• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Recomposition – Le populisme comme nouvelle force politique (2/4) (...)

Recomposition – Le populisme comme nouvelle force politique (2/4) (billet invité)

Billet invité de Marc Rameaux, qui a publié « Portrait de l’homme moderne  », suite de la 1ère partie
 
 
 
Le populisme de gauche : entre le Charybde de la trahison et le Scylla de l’indigénisme :
 
Alexandre Devecchio consacre un chapitre au populisme de gauche : si la plupart des populistes sont placés à droite de l’échiquier politique, la thématique d’un retour aux réalités du peuple contre des élites déconnectées et ignorantes, la redécouverte du patriotisme, la protection contre des influences supra-nationales, se retrouvent dans les discours de Podemos en Espagne, Syriza en Grèce, Jean-Luc Mélenchon en France, ainsi que dans plusieurs pays d’Amérique latine.
 
Le responsable du Figaro Vox traite de ce sujet sur le ton de l’humour et de l’ironie, saillies qui se révèlent amplement méritées.
 
Le populisme de gauche a pour l’instant toujours échoué, fracassé sur deux écueils opposés, véritables Charybde et Scylla empêchant son émergence.
Soit il trahit son objectif d’origine, comme le firent Podemos et surtout Syriza, et se rallient dans ce cas au discours mondialiste d’autant plus violemment qu’ils s’y sont opposés, allant jusqu’à l’excès de zèle caractérisé.
 
Soit il s’enferre dans une autre impasse, celle du discours indigéniste et communautariste, abusant d’une victimisation de certaines minorités qui dégénère en racisme inversé, tout ce qui est blanc, occidental et traditionnel devenant l’ennemi à abattre. C’est la mésaventure que vit aujourd’hui la France Insoumise, déchirée entre son aile républicaine maintenant minoritaire et des activistes indigénistes qui ont préempté le mouvement.
 
Une telle récupération fait des populismes de gauche l’allié des islamistes, tenant un discours plaintif en superficie, menant une stratégie d’infiltration et de noyautage de toutes les institutions républicaines avec une très inquiétante efficacité.
 
Alexandre Devecchio est d’autant plus à l’aise pour dénoncer cette supercherie que son précédent livre démonte très bien les mécanismes pervers des institutions censées représenter les musulmans de France, presque toutes récupérées par la mouvance Frériste.
 
Ceux qui dénoncent de tels agissements avec le plus de lucidité sont souvent d’ardents républicains issus de l’immigration nord-africaine, ayant vu les dégâts commis par le FIS en Algérie et leur extrême habileté à s’emparer de tous les leviers gouvernementaux. Boulem Sansal ou Fatiha Boudjahlat sont deux personnalités emblématiques de cette réaction républicaine, pointant avec beaucoup de justesse notre naïveté et notre manque de fermeté vis-à-vis d’une évidente stratégie de conquête du pouvoir par les Frères Musulmans en France.
 
Faute d’écouter ces alertes, beaucoup de populistes de gauche laissent leur mouvement se faire phagocyter par les indigénistes, mélangeant allégrement les défenses antinomiques de toutes les minorités, par exemple l’activisme féministe et gay avec le communautarisme musulman. Impossible de leur faire remarquer que l’espérance de vie d’une féministe ou d’un homosexuel dans un pays dominé par des indigénistes musulmans serait de quelques jours, la gauche communautariste n’en est pas à une contradiction près.
 
Cette double impasse semble d’autant plus étonnante qu’une aile gauche du populisme pourrait très bien se frayer un large espace politique, si elle se montrait intraitable sur la défense des principes républicains. La tentative de Jean-Pierre Chevènement avec le Mouvement des Citoyens ou sa continuation spirituelle par un Arnaud Montebourg indique un chemin beaucoup plus prometteur, souverainiste et républicain, mais demeure curieusement en déshérence.
 
Alexandre Devecchio dresse un constat sévère des tentatives de populisme de gauche, volée de bois vert méritée pour ceux qui n’ont rien su produire d’autre qu’un reniement au carré ou une démagogie communautariste faite d’un mélange de lâcheté et de clientélisme.
 
De la Tea-Party à l’indépendance Américaine : un pied-de-nez aux mondialistes quant au fer de lance de la société ouverte
 
Dans le chapitre suivant, l’anecdote déjà mentionnée concernant Steve Bannon et l’histoire de son père s’inscrit dans un mouvement politique américain de grande ampleur : le phénomène du « Tea Party », avant-garde d’une droite populaire aux Etats-Unis qui préparait l’avènement de Trump.
 
Alexandre Devecchio rappelle l’origine historique du mouvement, inscrite dans son nom lui-même. La « Boston Tea Party » était une révolte menée par des négociants en thé Bostoniens en 1773 contre le Parlement Britannique, soit trois ans avant la déclaration d’indépendance des Etats-Unis d’Amérique.
 
La protestation est née des taxations abusives sur le thé décidées par l’Angleterre contre ce qui n’était pour elle qu’un agglomérat de 13 colonies. Tandis que le thé américain était lourdement imposé, celui de la compagnie des Indes ne subissait aucun impôt. Les négociants bostoniens menèrent une révolte consistant à jeter par-dessus bord la cargaison de trois navires anglais de la compagnie des Indes.
 
Affirmation d’une indépendance naissante, colère populaire allant jusqu’à l’action musclée, protestation contre un pouvoir lointain et ignorant de leur vie locale, déclenchement par un impôt abusif : la Boston Tea Party a plus d’un point commun avec la révolte des gilets jaunes.
Certains crurent d’ailleurs que le mouvement français pouvait être le démarrage d’un mouvement à la fois libéral, populiste et conservateur, car provenant d’un abus fiscal évident. Mais nous sommes en France, et les gilets jaunes furent rapidement récupérés par des mouvances très à gauche, réclamant des subventions plus qu’une baisse généralisée des taxes.
 
Aux Etats-Unis, cette aile droite du parti Républicain gagna en influence et en résultats électoraux, culminant avec des personnalités telles que Sarah Palin, dont le style simple et gouailleur aurait dû alerter sur la possibilité d’une victoire de Trump quelques années plus tard.
Si l’actuel président des Etats-Unis n’est pas entièrement l’héritier du Tea Party - ce dernier incluant un fort puritanisme religieux cadrant mal avec les frasques extra-conjugales de Trump - la demande d’un retour aux valeurs profondes de l’Amérique et la proximité avec les classes modestes préfiguraient déjà l’impensable victoire.
 
Tous ceux qui veulent prendre la peine de comprendre le mouvement populiste dans tous les points du globe doivent se rappeler que sa matrice historique est la révolte d’hommes réclamant leur indépendance et l’affranchissement d’un pouvoir perçu comme éloigné et arbitraire.
 
Il faut se souvenir que ce mouvement est la mèche qui allumera trois ans plus tard la naissance des Etats-Unis d’Amérique, considérés longtemps comme le fer de lance de la société ouverte par les mondialistes : un joli pied-de-nez historique rappelé par Alexandre Devecchio, montrant que la défense des libertés doit se garder de tout manichéisme.
 
Populisme 2.0 : comment les modernes se sont retrouvés archaïques
 
Le populisme s’appuie également sur la désintermédiation, note Devecchio. Tous ont pu vaincre électoralement en rompant avec les relais politiques traditionnels et avec les corps intermédiaires : syndicats, pouvoirs politiques locaux, media officiels. Ils sont devenus pour cette raison maîtres de la digitalisation, de l’emploi massif des réseaux sociaux et de leur forme de démocratie directe.
 
Là encore, l’histoire réelle se venge de ceux qui ont cru forcer sa direction : les outils considérés comme emblématiques de la mondialisation et du progressisme sont devenus le meilleur terrain de ceux qui les contestent. Au point que les réseaux sociaux qui faisaient partie au départ du tableau lénifiant et kitsch de la mondialisation heureuse sont maintenant inclus dans la diabolisation du populisme.
 
Les réseaux sociaux ont à ce titre joué le rôle de révélateur des véritables intentions des mondialistes : ces derniers sont visiblement beaucoup plus attachés à établir un monopole absolu de droit à penser et à publier qu’à défendre une véritable pluralité d’opinions.
 
La désintermédiation se révèle être une tendance lourde du monde politique futur, que cela nous plaise ou non. Devecchio fait remarquer qu’Emmanuel Macron comme Barack Obama y ont tout autant fait appel que les populistes, captant la popularité d’un affranchissement des circuits politiques officiels. LREM a beaucoup insisté lors de sa campagne sur sa nature « anti-système », revendiquée tout autant que le font les populistes.
 
L’émergence des réseaux sociaux dans le débat politique est riche d’enseignement sur la nature du mondialisme. La « modernité » du mondialisme peut être comparée à celle que les hyper-marchés présentaient dans les années 1970 : à cette époque, les immenses surfaces commerciales donnant dans le gigantisme représentaient le parangon de la modernité, les petits commerces étant l’archaïsme voué à disparaître. Les hyper-marchés étaient une sorte de concrétisation du rêve mondialiste : temples du consumérisme, l’on y trouvait de tout, l’accès en était totalement fluide, cumulaient les produits de toutes origines. L’ère de la consommation de masse devait s’imposer invinciblement comme les rêves de Francis Fukuyama.
 
Mais rapidement, une demande de commerces de proximité, de relations fondées sur la réputation et la connaissance locale, d’échanges incluant un sentiment d’appartenance, revinrent en force. Aujourd’hui, rien de plus ringard que les hyper-surfaces commerciales. L’ancienne culture des commerces cultivant une forte identité locale redevient la tendance future.
 
La mondialisation ressemble aux hyper-marchés de masse : impeccables dans leur principe de fonctionnement, mais froids, indifférenciés, de taille inhumaine : l’hyper-globalisation mène aussi à la standardisation de masse, à un monde où rien de saillant n’émerge. L’émergence des populismes est comparable à la revanche des commerces locaux de forte identité qui relèguent les hyper-marchés dans l’archaïsme.
 
La résonnance entre populisme et outils du web s’explique très bien de cette façon. Un contresens fait de l’internet un média de masse, comme le furent la radio, la télé ou les journaux à grands tirages. Or le web est précisément l’inverse d’un média de masse : il est plutôt la réalisation de la culture des fanzines, ces publications locales de la contre-culture des années 1970, qui restaient confidentielles, car de tirage artisanal.
 
Réalisant le rêve des fanzines, les moyens modernes permettent à un simple particulier de disposer de moyens éditoriaux et de diffusion aussi puissants que ceux de la grande presse. Les blogueurs d’influence peuvent bénéficier d’une audience comparable voire supérieure à celle des journaux nationaux. Le web propose une information totalement individualisée et personnalisée, à la carte, que chacun se compose, c’est-à-dire l’inverse exact d’une information de masse diffusée similairement à des millions de personnes en même temps.
 
Le succès du populisme sur le Web ne réside que marginalement dans les usages pervertis qui en sont faits, mais beaucoup plus dans une affirmation de fierté et d’indépendance permettant la pluralité, a contrario de la standardisation obligatoire de l’information voulue par le mondialisme.

Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • eric 12 octobre 12:18

    Le populisme, c’est les gauches. Toutes les gauches. Elles sont des mouvement de classe moyenne, brandissant un soit disant « peuple » pour faire « payer les riches » au nom des « pauvres », mais en s’appropriant l’essentiel de l’argent. Le tout à l’aide d’un instrument privilégié, les bureaucraties plus ou moins étatisées.

    Les droites sont, et de plus en plus, populaires. Les gauches le sentent vaguement et le reconnaissent honnêtement, quand elles parlent de l’électorat « bac moins 3 » du RN ou de Trump. Mais elles n’oublient pas que des riches aussi, votent à droite. Or, dans un pays où 80% d’une classe d’âge est au bac depuis 30 ans, où les formations pro sont souvent meilleures que le bac, et ou les moins qualifiés sont souvent des étrangers sans droit de vote, ce critère révèle surtout le mépris de gauche pour qui ne vote pas comme eux. Mais dans des pays ou la classe moyenne reste quantitativement dominante, tous cela revien à dire que les droites sont mixtes socialement. Contrairement aux gauches. En cela surtout, elles sont réellement « populaire » représentatives de l’ensemble du peuple. Dans une vision humaniste, et non « classiste », le peuple, c’est tous le monde riches et pauvres compris. Oui, les gauches, c’est le populisme, idéologie se référent à « un peuple », limité, absteait, justificateur. Les droites, c’est le populaire.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 12 octobre 21:19

      Article intéressant, mais je ne pense pas qu’il soit politiquement opérationnel, tant le mot « populiste » fait partie de l’arsenal des insultes attribuées à tous ceux qui sortent de la pensée unique, pour mieux les discréditer.

      En quoi la FI ou la Gauche seraient populistes, alors qu’elles sont tout bêtement euro atlantistes, appliquant les conseils du think tank Terra Nova :« Laissez tomber les classes populaires, occupez vous des minorités, des femmes, des migrants et des LGBT », et ils sont européistes jusqu’au trognon.

      Du coup, une partie des classes populaires a migré du côté du FN, au grand dam de la Gauche. On ne peut pas à la fois soutenir l’UE, les migrants et la mondialisation au nom d’un Internationalisme mal digéré, et prétendre défendre les classes populaires, qui en sont les premières victimes...

      Les Français n’ont pas eu besoin de la Gauche pour être majoritairement opposés à la mondialisation imposée par l’ UE., ils ont compris tout seuls les conséquences sur l’emploi & les salaires.


      Reste à définir le mot « anti système », utilisé à toutes les sauces.

      Il nécessite de définir d’abord de quel système on parle ?

      La Ve République ? Le capitalisme ? Le néolibéralisme ? l’immigration de masse ? L’ Union européenne ? La mondialisation ? La finance ? Allez savoir ? Chacun met dans ce terme ce qu’il veut, sans se sentir obligé de le définir.

      D’où une grande confusion politique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès