• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Qui croire ?

Un sondage commandé par Libération coupe court à toute velléité d’optimisme, même si on peut malgré tout en avoir une lecture positive.

Si la gauche semble aujourd’hui avoir le vent en poupe, elle ne suscite cependant aucune ferveur particulière.

Les personnes sondées rejettent autant Sarkozy qu’elles mettent en doute l’avènement possible d’une véritable alternative politique.

Ce constat est le signe d’un désenchantement profond de la société française qui semble de plus en plus incapable de se projeter avec confiance dans l’avenir.

Ce désenchantement profond se ressent par exemple très fortement sur le marché du travail où coexistent deux grands types de réaction.

La première, minoritaire, consiste à se rebeller et à entrer en conflit. Généralement, cette réaction survient lorsqu’un plan social est annoncé, lorsque « les jeux sont faits » et qu’il ne reste plus que la révolte pour pallier l’urgence d’une situation sociale intenable. La colère est extériorisée.

La seconde, majoritaire, consiste à se convaincre que des améliorations sont encore possibles. Il s’agit de prendre sur soi, de serrer les dents, de garder la tête dans le guidon en espérant échapper au déclassement social. La colère est intériorisée.

Comment dans ces conditions se sentir à l’aise ?

Comment ne pas somatiser ?

Comment échapper à la détresse intérieure et conserver sa lucidité ?

Est-il seulement possible de se montrer encore disponible et attentif à un discours politique souvent stéréotypé ?

Comment conserver une bonne estime de soi au sein d’une société qui vous méprise et qui ne tient que par la peur ?

Qui croire ?…

Il y a quelques jours, le blogueur Slovar a fait un lien avec un billet de Loïc Le Meur qui avait participé à la campagne de Nicolas Sarkozy sur le web.

La lecture de ce billet flagorneur (publié le lendemain de l’élection de Nicolas Sarkozy) m’a effrayé.

C’est à la fois un excellent condensé du sarkozysme et une très bonne illustration de la célèbre citation du réalisateur Michel Audiard : « Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît. »

Jugez plutôt :

 

Que peut-il bien se passer dans la tête d’un homme pour écrire pareille stupidité ?

Comme si la France était réductible à une plainte dépourvue d’objet et de cause, comme si l’obsession d’un jeune à la recherche d’un emploi était d’avoir des RTT, comme si la seule contrepartie admissible au salariat était uniquement la gloire de travailler pour la prospérité d’une entreprise sans égard pour le contrat de travail qui, pourtant, définit les modalités de la relation entre l’employé et l’employeur…

Le ton se veut un brin prophétique (« je rêve de ceci, je rêve de cela ») et faussement chaleureux.

Or le grotesque et la suffisance suintent à chaque phrase.

J’ai été à peine surpris quand j’ai appris qu’il avait menacé de quitter la France en cas de victoire de Ségolène Royal.

Cette caricature de la droite décomplexée, ce chantre de la « nation plus entreprenante » réside depuis 2007 en Californie. CQFD.

Tant de duplicité a de quoi agacer.

Et c’est précisément cette insupportable duplicité qui a gagné en 2007.

Que la gauche se garde donc de gagner en 2012 avec un discours hypocrite !

C’est tout le mal que je lui souhaite…

Ce billet est décousu, je le sais.

Il est le signe de mon impuissance rageuse et d’une grande lassitude.

En guise de conclusion, je citerai ces quelques phrases lapidaires de Roger-Gérard Schwartzenberg (1788. Essai sur la Maldémocratie. Fayard, Paris, 2006, p.21) :

« Les symptômes du mal démocratique sont évidents. Une Constitution équivoque qui crée le doute, au lieu de fixer des règles pérennes. Des consultations nationales qui, sauf référendum, n’ont lieu que tous les cinq ans. Des élections dont, de surcroît, on ne tient souvent guère compte, quitte à pratiquer un certain déni du suffrage universel. Un Parlement perçu comme lointain, qui est devenu le miroir déformant de la société. Une République éclatée, où l’on se replie sur des communautés particulières. Un pays clivé, coupé en deux, avec deux France, l’une dotée, l’autre défavorisée ou démunie, que l’on n’écoute guère. Une Europe des diplomates et des technocrates, qui fonctionne sans les citoyens. Et, surplombant le tout, une mondialisation sans gouvernance, qui dicte ses choix, de haut et de loin.

Ainsi va la maldémocratie. Coupée du peuple, souverain théorique au nom duquel on gouverne. Loin des urnes et des hémicycles. Entre soi. »


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 24 août 2010 14:41

    Ce n’est pas ceux qui profitent d’un système qui ont intérêt à le changer.

    Par exemple, prenons la désignation des candidats à l’élection du président de la république, poste clé de notre société.

    Qui désigne ? Les partis politiques.
    Qui dans les partis politiques ? Les dirigeants.
    De quelle manière ? Pas cooptation. Il y a soit un seul candidat, soit un candidat évident. Le vote des militants est soit dirigé, soit ignoré, soit contourné.

    Comment sont sélectionnés les dirigeants des partis politiques ? Pas cooptation.
    Sur quels critères ? Les réseaux, les services rendus, le piston familiale, le parrainage, l’obéissance, la soumission, le cynisme et la souplesse morale.

    Conclusions : Les candidats dont l’élection est possible, sont issus du sérail et respectent que les règles de leur milieu et notamment la règle du silence. Ils sont souvent à la tête de réseaux puissants où y sont bien placés. Ils représentent des intérêts particuliers et ne se sentent liés en aucune manière, ni au peuple, ni à l’intérêt général, ni aux lois républicaines. Ils sont tenus de manifester leur reconnaissance de manière concrète à ceux qui les ont fait roi.


    • asterix asterix 24 août 2010 19:48

      Le PS n’a aucune alternative. Ce n’est qu’un troupeau d’éléphants qui se battent tous pour être le mâle dominant.


      •  C BARRATIER C BARRATIER 24 août 2010 20:45

        Depuis le gouvernement républicain de la libération, il y a eu surtout des compromis parfois...compromettants. Dans le cadre du libéralisme mondial, une politique socialiste se contentera d’accompagner le rabotage de la République.
        Nous nous trouvons dans un tel déni de NOTRE constitution que seule une personne rigide sur ce sujet, sur l’application stricte des lois POUR TOUS (cela serait vraiment nouveau) pourra espérer convaincre des citoyens blasés à force d’avoir été trahis.
        Aujourd’hui il y a Eva JOLY qui est la seule après Ségolène à afficher cette rigueur...Mais il est tôt encore. Soyons vigilants, prudents, et aussi audacieux !


        • Fergus Fergus 25 août 2010 09:22

          Bonjour, Gabale.

          Décousu, ce billet ? Je ne crois pas. J’y vois plutôt un salutaire coup de gueule. Et le petit texte de Loïc Le Meur est en en effet confondant de duplicité et porteur d’un mépris abyssal pour la condition des salariés.

          Schwartzenberg avait raison, malheureusement. Mais peut-être, concernant la France, tout n’est-il pas dit. Je vous invite à lire l’un de mes précédents article, intitulé « Climat social : l’avertissement lucide de Tocqueville  ».

          Qui sait quelles peuvent être les réactions d’un peuple floué ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires