• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Ségolène Royal donne le tempo

Ségolène Royal donne le tempo

Que ce soit dans son discours d’ouverture de l’université d’été de La Rochelle ou dans son intervention sur France2, Ségolène Royal a montré une fois de plus qu’elle entendait donner le tempo à gauche.

L’ancienne candidate socialiste aux présidentielles a bien compris la nécessité de cliver le débat politique afin que le Parti socialiste sorte rapidement de sa torpeur estivale.

La présidente de la région Poitou Charentes a donc intérêt à marquer sa différence pour s’extirper du marigot informe des prétendants à l’investiture socialiste où chacun s’observe, échafaude sa stratégie et prépare « la » petite phrase assassine sur ses camarades.

Et cela a de quoi agacer la direction actuelle du PS : impossible en effet de désavouer publiquement les propos extrêmement sévères de Royal sur Sarkozy sans donner aux Français l’image d’un appareil socialiste indécis et totalement paralysé dans l’attente des prochaines primaires ; impossible également d’attaquer publiquement le « discours d’unitude » de Royal sans donner l’image d’un parti politique complètement divisé par les ambitions personnelles.

Dès lors, on s’appelle par son prénom (« chère Ségolène », « chère Martine », « cher Laurent », « oh mais ce cher Bertrand ! », « comme le disait Dominique lorsqu’il était parmi nous », etc.).

On use et abuse de ce tutoiement de pure forme qui souligne une fausse entente cordiale.

Ségolène Royal connaît parfaitement les usages de sa famille politique et sait qu’elle ne peut se permettre d’avoir immédiatement une partie de l’appareil liguée contre elle.

Les blessures de 2006 et 2007 ne sont pas non plus oubliées. Il en est de même des procès d’intention qui lui ont été faits par quelques « chics types ».

Comment d’ailleurs pourrait-elle oublier les méthodes qui ont été utilisées contre elle, à droite, à gauche et dans les grands médias ?

Donc Ségolène Royal temporise. Elle donne des gages de loyauté. Elle appelle à l’unité du PS. Elle laisse même entendre qu’elle pourrait éventuellement s’effacer si un de ses petits camarades était mieux placé.

Mais, dans le même temps, elle a un discours offensif et cinglant à l’encontre de la majorité actuelle, du gouvernement et du président de la République.

Elle cultive habilement sa différence. Toutes ses prises de position sont en réalité des signaux envoyés à l’opinion.

Elle s’est même payée le luxe de se rendre à la télévision le même jour que Martine Aubry où elle a notamment réaffirmé ses positions sur la sécurité et l’encadrement militaire des jeunes délinquants qui crispe toujours une partie de l’appareil socialiste.

La première secrétaire n’a pu alors qu’encaisser, le sourire hypocrite aux lèvres, consciente de son autorité toute relative depuis sa victoire douteuse le 20 novembre 2008.

Sauf coup de théâtre, Ségolène Royal sera donc bien candidate à l’investiture socialiste.

Et la droite dans tout cela ?

Elle demeure curieusement silencieuse.

Les propos de Ségolène Royal ne semblent pas avoir déclenché les vociférations de Frédéric Lefebvre ou les persiflages de Dominique Paillé.

Tout paraît indiquer que la majorité actuelle n’entend pas réagir immédiatement aux déclarations de la leader socialiste, comme s’il s’agissait implicitement de lui dénier toute existence et d’accréditer l’idée qu’elle ne représente pas un danger pour Nicolas Sarkozy.

L’UMP préfère sans doute que l’opposition se berce d’illusions en attendant la candidature improbable de Dominique Strauss-Kahn.

C’est dans une certaine mesure la stratégie observée par les médias.

A leur sujet, j’observais en mai dernier :

« Passer sous silence le nom de quelqu’un n’est pas un acte anodin. C’est lui dénier toute existence.

Dans le cas précis de Ségolène Royal, c’est préparer l’opinion publique à considérer que les jeux sont déjà faits.

Les médias glosent donc sur la présence d’un absent de la scène politique française : Dominique Strauss-Kahn.

Ils postulent l’absence d’une personnalité qui y est pourtant bel et bien présente : Ségolène Royal.

Dès lors, lequel des deux est réellement le plus dangereux pour Nicolas Sarkozy en 2012 ? Celui que l’on attend mais dont on ignore s’il viendra ? Ou celle dont on ne veut pas mais qui sera pourtant là ? »

Et puis, se poserait-on aujourd’hui la question du leadership socialiste si Laurent Fabius ou Dominique Strauss-Kahn avait récolté 17 millions de voix aux dernières élections présidentielles ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    



    • LaEr LaEr 30 août 2010 11:22

      Royal, la meilleure chance pour Sarkozy d’être réélu en 2012...

      Et au fait, comme quelques autres, vous pouvez retirer ma « voix » ...
      Ras le cul d’entendre que Royal a « reçu la confiance de 17 millions de français »... Elle a rien reçu du tout, elle était en face de l’autre, c’est tout...
      Avec son discours post-campagne, si elle revient au deuxième tour, je ne ferai plus la même connerie :je n’irai pas voter, ce sera plus simple.


      • voxagora voxagora 30 août 2010 11:37

        La plus dangereuse à gauche pour le pouvoir est S.Royal,


        ne pas l’attaquer c’est certainement la faire « non-exister » comme vous
        l’écrivez, mais c’est aussi éviter qu’on lui donne raison.
        Elle est aussi la plus dangereuse au P.S. pour tous les prétendant(e)s
        En regardant la photo de M.Aubry toute de blanc vêtue
        qui illustre un autre article aujourd’hui,
        on ne peut s’empêcher de remarquer qu’elle aussi s’inspire en douce
        de S.Royal, en faisant exactement ce à quoi elle a essayé de la réduire 
        pendant la campagne des présidentielles :
        M.Aubry ne cesse de travailler à améliorer son apparence, tant dans la 
        coiffure, que dans le maquillage, que dans la vêture etc..


        • anty 30 août 2010 12:32

          Qu’elle nous fasse rire jusqu’aux larmes

          juchée sur le balcon et fêtant sa cinglante défaite comme en 2007

          On demande rien de plus

          on est pas des bêtes

          on est humain

          que diable


          • oncle archibald 30 août 2010 12:54

            Qu’ils débattent donc du seuk sujet important : l’argent public, l’argent qui nous appartient à tous ... A qui demande-t-on de payer l’impot, et à qui distribue-t-on le produit de la collecte ...

            Sarkosy ne se gene pas de le dire lui ! Le pognon il est pour les potes qui l’on fait élire.
            Que ses opposants disent exactement ce qu’ils feront, en esperant que ce sera mieux que lui, et on pourra alors discuter. Segolene, Martine ou Dominique, quelle importance .. Si l’objectif est juste d’etre élu pour ensuite faire autant de c..neries que les précédents ... Ne vous etonnez pas que les français n’aillent plus voter ... 

            Citoyens :
             - exigeons que les programmes soient chiffrés en recettes et dépenses, 
             - exigeons une loi qui permette de virer en cours de mandat l’élu qui ne respecte pas son programme, 

            sinon c’est une illusion de démocratie et une alternance bien inutile qui se profilent devant nous pour 2012 et suivantes .. 

            • Castor 30 août 2010 14:00

              J’aime bien l’espace « cancan ».


              • Elisa 30 août 2010 16:05

                Certes, le « programme » de Martine Aubry est peu apparent dans son discours, mais celui de S. Royal est d’une démagogie confondante sur la sécurité. Si en 2012 , elle est candidate du PS et si elle ne renie pas ses derniers propos on aura le choix entre Sarkozy et son clone féminin.

                Comment peut-on avec autant de cynisme enfourcher un combat sécuritaire en des termes qui renient foncièrement l’Etat de droit au profit d’un Etat militaro-policier ?

                Non Madame Royal, ce n’est pas votre « ordre juste » et votre solution d’encadrement militaire qui résoudront le problème de la délinquance et de l’insécurité. Ils risquent fort au contraire de susciter encore plus de haine et de révolte.

                Aujourd’hui le courage politique exige une critique radicale des propositions sécuritaires sarkoziennes au nom du respect des personnes et de notre constitution. Non pas une critique relative sur leur non efficacité.


                • thaumaetopea 31 août 2010 01:27

                  La Royale.... son lifting est parfait...


                  • LE CHAT LE CHAT 31 août 2010 09:32

                    laissez nous Couscous Royal , avec de belles boulettes et qui pédale dans la semoule ! smiley


                    • LE CHAT LE CHAT 31 août 2010 10:19

                      Normal que la droite est silencieuse , la droite c’est Sarko et il est vacances !
                      personne ne va prendre une initiative malheureuse !


                    • asterix asterix 10 septembre 2010 14:50

                      Agoravox devrait ouvrir un dossier journalier et donner tour à tour la parole à chaque candidat prônant l’unité du PS.
                      C’est moi, c’est moi, c’est moi !
                      La plus dangereuse pour Sarko n’est pas au PS.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires