• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Salon de l’agriculture : défendre les agriculteurs et non les accords (...)

Salon de l’agriculture : défendre les agriculteurs et non les accords de libre-échange…

 Le 55ème salon International de l’Agriculture, qui s'est ouvert à Paris le 24 février, a vu le passage, dès le premier jour, du Président de la République visitant tous les stands et dégustant les spécialités régionales devant l'ensemble des micros et caméras. 

Mais si Emmanuel Macron a battu le record de présence avec près de 13 heures passées au salon, record détenu précédemment par François Hollande avec 12 heures, les questions les plus importantes n’ont reçu que des réponses évasives... 

La crise actuelle de l’agriculture est avant tout structurelle. Elle est le symptôme de la faillite d’un mode de développement productiviste qui a ravagé peu à peu l’agriculture familiale et paysanne en France, en Europe et dans les pays du Sud. Le système actuel est allé au bout de sa logique en faisant disparaître massivement les paysans à chaque crise agricole. Ils étaient plus de 10 millions en 1945 et ils ne sont plus qu'un seul petit million aujourd'hui.

Les agriculteurs, éleveurs ou pas, sont d’abord victimes d'un manque criant d'anticipation et de clairvoyance des décideurs politiques. Comment ne pas être déçu quand on sait que depuis la mise en place de la politique agricole commune (PAC) à la fin des années 50, les responsables politiques de tous bords ont développé le produire plus, la modernisation, les économies d'échelles. A chaque crise, la réponse a été identique : il faut grossir, augmenter la taille de son élevage, ce qui entraîne automatiquement une surcharge de travail, la mécanisation pour compenser, l'emprunt pour financer. 

Cette politique a même été accompagnée pendant toutes ces années avec bienveillance par la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), principal syndicat agricole. D'après la confédération paysanne, la FNSEA soutient le système agricole conventionnel et l’industrialisation des exploitations, l’exploitation animale, l’utilisation de pesticides dans un but de rentabilité, de productivité et de compétitivité. Elle s'oppose régulièrement aux normes et contraintes environnementales par l'organisation d'importantes manifestations et lobbying comme on l'a vu récemment à propos du glyphosate. 
 
Le suicide des agriculteurs 

Par la multiplication des contraintes administratives et environnementales, le système du " toujours moins cher ", la politique des travailleurs détachés payés 3 € de l'heure, notamment dans les abattoirs allemands, le développement des fermes usines et le dogme intangible de l’ouverture des frontières défendus par la commission de Bruxelles et approuvé par toute la classe politique, les paysans ne savent plus comment survivre et mettent fin à leurs jours. 

Un membre de l’association " Solidarité paysans en Ille-et-Vilaine " raconte : " Il y a deux semaines, on a appris, pour une famille, qu’une dame brûlait toutes les factures. Son mari, ses frères, personne ne se doutait de rien, tout semblait aller bien. Et puis, la dame a vu paraître, dans un journal agricole, l’avis de liquidation de leur ferme. Elle s’est suicidée. " 

L’association a vu aussi un autre agriculteur très dépressif : " Son lait n’est plus collecté, mais il ne veut pas arrêter. Il avait mis de l’argent de côté, donc pour le moment, il reste avec ses animaux, mais il ne vend plus rien. Ca ne pourra pas durer longtemps comme ça. Je ne sais pas comment il va faire. " 

Des histoires comme celles-là, il y en a beaucoup. Elles ne relèvent plus de l’anecdotique. 400 à 500, c’est le nombre de suicides d’agriculteurs recensés chaque année en France, d’après des chiffres provenant des Caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) et de l’Institut national de veille sanitaire (inVS). Mais le nombre réel est sans doute supérieur aux statistiques et certains observateurs parlent même de 600 suicides par an. 
 
Que fait Emmanuel Macron ? 
 
Le plan d'urgence proposé par le gouvernement est considéré par de nombreux agriculteurs au mieux comme une rustine pour traiter un mal très profond, au pire comme un plan de licenciement des petites et moyennes exploitations. 

Dans tous les cas, le compte n'y est pas. Alors que les agriculteurs sont au bord du gouffre, les annonces gouvernementales et tables rondes se succèdent. Tout le monde clame haut et fort qu'il faut sauver l'élevage, que les grandes surfaces doivent augmenter les prix, que l'on doit manger français, etc. 

Mais face à ce désarroi, Emmanuel Macron et son ministre de l’agriculture et de l’Alimentation, Stéphane Travert, soutiennent les accords de libre-échange avec l'Amérique du Nord (CETA, ) qui vont détruire à jamais la production de viande bovine en France et mettre à rude épreuve les autres filières d'élevage.

Pire, à propos d'un autre accord international de libre-échange actuellement en cours de négociation entre l'Union Européenne et les 4 pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Paraguay et Uruguay), Emmanuel Macron s’est contenté de dire que cet accord prendrait effet seulement que dans 5 ans comme si ce délai était la solution au problème de l'arrivée prochaine sur le marché européen de 70 000 à 100 000 tonnes de viande bovine dispensées de droits de douane !

" Il n'y aura jamais de bœuf aux hormones en France ", a-t-il promis encore tout en assurant qu'il travaillerait à ce qu'il y ait des possibilités de " bien contrôler aux frontières la traçabilité et les normes environnementales et sociales ". Une telle naïveté est confondante alors que chacun sait que l'importation massive de viande à bas coût venue d'Amérique du Sud fait craindre l'apparition de produits à la qualité douteuse et que les élevages de bovins, porcs et volailles sud-américains sont essentiellement nourris à base d'OGM, en particulier de soja transgéniques !

Concernant le glyphosate, Emmanuel Macron a répété ce qu'il avait dit précédemment sur Twitter : " J'ai demandé au gouvernement de prendre les dispositions nécessaires pour que l'utilisation du glyphosate soit interdite en France dès que des alternatives auront été trouvées, et au plus tard dans 3 ans ".

Mais au-delà de ce pur effet d’annonce, le président de la République sait pertinemment qu'il ne pourra pas faire grand-chose dans les trois années qui viennent au risque de voir la France poursuivie par la commission européenne pour non-respect des règles de concurrence. Face au dogme de la libre circulation des marchandises, la France sera impuissante pour s'opposer à l'entrée sur son territoire de produits contenant du glyphosate venant des autres pays européens, du canada ou des Etats-Unis !

Finalement, comme son prédécesseur François Hollande, Emmanuel Macron ne semble pas avoir compris que l'agriculture intensive est dans le mur et qu’il faut faire un choix clair d'une autre agriculture qui valorise l'environnement au lieu de le détruire, d'une agriculture qui crée de l'emploi, vivifie les territoires, relocalise la valeur ajoutée accaparée par les multinationales de l'agroalimentaire et les milieux financiers. 

Il faut rétablir des mécanismes publics de stockage, de stabilisation des prix et de maîtrise de l’offre aux niveaux national et régional, favorisant les exploitations paysannes et familiales et garantissant un revenu stable aux agriculteurs et des prix raisonnables aux consommateurs. Il faut aussi s’attaquer à la spéculation sur les produits agricoles et arrêter les accaparements de terre par des pays étrangers, notamment la Chine. 

Devant cette grave crise agricole et les centaines de suicides de paysans qu'elle entraîne, un énième plan d’urgence ne suffira pas si on ne change pas de logiciel… 
 

 

Photo Creative Commons 
 

 

Lire toutes les infos du blog : 

>Les 25 derniers articles 
>Tous les articles 


Moyenne des avis sur cet article :  4.32/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Diogène Diogène 27 février 08:26

    « un énième plan d’urgence ne suffira pas si on ne change pas de logiciel… »


    1. la question est de savoir si le logiciel de remplacement existe ; si vous connaissez le site de téléchargement, merci de donner le lien

    2. on peut dresser un tableau analogue dans le monde de l’industrie sidérurgique et manufacturière. Certains malpolis appellent ça « capitalisme » et « lutte des classes », des gros mots qu’il ne faut plus écrire dans les articles.

    • ZenZoe ZenZoe 27 février 10:07

      @Diogène
      Le logiciel de remplacement existe, il s’appelle le protectionnisme (on peut rajouter « intelligent » si on veut), un autre gros mot.
      Le protectionnisme est plus ou moins pratiqué par la planète entière - sauf en UE où on préfère le libre échange, qui n’a d’ailleurs rien de libre puisque les échanges sont imposés.

      Finalement, je m’aperçois 20 ans plus tard, que les altermondialistes n’étaient pas complètement à côté de la plaque.


    • Yaurrick Yaurrick 27 février 12:36

      @ZenZoe
      Sauf que la PAC c’est tout sauf du libre-échange :
      - les agriculteurs européens sont largement subventionnés par rapport à ceux des autres pays.
      - le protectionnisme est « déguisé », on parle de la « préférence communautaire » et de « restrictions aux exportations »
      - contrôle des prix, distorsion des marchés.

      http://www.chambres-agriculture.fr/agriculteur-et-politiques/tout-savoir-sur-la-pac/fondements-de-la-pac/
      http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/union-europeenne/action/politiques-communautaires/qu-est-ce-que-politique-agricole-commune-pac.html

      Bref considérer qu’il y a libre échange dans le domaine de l’agriculture dans l’UE, c’est un mensonge des plus hypocrites.
      De manière générale, l’agriculture n’est pas un domaine où il y a du libre échange.


    • Blé 27 février 13:56

      @Yaurrick

      Je ne sais si vous faites vos courses vous même mais au cas où vous feriez vous même vos courses il y a quelque chose qui ne vous a pas échappé : tomates d’Espagne, du Maroc, d’Italie,
      la plus grande majorité des légumes pot au feu viennent d’Espagne, les salades une bonne partie viennent soit d’Espagne ou d’Allemagne, les champignons viennent de Belgique, les avocats d’Israël, courgettes et aubergines viennent d’Espagne.

       Pour les fruits je ne peux pas en parler car je n’en mange pas.

      Regardez les étiquettes où sont indiquées la provenance des produits , c’est déjà une information un peu plus fiable qui révèle une réalité que vous semblez ignorer.


    • Albert Ricchi Albert Ricchi 27 février 13:57


      @Yaurrick
      Quand l’Allemagne vend de la viande bovine en Europe et en France à un coût compétitif grâce notamment à ses abattoirs et à ses travailleurs détachés payés 3 € de l’heure, c’est quoi ? du protectionnisme ou du libre-échange débridé ?

      Quand le Canada vend en Europe et en France (CETA) de la viande bovine sans droits de douane, c’est quoi ? du protectionnisme européen ou du libre-échange qui détruit les éleveurs français ?

      Quand demain les pays du Mercosur feront de même, ce serait quoi ? du protectionnisme européen ou de libre-échange qui va faire à nouveau des ravages ?

      Finalement, si on suit votre logique, les paysans français se suicident parce qu’ils sont trop protégés ! 
       

    • Yaurrick Yaurrick 27 février 15:14

      @Albert Ricchi@Blé
      Je ne fais qu’indiquer que la PAC ce n’est pas du libre-échange. Mais que l’état français ait détruit ses agriculteurs par le biais d’un excès de réglementation et de fiscalité, pas un mot là dessus.



    • baldis30 27 février 17:51

      @Albert Ricchi
      bonsoir,

      vous avez entièrement raison ! mais vous avez encore la naïveté de croire que certains comprennent les expressions comme « travailleurs détachés, sans droits de douane, ».

       Ils sont à peine capable faire une analyse grammaticale de niveau CM1 et vous leur demandez de faire une dissertation ... Un peu de pitié pour eux ... !


    • mmbbb 27 février 18:06

      @Albert Ricchi k essentiel est que Bove et Herrou ne se soient pas suicidés L agriculture dite traditionelle est assez mal defendue


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 19:25

      @Albert Ricchi
      Et donc, vous avez voté Asselineau pour sortir de l’ UE par l’article 50 ? C’est bien dommage, alors, il vous reste les yeux pour pleurer.
       « UPR- Traités européens et agriculture »


      - 1 - La PAC était dans le Traité de Rome 1957- Elle prône les rendements, avec toujours plus d’intrants et de machines, et le moins possible de main d’œuvre. Sauf que maintenant, Bruxelles veut faire ses économies dans le budget européen, sur le dos des agriculteurs. 124 milliards de moins propose Junker :

      " ... le Président Juncker a émis l’hypothèse de sabrer jusqu’à 124 milliards d’euros sur 7 ans pour la PAC et 120 milliards pour la cohésion, quand le budget annuel de l’Union n’est que de 150 milliards ! Si ce scénario catastrophe joue sûrement le rôle d’épouvantail, la tendance consiste bien à tailler dans le vif les politiques agricoles et de cohésion. Comme si on pouvait agrandir la maison en détruisant ses fondations. Le résultat d’une renationalisation de ces politiques aggraverait les phénomènes de dumping, et ruinerait durablement les efforts de convergence.(...)

      -2- Les Traités Internationaux genre TAFTA, CETA, UNASUR sont négociés par les Commissaires européens, pas par les Etats. Macron voudrait ben... mais il peut point, il promet tout ce qu’on voudra, et remue du vent, une éolienne version euro soumis.

      - 3- L’agriculture, l’environnement, la mer, la pêche, et la défense du consommateur ne font plus partie des compétences des Etats, mais de la Commission européenne... Circulez, ya rien à voir ! S’il y a encore des Ministres dans ces domaines, c’est pour faire durer la fiction, genre Hulotte.

      -4- Les exportations sont plombées par un euro trop cher, les salaires et les normes en France sont supérieures aux autres pays européens... Il y a concurrence déloyale, le principe de base de la construction européenne ! Les centrales d’achat se fichent bien de la santé des consommateurs ! Ils profitent des 4 piliers de l’Europe libérale : liberté d circulation des marchandises, des hommes, des services et des capitaux.

      Bref, sans sortie de l’ UE, l’agriculture française est sacrifiée. Il n’y a jamais de débats contradictoire sur le Frexit, comment les citoyens pourraient -ils savoir que les agriculteurs se suicident à cause des Traités européens ? La FNSEA, Confédération paysanne, les médias, la classe politique, tous refusent de l’expliquer et refusent la sortie de l’ UE.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 19:28

      @Yaurrick
      La Nouvelle Zélande est un pays souverain qui prend ses décisions sans les Traités européens, rien à voir avec l’UE, où tout doit circuler librement, et où chaque producteur est mis en concurrence.
      Macron explique que l’ Europe protège, on se demande bien de quoi ??


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 19:31

      @baldis30
      Les Insoumis savent lire, mais ils évitent de lire les Traités européens... !!

      Une vidéo de 3 minutes, peut-être ? « L’euro est dans le pré ! »


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 19:41

      @Yaurrick
      Et oui, le Bangladesh, sans services publics à financer, ni protection sociale (donc pas besoin d’impôts), et produisant sans règles sur la santé et l’environnement, voilà le nec plus ultra de vos théories libérales à la noix !

      Et avec des règles, on voit qu’on n’empêche pas les scandales alimentaires.
      Alors, je ne vous raconte pas avec vos théories 100% libérales !


    • Yaurrick Yaurrick 27 février 20:17

      @Fifi Brind_acier
      Je vous parle de la Nouvelle-Zélande, et du tac-au-tac vous parlez du Bangladesh.... une fois encore vous répondez à coté : la source que je fournis explique que l’agriculture Néo-zélandaise se porte bien mieux depuis que l’état a cessé d’intervenir.

      Avec tous les services publics, tout les impôts, toute la "protection sociale", la France devrait bien moins de scandales alimentaires ou autres.... C’est faux et archi faux !!!! La liste est longue, très longue (sans compter le chômage, le mal logement et tant d’autres)
      http://www.france24.com/fr/20101116-grands-scandales-sanitaires-francais-vingtieme-siecle-mediator-hormone-croissance-sang%20contamine-isomeride-distilbene

      Et vous allez sans doute dire que c’est la faute de quelqu’un d’autre (au hasard l’UE) ? Quelle hypocrisie, il vous faut trouver un bouc émissaire, comme tous les étatistes.
      Mais qu’importe que l’état puisse prendre des mesures liberticides au nom de la « souveraineté ». la fin justifie les moyens n’est ce pas ?

      Je vais vous dire je suis prêt à voter pour le FREXIT, pour la souveraineté, savez vous pourquoi ? Pour la simple et bonne raison de voir le lamentable échec qui en résultera parce qu’on se sera vautré toujours plus dans l’étatisme....C’est cruel mais là on pourra repartir sur de bonnes bases et appliquer une politique vraiment libérale. (donc pas le capitalisme de connivence dont l’état fait allègrement usage)


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 20:45

      @Yaurrick
      Où voyez-vous l’ Etat dans le libéralisme européen ??
      Bruxelles passe son temps à exiger des réformes qui détruisent l’Etat.


      Les Français, eux, veulent que l’ Etat intervienne partout !
      C’est ainsi depuis 800 ans.

      Chaque peuple a le droit de vivre comme il l’entend, de mettre des frontières, des taxes aux frontières, de contrôler les mouvements de capitaux, de préférer la solidarité, plutôt que chacun pour sa pomme etc.

      C’est ce qu’ont fait les Islandais et ils s’en portent très bien ! D’ailleurs les 3 pays où on est le plus heureux, sont l’Islande, la Norvège et la Suisse, qui ne sont ni dans l’ UE, ni dans l’euro.

      C’est incompatible avec le libéralisme européen, ainsi qu’avec les théories à la noix des économistes de l’ école de Chicago, dont vous vous faites le défenseur, TINA et autres balivernes.

    • Yaurrick Yaurrick 27 février 21:19

      @Fifi Brind_acier
      Le SMIC, les numerus clausus, la sécu obligatoire, les monopoles de droits, la réforme du PLU, la fiscalité, le code du travail ça vient de Bruxelles aussi ? C’est aussi l’UE qui impose un mille feuille administratif et complétement kafkaien ?

      Non, les français ne veulent pas que l’état intervienne partout, ils sont infantilisés et n’ont aucun choix. Ils sont de plus en plus nombreux à quitter la France parce que justement ils veulent qu’on respecte leurs droits, relisez la DDHC pour vous convaincre que l’état bafoue allégrement celle-ci ainsi que les libertés individuelles.

      Ces pays ne sont pas l’UE ni dans l’euro, mais sont globalement bien plus libéraux que la France...Rien à voir avec le fait d’être dans l’UE ou l’euro ! Simplement des faits, et tant pis pour vos lubies.

      Pourquoi refusez de laisser la liberté à chacun de choisir ce dont ils estiment le mieux pour eux ?
      Que je veuille m’assurer pour le chômage ou construire ma retraire comme je le souhaite, ça ne regarde que moi, et je n’empêche personne de faire confiance comme il le souhaite


    • bob de lyon 28 février 12:34

      @Yaurrick

      J’aimerais connaître votre opinion sur le travail de la FNSEA et du Crédit Agricole avec la complicité de l’État libéral depuis 1947.

       

      Les agriculteurs ont toujours voté à droite, au nom de la liberté d’entreprendre, afin de protéger leur individualisme et de récupérer des subventions.

       

      Les agriculteurs ont aménagé eux-mêmes leur cimetière avec acharnement et sont devenus des fonctionnaires inavoués ce que le Salon de l’agriculture qui n’est qu’un décor Potemkine confirme.

       

      Votre antienne sur le libéralisme est connue, on sait où cela mène : droit chez Trump et on en connaît les résultats.

      Les Français ne veulent pas que l’État intervienne partout ? Attention, évitons de rire… sinon risque d’étouffement !

      Mémoire courte : jamais aucune entreprise n’a demandé une aide de l’État et surtout pas Gattaz ; aucune banque – jamais ! - ne fut soutenue par l’État ; aucun journal ne touche de subventions et si – par hasard ! – il y en eut un et qu’il fut ultra-libéral, s’il en bénéficiait il refuserait évidemment pour des questions d’honneur, de morale, d’idéologie à respecter…

      L’exemplaire droiture de Droite quoi !


    • Yaurrick Yaurrick 28 février 14:16

      @bob de lyon
      Libéral et subventions sont antinomiques, mais bon... il a du vous échapper quelques détails comme les nationalisations en 1945, la création de la sécu (qui dès 1954 était en déficit) sous l’impulsion des communistes.
      Ce que vous me citez c’est du capitalisme de connivence, donc pas libéral pour un sou. Et ouiLes français en ont marre que l’état s’accapare 50% de leurs revenus pour au bout du compte un service qui laisse à désirer.
      Mon antienne, vous pouvez la voir en Suisse, comme quoi le libéralisme fonctionne bien mieux que vous le croyez.


    • bob de lyon 28 février 17:08

      @Yaurrick

      Je ne crois pas que vous soyez un individu sans empathie ou un égoïste ranci, mais je vous propose quelques lectures ?

      - La déconomie - Jacques Généreux

      - Notre ennemi le capital – Jean-Claude Michéa

      - La grande fracture - Joseph Stiglitz

      - Le dernier qui s’en va éteint la lumière – Paul Jorion

      - Économie du bien commun – Jean Tirole

      - Le capital au XXIe siècle – Thomas Picketty

      (P.S. – Quand vous dites : « les Français sont… ». Nous sommes déjà deux et nous ne sommes pas d’accord.)

       

      Quant à la Sécurité sociale : Le concept moderne du droit à la sécurité est apparu dans les déclarations de droits de l’homme et curieusement dans la Déclaration de Droits de l’état de Virginie en juin 1776.

      Créée concrètement en Allemagne et en Alsace par Bismarck au XIXe, elle fut reprise en 1910 en Grande Bretagne.

      C’est un des rôles fondamentaux des États adhérents à la charte  de l’Organisation des Nations Unis.

      Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948

      « Art. 22 — Toute personne, en tant que membre de la société, a droit à la sécurité sociale ; elle est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité, grâce à l’effort national et à la coopération internationale, compte tenu de l’organisation et des ressources de chaque pays. »

      J’ai eu un oncle directeur d’une Caisse de Sécurité sociale de l’Agriculture, de ce qu’il me disait c’est que la solidarité de la paysannerie française reste à inventer…

      Pour la Suisse, je connais. C’est certain c’est un paradis supérieur au nôtre, comme tous les autres pays d’ailleurs.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 17:28

      @Yaurrick, capitaliste masqué !

      Ce que vous décrivez, c’est le modèle social français, 100 ans de luttes sociales + le programme du CNR. Les Français y sont très attachés, car ils sont pour la répartition des richesses et la solidarité nationale. C’est justement ce modèle qui vous dérange, car il grignote les profits.


      Plus de 50% de la richesse produite va dans le modèle social français.
      Je suppose que cela doit impacter votre portefeuille d’actions ?

      Le MEDEF rêve depuis 1945 de lui faire la peau !
      " (..) La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là . Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !. (...)

      La Sécurité sociale, les retraites par répartition, les services publics etc . Et miracle, la Commission européenne impose aux Gouvernements d’en finir avec toutes ces dépenses : c’est la feuille de route de Matignon depuis 2014/ 2015.

      Les Français vont revenir 100 ans en arrière, mais votre portefeuille d’actions s’en portera bien, c’est tout ce qui compte ! Alors, heureux ?

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 17:37

      @bob de lyon
      Voui ! Mais l’Obamacare, c’est très plus mieux que la Sécu !


      C’est « chacun pour sa pomme », les mutuelles privées, une vraie merveille !
      Aux USA, un pansement aux urgences peut vous coûter 629 $ !
      Elle est pas belle, la vie , selon Yaurrik ?

      Yaurrik, c’est l’ Attali d’Agoravox ...
      « Débrouillez- vous ! »

    • Yaurrick Yaurrick 28 février 19:16

      @bob de lyon
      Je vous propose aussi ces lectures :
      - Le modèle français dans l’impasse, de Jean Louis Caccomo.
      - Ancien mais tellement d’actualité et facile à lire, les pamphlets de Frédéric Bastiat.
      - Les livres de Charles Gave, qui a beaucoup écrit sur le système financier et monétaire.
      - Pour ce qui a trait au logement, Logement, crise publique, remèdes privés, de Vincent Benard.
      Et bien sur les classiques : L’action humaine de Mises, Capitalisme et liberté de Friedman, la route de la servitude de Hayek.

      Le problème n’est pas tant d’avoir une sécurité sociale, le problème est de ne pas laisser les individus libres de leur choix. Mais ça n’empêche absolument pas que des gens s’associent pour fournir un système collectif, il faut juste laisser le choix à chacun.
      Il existe de multiples exemples y compris proche de nous où les secteurs qui sont plus efficaces que nos systèmes français (le système de santé hollandais, l’agriculture néo-zélandaise) .
      Les libéraux sont pour un état fort, mais qui s’en tienne à ses fonctions régaliennes, et il est tout à fait normal d’avoir un filet de sécurité.


    • Yaurrick Yaurrick 28 février 19:40

      @Fifi Brind_acier
      Vous avez un PEL ?Vous êtes propriétaire ? Donc vous êtes capitaliste, mais passons...
      Que ce soit le progamme du CNR ou non ne change rien à l’affaire :

      La pression fiscale n’épargne à personne :
      http://www.lefigaro.fr/impots/2013/11/20/05003-20131120ARTFIG00341-la-france-championne-d-europe-des-charges-sociales-pesant-sur-les-entreprises.php
      http://www.atlantico.fr/decryptage/france-cet-enfer-fiscal-ou-tous-ceux-qui-ne-sont-pas-assistes-paient-plus-50-impots-simone-wapler-667548.html

      La France c’est 15% des dépenses sociales dans le monde, est-ce qu’on a un résultat tellement meilleur que les autres ? Non.
      https://www.lesechos.fr/13/10/2014/LesEchos/21791-044-ECH_la-france---15---des-depenses-sociales-mondiales.htm#
      http://www.oecdbetterlifeindex.org/fr/topics/sante/#/00000005000

      La « redistribution » c’est des miettes qu’on donnent comparés aux sommes englouties puisqu’on parle de 45 milliards d’euros :
      https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/files/documen ts/budget/comptes/2016/CGE-plaquette2016.pdf

      La charité française une des plus faible d’europe :
      https://www.fondationdefrance.org/sites/default/files/atoms/files/philanthro pie_en_europe_2015.pdf

      Et ça vous allez encore dire que c’est la faute du libéralisme ?
      https://www.heritage.org/index/country/france
      71e mondial, 34e en europe, les mêmes causes donnant les mêmes conséquences, notre pays s’enfonce.


    • mmbbb 28 février 20:11

      @bob de lyon il est tout de même marrant de voir un gars comme Giesbert Olivier du point etre le chantre d un liberalisme et a avoir appuyé la canditature de Fillon en le presentant comme une Margaret necessaire a la france Ce journaliste utilise pourtant la TV d etat comme france 5 afin de diffuser ses emissions parce qu il n a pas touve de preneur sur TF1 par exemple Les dirigeants n en veulent pas ils ne vendent que la merde Les Journaux comme le Fig , le Monde qui presentent un volet libetal seraient mort sans les subventions C ’est assez schizophrène .Quant a l agriculture la FNSEA s est fait prendre a son propre piege par exemple la marque DOUX a exporte son savoir faire de poulet en batterie au bresil , et jamais les bretons ne pourront avoir de telles usines en france par ailleurs le soja ne traversent plus l ocean . Idem pour les bovins etc 


    • Rincevent Rincevent 28 février 20:35

      @Yaurrick

      Les néo-zélandais auraient-ils compris (eux…) que les subventions sont des drogues dures qui vous mettent à merci du dealer ? On commence à entendre ça chez nous ‘’on veut des prix, pas des subventions’’. Soit, mais la cure de désinto risque d’être rude…


    • mmbbb 28 février 20:50

      @Rincevent hormis le mouton que produisent ils ?


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er mars 07:01

      @Yaurrick
      Même en économie capitaliste, vous ne comprenez pas grand chose... Vous savez pourquoi des entreprises étrangères viennent s’installer en France ? Soit ce sont des fonds de pension qui viennent siphonner les entreprises, pour payer les retraites par capitalisation de leurs clients.
      Des piranhas dans votre genre, qui fonctionnent à court terme. ...


      Soit ce sont des entreprises qui apprécient le fonctionnement « socialiste » des services publics français, les soins donnés dans les hôpitaux français, l’EDF qui remet le courant en quelques jours, alors qu’il faut plusieurs semaines aux USA, les infrastructures, bien meilleures qu’aux USA, où tout part en barigoule, les ponts s’écroulent etc.

      Vous voyez le montant des impôts, vous ne voyez ni les services rendus aussi bien aux populations qu’aux entreprises, ni l’importance de l’environnement des entreprises...

    • Yaurrick Yaurrick 1er mars 13:43

      @Fifi Brind_acier
      C’est sûr qu’une entreprise qui vient en France ne paie pas de salaires, et ne participe pas à l’économie locale... A vous lire c’est tellement mieux de ne pas avoir d’horribles entreprises capitalistes ....
      Et à part ressasser vos poncifs sur les USA, ça vous arrive d’enlever vos œillères ? On vous répète que le montant des impôts c’est une chose, mais qu’en face le service rendu n’est pas à la hauteur : les contribuables n’ont pas le choix pour arbitrer si ces services sont rendus de façon efficiente.


    • Jean Roque Jean Roque 27 février 08:26

      Brésil : 15 litres de glyphosate par hectare de céréales, France 1 litre...


      • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:53

        @Jean Roque


         1 litre de trop ....

      • baldis30 27 février 17:55

        @Jean Roque
        Mouche de l’olive en Espagne : diméthoate y compris trois jours avant la cueillette ...protection des travailleurs absente...

        fut autorisé en France jusqu’à six semaines avant la cueillette et vaporisation avec masque !

        Plus d’olives françaises, idem pour la mouche de la cerise .. et plus de cerises non plus ...


      • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:54

        1 agriculteur se suicide tous les 1 jour et demi en France , Macron as t’il prévu des obsèques comme pour Johnny ? 


        • Paul Leleu 1er mars 17:01

          @zygzornifle


          non... Johnny Hallyday était un membre de la nomenklatura bourgeoise, dont la « musique » (ce mot est-il juste ?) servait à endoctriner les masses dans une litghanie soporifique, nombriliste, ringarde, décadente et molassonne. 

          Et puis Johnny c’était un agent objectif du « plan marshall » de colonisation de la France et de génocide culturel contre notre authentique musique populaire... donc il a eu le droit à des remerciements de la bourgeoisie pour ses bons et loyaux services. 

        • JL JL 27 février 13:34

          « Mangez des pommes, c’est bon pour la santé » proclame Edouard Philippe qui erre comme une âme en peine au Salon de l’agriculture.
           
          Chirac en son temps, c’était déjà le grand copain de la FNSEA, non ? Et la FNSEA, c’est pas les glyphosates ? Et les pommes, c’est pas le fruit qui en est le plus imprégné ?
           
           Comme c’est bizarre.



          • mmbbb 27 février 18:11

            @JL le salon de l agriculture est un trompe oeil Un mensonge publicitaire sur la production agricole francaise.les publicistes utilisent le même subterfuge comme la pub Herta en donnant une image d epinal bucolique alors que les citadins avalent de la bouffe industrielle


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 février 19:35

            @JL
            La FNSEA se sert des Traités européens, elle aurait tort de se gêner !
            Si cela ne vous convenait pas, il fallait voter Asselineau pour sortir de l’ UE !
            « Programme agriculture UPR. »


          • JL JL 28 février 08:40

            @Fifi Brind_acier
             
             ce n’est pas parce que Asselineau dit qu’il pleut que je dois lui verser des royalties pour porter un imperméable ; si vous voyez ce que je veux dire.


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 février 17:38

            @JL
            Sauf que c’est Asselineau qui avait raison !
            Sans sortie de l’ UE, on revient 100 ans en arrière.


          • HELIOS HELIOS 27 février 14:09

            ... Macron peut promettre touty et n’importe quoi, dans 4 ans :



            --- il ne sera peut etre plus au pouvoir...

            --- ce n’est pas lui qui choisi, c’est Bruxelles et les decision s’imposent

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès