• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Quand Macron fait passer Sarkozy pour un gauchiste

Quand Macron fait passer Sarkozy pour un gauchiste

Le travail du dimanche, la suppression de l’ISF, la baisse de l’imposition sur le capital et des cotisations sociales, la déréglementation du droit du travail  : sur bien des sujets, Macron déborde Sarkozy par sa droite. Il vient de compléter cette effarante énumération par la suppression d’une taxe sur les plus riches créée par Sarkozy, l’exit tax, annoncée dans une interview aux tonalités effarantes.

 

Le président thatchérien des ultra-riches

« There is no other choice  » : Macron n’a pas hésité à reprendre le « There is no alternative  » de Margaret Thatcher. En trente ans, nous sommes passés de TINA à TINOC, poursuivant son recyclage des vieux tubes des années 1980. Décidément, les oligo-libéraux démontrent un goût limité pour la démocratie et leur système de valeur a bien un caractère totalitaire. Son discours plait dans les médias ultralibéraux comme Forbes qui le proclame « leader des marchés libres  », rien que cela ! Et si Macron était le descendant le de Thatcher ? Il modernise à peine son discours en ajoutant seulement la tarte à la crème actuelle du monde des affaires, le concept de disruption digitale.

Déjà, la présidence Hollande avait trop souvent dépassé celle de Sarkozy par la droite sur les questions économiques. Mais cela s’amplifie depuis que Macron est à l’Elysée. Même le Monde doit bien admettre que ce gouvernement favorise les plus riches. La suppression/ réforme de l’ISF, la forte baisse des taxes sur les revenus du capital et la baisse de l’impôt sur les sociétés sont les gros morceaux, que l’Elysée complète par des initiatives comme la suppression de l’exit tax, qui rapportait 800 millions, sur quelques centaine de contribuables, une forme de solde fiscal pour transfert de domicile fiscal, déjà passé de 34,5 à 28,3% à l’automne, entre la valeur actuelle et la valeur d’achat.

Bien sûr, le gouvernement tente de noyer le poisson en sous-estimant le rendement de cette taxe, mais Emmanuel Lévy, dans Marianne, montre même au contraire que la réforme pourrait coûter encore plus cher à l’Etat. Il note également, comme l’économiste Gabriel Zucman, que la plupart des autres pays, en Europe et aux Etats-Unis, ont une telle taxe. Bref, l’argument de la compétitivité est faux, à moins de penser que la France devrait devenir un parasite fiscal. Mais surtout, rien ne justifie que ces riches vagabonds fiscaux, qui ne le sont pas souvent pour de bonnes raisons, puissent échapper à une juste contribution à la société qui les a fait riche, comme le leur permet Macron aujourd’hui.
 
Les Français ne sont pas dupes, qui jugent désormais majoritairement la majorité actuelle comme à droite. La dernière livrée du sondage du Cévipof montre que deux-tiers des citoyens jugent Macron à droite, dont plus de 10% très à droite, et quasiment plus personne à gauche. Ce faisant, son impopularité se renforce, contrairement aux dires de certains journalistes, trois-quarts des Français jugeant négativement son action pour le pouvoir d’achat, la réduction des inégalités ou l’amélioration du système de santé. De manière très intéressante, pas moins de 6 Français sur 10 ne souhaitent pas qu’ils se représentent en 2022, signe d’une profonde impopularité, modérée par l’absence d’alternative.
 
 
La réalité, que les Français cernent de plus en plus, est que Macron est le président des ultra-riches, plus à droite économiquement que tous les dirigeants qui l’ont précédé. D’ailleurs, le président l’assume, jusqu’à stigmatiser les classes populaires (comme sur les APL). Si l’absence d’alternative rassembleuse et le soutien de bien des média le protègent pour l’instant, combien cela durera ?

Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 12 mai 09:59

     
    Comme dit Machaivel, c’est l’indigène colonisé qui finance les colons et le colonisateur, pratique et pas cher.
     
    Souchien paie sa gabelle CSG au Prince Rothschild et l’assurance Finance du Prince, les colonies
     
     
     
    GRÂCE A SA CSG, RETRAITÉ SOUCHIEN LE SOUMIS PAIE DES PUTES COLONS AUX « CHANCES » COLONS :
     
    https://francais.rt.com/france/50535-scandale-prostitution-nigeriane-france-16-prevenus-devant-la-justice
    https://ripostelaique.com/des-demandeurs-dasile-se-paient-des-prostituees-nigerianes-avec-notre-argent.html


    • Paul Leleu 13 mai 19:46

      @Jean Roque


      moi je me dis qu’un courant politique (libéral) qui a pour slogan : « il n’y a pas d’alternative », n’est pas un courant démocratique. Par définition, la démocratie c’est quand il y a des choix. 

      L’essence du courant libéral est autoritaire et anti-démocratique. Point barre. 

    • samy Levrai samy Levrai 12 mai 10:05

      Macron ne fait qu’appliquer les directives europeennes, il n’est qu’une marionnette.

      Pourquoi ce concentrer sur les factotums ? pourquoi ne pas s’attaquer aux causes ? pourquoi se complaire en pipolitique quand la politique nous offre suffisamment de matière ?
      Tes articles sont meilleurs d’habitude. 

      • zygzornifle zygzornifle 12 mai 11:52

        @samy Levrai


        Oui mais il prend son pied a appliquer toutes les directives antisociale , plus il s’attaque a population de base plus il jubile , comme un fauve qui après avoir dévoré sa proie lèche le sang jusqu’à la dernière goutte .....

      • samy Levrai samy Levrai 12 mai 12:04

        @zygzornifle
        Il est juste moins hypocrite que les autres, lui s’assumerait, les autres se pinceraient le nez mais le feraient quand même... ils appliqueraient les Grandes Orientations de Politiques Economiques comme le maquillé Macron.


      • bob14 bob14 12 mai 11:07

        Très à droite..Pire que la FN n’est peu dire...Le simplet de la fable qui se prend pour le roi de son trône des WC...niveau caniveau..une fosse septique ambulante qui dégage des odeurs qui chatouillent les naseaux des Français béat devant lui !


        • Fergus Fergus 12 mai 11:25

          Bonjour, Laurent

          Entièrement d’accord avec le contenu de votre article, Macron ayant - avec une remarquable détermination - dépassé ses prédécesseurs en termes de dérive droitière sur le plan des régressions sociales et fiscales.

          « Si l’absence d’alternative rassembleuse et le soutien de bien des média le protègent pour l’instant, combien cela durera ? »

          Toute la question est là, en effet. Or, il ne semble pas que Macron soit réellement inquiété sur ce plan du fait de l’inquiétante faiblesse des syndicats et de l’opposition.

          A cet égard, le grand rassemblement organisé par la France Insoumise le 26 mai sera déterminant : à moins d’un million, voire un million et demi de personnes dans la rue, ce sera plié et les ultra-libéraux au pouvoir auront les coudées franches pour poursuivre la casse sociale !

          D’où l’impérieuse nécessité de se mobiliser ce jour-là, y compris pour tous ceux qui ne partagent pas les idées de la FI - notamment dans les classes populaires -, mais entendent contrer Macron.


          • Fergus Fergus 12 mai 11:34

            Un mot encore : Macron « et de droite et de droite », ce n’est pas faute de l’avoir affirmé durant la campagne, te pas seulement dans les rangs des militants de la FI. Il n’y a donc pas lieu d’être surpris de la politique menée, si ce n’est qu’elle l’est de manière encore plus brutale qu’auparavant, Macron mettant en œuvre ce qu’aucun dirigeant de droite n’avait osé faire, pas même Sarkozy dont on a pu se rendre compte qu’il n’était qu’un velléitaire, surtout fort en gueule !



            • zygzornifle zygzornifle 12 mai 11:48

              Qu’attendiez vous d’un gus qui a fait ses armes a l’Ena ou on lui a appris a baiser tout le monde avec le sourire Colgate et qui a été s’enrichir chez Rothschild , faut être simplet ou Arwel Dalton pour croire le contraire et avoir veauté pour lui ..... 


              Trop tard pour le mougeon qui se réveille en sentant la lame du boucher trancher sa gorge ....

              • Elixir Elixir 12 mai 12:52

                Ses interviews valent quand même le détour...
                Au choix : rire, pleurer, se mettre une baffe, à défaut de pouvoir lui en mettre une...ou deux, ou trois...

                Encore 4 ans...


                • zygzornifle zygzornifle 12 mai 16:24

                  @Elixir


                   En 4 ans quelques cellules cancéreuses deviennent un cancer généralisé , pas du tout bon pour la suite ....

                • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 12 mai 21:24

                  @Elixir

                  D’ici là le travail sera achevé, il n’y aura plus besoin de voter et de toutes façons il n’y aura pas un candidat autorisé en face, même avec un bon programme, tout cela est bien ficelé, Sarko et Hollandouille étant les paliers nécessaires à l’arrivée de Macron recruté pour le rôle il y a tout juste dix ans.


                • foufouille foufouille 12 mai 13:07
                  c’est juste la suite des deux autres et c’était dans son programme.


                  • Eric F Eric F 12 mai 15:39

                    @foufouille

                    En effet, nombreux sont ceux qui ont voté pour son sourire Colgate sans avoir lu son programme. Et puis il se présentait comme « anti système », alors qu’en fait il était les plus « pro système » de tout le plateau, y compris que Fillon. Il a eu l’aplomb d’intituler son action « la révolution en marche », utilisant la même antiphrase que la « révolution nationale » d’un autre grand révolutionnaire.
                    Les retraités ont voté majoritairement pour lui et ont été les premiers à casquer ...mais il est vrai qu’il leur a dit merci.

                  • Eric F Eric F 12 mai 15:43
                    « Le président thatchérien des ultra-riches » en effet : les 5% les plus riches sont les principaux bénéficiaires ...mais les 15% qui viennent ensuite sont les principaux perdants

                    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/05/05/les-mesures-de-la-premiere-annee-d-emmanuel-macron-avantagent-elles-vraiment-les-plus-riches_5294884_4355770.html

                    • Fergus Fergus 12 mai 15:47

                      Bonjour, Eric F

                      « les 15% qui viennent ensuite sont les principaux perdants »

                      C’est vrai aussi ! Mais ceux-là ont les moyens de perdre un peu. Encore faudrait-il que ce qu’ils perdent aille vers les classes populaires et pas vers ceux qui sont au sommet de la pyramide !


                    • Eric F Eric F 12 mai 21:40

                      @Fergus
                      Ils étaient déjà les plus ponctionnés, un peu plus un peu moins, le record du monde est de toute façon déjà enfoncé, mais c’est évidemment pour compenser ce dont les 5% du sommet sont exemptés.


                    • arioul arioul 12 mai 19:10

                      Toujours en train de pleurnicher , et Macron ceci et Macron cela et quand viennent les élections c’est toujours les memes qui raflent la mise. Sur AVOX on crie , on gesticule et quand le moment est venu de faire changer les choses tout le monde se chie dessus.


                      • Dom66 Dom66 12 mai 20:20

                        @arioul

                        Tiens pour toi ton commentaire, je te le redonne c’est un copié/collé » pour que tous découvre ta grande intelligence et le sérieux de tes écrits


                         POUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHH !!!!!!!! » 


                      • Eric F Eric F 12 mai 21:45

                        @arioul
                        Sur ce point, les gogos qui ont voté Macron sans avoir lu son programme sont effectivement responsables de leur propre déconvenue. S’il avait été élu avec 50,01% il aurait été plus circonspect dans ses mesures.


                      • arioul arioul 13 mai 08:24

                        @Dom66
                        Les allégations d’une hotesse de l’air faisant partie de la jaquette flottante , m’en touche une pour faire trembler l’autre.


                      • CRICRI59 CRICRI59 15 mai 11:37

                        @arioul

                        Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière depuis longtemps


                      • Blé 13 mai 05:41

                        Macron a été très mal élu quoi qu’on en dise. Il a obtenu une majorité avec moins de 50% d’inscrits qui se sont déplacés pour voter.

                        Ce qui est extraordinaire, c’est cette absence totale d’objectivité sur son élection. Une fois que Macron aura terminé sa casse sociale, à qui cette casse profitera t-elle ? C’est la seule chose qui devrait intéresser les média mais c’est la seule chose dont ces mêmes média ne parlent pas.

                        Quand les milliardaires et millionnaires peuvent épaissir à loisir leur portefeuilles, où prennent-ils l’argent ? Faut-il être de gauche pour savoir calculer ? La droite aurait-elle quelques difficultés au niveau des chiffres ?

                        Quand Macron fait passer Sarkozy pour un gauchiste, cela est d’autant plus facile que la frontière entre l’état (sa privatisation) et le monde de la finance est de plus en plus poreuse.

                        • Fergus Fergus 13 mai 09:37


                          Bonjour, Blé

                          Que Macron soit le champion de la casse sociale sous la Ve république est une évidence dont se rend compte un nombre croissant de Français. Ce début de lucidité est évidemment une excellente chose, si tant est que cela puisse déboucher sur des actions réellement significatives de lutte contre les effets de cet ultralibéralisme décomplexé.

                          Que Macron ait été mal élu, c’est une autre évidence. Mais sa légitimité n’est pas moins grande que celle de ses prédécesseurs qui, tous, ont été mal élus, le pire ayant été Chirac en 1995 et 2002 (cf. Tous les présidents de la Ve République ont été mal élus). Qui plus est, les Français sont légitimistes, et cet angle d’attaque n’est pas le bon à mon avis.


                        • Eric F Eric F 13 mai 10:36

                          @Fergus

                          En effet, il a recueilli la majorité des suffrages exprimés avec une avance importante, il n’existe aucun mode de désignation plus légitime. Je pense que si son avance avait été bien moindre, il aurait un peu rabattu ses prétentions à l’ultralibéralisme à marche forcée.

                          Maintenant, on ne peut pas faire n’importe quoi pour s’opposer, par exemple qu’un député viennent soutenir le blocage d’un centre d’examen ne me parait pas responsable. D’autre part les perturbations durables des transports vont davantage braquer l’opinion que gagner des sympathies -syndrome Thatcher-.

                        • Fergus Fergus 13 mai 11:07

                          Bonjour, Eric F

                          « Maintenant, on ne peut pas faire n’importe quoi pour s’opposer, par exemple qu’un député viennent soutenir le blocage d’un centre d’examen ne me parait pas responsable. »

                          Entièrement d’accord avec vous sur ce point : l’initiative de Coquerel était déplacée et choquante, d’autant plus que ces blocages d’épreuves relèvent d’une atteinte manifeste à cette démocratie que le député de la FI défend en d’autres lieux.

                          Pour ce qui est du blocage des transports, je suis solidaire des cheminots grévistes qui n’ont toujours pas obtenu de réponse claire sur la reprise de la dette de la SNCF par l’Etat pour cause d’atermoiements liés aux critères de Maastricht. Or, il ne peut y avoir de réforme réussie de l’entreprise que si la question de cette dette est réglée sans ambiguïté.


                        • Eric F Eric F 13 mai 18:02

                          @Fergus
                          Cette question de reprise la dette parait quasiment acquise, il reste des modalités « comptables » pour amortir l’effet sur le déficit budgétaire. Comme le statut des gens en place n’est pas remis en cause -je trouve même que la garantie d’emploi à vie n’est pas justifié puisqu’il n’y a pas obligation de continuité de service, et que le gouvernement a été particulièrement généreux sur ce point- les perturbations qui pénalisent les usagers et le fret me paraissent abusives.


                        • zygzornifle zygzornifle 13 mai 09:04

                          Quand Sarkozy fait passer Macron pour le président des très riches .....


                          • Pauline pas Bismutée 13 mai 09:49

                            Parallèle avec Trump qui ferait (presque) passer G.Bush pour cultivé, pacifiste et intelligent .. !


                            • BA 13 mai 14:38

                              Coup de tonnerre !


                              La direction de la SNCF prépare déjà la privatisation de la SNCF !


                              Réforme de la SNCF : le document qui sème le trouble.


                              Alors que la 9e séquence de grève commence ce dimanche, une note de travail interne que nous avons consultée ouvre une brèche pour une possible privatisation de l’entreprise. La SNCF et le ministère des Transports démentent.


                              A quoi joue la direction de la SNCF ? Dans le compte rendu interne d’une réunion de travail qui s’est tenue le 4 mai entre des cadres de la compagnie et le cabinet du ministère des Transports, que nous avons pu consulter, on apprend que la compagnie ferroviaire a demandé au gouvernement de limiter l’incessibilité des titres de l’entreprise publique à la seule holding. Une petite phrase qui fait l’effet d’une bombe.


                              « Si seule la holding est protégée, rien n’empêchera la direction de céder ou d’ouvrir le capital de SNCF Mobilités (qui gère les trains) ou de SNCF Réseau (qui gère l’infrastructure), s’agace Fabien Villedieu, délégué syndicat de SUD Rail. Concrètement, cette demande ouvre la voie à une privatisation de l’entreprise publique, alors que depuis des semaines le gouvernement et la direction nous répètent en chœur que cette réforme ferroviaire n’est pas la privatisation de la SNCF. »


                              Les responsables syndicaux « tombent de l’armoire. »


                              En effet, vendredi, dans une interview accordée à notre journal, Guillaume Pepy, président du directoire de la SNCF, avait répété : « il n’y a pas UN élément dans la réforme qui rend possible une privatisation totale ou partielle de la SNCF. C’est même l’inverse ».


                              Contactés, plusieurs responsables syndicaux, qui participaient encore aux négociations sur les amendements, vendredi, au ministère des Transports, n’en reviennent pas. « Je tombe de l’armoire, confie l’un d’eux. Cette possibilité était l’une de nos craintes. Mais comme nous avons eu quelques garanties, nous pensions qu’elle était écartée  ».


                              Même consternation chez cet autre syndicaliste : « Si c’est cette vision-là qui l’emporte auprès du gouvernement, ça ne va pas très bien se passer avec nous ».


                              La SNCF et le ministère invoquent un document de travail.


                              Du côté de la compagnie comme du gouvernement, on coupe court à tout début de polémique. « Il n’y a pas de sujet, balaient d’un revers de main le ministère des Transports et la compagnie ferroviaire. C’est une réunion de travail. Notre position n’a pas changé. L’incessibilité des titres de la SNCF concerne aussi bien la holding que SNCF Mobilité et Réseau ».


                              La filialisation des TER en question.


                              Reste que dans ce compte rendu de six pages, on apprend également que l’entreprise publique souhaite déposer un amendement pour filialiser l’activité des trains régionaux, les TER. « Cela impliquerait que les cheminots de TER ne seraient plus aux conditions sociales de la SNCF », s’étrangle Fabien Villedieu.


                              Là aussi, l’entreprise publique dément : « Le but technique de la réunion était que la rédaction (NDLR : de la loi) n’ait pas pour effet d’empêcher ce que la SNCF fait actuellement : avoir des filiales lorsqu’un marché a un caractère spécifique et l’exige, comme un marché transfrontalier. En aucun cas, cela ne concerne les marchés régionaux de TER ».


                              Un rapport sur les lignes les moins fréquentées.


                              Par ailleurs, le ministère des Transports n’est pas en reste. Le compte rendu détaille les amendements qu’il pourrait déposer. Ainsi, la gestion des gares serait confiée à une filiale détenue par SNCF Réseau ; la date d’ouverture à la concurrence en Ile-de-France, prévue en 2033, serait avancée d’un an ; enfin, pour les petites lignes un amendement prévoit un rapport gouvernemental sur l’état du réseau et les lignes les moins circulées.


                              « Quoi de mieux qu’un rapport pour justifier la fermeture de ces lignes », prédit Fabien Villedieu.


                              « C’est une réunion de travail, répète le ministère des Transports. Tout cela n’est pas arbitré  ». Bref, un document bien troublant.


                              « Cela montre qu’il faudra rester vigilant jusqu’au vote de la loi au Sénat début juin », prévient un syndicaliste.


                              http://www.leparisien.fr/economie/reforme-de-la-sncf-le-document-qui-seme-le-trouble-13-05-2018-7713093.php


                              • Eric F Eric F 13 mai 18:12

                                @BA

                                Les syndicats auraient pu proposer un deal au gouvernement : engagement à assurer la permanence du service même en cas de grève (comme c’est le cas des hôpitaux) contre le maintien du monopole public de la SNCF et du statut. Sur une telle proposition, l’opinion publique suivait
                                L’UE ne pouvait s’y opposer https://www.ouest-france.fr/economie/transports/sncf/sncf-non-l-europe-n-impose-pas-une-ouverture-totale-la-concurrence-5678015 il pouvait y avoir de manière limitée des opérateurs tiers avec obligation de service public.

                              • Dctr_Pangloss 14 mai 12:46

                                @BA
                                Ne pas oublier les dispositions du droit commercial et des sociétés. Une société anonyme dont les titres sont incessibles peut toujours convoquer une assemblée générale extraordinaire et procéder à une augmentation de capital par la création d’une nouvelle catégorie d’actions celles-ci étant cette fois cessibles, et ainsi ouvrir son capital !!!


                              • Spartacus Spartacus 14 mai 14:31

                                @BA

                                Quelle horreur ma bonne dame !
                                Imaginez donc un patron privé.
                                Imaginez donc dans le privé on n’a pas ce concept de l’injustice des castes obligées et on ne donne pas des "régimes spéciaux aux uns plus qu’aux autres...

                                Les personnels seraient obligé de tenir compte des clients et moins de leurs privilèges.
                                Pire ils devraient les respecter et pas les prendre leurs clients pour de la merde.....

                                Imaginez donc a quel point ces cheminots prennent aujourd’hui les gens qui travaillent pour le privé pour des sous-employés...

                                Qui voudrait revenir au monopole de France Télécom ? 
                                Qui voudrait que ce monopole en soi terminé ?
                                Qui en a mare de ces cons qui dilapident le temps des autres, l’argent des autres et ne sont solidaire à que leur gueule et ne cotisent moins que les autres tout en en réclamant plus..

                                Triste France des castes étatiques. Triste France des monopoles de décalés intellectuels.
                                Triste France de privilégiés de la gamelle de l’état....
                                Triste France des emmerdeurs branleurs pathologiques et privilégiés...


                              • Novae Novae 13 mai 15:50
                                Je n’arrive toujours pas a croire qu’il y a des des gens qui croient qu’il existe encore un clivage Gauche/Droite, ou autres fadaises après tout ce qu’il a pu se passer ! smiley

                                Il n’y a qu’une seule union sacrée politique au pouvoir la : TRAITRISE !

                                Totale et fondamentale des intérêt du peuple Français dans sa grande majoritée..

                                Tous totalement soumis à l’Europe et donc aux USioniste Ultra-Capitalistes et Eugenistes !

                                • julius 1ER 14 mai 10:12

                                  @NovaeVous auriez pu ajouter qu’en matière de partage des bénéfices des multinationales CAC40 et autres 

                                  l’affreux Sarkosy gauchiste notoire prévoyait un partage à :
                                  33,3 % pour les salariés, 
                                  33,3 % pour l’investissement 
                                  33,3 % pour les actionnaires 

                                  or aujourdhui c’est :
                                  5,4 % pour les salariés,
                                  28,4 % pour les investissements 
                                  et le reste pour les actionnaires !!!

                                  autant dire que ces chiffres en disent plus long qu’un discours sur la répartition des richesses et surtout la raison d’un chômage massif !!!!!


                                • CN46400 CN46400 14 mai 08:10

                                  Macron n’est pas le président des riches, ni des yper riches, c’est celui des bourgeois qui s’enrichissent en dormant....


                                  • Dctr_Pangloss 14 mai 12:36

                                    @CN46400
                                    John Maynard Keynes, aujourd’hui mis au placard par la pensée économique dominante, préconisait « d’euthanasier les rentiers » sic !


                                  • CN46400 CN46400 14 mai 15:42

                                    @Dctr_Pangloss

                                    Et pendant le sommeil, ce sera indolore.. Mais trêve de plaisanterie, je suis un peu bolcho, alors je préconise les 35h pour tous, chômeurs bien sûr, mais aussi rentiers...


                                  • jeanpiètre jeanpiètre 14 mai 22:34

                                    @CN46400

                                    Macron est un prototype, les autres se bousculent au portillon de l intelligence artificielle dans un poste à responsabilité,c est le logiciel qu il faut viser, pas son pion avatar, même si son narcissisme peut être une porte d entrée

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès