• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Que contiennent les ordonnances ? une bombe anti sociale contre les (...)

Que contiennent les ordonnances ? une bombe anti sociale contre les travailleurs, exigée par l’UE, voulue par le CAC40 !

Que contiennent les ordonnances  ? une véritable bombe antisociale. Une violente attaque, aussi totalitaire que brutale, qui est la poursuite de la loi travail, sous la forme d’une loi travail XXL. Les ordonnances c’est la mise en oeuvre, avec un contournement total du débat parlementaire, des mesures que les travailleurs avaient réussi à repousser par leurs mobilisation tous ensemble lors du mouvement social de 2016 en faisant partiellement échec à la Loi Travail. C’est que les ordonnances sont la déclinaison pour ne pas dire la traduction des ordres données par la Commission Européenne imposant au gouvernement français de liquider le code du travail. Précarité et baisse des salaires, suppression des droits des travailleurs, affaiblissement des syndicats sont les trois principes des cinq ordonnances Macron. 36 mesures pour procéder au saccage du code du travail, pour renforcer l’exploitation des travailleurs et ainsi faire encore augmenter les profits des multinationales et de leurs actionnaires. 

PNG

Que contiennent les ordonnances ? une bombe anti sociale contre les travailleurs, exigée par l’UE, voulue par le CAC40 !

Le but des ordonnances est clair :

  • faciliter et multiplier les licenciements en faisant tomber la protection des travailleurs par son contrat de travail (CDI ou CDD). Il s’agit ainsi de terroriser les travailleurs, et ainsi de décourager les véleité de résistance, et d’amplifier la féroce répression anti syndicale contre les travailleurs qui osent relever la tête
  • faire baisser les salaires en renforçant le dumping anti social mis en place par l’Union Européenne du Capital. Avec les ordonnances euro Macron MEDEF, les ouvriers, les employés devront travailler plus et plus dur pour gagner moins. Les seuls gagnants ? les patrons, les banques, les multinationales. Il s’agit de faire les poches à la classe ouvrière pour remplir les coffres de la classe capitaliste
  • contourner dans tous les domaines les organisations syndicales pour isoler chaque travailleur pour mettre le patron dans une situation de rapport des forces qui lui est systématiquement favorable. Les patrons voyous auront les mains libres pour exploiter !

Pour échapper à la liquidation de leurs droits, hérités des luttes sociales de leurs parents et grands parents, les travailleurs n’ont dont que le choix de la mobilisation sociale, tous ensemble et en même temps.

Mais pour échapper réellement à cette guerre sociale contre le peuple, dont les ordonnances les privatisations, les augmentations d’impôts pour les travailleurs, la liquidation des services publics etc. sont les différents aspect, pour s’en sortir réellement, il est impératif de sortir de l’Union Européenne et de l’Euro, les deux armes qui servent à imposer à travers la mise en concurrence de tous contre tous et l’austérité permanente cette politique de pillage et d’exploitation des travailleurs.

La dictature patronale, la fin du code du travail avec la poursuite de l’inversion de la hiérarchie des normes.

Macron parachève son entreprise de destruction de la protection minimale par la loi des droits des travailleurs en amplifiant l’inversion de la hiérarchie des normes : en clair la loi de l’entreprise, c’est à dire la loi du patron, primera sur la loi de la République.

Faut-il rappeler que derrière les grands discours du gouvernement porte parole du MEDEF clamant incantation sur incantation sur la necessité que le droit soit fait au plus proche de l’entreprise, ces derniers ne propose pas pour autant de permettre aux salariés d’adapter par referendum à leur initiative dans l’entreprise le code du commerce, code du commerce déterminant par exemple les obligations des société anonymes formant le CAC 40. Personne ne doit être dupe, il ne s’agit pas ici de négocier ou de décentraliser, mais de renforcer la dictature patronale.

Avec les ordonnances Macron, le Code du travail ne fixera plus que les principes d’ordres publics, le reste étant renvoyé à la main des patrons, et notamment à la branche professionnelle. On peut ainsi imaginer qu’une branche assouplisse les droits protégeant les salariés en CDD ou en CDI. Pire, le patron pourra contourner les syndicats pour imposer ( au besoin sous la menace du chantage à l’emploi) un accord favorable à ses profits et faisant les poches de ses employés. Dans les petites entreprises (moins de 50 salariés) point besoin de négociation avec un délégué syndical au fait des règles de la branche, des revendications du secteurs… et des droits des travailleurs..

ANI, LOI Travail, Ordonnances : la recette parfaite de la hausse du chômage

Vous aviez détesté les ANI et autres Loi Travail de Hollande UE MEDEF dont le résultat ont été la multiplication des plans de licenciement pendant que l’on exigeait des ouvriers conservant leurs emplois de travailler plus tout en diminuant leurs salaires ? eh bien les ordonnances Macron aggrave la situation en généralisant le recours aux accords compétitivité emploi, dit ‘le salaire ou le chômage”, déclinaison dans le racket des travailleurs du “la bourse ou la vie” des prédateurs de grands chemins.

Pourtant les faits le prouvent, à mesure que les gouvernements n’ont cessé de faire baisser les salaires, diminuant les cotisations sociales, augmentant les allégements de cotisations patronales, flexibilisant, précarisant, libéralisant… le chômage n’a cessé d’augmenter. En échange de l’ANI et du CICE le patron des patrons promettait un millions d’emplois, le résultat ça a été 1,5 million de chômeurs de plus ! Mais des dividendes records versés au CAC 40 !

Les conditions encadrant ces plans sociaux déguisés, remettant en cause les contrats de travail des salariés, vont être assouplies. Et si un salariés était tenté de refuser qu’on lui fasse les poches, les ordonnances autoriseront son licenciement sans aucun des droits attachés au licenciement économique dont il s’agit pourtant. Un bon moyen pour les patrons, de la PME à la multinationale de jeter comme des vieilles chaussettes leurs ouvriers, sans même à avoir à payer le prix d’un plan social (indemnité et semblant de mesure de reclassement).

Pour permettre de contourner les licenciements économiques, les précédents gouvernements avaient créer la rupture conventionnelle. Un moyen de passer par la fenêtre un travailleur en échappant aux indemnités légales auxquelles il a droit. Eh bien Macron généralise le concept avec la rupture conventionnelle collective, qui permettra de se substituer aux plans de départs volontaires qui permettaient aux salariés de bénéficier d’une prime de licenciement supérieure au minimum légal. La aussi il s’agit de contourner les plans de sauvegarde de l’emploi et leur pourtant très faibles garanties pour les travailleurs jetés à la rue.

La fin du droit à la justice pour les travailleurs :

Si le pouvoir Hollande Macron s’est permis de faire condamner plus de 1000 syndicalistes et manifestants dans des procès politiques expéditifs, il entend également les priver du droit d’avoir recours aux juges pour faire condamner les licenciements abusifs, pour faire respecter leurs droits.

Le code du travail à la guillotineD’abord, les ordonnances instituent un droit permanent au patron de ne pas respecter les droits du travailleurs dans la procédure de licenciement. Un licenciement ne pourra plus être cassé pour des raisons de non respect des formes imposées par la loi. Des formes qui sont pourtant les seules garanties permettant aux travailleurs de se défendre. Pire, un salarié ne pourrait plus constater un licenciement comme sans causes réelles et sérieuses si le patron n’a pas indiqué de cause, dans le cas où il n’aurait pas demandé lui même les causes de son licenciement.

Ensuite, il s’agit d’interdire aux juges d’indemniser le préjudice subit par les salariés licencié sans causes réelles et sérieuses. En clair un patron qui déciderait de vous virer parce que votre tête ne lui revient pas (trop basané, trop grande gueule, voire pire syndicaliste) n’aura qu’à vous indiquer la porte et s’offrir votre tête dont le cout est fixé par le barème de monsieur Macron. Il n’aura qu’à juste se retenir de dire qu’il vous vire parce que vous êtes un (métèque, un lanceur d’alerte, un CGT pire que Daech) mais juste de dire que les conditions économiques lui imposent de se séparer de votre compagnie. Aussi abject que dangereux. Cette mesure c’est la fin effective du CDI, c’est la légalisation du droit à la discrimination, en particulier syndicale. Pour moins de 24 000 euros, un patron pourra ainsi se payer la tête et un exemple du premier salariés qui après trente ans de boutique déciderait d’oser frapper à la porte de la fédération CGT de sa branche. Les ordonnances prévoient également de diviser généralement par deux le nombre de mois de salaires auxquels le salariés à droits en cas de manquement du patron à ses obligations lors d’un licenciement (priorité de réembauche en cas de licenciement économique, réintégration suite à un accident du travail ou maladie professionnelle, insuffisance du plan social, etc…).

Enfin, les ordonnances vont permettre à une multinationale de licencier pour raison économique sur la seule base de justification d’une baisse de ses bénéfices de sa filiale françaises. La libre circulation des capitaux garantie par l’Union Européenne et l’Euro permet pourtant à une multinationale tous les montages permettant non seulement de faire échapper à l’impôt les gains réaliser en France pour les faire taxer en Irlande ou au Luxembourg dans une scandaleuse évasion fiscale mais également se faisant d’organiser le déficit de ses filiales en France. Dans ces conditions, on ne peut que s’attendre à la multiplication des plans sociaux dans les prochains mois.

La fin du CDI avec les contrats de chantier généralisés

Mailly, le secrétaire de FO désavoué par la plupart des fédérations FO, faisait mine (en échange de quoi ? l’avenir le dira…) de se réjouir de ce que les branches professionnels conserveront le rôle de fixer les salaires minimums, grilles de qualification et principe de formations. Mais c’est pour mieux permettre de faire voler en éclat la hiérarchie des normes en permettant aux branches de passer outre les droits des travailleurs fixés par le code du travail. Par exemple, les branches pourront décider de la mise en place de “contrats de chantier”, sorte de CDD au rabais, moins protecteur et moins bien rémunéré (adieu les primes de précarité).

Pire, le lamentable Mailly oublie de préciser que les ordonnances permettront à l’entreprise de déroger aux droits fixés par la branche en matière de rémunération en faisant passer à la trappe les primes accordés par la branche. Par exemple, si l’accord de branche impose une prime d’ancienneté, une prime de pénibilité pour des travaux en milieu dangereux etc… l’entreprise pourra décider de la supprimer.

La fin de la protection collective par le syndicat

l’une des toutes premières conquêtes des travailleurs a été celui du droit à se syndiquer pour défendre ses droits. Et avec se droit l’obligation pour le patronat de négocier avec les syndicats et non directement avec chaque salarié, placé de par leur position même en situation de faiblesse. Eh bien – et faut il s’étonner que Mailly l’adhérent du PS ne s’en inquiète pas – les euro ordonnances Macron vont mettre fin à cette protection des travailleurs par leurs syndicats. Dans les petites entreprises (moins de 20 salariés) le patron pourra imposer sa loi après en avoir fait part à un salarié non élu et non mandaté par un syndicat. Dans les entreprises de moins de 50 salarié, il suffira d’un accord avec un élu du personnel non mandaté par un syndicat. Et dans les TPE PME le patron pourra mener le chantage à l’emploi par le recours à l’organisation d’un referendum dont il déterminera seul l’organisation, les questions, les modalités. On imagine déjà les questions. Préférez vous le licenciement ou travailler le samedi et le dimanche pour pas un rond ?

 
Par ailleurs, sous prétexte de simplification, Macron procède à la suppression des CHSCT, Comité d’entreprise et délégué du personnel soit disant fusionné en une unique instance (le CSE) : sauf que rien n’est dit ni des moyens ni du nombre de salariés qui seront élu à cette instance unique. Alors que le gouvernement prétend renforcer le dialogue sociale, il s’apprête en réalité à diminuer le nombre de lieux et d’instances où les travailleurs peuvent faire entendre leurs voix et également les moyens permettant à nombre de travailleurs de participer aux instances représentatives du personnels dans leurs entreprises. C’est là un affaiblissement délibéré qui menace les rares droits à l’expression dont les salariés bénéficient pour une fois de plus renforcer encore plus la dictature patronale sur l’entreprise. Alors que les travailleurs sont les seuls producteurs de richesses dans l’entreprise.
 

Lire les ordonnances cliquez ici


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 09:01

    Fallait pas l’élire , bien fait les naze , maintenant qu’il est la il va vous en mettre plein la tronche pendant 5 ans et s’il va commander pour 22 millions d’€ de grenades et de gaz lacrymo c’est qu’il se doute bien qu’il va falloir qu’il casse du sans dents de la CGT et du France Insoumise pendant les futures manifs , il est prêt, il le sait et il vous attend de pied ferme , bientôt les flics n’auront plus le temps de photographier leurs locaux insalubre , ils iront jouer du Tonfa sur vos articulations , Macron vous dira VOUS m’avez élu pour faire des réformes et elles se feront point a la ligne , de toute façon Bruxelles les imposent ....... 


    • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 7 septembre 13:52

      @zygzornifle

      C’est pas parce qu’il a été élu par « on » ? qu’il est pour autant autorisé à casser du sans-dents. A travers la loi scélérate dite loi travail qu’il est plus juste de rebaptiser loi « dividendes », comme le dit si bien G. Filoche, il est entrain, lui et le MEDEF de mettre en l’air presque un siècle d’avancées sociales, dans le domaine le plus générateur de souffrance : le monde du travail et de l’entreprise, là où tout se joue.
      Cette loi uniquement destinée à ce que les voraces s’engraissent encore un peu plus, personne ne s’y retrouvera, ni les salariés, ni même les petits patrons. Pour une bonne raison ; les grosses entreprises qui font de la sous-traitance des entreprises de petites tailles, pratique désormais généralisée, dans tous les secteurs de l’économie, siphonnent entièrement les bénéfices dégagés. Les chefs des petites entreprises qui sont conscients de ce qui les attend, s’inquiètent à raison ; Les moins objectifs trépignent sur place, en espérant que cette loi leur apportera le pactole. Rendez-vous donc, pour ces estropiés économiques, dans quelques mois, lorsqu’ils rejoindront les cohortes de sans-dents dans les rues et les grands boulevards, réduits à l’état de clodos.
      La seule façon de dire STOP c’est l’OCCUPATION DES ENTREPRISES par les salariés et les syndicats, comme en 1968, et là nous verrons vite le poids de millions de salariés contre une poignée de figues de quelques patrons décidés à faire de la France un nouveau Bengladesh. Et qui pliera le plus vite ?


    • pipiou 7 septembre 20:39

      @Nicole Cheverney
      Détruire un siècles d’avancées sociales ? Mais c’est bien pire ma brave dame : ils vont nous faire revenir à l’âge de pierre.


    • Dzan 7 septembre 21:19

      @Nicole Cheverney
      Comme disent les vieux soldats « 68, j’y étais ».
      La seule différence, c’est, que pour la plupart ( 90%) d’entre nous, nous n’avions pas de crédits. De maison a payer etc...
      Il y avait du boulot partout. Nous donnions nos « 8 jours » et passions de l’autre côté de la rue.

      La donne n’est plus la même.


    • izarn izarn 8 septembre 00:59

      @zygzornifle

      Ensemble en choeur : https://www.youtube.com/watch?v=BP3_dgTofKA Merci patron !


    • bob14 bob14 7 septembre 09:41
      Que contiennent les ordonnances ?..en principe de quoi soigner le patient et pas de l’achever... !

      • lionel 7 septembre 09:54

        76% des français n’ont pas voté pour lui au second tour, et 14.9%, seulement, lui ont permis d’être au second. Une minorité de « nazes », donc. Et ce, sans compter les irrégularités digne des élections de la « France à fric ».
        Le seul problème, ce sont les gens qui n’ont toujours pas compris, après 30 ans,que l’Europe n’était qu’une énorme arnaque, une des nombreuses marches qui nous mène à un nouvel ordre mondial, aux mains d’une bande de milliardaires eugénistes déshumanisés, donc déséquilibrés mais surtout dégénérés par X mariages consanguins.


        • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 14:15

          @lionel
           

          que l’Europe n’était qu’une énorme arnaque..... Pour cela qu’ils veautent pour rester dedans tellement ils ont la chiasse de la quitter , la trouille qu’on leur pique dans leur salaire de misère , on n’est pas encore descendu assez bas pour se tailler de l’UE et de toute façon elle ne voudra jamais lâcher le gâteau quitte a créer une énorme crise.... 

        • zygzornifle zygzornifle 7 septembre 14:10

          ça aurait été il y a 40 ans il y aurait eut des millions de manifestants dans les rues , ça aurait chié grave et ça aurait cogné sur les flics a tour de bras car les anciens étaient des rescapés de l’horreur nazie des durs a cuire, maintenant les nouvelles générations sont a pole-emploi en CDD ou ont un « job » de merde et surfent sur le net et quand ils marchent leur menton frôle le bitume tellement ils sont courbés il n’y a que leurs doigts qui sont habiles sur un clavier de smartphone c’est la déchéance et Macron surfe dessus pour passer ses saloperies haut la main et je vois les 25-30 ans qui me disent de toute façon on s’en fout on n’aura jamais que des boulots précaires et pas de retraite ....


          • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 7 septembre 16:09

            Je vous ai donné le cadre de la plus grande réflexion, vous la refusez et vous continuez à barboter dans la médiocrité !


            La volonté de Macron qui n’est que la volonté des milliardaire a un objectif plus pernicieux que vous ne le pensez !

            Comprenez bien que lorsque le socle de la morale humaine est brisé, broyé et tombé en poussières les lois sociales ne peuvent plus garantir les droits sociaux !

            La France de ces dernières décennies a pollué les valeurs humaines alors que les philosophes français des siècles passés les avaient développées plus que tous les philosophes du monde entier !

            - Rien ne pourra jamais reconstituer la « Famille française » profondément détruite par la culture nationale nauséabonde de la pornographie et de l’homosexualité considérées comme une ...« avancée sociétale ».

            - Rien ne pourra jamais redonner les droits élémentaires aux travailleurs français après la mise en marche de l’ordonnance Macron qui rabaisse le travail humain jusqu’au niveau des exigences des crapules-milliardaires-suceurs-de-sang-et-de-sueurs...

            LES FRANÇAIS SE CROIENT ENCORE LES PLUS INTELLIGENTS... ILS L’ONT DANS LE BABA !!!

            Si mes écrits de 2001 et de 2003 étaient publiés, la France d’Aujourd’hui serait juste ce qu’avaient imaginé ses meilleurs penseurs des trois meilleurs siècles passés ! 

            TOUT EST DANS : 

            « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE » 2001

            « SYNTHÈSE DES ÉVÉNEMENTS HISTORIQUES » 2003

            Les Français sont orgueilleux, la plus grande maladie humaine est précisément l’orgueil !!! 

            Résistez encore, ne publiez pas mes articles : 


            • Garibaldi2 8 septembre 08:31

              @Mohammed MADJOUR

              Que vient faire ici le mariage pour tous ? En quoi le fait de permettre à des partenaires de même sexe d’avoir un statut social stable et officiel est-il un problème ? Vous croyez que ’’la manif pour tous’’ et ’’sens commun’’ se rangent aux côtés des travailleurs exploités ?

              Je vous cite : ’’Légiférer les comportements homosexuels et aller jusqu’à polluer les fondements de la famille… Condamner un enfant à grandir et à évoluer dans un « milieu insolite » lorsque son milieu naturel est le milieu naturellement familial…’’. Parce que vous pensez qu’emprisonner les homosexuels, les persécuter, les torturer, voire les tuer, fait des sociétés qui ont ces pratiques, de meilleurs candidats à la démocratie, à la justice sociale, au bonheur des enfants concernés, et à l’épanouissement de la morale et de l’honnêteté en politique ?!!!


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 8 septembre 16:19

              @Garibaldi2

              Vous êtes bête !

              Moi je vous parle de valeurs et je vous explique que lorsqu’il n y a pas de valeurs il n y a rien, il n y a pas de société, il n y a pas de nation, il n y a rien, il y a juste le néant et vous... vous vous croyez encore intelligent et vous me faites des remarques aussi débiles !!!

              Vous n’avez pas encore compris le dénominateur commun de la déchéance : Quand la famille n’existe plus, il ne peut y avoir de société ! Quand l’accouplement homosexuel est considéré comme le « mariage », il n y a plus rien qui soutient la valeur de la famille, il n y a plus de famille, il n y a donc plus rien ! Ne me répondez pas j’en ai marre de vos réactions débiles !

            • cettegrenouilleci 8 septembre 17:02

              @Mohammed MADJOUR

              Quand il n’y a pas de respect pour l’interlocuteur, il ne peut y avoir de débat.

              Quelles valeurs peut-on bien défendre quand on prétend les défendre par des injonctions, des anathèmes et des insultes ? 


            • Garibaldi2 9 septembre 04:56

              @Mohammed MADJOUR

              J’ai rarement lu autant de conneries en si peu de lignes ! Les homosexuel(le)s ont toujours existé(e)s et ne représentent qu’une faible fraction de l’humanité, en quoi le fait qu’ils puissent se marier empêche les hétérosexuel(le)s de le faire également ? Le mariage aurait-il perdu toute valeur symbolique du seul fait qu’il est maintenant accessible aux homosexuel(le)s ? N’est-ce pas plutôt parce que le mariage a une forte valeur symbolique que les homosexuel(le)s ont demandé à y avoir accès afin de ne plus être marginalisés ? Les homosexuel(le)s n’ont pas attendu le mariage pour tous pour avoir des relations sexuelles. Il n’est d’ailleurs pas nécessaire à des personnes de même sexe (ni pour les hétéro) d’avoir des relations sexuelles pour se marier.

              Ce sont les animaux qui s’accouplent, les humains font l’amour.


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 septembre 18:49

              @Garibaldi2

              01) «  »Les homosexuel(le)s n’ont pas attendu le mariage pour tous pour avoir des relations sexuelles.«  »

              02 ) «  »Les homosexuel(le)s ont toujours existé(e)s et ne représentent qu’une faible fraction de l’humanité, en quoi le fait qu’ils puissent se marier empêche les hétérosexuel(le)s de le faire également ?«  »

              Tout à fait, la faute politicienne était de légiférer sur cette « question » ! 

              Une loi signifie qu’elle s’adresse à la société, elle a sa valeur et ses contraintes. Une loi veut dire qu’elle doit être respectée par l’ensemble du peuple. 

              Or les comportement homosexuels qui ont de tous temps existé n’intéressent que les homosexuels eux-mêmes, la société ne peut et ne doit ni les « dénicher » et les réprimer, ni les élever au rang des Libertés !!! 

              Ces autres conneries vous plaisent autant ?

            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 9 septembre 18:51

              @Mohammed MADJOUR

              Cet article en guise de connerie doit faire réagir les juristes pour peu qu’il aient un gramme d’intelligence !




            • Garibaldi2 10 septembre 14:25

              @Mohammed MADJOUR

              Ca veut dire quoi ’’ni les élever au rang des Libertés’’ ?

              Il semble que vous vous gargarisez de mots !

              Votre cas est désespéré !


            • pipiou 7 septembre 20:37

              Dire qu’il va falloir rouvrir des mines pour faire bosser les gamins de 12 ans.


              • Dzan 7 septembre 21:22

                @pipiou
                Non, mais, comme chez Frau Merkel, les vieux de 70 ans, seront obligés de retourner au taf !


              • Garibaldi2 8 septembre 09:05

                Taktak, je vais vous narrer une petit histoire qui va vous ouvrir les yeux : Au début des années 70, après le 1er ‘’choc pétrolier’’, le chômage a commencé en France. Avant, tous les jours le chômeur devait aller au bureau de chômage, puis très rapidement ce fut 1 fois par semaine.

                Les syndicats avaient négocié une indemnisation très importante du chômage : environ 90 % du salaire pendant 1 an. Ils n’avaient pas vu le piège. Nombreux étaient les chômeurs qui se sont dit : ‘’je vais me prendre un peu de vacances et attendre de trouver un bon job’’. Pendant ce temps, le volume des chômeurs grossissait et rendait le retour à l’emploi de plus en plus hypothétique.

                Dans les files d’attente au bureau de l’ANPE, les gens discutaitent car ils y passaient des heures. Il y avait des files qui débordaient dans la rue, et qui s’allongeaient de jour en jour. Ca faisait mauvais effet et danger suprême, les chômeurs pouvaient se rendre compte qu’ils représentaient une masse.

                On a alors dit à ces gens : ‘’ne venez qu’une fois par mois pour pointer’’, puis ‘’pointez pas courrier’’, puis ‘’pointez par internet’’.

                Ainsi les chômeurs n’ont plus eu conscience de la masse de gens qu’ils représentent réellement, il se sont vus comme des individus isolés, chômeurs parmi des salariés qui vaquent à leurs occupations. Impuissants face à une société qui leur explique qu’ils n’ont pas les compétences, ou la mobilité, ou la souplesse requisent par le ‘’marché du travail’’.

                La grande erreur des syndicats a été de ne pas s’adresser directement à ces chômeurs pour les fédérer,et de les convier dans leurs locaux pour qu’ils reprennent conscience de la force qu’ils représentent.

                En somme, on a laissé le système partager les travailleurs entre chômeurs et salariés, alors que ce sont tous des travailleurs.

                Tant que les syndicats ne décideront pas de tout faire pour mettre tous ces chômeurs dans la rue et les rendre visibles, rien ne changera. Tant qu’il n’y aura pas partout, pour tous les hommes/femmes politiques en déplacement, un comité d’accueil bruyant, rien ne changera. Ce ne sont pas les chômeurs qui peuvent être à l’initiative d’un rassemblement massif. Il faut que ce soit une organisation structurée qui les aide à le faire.

                Demain interro écrite sur le thème :’’Travailleurs de tous les pays unissez-vous !’’ !


                • lionel 8 septembre 11:58

                  @Garibaldi2
                  "Ce ne sont pas les chômeurs qui peuvent être à l’initiative d’un rassemblement massif. Il faut que ce soit une organisation structurée qui les aide à le faire.« 
                  Les syndicats ne bouge plus un cil depuis 2001 et le 1er rapport de la cour des comptes(gestion des CE), plus
                  l’affaire de la caisse noire de l’UIMM (2007), plus certains dossiers, certainement, que l’on menaçait de laisser fuiter dans la presse. Depuis, ils sont chargés de nous faire avaler toutes les pilules (retraite, journée de solidarité, code du travail et bientôt la sécurité sociale entre autre).
                  Les dirigeants syndicaux sont ensuite récompensés en étant recasé aux frais de l’état, ou par des grosses entreprises (Notat, Chérèque, Thibaud, Le Paon..).
                  Par exemple, Mr Mailly, responsable FO, qui négociait en catimini avec Valls et El Khomri sous Hollande, continue de négocier en solo (dixit le canard enchainé) avec Macron et Philippe. Son rêve serait de devenir ambassadeur. Mr Mailly, donc, nous invitait tous
                  à voter Macron dès le premier tour. Pire, il défendait le bilan de Hollande. Tout ceci dans des tracts diffusés en interne dans les entreprises avant les élections.
                  Tous ces dirigeants syndicaux dénonce une Europe de la casse sociale, mais aucun n’a appeler à voter la sortie de celle-ci.
                  Là où nous avons besoin de mutualiser les mécontentements, nous avons des »leaders« qui morcellent, divisent les luttes. Pourquoi Mélenchon fait-il sa démonstration dans son coin à votre avis ?
                  Pourquoi aucun ne parlent aux français de la directive sur les comptes bancaires, le gel des retraits d’argent qui se prépare, et de la disparition de la monnaie qui se
                  profile et à terme.
                  L’agenda 2030, voter à l’ONU, annonce la mutualisation de tous nos biens sous une instance supra nationale, ce qui veut dire fin de notre propriété privée. Cela commencera avec le remboursement de toute la dette »illégale« publique, puis de toutes celles privées. Tel est en fait ce qui se cache derrière la disparition du »cash". Les nouvelles taxes seront directement prélevées sur nos comptes auxquels nous n’auront plus accès, et sans que l’on puisse s’y opposer.
                  Bienvenu dans le nouvel ordre mondial des milliardaires eugénistes.


                • Garibaldi2 9 septembre 02:59

                  @lionel

                  ’’Tous ces dirigeants syndicaux dénonce une Europe de la casse sociale, mais aucun n’a appeler à voter la sortie de celle-ci.’’

                  http://www.acrimed.org/Les-syndicats-ne-sont-pas-tous-favorables-au-TCE-SNJ-CGT

                  Ca répond partiellement à votre remarque ?

                  Pour le reste, votre conclusion c’est : ’’il n’y a rien à faire, ils sont tous pourris’’. Et je passe sur votre dernier paragraphe.

                  Puisque vous pensez que c’est foutu, ceci doit expliquer, ou plutôt excuser, que vous ne faites rien pour changer l’ordre des choses. Je vous laisse donc à votre solitude, à votre inaction et à votre dénigrement systématique. Le patronat vous souhaite bonne nuit !


                • lionel 9 septembre 09:00

                  @Garibaldi2
                  Je n’attendais pas de réponse puisque j’énonçais des faits. D’ailleurs, Mailly vient de se faire désavouer par ses fédérations.
                  Qu’ils soient tous pourris, est un fait. Les grèves de 2016 contre un code du travail inadmissible et imposé par un gouvernement de « gauche » aurait dû servir à mutualiser les mécontentements, justement, et une bonne fois pour toute. Ma « solitude et mon inaction » m’ont entrainé dans toutes ces manifestations où service d’ordre et SO (service d’ordre syndical) avait réglé jusqu’aux interventions des casseurs pour que les journalistes puissent les filmer. Le summum a été l’attaque de l’hôpital par « un seul homme ». Les services d’ordre,à 5 m, n’ont même pas bougé. Ce sont des manifestants qui l’ont fait arrêter.
                  Les élections sont passées. Le programme imposé par l’Europe est « en marche », et ce qui est mentionné dans mon dernier paragraphe en fait partie, et ce bien malgré nous.
                  Là où il y a fait, il ne peut y avoir dénigrement, et l’histoire du patronat jusqu’à aujourd’hui est truffé de faits très intéressants, justement. « Elle meuble ma solitude » et fait surtout que je n’ai aucun respect pour lui, comme il n’en a pas pour moi.


                • Garibaldi2 10 septembre 14:31

                  @lionel

                  https://lc.cx/pquJ

                  Garibaldi2 17 juillet 04:23

                  ’’C’est lors d’une violente charge de police avec un canon à eau, essayant de couper la manif, que quelques glaces (15) ont été cassées au rez de chaussée de Necker, et pas par la CGT, mais par des casseurs qui n’ont eu de cesse de tenter de faire dégénérer la manif.

                  https://www.youtube.com/watch?v=h_SiOm8kgrY

                  A 1:34, l’immeuble tout en verre c’est Necker.

                  https://www.periscope.tv/Pierre3D/1djGXwBEjEyKZ ?

                  ’’En marge de la manifestation contre la loi Travail, plusieurs casseurs s’en sont pris à cet hôpital pour enfants où est hospitalisé le fils des policiers tués par Larossi Abballa à Magnanville.’’
                  http://www.slate.fr/story/119575/hopital-necker-symbole-maux-france

                  Lors de toutes ces manifestations, le petit caporal Cazeneuve a tout fait pour que le service d’ordre de la CGT ne puisse pas faire son boulot d’encadrement des manifestants et d’expulsion des trublions. Il n’a pas cessé les provocations contre les manifestants : gazages, encerclements et rétention en fin de manif, ...

                  Vous savez où il se trouve maintenant le pompon ?!’’


                • Veniza Veniza 8 septembre 19:55

                  Il nous faut reprendre notre destin en mains, loin de l’UE et de ses lois et GOPE ! IL FAUT QUITTER TOUT CA ET VITE !
                  De toute façon elle va s’écrouler... ou couler... comme vous voulez, le problème est qu’on sera encore à bord !

                   :->

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès