• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Salauds de pauvres !

Salauds de pauvres !

Henri Proglio vient de renoncer à sa rémunération de 450 000 euros annuels. Cette somme correspond à son mandat de président non exécutif du conseil d’administration de Véolia. Il ne reste au nouveau PDG d’EDF qu’un salaire d’un million six cent milles euros. Par an. Pas par mois.

Christine Lagarde qui a mangé son chapeau avec cette nomination, et qui en a mal au ventre d’avoir dû, en plus, avaler des kilos de couleuvres (elle ne voulait pas de Proglio qui a été imposé par Sarkozy), Christine Lagarde, donc, a déclaré à l’Assemblée nationale : « je pense que nous serons tous d’accords sur un point : EDF est une grande entreprise française et elle a besoin d’un grand patron ». Si vous pensiez que vous auriez pu dire la même chose à sa place, vous vous trompez.

Elle a rappelé le deal imposé par Proglio à l’état : conserver son salaire de Véolia où il n’aurait plus aucune fonction exécutive et se consacrer à son job d’EDF pour lequel il est payé normalement. Oui, normalement. Comme dit la ministre de l’économie : « Il y a un marché, des concurrents, un monde qui a changé ».

Le monde change. Il ne fait que ça. Il n’a jamais fait que ça depuis qu’il est monde. Le monde a changé, enfoncez-vous ça dans la tête bande de va-nu-pieds. Il n’y a que vous, salauds de pauvres, qui ne changez pas. Aigris, pleurnichards, méchants. Vous ne pensez qu’aux fins de mois et même aux fins de jours, et parfois même à la fin tout court, bref un comportement obsessionnel et disons-le carrément négatif face aux enjeux qui nous attendent tous.

En vérité je vous le dis trop de pauvreté tue la pauvreté. D’ailleurs, peut-on décemment parler de richesse dans le cas de Proglio ? Non pas, mon bon. Par exemple le salaire de Karim Benzema est de 8,5 millions. Même si Proglio avait gardé ses 450 000 euros ajouté à son salaire d’EDF on arrive à quoi, l’un dans l’autre à un peu plus de deux millions d’euros. Environ quatre fois moins que Benzema. Proglio il se démerde mal. Michel Péberau, la patron de la banque qui change grâce à vos sous, émarge à plein de conseils d’administration. Proglio doit être bien en colère aujourd’hui. Heureusement qu’il va toucher une retraite de 13,1 millions d’euros. Ce qui est super géant, je trouve, c’est qu’en tant que retraité il puisse continuer à travailler. Mais ça, évidemment, personne ne le dit.

Mais bon, maintenant, tout ça c’est du passé. On va pouvoir repartir sur des bases nouvelles. « Henri Proglio a pris "une décision très importante et une décision très responsable", a déclaré Xavier Bertrand sur i-Télé.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.77/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • peace06 22 janvier 2010 13:11

    La difference salariale est un scandale... le salaire des PDG est exorbitant... mais celui des joueurs defoot ou des artistes l’est encore plus !!!
    que johnny hallidays aiencaissé 11 millions d’euros cette année (et ne paye pas dimpots en france smiley
    que thiery Henry qui ne fait que jouer au foot (malqui plus est !) gagne 400 millions d’euros par an..... tout cela est purement scandaleux !!
    je prefere encore savoir que le PDGd’une boite de l’envergure d’edf gagne 2millions plutot que de voir ces chanteurs et footeux gagner autant d’argent et en plus nous faire la morale !! (voir haddopi par exemple !)
    pour info.. le smic... 12000euros par ans !!!


    • Fergus Fergus 22 janvier 2010 13:22


      @ Peace06.

      La comparaison avec Johnny, dont je trouve les revenus d’autant plus exorbitants qu’il se refuse à toute solidarité avec ses compatriotes en pratiquant l’exil fiscal, cette comparaison, dis-je, ne tient pas. car Johnny tient l’essentiel de ses revenus de royalties sur ses ventes là où les grands patrons percoivent un salaire. Un salaire lui aussi scandaleux qui vient, dans leur cas, impacter soit le contribuables pour les services publics, soit les salaires des employés pour les entreprises privées.

      N’oubliez pas en outre que Proglio a obtenu à EDF une progression de salaire de... 45 % par rapport à son prédécesseur qui lui-même s’était déjà largement augmenté. Ce sont là des comportements de rapace, rien d’autre !!!


    • sisyphe sisyphe 23 janvier 2010 12:27

      Il faudrait arrêter les amalgames foireux, et comparer ce qui est comparable.

      Les artistes et les sportifs ne gagnent que l’argent que les spectateurs, téléspectateurs, leur permettent de gagner.
      Si ce sont des sommes pharamineuses, c’est que le spectacle en rapporte beaucoup (prix des places, vente de disques, produits dérivés, droits TV, etc....) ,
      Le milieu du sport et du spectacle produit et brasse d’énormes sommes d’argent ; il est logique que les principaux acteurs en retirent les fruits ; sans eux, pas de spectacle.

      Ce qui est anormal, en revanche, c’est qu’ils puissent de façons ou d’autres, échapper aux impôts sur l’ensemble de leurs gains.

      D’un autre côté, chez la plupart des patrons, leur participation systématique, par cooptation, à une foultitude de conseils d’administration, pour ne rien y faire que coopter d’autres nouveaux copains et coquins, alors même que leurs salaires, jetons de présence, stock-options, provisionnement, golden hello, golden parachutes, golden glaouis et le reste, NE SONT ABSOLUMENT PAS EN RAPPORT AVEC LES RESULTATS DES ENTREPRISES QU’ILS GERENT, est un véritable scandale.

      Les sportifs ou acteurs, chanteurs qui ne rencontrent aucun succès, ne participent à aucun titre, ne gagnent rien ; ils sont payés en fonction de leurs résultats, quand les patrons, eux, bénéficient d’une rente, même s’ils mènent leur entreprise à la faillite.

      De plus, quand il s’agit de patrons de boites publiques ; les salaires de l’ensemble des salariés (patrons, cadres, employés), devraient faire l’objet d’une « fourchette » maximum, sans autres « avantages » ; ou alors, qu’ils soient accordés relativement à TOUS les employés de l’entreprise.
      Une fourchette de 1 à 30 (maximum) serait de l’ordre logique des choses.

      C’est bien l’ubu de l’Elysée qui a parlé de « réhabiliter le mérite et le travail », non ?


    • caramico 24 janvier 2010 10:37

      Qu’on arrête de se renvoyer d’un côté les footeux, les artistes, de l’autre les rapaces du CAC 40.

      Moi je propose de créer un téléthon où on demanderais qu’ à ces gens là de faire preuve de charité, pour Haïti, pour les pauvres...
      On les verrait à l’oeuvre alors, tous ces boulimiques du fric.


    • Gabriel Gabriel 22 janvier 2010 13:55

      Rien n’est bon, tout est bon. Décadence et déchéance sont dans l’excès !


      • Deenye Deenye 22 janvier 2010 14:10

        "L’existence d’une possible retraite chapeau de plusieurs millions d’euros en faveur d’Henri Proglio fait débat vendredi 22 janvier au lendemain de sa décision de renoncer à sa rémunération chez Veolia.
        Le Parisien écrit vendredi que le nouveau patron d’EDF conservera cette retraite supplémentaire, pour laquelle Veolia a provisionné 13,1 millions d’euros en 2008.
        Contacté par Reuters, un membre de la communication de Veolia a dit qu’il allait vérifier ces informations.
        Le chiffre de 13,1 millions d’euros pour Henri Proglio figure bien dans le rapport annuel, à la rubrique du régime collectif de retraite supplémentaire, d’un montant total de 30,2 millions au 31 décembre 2008.
        Le rapport annuel 2009 n’a pas encore été publié"

        (nouvel obs)


        • Voris 22 janvier 2010 14:17

          « un million six cent milles euros. Par an. Pas par mois. »

          Pas encore mais cela viendra...Grâce à la « refondation du capitalisme » (= rendre le capitalisme plus puissant encore).


          • Gourmet 22 janvier 2010 14:20

            « une décision très importante et une décision très responsable », a déclaré Xavier Bertrand sur i-Télé.
            Cette brave (sic) parole est-elle censée exonérer Xavier Bertrand (et, au travers de lui, tous les politiques, hein Copé ?) de faire pareil ?

            db


            • Gourmet 22 janvier 2010 14:23

              "que johnny hallidays aiencaissé 11 millions d’euros cette année (et ne paye pas dimpots en france 
              que thiery Henry qui ne fait que jouer au foot (malqui plus est !) gagne 400 millions d’euros par an..... tout cela est purement scandaleux !!"

              Et la faute à qui hein ?
              La faute à tous ceux qui ne vivent que par le foot, ne regardent que le foot, ne parlent que de foot et ce, toute la journée.
              Si vous voulez que les footeux gagnent moins commencez par ne plus assister aux matchs de foot ni d’investir un kopeck dans son merchandising à outrance.
              Même chose pour Johnny, si vous trouvez qu’il gagne trop n’achetez plus ses disques !

              db


              • Lorenzo extremeño 22 janvier 2010 16:39

                @ Gourmet

                bravo ! je ne peux que surenchérir, comme disait á peu prés Coluche :
                quand on pense qu’il suffirait que les gens n’achétent pas leur disques
                pour que çá ne se vende pas !
                j’ajouterai,... et que les gens n’aillent pas au stade,ni n’ouvrent leur télé
                pour regarder le foot, le probléme de ces délires de fric seraient résolus !

                Douce utopie, quand on voit ici sur Avox le nombre d’articles et de commentaires,
                qui fleurissent au lendemain de la « main de Thierry Henri »  ! ! !

                Les mêmes qui dénoncent, á quelques exceptions prés, se calent les fesses
                devant leur télé en rentrant du bureau, d’oú ils emettent des posts vengeurs !

                Risible non ?

                Bien á vous


              • RMadre de dios 23 janvier 2010 10:08

                Très bon article, dommage qu’il ne soit en rien constructif.

                Qu’en période de prospérité, les plus « méritants » (au fait, qu’est-ce que cela veut dire ?...) touchent 10, voir 50, ou 500 millions d’Euros nets annuels, et que personne ne s’en inquiète, on peut l’admettre et même, s’en réjouir. Mais aujourd’hui ? Aujourd’hui, le chômage grossit à vue d’oeil et la rumeur de la misère gronde. Il faudrait être fou pour croire que cela va s’arrêter. Aujourd’hui, les inégalités sont à la hausse, les Restos du Coeur battent des records.
                Eh bien il semble assez clair, que le Cas de Monsieur Proglio arrive comme la cavalerie US, bardée de poussière et d’excellence, il arrive comme un symbole providentiel ! Non pas, comme les idéologues manipulateurs voudraient le faire croire, un symbole pour ressusciter les fantômes égalisateurs et totalitaires du Bolchévisme, mais un symbole pour diffuser, faire connaitre, livrer à l’agora et enfin voter le concept réformateur du Revenu Maximum autorisé.
                 
                Le RMA, popularisé entre autres par le philosophe Patrick Viveret, consiste à indexer le plus haut revenu sur le plus petit revenu minimum, le rapport d’indéxation (un multiple) étant une variable ajustable en fonction de l’époque, et établie démocratiquement.
                Il faut, alors, demander au plus méritant d’entre nous, à Henri Proglio justement, à ce grand serviteur de l’Etat, la question suivante : Est-il injuste, en janvier 2010, que votre salaire soit 333 fois plus élevé que 500€ par mois ? Que pensez-vous d’un écart maximum de revenus qui serait défini démocratiquement ? Fuiriez-vous, une valise pleine dans chaque main, vous réfugier aux ïles Caïman ? Iriez-vous à l’autre bout du monde, pleurer une larme de crocodile sur la bétise Française qui pervertit les saints préceptes du cash-libéralisme  ?
                 
                Oui, oui, je sais. Il faudra aussi expliquer aux 0,1% qui veulent passer de 2 (deux) millions d’Euros (€) à 3 (three), ou 4, qu’il suffit, avec le RMA, d’augmenter le RSA ou le salaire minimum d’autant !

              • Romain Desbois 23 janvier 2010 23:16

                Je défends depuis vingt ans l’idée du RMA que j’avais baptisé SMAC.

                Le salaire maximum autorisé contractuel indexé sur le SMIC pousserait le sbénficiaires du premier à soutenir l’augmentation du second.


              • Polemikvictor Polemikvictor 22 janvier 2010 16:00

                Un juste salaire de PDG d’une grande entreprise c’est combien ?

                Pour avoir une opinion, je suis partis du salaire moyen de la catégorie le plus basse :
                 dans des boites de 100 000 personnes on est du coté des 1700€ brut mensuel sur 13 mois, entre les niveaux de responsabilité ( par exemple d’ouvrier à agent de maitrise ou chef de fabrication à directeur usine) un écart de salaire moyen de 1.7 ( mi chemin entre 1.5 et2 qui me parait etre la plage de fluctuation rencontrée) n’est pas scandaleuse.

                Ces sociétés ont autour de 7 niveaux hierarchique( ouvrier, maitrise, cadre usine, direction usine, direction branche, direction division, PDG).
                 L’application strictement mathematique de ma regle donne pour le PDG un salaire annuel de 533 000 Euros.
                Ceci pour situer les ordres de grandeur qui me paraissent raisonnable.


                • Fergus Fergus 22 janvier 2010 16:20

                  @ Polemikvictor.

                  En faisant des calculs différents avec mon épouse hier soir, nous étions arrivés à peu près à la même chose, soit un salaire d’environ 600 000 euros annuels maximum pour le pédégé d’une grosse entreprise. De quoi vivre très largement avec un superbe appartement à Paris et une luxueuse villa dans le Luberon ! 


                • Basepam 22 janvier 2010 16:44

                  Bonjour

                  Sans vouloir justifier le salaire des sportifs, leur carrière est courte. Ils ne disposent que de quelques années avant de tenter une reconversion qui sera plus ou moins réussie.

                  Une fois le fisc passé, ce qui leur reste doit être géré au mieux pour de nombreuses années.

                  Cordialement
                  Basepam


                  • Lorenzo extremeño 22 janvier 2010 16:56

                    @ Basepam

                    arrêtez ! j’ai la larme á l’oeil ! !  !

                    et les millions de reconversions sans un rond, de gens foutus á la porte des entreprises ! ! !

                    je reste poli,mais vous êtes obscéne !

                    pour tenir ce genre de propos vous devez être bien á l’abri de ce genre de situation.


                  • Fergus Fergus 22 janvier 2010 17:55

                    Ce que vous dites est vrai, Basepam, mais cette réalité a servi à justifier une formidable inflation des revenus des sportifs. Au point qu’ils sont devenus totalement indécents.

                    Des revenus à comparer avec ceux des autres joueurs passés, comme les « stars », par les centres de formation pro et qui n’ont pas eu la chance de percer. Des millions d’euros annuels pour quelques-uns, un SMIC ou un RSA pour la plupart des autres.

                    Et je sais de quoi je parle : ancien dirigeant et éducateur de football, j’ai contribué, parfois contre mon gré, à envoyer des gamins se fourvoyer dans ces centres de formation qui broient chaque années des centaines de jeunes pour en sortir quelques-uns qui seront adulés et payés comme des princes. Tant mieux pour ceux-là, mais il serait sain qu’ils se souviennent de temps à autre que sans le football ou le tennis, il n’auraient été que des prolétaires modestes, voire des travailleurs pauvres !


                  • Basepam 23 janvier 2010 07:48

                    Mon cher Lorenzo,

                    Non je ne suis pas à l’abris de ce genre de situations. Mon épouse est au chomâge et je galère comme tout le monde avec un seul revenu dans le foyer.

                    Je ne justifie pas l’inflation des revenus, je pense juste que les conditions sont différentes entre les sportifs à la carrière éphémère et les quelquesd nantis qui dirigent le CAC 40 et nos multinationales.

                    Maintenant je ne vois pas ce que ma situation vient faire dans ce débat. Vous mélangez tout.

                    Cordialement
                    Basepam


                  • Basepam 23 janvier 2010 16:13

                    Enfin, il faut un peu réfléchir. Le problème est qu’une poignée de nantis, riches à millions se filent les bon postes dans les conseils d’administration. Externalisent et prennent des primes pour cela, licencient et prennent des primes pour cela, coulent leurs sociétés et prennent des primes pour cela.

                    A côté on a quelques sportifs qui gagnent des millions pendant 10 ans.

                    C’est quoi le plus choquant ?
                    C’est quoi que l’on doit faire arrêter pour faire progresser notre société ?

                    Les sportifs sont des leurres.


                  • Lorenzo extremeño 22 janvier 2010 17:25

                    @ Omnibuzz

                    merci pour la référence á « La traversée de Paris » la tirade mémorable de Gabin
                    est disponible sur sur You Tube,un grand moment d’anthologie ! ! !

                    Cordialement.


                    • BA 22 janvier 2010 17:34

                      Veolia a provisionné 13,1 millions d’euros pour la retraite chapeau de son président Henri Proglio, selon le rapport annuel 2008 du groupe de services à l’environnement, confirmant des informations de presse.

                      Au 31 décembre 2008, Veolia Environnement avait provisionné 30,2 millions d’euros dans ses comptes « pour l’ensemble des membres du comité exécutif bénéficiaires » d’une retraite chapeau, « dont 13,1 millions d’euros » pour Henri Proglio, indique ce rapport annuel.

                      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2010/01/22/01011-20100122FILWWW00504-13-millions-de-retraite-chapeau-pour-proglio.php

                      Henri Proglio fait partie de la cour de Louis XVI, donc tout lui est permis. Par exemple, Henri Proglio touchera 13,1 millions d’euros de retraite-chapeau.

                      Liste des invités pour fêter l’élection de Nicolas Sarkozy au Fouquet’s, le soir même de son élection  :

                      • Mathilde Agostinelli, responsable de la communication de Prada-France

                      • Robert Agostinelli, fondateur du fonds d’investissement Rhône Capital, membre du Council on Foreign Office

                      • Christine Albanel, ex-directrice du château de Versailles, future ministre

                      • Bernard Arnault, président de l’entreprise du luxe LVMH, numéro un du luxe français, première fortune de France

                      • Arthur, producteur et animateur de télévision

                      • Patrick Balkany, député-maire de Levallois-Perret

                      • Isabelle Balkany, premier adjoint de son mari, vice-présidente du Conseil général des Hauts-de-Seine

                      • Nicolas Baverez, essayiste, chroniqueur à l’hebdomadaire Le Point

                      • Nicolas Bazire, secrétaire général de LVMH

                      • Antoine Bernheim, banquier d’affaires, président de la compagnie d’assurances Generali

                      • Nicolas Beytout, directeur de la rédaction du Figaro

                      • Basile Boli, ancien joueur de l’OM, héros de la finale de coupe d’Europe des Clubs champions 1993

                      • Vincent Bolloré, PDG d’Havas, sixième groupe de communication mondial, propriétaire de l’institut de sondages CSA.

                      • Zofia Borucka, top model, femme de Jean Reno

                      • Martin Bouygues, PDG de Bouygues, premier actionnaire de TF1 • Conrada de La Brosse, dirigeante de la maison de l’Esprit de Château • François de La Brosse, publicitaire

                      • Denis Charvet, ex-rugbyman du Racing, actionnaire de casinos • Marie-Anne Chazel, comédienne

                      • Christian Clavier, acteur de cinéma

                      • Stéphane Courbit, ex-président d’Endemol France

                      • Agnès Cromback, présidente de Tiffany France

                      • Bruno Cromback, joaillier, PDG d’Augis 1880

                      • Jean-Claude Darmon, ex-président de Sportfive, ancien grand argentier du football français

                      • Serge Dassault, PDG de Dassault et du journal le Figaro

                      • Rachida Dati, future ministre

                      • Jean-Claude Decaux, PDG de JCDecaux, leader mondial de mobilier urbain

                      • Paul Desmarais Sr, milliardaire canadien, PDG de Power Corporation, actionnaire de plusieurs groupes français

                      • Dominique Desseigne, PDG du groupe Barrière

                      • François Fillon, futur Premier ministre

                      • Bernard Fixot, éditeur de best-sellers

                      • Valérie-Anne Giscard d’Estaing, éditrice, épouse de Bernard Fixot

                      • Albert Frère, première fortune de Belgique

                      • Hugues Gall, président de l’Institut de financement du cinéma et des industries culturelles

                      • Pascal Gentil, triple vainqueur de la coupe du monde de taekwondo

                      • Pierre Giacometti, directeur général de l’institut de sondages Ipsos France.

                      • Henri Guaino, conseiller spécial et « plume » du Président

                      • Claude Guéant, préfet, futur secrétaire général de l’Elysée

                      • Johnny Hallyday, première vente de disques en France

                      • Laeticia Hallyday, épouse de Johnny Hallyday

                      • Roger Karoutchi, futur secrétaire d’Etat

                      • Patrick Kron, PDG d’Alstom

                      • Bernard Laporte, sélectionneur de l’équipe de France de rugby, futur secrétaire d’Etat

                      • David Martinon, futur porte-parole de l’Elysée

                      • Alain Minc, président d’AM Conseil, conseil de grands dirigeants

                      • Henri Proglio, PDG de Veolia, ex-Compagnie générale des eaux

                      • Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre

                      • Jean Reno, acteur de cinéma

                      • Andrée Sarkozy, mère du Président

                      • François Sarkozy, frère du Président, vice-président du conseil de surveillance du groupe Bio-Alliance Pharma

                      • Guillaume Sarkozy, frère du Président, ancien vice-président du Medef

                      • Xavier et Sylvie de Sarrau, les meilleurs amis

                      • Eric Vu-an, maître de ballet au Ballet national de Marseille

                      • Richard Virenque, ancien coureur cycliste et maillot de jaune du tour de France

                      • Philippe Warrin, unique photographe présent au Fouquet’s, agence SIPA

                      http://www.marianne2.fr/Exclusif-les-invites-du-President-au-diner-du-Fouquet-s_a80603.html

                       



                      • Yena-Marre Yena-Marre 22 janvier 2010 20:11

                        Bonjour,
                        Putain et en plus c’est nous qu’on régale !


                      • clostra 22 janvier 2010 17:47

                        C’est une chose invraisemblable que de tels salaires à l’heure où on parle de « rémunération équitable » destinée à faire vivre décemment sa famille.
                        Quelle famille aurait ce monsieur qu’il doive toucher un tel salaire ?
                        C’est que pour les pauvres on parle comme ça mais pas pour eux.
                        1000 abonnés EDF dépensant mensuellement 100 euros viennent au secours de ce géant (1 200 000/1200 euros) c’est dur en ces temps d’économie d’énergie !
                        Non, c’est invraisemblable et surtout : dangereux.
                        Un vrai géant économiste* ayant écrit un ouvrage sur le pouvoir expliquait pourquoi et comment ceux qui disposent d’argent prennent (plus facilement) le pouvoir.
                        *John Kenneth Galbraith - Anatomie du pouvoir - Paris Seuil, 1985

                        Le pouvoir, les femmes...

                        Essayons ensemble de conseiller ce monsieur sur l’utilisation de son argent, une fois que nous avons fait état de nos dépenses mensuelles :
                        alimentation (sans compter les tickets restaurant, euh les restaurant tout court payés par l’entreprise : 35 à 40 euros/semaine/personne
                        (on ne comptera que ça parce que je crois que ce monsieur pioche dans la banque alimentaire de sa société, dispose d’un véhicule de fonction et même d’un chauffeur, ne paie pas son électricité ni son gaz)

                        Allez, faisons un geste, accordons-lui 10 000 euros/mois (120 000 euros/an) un treizième mois ? allez : 130 000 euros
                        1 200 000 - 130 000 = (faut que je sorte ma calculette) = 1 070 000 euros pour l’économie durable, solidaire et équitable de surcroît.

                        Faites encore un geste ! vous le pouvez, même avec un loyer de 7000 euros !


                        • aigle80 aigle80 22 janvier 2010 18:14

                          pauvre petit gars il n’aura que 1million six cent mille euros cette année !! il ne s’est augmenté que de 45% par rapport à son predecesseur...au fait le smic il a été augmenté ? ou on a trouvé que ça couterait trop cher aux patrons... ecoeurant, le mot est faible ! au fait il ne s’etait rien passé en 1789 ? c’est vrai c’est bien loin tout ça !! il vaut mieux s’occuper de la main de thierry Henry ou d’une loi sur le voile ou des ecarts de language de Nicolas 1er empereur des Gaules


                          • Kétamine 22 janvier 2010 18:31

                            Je vois quand même une grosse différence avec les joueurs de foot ou les artistes : ces derniers n’ont aucun moyen de pression pour leur salaire ou revenus, c’est purement commercial, ils le valent bien puisque plein de spectateurs sont prêts à payer pour aller les voir. Benzema peut bien être payé 20 millions d’euros par an puisqu’il se contente d’offrir ses services et qu’on veut bien les payer à ce niveau. S’il faiblit, s’il boite, s’il tire la patte, les contrats vont finir par disparaître. Johnny gère sa petite entreprise et est l’acteur principal, le seul de son entreprise, si il n’y a plus de Johnny, les sous ne viendront plus. En fait ils gagnent très bien leur vie mais à part leur talent rare et leur travail, ne sont pour rien pour le niveau de leurs revenus.
                            Le cas des grands patrons d’entreprise publique est beaucoup plus criticable. Ils sont nommés par le pouvoir, car ils sont amis avec les politiques, ils se font fixer leurs salaires par leurs amis, à charge de revanche quand eux sont aux manettes d’autres conseils d’administration pour fixer les salaires des autres qui les ont bien gratifiés. Cela fait un peu système maffieux quand même... Ils vont gagner infiniment plus que d’autres qui travaillent avec eux et pour eux, les cadres supérieurs de ces boites. Pourtant ils sont largement interchangeables, on voit cela avec la valse des patrons, alors que personne ne peut remplacer Johnny dans son propre rôle. Oui aux gros revenus, quand ils ne sont pas auto décidés directement ou indirectement (par les amis) mais qu’ils dérivent de prestations exceptionnelles voire uniques.


                            • Michel DROUET Michel DROUET 22 janvier 2010 18:50

                              Benzema, on n’est pas obligé d’aller le voir, par contre Proglio sera présent dans notre quotidien avec l’eau et l’électricité, aujourd’hui gérés par deux entreprises et demain sans doute par une seule, avec à sa tête Proglio, qui pourra augmenter comme il le voudra son salaire, ses indemnités, se verser des stock options...
                              Ce n’est donc que partie remise.
                              Juste une dernière chose : les indemnités (28000 euros par personne) qui vont être versées aux 117 salariés qui vont bientôt être virés et qui ont retenu leurs patrons pour obtenir gain de cause représentent 2 ans de revenus de Proglio, malgré la « baisse ».
                              Juste comme ça, pour remettre les évènements en perspective... 


                              • bo bo 22 janvier 2010 19:59

                                J’ai vraiment de plus en plus de mal à comprendre...comment cela peut continuer : ce sont des délinquants sociaux. smiley


                                • clostra 22 janvier 2010 20:09

                                  Oui, nous sommes un certain nombre à le penser.


                                • pierrot123 22 janvier 2010 21:16

                                  Va donc essayer de saisir un juge...tu m’en diras des nouvelles !


                                • aigle80 aigle80 23 janvier 2010 10:20

                                  Oui mais des copains de ceux qui soit disant nous gouvernent....donc pas facile de les déboulonner mais une lueur d’espoir ! le tollé general a eu pour fait de le faire renoncer à son 2eme salaire .tout n’est peut être pas perdu le fait de dénoncer ces magouilles prouve que le net et la presse ont encore les moyens de faire réagir les citoyens que nous sommes, ça c’est positif !! nous ne sommes pas encore totalement anesthesié c’est plutôt encourageant.


                                • furio furio 22 janvier 2010 20:08

                                  sauf que Benzema a un talent ...UNIQUE !!!
                                  Proglio ce n’est qu’un pion interchangeable. d’ailleurs il va sauter et sera remplacé par un autre
                                  A propos attendez vous à savoir que le proglio, don le bon à rien, a une rtrate de 13 MILLIONS d’euros provisionnée par VEOLIA !!!!!
                                  LA HONTE à toute cette clique umpiste. Plus jamais de tels guignols pour diriger notre pays ! De grace !


                                  • clostra 22 janvier 2010 20:11

                                    Vous ne croyez pas que les SDF ont eux aussi un talent unique pour survivre dans de telles conditions ?


                                  • Corbeau 22 janvier 2010 21:56

                                    INDECENT !

                                    C’est tout. valables pour certains patrons, joueurs de foot où têtes d’affiches d’Optic 2000...

                                    Aussi pour celui qui roule par plaisir dans une voiture qui coûte le prix d’un appartement...


                                    • poetiste poetiste 22 janvier 2010 22:19

                                      Gros sale air.

                                       

                                      Dans ce que l’on appelle des démocraties, le monde des riches, des gens de pouvoir par l’argent, des gens qui s’octroient de gros salaires, voilà  la pollution primordiale contre laquelle nous devons tous lutter. Ils accaparent les biens à leur unique profit, c’est-à-dire qu’ils réduisent subrepticement, au jour le jour, inexorablement toute volonté de partage équitable. Pour garder avantage sur les moutons, les loups savent s’entendre. Ils sont une minorité agissante suprêmement égoïste et cynique. Petit à petit, les plus petits s’appauvrissent et leurs forces vives sont bafouées. Cette pollution de la mentalité, de l’âme, est comme un fruit qui pourrit, qui plombe toute volonté de se battre pour la démocratie, le concept politique le moins mauvais que l’on ait trouvé à ce que l’on dit.

                                      Nous avons affaire à une bande organisée qui vit dans un monde bien différent de celui du commun des mortels. Peu leur chaut l’avenir de la planète, ils n’en ont aucune conscience. Ces prédateurs jouent avec l’argent du salaire des autres, absolument sans vergogne. Ils s’imaginent mériter des salaires astronomiques et ceux-ci sont banalisés mais s’ils suscitent quelque indignation chez les perdants de la guerre économiques, ils ne vont pas jusqu’à provoquer de leur part des actions qui tenteraient à rétablir la juste rémunération.

                                      Dans ce que l’on appelle les démocraties, le monde des perdants qui s’accroît de jour en jour, est un troupeau de moutons qui broute tout ce qu’on lui donne à brouter, tout ce qu’il y a de plus pollué, mais avec le secret espoir de faire partie un jour du monde des riches, cités plus haut. Les nourritures du corps et de l’esprit sont de plus en plus élaborées afin que le plus riche devienne plus riche et le plus pauvre plus soumis. Amoindrir les qualités morales du peuple, casser le lien, diviser, voilà la manière éternelle de dominer la majorité.

                                      Les moutons divisés, abouliques, sont ennemis entre eux. Les riches spéculateurs se frottent les mains. La démocratie a encore baissé d’un cran. Le sale temps de l’argent conduit le bal des maudits.

                                      Posséder, c’est être possédé quand ne compte que le profit. C’est se vouer à une idolâtrie, celle du veau d’or, évidemment. Il serait peut-être temps de remettre l’argent à sa place, c’est-à-dire qu’il soit mieux partagé.

                                      Mais comment partager dans une démocratie déliquescente de ses valeurs, quand on n’a même plus notion de ces valeurs ? Quand l’homme ne compte plus, qu’il n’est pas au centre des préoccupations y compris chez les perdants, les moutons ?

                                      L’hypocrisie est une pollution conséquente à cette recherche exacerbée du profit ; on la retrouve partout, à tous les niveaux et à très fort niveau : banques, entreprises, politique, compétitions sportives, show business etc. On ne sait plus reconnaître le vrai du faux, le bien du mal au sens collectif ou individuel. Une démocratie sans valeurs humaines est plus qu’un paradoxe, c’est une faute grave.

                                      Cette soumission au profit, malheureusement planétaire, entraîne à la méfiance les uns des autres. Qui ne verrait pas dans cette pollution là la pollution de la nature elle-même ? Les déchets des entreprises sont partout, font des terrains minés.

                                      Imagine-t-on que le non partage est la pollution primordiale du monde et que les démocraties, plutôt que de montrer un autre exemple, sont incapables de s’accorder pour une sauvegarde de la planète. Un pourcentage infime des profits financiers pourrait régler le sort de la faim dans le monde mais au lieu de cela des jeux boursiers sur les céréales ont affamé encore plus certains peuples et provoqué des révoltes. Les traders programmés dorment dans un lit douillet, aucune crainte pour eux.

                                      Le libéralisme économique est une liberté sans régulation possible, incompatible avec le concept de démocratie quand les valeurs humaines s’effacent devant l’argent. La liberté égalité fraternité n’est plus défendue. Et pourtant, elle est « bio », elle est la vie.


                                      • pigripi pigripi 22 janvier 2010 22:29

                                        Je trouve étonnant que les grosses ficelles tactiques de l’empereur et de sa cour fonctionnent toujours aussi bien. Mettre toujours un arbre en avant pour cacher la forêt !

                                        En gros on annonce trop gros pour toucher gros, le tollé du trop gros masquant le gros.

                                        Ainsi jean Sarkozy devait être élu président de l’Epad. Tollé, l’empereur fait semblant de reculer pour pouvoir offrir au dauphin un poste d’administrateur plus important que celui honorfiique de président. Plus personne ne rouspète puisque l’arbre a caché la forêt.

                                        Proglio va toucher deux salaires. Tollé. Proglio renonce à ses 450 000 euros de Véolia mais il garde sa retraite chapeau, ses stock options, ses dividendes, ses avantages matériels divers ...Et là ; plus personne ne rouspète puisque « Proglio a cédé »....

                                        Et tout à l’avenant et ça marche. Serions-nous des veaux ?


                                        • oncle archibald 23 janvier 2010 11:09

                                          « Ce qui est super géant, je trouve, c’est qu’en tant que retraité il puisse continuer à travailler. Mais ça, évidemment, personne ne le dit. » mais si, mais si .. C’est même,le chef qui l’a diit, si, le grand chef, Notre Saigneur, NS pour les intimes. l

                                          Le cumul emploi retraite est désormais autorisé sans limite. Pour certains c’est juste une obligation pour pouvoir continuer à manger des nouilles, pour d’autres, c’est pour mettre un peu de beurre dans les épinards, pour Proglio .... 
                                          Vous n’allez pas confondre Proglio et prolo, m’enfin, tout de même !

                                          • BA 23 janvier 2010 11:25

                                            J’utilise de l’eau (fournie par Veolia).

                                            J’utilise de l’électricité (fournie par EDF).

                                            En utilisant de l’eau et de l’électricité, j’enrichis Henri Proglio.

                                            Henri Proglio touchera 13,1 millions d’euros de retraite-chapeau.

                                            Henri Proglio a été nommé à la tête d’EDF par Louis XVI.

                                            Henri Proglio est un des 55 meilleurs amis de Louis XVI, invités le soir du 6 mai 2007 au Fouquet’s, pour fêter sa victoire.

                                            Depuis le 6 mai 2007, Louis XVI et sa cour se goinfrent avec l’argent du peuple.

                                            La cour de Louis XVI :

                                            http://www.marianne2.fr/Exclusif-les-invites-du-President-au-diner-du-Fouquet-s_a80603.html


                                            • Reinette Reinette 23 janvier 2010 12:00


                                              bonjour Omnibuzz
                                              bonjour à tous


                                              L’égalité économique, point essentiel d’une humanité renouvelée, pourrait assurer la continuité du travail volontaire dans l’intérêt de chacun, et engendrer un avenir solidaire de l’effort de tous et élèver le rendement social au maximum également dans l’intérêt de tous et de chacun ! 

                                              La Révolution française de 1789 - très belle mais trop superficielle - n’a proclamé que l’égalité des droits, l’égalité morale. Elle est restée lettre morte. Elle n’a rien donné et il en sera toujours ainsi jusqu’à ce que l’égalité des droits soit consacrée par l’égalité de fait, l’égalité économique.

                                              Toutes les inégalités, la soumission, la misère et la faim, sont déterminées par la hiérarchie sociale et l’inégalité entre les hommes qui a sa source dans le conflit des intérêts, créateur de gouvernants et de gouvernés, d’exploiteurs et d’exploités, de riches et de pauvres.



                                              « La nature a donné à chacun de ses enfants des aptitudes différentes quant à l’espèce, mais non inégales en valeur sociale » - Jean-Baptiste Marat






                                              • oncle archibald 23 janvier 2010 12:07

                                                Ca n’est pas depuis le 6 Mai 2007 que les politiques se goinfrent avec l’argent de la Lyonnaise des eaux, alias Véolia, c’est depuis toujours ... Quand à Louis XVI new loock, je me demande s’il sait ou se trouve Varennes .. Il va devoir un grand merci à Robert Badinter.


                                                • poetiste poetiste 27 janvier 2010 00:36

                                                  @ Oncle Archibald.

                                                  Je te donne raison, moi non plus.

                                                  La démocratie est devenue régalienne, encore un paradoxe ! On ne donne plus aux seigneurs de la cour des prérogatives constituées de régions, de domaines, on leur donne des droits de péage sur l’eau ou la communication, l’électricité, les transports ou les péages d’autoroutes alors que ces derniers sont amortis depuis longtemps.
                                                  On ne va quand même pas refaire le coup des aristocrates à la lanterne ; ni choper le roi sur la route de Varennes. La reine n’est pas Autrichienne, elle est Italienne et nous avons encore du pain et de la brioche. Les conditions ne sont donc pas réunies pour une révolution, une rotation des biens qui ferait des pauvres, des riches et des riches, des pauvres, ça ne se passe pas comme ça, faut pas rêver !
                                                  S’il y a une alternance possible en politique pour gouverner notre doux pays, il n’y a pas d’alternance quant à la possession des biens. Et comme un bon nombre de dirigeants socialistes se comportent comme des nouveaux riches de droite, je vois mal l’alternance pour 2012. Un éléphant, ça trompe énormément, allez savoir ce qu’il vise.
                                                  La conjoncture n’est pas propice à une révolution, on peut encore accentuer le chômage ; on peut encore payer des gens à s’amuser sur les plateaux de télé et écrire les mêmes choses dans les journaux. La pensée unique des médias a encore de l’avenir.
                                                  Quand on voit ces jeux d’argent stupides, à la télévision et des candidats à ces jeux sauter de joie parce qu’ils ont gagné quelques dizaines de milliers d’euros, on se dit qu’il y a quelque chose de pourri et ce n’est pas au royaume du Danemark. Le téléspectateur paye une redevance jouée à cette loterie et ça le réjouit de voir le « gagnant » partir avec. S’il est sur le plateau, un « chauffeur de salle » lui demande en plus d’applaudir et…..Il le fait !!!!
                                                  Tout le monde s’amuse ; si une révolution éclatait, ce serait vraiment surprenant. Mais ne s’amuse-t-on pas abusivement pour conjurer une telle éventualité ? Soyons prudents, on a vu des systèmes sombrer dans le désordre à force de laxisme institutionnalisé. Démocratie : « gouvernement par le peuple », où est le peuple ? Comment peut-il agir quand il n’a même plus envie de s’exprimer, quand le vote est devenu peau de chagrin.
                                                  Le voisin est tombé au chômage dit la bergère au berger. Ah bon ! Tiens passe-moi le fromage ! Qu’est-ce qu’il y a à la télé ce soir, répond le berger ?
                                                  Ah ! Le sens du bien collectif n’est plus ce qu’il était. Mais est-ce la faute du roi ? Les bonnes réformes ne pourraient-elles pas venir d’en bas ? Que ceux qui ne sont pas aigris et auraient encore la force de croire au sens du bien collectif, lèvent le doigt.
                                                  Bon je ne suis pas chauffeur de démocratie plus que mon traitement minimal de retraité ne pourrait m’en donner la vocation.
                                                  Le malheur est que c’est une femme qui prône la participation et de plus, elle se nomme Madame Royal, deux raisons de faire peur au quidam qui vote sécuritaire. Le discrédit, c’est comme la rumeur, ça va, ça vient. Galilée devait lui aussi être en avance sur son temps et on l’a fait taire.
                                                  Les gens du commun prendront-ils un peu de temps sur leur association de belotte, de foot, ou de « question pour un champion » pour proposer des réformes valables ? On ne défend pas une démocratie la tête dans le sable. Et la bergère de dire au berger en le secouant et le poussant hors de son lit : hé ! Réveille-toi, la Démocratie a besoin de toi.
                                                  Travailler plus pour gagner plus, dit-on en haut quand le chômage s’étend : encore un paradoxe. Là haut, on a peur du chômage dans la mesure où il viendrait à l’idée du chômeur de réfléchir.
                                                  Mais le temps à réfléchir, qu’est-ce qu’il est gâché par les médias et surtout par la télé, cette drogue quand le peuple ne croit plus qu’il est le gouvernement de la démocratie. A vivre dans ces contradictions, on déprime et on fait le jeu des labos pharmaceutiques qui veulent en plus des tranquillisants nous vendre des vaccins H1N1. A dormir on fait le jeu des gros : C.Q.F.D.
                                                  A.C


                                                • clostra 23 janvier 2010 12:16

                                                  Evidemment, il ne s’agit pas de fustiger un homme mais bien plus un système.
                                                  On nous explique, on nous dit pour justifier de telles rémunérations, que ces personnes (entourées d’experts, de politiques etc probablement bien payés) prennent des risques.
                                                  Vous avez déjà vu un de ces « parachutés dorés » faire une vraie chute ? Jean-Marie Messier est-il chômeur en fin de droits ?
                                                  Alors, il faut arrêter ça ! ça ne marche plus !
                                                  Mettez un « avatar » à cette place-là et laissez travailler les équipes d’experts et pour la suite (très politique) laissez le « peuple » (le « bon peuple ») décider de l’avenir de l’énergie en France.


                                                  • poetiste poetiste 24 janvier 2010 08:50

                                                    Silence des moutons.

                                                    L’eau, ex bien public, symbole de la gratuité, a été livrée en pâture à des privés. Ceux-ci ont eu la « lourde charge » de relever les compteurs et voilà qu’en faisant usage d’un paralogisme pernicieux, les comparant à d’autres chefs d’entreprise, on décrète qu’ils sont de bons gestionnaires. S’il suffit de mettre un gus aux commandes du robinet central et de lui faire relever les compteurs qui indiquent le prix du péage, pour dire de lui qu’il est un bon gestionnaire, alors, je connais beaucoup de bons gestionnaires qui voudraient prendre sa place et « mériter » un salaire astronomique de cette manière.
                                                    Il en est de même de la communication, autre bien public livré en pâture au privé. Les uns sont auprès du robinet, les autres sont auprès de l’interrupteur, qu’on s’appelle Proglio ou Bouygues. Les marges sont aussi faramineuses dans la communication.
                                                    Voilà donc que la France en est arrivée à confondre « gestionnaire » et releveur de compteurs ; on ne peut pas dire que ce soit un progrès. Nous prendrait-on pour des pommes jusqu’au trognon ?
                                                    C’est là une espèce d’autophagie franco-française qui fait confondre exploitation privée du bien public et bonne gestion d’entreprise. Quand on n’a plus la capacité d’apporter des devises à notre beau pays, on le bouffe de l’intérieur, on colle des péages partout.
                                                    Disons que l’on reste quand même le quatrième exportateur d’armes et que les profits sont un peu plus secrets en ce domaine, avec de temps à autre des révélations qui émergent, genre bakchichs sur des vedettes livrées à Taiwan, par exemple.
                                                    Capter les biens de première nécessité des « salauds de pauvres », on n’y avait pas pensé, à la sortie de la guerre. C’est que l’on avait encore des colonies qui nous assuraient un certain confort. Maintenant, on colonise l’intérieur, sudation d’un burnous de nouveau genre.
                                                    Est-ce de la faute à l’Europe, inconditionnellement et impérativement axée vers le libéralisme économique ? Est-ce la faute à la mondialisation ?
                                                    Messieurs Proglio, Boloré et Bouygues espèrent bien qu’une régularisation mondiale n’arrivera jamais, ni sur les jeux spéculatifs de l’argent, (autre bien commun), ni sur les péages privés en ce qui concerne les matières de première nécessité.
                                                    Dans : « La traversée de Paris », Jean Gabin ne montrait-il pas l’incapacité du peuple, du consommateur, à réagir sainement à l’injustice qui lui était faite ?
                                                    On a voté sécuritaire. Est-ce que ces personnages du film n’auraient pas voté sécuritaire aujourd’hui.
                                                    Il y a des relations de cause à effet qui se perdent dans une confusion générale entretenue. Qui voudrait se laver les mains ? Non ! Pas pour contrer la grippe H1N1, pour se disculper, tout simplement.

                                                    A.C


                                                    • l’arbre 24 janvier 2010 17:06

                                                      Ce qui peût nous rassénérer c’est :ils ne l’emporteront pas dans le trou , où sur le bûcher leur «  »pognon«  » , mais quand même ils vivent bien , si pas à l’abri de toutes les maladies ! les moyens d’en calmer les douleurs ! de payer les études de leurs enfants , de se faire dire merci à la moindre ba qui ne leur coute que le choix de celle qui và les rendre un peu plus célébres .Oui ils ne savent pas profiter des petits bonheurs comme ces salauds de pauvres qui s’émerveillent avec un rien  ; mais à votre avis , c’est quoi le plus enrichissant :découvrir la mer à 13 ans , avec le voyage du certificat d’études où se languir sur un voilier à n’avoir rien è faire  ; c’est dur de faire son choix , tiens il me vient une idée , de salaud de pauvre , :: ::le partage :: ::presque équitable ! certains se feraient moins haïr, donc plus de paix dans le monde . Je peux en tartiner encore des lignes , hélas ça ne fera pas avancer la cause, parceque des autres , ils s’en balancent , à part ceux qui sont à leur service !


                                                      • homosapiens homosapiens 24 janvier 2010 21:26

                                                        entre les millions piqués au télespectateurs, de films, de foot ou de chanson
                                                        les millions piqués par les politicards et leurs délires, leurs copains
                                                        et les millions piqués par des pseudos grand chefs d’entreprises dont aucun
                                                        d’eux ne peut se targuer d’un quelconque succés, à part Tapie et on connait
                                                        son succés final...
                                                        Ca fait quand même pas mal de pognon pour des truffes, des arrivistes, des sacrés
                                                        joueurs de pipeau...
                                                        Le proglio est nul, ca se voit même franchement trop vite...il a le mérite d’être plus
                                                        petit que nicolas1er ce qui lui confiert un sacré avantage...bon, passé la dérision facile
                                                        et stérile.
                                                        Il ne connait rien au sujet de l’énergie, de l’avenir, du nucélaire, d’areva et d’edf.
                                                        Il était pas encore nommé qu’il racontait n’importe quoi sur Edf, Areva.
                                                        l’avenir d’edf c’est le nucélaire, et il passe par Areva qui à la fois fournis le combustible
                                                        mais aussi la majorité des sous traitants qui bossent dans les centrales.
                                                        Edf gère ce qu’elle peut..
                                                        Lauvergon ferait bien la peau à ce « nommé » qui n’y connait rien et qui balance n’importe
                                                        quoi sur le sujet, quitte à faire passer Areva pour des pleutres alors que la France est
                                                        justement leader sur ce marché...déja qu’on vend pas de tgv, de rafales, et que nos airbus
                                                        font dans le bug en série, sans parler de nos tunnels...qu’est ce qui reste ? Du vuiton ?
                                                        Ce pleutre est placé là effectivement pour une bonne raison : foutre en l’air EDF, préparer
                                                        une privatisation de l’énergie et surtout, oh combien surtout, couper la pompe à fric de la CGT
                                                        qui fanfaronne avec pas 3% de salariés pour faire chier toute une population et couler un pays tout entier...alors s’il faut sacrifier EDF pour couper les vivres aux faux représentants pour au moins laisser la chance aux vrais de s’imposer...ca se discute.
                                                        On est mal barré quoi qu’il arrive.


                                                        • Arafel Arafel 24 janvier 2010 23:36

                                                          Voila qu’ils vont en venir aux mains pour justifier et pour défendre les « petis » salaires « bien mérités » de ces messieurs-dames.
                                                          Ils leur cherchent et leur trouvent des excuses !

                                                          Vous comprenez tel joueur de foot, le pauvre, il gagne pas tant que cela et c’est les spectateurs qui payent, donc c’est pas pareil quoi !
                                                          Les comédiens, chanteurs, acteurs, les pauvres, c’est pas comme les PDG, c’est pas un salaire  !!
                                                          Ils payent pas d’impots tous tant qu’ils sont ? ben c’est normal quoi, ils bossent dur !!

                                                          Oui, c’est clair, nous avec nos salaires de misères, on permet à tous ces parasites de vivre comme des rois, sans rien foutre.
                                                          5000....10000 euros de l’heure ? mais c’est de l’argent de poche pour ces acharnés du déjeuners et diners du travail républicains.

                                                          Nous avons arrêté l’utilisation de la lanterne bien trop tôt, il restait encore beaucoup de boulot à faire.
                                                          Décidément, le français est et reste très très con !

                                                          Les mêmes qui ralent et se plaignent parce que certains salariés font usage de la grêve pour obtenir de meilleurs salaires, sont capables de prendre la défense de leurs maitres bourrés de fric sans rien faire.
                                                          Mais c’est vrai que lorsque l’on vient au monde sous le joug, sans avoir jamais connu la vrai liberté, on arrive à trouver normale la situation d’esclavage qu’ils vivent sans en avoir même conscience.
                                                          Et le pire c’est que ces mêmes esclaves viennent ensuite vous dire que non ! vous exagérez, nous ne sommes pas des esclaves !


                                                          • Reinette Reinette 25 janvier 2010 00:16


                                                            L’esclavage, fruit de l’oppression du faible par le fort, n’est pas près de disparaître de notre globe ! ... Une révolution sociale pourrait, seule, en venir à bout par la révolte consciente des esclaves. MAIS n’est pas Spartakus qui veut !  smiley


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès