• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Questionnements démocratiques

Questionnements démocratiques

Don Quichotte

Voilà déjà des mois que l’on nous bassine avec les prochaines élections présidentielles, comme s’il s’agissait là de l’alpha et de l’oméga de la vie démocratique contemporaine. Et il y a fort à parier que ce matraquage ne va aller qu’en s’amplifiant à mesure que l’on s’achemine vers l’échéance, à croire que plus rien ne se passe, que plus rien ne compte et qu’il n’y a rien de plus important au monde que de glisser un bout de papier dans la fente.

Quand tu fais remarquer que la démocratie électorale se résume de plus en plus à choisir entre la peste et le choléra, que de qualifier de représentatives des assemblées où ne siègent plus que des bourgeois de centre-ville complètement déconnectés de la vie réelle des millions de gens qu’ils sont censés incarner, c’est une imposture, dans le meilleur des cas tu te fais traiter de populiste (l’insulte qui revient à la mode à chaque élection).

Au final, il n’y a pas grand monde pour remettre en question l’immonde cirque électoral où nous devrions faire mine de nous passionner pour les ambitions personnelles et les conflits de pouvoir d’une bande de types qui filent des leçons de rigueur tout en tentant de planquer leurs patrimoines sous le tapis.

Le vote comme faux nez

L’autre jour, j’écoutais d’une oreille distraite un docte journaliste relater un scrutin étranger en des termes peu amènes. En gros, le type était un dictateur qui avait organisé des élections pour passer pour un démocrate. Certes, il y avait d’autres candidats (des figurants, selon le journaliste) et les observateurs n’avaient relevé aucune tricherie (on sentait la déception du commentateur), mais bon, de toute manière, dans ce pays (forcément quelque part en Afrique), tout cela ne pouvait être que mascarade et poudre aux yeux.

Ben alors, je me suis dit, à quoi tu reconnais une démocratie, si le vote n’en est même pas une condition suffisante bien que nécessaire ? Ou plutôt, comment tu sais que notre système à nous, avec le vote tout pourri où on doit toujours choisir entre des gus toujours sortis du même sérail pour obtenir toujours la même politique TINA au final, comment tu sais que notre système à nous, c’est quand même une démocratie et pas une démocratie Canada Dry comme chez nos amis du sud ?

Ou plutôt, je me suis demandé juste après, comment tu comprends que, malgré tout l’apparat démocratique et la novlangue qui va avec, tu n’es pas en démocratie ?

Je crois que le meilleur exemple, c’est le monde du travail, cette grande féodalité saupoudrée au gré des circonstances d’un très léger voile de démocratie qui ne sert à rien.

Parce qu’on a beau pouvoir y voter pour des représentants du personnel, des comités d’entreprise, y avoir des droits d’affichage et une très relative liberté d’expression, au final, ce qui compte c’est ton absolue incapacité à y échapper à l’arbitraire imposé par la hiérarchie. Et ce ne sont pas les grands coups de sabre que la Loi Travaille (en ferme ta gueule !) ! a collé dans les prétendus droits des salariés qui risquent de rééquilibrer la donne. En gros, ce qui caractérise l’absolu manque de démocratie de l’entreprise, c’est que l’arbitraire, l’injuste, la courtisanerie, la brutalité et la connerie la plus sordide y règnent en maitre ! Bien sûr, il parait qu’il existe des recours… mais on souhaite bien du bonheur à ceux ou celles qui prétendraient utiliser cette voie pour redresser les torts.
Car ce qui caractérise un droit, ce n’est pas tant qu’il existe sur le papier que ce que l’on puisse y accéder sans devoir y laisser tout son temps, son argent ou sa santé.

Or, à l’heure où non content de détricoter le droit des salariés, on entrave aussi l’action de ceux qui doivent les protéger, la virtualisation des droits se traduit sur le terrain par l’impunité et donc l’extension du domaine de la triche, de la persécution et du profit sans vergogne. En gros, on se retrouve avec une démocratie de façade qui a pour vocation de masquer la réelle radicalisation de la guerre des classes sur tous les fronts.

Des contrepouvoirs

Non, ce qui fait la réalité concrète de la démocratie, ce n’est pas sa mise en scène complaisante dans des scrutins dont l’issue n’aura aucune incidence sur la gouvernance en place, pas plus que la théâtralisation des gadgets participatifs qui font accroire qu’être un million de cybermilitants à signer une pétition aura le moindre effet sur la bonne marche des affaires entre potes, non, ce qui fait la démocratie, c’est l’équilibre des pouvoirs et la négociation réelle et permanente qu’il exige des différentes forces en présence.

À tout moment, chaque acteur agissant dans notre société doit pouvoir être remis en question, non seulement par ses pairs, mais aussi par ceux qui lui fournissent ses moyens ou subissent ses décisions. C’est pour cela que toute structure démocratique dépend fondamentalement de la séparation des pouvoirs et des capacités d’action concrètes de tous les contrepouvoirs qui doivent en permanence interroger les équilibres en présence.

Mise sous tutelle de la Cour de cassation par Valls

Et quand on demande aux magistrats, s’ils soupçonnent une erreur administrative ou une volonté politique de reprendre la main, ils sont explicites. A la Cour de cassation, on note que depuis le début de l’état d’urgence en novembre 2015, le pouvoir exécutif n’a eu de cesse de grignoter ce fondement de l’état de droit qu’est l’indépendance de la justice. La décision de confier le contrôle de l’état d’urgence au Conseil d’État et non à la Cour de cassation a déjà créé beaucoup de remous.

Source : Dossier seenthis : La Cour de cassation placée « sous le contrôle direct du gouvernement » ?

Ainsi donc rien n’est plus important que de voter dans un pays où l’on n’a plus réellement le droit d’interroger la pertinence d’un état d’urgence qui grignote de plus en plus l’équilibre des pouvoirs et les droits des citoyens, en particulier de ceux qui sont dubitatifs, contestataires voire carrément des opposants.

De la liberté d’information

Certains vous diront que les piliers de la démocratie — ceux qui rendent le vote puissant, légitime et effectif — ce sont la liberté d’expression et la liberté de la presse.

J’ai déjà parlé de tout le bien que je pense qu’une liberté d’expression à géométrie variable. Tout comme on peut s’interroger sur la qualité de contrepouvoir de médias détenus dans leur très grande majorité par un tout petit groupe de personnes (physiques ou morales) aux intérêts bien particuliers et bien homogènes pour le coup.

Mais que dire alors d’une démocratie où l’attaque en diffamation est devenue l’arme favorite des riches et des puissants pour bâillonner les derniers bastions de la liberté d’investiguer, d’écrire et de penser que sont les médias indépendants ?

« Selon moi, l’objectif du groupe est d’intimider quiconque parle de ce que fait Bolloré en Afrique et en Asie », explique le journaliste et rédacteur en chef Yvan du Roy. Et ça marche, puisque « les rédactions avec les chefs les plus frileux n’en parlent pas, parce que tout le monde sait ce qui les attend… ». De l’argent (10 000 euros pour Bastamag sur un budget total de 350 000), et du temps. En plus d’une pression lorsque les médias (nombreux) appartiennent en partie à Bolloré (dont Bastamag ne fait bien sûr pas partie…)

Source : LaTeleLibre.frAccaparement des Terres : Bolloré nie Toujours – LaTeleLibre.fr


Accaparement des Terres - Bollore Nie Toujours by latelelibre

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

67 réactions à cet article    


  • howahkan 10 décembre 2016 10:26

    Salut ,tel que l’humain est devenu, refus total de coopérer et de partager donc de vivre dans une société équitable qu’il ne veut pas car chacun pense sérieusement qu’il mérite mieux et plus que tous ces pauvres cons, SAUF EXCEPTIONS QUI AUGMENTENT smiley et bien il a imaginé dans son délire que la somme des intérêts personnels de chacun allait donner une monde en paix, généreux, créatif etc mais aussi avec cette sensation de sécurité relative apaisante donnée à tous sans le chercher par la coopération...

    de même qu’une discussion contradictoire ne va pas amener , contrairement à ce que « on » croit, pas moi, à dévoiler une vérité profonde qui ne dépendra JAMAIS d’opinions, une discussion contradictoire d’avis est une guerre, de même la démocratie qui en Grèce je le rappelle mettait les vrais travailleurs en esclavage, entre autre joyeuseté comme de tuer un esprit visiblement éclairé comme Socrate , je pense qu’il est temps de laisser tomber ce mot qui n’est qu’ une poubelle sans fond, un attrape mouche , un piégé a cons ....et se poser deux ou trois questions

    genre : veut on la competition qui élimine comme base de ne pas vivre ensemble mais les uns contre les autres ? si oui, alors il faut être prêt au conflit permanent, à l’insécurité permanente, à la guerre, à la pauvreté qui tue, aux crimes de masses , à une dictature policière de l’état qui est juste la bande de truands qui dirigent etc et se souhaiter alors bonne chance à tous et que le meilleur écrase les autres..

    ceci est notre choix, sauf exceptions , de ce fait il serait souhaitable que tous ceux qui gueulent ici et ailleurs contre les effets des cause que eux même ont plébiscité doivent en fait la ferme, car cette démence est bien leur choix..

    veut on coopérer,partager avoir une vie en paix, une sécurité relative bienfaisant la seule que nous n’aurons jamais qui est celle d’organiser la survie entre tous, être débarrassé des parasites intellectuels qui dirigent sans travailler un seul jours de leur vie, etc etc

    le bon peuple a choisit , il ne veut pas coopérer, c’est bien la masse qui crée le maître et non le maître qui crée l’esclave et bien pire encore est la bien triste réalité de ce qu’est devenu cet humain qui ne survivra plus longtemps à sa démence....sauf si .....

    mais l’occident criminel doit il lui aussi connaître le pire du pire qu’il inflige aux autres pour éventuellement envisager de changer ???

    non solum errare humanum sed etiam perseverare diabolicum est
     


    • JBL1960 JBL1960 10 décembre 2016 18:00

      @howahkan Oui, le problème est que tout le monde ne veut retenir que le début de la citation, soit « l’erreur est humaine » parce que « persévérer est diabolique ». Comme a dit Cris Kyle « Ce n’est pas en faisant encore plus de ce qui ne fonctionne pas que cela fonctionnera mieux ». Clocel dit un truc juste plus bas à savoir que notre pouvoir de nuisance en tant que consommateur est immense. J’irai plus loin, puisque perso, je vois les choses en dépossession volontaire, sur la ligne Proudhon. Boycott total. Puisque le Maréchal Hollandouille en introduisant le Patrioct Act à la française dès potron-minet le 14/11/2015 (pétard c’était mon anniv, tu parles si je m’en souviens) vient à l’aide de son nouveau 1er PM Cazou d’en demander la prolongation jusqu’au 15/072017 et pour protéger la période qui s’ouvre, soit l’élection présidentielle... Mais on n’a pas besoin d’eux. Et puis, qui part en fumée généralement, ici comme ailleurs ? Le peuple, les civils innocents, mais aucun politique ? Donc, on la sent la mascarade, non ? Votez plus, à rien. Regarder bien le programme quasi messianique du Fion qui proclame que : La France n’est pas coupable d’avoir voulu faire partager sa culture aux peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Nord
      Rappelez-vous que les parlementaires votent tout après ; TOUT. Tenez, en appui de Steven Newcomb qui appelle à une décolonisation concertée il y a un lien entre l’Amérique qui a placé Trump à la Maison Blanche et la France qui s’apprête à faire de même = https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/12/10/piece-manquante-partie-truquee/


    • howahkan 11 décembre 2016 10:37

      @JBL1960

      salut, je saisis bien..et voit bien le danger de fion et toute la bande...une fois compris que ce ne sont que des truands qui prolifèrent parce que la régulation de ce genre de probleme qui passe par une population unie ne se fait plus....le plus dur est quasiment fait

      il y a une seule solution de base à tous nos problèmes, une humanité réunie...derrière un collectif volontaire qui œuvre en toute amitié spontanée pour produire par et pour tous ce qui est vital à la survie..

      ceci demande un mental extraordinairement différent d’un notre actuel...

      l’humain n’a pu naître que éveillé il risque de disparaître prématurément comme un pur salopard...
       smiley


    • Clocel Clocel 10 décembre 2016 10:26

      « rien n’est plus important que de voter »

       ???

      Un hiatus avec le reste de ton commentaire...

      "un pays où l’on n’a plus réellement le droit d’interroger la pertinence d’un état d’urgence qui grignote de plus en plus l’équilibre des pouvoirs et les droits des citoyens,"

      Nous ne sommes donc pas en démocratie, le vote perd donc toute sa pertinence.

      CQFD


      • Alren Alren 10 décembre 2016 12:49

        @Clocel

        Nous ne sommes donc pas en démocratie, le vote perd donc toute sa pertinence.

        Alors qu’est-ce qu’il faut faire pour que ça change ?

        Si le pouvoir de la hiérarchie dans les entreprises privées mais aussi dans les administrations publiques est si fort, c’est qu’il est conforté par la loi ! 
        Le meilleur exemple en est la loi El Khomri que le refus massif des travailleurs français et de leurs immenses manifestations n’a pas empêché d’être votée par tous les députés de droite (du FN au PS en passant par les LR et les « centristes »).

        Or ces députés ont été élus par des ballots qui ont « glissé un papier dans une fente ».
        Changez les députés en votant intelligemment pour vos intérêts et vous changerez la loi et ainsi vous changerez le rapport de force dans les entreprises privées et les administrations publiques car les tribunaux, devenus de par la loi, faciles d’accès et obligés de trancher rapidement, seront du côté des travailleurs si la hiérarchie ne veut pas appliquer la loi.


      • Enabomber Enabomber 10 décembre 2016 12:56

        @Alren
        La meilleure solution serait que nous prenions tous conscience de notre pouvoir de consommateurs, par lequel ensemble nous pouvons faire plier n’importe quel groupe, n’importe quelle structure, mais ça c’est pour dans un siècle si d’ici là nous y sommes encore...


      • Clocel Clocel 10 décembre 2016 13:06

        @Alren

        "Changez les députés en votant intelligemment pour vos intérêts et vous changerez la loi et ainsi vous changerez le rapport de force"

        Mon pauvre ami, ce n’est pas comme ça que ça marche et vous le savez bien...

        La loi El Khomri a ses racines bien au-delà de cette pauvre représentante de la minorité visible qui l’a porté...


      • izarn izarn 10 décembre 2016 16:36

        @Clocel
        Tu peux toujours voter Marine pour foutre la merde dans le Système.
        Comme les américains...
        Si tu es bloqué en ce sens...Ben continue a te faire enc....


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:03

        @Alren
        Il ne suffit pas de changer d’élus, la Loi El Khomri a été imposée par notre appartenance à l’ Union européenne et par le Pacte de stabilité et de croissance, afin, disent-ils de booster la compétitivité de l’économie...


        Pacte de stabilité et de croissance 1998, en application du Traité de Maastricht.
        (...) Suivi de l’application : Les pays qui ne respectent pas les règles des volets préventif et correctif du pacte de stabilité et de croissance risquent de se voir infliger des sanctions.

        Pour les États membres qui ont adopté l’euro, ces sanctions peuvent prendre la forme d’avertissements et, en dernier ressort, de sanctions financières, dont des amendes pouvant aller jusqu’à :

        • 0,2 % du PIB s’ils ne respectent pas les règles du volet préventif ou du volet correctif, ou
        • 0,5 % du PIB s’ils enfreignent à plusieurs reprises les règles du volet correctif. En outre, tous les États membres (à l’exception du Royaume-Uni) peuvent faire l’objet d’une suspension des engagements ou des paiements des Fonds structurels et d’investissement de l’UE (par exemple, le Fonds européen de développement régional, le Fonds social européen, le Fonds de cohésion, le Fonds européen agricole pour le développement rural et le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche).

        Quand on ne peut pas dévaluer la monnaie, la seule chose qui reste aux Gouvernements est de faire « une dévaluation interne », en faisant baisser le prix du travail. Le but de l’euro n’est pas économique, c’est un échec patent, la zone euro est la plus plombée de la planète !
        Le but de l’UE & de l’euro est politique : imposer des mesures réactionnaires.

      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:06

        @Clocel
        Il serait judicieux de ne pas confondre les USA, qui sont un pays souverain, avec la France, colonie de l’Empire américain...


        Quand un pays est souverain, il fait ce qu’il veut.
        Sinon, il fait ce qu’on lui dit de faire.

      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:07

        @Fifi Brind_acier
        Toutes mes excuses, mon post était pour Izarn !


      • gimo 11 décembre 2016 18:42

        @Fifi Brind_acier
        qand ont a peur de l’avenir on est un fataliste rien n’est impossible que la mort

        traites et autre merdes c’est des gouilles il faut avoir dans ce monde si tu recules l’autre avancera
        et si tu avances l’autre reculera  c’est un rapport de force tous le reste c’est pour soumettre
        les imbecile  dans toutes choses de ce putain de monde de merde 

      • Vipère Vipère 11 décembre 2016 20:49

        @



        @


        « Pourquoi l’U.P.R. est une impasse politique » article de Sylvain BARON, ex militant U.P.R.



        Très édifiant smiley

      • Daniel Roux Daniel Roux 10 décembre 2016 10:52

        Tout a fait d’accord avec l’auteur.

        Sauf sur un détail : Populiste n’est pas une insulte. Le populisme, c’est l’exécutif qui exécute ce que demande la majorité du peuple, c’est à peu près la définition de la démocratie, la représentation parlementaire en moins. C’est l’opposé de l’élitisme ou de l’oligarchie ou de la dictature, c’est à dire l’opposé de ce que nous subissons.

        En stigmatisant systématiquement le populisme, en l’assimilant au fascisme, insidieusement, petit à petit, discours après discours, l’oligarchie tente de disqualifier ceux qui s’en réclame, notamment Mélenchon et Le Pen.

        Coup double, puisque de le même façon, le pouvoir veut faire croire que Mélenchon et Le Pen, c’est pareil. Sauf que le Fn est un parti familiale de droite fondant son discours sur le nationalisme.

        Dommage qu’on connaisse plus Mélenchon que son parti à croire que lui disparu, tout disparaîtra. 

        Pour ce qui concerne l’illusion démocratique :

        http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/l-illusion-democratique-181445


        • izarn izarn 10 décembre 2016 16:39

          @Daniel Roux
          T’as une porte de sortie : Le FN.
          Mais devant il y a écrit : SATAN....
          Ben reste en enfer...Parce que tu es déja du mauvais coté de la porte !
           smiley


        • Spartacus Spartacus 10 décembre 2016 11:21
          Que dire alors d’une démocratie où la diabolisation est devenue l’arme favorite des médias ?
          Que dire de l’information quand la majorité des médias vit plus de la subvention étatiste que de l’investisseur ?
          Que dire quand les journalistes sont tous de gauche et diplômés d’une école d’endoctrinement marxiste ?
          Que dire quand l’éducation nationale en monopole a endoctriné toute une génération au Keynésianisme et l’interventionnisme d’état.
          Que dire quand chaque article médiatique sur n’importe quel sujet (comme celui là) sort avec un aparté de haine sur l’entreprise ou l’entrepreneur...
          Que dire quand la théorie de l’asymétrie d’information, n’est même pas enseignée ou à charge ?

          • Alren Alren 10 décembre 2016 13:01

            @Spartacus

            Que dire quand les journalistes sont tous de gauche et diplômés d’une école d’endoctrinement marxiste ?

            Je vois que vous vivez sur une autre planète que la Terre : c’est bien la vie sur Mars ou sur Vénus ?

            Vous devriez vous consacrer à vos congénères de là-bas : on se passerait très bien de vous ici ...

            Que dire de l’information quand la majorité des médias vit plus de la subvention étatiste que de l’investisseur ?

            C’est en effet un scandale qu’avec nos impôts ou le paiement obligatoire de la redevance, chaque français, quelle que soit son opinion et son intelligence, doive subir la propagande européiste, procapitaliste, réactionnaire, qu’on trouve sur chaque télé du service public ou dans des torche-culs comme Le Monde ou Libération qui n’existeraient plus sans notre argent.

            « L’investisseur » comme vous dites (en bourse c’est le nom qu’on donne aux spéculateurs) ne sort ses sous que si l’affaire est rentable. Or si un journal est rentable du fait de ses nombreux lecteurs, on n’a pas besoin « d’investisseur ». Le meilleur exemple en est le Canard Enchaîné ou Que Choisir.


          • izarn izarn 10 décembre 2016 17:28

            @Spartacus
            Nous haissons l’entrepreneur Spartacus....Pas les autres...
            L’entrepeneur c’est pas un mec monolythique qui adore les néocons et le néolibéralisme, qui adore le mondialisme qui le détruit et change sa région en désert industriel. OK ?
            Spartacus ne défends pas les perdants de la globalisation : Des entrepreneurs et des industriels français. La loi de la jungle, en plus faussée, car la Nature est plus juste que son univers truqué.
            Illusion d’une méritocratie totalement truquée, faite de connards moyens qui se disent issus de la cuisse de Jupiter...Avariée !
            On voit le résultat.
            Faut etre aveugle pour ne pas réaliser.
            Ou totalement pourri. Faux cul. Iago. Merdique.
            Spartacus est l’étron d’Agoravox.
            Mais il me permet en anti-thèse de m’exprimer : Merci Agoravox !


          • Jean Pierre 10 décembre 2016 21:34

            @Spartacus
            Heureusement que vous êtes là pour révéler le grand complot que l’on veux nous cacher. 

            En effet, depuis des décennies tout les gouvernement, y compris de droite, financent des écoles de journalistes qui sont en fait des écoles d’endoctrinement marxiste. De plus cet endoctrinement est remarquablement efficace puisque 100% des jeunes journalistes sortent tous avec le couteau entre les dents prêts a manger des enfants (car c’est bien connu, le journaliste communiste mange des enfants au petit déjeuner). 
            Mais l’odieux complot continue après l’école. C’est vous dire si tout est bien organisé ! Des propriétaires de médias et de groupes financiers et industriels tels que Dassault, Lagardère, Bouygues, Bolloré, Niels , Pigase, Bergé, Niels, Draghi (tous parmi les grandes fortunes Françaises) et qui détiennent l’essentiel des médias se font un devoir d’embaucher dans leur médias ces jeunes journalistes marxistes en herbe et au couteau entre les dents qui vont tous s’acharner pendant leur carrière à nuire aux grandes fortunes qui les ont embauchés.
             Quand on réfléchit un peu à ce vaste complot que vous démasquez, on se pose une question. Soit les propriétaires de médias sont des idiots qui perdent de l’argent à financer des médias qui travaillent contre leurs intérêts. Soit l’idiot, c’est vous. Je vous laisse juge.


          • Spartacus Spartacus 11 décembre 2016 18:50

            @Jean Pierre


            Oui les écoles de journalisme sélectionnent à l’entrée des personnes typées socialisantes et collectivistes.
            L’école lors de la dernière élection présidentielle on a fait un sondage des votes des élèves dans les 2 grandes écoles de journalisme Françaises.
            Oui les journalistes qui sortent des écoles de journaliste sont tous des gauchistes en puissance.
            Vous allez encore dénier ? Les faits face a la caricature !

            Quand aux propriétaires de médias, ils sont très « étatistes » et pour l’interventionnisme étatique car ils ont besoin de l’intervention de l’état pour protéger leur marché de la concurrence...
            Dassault les avions vivent de la commande d’état.
            Lagardère est intéressé par le financement de la distribution des médias.
            Bouygues et Niels dépendent des autorisations de fréquences données par l’état.
            Pigasse lui investi dans l’apologie de la dépense publique. Sa banque est spécialisée en redressement de dettes d’état.
            Bolloré a indiqué voter pour Hidalgo. Il lui vend des voitures électriques. 
            Les médias sont étatistes...

            Voici une analyse de l’information économique dans les livres de l’économie en France de la vision absolument Marxiste et dégeulasse dont est présenté l’économie en France 
            Vous allez encore dénier ?

            Voici une analyse de la différence de l’instruction de l’économie à l’école entre la France et l’Allemagne...

            Voici comment la France produit des fonctionnaires Marxistes et des subventionnés....

            Il reste la caricature ou le déni...
            Ne vous gênez pas vous ne savez faire que cela ! 
            Moi je prouve !


          • Jean Pierre 11 décembre 2016 22:45

            @Spartacus
            Votre premier lien c’est le blog de Ménard. Vous êtes donc un libéral qui va chercher ses informations à l’extrême droite... 

            Ce sondage approximatif est accompagné d’un texte plus honnête que votre commentaire et précisant qu’il n’a pas valeur scientifique. II précise également les conditions de ce vote c’est à dire en fin de mandat de Sarkozy quand il faisait l’objet d’un large rejet. Le texte précise également que les journalistes étaient largement derrière Sarkozy avant son élection. Ce sondage correspond donc à un principe médiatique bien connu : « on lèche, on lâche, on lynche ». Ce sondage grossier ne concerne qu’une école, et n’étudie qu’un moment précis de l’actualité politique et médiatique . Il n’a aucune signification pertinente sur l’orientation générale des journalistes professionnels sur le long terme. Le résultat de ce sondage approximatif étant caricatural, il n’est pas étonnant que certains tentent de l’exploiter. Mais le procédé est vraiment trop grossier et il n’y a que des personnes dans votre genre pour y voir quelque chose de probant. Le même sondage fait aujourd’hui donnerait un rejet massif de Hollande. Je remarque également à propos de Sarkozy qu’il a subit encore un rejet massif lors des primaires de la droite en obtenant que 20% des votes. Si tout le monde faisait des interprétations aussi douteuses que vous, il faudrait affirmer que 80% des électeurs de droite (qui, comme les élèves journalistes, n’ont pas voté Sarkozy) seraient victimes de « l’endoctrinement marxiste ».

            Vos deux liens suivant viennent de BFM Business qui s’est fait une spécialité en France de diffuser la propagande néo-libérale que vous absorbez à haute dose. Dites-vous bien que nul n’est tenu de subir ce genre de lavage de cerveau. Il suffit d’ailleurs de vous lire pour en constater les dégâts.
            BFM Business est par ailleurs propriété d’Alain Weill dont la fortune est estimé à 75 Millions d’€. Comme je vous le disait dans mon commentaire précèdent, les médias sont achetés par les grandes fortunes (qui acceptent souvent d’y perdre de l’argent) pour être au service des intérêts des riches. Les analyses de BFM Business que vous proposez entrent dans ce cadre étroit et doivent donc être comprises pour ce qu’elles sont : des éléments d’une propagande au service de la classe riche.

            Vos tests d’entrée des écoles de journalismes qui « sélectionnent des personnes typées socialisantes et collectivistes » relèvent de vos habituels délires d’interprétation. Vous n’avez évidemment aucun élément concret sur ces soit-disant tests.

          • Spartacus Spartacus 12 décembre 2016 14:30

            @Jean Pierre
            Le lien est le premier trouvé...Plusieurs articles en ont parlé. Ménard n’a pas la primeur de de cette info. 

            Je dialogue avec vous sur un média gauchiste. Je vous assure être certain que je ne voudrais surtout pas avoir l’état d’esprit d’une personne de gauche.

            Vous voulez le sondage de l’autre grande école de journalisme, celle de Lille ?
            Sarkozy a obtenu 3%....C’est dur la réalité rejoint ce que je dis !

             Au premier tour sondage Harris Interactive auprès des journalistes professionnels, François Hollande recueillent 39% des voix. Il est suivi par Jean-Luc Mélenchon (19%) et Nicolas Sarkozy (18%)....La encore c’est une réalité !

            Le déni face aux preuves est la récurrence du gauchiste..Vous n’y coupez pas ! 
            Une vraie culture de gauchiste !
            Peut être avez vous un sondage qui dit l’inverse ? Ça devrait être facile à trouver pas vrai ? Vous avez tellement de certitudes. 

            Le lien BFM Business est l’interview d’un invité de BFM travaillant dans le secteur privé et totalement indépendant de BFM. Par ailleurs BFM n’est pas un média « libéral ». 
            Chaque matin nous avons le droit a « Bourdin » sur RMC qui est un écolo-gauchiste patenté !
            Tout ce que dit cet invité est 100% libre....C’est d’ailleurs très intéressant !

            On aurait préféré une critique sur le fond de ce qu’il démontre plus que la source...Mais ça doit être difficiel a admettre quand on est de « gôôôôche » !

            Quand le gauchiste entend ce qu’il ne veut pas savoir. Il insulte la source. Une caricature du gauchiste qui se croit malin mais est rattrapé par la preuve.



          • samuel 12 décembre 2016 14:56

            @Spartacus

            C’est vrai que les journalistes en devenir sont en général jeunes et ont une sensibilité de gauche (comme beaucoup de jeunes quoique la tendance des 5 dernières années est à une droitisation plutôt extrême).

            Heureusement, les écoles comme l’ESJ sont là pour formater les esprits des étudiants à la sainte trinité « marché », « concurrence » et « Liberté économique ».

            Au sortir des écoles, une bonne proportion d’entre eux sont toujours de gauche. Mais comme partout ailleurs, les journalistes sont eux aussi soumis à une forte hiérarchie et les opinions de la base de gauche, formée par les anciens étudiants sont étouffées par l’élite éditocrate qui est plutôt de droite. 

          • Spartacus Spartacus 12 décembre 2016 17:05

            @samuel


            C’est pas qu’ils ont une « sensibilité ». C’est qu’ils sont sélectionnés à l’école en fonction des critères socialisants.
            « ES » c’est un diplôme en socialisme...C’est pire que jamais !

            Le marché est à charge. L’état est montré comme régulateur indispensable. Dramatique !
            Le propos est Quasi exclusivement Keynésien. Les programmes sont une honte. L’entreprise est montrée qu’a charge. Il existe encore des manuels ou la page de couverture c’est Charlot dans les temps modernes...C’est dire l’endoctrinement !

            Les grands Nobels économistes libéraux sont totalement exclus. Bucanan, Friedman sont passés à la trappe.
            Renseignez vous...
            Les socialistes qui font les programmes sont des amoureux de Castro et Chavez.

            Et l’élite elle est de gauche...Les Enarques le sont quasi tous...

          • Jean Pierre 13 décembre 2016 00:03

            @Spartacus
            Vous nous citez un sondage qui donne 18% de vote pour Sarkozy parmi les journalistes professionnels. Je ne fais aucun déni en disant qu’a 2% près le score de Sarkozy parmi les journalistes est égal à son score à la primaire de droite ! Autant dire que le vote des journalistes est assez représentatif de l’opinion générale. Sarkozy étant rejeté de tout le monde même à droite il semble logique qu’il soit aussi rejeté des journalistes qui en plus sont sont les mieux placés pour connaitre et décrypter ses manipulations, ses mensonges et ses affaires politico-financières.


            BFM choisi ses intervenants pour obtenir d’eux ce qui est conforme à sa ligne éditoriale orientée en faveur de la classe riche. Rien de nouveau.

            Pour ce qui est de vos « preuves », je les attend toujours.

          • samuel 13 décembre 2016 10:05

            @Spartacus

            « C’est qu’ils sont sélectionnés à l’école en fonction des critères socialisants. » 

            Il faudrait que vous approfondissiez ce point car ce n’est pas ce que démontrent les témoignages sur les écoles comme l’ESJ. En fait, les témoignages montrent que « sortent » de cette écoles des moutons prêts à ingugiter et régurgiter du fil info à la chaîne sans réfléchir.

            Les élites éditocrates qui trustent les premières pages ne sont pas spécialement énarques : Apathie, Duhamel, Ockrent, BHL, Elkabbach, Sinclair...

            J’ai la conviction que tant que nous ne vivrons pas sous une espèce de régime « d’anarcho-capitalisme » vous aurez toujours le sentiment de vivre sous le régime soviétique.

          • Spartacus Spartacus 14 décembre 2016 08:51

            @samuel

            Toute l’éducation nationale est de gauche. Voire gauche extrême. 

            Les sélectionnés pour entrer dans les écoles de journalisme le sont sur les réponses a des critères sous couvert d’« actualité ».
            Des questions sur le role de l’état. Sur les inégalités. Sur l’économie et donc les proximités envers les idéos de gauche sont la règle...

            Quand on a une culture de vie dans plusieurs pays on a le sentiment que la France est le dernier pays soviétique.
            Ce sont mes contacts chinois de Hong Kong, mes contacts Polonais ou Allemands qui me le disent en observant la France.
            Ils disent voir en France le même shéma qu’ils ont vécu.

          • samuel 14 décembre 2016 09:53

            @Spartacus

            « Les sélectionnés pour entrer dans les écoles de journalisme le sont sur les réponses a des critères sous couvert d’« actualité ». »

            Si j’étais enseignant je mettrais en commentaire de cette assertion : « Mal dit ». 
            Vous pouvez réécrire cette phrase de manière intelligible ? Quitte à ce qu’elle soit plus longue...C’est le minima a un débat de pouvoir parler la même langue. Ce sont mes contacts en France qui le disent smiley

          • gogoRat gogoRat 10 décembre 2016 12:31

             Question démocratie , je dirais que les silences ( constructifs : abstentions -boycotts / ou pourrisseurs :dénis d’accusés de réception de témoignages ou de suggestions / voire insultants : la politesse élémentaire ne accommode pas du refus de saluer - mais qui aujourd’hui a appris cela au Service militaire ? - .... ) en disent souvent bien pus long que bien des logorrhées ...

            ----

            Bien vu, en tous cas sur le point suivant :

            ’Bien sûr, il parait qu’il existe des recours… mais on souhaite bien du bonheur à ceux ou celles qui prétendraient utiliser cette voie pour redresser les torts.
            Car ce qui caractérise un droit, ce n’est pas tant qu’il existe sur le papier que ce que l’on puisse y accéder sans devoir y laisser tout son temps, son argent ou sa santé.

             On pensera bien sûr au leurre des prud’hommes !!
             Qui est contraint à passer par cette case comprendra fatalement bientôt qu’on y laisse bien plus que tout son temps, son argent ou sa santé.
             Car toute cette gabegie de temps gaspillé et de couleuvres à avaler est au moins aussi dissuasive pour ceux qui ’gagnent’ le procès que pour ceux qui sont censés être punis.
             La preuve la plus élémentaire en est la perspective impossible d’envisager sereinement plus d’un procès ’gagné’ dans la même carrière : inemployabilité définitive assurée ! 
             
             Le pire étant que les dissuadés sont les plus fervents croyants de cette mascarade qui leur permet d’entretenir une crédulité complice et lâche.

             


            • zygzornifle zygzornifle 10 décembre 2016 13:25

              le démocratie a viré a la dictature , Sarkozy avait commencé et Hollande a continué et Fillon s’il est élu va accélérer le mouvement de destruction ....


              • izarn izarn 10 décembre 2016 19:05

                @zygzornifle
                Soyons honnete :
                Trump/Poutine c’est drolement mieux que Reagan/Gorbatchev !

                https://www.dailymotion.com/video/x180i5_the-who-won-t-get-fooled-again_music
                Allez tous vous faire encu.... !
                Gibson Les Paul dans le Fillon !


              • izarn izarn 10 décembre 2016 19:12

                @izarn
                Méfiez vous de la pub de MERDE dans les vidéos !
                Casses toi salope !
                On va te tondre !


              • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 10 décembre 2016 14:31

                Le parallèle avec le semblant de démocratie mis en scène dans les entreprises est intéressant, à cela près que le vrai fonctionnement de l’entreprise, s’il n’a rien de démocratique, laisse une certaine place à la compétence et aux résultats du salarié pour son maintien et son évolution professionnelle. 

                Cette réalité, si on peut lui opposer quantité d’exemples qui montrent ses limites, existe dans l’entreprise et pas du tout dans le monde politique où l’efficacité, la compétence et le résultat sont d’autant moins des critères de renouvellement de mandat que l’intéressé est élevé dans la hiérarchie. 
                Pour être clair, un grand nombre d’élus auraient été licenciés sans indemnités depuis longtemps s’ils travaillaient dans une entreprise où, pour commencer, l’absentéisme et le cumul d’emplois ne sont pas admis. 

                • alinea alinea 10 décembre 2016 14:37

                  Oh que c’est convenu tout ça !


                  • baleti baleti 10 décembre 2016 15:55

                    La démocratie, est une mauvaise plaisanterie, pour les naïfs .


                    Tant qu’il y auras des naïfs, il y aura des plaisantin (politicien)  

                     


                    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 10 décembre 2016 16:17

                      @baleti

                      Faux, la démocratie est devenu une mauvaise plaisanterie à cause de l’exploitation de la naïveté. Quand le commun des mortels devient moins naïf à l’égard de ce filon, la démocratie retrouve peu à peu ses lettres de noblesse.

                      Bien à vous !


                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:26

                      @Le paysan hystérique
                      La mauvaise plaisanterie, c’est que 75 à 80% de nos lois sont d’origine européenne...
                      La BCE est totalement indépendante ... du vote des citoyens.
                      Le Parlement européen n’a qu’un rôle consultatif.
                      La Commission européenne ne respecte pas la séparation des pouvoirs.
                      Elle cumule l’initiative des lois et leur application.

                      De plus, la Commission passe 90% de son temps avec les lobbies industriels.


                      Sur toutes ces Instances qui prennent les décisions essentielles, le pouvoir des citoyens = peanuts !

                      La démocratie commence quand les lois sont votées en France, ce n’est pas la condition suffisante, mais ça commence par là. Les électeurs peuvent se débarrasser des élus, alors qu’ils n’ont aucun pouvoir sur les lobbies et sur les Instances européennes.

                    • baleti baleti 11 décembre 2016 10:37

                      @Le paysan hystérique



                       la démocratie est une belle femme, qui se donne au plus offrant, et inaccessible au petit « salaire »

                      c’est se qu’elle est devenue, et c’est se qu’elle restera si on veille pas au grain.On a pousser le peuple, au four et au moulin, il a plus de temps. Que faire ?

                    • baleti baleti 11 décembre 2016 10:48

                      @Fifi Brind_acier


                      Ton idéal, est honorable, et juste
                      Mais le monde ou l’on vie, est truffé de meneur, qui une fois élu, il change leur position, même si indépendant de leur volonté.
                      Les mouvement populaire, avec a leur tète, des gens sans aucune prétention politique, est la seul chose qui peu faire bouger les chose.

                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 12:02

                      @baleti
                      Asselineau n’ aucunement besoin d’argent, il est Haut fonctionnaire.
                      S’il avait voulu gagner de l’argent, au lieu d’essayer de protéger la France et les Français, il aurait choisi de « pantoufler » à la tête d’une grande banque, pour partir avec les millions d’euros de retraite chapeau....


                      Je préfère des gens qui sacrifie leur carrière à l’intérêt général, aux faux culs qui magouillent avec le patronat et Bruxelles, comme les dirigeants syndicaux.

                    • baleti baleti 11 décembre 2016 12:45

                      @Fifi Brind_acier


                      De croire qu’on a pas besoin d’argent, par se que l’on est haut fonctionnaire, tu nous a habituer a de meilleur argument, pour te répondre. Mais je crois que tu na pas compris mon intervention.

                      Il faut mettre de coté ton militantisme, pour discuter, ou ne pas tous ramener a ton militantisme.

                      Je n’est jamais douter de l’honnêteté de asselineau ou de son engagement, je parle d’avoir les « cacahouète »,pour tenir la route
                      Si j’avais a lui parler c’est la première question que je lui poserai, jusqu’ou est t’il près a « se mouiller » 

                      Même si sa ne parait pas, il a déclarer la « guerre » a une grande partie des dirigent du monde.

                    • Le paysan hystérique Le paysan hystérique 11 décembre 2016 16:56

                      @baleti

                      Et comme toute les belles femmes qui agrémentent notre vie, elle vous feras vivre un cauchemar si vous ne lui porter pas l’attention quelle mérite. Et c’est ce qui nous arrivent, nous avons tellement sacraliser au cours des dernières décennies notre droit de consommer (faire de l’argent toujours plus-plus-plus). Que nous avons oublier les qualités humaines qui bien qu’imparfaite, sont à l’origine de la grandeur de nos sociétés. Et le résultat est que le droit individuel des humains à la vie, manger,boire,dormir sous un toit est passé au second rang dans l’échelle des priorités de l’autorité judiciaire au profit des personnes morales, entreprises, banques, fonds spéculatif etc... et chacun de nous n’est pas étranger à ce phénomène.

                      Mais c’est beaucoup plus facile de détourner notre attention à la vue d’un Burkini pour le bien commun, tout en demandant à notre comptable de faire son maximum pour nous sauvez de l’impôt, que de faire un examen de conscience individuel et collectif, la morale de l’histoire étant sans doute moins effrayante. Je ne connais pas la réponse à votre question, mais je sais pertinemment que la femme nommé Démocratie exige cette attention et plus nous retardons, plus le cauchemar seras virulent.

                      Comme l’été dernier la loi travail, je pense que vous et moi somme humain et pour vivre nous avons les mêmes obligations. Qui de vos meneuses de claque ont fait le constat suivant ; , avec l’évolution de nos sociétés, concrètement pour nos obligations commune pour être en vie, (le plus basique de nos droits individuel n’est-ce pas) boire, manger dormir etc... un individu condamné pour meurtre est mieux protégé par le droit, qu’un travailleur face au entité fictive de ce même droit, trouvez-vous que cela est le gros bon sens ? Mais que voulez-vous, un simple Burkini est suffisant pour nous faire soudainement poussé une conscience existentielle commune au nom de la nation, de nos droits individuels etc... à chacun ses priorités.

                      Bien à vous !


                    • baleti baleti 12 décembre 2016 10:15

                      @Le paysan hystérique


                      Je suis d’accord avec toi dans l’ensemble.Un malheureux constat.

                      La démocratie, ne s’arrête pas au frontière ou elle est vie, On ne devrai pas accepter, que la démocratie a un rôle diffèrent, ailleurs .

                      D’accepter, ou ne pas se mobiliser,(comme la loi travail), quand la démocratie perpétue des exaction a travers le monde, sa revient a accepter, qu’un jours, tu sois la victime.

                      De croire que se qui se passe a travers le monde, ne nous regarde pas, c’est de croire que se qui arrive a nos proche, ne nous regarde pas. C’est se qui se passe de nos jours, les population on été poussé, vers la compétition, pour gagner, tous est permis. La démocratie, devient un simple spectateur.

                      C’est pas nos rapport avec la démocratie, qui doivent changer, mais le rapport avec tous les êtres humain. La bourgeoisie mondial, a déjà fait se travail, ils se sont entendue, sur notre asservissement.Tu peu aller dans n’importe quel coin de la planète, il y reine le même atmosphère .

                      Reduire a néant les plan machiavélique, de la finance mondial, passera par une entante entre les peuple, baser déjà sur la volonté d’éclater le pouvoir en place,Et pourquoi pas un jours vivre sur les base du respect et de la tolérance., quand on auras compris, que l’on doit pas écouter les personne qui prone une meilleur conception de la vie que les autres.

                      De croire que tu est mieux que quelqu’un, c’est qu’il y a quelqu’un mieux que toi. Tu basculera dans le coté mépriser.Te croire égal de l’autre,tu le restera.De la , tu restera dans cette philosophie .

                    • Analis 12 décembre 2016 11:24

                      @Fifi Brind_acier

                      La Commission européenne ne respecte pas la séparation des pouvoirs.

                      Elle cumule l’initiative des lois et leur application.

                      Mais c’est exactement la même chose avec le gouvernement en France, qui a de façon identique l’initiative et l’application des lois ; et c’est même pire, car il existe en France ce qu’on appele un pouvoir réglementaire propre, c’est à dire en fait un véritable pouvoir législatif qui permet à l’exécutif de légiférer dans de nombreux domaines sans contrôle du parlement.

                      Les anti-européens, quand ils critiquent l’UE, ce n’est qu’une histoire de l’hôpital qui se fout de la charité ; ils ne font en fait que se regarder dans un mirroir.

                      Le Parlement européen n’a qu’un rôle consultatif.

                      Cela est entièrement faux. Le parlement vote bel et bien les lois, de concert avec le Conseil des Ministres, qui est l’équivalent d’un sénat.

                      On peut lui reprocher de suivre trop souvent l’avis de l’exécutif, ce qui est contestable, mais de toute façon il en irait de même de tous les parlements des pays membres ; et particulièrement du français, sans doute le plus godillot de tous. Là encore, les anti-UE voient la poutre dans l’œil du voisin et pas la poutre dans le leur.


                    • Analis 12 décembre 2016 11:25

                      Correction : Là encore, les anti-UE voient la paille dans l’œil du voisin et pas la poutre dans le leur.


                    • Legestr glaz Ar zen 12 décembre 2016 11:52

                      @Analis

                      Tout ce que vous dîtes est faux, vous faîtes des approximations hasardeuses.

                      Ce n’est pas vrai que la France fonctionne comme l’UE. Dans l’UE c’est la commission européenne qui détient « l’initiative législative ». Le parlement européen n’a strictement aucun compétence en matière de proposition législative. En France le parlement détient l’initiative législative. Renseignez vous. Le parlement européen ne peut participer qu’à l’élaboration des lois proposées par la Commission euorpéenne. C’est un fait !

                      Vous parlez d’un pouvoir réglementaire propre pour le gouvernement en France.

                      - D’une part le gouvernement peut légiférer par ordonnances. Mais dans ce cas il a l’autorisation expresse du parlement.

                      " Une ordonnance est un moyen pour le gouvernement de légiférer plus vite, sans passer par le traditionnel processus parlementaire. L’exécutif peut ainsi mettre en place des mesures presque immédiatement. Mais cela ne veut pas dire que le Parlement n’intervient pas dans le processus. Il intervient en amont et en aval. Pour schématiser, il y a trois grandes étapes : 1) Pour pouvoir légiférer par ordonnance, le gouvernement doit d’abord obtenir l’autorisation préalable du Parlement (article 38 de la Constitution) : « Le gouvernement peut, pour l’exécution de son programme, demander au Parlement l’autorisation de prendre par ordonnances, pendant un délai limité, des mesures qui sont normalement du domaine de la loi. » Cette autorisation lui est donnée par le vote d’une loi d’habilitation (ce texte précise le (ou les) domaine(s) sur lesquels peuvent porter les ordonnances, la durée pendant laquelle le gouvernement pourra procéder par ordonnance et le délai au cours duquel le gouvernement devra déposer un projet de loi afin de ratifier la ou les ordonnances). 2) L’ordonnance est ensuite prise en Conseil des ministres après avis du Conseil d’État. Le texte doit être signé par le président de la République. Elle entre en vigueur dès sa publication. 3) L’Assemblée nationale et le Sénat examinent ensuite un projet de loi destiné à ratifier l’ordonnance. Un projet de loi de ratification doit être déposé par le gouvernement. Le Parlement peut alors : – approuver l’ordonnance, et celle-ci acquiert alors valeur de loi ; – ou la rejeter. L’ordonnance conserve alors une valeur simplement réglementaire (inférieure à la loi). Si ce projet de loi de ratification n’est pas soumis au Parlement dans les délais prévus, l’ordonnance devient caduque.

                      - D’autre part, le pouvoir réglementaire « propre » au gouvernement ne s’applique qu’aux domaines nous couverts par la loi.

                      " Le pouvoir réglementaire est le pouvoir dont disposent les autorités exécutives pour édicter des règlements, c’est-à-dire des actes exécutoires, de portée générale et impersonnelle. Il s’oppose au pouvoir législatif.

                      En France, l’article 37 de la Constitution établit un pouvoir réglementaire autonome (qui ne se limite à l’application des lois) pour les domaines non couverts par la loi. Le pouvoir réglementaire est détenu principalement par le Premier ministre, ainsi que par le Président de la République pour des textes les plus importants après délibération en Conseil des ministres.

                      Les ministres ne disposent pas du pouvoir réglementaire de par la Constitution. Il est cependant possible au Premier ministre ou au pouvoir législatif de déléguer un pouvoir réglementaire aux ministres pour la mise en application d’une loi. Il est en outre admis que le ministre dispose d’un pouvoir réglementaire pour organiser ses propres services.

                      Certaines autorités administratives indépendantes, comme la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) ou le CSA (Conseil supérieur de l’audiovisuel), détiennent également un pouvoir réglementaire afin de pouvoir mener à bien leurs missions.

                      Les préfets disposent d’un pouvoir réglementaire pour l’exercice de la police administrative générale et pour celui de polices administratives spéciales (chasse, pêche, etc.).

                      Enfin, l’article 72, alinéa 3 de la Constitution, issu de la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, attribue aux collectivités territoriales un « pouvoir réglementaire pour l’exercice de leurs compétences ».

                      Par ailleurs il conviendrait que vous recherchiez les 21 domaines pour lesquels la procédure européenne dite « ordinaire » n’est pas requise pour l’élaboration des lois européennes. Le parlement européen peut être, en effet « consulter », ce qui veut dire que ce qu’il dit dans le domaine pour lequel il est consulté n’a strictement aucune importance et que la commission fait comme elle veut. Il existe aussi la procédure dite « d’approbation » dans laquelle le parlement ne participe en aucune façon à la loi et ne peut même pas proposer d’amendements.

                      Vous avez une vision caricaturale du fonctionnement de l’UE. Soit vous ignorez le fonctionnement de l’UE soit vous masquez la vérité aux lecteurs d’Agoravox.

                      Lorsque l’on en arrive, dans une démocratie, à donner le pouvoir à une instance non élue (la commission européenne) qui peut, selon les traités qui s’imposent à elle, prendre des décisions sans que le parlement européen (procédure de consultation et procédure d’approbation) n’ait pas son mot à dire, on peut parler de « gouvernance dictatoriale ». Les peuples sont, de facto, exclus du débat démocratique.


                    • Analis 12 décembre 2016 12:35

                      @Ar zen

                      Au sujet du fait que c’est bien le gouvernement qui détient l’initiative des projets de lois en France et maîtrise l’ordre du jour parlementaire, renseignez-vous, c’est exact. Même si certaines révisions constitutionnelles ont veillé à l’obliger à incorporer un (faible) pourcentage d’initiatives faites par des députés, c’est bel et bien lui qui a la haute main sur ce pouvoir, l’immense majorité des projets de lois examinés par le parlement sont de sa seule initiative. Signalons qu’au niveau de l’UE, le parlement a bien le droit de proposer des lois, la Commission jouant là aussi un rôle de filtre.

                      Quand au pouvoir législatif propre, c’est exactement ce que j’en disais. Vous précisez qu’il s’exerce dans les domaines non prévus par la loi, ce qui est une autre façon d’illustrer ce que je disais. Car cela confirme que des domaines entiers du droit (donc du mécanisme législatif, au sens strict du terme) échappent complètement au domaine du parlement. Ils sont importants, comme l’organisation de l’administration d’État, la procédure administrative, la procédure civile, les contraventions (définition et peine) etc... Et qu’on ne se réfugie pas derrière des chipotages au niveau des termes : les règlements pris dans ces domaines sont bien des lois, au sens vrai du terme (car une loi d’abord est une norme qui édicte le droit, pas un acte pris par un parlement), et les seules, car rappellons-le, le parlement n’intervient pas en eux, aussi importants puissent-ils être.

                      La répartition des compétences entre Commission et Parlement (y compris le Conseil des Ministres en plus de l’Assemblée*) au niveau de l’UE correspond donc à une répartition classique des compétences dans un État occidental, dans une logique d’équilibre des pouvoirs, afin d’éviter que l’un prenne le pas sur l’autre.

                      *Ce qui fait qu’on ne peut même pas comparer la situation des matières non soumises à la procédure dite ordinaire au niveau de l’UE à celle des matières échappant au contrôle du parlement français, car les matières de l’UE sont toujours soumises au Conseil.


                    • pallas 10 décembre 2016 16:33
                      Monolecte,

                      La démocratie n’existe pas, c’est la survie qui fait loi, tel est le monde.

                      Je n’est confiance en absolument personne, je vie pour moi et rien d’autre, le monde je m’en tamponne, seul mon existence compte.

                      La France n’est rien, juste que le Tiers Monde se cachant derrière des guirlandes.

                      Il est amusant de voir notre nation qui dans peut de temps n’aura plus d’électricité, revenir au moyen age, voir à la préhistoire, ont va bien s’amuser.

                      Salut


                      • izarn izarn 10 décembre 2016 19:38

                        @pallas
                        Si la France est quelque chose : Des bombe H.
                        Des sous-marins de 24 mégatonnes chacun. De quoi t’éradiquer de la planète.
                        Trou du cul !
                        On va pas les utiliser...
                        Tu paries ?


                      • tf1Groupie 10 décembre 2016 19:15

                        Le Peuple a tout-à-fait la possibilité de voter pour le NPA, Mélenchon ou encore L’UPR.
                        Mais l’auteure ne semble pas satisfaite, pas encore assez de choix selon son goût ?

                        Après une entreprise n’a pas vocation à faire régner la démocratie, pas plus qu’une administration ou même une cellule familiale.

                        Mais final tout le monde ici a la possibilité de fonder une entreprise ou un parti politique, alors quand on n’est pas content de l’offre on créé sa propre alternative.


                        • rogal 10 décembre 2016 19:18

                          C’est bien d’aborder la question du rapport de force dans l’entreprise ; ce serait encore mieux d’en traiter au niveau de la nation. Le seul contre-pouvoir qui vaille est celui du peuple exerçant lui-même des corrections de trajectoire par les votations populaires. Cela impose qu’il en ait la possibilité à sa guise : d’où la nécessité que se mette en place le procédé du référendum d’initiative citoyenne, autant que possible en l’obtenant paisiblement dans le cadre juridique actuel. Que faire si les élus refusent d’accéder à cette demande (et déjà faudrait-il que demande il y ait) ? Revenir au fondement du pouvoir, qui est la force
                          Quand le pouvoir effectif est refusé au peuple, ou réduit à presque rien grâce au cirque électoral, il ne lui reste que la pression de la rue (nombreux exemples connus), laquelle, à la limite, tourne à l’émeute, à la révolte armée, à la révolution. Pour éviter d’en venir là, ou si l’on préfère : à titre d’ultime avertissement à la caste usurpatrice, on dispose donc de la voie des puissantes manifestations de rue ; le fonctionnement électoral permet d’ajouter un complément, une sorte de pénultime avertissement : le retrait sur l’Aventin, entendant par là l’abstention générale (ou le vote nul/blanc).
                          Tout cela suppose au minimum qu’il y ait demande collectivement formulée et soutenue d’instauration du RIC, ce qui n’est pas encore fait. Quand le sera-ce ?


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:41

                            @rogal
                            Le referendum d’initiative populaire n’a de sens que si les lois sont décidées en France... Il faut donc prendre le problème à la racine, sortir de l’ UE, pour mettre en place le RIC. C’est ce que propose l’ UPR. Mais en restant dans l’ UE, l’avis des citoyens n’ a aucune importance ...


                            Les Italiens viennent de voter non au référendum, Un non pour dire « basta » à l’ Europe«  ! Et cela a changé quoi ? Rien du tout.
                            Catastrophe ?
                             » Non ! Que nenni, il ne se passe rien, mieux même : les marchés montent, l’or baisse. Tout va donc très bien.Pourquoi ? Toujours le bon vieux principe du « plus c’est pourri, moins c’est grave » !

                            La BCE est là, on ne craint rien !

                            Je vous ai déjà expliqué à maintes reprises ce principe : plus la situation est dramatique, plus les banques centrales doivent intervenir pour éviter un effondrement systémique et donc le chaos global. Du coup, plus c’est grave moins on ne risque rien et l’argent coule à flots.

                            C’est évidemment ce qu’il se passe aujourd’hui avec les interventions nécessaires de la BCE et les « annonces » rassurantes des autorités monétaires.

                            Alors la BCE fera ce qu’il faut pour éviter la désintégration à court terme de la zone euro. Cela implique d’imprimer de la monnaie supplémentaire pour inonder les marchés, à commencer par le marché obligataire, et éviter l’explosion des taux italiens et donc la faillite potentielle de nos amis transalpins.

                            Cela a une conséquence : il y a plus d’euros sans création de richesse en face, donc chaque euro vaut un peu moins. Ainsi, en relatif, tout le reste s’apprécie, du baril de pétrole à vos importations chinoises sans parler évidemment des autres monnaies…" (...)


                          • gogoRat gogoRat 11 décembre 2016 12:55

                            @rogal

                            Mieux que ’les votations populaires’ ... , plus fondamental, plus immédiat et proactif .
                             Au pouvoir qui s’impose par les mots officiels, ne peut vraiment s’opposer qu’un contre-pouvoir exercé aussi par des mots officialisés.
                             De nouveaux cahiers de doléances officiels permanents, pondérés en permanence par chaque citoyen, n’ont pas à être mis en place et régentés par le pouvoir officiel  ! (sinon nous devrions attendre jusqu’à la Saint-Glinglin !)

                             Mais si nous ne les inventons pas et ne les mettons pas en place nous-mêmes, c’est très certainement, que en fait, nous n’avons que l’illusion de vouloir une vraie démocratie !
                             
                             ( Sans nous l’avouer nous trouvons plus commode de n’avoir plus qu’à critiquer les décisions prises par les ’Représentants’ / incarneurs que nous désignons ! .... En effet, comment, sinon, affronter la perspective d’un emploi de la bombe nucléaire, si, après-coup, les survivants ne pouvaient ensuite prétendre avoir été dépassés par la folie issue d’une erreur de casting ?)
                             

                             Par contre, dès que chacun/chacune aurait une idée bien plus détaillée et réactualisée en permanence de ce que veulent majoritairement tous les autres, même le pire des dictateurs ne pourrait se maintenir à un pouvoir qui lui serait massivement et factuellement dénié !


                          • colza 10 décembre 2016 19:21

                            Le populisme, c’est juste le contraire de l’« oligarchisme » qui diabolise le mot car il est l’ennemi de ses intérêts.


                            • bernard29 bernard29 11 décembre 2016 09:09
                              Vous avez raison, la qualité d’une démocratie se mesure à l’aune de la vigueur de ses contrepouvoirs . En France, on peut dire qu’ils sont quasi nuls.
                              l’urgence est donc de revaloriser les contre pouvoirs, voire d ’en imaginer d’autres plus adaptés à la situation et aux demandes citoyennes actuelle ( participation engagement citoyens, contrôle des pouvoirs publics, lutte contre les corruptions et autres méfaits, contre les abus de pouvoir....°.

                              voici un projet d’une nouvelle institution de « contre pouvoir citoyen. ».
                              le pouvoir citoyen c’est la capacité des citoyens de contrôler les pouvoirs, d’agir en tant que contre pouvoir. 

                              https://blogs.mediapart.fr/bernard-uguen/blog/250416/pouvoir-citoyen-et-contrat-presidentiel-2017


                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 09:56

                                @bernard29
                                C’est gentil, mais que peuvent faire des contre pouvoirs en France contre les Institutions de la Troïka ? Les vrais pouvoirs de décisions ne sont plus en France.

                                Ils sont à Francfort pour la BCE, à Bruxelles pour la Commission et à Washington pour le FMI et l’ OTAN. Aucun des membres n’est élu, ils sont nommés par les Gouvernements ou issus de chez Goldman Sachs...


                                Quand Berlusconi a traîné les pieds pour appliquer les réformes demandées par Bruxelles et a critiqué l’euro, il a été démis de ses fonctions et remplacé sans élection, par Mario Monti de chez Goldman Sachs...

                                Le seul pouvoir dont nous disposons, c’est de nous rassembler provisoirement pour sortir de cette usine à gaz européenne et nous occuper de nos affaires...

                              • Tall Tall 11 décembre 2016 10:53

                                On dirait que le système est en train d’essayer une nouvelle arme de propagande avec l’idée que « tout le monde ment », histoire d’y amalgamer les partis qui n’ont encore jamais été au pouvoir.

                                 
                                Le coup du « tous pourris » pour qu’on ne vote pas contre eux.

                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 11 décembre 2016 12:06

                                  @Tall
                                  « Tous pourris sauf le FN », c’est pourtant bien le FN qui l’a inventé...
                                  Quand on voit la longue liste des condamnations et mises examen au FN, on a des doutes...


                                • Tall Tall 11 décembre 2016 12:37

                                  @Fifi Brind_acier

                                   
                                  couillonnades préhistoriques qui ne concernent plus le FN actuel
                                  Marine a fait le ménage ... 

                                • Tall Tall 11 décembre 2016 12:40

                                  Freinez un peu, car ça commence à se voir pour qui vous roulez objectivement : l’UMPS !

                                   
                                  Il a bon dos, l’Asselineau aux 17 parrainages.

                                • Durand Durand 11 décembre 2016 15:23

                                  @Fifi Brind_acier


                                  BRAVO FIFI !
                                  Vous êtes la femme-fontaine du commentaire ! 25 orgasmes publiés depuis ce matin !

                                  On doit aussi se mouiller le nuque avant, ou se pisser dessus de rire suffira ?

                                • howahkan 12 décembre 2016 07:59

                                  @Durand

                                  beaucoup de commentaires = mensonge..drôle de logique ??? alors que un seul suffit à mentir non !!


                                • Vipère Vipère 11 décembre 2016 12:03



                                  Notre Démocratie, comme celle de pays latins entrés sans l’UE est un « village Potemkine ».

                                  Une façade démocratique factice et rien d’autre ! 



                                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 11 décembre 2016 16:16

                                    La démocratie n’existe pas sur cette planète, c’était une grandiose révolution humaine qui a tourné en contre-révolution à cause du bla bla et des comportements des anciens Grecs ! 


                                    LE MONDE ENTIER EST SOUS LE JOUG DU LEURRE DÉMOCRATIQUE !

                                    Les droits de l’homme n’existent plus sur cette planète, c’était aussi une grandiose révolution humaine qui devait banaliser le pouvoir politique et en finir une fois pour toutes avec l’idiotie de la fausse légitimité des familles royales et de leurs entourages,mais cela avait tourné aussi en contre-révolution à cause de la trahison française de 1789 qui avait rétabli la fausse légitimité et les privilèges d’une noblesse plus nombreuse et plus vorace !

                                    LE MONDE ENTIER CHANTE DANS LE VIDE LA CHANSON DE PIEDS DROITS DE L’HOMME ALORS QUE QUELS ÉNERGUMÈNES ONT DÉJÀ ENGRANGÉ A LEUR PROFIT TOUTES LES RICHESSES DE LA PLANÈTE ! 

                                    Voilà pourquoi en 2003 j’avais proposé de remplacer l’hypocrite « chanson des pieds de l’homme à la française qui encourage les attitudes et les comportements esclavagistes en invitant les hommes à quémander leurs droits au lieu de contraindre le responsables à remplir honnêtement leurs devoirs », par la « DÉCLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS HUMAINS » afin que naisse la VÉRITABLE DÉMOCRATIE qui veut que "L’HOMME OBÉISSE AUX LOIS JUSTES ET NON AUX HOMMES POLITIQUES  ! 

                                    Mais comme personne n’en veut... Alors allez remplir joyeusement les bidons des urnes en chantant votre démocratique ! Vous croyez bien au Père Noel non ?

                                    • howahkan 12 décembre 2016 08:00

                                      @Mohammed MADJOUR

                                      salut..je te rejoins sur ce point..


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 12 décembre 2016 15:35

                                      @howahkan


                                      Bien venu alors ...

                                    • Kelimp 8 janvier 2017 19:31

                                      Globalement, je partage.

                                      Mais en dehors de l’indépendance des médias, comment le simple citoyen que je suis peut-il exprimer ses choix si ce n’est en votant, sachant que cette expression ne changera pas grand chose à sa vie ?

                                      Ce dont je suis convaincu, c’est que celui qui ne vote pas perd sa légitimité à émettre un avis sur la conduite de sa commune, de sa région ou de son pays.

                                      Si aucun candidat n’a convaincu, il y a 3 possibilités :
                                      -s’abstenir, qui peut, si l’abstention est importante, traduire une crise de la représentation et poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu.
                                      -voter blanc, ce qui indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection. Depuis 2014, les bulletins blancs, même non pris en compte dans les suffrages exprimés, sont décomptés séparément des votes nuls et annexés en tant que tel au procès verbal dressé par les responsables du bureau de vote. Ils ont, au moins, le mérite d’indiquer la hauteur du désaccord des électeurs.
                                      -le vote nul, qui ne sera pas pris en compte dans les résultats de l’élection. Le plus mauvais choix à mes yeux..

                                      Alors, c’est vrai, ce qui nous est proposé, aujourd’hui, c’est un choix entre la peste et le choléra. Au 2ème tour en tous cas.
                                      Si je sais déjà pour qui je voterai au 1er tour, je sais aussi pour qui je ne voterai en aucun cas au 2ème.
                                      Au moins, je me serai exprimé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès