• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Remboursez ! La Primaire Socialiste est un racket, personne ne suit (...)

Remboursez ! La Primaire Socialiste est un racket, personne ne suit Hamon

La primaire socialiste est une escroquerie, une duperie, et pour le Parti Socialiste lui-même, elle est une balle dans la tête.

Les socialistes sont bien gentils d’avoir voulu organiser une primaire dite « citoyenne » dans le but de décider d’un candidat à l’élection Présidentielle, faut-il encore respecter les électeurs qui se sont déplacés à presque 4 millions aux deux tours de scrutin, ce, en leur abandonnant un euro.

Les urnes ont parlé, Benoît Hamon a été élu démocratiquement par les partisans à la rose, cependant, nous assistons depuis son investiture à une fuite des députés vers un ancien Ministre désormais candidat et chef du parti « En marche ! », Emmanuel Macron.

Tandis que la décision populaire place l’ancien Frondeur (et son dangereux programme) à la tête des socialistes, nombre de députés du même rang ont décidé de le larguer, préférant rejoindre « le philosophe bancaire » , se moquant ainsi ouvertement du vote des sympathisants socialistes.

Plus que de se foutre royalement des électeurs, plus que de ne pas suivre leur décision pourtant claire, plus que de les abandonner, la participation demandée, un euro, peut dès lors s’apparenter à du racket.

Alors que le PS se félicite d’avoir tenu une primaire « citoyenne » sans anicroche (quoi que), il est, quelques jours après la déclaration des résultats, inconcevable de constater que la démocratie interne et populaire ne soit pas entendue.

Quand on organise un vote, on accepte, on assume, on se réunie derrière le gagnant désigné, on se plie, et on respecte les urnes, d’autant plus quand on demande un euro de participation aux courageux membres du parti. Et justement, ces 3,8 millions d’euros récoltés (à des charrues près) grâce aux sympathisants, posent un sacré problème si certains politiques socialistes lâchent B. Hamon. Car le laisser tomber, c’est plus que de trahir leur engagement, plus que de se moquer des membres et de les laisser tomber à leur tour, c’est aussi de les avoir rackettés, la primaire s’étant transformée en vaste fumisterie, un vol direct dans le porte-monnaie.

La fuite des députés PS vers Emmanuel Macron est donc autant une preuve de lâcheté, un profond esprit d’égocentrisme, qu’une intolérable escroquerie.

Rajoutons à cela le coût des débats… pour pas grand-chose.

WikiStrike demande à ceux qui sont partis mettre un bulletin dans l’urne à ces Primaires « citoyennes » du PS et qui peuvent se sentir voler, de se révolter et de demander le remboursement de leur vote non honoré.

 

 

Joseph Kirchner pour 

http://www.wikistrike.com/2017/01/la-primaire-socialistes-est-un-racket-personne-ne-nuit-hamon.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 1er février 18:21

    on peut faire des soldes chez les républicains , un Fillon avec une Pénélope en cadeau ....


    • Anatine 1er février 18:25

      C’est Hamon qui ne suit pas ses électeurs. Ils n’ont pas voté pour lui mais contre le PS au pouvoir. Il a parlé le langage de Mélenchon et à utilise le RU les électeurs lui ont demandé de refonder la gauche. Et pour ça. Il n’à pas 2 solutions. Il déclare rejoindre une plate-forme avec Mélenchon. La grande majorité des élus PS le suivrait. Tous ceux qui ne sont pas trop liés avec le pouvoir PS qui utilise et est utilisé par Macron. En plus Macron élu. Il dégage. Les promesses tiennent aussi pour les élus. Pour moi la cohérence est essentielle..


      • Fergus Fergus 2 février 10:51

        Bonjour, Anatine

        Hamon a tenu sincèrement un langage de gauche dans cette primaire. Mais vous avez raison de souligner que les électeurs ont, pour beaucoup d’entre eux, moins voté Hamon que voté contre Valls.

        Le problème est que Hamon reste un apparatichik et qu’il va maintenant tempérer son discours pour ne pas se couper totalement de l’aile libérale du PS pour éviter un trop grande hémorragie en direction de Macron. Dès lors, ce parti restera inchangé, et il est probable que la coexistence de Hamon et Mélenchon fera perdre les deux dès le 23 avril.


      • Alren Alren 2 février 13:05

        @Fergus

        il est probable que la coexistence de Hamon et Mélenchon fera perdre les deux dès le 23 avril.

        Si Hamon fait perdre JLM en maintenant sa candidature comme le souhaite l’oligarchie, c’est qu’il ne souhaite pas vraiment voir appliquées les mesures qu’il a pompées dans L’Avenir en Commun.
        C’est qu’il est aussi sincère que Hollande dans sa posture de « gauche », c’est le frondeur-bidon qui a accepté les lois El Khomri et Macron.

        Voter Hamon c’est éteindre l’espoir d’une société française plus humaine.
        Tout ceux qui ont compris ça doivent en convaincre le maximum d’électeurs.


      • Fergus Fergus 2 février 13:24

        Bonjour, Alren

        Je partage votre avis, mais je ne suis pas très optimiste, Hamon semblant bien parti pour pérenniser les pratiques du PS malgré un positionnement de gauche progressiste Canada Dry.


      • Anatine 2 février 15:52

        Si Macron n’explosé pas en vol, il n’y aura plus d’aile libérale au PS. Ce qui importe c’est majorité des élus PS, les « centristes » du PS... En simplifiant, JLM est à la gauche ce que Macron est à la droite. Hamon est à la gauche ce que Fillon est à la droite...


      • Anatine 2 février 16:01

        Je crois qu’Il faudra à Hamon trouver un autre job s’il persiste. Le monde se transforme à une vitesse et à une échelle qui ne laissent aucune place. L’enjeu avec la désignation de Macron est de faire basculer les « centristes » du PS. Devirer qui gagnera à ce jeu si Macron est désigné.


      • lautrecote 1er février 18:53

        L’euro de participation ? de l’arnaque ?
        Mais pourquoi êtes-vous allé voter ?

        Vous le saviez avant, que cet argent allait au PS, sans aucun contrôle, non ?


        • Trelawney Trelawney 2 février 09:11

          @lautrecote
          Il peut toujours aller se plaindre à « Que choisir »


        • CN46400 CN46400 2 février 09:00

          "La fuite des députés PS vers Emmanuel Macron est donc autant une preuve de lâcheté, un profond esprit d’égocentrisme, qu’une intolérable escroquerie."

          C’est aussi , et surtout une occase de nettoyer ce parti de la fange arriviste.....


          • Trelawney Trelawney 2 février 09:13

            @CN46400
            Vous êtes de ceux qui pensent que Macron est une pompe à merde du PS ? Mois je pense qu’en invitant Drahi à sa table, Macron est plutôt une machine à refouler les pecnots. Et c’est pour cela qu’avec lui, les cadres du PS n’ont aucune chance


          • fatallah 2 février 13:03

            @Trelawney
            Ce n’est pas Macron qui a invité Drahi, ce sont Drahi et ses petits copains qui ont trouvé la marionnette idéale.


          • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 février 10:22

            eh oui, que voulez-vous, c’est les risques d’emprunter des sentiers primaires non balisés. smiley

            Cela dit si ça peut vous consoler, en cas de retrait de F Fillon, les Républicains auront fait une primaire pour rien eux aussi


            • zygzornifle zygzornifle 2 février 11:44
              Les socialistes ont eu tort de venir au pouvoir. Ils auraient dû faire comme Dieu : ne jamais se montrer pour qu’on continue à y croire (Coluche)


              • sweach 2 février 12:11

                *La fuite des députés PS vers Emmanuel Macron est donc autant une preuve de lâcheté, un profond esprit d’égocentrisme, qu’une intolérable escroquerie.*

                Non c’est juste logique
                Depuis 3 ans le PS n’est plus « Socialiste », il est logique que lors d’une élection interne ce soit ce mouvement (le socialisme) qui reprenne le devant de la scène.

                Après avoir coulé le navire PS, les démocrates doivent quitter le navire pour aller vers le nouveau Fringant Macron, vue qu’ils ne sont pas « socialiste » ça me parait des plus normal qu’ils dégagent.

                Ce scindement en deux du PS et trop mous pour vraiment aboutir, ils vont tous se faire défoncer à toutes les prochaines élections.

                C’est plus la survie qui est en jeu.

                • PiXels PiXels 2 février 13:15

                  @sweach
                  .
                  .
                  « Depuis 3 ans le PS n’est plus « Socialiste ... ».... »
                   ;
                  .
                  Rassurez-moi C’est une « coquille » !

                  Vous vouliez écrire « 30 ans » ?!
                  .
                  Sinon je vous suggère de modifier votre formulation :
                  .
                  « Il y a 3 ans, je me suis rendu compte que le Ps n’’était plus »socialiste« ... »


                • Fergus Fergus 2 février 13:26

                  Bonjour, PiXels

                  Depuis 34 ans exactement, et le tournant Maurois de 1983 !


                • PiXels PiXels 2 février 14:36

                  @sweach
                  .
                  .
                  Merci Fergus pour cette précision.
                  .
                  Il se trouve que je l’ai probablement payé « le prix fort ». (Malheureusement, je n’ai pas été le seul  !)
                  .
                  Ne m’intéressant pas à cette époque là à la « politique » (j’avais bien le sentiment d’un « tous pourris » mais n’avais guère le temps d’en comprendre ni les causes ni les mécanismes précis. Et internet n’existait pas..
                  .
                  Je ne l’ai compris qu’il y a une quinzaine d’années.... grâce au web.
                  .


                • sweach 2 février 18:05

                  @PiXels
                  Oui on peut ironiser sur l’absence de Socialisme dans le PS


                  Mais il y a 3 ans, il a quand même eu un virage libéral suffisamment puissant pour détruire le PS aujourd’hui.

                  A voir ce qui va en ressortir ? Hamon mise sur un tassement des choses et un retour à l’éternel droite-gauche. 
                  Macron mise sur un truc sorti de nul part qui n’a aucune direction et qui marche droit dans le mur.



                • PiXels PiXels 2 février 18:59

                  @sweach

                  .
                  .
                  Je le reconnais volontiers, je suis souvent un tantinet sarcastique.
                  Si j’ironise, c’est parce que tant que c’est possible, j’essaie de (sou)rire des choses plutôt que d’en pleurer.
                  .

                  Ce que je pense, vous n’avez pas compris, c’est que ce que vous appelez « virage libéral suffisamment puissant », il est « dans les tuyaux » depuis très longtemps.

                  .
                  Vous mélangez « cause » et « effet ».
                  .
                  Pour ne citer qu’un exemple, les lois « Macron/El Komri » ÉTAIENT dans le programme de Hollande.
                  .

                  Vous a-t-il échappé que ce parti s’est fait l’allié objectif de Sarko/Fillon pour augmenter de 5 ans l’âge de départ à la retraite ?
                  .
                  Vous a-t-il échappé qu’en 2007 lce parti s’est fait l’allié objectif de Sarkosi pour faire passer le traité européen rejeté 2 ans auparavant par rérérendum.
                  .
                  Vous en voulez d’autres ?
                  .
                  Il n’y a que ceux qui n’ont pas voulu voir qui n’ont pas vu...parce qu’ils ne se sentaient pas suffisemment concernés !
                  .
                  En avril prochain un certain nombre iront encore voter Hamon ou Macron parce que pour eux, pour l’instant ... le « virage liabérl » n’est pas encore « suffisamment puissant » !
                  .
                  Vous avez déjà entendu parler du « syndrome de la grenouille » ?.
                  Et de cette citation ::
                  .
                  .

                  « Quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas communiste.

                  Quand ils sont venus chercher les Juifs, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas Juif.

                  Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas syndicaliste.

                  Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n’ai pas protesté parce que je ne suis pas catholique.

                  Et lorsqu’ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour protester. »

                  MARTIN NIEMÖLLER, DACHAU

                  "


                • sweach 2 février 12:12

                  *La fuite des députés PS vers Emmanuel Macron est donc autant une preuve de lâcheté, un profond esprit d’égocentrisme, qu’une intolérable escroquerie.*

                  Non c’est juste logique
                  Depuis 3 ans le PS n’est plus « Socialiste », il est logique que lors d’une élection interne ce soit ce mouvement (le socialisme) qui reprenne le devant de la scène.

                  Après avoir coulé le navire PS, les démocrates doivent quitter le navire pour aller vers le nouveau Fringant Macron, vue qu’ils ne sont pas « socialiste » ça me parait des plus normal qu’ils dégagent.

                  Ce scindement en deux du PS et trop mous pour vraiment aboutir, ils vont tous se faire défoncer à toutes les prochaines élections.

                  C’est plus la survie qui est en jeu.

                  • Albert123 2 février 14:13

                    « Depuis 3 ans le PS n’est plus « Socialiste » »


                    non depuis sa création en fait, 

                    la première trahison visible pour ceux qui sont nés bien après la guerre fut la tatcherisation de la société française en 1983, sous Mitterrand

                    Le PS alors retourné à ses 1ers amours (capitalisme dérégulé et individualisme luciférien) joua les 2 cartes qui fondent sa seule véritable politique : le zizanisme sociétal avec les assos anti racistes/ communautaires et sa détestation du peuple français et la surmédiatisation d’un ennemi imaginaire (le FN, un Emmanuel Goldstein sur mesure) 

                    L’ensemble ayant été totalement décrypté par Orwell dans son livre 1984. Orwell qui en 37 en Espagne s’est retrouvé pris en sandwich entre les fascistes d’un coté et les républicains de l’autre (soit les 2 faces d’une même pièce : le gauchisme).

                    • jaja jaja 2 février 14:21

                      @Albert123

                      Orwell pendant la guerre d’Espagne était un « gauchiste » car appartenant au POUM (Parti Ouvrier d’Unification Marxiste), souvent qualifié de parti trotskiste, opposé au PC stalinien tout comme aux franquistes...

                      Quand au Parti Socialiste sa première grande trahison remonte à 1914 et son appel à l’Union sacrée en faveur de la guerre inter-impérialiste, tout de suite après l’assassinat du pacifiste Jaurès....


                    • Claudec Claudec 2 février 18:35
                      Hamon ne fait que remplacer, en accentuant ses aspect sommaires et irréalistes, le « rêve enchanteur » de Hollande par ses propres « futurs possibles », ce qui ne veut rien dire, ne serait-ce qu’en raison de leur infinie variété et de leur nombre. La formule change mais provient du même tonneau.

                      En s’éloignant encore davantage de réalités sociales auxquelles seul le pragmatisme permettrait de faire face, les dommages seront toujours plus grands.

                      Nous devrions donc, avec lui, nous attendre au pire, ce qui est somme toute normal, s’agissant tout comme Mélenchon ou le clan Le Pen, d’un socialisme aggravé ayant pourtant partout fait la démonstration de son impuissance à réformer durablement les choses. Révolutionnaires, ce que les uns et les autres oublient, comme ceux qui les écoutent et les croient, c’est que toute révolution n’est qu’une prise de pouvoir par la force, avec toutes conséquences sur la paix civile, dont les déshérités qu’ils prétendent représenter et défendre seront les premiers et les plus nombreux à souffrir.

                      Un pouvoir chasse l’autre c’est tout. Et la multitude qui s’en trouve éloignée ne peut que s’y soumettre.

                      • Doume65 3 février 00:28

                        « les électeurs qui se sont déplacés à presque 4 millions aux deux tours de scrutin »

                        Comme ils ont fait l’aller et le retour depuis chez eux, on peut considérer qu’ils étaient presque 8 millions... ce qui ne fait finalement pas très loin de 10. Allez, on dit qu’ils étaient 10 millions et on n’en parle plus. On va quand même pas enculer les mouches !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

JK78


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires