent la sortie de l’UE ?!!!





                           

                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 16:24

                          Bonjour, Durand

                          Merci pour l’élégance de votre commentaire ! smiley

                          Hélas ! je crains que le « conservatisme » ne soit de votre côté ! Ne surtout rien changer au paysage politique des années 50 ou 60, semble être votre credo.

                          Et, tant qu’à faire, pourquoi ne pas garder les mêmes costumes comme dans les manifestations folkloriques où les habits sont restés figés à ce qu’ils étaient au 19e siècle. smiley


                        • Durand Durand 7 octobre 2017 16:37

                          @Fergus


                          Il fut un temps où la seule élégance qu’on concédait aux collabos, consistait à leur bander les yeux...





                        • Durand Durand 7 octobre 2017 16:47

                          @Fergus


                           
                          « Ne surtout rien changer au paysage politique des années 50 ou 60, semble être votre credo. »

                          Les années 50, c’était déjà vos amis..., ceux qui ont ratifié le Traité de Rome...

                          Les années 60, c’était la preuve que même dans l’adversité la plus féroce de la part des adversaires d’une France libre et souveraine, la France s’en est très bien tirée toute seule, en tout cas sans la construction européenne. 

                          Non, votre conservatisme remonte à 1940 ! Celui de la France qui baisse les bras, l’esprit de défaite, l’esprit d’abandon, celui des lâches et des collabos.





                        • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 16:57

                          @Fergus

                          « Continuez de vivre sur un schéma éculé !!! »

                          vous parlez pour vous là ?

                          "Sans compter les risques de tensions, voire de conflits, que pourrait entraîner en Europe le retour à des pratiques nationalistes que l’UE, malgré ses nombreux défauts, parvient à contenir."

                          Et allez la peur de la guerre entre nations européennes, le nazisme de retour peut être ? et puis quoi encore, une invasion des ET ?

                          c’est vous qui êtes dans un système éculé ainsi que votre argumentaire.

                          L’UE au travers de l’OTAN nous pousse à la guerre au Moyen orient et nous place en première ligne en cas de guerre US / Russie.

                          la France n’a jamais été autant en difficulté économique que depuis qu’elle est dans l’UE , la France est quasiment en guerre ou participe dans le cadre de l’OTAN à des guerres et vous nous dites que l’on reviendrait à des pratiques nationalistes obscures ?

                          Vous vous foutez de qui là ?

                          Ce que vous décrivez est en train de se produire actuellement mais dans le contexte de l’UE !!!

                          les réfugiés et les attentas en France ça vient d’où d’après vous ?


                        • Attilax Attilax 7 octobre 2017 17:28

                          @Fergus
                          « Ce qui n’a surtout aucune chance d’arriver, c’est que la France puisse prétendre lutter seule à armes égales avec les grands blocs économiques.  »


                          Pourquoi voulez-vous absolument « lutter » ? Ce n’est pas un match de boxe, il s’agit simplement d’exister. Une énorme majorité de pays ne font pas partie de l’UE ou d’autres grands groupes et ne s’en sortent pas plus mal. Vous me rabâchez le discours TF1, vous vous en rendez compte ? Au contraire, en choisissant nous-mêmes nos lois et en n’étant pas obligés de suivre l’agenda débile de Bruxelles, nous pourrions imposer nos règles nationales au marché mondial, pourquoi croyez-vous qu’ils ne veulent plus de protectionnisme ? Allez demandez aux chinois, aux ricains, aux russes, aux saoudiens, aux japonais, s’ils ne font pas de « protectionnisme », ils vont bien rigoler.

                        • Fergus Fergus 7 octobre 2017 17:53

                          @ Attilax

                          Mais je suis partisan d’un « protectionnisme »... européen. D’où la nécessité de combattre de l’intérieur cette Europe-là du CETA et du TAFTA !!!

                          Et ne vous faites pas d’illusions, avec le type de majorité que la sociologie française met au pouvoir, hors UE nous aurions droit à la même politique pro-US et pro-Otan ! Mais sans pouvoir trouver d’alliés solidaires de nos difficultés.

                          Pour ce qui est du mot « lutter », vous savez comme moi que dans le contexte d’une planète soumise aux marchés, c’est bien d’une lutte concurrentielle qu’il s’agit. Exactement comme pour le monde des entreprises sur lequel sont calqués les états modernes.


                        • Attilax Attilax 7 octobre 2017 19:37

                          @Fergus
                          Mais enfin Fergus, qu’est-ce que vous racontez :

                          C’est l’UE qui nous impose CETA, TAFTA, OTAN, OGM et Cie !!!
                          Résister de l’intérieur ? Avec quelles armes ? Nous n’avons plus aucun moyen démocratique ou républicain de l’imposer ! Quand au « marché », si vous voulez avoir une chance d’y survivre, mieux vaut ne pas se laisser imposer des règles qui nous handicapent systématiquement  ! Or avec votre chère UE, on n’a aucun choix, ils disent comme vous : TINA (there is no alternative). Ben si, désolé, mais le grand saut dans le vide, c’est pas de vouloir contrôler son pays, c’est de l’abandonner à des puissances étrangères. Bref, je n’ai pas plus de chance de vous convaincre que j’en aurais de persuader un croyant de l’inexistence de son dieu, puisque visiblement la logique ne rentre pas en compte. Je vous laisse donc à vos réves, mais je nous prédis un réveil très douloureux et pas hugolien du tout.


                        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 19:59

                          @Fergus

                          Rassurez moi Fergus, vous n’avez pas dormi durant 60 ans n’est-ce pas ? 

                          Je vous ai demandé de vous intéresser à l’ACUE et au mouvement européen. Vous m’avez répondu que vous n’en aviez rien à faire. Ne venez pas vous étonner de ne pas savoir que l’Union européenne s’est bâtie autour des « 4 » libertés de circulation : des personnes, des biens, des capitaux et des services. 

                          Comment se fait-il que vous veniez ici parler d’un. « protectionnisme européen » ? Un enfant de 4 ans comprendrait que cela n’est pas possible, que ce n’est pas le genre de l’UE. Suis-je bête, vous me direz : il faut changer l’Europe, bâtir une Europe sociale. Mais oubliez un peu vite que l’Union européenne réalise très exactement le projet des pères fondateurs. L’Union économique et monétaire a parachevé l’ouvrage en imposant un socle « institutionnel » nouveau qui détache la politique économique des pressions populaires pour les soumettre à celles des marchés financiers. Ces réformes structurelles cantonnent désormais les gouvernements à la vaine agitation ou au conformisme. 

                          Et vous venez nous chanter la messe d’un « certain protectionisme européen ». En fait vous n’avez pas du tout compris ce qu’est la construction européenne. 

                        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 20:06

                          @Fergus

                          Je vous conseille de vous intéresser aux « collaborations internationales ». Ceci dit en passant.



                        • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 20:14

                          @Fergus

                          Il n’existe pas de grands blocs économiques émergents. Il existe des multinationales, des cartels, des sociétés trans-nationales qui lient des alliances avec d’autres. Cela ne se passe pas à travers des « blocs économiques ». 

                          Venez donc nous expliquer pourquoi un constructeur automobile allemand s’allie avec un Chinois pour concurrencer un Français lui même allié à un autre Chinois ? 

                          Il n’y a aucune stratégie industrielle dans l’Union européenne. Donnez moi un seul exemple !

                        • kimbabig 13 octobre 2017 10:07

                          @Fergus
                          Arrêtez de raconter n’importer n’importe quoi. L’Allemagne et l’Italie se sont certes construites en amalgamant des entités souveraines assez récemment (150 ans), mais ça ne s’est certainement pas fait dans la douceur (Sadowa et Solférino, ça vous parle ?), et ça s’est fait sous la domination d’une de ces entités (ex : Prusse dans le cas Allemand). Votre rêve fumeux d’unification européenne pue la guerre et la domination.

                          Quant à la France, son existence en tant qu’état souverain remonte à plus de 15 siècles. Et depuis ces 15 siècles notre nation s’est construite en refusant toute soumission à un ordre européen (Bouvines, Marignan, Valmy...), mais aussi en matant toutes les séditions régionales (écrasement de la Fronde au 17ème siècle et des Vendéens au 18ème).

                          Maintenant, si le racisme vous fait rire, vous rigolerez moins le jour où vous en serez victime. Parce qu’« européen », oui, c’est un type racial. Sinon, que désignent des policiers parlant d’un « individu de type européen » dans leurs rapports ? Donc oui, vouloir une « union européenne », c’est avoir une vision raciste et périmée du monde actuel. C’est agir comme au 18ème siècle quand il était de bon ton de considérer que la « Civilisation » se limitait sur Terre à cet espace compris entre l’Atlantique, la Méditerrannée et l’Oural, et de considérer le reste du Monde comme relevant de la Barbarie. Or on est au 21ème, la France ne peut plus se permettre de préférences discriminatoire dans ses relations avec les autres pays.

                          Votre « tronc commun culturel » avec les européens est bien mince, il se limite à un lointain héritage gréco-romain et judéo-chrétien, qui a évolué sous de bien diverses formes selon les pays. On partage ce même héritage avec toute l’Amérique, l’Australie et une bonne partie de l’Afrique.

                          Et culturellement, les Francophones nous sont bien plus proches que la plupart des européens, c’est un fait, si vous êtes trop bête ou trop aveugle pour le voir, il n’empêche que c’est la stricte réalité. C’est même encore plus marqué à l’heure actuelle puisque les seules références culturelles que les Français du 21ème siècle ont en commun avec les européens non-francophones viennent de la culture états-unienne.

                          Un exemple parmi tant d’autres : Parlez d’IAM, de Kyo ou de Noir Désir à un Québécois ou à un Ivoirien, il y a de fortes chances pour qu’il connaisse. Parlez-en à un Allemand ou un Italien cela sera complétement inconnu pour lui : il faudra chercher des artistes US pour trouver des références communes (constaté de vécu).

                          Vu chez un buraliste : un touriste Allemand entre et demande des clopes. Il ne comprend pas le Français et la vendeuse ne comprend que le Français ; ça s’est terminé par un « toi y en vouloir Malbac ou toi y en a vouloir Camel ? » de la vendeuse qui se moquait en faisant rire les autres clients. Le lendemain un Sénégalais rentre dans le même commerce, demande un briquet, le paie et se casse : aucun souci. Lequel est le plus proche culturellement ? Lequel a le plus de facilités à s’adapter en France ? Certainement pas l’Allemand.

                          Ayant vécu dans des zones frontalières, je peux vous certifier qu’il bien plus aisé de s’installer à Nice pour un Brestois que pour un Italien de San Remo, comme il est bien plus aisé pour un Strasbourgeois de s’installer à Perpignan que pour un Barcelonais. Pour les 1ers une simple adaptation suffit, pour les seconds, une démarche d’intégration en tant qu’immigré doit être menée. Parce que la France est un seul et même pays, que le peuple Français est un seul et même peuple, un Français peut déménager d’une région à l’autre sans problème. Ce n’est certainement pas le cas de l’europe.

                          Votre « peuple européen » n’existe pas, Fergus, faut regarder la réalité en face. Et vouloir en créer un de toutes pièces, ça n’est pas autre chose que du racisme, puisque cela revient à vouloir créer une nation à partir d’un type racial. Franchement puant comme programme...

                          Enfin, votre argument ressassé comme quoi il n’y aurait « pas de salut économique hors de l’ue », est grotesque (ben oui, la France n’est « que » dans les 10 1ères puissances mondiales sur 200 pays...) en plus d’être totalement erroné puisque c’est justement notre appartenance à l’ue qui flingue la compétitivité de notre économie et nous contraint à mener des politiques anti-sociales qui appauvrissent les Français.


                        • zygzornifle zygzornifle 6 octobre 2017 14:41

                          L’€ m’est pour l’instant utile car habitant Nice a coté de l’Italie je vais acheter des clopes, de l’alcool et faire mes courses du quotidien a 90% plus le Levothyrox ancienne formule que l’on peu acheter en quantité et d’ici peu le gas-oil grâce a Hulot , en fait je me demande si a la retraite de ma femme je ne vendrait pas tout pour aller m’établir la bas en tant que couple de retraités « sans dentiers »  ..... 



                          • Destouches_ 6 octobre 2017 14:57

                            Quel programme, quel programme mes amis !
                            Nous vivons la pire période d’occupation de notre histoire et sommes ligotés et bâillonnés, tenus de supporter l’insupportable dans de très nombreux domaines alors que la racine de tout ce merdier revient à récupérer notre indépendance.

                            C’est étrange de s’en prendre à l’article 50. OK, ça nous fait perdre 2 ans, mais la sortie est automatique ensuite, non ? Parce que le torchage avec les traités, c’est du gloubiboulga TSIPRAS et il a suffit de tirer un peu sur la laisse monétaire pour calmer les prétendus « rebelles », sans qu’il ne leur reste d’autres alternatives que de rester coucher.

                            Quasiment tous mes potes, pourtant normaux, pieds sur terre, bosseurs et tout et tout sont des eurolâtres béats : « heureusement qu’il y a l’europe, ça permet à la France d’exister encore un peu » ou mieux « la France doit disparaître pour faire enfin naître l’europe fédérale »

                            Déjà, le terme « Union Européenne » est exclu du vocabulaire de ces zélotes, ce qui n’aide pas à leur comprenette (l’amalgame UE et europe est pour beaucoup dans ce brouillage de cartes) ensuite, ces personnes s’intéressent pas une seule seconde à l’économie ou à l’histoire. C’est naze tout ça, limite facho m’voyez. Dans les urnes, ça a donné « Vivent Macron et Mélenchon ».

                            Les potes que j’ai converti aux idées de l’UPR ont préféré voter FN/FI passque, t’comprends « eux ils ont une chance de gagner, t’vois ?...2002 ? ’Connais pas ». Bref, plutôt que de chercher à peser dans la balance, ils préfèrent se ranger du côté des vainqueurs. Il parait que c’est un syndrome très français.


                            • francois 6 octobre 2017 15:18

                              @Destouches_
                              « Nous vivons la pire période d’occupation de notre histoire et sommes ligotés et bâillonnés, tenus de supporter l’insupportable dans de très nombreux domaines alors que la racine de tout ce merdier revient à récupérer notre indépendance. »


                              J’espère que c’est du second degrés.

                            • Destouches_ 6 octobre 2017 15:30

                              @francois
                              D’un point de vue militaire, économique ou politique, tout y concourt.

                              L’allemagne rafle nos ingénieurs comme à la belle époque, nos armées bossent pour des intérêts qui ne sont pas les nôtres, les fleurons industriels ont été bradés ou détruits, les grandes villes sont devenus des chancres invivables, la France périphérique crève la gueule ouverte et ma génération n’a plus les moyens de se loger correctement ni même de fonder une famille.

                              Libre à vous d’y voir une période de prospérité.


                            • francois 6 octobre 2017 15:49

                              @Destouches_

                              Le Vel d’Hiv, vous n’avez pas appris ça à l’UPR, secte ou parti ?

                            • Destouches_ 6 octobre 2017 15:53

                              @francois
                              Hop, un point Godwin.
                              Encore un qui voit des sectes partout, y’en a encore qui argumentent sur ce site ?


                            • GrandGuignol GrandGuignol 7 octobre 2017 00:10

                              @francois
                              A ceux qui parlent de sectes, regardez un peu les autres et voyez, si vous avez des yeux pour cela, tous ceux qui appartiennent à des sociétés secrètes et autres diner du siècle avant de dire n’importe quoi sur F. Asselineau qui n’est ni FM, ni n’appartient à aucune autre société du genre....

                              les sectaires ce sont ceux qui votent pour de vrais gourous , ceux qui sont ultra médiatisés et dont l’écran de TV sert de salle pour les fidèles disciples qui gobent la propagande et en redemandent.


                            • Attilax Attilax 7 octobre 2017 01:20

                              @francois

                              Intéressant. Votre réponse à la question essentielle de l’indépendance de notre pays, c’est « le vel d’hiv ». Mais quel rapport ? Voulez-vous dire que ceux qui veulent sortir de l’UE sont des pétainistes prêts à déporter des juifs ? Ce qui ferait des européistes des « résistants » ? Ou peut-être voulez-vous dire qu’ils « exagèrent » et utilisent des mots sans pleinement en apprécier le sens ? C’est pas très clair, votre cheminement de pensée. En revanche, le mépris et l’insulte, eux, passent très bien. On sent que c’est un sujet tabou pour vous : pas touche ! Attention, je vous sors le Vel d’Hiv : anti-UE=Antisémite. Très fort. C’est ça, j’ai tout bon ?

                            • francois 6 octobre 2017 15:47

                              Gestapo, le Vel d’hiv, le Struthof ou Ouradour ça ne vous dit rien !


                              une visite au Struthof pour vous remettre les idées en place http://www.struthof.fr/home/&nbsp ;

                              Vous souffrez d’une tumeur au cerveau, démence sénile... ?





                              • Destouches_ 6 octobre 2017 16:05

                                @francois
                                Hola cowboy, on se calme.

                                Comme à peu près tous les Français, j’ai un arrière grand-père qui a été mutilé à Verdun, un papy raflé en et un autre qui armait le maquis.

                                Alors ton tube de moraline tu te le fous où je pense.


                              • francois 6 octobre 2017 16:16

                                @Destouches


                                Quand on ne sait pas ce qu’on écrit et que l’on insulte ses ancêtre, on doit être prêt à bouffer ces gosses.

                                Quel pitre.

                              • Destouches_ 6 octobre 2017 16:46

                                @francois
                                Bien au contraire, quand on a un peu de respect pour ses aieux, on ne gobe pas ces mensonges grossiers de « couple franco-allemand » ou « d’union » européenne.

                                Nous vivons une guerre économique ultra violente, mais vous n’avez pas l’air au courant.

                                Pauv tâche.


                              • Doume65 6 octobre 2017 15:48

                                L’article se prend les pieds dans le tapis.
                                Après avoir estimé que la sortie de l’UE par l’article 50 était sujette à caution (et sans avoir expliqué la « bonne solution », il conclue comme ceci « Je crois que c’est d’abord le manque de clarté et de rigueur qui pénalise nos idées européennes. »
                                L’UPR est parfaitement clair et parfaitement rigoureux. L’auteur n’a rien trouvé à redire sur la clarté de l’UPR, et pour cause, mais critique sa rigueur (la sortie par l’article 50), qu’il réclame en conclusion. Je l’invite à, au minimum, se relire.


                                • QAmonBra QAmonBra 6 octobre 2017 16:22

                                  Merci @ l« ’auteur pour le partage.


                                  F. Asselineau avait prévenu pour Cyriza et le FN, qu’il nomme  »parti leurre" tout comme FI de Melenchon.

                                  Bon je dis ça mais c’est comme si j’avais rien dit. . .


                                  • Alexis Toulet Alexis Toulet 6 octobre 2017 16:31

                                    @ Laurent Herblay


                                    Excellent article, bravo.

                                    Une porte doit être ouverte ou fermée. Il faut faire, ou ne pas faire, non pas essayer ni temporiser. Dire oui, ou dire non - tout le reste n’est que pauvre doute indigne de qui aspire à diriger.

                                    Pour traverser un fleuve, on ne reste pas dans l’eau à faire des ronds près de la rive. Pour trancher le nœud gordien, on ne craint pas de sortir l’épée.

                                    Vous pourriez bien avoir raison au sujet de la fenêtre d’opportunité qui va s’ouvrir. L’hésitation de Marine Le Pen au moment crucial, suivie d’une palinodie, le ralliement de Nicolas Dupont-Aignan à l’euro par manque d’audace, le manque de clarté et les postures de division de Jean-Luc Mélenchon laissent les souverainistes orphelins.

                                    Or :
                                    1. Ce sont entre 28% et 40% des Français qui se sont déclarés favorables à une sortie de l’euro / de l’UE, suivant le moment et la formulation de la question - cela fait déjà du monde !
                                    2. La voie choisie par la majorité des Français à la suite de Macro - appliquer sans barguigner les réformes ordo-libérales voulues par l’UE en espérant en échange un desserrement de la contrainte austéritaire au niveau européen - échouera, comme il était déjà évident rien qu’à regarder les exemples de l’Italie et de l’Espagne. La France sera dans un bien pire état économique et social en 2022 que cette année, et la cause de cette chute sera très visible et difficile à nier
                                    3. Le système politique stable sur l’essentiel - notamment l’UE - car bipolaire entre deux partis s’accordant sur les principaux choix s’est effondré, et la force politique personnalisée que représente Macron est un fusil à un coup. Rien ne restera debout sur le plan politique en 2022, et certainement pas LREM qui sera balayé

                                    La vérité c’est que le souverainisme ne sera pas seulement indispensable dans peu d’années, il a d’ores et déjà le terrain libre.

                                    • Attilax Attilax 7 octobre 2017 01:24

                                      @Alexis Toulet
                                      si 28 à 40% de français souhaitent sortir de l’UE, pourquoi ont-ils voté pour des européistes ?


                                    • Doume65 7 octobre 2017 10:02

                                      @Attilax
                                      Bonne question. La réponse est simple :
                                      J’en connais. Après avoir regardé les sondages, ils ont voté ce qu’ils jugeait « utile ».


                                    • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 22:03

                                      @Alexis Toulet


                                      Le débat sur le bien fondé de l’appartenance de la France à l’UE est « confisqué ». Il n’existe pas ! Il n’a pas le droit de paraître. 

                                      Comment les Français pourraient-ils fonder une opinion quand c’est la propagande « constante » de l’UE qui paraît dans tous les merdias ? Des contrevérités gigantesques sont proférées dans ces merdias sans jamais que quelqu’un puisse les démentir. Nous ne sommes pas loin d’une attitude dictatoriale proche du fonctionnement de l’ex URSS. 

                                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 8 octobre 2017 01:08

                                      @Attilax
                                      si 28 à 40% de français souhaitent sortir de l’UE, pourquoi ont-ils voté pour des européistes ?
                                      Il faudrait apprendre à lire.

                                      Je continue dans votre parodie (mais à l’UPR la réalité est pire que la parodie) :

                                      Pourquoi n’ont-ils pas voté pour la secte UPR ?

                                      Mais, parce qu’on est trop cons, tout simplement.

                                      Vous ne pouvez pas tout avoir :
                                      l’élitisme de l’avant garde réinformée, et le parti de masse, qui a des électeurs.

                                      Il ne vous reste plus qu’à faire un coup d’état, façon avant-garde bolchévique en 1917.


                                    • Legestr glaz Ar zen 8 octobre 2017 20:35

                                      @Olivier Perriet

                                      C’est facile de le comprendre. Tous les médias appartiennent aux puissances de l’argent. 

                                      Tous les messages véhiculés vont dans le sens du soutien à l’UE. 

                                      C’est aussi simple que cela. 

                                      Si le débat sur l’appartenance de la France à l’UE avait lieu dans les mêmes conditions qu’en Grande Bretagne l’on saurait véritablement ce que veulent les Français. 

                                      Pour le moment c’est la propagande des puissances de l’argent qui prévaut. Rien d’autre. 

                                      Et votre remarque sur l’avant garde informée et la masse des votants ne tient pas l’analyse.

                                      Ceux qui découvrent les analyses de François Asselineau sont justement ceux qui sont les plus curieux et qui ne sont pas hypnotisés par les médias dominants. Ce sont ceux qui vont chercher l’information ailleurs, une information différente. Ce n’est pas une question d’intelligence mais de curiosité et de disponibilité. Mais ceci vous l’avez compris depuis longtemps mais vous faîtes l’âne pour avoir du son peut être ? 

                                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 octobre 2017 13:36

                                      @Ar zen

                                      L’argument des médias aux ordres est d’une nullité complète (à votre décharge, vous n’êtes pas le seul à l’évoquer)

                                      Je ne sais pas si vous étiez né en 2005 (ou alors vous étiez sur une autre planète ?), mais il y avait un parti pris de 95, voire 100 % des éditorialistes pour le Oui au référendum, et c’est le non qui a été très majoritaire.

                                      Et quand je parle de l’avant garde éclairée face aux cons majoritaires, c’est bien ainsi que les militants UPR se décrivent ici même.


                                    • ricoxy ricoxy 7 octobre 2017 09:26

                                       
                                      « Que penser de cette grande hésitation à afficher une volonté de quitter la monnaie unique européenne »
                                       
                                      Monnaie unique = fausse monnaie.
                                       
                                      Les dirigeants européens devraient être poursuivis comme faux-monnayeurs.
                                       


                                      • Yaurrick Yaurrick 7 octobre 2017 12:45

                                        @ricoxy
                                        Si c’est pour revenir au franc, pas sûr qu’on y gagne vu la crédibilité de l’état français.


                                      • chantecler chantecler 8 octobre 2017 12:36

                                        @Yaurrick
                                        Il s’agit plutôt de la solidité de notre économie .
                                        Je crains qu’aujourd’hui elle ne soit très mal en point .
                                        Et pour remonter ça ....
                                        Quel pays nous prêterait des capitaux pour nous réindustrialiser ?
                                        Au fait je trouve ce débat très intéressant et même si je trouve Fergus chouïa optimiste , il a le mérite de se faire l’avocat du diable , d’où débat possible .
                                        Pour le reste je suis bien pessimiste : un des points que je reproche à l’UE c’est l’adhésion à l’OTAN qui risque de nous entrainer dans des guerres de bloc à bloc folles qui ne sont pas les nôtres ....
                                        Or les bruits de bottes commencent à se faire étourdissants .
                                        Et quand un système s’effondre ,cette fois le néolibéralisme , l’absence de régulations , la guerre n’est jamais loin .


                                      • kimbabig 13 octobre 2017 16:23

                                        @Yaurrick
                                        On gagne toujours en crédibilité quand on peut maîtriser sa politique monétaire pour l’adapter aux besoins de son économie. Or dans l’euro, non seulement ça n’est pas le cas mais ça ne pourra jamais l’être : on ne peut pas avoir une monnaie commune avec l’Allemagne et espérer que ctte monnaie sera adaptée aux besoins de notre économie.


                                      • Delphus Delphus 7 octobre 2017 16:18

                                        Une question...est ce que le bonheur des citoyens, est forcément lié à celui de leur pays ? Je veux dire, les américains sont-ils de par la puissance économique des usa, plus heureux que dans le reste du monde ?... 


                                        • roby 7 octobre 2017 18:06

                                          Et pourtant il y avait une vie avant l’Europe


                                          • Legestr glaz Ar zen 7 octobre 2017 21:22

                                            L’auteur écrit : « En cela, même les 2 ans de négociations avancés par l’UPR me semblent être bien trop précautionneux et contre-productifs »…’


                                            Je lui signale, par conséquent, qu’il existe une loi fondamentale en France qui s’appelle « Constitution ».
                                            Ce qu’elle contient est indépassable. Le Conseil Constitutionnel veille au respect de la constitution. Si des mesures sont prises qui ne respectent pas la constitution, le Conseil Constitutionnel les annule. 

                                            Lorsque la France a signé les traités européens, le Conseil Constitutionnel s’est rendu compte que de nombreuses dispositions de ceux-ci étaient anticonstitutionnelles. Et alors ? Alors, le « congrès » s’est réuni à Versailles et la Constitution française a été modifiée, autant qu’il le fallait, pour s’inscrire dans le périmètre des traités européens. 

                                            La Constitution française comporte un article 5 qui dit que « le président de la République est le garant du respect des traités ». La Constitution française comporte un article 55 qui dit que les traités signés par la France ont une valeur supérieure aux lois nationales. 

                                            Il faut vraiment ne rien connaître au droit constitutionnel pour énoncer des contre-vérités comme celles que l’auteur nous assène. C’est totalement consternant.
                                            La Constitution s’applique toujours en France. Si l’on veut quitter l’UE il n’y a qu’un seul et unique moyen : l’article 50. Et la vision de l’auteur qui consiste à dire que c’est trop « précautionneux » d’utiliser cet article va totalement à l’encontre de la loi fondamentale de notre pays. Jamais la Constitution de notre pays n’a été violée par nos gouvernants. Jamais. 

                                            L’auteur devrait se pencher sur le droit constitutionnel avant d’écrire de telles âneries.

                                            • malitourne malitourne 8 octobre 2017 20:31

                                              Inoxydable le Fergus ! Vous avez du courage les copains de continuer à argumenter avec cet européiste dévot... Il parle de l’UE comme un bigot parle de la Vierge...


                                              • Patrice Malta 9 octobre 2017 13:02

                                                « En cela, même les 2 ans de négociations avancés par l’UPR me semblent être bien trop précautionneux et contre-productifs. »


                                                1) Ce délai n’est pas du tout une idée en provenance de l’UPR, il s’agit du délai imposé par l’article 50 du Traité de l’Union européenne. L’UPR ne ferait qu’appliquer les textes, en cas d’accession au pouvoir, de sortie de l’UE et de l’Euro. 
                                                2) Il ne s’agit pas d’un délai de négociation concernant la possibilité de sortie (ou non) en elle même mais des modalités de la sortie. Le pays qui actionne l’art.50 ne demande pas l’autorisation, il sort et personne ne peut l’en empêcher sur le plan légal. Simplement, il faut régler l’intendance (comme quand on règle une indivision ou un divorce), et c’est l’objet de la négociation. Point crucial : si au bout des deux années de négociations, il est impossible de s’entendre sur les modalités, le pays sort de plein droit. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès