• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sarkozy, un boulet pour l’UMP

Sarkozy, un boulet pour l’UMP

Il est clair désormais que Nicolas Sarkozy a pour objectif de reprendre, d’une manière ou d’une autre, le contrôle de l’UMP afin d’asseoir sa candidature en vue de la présidentielle de 2017. Ce serait, pour son parti, le pire des scénarios. N’en déplaise aux sympathisants de l’UMP nostalgiques du quinquennat passé, l’ex-président de la République deviendrait en effet un terrible boulet pour son camp...

Les récentes déclarations de Brice Hortefeux et Nadine Morano – porte-paroles habituels de Nicolas Sarkozy depuis le vrai-faux « retrait de la vie politique » annoncé au lendemain de la défaite de 2012 – ont exprimé sans ambiguïté le désir viscéral de l’ex-président de revenir aux affaires pour briguer un nouveau mandat élyséen en 2017. Un retour qui pourrait se faire lors du Congrès du parti qui se tiendra durant l’automne, en recourant à la technique du bulldozer. But de l’opération pour Sarkozy : imposer aux militants sa « stature présidentielle » au nez et à la barbe de tous les autres caciques de l’UMP. Principaux visés : messieurs « Ducon » et « Durien », autrement dit Alain Juppé et François Fillon en langage sarkozyste.

Cette stratégie de reconquête à la hussarde ne doit rien au hasard : il en va de la survie politique de l’homme aux 600 millions d’euros de déficit. Et pour cause : son image ne cesse de s’effriter, y compris chez les sympathisants de l’UMP, tandis que celle d’Alain Juppé prend toujours plus de hauteur. Résultat : le maire de Bordeaux vient désormais talonner Sarkozy dans les sondages. Mais il y a pire encore : quoi qu’ils en disent, la plupart des ténors de l’UMP sont en effet d’ores et déjà dans les starting-blocks pour la course au titre de candidat officiel du parti. Et tous, sans exception, sont bien décidés à faire respecter l’organisation de primaires actée par une très large majorité des militants le 30 juin 2013. Or, Sarkozy sait qu’une fois ce processus des primaires lancé, il serait définitivement hors-jeu, sauf à envisager une candidature parallèle suicidaire, tant pour lui que pour les chances de la droite de reconquérir le pouvoir, malgré la déconfiture envisageable du Parti Socialiste.

Précisément, parlons-en de cette probable déconfiture du PS. À l’évidence, elle ne sert pas les intérêts de Sarkozy. Et pour cause : sauf retournement spectaculaire de la conjoncture économique et baisse significative du nombre des chômeurs, le candidat socialiste en 2017, qu’il s’agisse de François Hollande ou de tout autre champion suffisamment téméraire pour relever le défi, devrait être largement distancé au 1er tour de la présidentielle. Distancé, mais surtout éliminé du duel de 2e tour où l’on devrait logiquement retrouver Marine Le Pen face au candidat de l’UMP. Avec une conséquence évidente : le candidat de la droite républicaine devrait être élu sans difficulté président de la République, et cela même si la victoire est acquise de manière nettement plus étriquée qu’en 2002, eu égard au profond ressentiment des électeurs populaires à l’encontre des partis dits « de gouvernement ». Énoncé d’une manière différente et quelque peu triviale, cela revient à dire que même un âne aux couleurs de l’UMP a toutes les chances de gagner la présidentielle de 2017 !

Dans de telles conditions, Sarkozy ne peut, comme il en forme le projet, se présenter comme le seul véritable espoir d’un retour de la droite au pouvoir. Et moins encore comme le seul recours pour enrayer la menace frontiste, n’importe quel clampin estampillé UMP ayant toutes les chances de ravir la mise. Comble de la difficulté pour Sarkozy, les ténors Juppé et Fillon, ainsi que l’armada des quadras aux dents longues sont fondés à croire que leur tour est venu. Avec, à la clé, de solides ambitions que le parcours de Hollande, parti de 3 % dans les sondages en 2011, et la certitude d’une victoire UMP au 2e tour de 2017 attisent comme jamais. Ceux-là feront tout pour barrer la route à Sarkozy et ne pas se laisser imposer un abandon des primaires de la droite qui pourrait ouvrir un boulevard à un retour du battu de 2012, malgré cet échec et sans que le bilan de son quinquennat ait été soldé.

Au-delà des ambitions et des postures actuelles des nombreux « présidentiables » de l’UMP, ce sont les militants de la droite (et peut-être du centre-droit si un accord peut être passé avec l’UDI) qui, par leurs votes, décideront quelle route doit être suivie en vue de l’échéance de 2017. Des militants qui, dès avant le Congrès de l’UMP, devront se poser les bonnes questions, et notamment celles-ci :

Faut-il, dans l’optique de la présidentielle de 2017, repartir avec un Nicolas Sarkozy dont le bilan politique et économique a été médiocre, et de surcroît pollué par des dérives comportementales indignes de la fonction présidentielle, au risque d’alourdir le climat par des réactions virulentes d’opposition, voire de haine d’une partie de la population française ?

Faut-il, au contraire, s’engager résolument dans la voie, décidée en 2013, de primaires à droite qui permettront de faire émerger un candidat au caractère affirmé mais nettement moins clivant, capable de réunir sur son nom une large partie de l’électorat républicain, et cela dans un contexte très favorable à une alternance politique ?

Poser ces questions, c’est y répondre. Comment croire raisonnablement que les militants de l’UMP prendront le risque de redonner les clés de leur parti à l’homme dont le quinquennat a été marqué par une suite d’échecs électoraux et par un bilan socioéconomique ayant largement contribué à la défaite de leur camp lors de la dernière présidentielle ? Comment, de surcroît, ne pas prendre en compte les multiples dossiers judiciaires qui menacent Sarkozy, à commencer par les développements de l’affaire Bygmalion et les révélations corrélatives sur le financement illégal de la campagne de 2012 dont nul ne peut croire que le principal bénéficiaire a tout ignoré comme il cherche à le faire gober aux naïfs ?

Ce n’est pas une, mais plusieurs épées de Damoclès qui tiennent à un fil sur la tête de Sarkozy et peuvent, à tout moment, hypothéquer son avenir, voire le stopper net comme Strauss-Kahn en 2011 pour d’autres raisons. Avec le risque concomitant de laisser le parti désemparé au pire moment alors qu’il a toutes les chances de rafler la mise lors de la présidentielle et des législatives de 2017. Il est clair que Sarkozy est devenu un boulet pour l’UMP.

Un boulet pour l’UMP, mais aussi un boulet pour la France, si Sarkozy est rattrapé par les affaires après avoir réussi à mener à bien son OPA sur le parti. Si tel était le cas, c’est un boulevard qui s’ouvrirait pour Marine Le Pen et le Font National !

  


Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (60 votes)




Réagissez à l'article

224 réactions à cet article    


  • Gabriel Gabriel 16 juin 2014 08:29

    Bonjour Fergus,

    Il serait grand temps que le peuple se réveille et arrête de croire que ce genre de type qui n’est rien d’autre qu’un libéral mondialiste convaincu et un carriériste égocentrique fera quelque chose pour les citoyens. Inutile de rappeler ses nombreuses trahisons envers son pays pas plus que les nombreuses casseroles judiciaires qu’il traine. Il faut virer une bonne fois pour toute cette oligarchie d’arrivistes et de menteurs qui soldent la nation à l’oncle Sam. De droite comme de gauche, il faut donner, par nos votes, la parole à ceux qui la rendront au peuple. Peut-être serait-il bon de commencer à écouter sérieusement des (Assilineau, Chouard, Onfray et autres vrais démocrates).


    • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:13

      Bonjour, Gabriel.

      Il serait temps, en effet, que le peuple français cesse de se faire manipuler par des aventuriers de ce genre, dont le profil « carriériste égocentrique », comme vous l’avez souligné fort justement, prend largement le pas sur les intérêts du pays.

      Peut-on espérer que les militants de droite auront la lucidité de tourner définitivement la page du sarkozysme ? Il faut l’espérer pour le pays car seul le chaos peut naître d’un retour de Sarkozy aux affaires. Quoi que l’on pense des idéologies conservatrices, il ne manque pas, à droite et au centre, de personnes capables de gouverner si les électeurs en décident ainsi. C’est vers ces personnes que les militants devront se tourner.


    • Henri Diacono 16 juin 2014 14:18

      Hélas Gabriel, à en croire tous les récents sondages et même le comportement actuel de certaines de ses corporations, le peuple de France, bien endormi aura beaucoup de mal à se réveiller.

      Et si le Ptit’ Napoléon décidait de briguer une fois encore le poste de chef pour éviter les que les casseroles qu’il traine s’effacent devant son immunité retrouvée ? 


    • jmdest62 jmdest62 17 juin 2014 09:07

      bonjour Fergus

      « ...un boulet pour l’UMP... » NON ! un BOULET tout court  smiley

      @+


    • Fergus Fergus 17 juin 2014 10:01

      Bonjour, Jmdest62.

      Oui, un boulet tout court. J’ai simplement voulu montrer qu’il l’est d’ores et déjà, dans un premier temps, pour son propre parti.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 17 juin 2014 15:38

      Bonjour Fergus


      Je ne crois pas qu’on revoit Sarko à l’Élysée. La mode américaine qui nous aura envahis encore plus avec TAFTA fera qu’on cherchera une nouvelle figure, pour avoir le suspense qui fera lever le soufflé démocratique le temps de souffler les chandelles. De toute facon la meme clique restera au pouvoir. Voyez-vous une seule chose que changerait l’UMP a ce que fait presentement le PS ? 

      Il est difficile de voir la politique actuelle autrement que comme un autre « jeu » qui prendra le releve du Mondial suivi une guerre locale bien médiatisée pour divertir les badauds ... Je revois Chirac nous disant que gagner la Coupe du Monde avait été « un des grands moments de l’Histoire de France » . Je pense que vous aves raison : la vie, c’est de regarder la terre se dorer de genêts en Lozère.

      Pour Sarkozy, lui ou un autre, les Argentins disent : « ¡ Que se vayan todos ! »


       Pierre JC



    • lsga lsga 17 juin 2014 15:43

      Une partie des députés UMP viennent de prendre position contre la réforme de la SNCF. C’est un signe. 

       
      Sarkozy va revenir avec un programme plus à gauche que celui de Jean-Luc Mélenchon (ce qui n’est franchement pas difficile, vu que le programme du FdG est plus à droite que le programme du PS des années 80).
       
      C’est la fracture sociale : le retour. Comme les français ont un quotient intellectuel très faible (on l’a vu aux européennes), il est extrêmement probable qu’ils tombent dans le panneau et que Sarkozy soir réélu haut la main.

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:41

      Bonjour, Pierre.

      Merci pour votre commentaire.

      Je crois d’autant moins que l’on verra à nouveau Sarkozy à l’Elysée que les nouveaux développements de l’affaire Bygmalion (cf. Le Monde d’aujourd’hui) nous apprennent que les 44 meetings de campagne de Sarkozy ont tous donné lieu à des fausses factures pour un total de plus de 16 millions d’euros, 4,3 seulement ayant payé les prestations, le reste étant détourné. Qui peut croire que le principal bénéficiaire, un certain Nicolas S. n’ait pas été le donneur d’ordre, même si son nom n’apparaît sur aucun document ?

      En outre, je crois, comme vous, que les puissants lobbies industriels et financiers qui font la pluie et le beau temps dans le ciel de la politique occidentale auront à cœur de chercher un autre valet, moins typé psychopathe et encore à peu près vierge de casseroles judiciaires par trop tintinnabulantes. A suivre...

      Le fait est que retrouver régulièrement la sérénité des paysages de Lozère et la philosophie innée des habitants de ces contrées rudes est toujours un moment de grande joie et l’occasion de recharger les accus avant le retour dans les arènes pas toujours bien odorantes de la vie quotidienne moderne.


    • lsga lsga 17 juin 2014 16:44

      mais Fergus : Plus les politiques sont corrompus et ont d’affaires, plus les français votent pour eux ! C’est statistiques, cela fait 50 ans que c’est comme ça !

       
      Les affaires de Sarkozy augmentent donc CONSIDÉRABLEMENT ses chances d’être réélus. 

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:44

      @ Isga.

      Le retour éventuel de Sarkozy sera beaucoup plus difficile que vous semblez l’imaginer. Et le poids des affaires risque de jouer un rôle prépondérant dans ce scénario. Je ne crois pas que les Français seront assez stupides cette fois-ci pour donner les clés du pouvoir à un aventurier de ce type. Tout dépendra, dans un premier temps, de l’attitude des responsables et des sympathisants de l’UMP.


    • lsga lsga 17 juin 2014 16:48

      oui, les affaires vont jouer un rôle prépondérant : elles vont rendre Sarkozy sympathique aux yeux des français et augmenter considérablement son score.

       
      Wou ou : On est en France ! Plus les politiques ont d’affaires, plus les gens votent pour eux !
       
      À cela, ajouter que Sarkozy aura un programme plus à gauche que celui de Mélenchon, et l’affaire est réglée. 
       
      Enfin sans rire : on vit dans un pays d’abrutis, ce serait bien que vous le preniez en compte un peu... 

    • Fergus Fergus 17 juin 2014 16:56

      @ Isga.

      Non, on ne vit pas dans un pays d’« abrutis ». Et si les Français reconduisent des individus douteux dans leurs fonctions, c’est avant tout au plan local parce qu’ils espèrent, plus ou moins consciemment, profiter directement ou pas, des magouilles de ces élus. Rien à voir avec le plan national, même si Chirac a pu être réélu avec de nombreuses casseroles, mais sur des dossiers d’une gravité infiniment moindre que les soupçons gravissimes qui pèsent sur Sarkozy.


    • lsga lsga 17 juin 2014 17:14

      mais si on vit dans un pays d’abrutis... D’ailleurs, la Droite a eu le pouvoir pratiquement tout le temps depuis la fin de la seconde guerre mondiale, et les militants socialos ont mis la droite à la tête de leur parti. 

       
      Tous les hommes politiques ayant eu des affaires ont été réélu haut la main, avec une augmentation de leur score. 
       
      La seule chose qui pourrait bloquer Sarkozy, c’est une Eva Joly qui aurait le courage de l’envoyer derrière les barreaux avec une peine d’inéligibilité. 

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 18 juin 2014 19:19

      @ Isga & Fergus


      Il n’y a pas de « pays d’abrutis » mais des régimes abrutissants. Celui que nous avons, mis en place par le 0,0001% est le plu efficace d etous les temps, avec un maximum de controle et un minimum de contraites. Avec la maitrise de l’information/opinion (medias) et de la richesse/corrption (banques) on peut donner a l’individu une liberté quasi totale au quotidien mais AUCUNE quant sa gouvernance. La démocratie que nous avons, helas, est totalemnet discréditée. 

      On pourrait faire mieux et on le fera, mais au prix d’une metamorphose à laquelle la population n’est pas prète. La chenille ne veut pas devenir papillon. Nous avons donc un hiatus a vivre, et le prochain chapitre sera une periode de lutte entre anarchie et fascime. Ce ne sont pas des temps réjouissants.


       PJCA



    • lsga lsga 18 juin 2014 19:34

      tiens, pour une fois, je suis d’accord avec vous JC. 

       
      à ceci prêt qu’une véritable démocratie ne peut-être que directe et mondiale. 

    • Fergus Fergus 18 juin 2014 20:08

      Bonjour, Pierre.

      Je persiste à penser que ce ne sont pas, en eux-mêmes, les systèmes de démocratie représentative des sociétés occidentales qui sont en cause, mais l’apathie des peuples, leur paresse intellectuelle, directement responsables de la reconduction d’élites qui les manipulent. Ce sont les peuples qu’il faut changer en leur faisant prendre conscience de leur complicité avec ces élites corrompues, et celles-ci seront éradiquées.

      Si tel n’est pas le cas, ira-t-on vers « l’anarchie ou le fascisme » ? Pas forcément, car les élites sauront peut-être ne pas pousser le bouchon trop loin, jusqu’à un point de non-retour. Le pire n’est donc pas sûr, mais le risque existe, tant est grande la voracité des puissants de l’ombre. 


    • colere48 colere48 16 juin 2014 08:35

      « messieurs « Ducon » et « Durien », autrement dit Alain Juppé et François Fillon en langage sarkozyste »

      Comment faire confiance à un homme qui s’est « adjoint » un « Durien » pour gérer la France pendant 5 ans ? Quel aveu !!
      Ce type est un voyou avec un langage de voyou smiley


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:18

        Bonjour, Colère48.

        Entièrement d’accord avec vous. Rappelons-nous, à cet égard, que Sarkozy a, depuis sa campagne de 2006-2007 et durant tout son quinquennat, traité de « connards », d’« abrutis » ou d’« enculés » à peu près tout le monde dans le pays : ses collaborateurs, ses ministres, les magistrats, les syndicalistes, les adversaires politiques, les jeunes de banlieue, les chercheurs, les Bretons, et la plupart des corps constitués !

        Je partage totalement votre conclusion.


      • Hermes Hermes 16 juin 2014 12:58

        Et récidiviste !


      • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 16:37

        Comment faire confiance à un homme qui s’est « adjoint » un « Durien » pour gérer la France pendant 5 ans ? Quel aveu !!
        Et comment faire confiance aux « Ducon » et aux « Durien » ayant accepté de lui servir de carpette et de lui cirer les pompes pendant 5 ans, et qui crachent aujourd’hui dans la soupe ???


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:47

        Bonjour, Hermès.

        Multirécidiviste ! Je suggère la peine plancher : 30 ans d’interdiction de vie politique.


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:50

        Bonjour, Abou Antoun.

        Vous avez raison. Le problème est que tous les responsables politiques susceptibles de jouer un rôle de premier plan ont été, à un moment ou un autre le Ducon ou le Durien d’un Chirac, d’un Sarkozy ou d’un Hollande.


      • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 19:05

        Bonsoir Fergus,
        Cela s’applique évidemment à notre Président en exercice qui en tant que secrétaire du Parti a été pendant 11 ans le Durien de tous les éléphants.
        Bref, c’est le principe de Peter appliqué à la politique. Le système est vraiment à bout de souffle.
        Le tirage au sort offre une petite chance de trouver une personne compétente. La ’promotion interne’ n’en offre aucune.


      • Fergus Fergus 16 juin 2014 19:25

        @ Abou Antoun.

        Le problème vient surtout du fait que ce sont ceux qui ont les dents les plus longues qui s’imposent face à ceux qui sont plus compétents mais n’ont pas un caractère de tueur. Cela existe aussi en Scandinavie mais à un degré moindre. sans doute aurions-nous intérêt à nous inspirer de leur fonctionnement.

        Le tirage au sort me laisse dubitatif.


      • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 17 juin 2014 10:12


        OUI MAIS UN BOULET FOU !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Fergus Fergus 17 juin 2014 10:20

        Bonjour, Tous ensemble.

        Beaucoup partagent votre avis. Je vous invite, à cet égard, à lire (ou relire) ce portrait : Qui suis-je ?



        • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:26

          Bonjour, Zygzornifle.

          Merci pour ce lien. Oui, Sarkozy s’est en effet illustré dans le passé dans une activité peu en rapport avec l’éthique qui devrait foncièrement caractériser un homme d’Etat. Sarkozy a toujours vénéré l’argent, pour lui-même, mais aussi pour les autres s’il en tire (ou espère en tirer) un avantage, comme l’a montré la scandaleuse affaire Tapie.

          Le plus cocasse est qu’il a dit un jour que « les Français ont un problème avec l’argent » sans se rendre compte un instant que ceux qui ont un problème avec l’argent sont ceux qui en veulent toujours plus et sont prêts à tout pour cela.

          Il est vrai que des Français des classes populaires ont eux aussi un vrai problème avec l’argent : en raison des coups portés par les gouvernances libérales, c’est à une paupérisation croissante qu’ils sont confrontés. Et des gens comme Sarkozy, mais aussi Hollande, portent dans ce constat une grande responsabilité.


        • zygzornifle zygzornifle 16 juin 2014 16:29

          Fergus


          Il est vrai que Sarkozy a dit « les Français ont un problème avec l’argent » 
          notre ancien président est un véritable visionnaire car il apparaît que nous avons effectivement un gros problème avec l’argent car pour la plupart des citoyens celui çi se fait de plus en plus rare après le passage du gouvernement ....


        • Abou Antoun Abou Antoun 16 juin 2014 22:20

          Le plus cocasse est qu’il a dit un jour que « les Français ont un problème avec l’argent » sans se rendre compte un instant que ceux qui ont un problème avec l’argent sont ceux qui en veulent toujours plus et sont prêts à tout pour cela.
          Les autres n’ont que des problèmes d’argent.


        • jako jako 16 juin 2014 08:46

          Bonjour Fergus et à tous. Bon ici sur avox ce type est mort et enterré, on attend les juges, mais ils tardent. Marine n’est pas la seule alternative, je remarque que des personnes plutot correctes comme Bruno Lemaire par exemple sont très peu médiatisées, seules les trois (sarko,walls et marine) sont présentées en alternative, il y en a d’autres.


          • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:30

            Bonjour, Jako.

            Vous avez raison sur la médiatisation.

            Le Maire, probablement l’un des plus équilibrés des caciques de la droite et l’un de ceux qui développent la meilleure argumentation en débat, pourrait être un outsider sérieux lors des primaires UMP si celles-ci ont lieu. Et si d’autres ne lui plantent pas un couteau dans le dos, bien dans la manière habituelle du RPR-UMP.


          • wesson wesson 16 juin 2014 12:45

            bonjour jako,


            «  Bon ici sur avox ce type est mort et enterré, on attend les juges, mais ils tardent. »

            Et vous allez pouvoir les attendre longtemps ! Le PS a déjà compris la formidable chance que représenterai pour eux une candidature Sarko en dissident de la droite : c’est la garantie quasi assurée d’un ticket PS-FN pour le second tour. Mais pour que cela soit possible, il faut pas que les affaires arrivent trop vite et n’en viennent à griller définitivement Sarko. 

            Bref, je pense que sur le front judiciaire, l’atmosphère en sera à se hâter lentement. 

          • Fergus Fergus 16 juin 2014 12:59

            Bonjour, Wesson.

            Je pense moi aussi que la justice va se hâter lentement pour traiter les affaires dans lesquelles Sarkozy est impliqué. Encore que les magistrats pourraient accélérer le mouvement et intensifier les investigations si Sarkozy effectuait réellement un retour au 1er plan.

            En revanche, je ne crois pas du tout à une candidature dissidente de sa part, hors UMP. Ce n’aurait de sens pour personne à droite et cela ferait de Sarkozy une cible à abattre par tous les moyens.


          • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 juin 2014 08:57

            Bonjour Fergus,
            je me suis refusé d’écrire un mot sur ce boulet et ne suis pas canon mais allumette...
            ne le soutiendrais que s’il ouvre une pizzéria sur la cote.


            • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:31

              Bonjour, Lisa.

              Si tu fais allusion à la côte picarde, ce n’est pas gagné !


            • Defrance Defrance 16 juin 2014 17:50

               Bonjour Fergus ,
               La cote Picarde est comme le mer en Bretagne, Bleu Marine !
               Il est vrai que le microcosme Parisiens commence à nous chauffer sérieusement ! Je songe d’ailleurs a fonder l’OLP pour retrouver notre statut d’avant Henri IV !


            • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:56

              Bonjour, Defrance.

              J’apprécie beaucoup la côte picarde. Il est évident que je faisais allusion au goût marqué de Sarkozy pour la grande baignoire méditerranéenne, très souvent superbe et idéale pour la baignade, mais pas assez iodée à mon goût et dépourvue de ces marées qui font le charme des côtes de l’ouest et du nord-ouest.


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 2014 18:16

              Voui Defrance ,tant que nous les artésiens on garde le Ponthieu ou du moins le Montreuillois ,pas de problème .
              Sinon rendez vous à Crécy !


            • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:36

               Fergus,
               Les marées Picardes dévoilent parfois plus de 500 mètres de sables, un délice pour les amoureux du char à voile !
               Et pour l’Iode, il me semble que ce ne soit pas le hasard qu’un des plus grand centre de thérapie des grands accidentés soit a Berk ?
               
               pour revenir au bleu marine, la Picardie est l’exemple type qui fait la corrélation entre le chômage et le FN ?
               Le FN ne peut disparaitre tant que le chômage de masse existe ? Les pauvres et les chomeurs, souvent pauvres ne croient plus en la gauche qui à en fait pris la place de la droite, poussant celle ci vers l’extrême droite ?
               Pour ce qui me concerne je hais le FN mais je voterai pour eux si le PS ou le cadavre de l’UMP se retrouvent au second tour !
               Ma seule chance de ne pas voter FN serait de retrouver le PG ou Dupont Aignan, ou un non Politique, mais leurs chances, vu la presse aux ordres de la finance sont très très minces ?
               Les Suisses viennent de faire un article sur le mal poli  !


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 2014 18:47

              Voilà voilà ,Defrance annexe déjà Berck pourtant au nord de la Baie D’Authie ,il va finir par vouloir tout le Marquenterre jusqu’à Etaples ...Et pis Montreil sur Mer tant qu’on y est ! smiley
              Mon trait Boulonnais est prêt ,inutile de vous faire aider par les perfides anglois ,nous avons appris à manier l’arc aujourd’hui !
              Rendez vous sur les prés de Crécy !


            • Defrance Defrance 16 juin 2014 19:05

               oh pardon Aita Pea Pea,
               J’ai juste anticipé la future reforme territoriale, car la Picardie ne veut pas de la Champagne et préfère le Nord Pas de calais !


            • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 juin 2014 19:18

              C’était pour rire ,mais pas que ...
              En accord sur l’union NPDC et Picardie ,et la preuve en est avec tous ces pays à cheval sur les deux ,ici Marquenterre et Ponthieu , ailleurs la Thierache ...etc
              Aussi la langue ,le picard ; mais aussi purement géographique : les bassins versants de fleuves et rivières ...
              Le seul bémol que je trouverais à cette union naturelle est le poids de l’agglomération lilloise ,et son éloignement en décisions des picards .(nos parigots de ch’nord smiley ).


            • Fergus Fergus 16 juin 2014 20:06

              Bonsoir, Aïta.

              Une pensée amicale à tous les chti’s !


            • ZEN ZEN 16 juin 2014 09:44

              Bonjour Fergus

              Après les boulettes, le boulet...
              L’UMP est prête à tout pour sauver les meubles, même à revenir à ses fascinations de naguère, à remettre Nabot Ier sur le trône.


              • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:50

                Bonjour, Zen.

                Toute l’UMP ? Non, parce que les couteaux sont déjà tirés et les responsables du parti presque tous en ordre de bataille pour empêche le retour de Sarkozy dont chacun, au delà de ses propres ambitions, sait qu’il peut se révéler mortifère pour le parti, notamment à cause des affaires.

                Le problème vient des militants : nombre d’entre eux restent sarkolâtres ou, si ce n’est pas le cas, encore persuadé que seul Sarko peut les emmener à la victoire, ce qui est évidemment faux dans le contexte politique actuel.


              • Line Yoblin d’Hividu 16 juin 2014 09:44

                >> un âne aux couleurs de l’UMP a toutes les chances de gagner la présidentielle de 2017

                Ah ça c’est ben vrai !
                Tout comme un un âne aux couleurs du PS a gagné la présidentielle 2012 suite à un rejet profond du truand qui envisage de se replacer dans la course, cet être profondément méprisable trop imbu de lui-même pour se rendre compte des réactions qu’il va provoquer.

                • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:53

                  Bonjour, Line.

                  Le fait est que Hollande a bâti sa victoire essentiellement sur le rejet de Sarkozy. S’il n’y a avait pas eu overdose de cet agité dans une partie des rangs de la droite et du centre, le PS n’aurait pas pu gagner dans un pays qui ne cesse de dériver vers la droite, entraîné par ses classes populaires, de plus en plus sensibles aux discours populistes.


                • Line Yoblin d’Hividu 16 juin 2014 10:25

                  Et j’ajoute que, dans l’horrible hypothèse où il serait élu, avec qui pourrait-il gouverner, à part avec ses quelques fidèles toutous (et « toutoutes ») insuffisants en nombre pour constituer un gouvernement : il les a tous insultés et accompagnés de son total mépris.

                  Quoique ! Il y en a tellement qui tueraient père et mère et seraient prêts à avaler n’importe quelle couleuvre bien épicée pour avoir un poste ministériel... 

                • Fergus Fergus 16 juin 2014 10:53

                  @ Line.

                  Comme vous l’avez souligné dans votre conclusion, il ne fait pas se faire d’illusions : l’attrait du pouvoir, et des avantages qui lui sont liés, est tel chez les professionnels de la politique que la majorité des prétendants à un rôle de premier plan remballeraient sans hésiter leurs griefs et feraient taire leur hostilité foncière à l’individu pour décrocher un maroquin.


                • Defrance Defrance 16 juin 2014 19:10

                  entraîné par ses classes populaires, de plus en plus sensibles aux discours populistes.

                   Je crois personnellement que c’est plus grave que cela, j’ai deux ou trois exemples dans mon voisinage qui rêvent de pouvoir voter pour autre chose, mais la finance nous impose des choix impossible et le vote FN est plus fait pour faire exploser la marmite !En fait ils savent tous ou presque que le FN ne pourra pas gouverner, même avec 25% des bulletins  ?


                • Fergus Fergus 16 juin 2014 20:09

                  @ Defrance.

                  Oui, ils sont nombreux à vouloir voter FN pour faire exploser la marmite. Et le fait est qu’un gros score de Marine Le Pen en 2017 pourrait engendrer une crime de régime et une remise en question du système existant qui convient si bien à l’UMP et au PS.


                • fatizo fatizo 16 juin 2014 09:48

                  Bonjour Fergus ;


                  On sent bien qu’à droite, à part les Hortefeux, Morano et quelques autres, de moins en moins de dirigeants du parti ne souhaitent son retour .
                  Ils sont bien compris que son retour serait le scénario catastrophe pour l’UMP. Les adversaires ne se gêneraient pas pour faire le bilan calamiteux de son quinquennat qu’ils n’ont pas eu le courage de faire, et pour cause.
                  De plus avec les casseroles qui lui collent aux fesses il y aurait un tel tintamarre qu’il deviendrait totalement inaudible.
                  Son retour ne servirait qu’à une chose, assurer à Marine Le Pen d’être en tête au premier tour de la présidentielle.

                  • Fergus Fergus 16 juin 2014 09:54

                    Bonjour, Fatizo.

                    Entièrement d’accord. Cela rejoint le commentaire que je viens d’adresser ci-dessus en réponse à Zen.


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 juin 2014 10:14

                    Bonjour fergus,

                    Vous devriez faire part de votre analyse à eric, ça donnera lieu à un débat de haute volée smiley

                    Comme eric, les militants veulent leur Sarko. Qui d’autre en fait ?
                    Sauf empêchement de dernière minute à la DSK, il reviendra


                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:03

                      Bonjour, Olivier.

                      Je ne partage pas votre regard sur le problème. Compte tenu de l’hostilité des caciques de l’UMP au retour de Sarkozy, celui-ci aura beaucoup de mal à reprendre le contrôle de l’UMP et, dans la foulée, à revenir, avec l’aide des militants, sur le principe des primaires, voté par ces mêmes militants en 2013.

                      En admettant même que Sarkozy reprenne le contrôle de l’UMP, il serait ipso facto une cible de choix. Et en coulisses ses adversaires en interne pourraient bien être tentés d’apporter à la justice des éléments compromettants. Bref, un scénario catastrophe pour le parti qui pourrait en payer le prix fort de plusieurs manières : la chute spectaculaire de Sarkozy, la dissidence assumée de l’UDI dans l’optique de la présidentielle, voire les deux à la fois. Avec un risque à la clé : un duel de 2e tour... PS-FN en 2017. Si les militants de l’UMP ne comprennent pas cela, plus que jamais serait justifié l’appellation de « droite la plus bête du monde » !


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 juin 2014 11:16

                      Mais non, rappelez-vous Chirac :

                      même moqué, voué aux gémonies par son camp après la dissolution de 1997, tout le monde s’est uni derrière lui pour 2002.

                      C’est d’ailleurs une des différence entre la gauche et la droite :
                      le garde-à-vous derrière le chef est plus automatique à droite, même si en privé on n’en pense pas moins.
                      Alors qu’à gauche, il y a toujours de myriades de courants et sous-courants qui se tirent dans les pattes publiquement


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 juin 2014 11:19

                      Sarko revient, on créé un nouveau parti (UMP est devenu trop lourd à porter) - qui revient exactement au même - et on repart pour un tour !


                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:37

                      @ Olivier.

                      Le contexte n’était pas le même pour Chirac. Malgré les casseroles, il apparaissait comme la meilleure chance pour son camp en vue de la présidentielle de 2002 alors qu’en 2017 n’importe quel candidat de droite devrait l’emporter contre Marine Le Pen si le PS ne redresse pas de manière spectaculaire son image dans les deux ans à venir. Cette perspective change totalement la donne.


                    • eric 16 juin 2014 15:33

                      J’suis comme Sarko ! Quand le peuple vous appelle... ! On me réclame ? Me voila !

                      J’approuve Fergus. Sauf grave « accident industriel », même un âne devrait être élu a droite a la prochaine présidentielle.

                      Tant mieux. Et plus on attendra, plus la catastrophe pour les gauches s’approfondira.
                      Après, qu’importe le candidat. 2 ans de nullité ont considérablement rapproché toutes les droites. Pus il restera, plus cela sera vrai. Il n’y a que les dirigeants pour imaginer de vraies nuances. A l’UDI, ils n’ont pas lu Lebras, et il ne comprennent pas que leur électorat votera pour qui leur promettra, par exemple, la peau du mariage des tous, entre autre.
                      Sarkozy ? Bien sur. Seul, il peut, et il l’a prouve, entamer un peu le FN. Vu l’état du pays, il et le seul assez méchant pour prendre les mesures qui s’imposent dans l’intérêt du pays. J’aime bien et Juppe et Fillon, que j’ai eu l’occasion de rencontrer dans le passe. A titre personnel, peut être même plus que Sarko. Mais, ici, on parle politique.
                      Je pense que Sarko est plus a la hauteur des défis. Il va falloir une brute.

                      A l’UMP, même si il y a primaire, les militant trancheront. Je ne crois pas qu’il y ait le moindre doute a avoir. Marine ? Pourquoi pas. De toute façon, cela ne peut etre pire que maintenant.

                      En réalité, la décision est, en apparence, entre vos mains a vous....

                      Dors et déjà, vous devez réfléchir pour savoir si vous voterez Nicolas des le premier tour ou seulement au second.....

                      Parce que bien sur, vous n’êtes pas du genre a vous abstenir, alors que « les heures sombres de notre passe le plus nauséabond, se dessinent a l’ombres des dérapages ».

                      Mais ce sont bien des apparences. Il ne vous aura pas échappé qu’il vient d’y avoir des Européennes et surtout des municipales....Si le temps se maintient, cela veut dire de toute façon un groupe prépondérant UMP aux législatives qui suivront.
                      Vous avez remarque la lucidité de Vals ? Il ne dit pas nous devons nous unir parce que la gauche, c’est un projet commun a proposer au pays. Il dit, il faut nous unir parce que sinon nous disparaissons. C’est l’arrière garde du prolétariat qui bat le rappel pour une retraite dans le moins de désordre possible.

                      Et il vient de rater sa dernière chance. Il aurait requisitionne de force les cheminot pendant le bac, avec promesse de reprise de la gréve après, il aurait pu passer, et hollande avec, pour un gouvernant...

                      Si vous votez habilement, on pourrait avoir Marine en potiche présidentielle, avec un gouvernement de cohabitation dirige par Sarko ou n’importe quel autre du reste...
                      Parce que le Fn n’a déjà plus le temps d’avoir une implantation massive, partout pour des législatives. En revanche, avec le socialisme municipale, c’est de toute façon un large part du socialisme parlementaire qui va disparaitre.

                      Une gauche, devenue au moins provisoirement politiquement inutile en tant que telle, pourrait néanmoins participer a la marge au dosage des futures politiques de droite...


                    • Henri Diacono 16 juin 2014 16:00

                      Salut Fergus et réponse à Eric. Qu’il soit de droite ou de gauche, celui qui remplacera Hollande au pouvoir en 2017 aura beaucoup de mal à rassembler autour de lui le peuple de France car celui-ci, accroché à ses différents privilèges, refusera toute réforme en profondeur.


                    • lsga lsga 16 juin 2014 16:06

                      @Henri : dans une république bourgeoise, le rôle du président n’est pas de rassembler le « peuple », mais d’organiser les affaires de la bourgeoisie.

                       
                      Que ce soit Hollande ou Sarkozy, les deux auront pour objectif de soutenir la Finance, car aujourd’hui l’économie est financiarisée (et il n’y a pas de retour en arrière possible). Leur but sera donc de faire ce que font tous les présidents depuis Chirac : privatiser, déréguler, et détricoter les spécificités nationales qui gênent le développement du commerce européen.
                       
                      C’est mécanique. Il n’y a absolument aucune autre alternative dans le cadre du Capitalisme. La seule alternative possible, c’est une grève générale européenne, et l’instauration du socialisme en Europe. 


                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:54

                      Bonjour, Eric.

                      Vous écrivez « Sarkozy ? Bien sur. Seul, il peut, et il l’a prouve, entamer un peu le FN. »

                      L’entamer, ou au contraire le renforcer en banalisant ses idées dans l’électorat ?


                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 16:56

                      Bonjour, Henri.

                      Il est exact que celui qui prendra la relève en 2017, quel que soit son parti, n’aura pas la tâche facile : pas d’état de grâce et, dès le départ, une suspicion légitime, eu égard aux précédentes expériences du pouvoir UMP ou PS.


                    • eric 16 juin 2014 19:27

                      A Fergus
                      Vous rigolez ? Il est comme tous les autres, il suit l’électorat. La ligne Buisson, il l’a pas trouvé tous seul, comme son nom l’indique. Et si Vals fait de la surenchère, c’est parce que même au PS, on ne peut plus se cacher que le nombre de gens pensant qu’il faut faire au moins une pause, dans l’arrivée en désordre de main d’œuvre peu qualifiée, et a fort besoin sociaux, constitue une majorité écrasante toutes opinions politiques confondues.

                      Ce qui historiquement a toujours renforce le Fn en popularisant ses idées, c’est le cynisme des gauches, expliquant au populo français qui intègre de fait les étrangers par mariage, que c’est facile, agréable et enrichissant et qu’il faut augmenter la dose et se pousser un peu plus pour faire de la place. Je veux dire, nous sommes entre nous ici, entre gens sérieux. Nous savons tous que les gauches administrent aux masses un double bind pour les rendre folles et tenter d’éviter l’union des droites, et aux droites de gouvernement un discours de mépris du peuple qui revient a dire en substance, vous ne pouvez quand même pas voter avec des Bac moins 3.

                      Ben si, on peut...

                      Cela s’appelle la droite : la mixité sociale...

                      C’est pourquoi vous êtes morts ! (politiquement bien sur) Quand les aristo catho tradi font des conf avec les prolo musulmans autour de l’école, c’est peu de dire que la gauche arrive a un tournant historique...


                    • eric 16 juin 2014 21:20

                      A Fergus
                      Vous rigolez ? Il est comme tous les autres, il suit l’électorat. La ligne Buisson, il l’a pas trouvé tous seul, comme son nom l’indique. Et si Vals fait de la surenchère, c’est parce que même au PS, on ne peut plus se cacher que le nombre de gens pensant qu’il faut faire au moins une pause, dans l’arrivée en désordre de main d’œuvre peu qualifiée, et a fort besoin sociaux, constitue une majorité écrasante toutes opinions politiques confondues.

                      Ce qui historiquement a toujours renforce le Fn en popularisant ses idées, c’est le cynisme des gauches, expliquant au populo français qui intègre de fait les étrangers par mariage, que c’est facile, agréable et enrichissant et qu’il faut augmenter la dose et se pousser un peu plus pour faire de la place. Je veux dire, nous sommes entre nous ici, entre gens sérieux. Nous savons tous que les gauches administrent aux masses un double bind pour les rendre folles et tenter d’éviter l’union des droites, et aux droites de gouvernement un discours de mépris du peuple qui revient a dire en substance, vous ne pouvez quand même pas voter avec des Bac moins 3.

                      Ben si, on peut...

                      Cela s’appelle la droite : la mixité sociale...

                      C’est pourquoi vous êtes morts ! (politiquement bien sur) Quand les aristo catho tradi font des conf avec les prolo musulmans autour de l’école, c’est peu de dire que la gauche arrive a un tournant historique...

                      Du reste, relisez vous. On est dans l’acte manqué....Le programme Vals, c’est Lost ( rester vivant...) Vous c’est TSS, tu parle d’une perspective d’avenir...D’autant que c’est la dessus que Hollande a été élu et que l’on voit le résultat...


                    • eric 16 juin 2014 21:28

                      A Fergus
                      Vous rigolez ? Il est comme tous les autres, il suit l’électorat. La ligne Buisson, il l’a pas trouvé tous seul, comme son nom l’indique. Et si Vals fait de la surenchère, c’est parce que même au PS, on ne peut plus se cacher que le nombre de gens pensant qu’il faut faire au moins une pause, dans l’arrivée en désordre de main d’œuvre peu qualifiée, et a fort besoin sociaux, constitue une majorité écrasante toutes opinions politiques confondues.

                      Ce qui historiquement a toujours renforce le Fn en popularisant ses idées, c’est le cynisme des gauches, expliquant au populo français qui intègre de fait les étrangers par mariage, que c’est facile, agréable et enrichissant et qu’il faut augmenter la dose et se pousser un peu plus pour faire de la place. Je veux dire, nous sommes entre nous ici, entre gens sérieux. Nous savons tous que les gauches administrent aux masses un double bind pour les rendre folles et tenter d’éviter l’union des droites, et aux droites de gouvernement un discours de mépris du peuple qui revient a dire en substance, vous ne pouvez quand même pas voter avec des Bac moins 3.

                      Ben si, on peut...

                      Cela s’appelle la droite : la mixité sociale...

                      C’est pourquoi vous êtes morts ! (politiquement bien sur) Quand les aristo catho tradi font des conf avec les prolo musulmans autour de l’école, c’est peu de dire que la gauche arrive a un tournant historique...

                      Du reste, relisez vous. On est dans l’acte manqué....Le programme Vals, c’est Lost ( rester vivant...) Vous c’est TSS, tu parle d’une perspective d’avenir...D’autant que c’est la dessus que Hollande a été élu et que l’on voit le résultat...


                    • claude-michel claude-michel 16 juin 2014 10:22
                      Sarkozy, un boulet pour l’UMP... ?
                      Non...un voyou (JFK) qui fait de la politique...un de plus en fait.. !

                      • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:04

                        Bonjour, Claude-Michel.

                        Je suis d’accord avec le qualificatif « voyou ». Ce qui rend le boulet encore plus lourd à porter pour son parti.


                      • claude-michel claude-michel 16 juin 2014 11:33

                        Par Fergus.....Bonjour Fergus...l’UMP (comme le PS) sont dans les limbes de l’histoire...La gauche ou la droite n’a plus de signification en 2014...mais les « grosses têtes » ne veulent pas mourir...alors ils s’accrochent aux rideaux...mais ce système est en train de trépasser.. !


                      • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:39

                        @ Claude-Michel.

                        Comme je l’ai écrit en réponse à Michel Drouet, c’est l’ensemble des partis qui est en déliquescence et la Ve République moribonde. Mais comment changer tout cela et repartir sur des bases saines ?


                      • claude-michel claude-michel 16 juin 2014 13:51

                        Par Fergus...Repartir sur des bases saines... ?
                        On ne peut plus..le mal est fait..trop profond..ancré dans les têtes pour des générations...Il n’y aura pas de sortie de crise..qu’un grand boom de l’implosion du système...c’est mon point de vue bien sur.. !


                      • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:02

                        @ Claude-Michel.

                        Au risque de passer pour un naïf, je fais partie de ceux qui croient qu’il est toujours possible de sortir d’une impasse. Bref, je suis « reasonably optimistic » comme disait Delors.

                        Mais peut-être faudra-t-il un nouveau séisme FN encore plus spectaculaire pour pousser les partis de gouvernement à rompre avec leur système en perdition et à jeter les bases d’une nouvelle constitution.


                      • Le Renard 16 juin 2014 10:45

                        Bonjour à l’auteur,
                        Quand vous dites « l’homme aux 600 millions d’euros de déficit » je pense que vous faites une grosse confusion entre déficit et endettement et par ailleurs entre millions et milliards. J’imagine que vous vouliez rappeler les 600 milliards de dette supplémentaire sous la présidence Sarkozy. Vous auriez pu préciser, pour compléter votre information, que cela a représenté un accroissement de 50% de la dette. Record absolu.


                        • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:08

                          Bonjour, Le Renard.

                          Merci d’avoir rectifié mes erreurs.

                          Je rappelle à cette occasion que Sarkozy a été le champion toutes catégories de l’accroissement de la dette de la France, les trois principaux pics de la Ve République ayant été constatés lorsqu’il était :

                          - ministre du Budget de Balladur,

                          - ministre des Finances de Raffarin,

                          - président de la République.

                          Dans les trois cas aux premières loges et directement impliqué. Consternant !


                        • gruni gruni 16 juin 2014 10:46

                          Bonjour Fergus


                          Finalement ce qui me semble le plus triste et le plus lamentable, c’est qu’aussi bien le PS que l’UMP, si ce dernier ne change pas de nom d’ici là, c’est que les deux Partis qui gouvernent le pays depuis pas mal d’années, espèrent tous les deux rencontrer le FN au deuxième tour de la présidentielle. Nous voilà bien !

                          • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:14

                            Bonjour, Gruni.

                            Eh oui, ce n’est guère réjouissant comme perspective. Mais la composition sociopolitique de l’électorat est telle qu’une confrontation avec le FN au 2e tour est synonyme de victoire, même s’il ne faut pas s’attendre, dans un tel cas, à un score chiraquien de 82 % contre 18, mais plutôt 65 ou 60 % contre 35 ou 40.

                            Le seul avantage de ce constat est qu’il aiguise les ambitions à droite et devrait logiquement faire comprendre aux militants de l’UMP qu’il serait fou de leur part de refaire appel à Sarkozy pour l’emporter. Mieux vaudrait pour eux laisser se dérouler normalement le processus des primaires afin de dégager un candidat à la légitimité incontestable dans leur camp.


                          • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:56

                            dégager un candidat à la légitimité incontestable dans leur camp ?????

                              Va falloir aller le chercher dans les toilettes ??? (ce sera celui qui vomi le plus )


                          • Fergus Fergus 16 juin 2014 19:33

                            @ Defrance.

                            Dans un processus de primaires, la légitimité est donnée par le vote des électeurs. Plus ce vote est net, et plus la légitimité est grande. Une légitimité qui n’augure toutefois pas de ce que pourrait donner la gouvernance, comme on peut le constater avec Hollande.


                          • lsga lsga 16 juin 2014 10:47

                            Si Nicolas Sarkozy revient avec un programme plus à gauche que François Hollande, et qu’il ouvre grand ses bras aux jeunes issus de l’immigration, il est sûr à 100% de l’emporter.

                             
                            Pour rappel, en France, plus un homme politique a d’affaires et de problèmes avec la Justice, plus il a de chance d’être réélu. Il s’agit de ce que l’on nomme « la prime à la corruption », qui se constate statistiquement depuis plus de 50 ans. Les français aiment soutenir et voter pour les hommes politiques les plus corrompus.
                             


                            • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:21

                              Bonjour, Isga.

                              Vous oubliez qu’il devrait d’abord piétiner les autres responsables de l’UMP puis obtenir des militants qu’ils renient leur propre vote de 2013 en faveur de primaires pour désigner le candidat.

                              Quant à la « prime à la corruption », vous n’avez pas tort, mais il ne s’agit pas ici de décrocher une écharpe de maire ou de député, mais d’accéder à la présidence de la République. Or, tout porte à croire que la Justice ne va pas lâcher Sarkozy avant des années, et plus encore s’il se remet dans le jeu politique. Il devrait donc faire une campagne empoisonnée par les affaires, en étant sans cesse placé sous la menace de nouvelles actions judiciaires, sans compter de possibles révélations médiatiques, le cas échéant en provenance de son propre camp en sous-main (comme c’est souvent le cas).


                            • lsga lsga 16 juin 2014 11:32

                              Berlusconi a largement démontré que même dans le cadre d’une élection présidentielle, le « peuple » préfère toujours voté pour celui qui est le plus corrompu et qui a le plus de problème avec la justice.

                               
                               
                              Le seul moyen de changer cet état de fait, c’est d’éveiller la conscience de classe du prolétariat. La seul manière d’y arriver, c’est de pratiquer la lutte de classes à l’échelle européenne.
                               
                              Sans grève générale ni révolte à échelle Européenne, la gauche n’a absolument aucune chance d’arriver à quoi que ce soit. 

                            • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:44

                              @ Isga.

                              Dans le climat actuel, avant tout fait de fatalisme, voire de résignation, si l’on doit attendre une « grève générale » et une « révolte européenne » pour avancer, nous ne sommes malheureusement pas sortis de l’auberge. Mais vous avez raison, sans de grands mouvements sociaux débordant des frontières nationales, les choses ont peu de chances d’évoluer de manière significative dans le sens d’une prise en compte des attentes populaires. Croisons les doigts pour que les consciences évoluent...


                            • lsga lsga 16 juin 2014 11:46

                              sans soulèvement européen les fascistes prendront le pouvoir. 

                               


                            • Fergus Fergus 16 juin 2014 12:03

                              @ Isga.

                              On n’en est pas là, heureusement ! Et si ce genre de menace prenait corps, il est probable alors qu’il y aurait soulèvement populaire pour s’y opposer.


                            • lsga lsga 16 juin 2014 12:07

                              On n’en est pas là ????

                               
                              Vous vous moquez du monde ? Où croyez vous qu’on en soit ?
                               
                              On est en plein milieu d’une crise économique mondiale majeure, avec résurgence des nationalismes partout sur la planète, avec un parti néo-nazi qui fait 25% des voix en France : HEY HO ! RÉVEILLEZ VOUS ! ON EST A MOINS DE 10 ANS DE LA 3ème GUERRE MONDIALE !
                               
                              Socialisme ou Barbarie, ce n’est pas une question de pouvoir d’achat. 
                              Soit on s’unit très rapidement à l’échelle européenne pour instaurer une économie socialiste, soit nous filons droit au grand massacre. 
                               

                            • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:11

                              @ Isga.

                              Je ne vous suivrai pas dans cette voie. Certes, il y a résurgence, ici et là, de partis populistes et nationalistes, mais tous ne sont pas de même nature et ne peuvent pas, pour la majorité d’entre eux, être qualifiés de « néo-nazis » ou « fascistes ».

                              En France, le FN, plutôt d’essence « poujadiste » au départ, a réussi à conquérir de nombreuses voix populaires grâce à un discours assez largement calqué sur celui du Front de Gauche pour le social et la dénonciation concomitante d’une immigration excessive et dangereuse pour le lien social. Cela ne fait pas des électeurs de ce parti des personnes en sympathie avec les idées néo-nazies ou fascistes.


                            • lsga lsga 16 juin 2014 14:41

                              Le FN est un parti National Socialiste, qui fonde sa politique sur les races. 

                               
                              Quoi qu’il en soit, on court droit à la guerre mondiale. 

                            • lsga lsga 17 juin 2014 13:21

                              Je voulais juste faire remarquer que la partie des députés UMP qui s’apprêtent à voter contre le texte de réforme de la SNCF rentrent dans la stratégie que je viens d’énoncer :

                               
                              Préparez vous à voir débarquer un Sarkozy plus à gauche que Mélenchon. 

                              ça s’appelle le coup de la fracture sociale, dans un pays de sous-doués comme la France, ça marchera. 

                            • Michel DROUET Michel DROUET 16 juin 2014 11:09

                              Bonjour Fergus

                              Affaires en cours à droite, immobilisme à gauche, et querelles de pouvoir chez les Le Pen, que reste t-il comme choix, étant entendu que le dernier n’en n’est pas un pour moi ?

                              ...sachant par ailleurs que chez les sympathisants de SUD, syndicat « révolutionnaire », le FN arrive en tête aux dernières élections européennes : échec flagrant de la stratégie du « tous pourris ».

                              Maintenant, si Sarkozy revient, ce n’est pas pour sauver la France, mais pour se concocter une immunité face aux affaires qui l’entourent.


                              • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:32

                                Bonjour, Michel.

                                Si l’on ajoute au constat que vous faites le désarroi et les interrogations du FdG, le climat politique est en effet particulièrement consternant dans notre pays. En fond de tout cela, c’est clairement le fonctionnement de la Ve République qui est en cause . A l’évidence, tout doit être repensé et remis à plat pour favoriser l’émergence d’une VIe république plus conforme aux attentes du peuple français et à ce que doit être un état moderne. Mais qui en prendra l’initiative avec quelques chances de réussite ?

                                Pour ce qui est de la présence de nombreux frontistes dans les rangs de SUD, j’en suis d’autant plus attristé que j’ai, à la demande d’un ami, collaboré à l’élaboration de tracts visant au lancement de ce syndicat dans une grande entreprise de transport public.

                                Quant à Sarkozy, il est clair qu’une nouvelle immunité présidentielle tomberait à point nommé pour lui, compte tenu des soupçons qui s’accumulent. Le problème pour lui est qu’en redescendant dans l’arène, sous la lumière des projecteurs, il réactive les enquêtes de la part de magistrats qui n’ont pas oublié la haine qu’il leur a voués. Cela dit sans oublier les risques de nouvelles révélations médiatiques au pire moment. 


                              • Patrick Samba Patrick Samba 16 juin 2014 14:54

                                Bonjour,

                                bon, faudrait peut-être arrêter les manipulations et pour d’autre y croire :

                                Vote pour le Front National, les syndicalistes aussi ?  :
                                "l’Union nationale Solidaires (qui regroupe notamment les syndicats SUD, plutôt classés comme « radicaux » dans les entreprises) a réagi : " Notre Union syndicale, qui a toujours exprimé de fortes réserves de manière générale face aux sondages, a demandé auprès de l’IFOP et de l’Humanité des informations complémentaires sur une méthodologie qui à l’évidence est source de marges d’erreur phénoménales« . »

                                Fergus : "résurgence, ici et là, de partis populistes et nationalistes, mais ils ne peuvent pas, pour la majorité d’entre eux, être qualifiés de « néo-nazis » ou.... « fascistes ».«  !!!  : gnan, gnan, gnan...

                                 » le FN, plutôt d’essence « poujadiste » au départ «  : de mieux en mieux....

                                Merci Fergus, pour votre aide à la »dédiabolisation" du FN et de sa Marine. Elle vous en sera reconnaissante, n’en doutez pas...


                              • Patrick Samba Patrick Samba 16 juin 2014 14:59

                                Il manque cette citation de Michel DROUET au début de mon commentaire :

                                "sachant par ailleurs que chez les sympathisants de SUD, syndicat « révolutionnaire », le FN arrive en tête aux dernières élections européennes"


                              • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:07

                                Bonjour, Patrick.

                                Je maintiens ce que j’ai écrit sur le FN. Mais je fais une différence importante entre les responsables du parti, dont je suis persuadé qu’ils restent majoritairement fidèles à une idéologie xénophobe et ultranationaliste, et les électeurs qui votent pour ce parti très largement par rejet des politiques conduites par l’UMP et le PS depuis des décennies.


                              • lsga lsga 16 juin 2014 17:12

                                Fergus : il y a beaucoup plus de 25% des français qui sont racistes, réactionnaires, anti-sémites, et pour le retour d’une politique impérialiste de la France en Afrique. 

                                 


                              • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:38

                                @ Isga.

                                Sur quoi vous basez-vous pour avancer ce pourcentage ?


                              • lsga lsga 16 juin 2014 17:48

                                Sur ça :

                                 
                                 
                                Sur ça :
                                 
                                 
                                bref, sur le fait que tous les partis, de « l’extrême » gauche à l’extrême droite joue sur une forme ou une autre de racisme. 

                              • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:53

                                 Plus anti sionistes qu’anti sémites ?
                                 c’est étrange que la confusion soit tant entretenue ?


                              • lsga lsga 16 juin 2014 18:57

                                l’anti-sionisme est le faux nez de l’anti-sémitisme.
                                 

                                De toute manière, « anti-sionisme », comme « anti-france », est un concept nationaliste et réactionnaire :
                                 
                                être contre la politique colonialiste de François Hollande en Afrique, ce n’est pas être anti-France. Être contre la politique colonialiste de l’extrême droite israélienne en Palestine, ce n’est pas être anti-sioniste. 
                                 

                              • alinea alinea 16 juin 2014 11:33

                                D’un autre côté, si Sarko revenait, les usines se videraient, la rue serait chaude !! Et comme je ne vois pas d’autres solutions pour sortir de ce pétrin !!
                                Je ne connais pas bien la signification de : smiley, ou de : smiley !! enfin vous voyez ce que je veux dire !!


                                • jako jako 16 juin 2014 11:38

                                  Alinea, quelles usines ?


                                • Fergus Fergus 16 juin 2014 11:50

                                  Bonjour, Alinea.

                                  Tu écris « si Sarko revenait, les usines se videraient, la rue serait chaude ! » C’est possible, mais ce n’est même pas sûr. D’une part, en raison de l’anesthésie du corps social. D’autre part, parce que Sarko, suffisamment malin pour ne risquer des affrontements périlleux pour lui, lâcherait sans doute du lest ici et là comme il l’a toujours fait. On a dit de lui qu’il est un « ultralibéral », or ce n’est pas tout à fait vrai : il est avant tout un opportuniste, préoccupé par sa seule survie politique.


                                • alinea alinea 16 juin 2014 11:50

                                  C’est une image !!


                                • alinea alinea 16 juin 2014 11:55

                                  Ainsi Fergus, tu penses que nous allons nous laisser mourir sans relever la tête ? Car le matraquage que nous recevons ne finira que quand nous serons anéantis !! Tu ne penses pas qu’il y a eu un peu d’espoir de voir les choses changer et que cet espoir déçu, à part Marine smiley, il ne reste que nous pour le porter !!


                                • Fergus Fergus 16 juin 2014 12:12

                                  @ Alinea.

                                  "tu penses que nous allons nous laisser mourir sans relever la tête ?"

                                  Non, je pense et j’espère que nos compatriotes sortiront tôt ou tard de leur léthargie. Mais le réveil semble devoir se faire beaucoup trop lentement.

                                  Encore qu’il faille se méfier : dans un article de juin 2010, intitulé Climat social : l’avertissement lucide de... Tocqueville, je rappelais comment, en janvier 1848, celui-ci avertissait, d’une manière impressionnante de clairvoyance, l’Assemblée Nationale alors que la rue était calme et que rien ne laissait présager la révolution qui allait éclater 5 semaines plus tard.

                                  Peut-être sommes-nous dans le même contexte ? J’avoue que cela me plairait bien !


                                • Garance 16 juin 2014 12:17

                                  Vous oubliez tous que si Sarko est en possibilité de revenir ; c’est à Hollande qu’il le doit


                                  Il n’a même pas besoin de faire campagne : Hollande est en train de la faire pour lui

                                  Oui ; je sais que c’est dur à lire mais il faudra bien que vous en conveniez : Hollande est encore plus nul que Sarko

                                  Avec lui nous sommes tombés de Charybde en Scylla

                                  Heureusement que Marine est là pour redonner espoir à C’Pays qui en a bien besoin  smiley



                                  • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:15

                                    Bonjour, Garance.

                                    Non, Hollande n’est pas plus nul que Sarkozy. Disons qu’il se situe au même niveau, les dérives comportementales en moins.

                                    Non, Hollande ne fait pas le jeu de Sarkozy car son échec ouvrirait, comme je l’ai indiqué dans l’article, un boulevard au candidat de l’UMP en 2017. Dès lors, point n’est besoin de faire appel au « messie » Sarkozy pour sauver les meubles, n’importe qui à l’UMP étant assuré de gagner.



                                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:20

                                      Bonjour, Soi même.

                                      La différence entre les deux est que Sarkozy n’a pas osé se faire appeler « étalon ». Il est vrai qu’il n’était peut-être pas le mieux placé pour cela, à en juger par son recours en 2009 à une coach, Julie Imperiali, pour muscler son périnée.


                                    • cevennevive cevennevive 16 juin 2014 13:23

                                      Rhôôô Fergus... smiley 


                                    • soi même 16 juin 2014 13:25

                                      Comme tu le dis Fergus, il y a, le périmer qui dure !

                                       


                                    • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:41

                                      Bonjour, Cevennevive.

                                      J’ai oublié de préciser que le recours à Julie Imperiali semble s’être fait à la demande de Carla Bruni. Il est vrai que la dame était une spécialiste, ayant un fan-club composé de très nombreux « membres actifs », si j’ose dire. Bref, elle a beaucoup « rôti le balai », comme on dit dans les campagnes !


                                    • Garance 16 juin 2014 12:24

                                      Oui je sais d’avance que mon post ne va pas plaire


                                      J’imagine vos petits doigts secs et nerveux me moinsser avec rage

                                      Quel dommage que de ne pouvoir moinsser qu’une fois  !!!!

                                      Comme je vous comprends et comme je m’en fout

                                      Vite le FN .... ( provoc incitative : smiley )

                                      • Luc le Raz Luc le Raz 16 juin 2014 13:04

                                        Partant du principe que l’un « bâti sa victoire essentiellement sur le rejet » de l’autre et qu’il se croit toujours le « candidat naturel » de l’UMP, toute la stratégie du shark_ozy consistera à se retrouver au deuxième tour face à Piggy.
                                        Ce type est un malade mental. Espérons que des ténors de l’UMP lui barreront efficacement la route ou que les juges « petits pois » parviendront à l’embastiller d’ici 2017, ce dont je doute.
                                        Ce qui serait intéressant, c’est d’avoir au deuxième tour un troisième bulletin « Ni l’un(e), Ni l’autre ». Cela éviterait l’abstention plutot que d’avoir un président de tous les français élu « à la Frédéric Lefebvre ».


                                        • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:27

                                          Bonjour, Luc

                                          Le rêve de Sarkozy est évidemment de se retrouver face à Marine Le Pen au 2e tour de 2017. Mais il va rencontrer de sérieux obstacles sur sa route, et l’image ascendante de ses concurrents internes ne va pas lui faciliter le retour, surtout si la perspective d’un duel avec le FN, donc d’une victoire assurée, se profile.

                                          Une chose est sûre : si l’on doit voir en 2017 un duel Sarkozy-Le Pen, le front républicain volera en éclats. Et, à l’inverse de 2002 où les électeurs de gauche ont eu l’impression d’être cocufiés par Chirac, beaucoup voteront pour la candidate frontiste afin de barrer la route à Matamore.

                                          L’intérêt de l’UMP est donc de désigner un candidat moins clivant. 


                                        • wesson wesson 16 juin 2014 13:11

                                          bonjour l’auteur, 


                                          « même un âne aux couleurs de l’UMP a toutes les chances de gagner la présidentielle de 2017 ! »

                                          et c’est précisément pour cela que tous les bestiaux sortent de la ménagerie !

                                          J’entrevois une faiblesse dans votre papier : vous supposez que Sarkozy ne se lancerait pas dans une candidature indépendante suicidaire pour la droite. Moi je suis convaincu qu’il le ferait, dans le style « puisque je ne peux pas gagner, alors je vais faire en sorte que personne ne le puisse ». D’ailleurs, il a déjà dit que si il n’était pas désigné par l’UMP, il créerai son propre mouvement. Pour moi il ira jusqu’au bout, d’autant que si il y a bien un talent remarquable chez Sarkozy, c’est sa capacité à trouver le financement pour ses campagnes. 

                                          • Fergus Fergus 16 juin 2014 13:32

                                            Salut, Wesson.

                                            Je ne crois pas à cette candidature suicidaire de Sarkozy. Si tel était le cas, il se grillerait sur le plan international où son attitude serait largement relayée et commentée, en ternissant gravement son image. La conséquence en serait une mise à l’écart probable du juteux circuit des conférences.

                                            Pour ce qui est du financement d’une campagne dissidente, il devrait en outre compter sur lui seul, faute de disposer des fonds de l’UMP. Pas évident en étant plus que jamais sous l’œil des commissaires au comptes et de la justice.

                                            Bonne journée.


                                          • Luc le Raz Luc le Raz 16 juin 2014 14:12

                                            Bonjour Wesson,

                                            « sa capacité à trouver le financement pour ses campagnes ». C’est vrai que sa tournée mondiale des « popotes à l’oseille » a certainement créé des liens. smiley


                                          • wesson wesson 16 juin 2014 18:08

                                            « La conséquence en serait une mise à l’écart probable du juteux circuit des conférences. »


                                            Tand qu’il arrivera à convaincre du monde qu’il a une chance d’arriver au pouvoir, il trouvera quelqu’un pour les lui casquer, ses conférences.

                                          • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:45

                                            Bonjour Wesson,
                                             
                                             son fournisseur est déjà là puisqu’il est grillé en Suisse ?


                                          • Fergus Fergus 16 juin 2014 20:13

                                            @ Wesson.

                                            Oui, à condition justement qu’il ne fasse pas le combat de trop. Or, ses « amis » de l’UMP veulent lui faire la peau, et ils ont raison. Sarkozy courrait un gros risque à se lancer dans une aventure où il pourrait bien se faire étriller et compromettre la suite de sa juteuse carrière.



                                            • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:10

                                              Bonjour, Pyrathome.

                                              Merci pour ces liens. On comprend cette hémorragie des sympathisants de l’UMP qui se sont faits rouler dans la farine avec le Sarkothon et, chaque mois, en apprennent un peu plus sur les turpitudes de leurs dirigeants. Mais cela ne va guère mieux au PS qui vient de perdre près de 30 000 adhérents.


                                            • Luc le Raz Luc le Raz 20 juin 2014 13:43

                                              Bonjour, Pyrathome,
                                              Qui voudrait vraiment le retour du sarko, à part des moranos dotés(es) de QI de bécasse ? Les électeurs de l’UMP se sentent grugés par le sarkoton ? Que dire alors des cons-tribuables qui y ont aussi participé au travers de la ristourne fiscale ?
                                              Messieurs de l’ump, n’essayez pas de le greffer , il n’est pas compatible et vous n’obtiendrez qu’un rejet par le corps électoral.


                                            • Fergus Fergus 20 juin 2014 17:01

                                              Bonjour, Luc.

                                              Espérons que les militants et les sympathisants de l’UMP seront assez lucides pour comprendre que la page Sarkozy doit être définitivement tournée. Pour le parti, mais aussi pour le pays qui a assez souffert de sa gestion calamiteuse et de son comportement vulgaire.


                                            • ahtupic ahtupic 16 juin 2014 14:47

                                              Et Flamby, un boulet non seulement pour le PS mais également pour la France, ce qui est infiniment plus grave.


                                              • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:12

                                                Bonjour, Ahtupic.

                                                Disons qu’il y a le boulet Sarkozy et le boulet Hollande.


                                              • bercav bercav 16 juin 2014 15:44

                                                Sarkozy, un boulet pour la France...

                                                Que cet énergumène prenne bien la mesure du fossé qui sépare de plus en plus de français de toute cette clique de magouilleurs, carrièristes et autres trous du cul de la Vème. Quand je pense que beaucoup de petits vieux votent UMP pour honorer le gaullisme, ça donne le vertige, puis la gerbe...


                                                • Fergus Fergus 16 juin 2014 17:14

                                                  Bonjour, Bercav.

                                                  Il est en effet stupéfiant de constater que des électeurs, souvent très âgés, puissent continuer à soutenir Sarkozy en l’assimilant au défunt gaullisme. Par chance, il en est aussi qui, éduqués à l’ancienne, ne supportent pas les dérives comportementales de cet aventurier cynique et vulgaire.


                                                • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:49

                                                   C’est vrai qu’il ont tellement peur d’être découvert que la presse planifie Dupont Aignan entre 22h et 7 h ! ( j’exagère juste un peu )


                                                • Defrance Defrance 16 juin 2014 19:42

                                                  des électeurs, souvent très âgés !
                                                   Pour ce qui me concerne j’ai une explication car dans mon petit village le maire et sa famille collectionnent les procurations des gens qui ne peuvent plus se déplacer , il va même faire le tour des maisons de retraites !


                                                • Fergus Fergus 17 juin 2014 09:04

                                                  @ Defrance.

                                                  Une pratique assez répandue. Dans les grandes villes, on pratique plutôt les visites aux maisons de retraite et les cadeaux aux pensionnaires, du style boîtes de chocolats. Toubon était un spécialiste du genre à Paris 13e. 


                                                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 17:45

                                                  La lecture de tous vos commentaires me fait comprendre que vous n’avez toujours pas compris où et comment se prennent les décisions ?!

                                                  Les Députés ne servent plus à rien, les Ministres non plus, le Président ne préside rien du tout ! Aucun parti ne se creuse plus la tête pour faire un programme...

                                                  Ils appliquent les décisions qui se prennent à la Commission européenne.
                                                  Le meilleur Président sera celui qui fera avaler la pilule aux Français !

                                                  Début Juin, viennent d’être publiées les GRANDES ORIENTATIONS de POLITIQUE ÉCONOMIQUE, pour 2015, pour les 28 pays de l’ UE.

                                                  * Privatisation de la SNCF
                                                  * Coupes sombres dans les dépenses publiques.
                                                  * Privatisation du système de santé, gel des retraites, dégressivité des allocations chômage, baisse des remboursements de la sécu etc
                                                  * Augmentation du prix de l’ électricité
                                                  * Début de la fin des CDI, fin des revalorisations du SMIC et début de sa suppression etc etc

                                                  Les G.O.P.E sont l’application de l’article 121 du TFUE pour les 12 mois qui suivent... Elles sont mises au point par les 27 Commissaires, dont 1 seul représente la France.

                                                  C’est Hollande qui s’y colle pour les faire appliquer, après Sarko, et avant la marionnette suivante.

                                                  Tout cela résulte de la logique de l’ UE et de l’euro, qui a enlevé aux Gouvernements leurs prérogatives monétaires et budgétaires, pour mener une guerre contre les peuples et leurs acquis.
                                                  Il faut se rassembler, pour sortir au plus vite de l’ UE !


                                                  • lsga lsga 16 juin 2014 17:46

                                                    et toi tu n’as toujours rien compris au fait que c’est la conséquence naturelle du développement du Capitalisme et que la nationalité des députés n’a rien à y voir. 


                                                  • Fergus Fergus 16 juin 2014 18:00

                                                    Bonjour, Fifi.

                                                    « Tout cela résulte de la logique de l’ UE et de l’euro ». Non, encore une fois, cela résulte de cette Union-là, totalement libérale. A nous, dans les différents pays, de mettre en place des pouvoirs différents pour rompre avec cette orientation.


                                                  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 juin 2014 18:57

                                                    Fergus,
                                                    Le créateur de l’euro s’appelle Robert Mundell. Il cherchait une arme qui pourrait balayer les législations nationales et le droit du travail.
                                                    Voici ses explications, publiées dans un article du Guardian :

                                                    « L’euro fera son travail quand la crise aura frappé. Le retrait du contrôle des Gouvernements sur la monnaie empêchera alors l’utilisation de politiques monétaires et budgétaires keynésiennes par les vilains petits élus, pour sortir une Nation de la récession. »

                                                    « L’euro mettra la politique monétaire (comprenons, la dévaluation) hors de portée des hommes politiques.

                                                    Et sans politique budgétaire (comprenons, avec un budget sous tutelle et l’obligation d’appliquer l’austérité), la seule façon pour les Nations de conserver des emplois, est la surenchère dans la réduction des règles du commerce :

                                                     les lois du travail, les règlements environnementaux, les taxes et les impôts (pour faire fonctionner les services publics), tout cela sera éliminé par l’euro.
                                                    La démocratie ne sera pas autorisée à interférer avec le marché. »

                                                    « Quand la crise arrivera, les Nations économiquement désarmées, n’auront plus comme solution que dérèglementer le droit du travail, privatiser les entreprises d’Etat en masse, réduire les impôts et envoyer les Etats Providence dans les égouts ! »

                                                    Si vous ne comprenez toujours pas que l’ UE et l’euro, c’est l’équivalent de Reagan + Thatcher, c’est à dire une offensive en règle contre les salaires, le droit du travail, et les acquis sociaux, c’est à désespérer !


                                                  • lsga lsga 16 juin 2014 18:58

                                                    Tout à fait, c’est la continuation de la logique Capitaliste, le moyen trouver par la bourgeoisie pour sortir de la Crise.

                                                     
                                                    C’est un peu comme quand Louis XIV unifie les monnaies des provinces. Le Capitalisme va toujours vers des marchés de plus en plus grand. 

                                                  • doctorix doctorix 17 juin 2014 00:07

                                                    Bien vu, cet article, Fifi.

                                                    Le petit peuple que nous sommes est mort quand l’euro est arrivé, quand toute inflation salvatrice et régulatrice des inégalités a été rendue impossible.
                                                    Morts nos droits, morts nos acquis sociaux, mortes nos espérances.
                                                    Nous devrions être des millions à vomir l’euro (et l’Europe, et l’Otan), mais on nous fait peur avec des chimères.
                                                    L’astuce a été de nous faire croire que nous étions riches, que nous avions à perdre, pour nous faire nous battre aux côtés des 1% qui nous mangent tout crus.

                                                  • Fergus Fergus 17 juin 2014 09:09

                                                    @ Fifi.

                                                    Ce n’est pas l’euro qui lamine les droits - ce n’est qu’un outil monétaire - mais les décisions qui sont prises par le Conseil européen, très largement composé de libéraux, et leur application par une Commission composée de valets des chefs d’état. Avec un Conseil européen d’une autre couleur, l’euro n’empêcherait pas les progrès sociaux ! Ce n’est donc pas lui qui est en cause. Vous l’utilisez, à des fins politiques, comme bouc émissaire.

                                                    Bonne journée.


                                                  • Fergus Fergus 17 juin 2014 20:35

                                                    Bonjour, Gauche Normale.

                                                    Merci pour votre commentaire.

                                                    Vous écrivez « passer de l’euro au franc pour la France ne sera pas une catastrophe ni la fin du monde ! »  Peut-être pas, mais ce serait une régression. Personnellement, je suis favorable aux Etats-Unis d’Europe et donc à une monnaie unique pour cette fédération d’états.

                                                    Quand je parle de « libéraux » en Europe, j’inclus évidemment les partis dits socio-démocrates, y compris, parmi ceux-là, le PS nouveau qui a émergé avec Hollande. Des partis dont les idées et la gouvernance sont très éloignés de mes propres opinions, nettement plus tournées vers le service de l’état en direction des plus défavorisés de nos compatriotes.

                                                    Mais sortir de l’euro, et a fortiori de l’UE n’amènerait rien de plus si l’on doit continuer à être gouvernés par des exécutifs issus de l’UMP ou du PS.

                                                    Personnellement, je continuerai donc à voter pour la gauche de progrès en espérant qu’elle puisse, au sein du FdG ou dans une autre entité à créer, surmonter ses divisions et élargir sa base à des écologistes et aux dissidents du PS qui refuseront la dérive libérale sur des positions proches de celles de l’UMP et de l’UDI. En espérant qu’un jour, ce parti puisse accéder au pouvoir et nouer des alliances intra-européennes avec des partis amis.


                                                  • Fergus Fergus 18 juin 2014 09:20

                                                    @ Gauche Normale.

                                                    Sur la monnaie unique, il eût effectivement été préférable, pour mieux la légitimer, de procéder par référendum. Mais un seul référendum, pan-européen, était suffisant, sur cette seule question : ¨« Êtes-vous d’accord, OUI ou NON, pour que les pays répondant favorablement à cette question, abandonnent leur monnaie nationale au profit d’une monnaie unique, l’euro ? »

                                                    A une ou deux possibles exceptions près dans des pays mineurs, il est probable que la réponse eût été OUI. La création de la monnaie unique n’a d’ailleurs pas soulevé d’hostilité significative dans les pays concernés. On est donc là en grande partie sur un faux problème.

                                                    Pour le reste, concernant l’UE, je suis prêt à accepter tous les types de gouvernance qui sortiront des scrutins, même s’ils vont à l’opposé de mes convictions.

                                                    A noter que, comme je l’ai déjà écrit, je ne vois plus trop les différences, de nos jours, entre un Breton, un Basque, un Provençal ou un Alsacien avec un Belge, un Italien, un Allemand ou un Danois. Seule la langue peut changer, mais les modes de vie se ressemblent, les enseignes commerciales sont les mêmes, le fond culturel en termes d’arts majeurs est le même, et l’habitat traditionnel n’est moins différent d’un pays à l’autre qu’il l’est chez entre nos régions les plus typées. C’est pourquoi je me sens chez moi aussi bien sur le territoire national qu’à Rome, à Amsterdam, à Berlin ou à Copenhague, et même désormais dans des villes de l’est comme Prague.

                                                    Mais je reconnais être sans doute atypique en pensant cela.

                                                    Excellente journée.


                                                  • Nymeo Nymeo 18 juin 2014 10:10

                                                    @fifi

                                                    Certes.

                                                    Mais n’y a-t-il personne au dessus des commissaires - ou derrière eux, chuchotant tranquillement quelques habiles dispositions ?

                                                    @ fergus

                                                    « Seule la langue... »

                                                    Eh oui, c’est bien connu, une langue, ce n’est rien du tout... C’est juste le substrat de la pensée, exactement ce qui ne vous gêne pas, en somme...
                                                    « je suis chez moi à Copenhague ! » 
                                                    Pathétique.

                                                  • Fergus Fergus 18 juin 2014 17:12

                                                    Bonjour, Nymeo.

                                                    La langue est évidemment très importante, et je suis de ceux qui défendent non seulement le français, mais aussi les langues régionales. Moi, l’Auvergnat vivant en Bretagne, j’ai même pris un temps des cours de breton !

                                                    Mais la langue n’est pas le seul ciment d’une nation. La France s’est d’ailleurs construite au fil des siècles malgré les langues régionales. A contrario, on parle français en Belgique, au Luxembourg et en Italie, dans le Val d’Aoste. De même, on parle allemand en Autriche, évidemment, mais aussi en Suisse, et même en Italie, dans le Haut-Adige, et en Belgique, du côté d’Eupen et Malmédy. Bref, rien n’est simple.

                                                    Ajoutons à cela que le Comté de Nice et la Savoie n’ont été rattachés au territoire national qu’en 1860, et l’on mesurera à quel point le tracé d’une nation peut évoluer au fil de l’histoire. Et que dire des cultures et des identités régionales qui perdurent alors que la nation France est réputée unie ? En quoi la naissance, à terme, d’une fédération d’Etats-Unis d’Europe serait-elle destructrice de la culture et de l’identité française, au sein de cette fédération ?

                                                    Vous voyez dans les idées que je développe quelque chose de pathétique. Libre à vous de le penser. Je crois toutefois que l’avenir me donnera raison.


                                                  • Defrance Defrance 16 juin 2014 17:58

                                                     En fait il faudrait que les 60% d’abstentionnistes bénéficient de 60% des fonds, même officiels, des partis politiques et "inventent un moyen de sélectionner et promouvoir autant de candidats LIBRES (non encartés-militants) que les partis ? 
                                                     En fait tout vient de la dégénérescence de la V eme qui avait , à l’origine été faite pour s’affranchir du régime des partis qui ne peuvent jamais gouverner ?
                                                     La gauche c’est pas la France, la droite c’est pas la France, la France c’est un tout ! (discours de 1965)


                                                    • Fergus Fergus 17 juin 2014 09:12

                                                      @ Defrance.

                                                      Sur la question des fonds, le système français n’est pas idéal, loin de là, mais tout vaut mieux qu’une dérive à l’anglo-saxonne où ce sont des fonds privés illimités qui déterminent les candidatures en leur donnant, de ce fait, une couleur très libérale, le fric étant rarement dans les poches des ouvriers et des employés.


                                                    • Defrance Defrance 16 juin 2014 17:59

                                                       J’allais oublier :
                                                       Je ne voterai PLUS jamais pour un candidats ayant des gros boutons sur le visage !
                                                       


                                                      • Dominique TONIN Dominique TONIN 16 juin 2014 18:05

                                                        @ l’auteur,

                                                        Très bonne analyse, mais qui n’est pas à mon goût. Vo us avez oublié une autre hypothèse, celle où il n’y a pas au second ni l’UMP ni le PS, mais un autre mouvement, clivant celui là ! Et atypique de surcroît !
                                                        Et puisque vs dites « Je n’ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique », je vous donne l’occasion de le faire.
                                                        A vous.

                                                        • Fergus Fergus 16 juin 2014 19:38

                                                          Bonjour, Dominique.

                                                          Provocation ou méthode Coué, peu importe, il y aura bien soit le PS soit, plus probablement, l’UMP face au FN. Néanmoins, merci pour ce lien qui comporte des idées intéressantes.


                                                        • Defrance Defrance 16 juin 2014 18:42

                                                           
                                                           @Fergus
                                                          En fait la clé de nos malheurs est là ( voire la tronche de Trichet à la fin, ça veut tout dire ) .
                                                           Et si Nabotleon veut etre élu, ils l’aiderons par tous les moyens(vu que les dépassements sont contrôlés avec 5 ans de retards  ! A ce propos que peut signifier le demi tour de de Villepin ? Aide ou peau de bananes ?


                                                          • Fergus Fergus 16 juin 2014 19:42

                                                            @ Defrance.

                                                            Je ne vois pas où se situe l’intérêt d’une gouvernance Sarkozy pour les puissances financières dans la mesure où elle est porteuse de troubles probables, et d’un possible chaos social. Mieux vaudrait pour les puissances occultes s’appuyer sur un Juppé ou un Fillon qui feraient le même job dans un climat moins conflictuel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès