• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Simone Veil, une Européenne inclassable

Simone Veil, une Européenne inclassable

« Votre sourire nous manquera. » (Valéry Giscard d’Estaing, le 4 juillet 1979).



Comme de nombreux compatriotes, j’ai ressenti beaucoup d’émotion en fin de matinée lorsque la nouvelle a été diffusée. Simone Veil s’est éteinte ce vendredi 30 juin 2017 à Paris. Elle allait atteindre ses 90 ans le 13 juillet prochain. Très affaiblie depuis quelques années, elle avait quitté la "scène publique" en 2013, année doublement terrible de la disparition de son mari Antoine Veil (le 12 avril 2013) et de sa sœur Denise (le 6 mars 2013).

Je suis surpris et ému par le concert de louanges de la classe politique, de toute la classe politique, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, pour cette dame exceptionnelle qui n’a jamais vraiment fait de la politique mais a toujours poussé ses valeurs à leur réalité politique. Je n’exclus pas l’hypocrisie pour une femme toujours très populaire dans le cœur des Français, mais c’est justement réservé aux personnes exceptionnelles, de vouloir s’en approprier une part, quelles qu’en soient les motivations, et chez Simone Veil, il y a eu tellement de facettes qu’elle peut en effet faire converger bien des trajectoires.

Elle était une femme pas très "commode", capable de grosses colères, et très impressionnante. Elle était très populaire, très aimée des Français, mais la classe politique la craignait ou la méprisait. C’était la "bête noire" des militants du FN, au même titre que Bernard Stasi (un de ses grands amis) ou encore (aujourd’hui), Nathalie Kosciusko-Morizet.

Parmi les personnalités politiques qui ont marqué son parcours, Valéry Giscard d’Estaing, bien sûr, qui voulait nommer au gouvernement en 1974 des femmes de la "société civile", plutôt jeunes, pour féminiser la vie politique particulièrement machiste à l’époque (d’autres femmes ont été nommées comme Monique Pelletier et Françoise Giroud), Jacques Chirac qui l’a toujours soutenue pour la loi sur l’IVG alors qu’il était réticent sur le sujet, Raymond Barre qui voyait en elle une femme forte sur les principes et sur les valeurs, comme lui, Michel Rocard, dont elle était une amie très proche, Édouard Balladur, qui a su la faire revenir au pouvoir en 1993 comme numéro deux du gouvernement (Ministre d’État), Nicolas Sarkozy, qui, malgré ses propos parfois extrémistes, a toujours su la faire rire, et enfin Jean d’Ormesson, qui l’a accueillie à l’Académie française, elle qui n’a jamais eu de prétention littéraire, mais c’était le cas aussi du commandant Cousteau et de bien d’autres, l’Académie française a toujours voulu coopter des personnalités riches en talents et en valeurs.

Revenons rapidement sur Nicolas Sarkozy car cela pouvait surprendre. Si Simone Veil a soutenu dès le premier tour de l’élection présidentielle du 22 avril 2007 la candidature de Nicolas Sarkozy, c’était à la fois par adhésion à la personnalité du candidat et par rejet de la candidature de François Bayrou qu’elle détestait depuis son échec électoral du 18 juin 1989. Elle s’en est expliqué le 8 mars 2007 : « Nicolas est gentil. Il peut être brutal dans son expression, mais les gens ont tort de douter de son humanité. C’est un ami fidèle. Pour moi, c’est important. Quand on choisit un Président, on a envie de quelqu’un qui ait ces qualités-là. Ce n’est pas toujours le cas. ». Lors de l’investiture de Nicolas Sarkozy le 16 mai 2007, elle fut invitée au Palais de l’Élysée et reçut les honneurs un peu comme Pierre Mendès France le 21 mai 1981, Pierre Mauroy le 15 mai 2012 ou encore Daniel Cordier le 14 mai 2017.

_yartiVeilSimone2017A03

J’ai eu la chance de rencontrer Simone Veil de temps en temps lors de rencontres "centristes". Je l’ai vue pour la première fois le 29 août 1988 à Loctudy, au sud de Quimper, dans le Finistère. Éric Azière, président des Jeunes démocrates sociaux, l’a accueillie en lui demandant de mener une liste centriste aux élections européennes du 18 juin 1989, juste après l’échec de Raymond Barre à l’élection présidentielle de 1988 et bien avant la "séquence" des Rénovateurs avec Philippe Séguin, Michel Noir, François Bayrou, Dominique Baudis, Bernard Bosson, François Fillon et six autres jeunes loups de l’opposition de l’époque. Elle mena la liste centriste, mais face à elle, il y a eu une liste menée par Valéry Giscard d’Estaing, Alain Juppé et François Léotard. Ce fut un échec pour elle, même si elle a pu faire élire quelques députés comme Jean-Louis Borloo, Adrien Zeller, Nicole Fontaine, Philippe Douste-Blazy et Jean-Louis Bourlanges. La dernière fois que je l’ai vue, c’était le 21 octobre 2012, à Paris, lors que la fondation de l’UDI. Elle était accompagnée de son mari Antoine et fut ovationnée très longtemps par la salle. C’était l’une de leurs dernières apparitions publiques.

Car Simone Veil, sans esprit partisan (à ma connaissance, elle n’a jamais été adhérente d’aucun parti), était très proche des centristes. Sur LCI le 30 juin 2017, Jean-Marie Cavada expliquait qu’elle était typiquement du centre droit avec une inspiration de centre gauche, en d’autres termes, elle était d’esprit "rhénan", libéral pour favoriser la prospérité économique mais social aussi redistribuer les richesses et assurer la solidarité avec les plus fragiles.

À l’origine, dans le couple, c’était le mari qui était le plus politique. Haut fonctionnaire, Antoine Veil avait créé le club Vauban qui était une émanation du centre gauche (essentiellement proche de Pierre Mendès France). Antoine Veil a finalement renoncé à toute vie politique dès lors que sa femme a été choisie par Valéry Giscard d’Estaing pour entrer au gouvernement.

Par l’entremise d’Antoine Veil, un cercle de très proches amis envisageait l’avenir politique avec les mêmes valeurs. Il y avait Simone Veil mais aussi Bernard Stasi, Robert Badinter, et surtout Michel Rocard qui était au pouvoir (à Matignon) de mai 1988 à mai 1991. Beaucoup de centristes ont été tentés de le rejoindre (certains ont même franchi le pas comme Bruno Durieux et Jean-Marie Rausch) mais c’était la création de l’UDC (l’Union du centre) comme groupe à l’Assemblée Nationale, indépendant de l’UDF et susceptible d’apporter une majorité d’idée aux gouvernements de Michel Rocard, l’un des moments forts de la recomposition voulue par ce think tank politique.

Je pense qu’il ne faut pas réduire Simone Veil à sa fameuse loi sur l’IVG. Ce n’était pas son véritable combat, c’était celui de Valéry Giscard d’Estaing même si elle l’a adopté avec enthousiasme et conviction pour plus de solidarité et d’humanité, entre femmes, entre les personnes. Comme Robert Badinter n’apprécie pas d’être réduit à l’abolition de la peine de mort, même si ce fut, pour lui, l’une de ses plus grandes fiertés. D’ailleurs, il ne faut pas imaginer Simone Veil faisant des surenchères dans le domaine sociétale. Au contraire, le 13 janvier 2013, Simone et Antoine Veil ont participé à la "Manif pour tous" à Paris.

Le combat de Simone Veil, c’était d’abord et avant tout l’Europe. La construction européenne pour la paix. La construction européenne pour la dignité humaine. Elle a fait partie des rescapés des camps d’extermination. Elle n’avait que 16 ans et arrivée à Auschwitz-Birkenau, elle aurait dû aller immédiatement dans un four crématoire si elle n’avait pas réussi à se faire passer pour une dame de plus de 18 ans. Elle en a réchappé, comme deux sœurs (dont une, plus tard, est morte jeune d’un accident de voiture), mais sa mère, son père et son frère ne sont jamais revenus des camps d’extermination. Simone Veil expliquait qu’elle était morte un peu là-bas, dans ces camps, elle y a laissé une partie de son âme, et l’autre partie, bien vivante, voulait vivre et propager cette vie et la paix, la dignité qui doivent l’accompagner.

Jean d’Ormesson raconta sa terrible adolescence le 18 mars 2010 : « Le 15 avril 1944, en pleine nuit, sous les cris des SS, les aboiements des chiens, les projecteurs aveuglants, vous débarquez sur la rampe d’accès du camp d’Auschwitz-Birkenau. Vous entrez en enfer. Vous avez 16 ans, de longs cheveux noirs, des yeux verts et vous êtes belle. (…) Vous vous retrouvez (…) dans ma bonne file (…). La nuit même de votre arrivée au camp, les kapos vous font mettre en rang et un numéro indélébile vous est tatoué sur le bras. Il remplace l’identité que vous avez perdue, chaque femme est enregistrée sous son seul numéro (…). Vous appartenez désormais, avec des millions d’autres, au monde anonyme des déportés. (…) Votre crime est d’être née dans la famille honorable et très digne qu’était la vôtre. Dans l’abîme où vous êtes tombées, dans ce cauchemar devenu réalité, il faut s’obstiner à survire. Survivre (…) est une tâche presque impossible. Le monstrueux prend des formes quotidiennes. À l’intérieur de l’industrie du massacre, les barèmes s’établissent (…). Dans ce monde de la terreur et de l’humiliation, fait pour détruire tout sentiment humain et dont le spectre ne cesse de hanter notre temps, la charité vit encore. ».

_yartiVeilSimone2017A06

Et de décrire aussi la libération des camps : « Les Anglais sont épouvantés du spectacle qu’ils découvrent dans les camps : des monceaux de cadavres empilés les uns sur les autres et que des squelettes vivants précipitent dans des fosses. Vous êtes accablée par la mort de votre mère et par la santé de votre sœur, qui n’a plus que la peau sur les os, qui est rongée de furoncles et qui, à son tour, a attrapé le typhus. (…) Votre famille est détruite. Vous entendez des gens s’étonner : "Tiens ! elles sont revenues ? C’est bien la preuve que ce n’était pas si terrible…". Le désespoir vous prend. En m’adressant à vous, Madame, en cette circonstance un peu solennelle, je pense avec émotion à tous ceux et à toutes celles qui ont connu l’horreur des camps de concentration et d’extermination. Leur souvenir à tous entre ici avec vous. Beaucoup ont péri comme votre père et votre mère. Ceux qui ont survécu ont éprouvé des souffrances que je me sens à peine le droit d’évoquer. (…) Il paraît, Madame, que vous avez un caractère très difficile. (…) Je pense bien. On ne sort pas de la Shoah avec le sourire aux lèvres. (…) Permettez-moi de vous le dire avec simplicité : pour quelqu’un qui a traversé vivante le feu de l’enfer et qui a été bien obligée de perdre beaucoup de ses illusions, vous me paraissez assez peu cynique, très tendre et même enjouée et très gaie. Ce qui vous a sauvé du désespoir, c’est le courage, l’intelligence, la force de caractère et d’âme. Et c’est l’amour : il succède à la haine. » (18 mars 2010).

Avec son mari affecté à un consulat, Simone Veil a habité quelques années après la guerre …en Allemagne, à Stuttgart, ce qui montrait déjà la grande capacité de résilience malgré l’épreuve subie. Elle s’est étonnée de l’indifférence de son témoignage sur la Shoah et quelques décennies plus tard, elle avait protesté contre la première diffusion à la télévision du film "Le chagrin et la pitié" en 1971, qui est trop partial, selon elle.

Alors, Simone Veil fut un roc malgré la sensibilité naturelle qu’elle pouvait avoir. Quand, dans les années 1980, elle se faisait chahuter dans des meetings par des militants d’extrême droite, elle les nommait (devant eux) des "SS aux petits pieds" et leur a dit qu’elle a vaincu des bien plus barbares qu’eux ! Même dans la discussion parlementaire très âpre pour faire adopter la loi sur l’IVG, elle a eu à affronter un député (pourtant centriste) qui fut particulièrement odieux en comparant l’IVG à une pratique nazie (ce député, qui était très appréciable par ailleurs, ne connaissait pas l’adolescence de la ministre et quand il l’a apprise, il s’est confondu auprès d’elle en excuses sincères).

Elle aura marqué les femmes, bien sûr, pour cette loi qui lui a apporté la notoriété et surtout, la réputation de femme courageuse et endurante. Elle a quitté le gouvernement pour intégrer le nouveau Parlement Européen, l’une des grandes réformes de Valéry Giscard d’Estaing et du Chancelier allemand Helmut Schmidt, l’élection directement par les peuples européens des députés européens pour les représenter (avant, c’était une délégation de députés nationaux de chaque pays membre qui occupait cette fonction représentative). Et le symbole fut fort d’être élue la première Présidente du Parlement Européen démocratique.

Après son élection à l’Académie française le 20 novembre 2008 au fauteuil de Pierre Messmer, Maurice Schumann, Paul Claudel, Pierre Loti et Jean Racine, ce fut Jacques Chirac (ancien Président de la République) qui lui a remis au Sénat son épée où furent inscrits un numéro (78 651), son matricule à Auschwitz, et deux devises, la française : "liberté, égalité, fraternité" et l’européenne : "unis dans la diversité". Elle fut reçue à l’Académie par Jean d’Ormesson le 18 mars 2010 en présence de trois Présidents de la République (protecteurs de l’Académie), Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing. La République a su honorer l’une de ses enfants les plus honorables.

_yartiVeilSimone2017A02

Jamais une femme politique ne fut autant populaire aussi durablement pendant des décennies. Au milieu des années 1980, elle aurait pu très naturellement proposer sa candidature à l’élection présidentielle. Elle aurait certes chamboulé toutes les ambitions présidentielles …masculines déjà bien trop nombreuses, mais elle aurait eu des chances non négligeables d’être élue. Elle n’a jamais voulu tenter une telle aventure, parce qu’elle se disait que les Français n’étaient pas prêts à élire une femme Présidente de la République. Je pense que c’était une mauvaise raison, je pense plutôt qu’elle n’a jamais voulu se plier aux obligations d’un futur candidat à l’élection présidentielle, c’est-à-dire conquérir un grand parti de gouvernement et refuser toute nuance, toute subtilité, pour emporter les militants à sa cause et ensuite, avec leur aide, les électeurs.

D’ailleurs, elle n’avait pas d’implantation politique, elle n’est allée devant le suffrage (national) que trois fois, en juin 1979 (soutenue par Valéry Giscard d’Estaing), en juin 1984 (soutenue par Jacques Chirac) et en juin 1989 (seule avec les centristes). Seule, elle ne dépassait pas les 10%, en grande alliance, elle a pu atteindre 43%, un score très enviable aujourd’hui ?

Ce n’est pas peu dire que l’élection du Président Emmanuel Macron était l’un des rêves du couple Veil, celui de réunir le centre gauche et le centre droit dans un désir d’agir selon la raison et les valeurs et pas selon des idéologies et des dogmes, un horizon que n’a pas pu voir Antoine Veil, parti trop vite, et que Simone Veil a vu de très loin, parce que sa santé défaillante l’empêchait de s’intéresser à la vie politique de ces dernières années.

Je reviendrai certainement sur sa trajectoire politique hors du commun et au-delà de la grande émotion à la nouvelle de sa disparition, je suis très ému de m’apercevoir que Simone Veil fait consensus encore après sa mort. Que cette grande unité nationale qui entoure cette forte émotion nationale devant l’une des personnalités politiques les plus marquantes de ce dernier demi-siècle puisse encourager la nécessaire transformation de la classe politique qui s’opère depuis quelques semaines. Certains réclament déjà sa panthéonisation, mais laissons-la reposer en paix. Aux Invalides ce mercredi 5 juillet 2017 dans l’après-midi, ce sera toute la France qui viendra s’incliner devant Simone Veil. Mes sincères condoléances à la famille et aux proches.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (30 juin 2017)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Simone Veil, une Européenne inclassable.
Simone Veil académicienne.
Discours de réception de Simone Veil à l’Académie française (18 mars 2010).
Discrimination : rien à changer.
Rapport du Comité Veil du 19 décembre 2008 (à télécharger).
Antoine Veil.
Bernard Stasi.
Bernard Stasi et Antoine Veil.
Denise Vernay.
Ne pas confondre avec Simone Weil.

_yartiVeilSimone2017A05
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.46/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Taverne Taverne 1er juillet 11:14

    Simone à jamais nous est mère Veil.

    Sa gloire vient effacer momentanément celle de Macron comme pour rappeler le nouveau chef de l’Etat à l’humilité que Simone Veil incarnait et pour ramener les parlementaires dissipés à leurs charges et devoirs de sérieux, comme à une obligation d’élégance que Simone Veil incarnait également.


    • Jonas 1er juillet 11:29
      Simone Veil a fait adopter la loi sur l’autorisation de l’IVG.
      En France, plus de 220 000 avortements sont pratiqués chaque année, un véritable génocide à l’échelle industrielle.
      Comble du cynisme, ce programme d’extermination de masse est financé entièrement par vos impôts, à hauteur de 70 millions d’euros par an.

      Porter atteinte à la vie d’autrui n’est pas un droit, le foetus humain n’a pas le même ADN que sa mère, il est donc un corps étranger, un être unique, une identité à part entière, une vie en puissance.
      Y mettre fin volontairement est un crime.

      « C’est une pauvreté de décider qu’un enfant doit mourir pour que vous puissiez vivre comme vous le souhaitez ».
      Mère Teresa

      « L’avortement tue deux fois. Il tue le corps du bébé et il tue la conscience de la mère. L’avortement est profondément anti-femmes. Les trois quarts de ses victimes sont des femmes : la moitié des bébés et toutes les mères »
      Mère Teresa

      « Le plus grand destructeur d’amour et de paix est l’avortement qui est la guerre contre l’enfant. La mère n’apprend pas à aimer, mais tue pour résoudre ses propres problèmes. Tout pays qui accepte l’avortement n’enseigne pas à son peuple à aimer, mais à utiliser toute violence pour obtenir ce qu’ils veulent ».
      Mère Teresa

      L’institut de sondage Opinion Way dans une étude de 2013 révélait que 85 % des femmes déclarent avoir ressenti une souffrance au moment de l’IVG médicamenteuse, y compris une souffrance morale pour 82 % d’entre elles.

      Les responsables du »Planning familial« aux USA n’ont aucun scrupule à vendre les organes de foetus avortés pour se faire de l’argent, une déshumanisation et une désacralisation de l’homme, le réduisant au niveau d’un meuble ou d’une voiture.

      Quand un pays tue ses enfants en masse, il finit soit par s’éteindre, soit par être submergé.
      L’extinction de la population française est programmée à grande échelle par l’ONU et l’UE pour être remplacée par une population extra-européenne (berbères, arabes, asiatiques, africains sub-sahariens), une »migration de remplacement" :
      L’individualisme, l’égoïsme rend aveugle ceux qui ont délaissé la communauté et abandonné Dieu au nom du bien-être personnel, ce qui à long terme, amènera en quelques décennies l’extinction de la communauté tout entière, laissant place à une tiers-mondisation du pays.

      • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 1er juillet 11:36

        @Jonas

        « Simone Veil incarne un engagement républicain si cher aux francs-maçons » 
        « Sa loi sur l’IVG devint le symbole de l’amélioration de l’Homme et de la société à laquelle les francs-maçons travaillent ; cette loi reste un pilier de notre société »

        D.Keller Ancien Grand Maître du GODF


      • mmbbb 2 juillet 13:48

        @Jonas j ai habite une region tres catho J ai connu des familles tres nombreuses ou souvent le pere n’etait qu un queutard. Famille de beauf Je suis issu d ’une famille pauvre, la plupart de mes camarades de cette epoque ont fini a l usine. Les horberaux cathos n avaient que cette comme votre commentaire « faites des gosses » dans un but implicite : remplir les eglises et donner des bras aux patrons . Je n ai jamais entendu aucun discours sur la condition humaine ; hormis la sacralisation de la vie comme vous le faites dans votre commentaire mais aucun argument sur la condition humaine. Moi je suis tire de cettte region ou hormis la grand « messe il n y avait rien c’etait à escient modeler les esprit Heureusement que l ecole a cette epoque faisait son travail peu ou prou. . Nous ne fûmes pas une chance pour ce pays. Desormais mon village est occupé par des turcs et si l eglise devient une mosqée je ne ferai pas une jaunisse . Qunnt a Mere Threresa laissa la elle fut canoniseé . . Ll eglise trouve desormais ses adeptes dans les pays du sud Afrique en l occurence et Amarique du Sud l Si vivre dans la merde est une condition humaine acceptable moi je ne le pense pas La pauvreté n a jamais ete une vertu . Quant a ce pays, qu il y ait une immigration massive c’est presque obligatoire et Jean Raspail avait vu juste . Ils font des gosses a la chaine dans le sud : une bénédiction de Dieu ou d’ Allah ? Mais la je vous rejoins un peu, laissez sa propre jeunesse native au détriment d une immigration forcee augure des lendemains qui déchanteront . La politique s est substitué au religion et l extreme gauche est pour une immgration massive quoique Hildalgo commence a etre prise a son propre piege avec ses chers » migrants " Mais bon les francais avachis sont les idiots utiles des immigrationnistes ..


      • Vraidrapo 1er juillet 12:20

        Devant ce concert de louanges, ce petit bémol quand même :
        Mesdames et Messieurs, je formule devant vous l’exigence que la spécificité de la Shoah ne soit jamais bafouée, diluée, noyée, récupérée, en bref, banalisée.
        Extrait de :
        http://www.coe.int/t/f/com/dossiers/evenements/2002-10-Shoah/Discours_Veil.asp

        Tant et si bien qu’en 1987, elle s’est opposée à la qualification du Génocide des Arméniens par le Parlement Européen... depuis il faut reconnaître que, la Seine ayant coulé sous les Ponts de Paris, le Clan a révisé sa copie et les choses se sont « apaisées »...


        • cevennevive cevennevive 1er juillet 12:31

          @Vraidrapo, bonjour,


          Cela est vrai... Mais mettons-nous un instant à sa place : elle a souffert dans sa jeunesse et dans sa chair de la Shoa... Et pardonnons-lui ce « léger » sectarisme.

          C’était une Grande Dame. L’air doux et tendre, le coeur et le sourire sans fausseté, mais la main de fer, et parfois, la colère bienvenue.


        • berry 1er juillet 13:36

          @cevennevive
          Ca ne l’a pas empêchée de mourir à 89 ans dans son lit.
           
          Les millions de japonais, d’allemands et de coréens qui sont morts sous les bombes incendiaires américaines n’ont pas eu cette chance.
          https://histoireetsociete.wordpress.com/2013/09/14/voila-pourquoi-la-coree-du-nord-deteste-autant-lamerique/
          Il ne fallait pas lésiner pour leur faire rentrer la démocratie dans la tronche.
          Ils étaient du mauvais côté de l’histoire, leurs familles n’ont pas eu le droit de se plaindre.


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 1er juillet 13:16

          L’hypocrisie française est sans bornes cela se vérifie chaque jour !


          Quand les politiques pouilleux et leurs merdias criminels décider de fabriquer un symbole, toute la populace française s’y engouffre et s’y plait ! 

          Simone Veil était une femme ordinaire, elle ne faisait même pas cette « exception » d’être passée par « un camp allemand » puisque les femmes y étaient par milliers ! Sinon, elle a été ministre ? Est-ce que son passage avait laissé un véritable acquis pour la société ou pour une catégorie de la société ? 

          L’IGV est un crime et ni personne, ni un Etat, ni l’ensemble des Etats ne peuvent justifier cette loi criminelle  ! 

          Surtout ne mettez pas celle loi criminelle sur le compte des « droits de la femme » que la France a définitivement bannis en faisant de la femme un objet de grande consommation ! 

          La France pornographique et fièrement homosexuelle n’entend rien aux droits humains, ni aux droits de l’homme, ni aux droits de la femme, ni aux droits des enfants ... 



          • alain_àààé 1er juillet 13:50

            je ne suis pas d accord avec l auteur qui comme les autres politiciens ou pas qui nous parle de veil comme une combattante.on peut reconaitre qu elle a bien fait une loi qui a beaucoup aidé les femmes.mais Mr l auteur lisé son livre Ma vie et vous comprendrez comment cette personne qui fut la cuisiniére de la gestapo et revenu plus grosse qu a sonarrivéé.JE NE suis pas anitjuif bien que sur agoravox on me traite d antijuif ce qui est faux.j ai des amies amis juifs mais ne font pas connaitre qu ils ont été déporté ou non.elle se permert d écrire que les juifs ne se marient quentre les juifs.on peut parlé de communauté avec elle.j ai contacté beaucoup de déporté qui ne la porte pas dans leur coeur ainsi que les miens qui ont été déportés.j éteins la télé a l heure des informations car on ne parle que d elle.les juifs ont en fait une icone et d avoir tous les postes de la haute administration.je ne vois pas pourquoi on la mettrais au Panthéon.je ne n y pas qu elle a eu des décés dans sa famille.Mais qui n on n as pas eu par ex DE GAULLE qui ne les aimaient pas beaucoup et c est méme fait traité de Fachiste par Mendés France.


            • mmbbb 2 juillet 15:19

              @alain_àààé Ces parents sont morts a Auschwitz Bikenau Ne dites pas n importe quoi. Quant a votre commentaire il faudrait presque rehabiter Klaus Barbie puisque cette femme ne vous fait qu ’ecrire des opprobres. .Cette femme n eut donc aucun courage Quant a P Mendes France il eut comme ami un certain Mittérrand, cet homme politique a eu comme ami Bousquet. et reçu la Francisque en signe de reconnaissance de M PETAIN Mais c’est plutot son amitie avec Bousquet qui echappa a la justice qui est à retenir . Les juifs ne sont pas tres rancunier ! D’ailleurs on a fait un flan avec l affaire Fillon, en revanche en 1981 la presse a ete tres discrete sur cette amitié .Et Pierre Pean devoila ce secret de polichinelle. Voyez vous , la presse en France n est pas tres courageuse et objective .


            • sirocco sirocco 1er juillet 13:55

              Les merdias français, qui sont tous sous mainmise sioniste, se livrent actuellement à un battage énorme pour que Simone Veil ait sa stèle au Panthéon.

               
              S’il suffit d’avoir réchappé à un camp de concentration pour être inhumé au Panthéon, je propose que tous les soldats français faits prisonniers à Dien Bien Phu et qui ont survécu à leur internement au Vietnam y soient également inhumés.


              • mmbbb 2 juillet 14:52

                @sirocco Dien Bien Phu tout le monde s’en foutait a l epoque alors aujourd hui qui retient le nom de cette bataille Encore une bataille perdue par une faute stratégique enorme et imbécile de vos geeneraux. Vous aviez un GAMELIN bis . Depuis Napoleon nous n avons fait que prendre des deculottées Si on peut saluer le courage des combattants on ne peut que blamer la betise de vos generaux . Ils n ont sous estime la capicite des Viets et le renseignement etait vraiment nul.


              • zygzornifle zygzornifle 1er juillet 16:20

                En voiture Simone pour l’au delà, tu as pris une blablacar avec Helmuth ? On te souhaite bon voyage bien loin de cette planète et de ses habitants de merde plus tordus et méchants les uns que les autres ....


                • Claudec Claudec 1er juillet 17:40

                  Simone Veil, une Européenne inclassable ?

                  Non, simplement un être humain, femme qui plus est, au-dessus de la plupart d’entre nous, par son intelligence, son courage et son humanisme.

                  • bob14 bob14 1er juillet 18:13
                    J’ai une pensée émue pour ces millions d’embryons passés dans la poubelle de notre belle démocratie !
                    RIP

                    • Saka20 Saka20 1er juillet 18:29

                      @bob14


                      L’avortement ça existe depuis l’antiquité, la démocratie n’a fait qu’encadrer médicalement et légalement cette pratique... Avec des gens comme vous au pouvoir c’est quoi l’alternative, le bûcher pour la contrevenante ? 

                    • bob14 bob14 2 juillet 07:45

                      @Saka20.....Tiens un c.. !


                    • zygzornifle zygzornifle 2 juillet 13:22

                      @bob14


                       c’est vrai, au lieu de les jeter on aurait pu faire du potage pour la soupe populaire .....

                    • Crab2 1er juillet 20:58

                      Courage politique : débaptiser la Place du sexiste et homophobe Jean-Paul II pour la ‘’ Place Simone Veil ’’



                      • OMAR 1er juillet 22:40

                        Omar9

                        Il y a plus d’une vingtaine d’années, de tous les hommes politiques et autres députés qui s’"étaient engagés à assurer des vacances à des enfants issus de familles défavorisées, elle fut la seule à tenir parole.
                        Oui, c’est une dame, une grande dame qui vient de partir.

                        Seulement, je regrette profondément que ce Sylvain Rako etc,,,, se soit emparé de ce triste événement pour se la jouer empathique et compatissant.


                        • rhea 1481971 2 juillet 08:17
                          • La plus grosse connerie des temps modernes ; la psychiatrie fait des erreurs à
                          • cause de la loi Weil.

                          • Ti-Claude76 Ti-Claude76 2 juillet 08:50

                            Bonjour, oui Madame Simone VEIL est une grande Dame avec tout ce qu’elle a accompli tout au long de sa vie, elle mérite d’aller au Panthéon avec les plus grands de ce monde.


                            • lionel 3 juillet 07:55

                              « Croire en l’histoire officielle, c’est croire des criminels sur parole »
                              Simone Veil.
                              Tout le monde n’a pas le courage de ses opinions.
                              Il est vrai qu’un politique honnête qui dit la vérité meurt rarement dans son lit. Bizarrement, la plupart finissent leurs jours bien tranquillement, et à nos frais !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès