• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Seul moyen de contrer Macron : une Union de la Gauche de Progrès

Seul moyen de contrer Macron : une Union de la Gauche de Progrès

En politique, il convient de ne jamais sous-estimer les qualités d’un adversaire, et encore moins sa capacité de mobilisation. Le sondage Odoxa publié le dimanche 26 février montre clairement que Macron bénéficie d’une dynamique, contrairement aux affirmations de nombreux intervenants qui, sur ce site comme sur d’autres, ont tendance à prendre leurs désirs pour des réalités, et un candidat qui monte en puissance pour une « baudruche  ». Or, ce n’est pas de cette manière que l’on peut combattre efficacement un adversaire politique...

JPEG - 136.8 ko
Macron, Hamon et Mélenchon (Photo Europe 1)

Il y a quelques jours, deux habitués d’AgoraVox, soutiens déterminés du candidat de l’UPR, affirmaient n’avoir « jamais rencontré de personnes soutenant Macron ». Je leur avais répondu qu’« ils n’avaient pas bien cherché » car j’en connaissais personnellement deux dans mon propre voisinage, l’un étant un ex-militant de l’UMP résolument opposé à Fillon, et l’autre un électeur socialiste pro-Valls n’ayant pas digéré la victoire de Hamon lors de la primaire du PS.

Depuis ce jour, ce sont plusieurs autres personnes de ma connaissance – mais pas de mes amis politiques – qui ont annoncé leur ralliement à Macron. Rien d’étonnant à cela : les comités En Marche ! sont en train de se multiplier dans la région, et le nombre de leurs adhérents ne cesse d’augmenter comme en témoigne cet article de Ouest-France (lien) qui fait état du comité de ma propre ville de Dinan (déjà une centaine d’adhérents) et mentionne ceux, tout proches, de Broons et de la vallée de l’Arguenon. Il s’agit là de faits facilement vérifiables, et d’un phénomène qui n’est évidemment pas propre à Dinan et ses environs : d’après les échos qui parviennent à mes oreilles, de tels comités voient le jour un peu partout en Bretagne, et cela vaut sans doute également pour de nombreuses autres régions françaises.

À cela vient s’ajouter la tentation du vote utile pro-Macron auquel appelait d’ailleurs dimanche midi Cohn-Bendit dans l’émission « Questions Politiques » de France-Inter, au motif que Hamon ne sera pas en situation de se qualifier pour le 2e tour de la présidentielle. Or, l’ex-député européen écologiste n’est pas le seul à penser ainsi. Il suffit, pour s’en convaincre, de surfer sur le net et sur les réseaux sociaux où l’on peut lire des commentaires comme celui-ci, glané sur le site CentPapiers : « Si ça continue comme ça, je pense que je finirai par voter à contrecœur Macron au 1er tour, par pure stratégie, la stratégie du moins pire, afin d'éviter Fillon et/ou Le Pen. »

Des citoyens qui pensent ainsi et s’apprêtent d’ores et déjà à un vote utile en faveur de Macron, sans doute y en a-t-il de plus en plus. À cet égard, le sondage Odoxa-Dentsu consulting publié dimanche pour le compte de France 2 (lien) marque peut-être un tournant décisif dans la campagne. Les estimations de vote (à ce jour) montrent en effet une évolution spectaculaire avec une Le Pen à 27 % devant un Macron à 25 % et un Fillon, plus que jamais englué dans son marécage nauséabond, à... 19 %. Nul ne sait si cette tendance sera confirmée dans les prochaines enquêtes, mais la dynamique est incontestablement du côté du candidat de En Marche !

Dans de telles conditions, il est plus que jamais illusoire de penser qu’un candidat de gauche puisse accéder au 2e tour de la présidentielle. Seule une alliance entre l’aile gauche du Parti Socialiste, désormais soutenue par EELV, et la France Insoumise peut faire échec à la victoire annoncée d’un candidat de droite. C’est le principe d’une telle alliance, basée sur les très nombreux points de convergence entre les programmes de Hamon et de Mélenchon, que je défendais dans un article publié le mercredi 22 février : Hamon et Mélenchon sont-ils des irresponsables ?

Une telle alliance ne pourrait évidemment être en aucun cas un ralliement de la France Insoumise au Parti Socialiste, mais le résultat d’une négociation paritaire équitable engagée dans le seul but de servir les intérêts des classes populaires en se donnant les moyens d’une victoire à la présidentielle. Avec à la clé un candidat unique et un « programme commun » renaissant qui, hors étiquettes du PS et de la FI, pourrait voir le jour dans le cadre d’une « Union de la Gauche de Progrès (UGP) ».

Dans le sondage Odoxa, le total des intentions de vote de Hamon (13 %), de Mélenchon (12 %) et de Jadot (2 %) culmine à 27 %. En admettant qu’une telle alliance suscite une inévitable déperdition de voix, ce total n’en permettrait pas moins de concurrencer Macron et de donner une chance réelle d’accession au 2e tour à la gauche de progrès. Dès lors, la question qui se pose est simple : faut-il coaliser toutes les énergies pour mettre en œuvre cette UGP et avoir une chance d’éviter aux classes populaires de nouvelles régressions de leurs droits sociaux ? ou a contrario s’enfermer dans un corpus idéologique, certes respectable, mais appelé à rester lettre morte ?

À chacun de juger, en son âme et conscience.


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (44 votes)




Réagissez à l'article

209 réactions à cet article    


  • gruni gruni 27 février 08:34

    Bonjour Fergus


    Il y a encore beaucoup d’électeurs indécis, mais à l’heure actuelle avec les éléments que nous avons, il est très possible que la bulle Macron ne se dégonfle pas. Elle pourrait même se transformer en bombe qui va éclater à la figure de la droite fillonesque et de la gauche. En tout cas nous vivons une campagne électorale particulière.

    • baldis30 27 février 08:42

      @gruni

      bonjour

      « campagne électorale particulière. »

      Ah ça pour être une campagne , c’est une campagne ...

      il faut écouter tous les bons esprits ... qui battent la campagne !


    • baldis30 27 février 08:44

      @gruni
      bonjour

      « campagne électorale particulière. »

      Pour être une campagne c’est une campagne !

      A écouter tous les bons esprits qui battent ... la campagne


    • gruni gruni 27 février 08:49

      @baldis30


      Bonjour

      Pour battre la campagne il faut des bottes et ne pas avoir peur de marcher dans la boue.

    • Fergus Fergus 27 février 09:08

      Bonjour, gruni

      « il est très possible que la bulle Macron ne se dégonfle pas. Elle pourrait même se transformer en bombe qui va éclater à la figure de la droite fillonesque et de la gauche »

      C’est très exactement le phénomène qui est en train de se cristalliser, et le sondage Odoxa, comme le sondage Kantar publié dans la soirée d’hier, sont des avertissements à prendre très au sérieux. D’autant plus que, au delà des intentions de vote mesurées, le pourcentage des électeurs certains de leur vote en faveur de Macron a très fortement progressé pour atteindre désormais respectivement 56 et 54 % dans les deux enquêtes tandis qu’il régresse dans l’électorat de Fillon.

      Or, si l’on veut contrer tout à la fois Fillon et Macron, il n’y a pas d’autre alternative qu’une alliance à gauche. Faute de quoi, Hamon et Mélenchon passeront à la trappe de manière peu glorieuse et les Français modestes seront une fois de plus les dupes de cette pathétique comédie politique où tous les tenants de la défaite porteront peu ou prou - on se fiche du partage des responsabilités ! - le poids de l’échec.


    • capobianco 27 février 16:15

      @Fergus
      Fergus, dites nous sur quels points précis il faudrait accepter de détricoter le programme de la FI ? Par exemple, sur l’ue, lequel peut ou doit s’aligner ? Déjà sur les programmes il y a incompatibilité flagrante. Hamon propose un catalogue de mesures là où « l’avenir en commun » écrit un projet de société et les moyens d’y parvenir. S’il suffisait de choisir des mesures de l’un ou de l’autre ce pourrait peut-être se concevoir mais vous voyez bien que ce n’est pas le cas.

      Deuxième écueil, et là encore, insurmontable le « ps » qui ne veut pas changer de rôle alors que la dynamique est dans la FI . Le « ps » en qui des millions de gens n’ont plus aucune confiance, voir mieux leur vouent une haine après ce quinquennat de la honte.

      Pourquoi continuez à entretenir une illusion qui divise et n’apporte rien. Il n’y a pas d’autre solution que de convaincre les 50% d’indécis que nous pouvons changer les choses. Il ne s’agit ni d’égo, ni d’ambition de JLM juste le choix de tourner la page pourrie du ps toujours à l’affût avec ses embrouilles habituelles, ses magouilles traditionnelles pour conserver les places et uniquement les places. Persistez si cela vous chante, pour moi vous entretenez des chimères,définition :

      « Projet séduisant, mais irréalisable ; idée vaine qui n’est que le produit de l’imagination ; illusion  »


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 27 février 18:11

      @gruni

       Nous vivons dans un monde post- trumpiste où on a tiré les consequences de la totale ignorance qu’a le peuple des liens reels entre ses choix et une réalité politique. Vérité et coherence sont devenues des details. La manipulation par les medias est TOTALE.

      PJCA


    • Fergus Fergus 27 février 19:21

      Bonsoir, capobianco

      « Il n’y a pas d’autre solution que de convaincre les 50% d’indécis que nous pouvons changer les choses. »

      Je vous souhaite bien du plaisir !


    • capobianco 28 février 10:55

      @Fergus
      Autant pour vous qui essayez de convaincre que le ps soit encore fréquentable.


    • Fergus Fergus 28 février 11:29

      Bonjour, capobianco

      Propos caricatural et mensonger : ce n’est pas du PS qu’il est question, mais de son aile gauche qui présente des propositions de gauche compatibles avec celles de la FI. N’y a-t-il pas une contradiction entre vos positions à la limite de l’intégrisme partisan et l’ostracisme, voire l’hostilité dont est l’objet Hamon dans son camp, précisément parce qu’il s’est délibérément démarqué de la ligne qui a prévalu chez les hollandi-vallsistes ?

      Dans de telles conditions, ne rien tenter une aberration. Et ce n’est pas un hasard s’il y a encore aujourd’hui de très nombreux appels à la négociation dans les médias et sur les blogs.

      Je ne dis pas qu’ll y ait une obligation d’alliance à toute force, je dis simplement qu’il fait tenter le coup sérieusement et sans a priori disqualifiant pour ce qui n’est pas soi !


    • Et hop ! Et hop ! 28 février 20:07

      @Fergus : 


      Vous pourriez prendre comme slogan : « Le changement, c’est maintenant ! »

    • baldis30 27 février 08:39

      bonjour,

      très bon article

      On a tendance à oublier que l’entourage de macron peut être décrit comme la Cour des Miracles vu les personnages qui gravitent autour et que l’on croyait morts ! Et dire que certains ne crurent pas à la résurrection .... A moins que ce soient des clones ....

      bayrou, lang, attali, de rugy, et maintenant .... maintenant cohn-bendit .... le tout agrémenté des souteneurs ( dit-on souteneurs ou soutiens, c’est pas clair dans mon esprit .... ? ) imMONDEs

      qui va tenir le rôle d’Esmeralda ou bien est-il déjà pris ?

      Se déplacer pour voter macron avec un tel entourage le moment venu....


      • Fergus Fergus 27 février 09:19

        Bonjour, baldis30

        Ce qui porte Macron, c’est tout à la fois le désir d’écarter les vieilles machines du PS et de LR, et de mettre à distance les forces politiques considérées comme « extrêmes ». Il y avait un créneau de renouveau, et Macron s’y est engouffré avec détermination et au bon moment, en grillant la politesse à Valls, qui le convoitait également, et à Bayrou qui n’a pu éviter que Macron préempte l’espace centriste.

        Macron n’est pourtant en rien un homme neuf en matière d’idéologie politique. Dans un pays où la gauche de gouvernement s’est compromise si souvent et où la droite est en pleine déliquescence autour d’un leader corrompu, Macron n’en porte pas moins dans la représentation de l’opinion l’idée du changement et, comme le joueur de flûte de Hameln, entraîne un nombre croissant d’électeurs dans son sillage.

        Seule une démarche unitaire et déterminée des différentes composantes de la gauche de progrès avait en 2017 des chances d’enrayer cette progression. Il semble que ce ne sera pas le cas, et c’est consternant !


      • aimable 27 février 08:52

        pour Hamon , il est difficile de négocier avec quelqu’un qui n’a aucune base électorale pour les législatives puisque le P C reste accroché au PS pour avoir des élus .
        quant a Macron , l’alliance avec Bayrou lui a donné un socle, une solidité a ne pas négliger et cela peut faire basculer beaucoup d’hésitants , surtout s’ils font une bonne campagne , cela peut pousser au vote utile .


        • Fergus Fergus 27 février 09:26

          Bonjour, aimable

          « cela peut pousser au vote utile »

          Il ne faut pas se faire d’illusions : si la possibilité d’une alliance est définitivement enterrée entre Hamon et Mélenchon comme l’a déclaré le premier nommé hier soir à la télévision, la tentation du vote utile - qui existe déjà - sera très grande chez une grande partie des électeurs de gauche désireux de barrer la route à Fillon et à la droite dure de LR.

          C’est pourquoi je conjure les candidats du PS et de la FI de forcer leur nature pour parvenir à cette alliance réclamée par de très nombreux électeurs de progrès.


        • Hantebor Anash 28 février 16:16

          @Fergus

          Bonjour Fergus

          Pour commencer, Emmanuel Macron ne bénéficie pas d’une dynamique, c’est archi faux ! Néanmoins on veut nous faire croire le contraire. Il y’a deux condidats qui bénéficient d’une dynamique réelle c’est Marine Lepen et François Fillon( ses affaires judiciaires vont jouer en sa faveur comme pour Marine Lepen à l’heure actuelle). En ce qui concerne, Benoit Hamon, Jean Luc Mélenchon et Emmanuel Macron, on ne connait pas vraiment leur chiffre. Je suis allé dans les meetings de Macron, Mélenchon, Marine Lepen, Hamon,Fillon. J’ai constaté que ceux qui adhèrent à Macron sont une certaine élite de personnes heureuses qui en a marre du clivage UMP - PS et qui détestent les sois disant populistes, il y’a moins de classe populaire sinon quasiment jamais. Chez Fillon ce sont beaucoup de vieux bourgeois chrétiens, des gens qui détestaient Nicolas Sarkozy. Ces mêmes personnes sont toujours convaincues que Fillon est honnête et malgré les problèmes judiciaires ils voteront pour lui. Chez Marine Lepen j’ai croisé des personnes très racistes et des autres qui ne sont pas du tout raciste, beaucoup de classe populaires et des bourgeois venant de l’UMP. Chez Mélenchon il y’avait également beaucoup de classe populaire et beaucoup de personnes très déçues du parti socialiste. Ils parlaient tout le temps du coup de Hollande en 2012. Dès que je parlais du PS et Hamon je me faisais incendier . Pour eux ca sera Mélenchon ou rien, en face de Lepen ils voteront blanc. Par ailleurs pas de bourgeois, y’avait plutôt la classe moyenne. Enfin chez Hamon, il y’avait plein de jeunes issues de la bourgeoisie, peu de classe populaire. Ils souhaitent surtout le rapprochement de Mélenchon même s’ils n’approuvent pas toutes ses mesures. Pour eux il ne peuvent pas gagner sans Mélenchon, par contre chez Mélenchon on s’en tape de Hamon, c’est soit il rejoint la France insoumise ou rien .

          Tous n’est pas encore joué . Tous les médias (presse audiovisuelle et presse écrite) font une propagande gouvernementale Pro Emmanuel Macron. C’est pourquoi statistiquement il est toujours haut peu importe les sondages, ce qui est normalement pas possible (objectivement parlant) . Qui peut croire une seconde qu’un nouveau qui n’a jamais fait de politique et adhérant à aucun parti soit DIRECTEMENT 2ème dans les sondages d’opinion ? C’est pas possible. Étant donné que les sondeurs savent que Marine Lepen est la candidate qui réunit le plus grand nombre d’électeurs, et que le peuple adhère à un grand changement en dehors des clivages habituels, On a créé Emmanuel Macron qui réunit PS et UMP.

          En effet la propagande souhaite que le vote utile se tourne vers Macron, c’est pourquoi ils veulent orienter le vote de l’opinion par les sondages et convaincre les esprit faibles. Par contre le front républicain ou vote utile ne marchera pas cette fois ci, un grande nombre d’électeurs vont s’abstenir. Ce qui voteront Macron ce sont les électeurs du PS et l’UMP, chez Melenchon ça sera blanc et les îndécis on en sait rien .

          Concernant Hamon et Mélenchon. Ils ne peuvent pas s’allier car ils n’ont tout simplement pas le même programme. Objectivement Hamon devrait rejoindre Mélenchon puisque le PS lui casse les pieds. Aussi la gauche de progrès existe déjà, c’est la sociale démocratie, ces gens qui se disent de gauche et qui prône le libéralisme dans l’économie de marché .( Valls, Macron, Hollande,... )


        • Fergus Fergus 28 février 16:36

          Bonjour, Hantebor Anash

          « Qui peut croire une seconde qu’un nouveau qui n’a jamais fait de politique et adhérant à aucun parti soit DIRECTEMENT 2ème dans les sondages d’opinion ? C’est pas possible. »

          Cela, c’est vous qui l’affirmez. Or, comme je l’ai indiqué dans l’article, ce déni est contredit par ce qui se passe dans le pays. Vous parlez de meetings, mais dans les meetings, ce sont principalement des gens politisés que l’on rencontre, guère de personnes venues de la France profonde et peu familières du théâtre politique. Or, l’électorat de Macron se trouve là, chez ces gens qui le soutiennent parce qu’ils voient en lui un homme de renouveau, éloigné des appareils LR et PS.

          Pour ce qui est des sondages, ne tombez pas dans le piège : ils ne sont pas plus faux et manipulateurs cette année qu’en 2012. Or, cette année-là, et c’est très facilement vérifiable sur le net, ils ont été très conformes aux évolutions de l’opinion tout au long de la campagne. Pourquoi voudriez-vous que les instituts se décrédibilisent en faussant leurs intentions de vote ? Cela aurait d’autant moins de sens que ces enquêtes - toutes convergentes - sont commandées par des médias qui soutiennent des candidats résolument rivaux !

          Enfin, sur les programmes de Hamon et Mélenchon, il n’est pas très sérieux de les opposer : à quelques points près, ils sont grosso modo sur la même ligne.


        • Hantebor Anash 28 février 17:23

          @Fergus

          Cher Fergus

          Absolument en 2012 les sondages ont été conformes aux résultats de l’élection, mais c’était le but recherché et c’est réussi .

          Et c’est ce que les sondeurs cherchent à refaire en 2017. Par contre le contexte a changé, On a Trump qui est passé au USA et le Brexit. J’ai fait des études de statistiques et je connais comment les sondages s’organisent, on met en place un calcul statistique qui nous convient approximativement pour une opération donnée, c’est connu. Le but du sondage est d’influencer l’humeur dans le souhait de déclencher une action bien ciblée . Si Macron passe c’est que ça aura marché tout simplement . C’est de la propagande. On n’a pas besoin de faire bac + 10 pour comprendre .

          Néanmoins c’est mal parti parce que je pense qu’aux deuxième tour qu’on nous prédit les français voteront Marine Lepen ou s’abstiendront . C’est mon avis .

          Allez y lire dans les détails le programme de Mélenchon vous verrez que c’est vraiment différent de celui de Hamon malgré les similitudes. Votre idée d’une union (Hamon et France Insoumise) autour d’une troisième personne ne marchera pas. Ce n’est pas un procédé de combine, il s’agit de convictions. Le problème c’est le PS, pas Hamon. Et pourquoi Hamon ne rejoint-il pas Mélenchon alors que le PS lui casse les pieds et lui fait des coups par derrière ? Vous voyez c’est pas évident que ces deux la se rallient. Mélenchon ne veut pas faire gagner la gauche pour qu’après cette même gauche mène une politique libérale et c’est ce que fera Hamon qui sera contraint par le PS . C’est pourquoi le Problème c’est le PS pas Hamon.


        • Paul Leleu 28 février 17:33

          @Fergus

          malheureusement, je rejoins le lecteur... Hamon n’a qu’à quitter le PS et rallier la FI... on a déjà vu où conduit l’alliance dans le PS... les ’’frondeurs’’ ont frondé pendant 5 ans, sans jamais rien entreprendre ni obtenir... Valls a déroulé son programme filloniste avec agressivité et indifférence...

          que sera le parlement en cas de victoire de Hamon si on ne fait pas de purge ? une chambre des éléphants avec quelques lâches sur un strapontin ? ...ça ne va nulle part... d’ailleurs Macron va achever de syphoner le PS bientôt (probablement).

          Mélenchon et la FI se sont construits sur le rejet du PS et de son ’’aile gauche’’ légendaire... je doute que Hamon puisse y changer quelque chose


        • Fergus Fergus 28 février 20:29

          @ Hantebor Anash

          Bonjour les fantasmes sur les sondages ! En 2005, quasiment toute la classe politique et quasiment tous les grands médias ont fait une hallucinante campagne en faveur du OUI au référendum sur le projet de traité constitutionnel européen. Or, cela n’a pas suffi : après que le OUI ait dominé dans les enquêtes, le NON l’a devancé 2 mois avant le scrutin et n’a cessé d’être donné gagnant jusqu’au bout, ce qui a été vérifié dans les résultats du référendum. Comme quoi la manipulation ne fonctionne pas, contrairement à ce qui est souvent affirmé, toujours par le camp des battus comme par hasard !

          Le Pen élue, pas la moindre chance ! Et si c’était le cas, elle ne pourrait pas gouverner comme je l’ai montré récemment dans un article.


        • Hantebor Anash 28 février 21:47

          @Fergus

          Ce ne sont pas des fantasmes, c’est une réalité . Bah écouter je crains qu’on ne se mette d’accord. Vous avez vos points de vu, j’ai les miens. Allez voter Macron ou Hamon si vous voulez, c’est votre choix. Autour de moi beaucoup de gens sont tentés par Macron, Parce pour eux Mélenchon fait peur, je sais pas trop pourquoi ils disent ça d’ailleurs. J’habite Paris et je travaille dans la finance, je gagne plutôt bien ma vie. Ayant des valeurs d’humaniste, je ne voterai pas pour un socio libéral qui se prétend de gauche encore moins pour un banquier surtout que je connais bien ces gens (maître dans l’art de l’hypocrisie) . Le programme de Mélenchon est un programme d’humaniste et de bon sens . On a donc le choix entre la haine, le libéralisme et l’humanisme de bon sens .

          Amitié


        • Fergus Fergus 28 février 22:32

          @ Paul Leleu

          Comme je l’ai indiqué dans l’article, autour de moi non seulement des gens sont tentés par Macron, mais ils ont d’ores et déjà décidé de voter pour lui. Et aujourd’hui j’ai appris dans la presse locale que le maire de ma ville (Dinan) a lui aussi décidé de soutenir Macron !

          Pour ce qui me concerne, mon vote ira à Mélenchon. C’est celui dont je suis le plus proche, même si je ne partage pas la totalité de ses idées.

          Bonne fin de soirée !


        • moderatus moderatus 27 février 08:59


          Bonjour Fergus.

          Le succès de Macron est tout à fait compréhensif, il est le chouchou des médias, et on le comprend d’autant plus quand un sait le lien de Macron avec certains patrons de ces médias(DRAHI)

          Quand à l’alliance , en vérité le désistement qui permettrait à Mélenchon ou Hamon d’être au second tour, il est refusé par les deux. Ils préfèrent que la gauche perde que s’effacer, Bizarre !!!

          Bonne journée


          • Fergus Fergus 27 février 09:32

            Bonjour, moderatus

            Je crois que vous faites erreur en ramenant Macron à un produit formaté par les médias. Il est cela bien sûr, mais je ne suis pas certain que les raisons de son envol soient à chercher là. A cet égard, je vous renvoie ci-dessus au commentaire que j’ai adressé à Baldis30.

            Pour ce qui est du « désistement », je réfute ce terme comme celui de « ralliement ». Une alliance à gauche ne pourrait voir le jour que sur la base d’un programme commun négocié et porté par un candidat qui ne soit étiqueté ni PS ni FI. C’est pourquoi j’ai proposé l’Union de la Gauche de Progrès qui rassemble tout à la fois les propositions des socialistes hamonistes et de la France Insoumise.


          • Harry Stotte Harry Stotte 27 février 09:04

            « ...s’enfermer dans un corpus idéologique, certes respectable, mais appelé à rester lettre morte ? »



            Vous n’avez manifestement pas encore compris l’enjeu majeur de cette élection, qui est entre les souverainistes et les européisto-mondialistes. Hamon est un eurolâtre, Mélenchon, un euro-de-plus-en-plus-sceptique.


            Ça n’a rien à voir avec quelque corpus idéologique que ce soit, ce sont deux visions diamétralement opposées, totalement inconciliables, de l’avenir de la France. Contre Marine Le Pen, Hamon fera voter Macron. 


            Mélenchon se renierait complètement s’il faisait de même. Et il a tiré les enseignements de la pantalonnade Tsipras.


            Souverainistes c/ européisto-mondialistes, pensez-y.

            • Fergus Fergus 27 février 09:42

              Bonjour, Harry Stotte

              « ce sont deux visions diamétralement opposées, totalement inconciliables, de l’avenir de la France. »

              Ce n’est pas du tout mon avis. Dans mon précédent article, je montrais qu’il y avait de très nombreux points de convergence programmatique.

              Quant à la différence sur la question européenne, elle n’est pas si grande car les deux entendent réformer l’UE et pour cela engager un bras de fer avec les libéraux pour a minima assouplir les règles de fonctionnement et de décision. Rien d’« inconciliable » !

              J’ajoute à cela que refuser l’alliance, c’est non seulement ne pas donner une chance aux classes populaires de voir leur sort s’améliorer, mais c’est aussi balayer d’un revers de main les avancées écologiques et environnementales dont les deux projets sont porteurs contrairement à celui de Macron.


            • Harry Stotte Harry Stotte 27 février 10:07

              @Fergus


              « Quant à la différence sur la question européenne, elle n’est pas si grande car les deux entendent réformer l’UE... »


              Hollande aussi, en son temps. On connaît la suite. 


              Mélenchon est prêt à sortir, Hamon ne veut pas en entendre parler.


              « c’est non seulement ne pas donner une chance aux classes populaires de voir leur sort s’améliorer... »


              Parce que vous croyez que cela sera possible dans le cadre de l’U.E. ? Pas plus tard que ce matin, le bureau d’études de la CGIA (association d’artisans et de PME) a annoncé l’échec de la politique d’assouplissement quantitatif de la BCE, tendant à fixer l’inflation à un niveau raisonnable (env. 2 %), a échoué puisqu’elle n’a été de 0.3 % en 2016, après l’injection, en deux ans, de 1’344 milliard d’euros.

            • Cadoudal Cadoudal 27 février 23:37

              @Harry Stotte
              La moitié des électeurs de Mélenchon votera au deuxième tour pour Le Pen contre Macron ou Fillon...

              Mélenchon lui même trahira une fois de plus la moitié de ses électeurs pour satisfaire les bourgeois..

              Il le dit lui même en toute décontraction, c’est physique, il ne supporte pas les blancs...

              La politique n’a rien à voir la dedans...


            • capobianco 28 février 10:59

              @Cadoudal
              Le niveau monte !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


            • Paul Leleu 28 février 17:42

              @Cadoudal

              effectivement, il y aura certainement barrage contre Fillon et sa haine anti-humaine... pour Macron, c’est plus compliqué, car il y a dans la balance l’enjeu des libertés civiles qu’il va garantir, face à des frontistes trop haineux... donc, rien n’est joué.

              quant à Mélenchon, il ne se cache pas de soutenir un candidat des libertés civiles contre une candidate ’’fasciste’’... ben c’est sont droit et ça se tient...

              maintenant, Marine Le Pen est bien une ’’petite bourgeoise’’ (dixit son père)... et son programme hésitant entre la haine filloniste et l’étatisme de Philippot n’est pas révolutionnaire ...


            • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:28

              le progrès ne se fait pas en clopinant avec des vieux nazes,hélas Hamon va vous en donner un bon aperçut, tata Merkel n’a que des roquets prétendants bien a ses ordres hormis lepen dupont aignant et 1 ou 2 autres très bas dans les sondages quand a Mélanchon il veut renégocier les traités Européens ....lol Tatie Merkel va lui filer des coups de ceinturon jusqu’à ce qu’il se mette a aboyer avec sa meute et se cache au fond de la niche , l’UE ne négocie pas elle impose et c’est tout , si on est pro européen on s’écrase point a la ligne ou on se barre mais la en France LR et PS feront tout pour y rester préférant saborder le pays que de lâcher la gamelle ..... 


              • Fergus Fergus 27 février 09:53

                Bonjour, zygzornifle

                « l’UE ne négocie pas elle impose et c’est tout »

                Cela, c’est de la propagande de type UPR. Car la Commission européenne ne fait, sur le plan exécutif, qu’agir sur la base des orientations données par le Conseil européen, autrement dit par les chefs d’Etat ou de gouvernement des pays membres, ou à un niveau moindre par les participants aux Conseils des ministres spécialisés.

                Or, il se trouve que Hollande comme Sarkozy avant lui ont été complices de Merkel et de la domination des libéraux dans les instances dirigeantes. Nul doute qu’un président français de gauche déterminé à réformer l’UE dans le sens d’un plus grand respect des attentes des peuples y parviendrait, surtout si la France agite la menace d’une sortie de l’UE. N’oubliez pas que notre pays est la 6e puissance économique mondiale et l’un des pays fondateurs de l’Union Européenne. Sans la France, celle-ci ne survivrait pas !


              • zygzornifle zygzornifle 27 février 09:30

                Macron c’est la sirène qui attire le bateau par son chant gracieux et qui après comptera les marins noyés pendant le naufrage .....


                • Fergus Fergus 27 février 09:55

                  @ zygzornifle

                  J’ai l’ai un peu plus haut comparé au joueur de flûte de Hameln. smiley


                • Etbendidon 27 février 09:39

                  Et si on balayait tout ça avec un grand COUP DE POMPE AU Q
                  les Taubira - Belkacine - Hollandouille - cazeneuve - duflot - Placé - Cosse - Jadot - Benet Anon - Aubry - peillon - valls ...
                  Tout Ce PS Profiteurs du Système, ces parasites, ces berniques ...
                  Pour du NEUF du Créatif
                  Fergousse a t-il écouté hier sur I télé Alexandre Jardin interviewvé par Audrey Pulvar (avec 3 autres intervenants purs créatifs du nouveau monde) ??
                   smiley
                  Ben sur que non !
                  Et pourtant Ouah ça déménageait dur
                  Tous les candidats de droate comme de goche, merluchon et Asselineau compris passaient pour des vieux shnoques has been
                  Allez JARDIN mouvement Les citoyens
                  http://www.bleublanczebre.fr/


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 février 09:46

                    @Etbendidon

                    Alexandre Jardin, la société civile, un progrès ?

                    Quand on voit la formidable ouverture produite par les primaires partisanes, on a comme un doute.


                  • Fergus Fergus 27 février 12:53

                    Bonjour, Etbendidon

                    Non, je n’ai pas écouté Jardin, et cela d’autant moins que je ne suis pas un familier des chaînes d’info. Mais je vais essayer de réparer cette lacune, même si je n’ai pas apprécié naguère qu’il ait soutenu Sarkozy (il est vrai qu’il l’a regretté ensuite).


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 février 09:44

                    Bonjour,

                    Une union de la gauche de progrès ? Mais pour faire quoi ?

                    Vous donnez un argument d’autorité : cette UGP sera favorable aux classes populaires.

                    Tant mieux. Mais le passé (passif) démontre que ça n’a rien d’évident.

                    D’autre part, vous savez très bien qu’on n’additionne pas les voix comme ça :
                    un Mélenchon rallié au candidat du PS, lui même soutenu par Hollande, par fidélité partisane plus que par idéologie, n’existerait plus. Au final, votre alliance ferait très probablement le jeu des candidats LCR et trotskistes que JLM a asséché.

                    Désolé.


                    • Fergus Fergus 27 février 10:00

                      Bonjour, Olivier Perriet

                      « Une union de la gauche de progrès ? Mais pour faire quoi ? »

                      A minima, contrer les candidatures de Fillon et Macron. Et en cas d’élection, apporter plus de justice là où un nouveau pouvoir de droite continuerait la casse sociale.

                      « vous savez très bien qu’on n’additionne pas les voix comme ça » 

                      Je l’ai dit dans l’article. Mais si toutes les voix ne s’additionnent pas, le total est quand même meilleur que dans la division !


                    • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 février 10:06

                      @Fergus

                      En politique, parfois, 1+1=1

                      D’autre part, il est évident que Hamon ne veut pas être élu, seulement préserver le parti, et doubler JLM. Pourquoi croyez vous que F Hollande le soutient, alors qu’idéologiquement, il est Macron à 200% ?

                      Il n’est d’ailleurs pas sûr, s’agissant de JLM, qu’il ait d’autres vues que faire une OPA sur le PS.

                      Ces gens font littéralement passer leur parti devant leur patrie - je ne sais plus quel type d’extrême droite a dit ça smiley, mais pour moi ça s’applique clairement à ce parti socialiste.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires