• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Théologie et mélange des genres

Théologie et mélange des genres

La religion s'est réinvitée dans l'hémicycle, dans un contexte volontairement brumeux où toute part d'ombre est prétexte à la frustration d'un pan de la population et coupe alors cours au débat parlementaire pourtant indispensable.

     Il y a quelques jours, Madame le Député Obono a cité la Bible dans l'hémicycle pour saper les fondements du projet de loi anti-terroriste, qui vise notamment à élargir les prérogatives des préfets dans le cadre de fermeture de lieux de cultes identifiés comme radicaux. Si les journaux s'empressent de placer le mot "mosquée", ce n'est pourtant pas le périmètre de la loi, qui est plus vaste. Dès lors ce retour ponctuel constitue un transgression choquante à double titre.

 

     Il est d'abord question de théologie à l'Assemblée Nationale où elle n'a pourtant pas sa place, même si le lien avec les causes de cette loi est sous-jacent.

   L'État est séparé du culte, surtout en Droit. Conséquence directe de la loi de 1905, ce fondement vient donc ici d'être bafoué par la tenue d'un argumentaire théologique qui prend place dans le cycle législatif. Il y a un viol, dans l'esprit et les faits, d'une loi qui créa une scission nette entre l'Église et l'État. Et s'il était question d'Église dans cette loi, il faut se souvenir qu'en 1905, peu s’enquièrent des autres religions : l'Église est historiquement et factuellement présente dans la vie politique de l'époque, ce qui n'est pas le cas des autres. L'idée était donc de sortir le spirituel au sens large de la conduite des affaires de l'État. Vouloir s'opposer à une loi en en violant une autre, voilà qui ne manque pas de sel.

   Il faut cependant reconnaître que c'est le pan religieux revendiqué des attaques qui rend connexes aujourd'hui sécurité, terrorisme, religions et législation. Mais ici, il est bien question de lieux de cultes, pas d'Islam uniquement. Dans le cas contraire, ce serait une réelle stigmatisation qui serait retoquée par le Conseil Constitutionnel. Ce ne serait pas la première fois dans l'histoire de la République (l'ère Hollande l'a démontré) mais il semble que les enseignements ont été tirés. En outre, une loi est de portée générale car elle comble souvent un vide, et celle-ci ne dérogera pas à la règle. Ceci dans l'éventualité où des ultra-orthodoxes viendraient à porter atteinte à la sécurité des Français à l'avenir par exemple.

 

     Il y a là une mise en opposition de traitement qui relève d'une malhonnêteté intellectuelle et d'une méconnaissance préjudiciable des religions pour une personne de ce rang.

   Car quitte à faire de l'herméneutique, autant que cela soit fait correctement. Opposer la Bible – ici l'Ancien Testament – pour contrecarrer les attaques aux versets tendancieux du Coran (nomment au « Repentir ») est incohérent. Car paradoxalement, la religion du Livre – sobriquet de la religion chrétienne – n'en est pas une, à l'inverse de l'Islam. Le Coran aurait été écrit par Allah lui-même et de facto il n'est pas interprétable. Vouloir faire coïncider l'Islam à la morale actuelle est donc vain exercice, objectivement parlant. À l'inverse la Bible a été écrite par les hommes, ce qui ne fait l'objet d'aucune contestation au demeurant. Elle est ainsi soumise au Libre Arbitre, que le lecteur prête à l'auteur, fusse-t-il Saint. Plus encore, le Pape est par essence l'interprète du dogme, ce qui est éloquent quant au regard à porter sur le dogme, le rapport à le religion chrétienne en général, et le Pape en particulier pour notamment les catholiques. Opposer l'Ancien Testament qui s'interprète au Coran qui ne s'interprète pas est ainsi un non sens théologique.

   Il y a enfin aussi cette sombre idée latente, qui consiste dès lors à instaurer la concurrence dans l'horreur pour subtiliser les bénéfices à l'Histoire, histoire qui n'a pourtant pas encore eu lieu pour l'Islam. L'argumentaire est simple : ce n'est pas la religion qui est en cause dans les actes odieux actuels les instances de l'Islam (dont les auteurs se revendiquent) en France récusent ces actes ; mais si ça l'était, l'Islam n'aurait pas à rougir puisque le catholicisme a sa part d'ombre qui lui est aujourd'hui pardonnée. Ainsi donc l'Islam mis en cause se retrouve sur un pied d'égalité avec la religion catholique. Sauf que c'est oublier que trois cents ans séparent les attentats de Charlie-Hebdo, du Bataclan, de Lahore, avec l'Inquisition et la Saint-Barthélémy. Et lorsque les Lumières ont éclairé le peuple au sens large, celui-ci a en Occident forcé la religion à s'adapter. Et sauf erreur de ma part, les Lumières sont parvenues dans tous les recoins de la planète.

 

     Ainsi, ce retour du religieux dans l'hémicycle, en particulier en ces termes et dans ces circonstances, n'augure rien de bon et devrait d'ailleurs être banni purement et simplement. L'ergotage et le sophisme n'ont pas leur place dans la Chambre Basse, à l'inverse d'un comptoir de bistrot.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Satournenkare Satournenkare 3 octobre 18:26

    D’accord sur le fond.
    juste une chose : « Le Coran aurait été écrit par Allah lui-même et de facto il n’est pas interprétable. » Ça c’est uniquement la conception sunnite


    • Pascal L 3 octobre 23:29
      @Satournenkare
      « Ça c’est uniquement la conception sunnite » 
       C’est écrit dans le Coran, donc c’est valable pour tous (les traductions suivantes sont de Hamidullah) :
      s4,82 « Ne méditeront-ils donc pas le Coran ? S’il avait été d’un autre que Dieu, ils y auraient trouvé mainte contradiction. »
      s6,92 « Voici un livre que Nous avons fait descendre, béni, confirmant ce qui déjà était devant lui... »
      s6, 155 « Et voici un Livre béni que Nous avons fait descendre... »
      s7, 196 « oui, mon patron, c’est le Dieu qui a fait descendre le livre... »
       et beaucoup d’autres.

      En fait le dogme de l’incréation du Coran est assez tardif. Il est apparu vers 750 dans le traité al-Fiqh al Akbar II, ce qui a obligé de modifier le sens du mot Coran dans le Coran. A l’origine et pour les sourates les plus anciennes, il s’agit du lectionnaire lu à l’assemblée et c’est le sens révélé par la racine syriaque du mot. Il est en effet assez étrange de parler sans cesse du Coran dans le Coran alors que ce livre n’est pas encore écrit au moment où il est dicté. Il a fallu créer le dogme du voyage au ciel de Muḥammad (dogme qui n’existait pas en 691) pour montrer que le Coran préexistait et consolider la modification. Ce dogme se trouve dans le verset s17,1 « Pureté à Celui qui, une nuit, fit voyager Son Esclave, de la Sainte Mosquée à la très lointaine Mosquée (Al-Aqsa) dont nous avons béni l’alentour, afin de lui faire voir certains de nos signes... ». En fait de mosquée Al-Aqsa, il s’agit plutôt du dôme du Rocher qui n’est pas une mosquée, construit en 691 en copie du Saint Sépulcre, et qui ne porte aucune trace dans ses nombreuses inscriptions de l’événement le plus important qui devrait s’y être passé ! La Mosquée Al-Aqsa, construite à côté a probablement été construite après l’établissement du dogme et son nom choisi d’après l’écriture du Coran.

    • Et hop ! Et hop ! 4 octobre 16:00

      @Satournenkare


      Non, c’est une vérité pour tous les musulmans, et plus généralement pour tous les mouvements religieux intégristes, dont le protestantisme fait parti.

      En ce qui concerne les chrétiens (au moins les catholiques et orthodoxes), c’est Jésus lui-même qui a décidé que certaines lois de l’Ancien Testament ne devaient plus s’appliquer à la lettre mais selon l’esprit, à l’occasion de l’interdiction du travail pendant le Sabat, à l’occasion de l’impureté et des interdits alimentaires, à l’occasion de la lapidation de la femme adultère, etc.. Avec cette formule que l’homme n’est pas fait pour la loi, mais la loi pour l’homme.

    • Pascal L 4 octobre 18:02

      @Et hop !
      Le Christ a effectivement indiqué suivant les occasions l’application relative de certaines lois, mais en fait il a surtout enseigné que l’application des lois était totalement subordonné à l’amour. « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. » (Matthieu 22, 36-40)

      En fait, on peut faire beaucoup plus que la loi par amour, mais tout doit avoir un sens. L’amour rend libre alors que la loi s’impose et nous soumet.
      Votre citation finale n’est pas tout à fait exacte, la bonne version est : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non pas l’homme pour le sabbat. » (Marc 2, 27). La portée en est moins générale mais confirme notre liberté d’appréciation.

    • Et hop ! Et hop ! 5 octobre 21:43

      @Pascal L


      L’amour est le 11e commandement, c’est l’esprit avec lequel les autres doivent êtres appliqués, il ne vient pas abolir les lois de Moïse, mais pour les accomplir.


    • Pascal L 5 octobre 23:08

      @Et hop !
      Ce n’est pas le 11ème commandement, mais le premier et le deuxième. Effectivement Matthieu 5, 1 précise : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. » Il s’agit bien des 10 commandements et non des nombreuses prescriptions du Deutéronome. Il est évident que l’amour nous fait aller plus loin que les 10 commandements et l’accomplissement doit se voir dans ce sens. Si vous appliquer les deux commandements d’amour, vous aller appliquer le reste par amour. Et cela en toute liberté... Si vous avez l’amour, il n’est pas nécessaire de rappeler les 10 commandements de la loi de Moïse. Quand aux prescriptions du Deutéronome, elle ne sont considérées comme des lois que pour les Juifs et c’est à ce titre que la transgression de ces prescriptions a été reprochée à Jésus. Elles n’ont pas de sens pour les non Juifs. Vous pouvez ainsi manger du porc et éviter la circoncision tout en suivant l’enseignement de Jésus. Après la destruction du Temple en 70, les Juifs ont créé d’autres lois pour remplacer celles qui n’étaient plus applicables et ont écrit les Talmud. Elles permettent d’être Juifs sans le Temple. Les pharisiens sont devenus les Rabbanites, le mouvement des Rabbins, qui a donné le judaïsme contemporain.


    • Et hop ! Et hop ! 8 octobre 23:53

      @Pascal L


      Jésus est venu marquer le fin de le première Alliance qui avait été scellée par Yahvé (Dieu national) avec la nation des Hébreux (et non pas des Juifs qui ne sont qu’une des 12 tribus) par la médiation de Moïse, et sceller la deuxième alliance de Dieu avec toutes les nations, alliance qui n’est pas universelle mais poly-nationale, Jésus dit : « Allez parmi les nations... ». L’Humanité est pour Dieu composée de nations dont la Genèse donne la généalogie, les Hébreux étaient l’une d’elle.

      De ce fait, la religion de Moïse, appelée depuis le judaïsme sacerdotal, a été complètement abolie, ce qui s’est traduit concrètement par la destruction et la disparition du Temple, des Tables de la loi, du Tabernacle, des généalogie permettant d’identifier les lévites pour qu’ils remplissent leurs fonctions de prêtres, et les manuscrits originaux hébreux de la Torah, la connaissance des voyelles pour prononcer l’hébreux, ce qui a rendu le culte israélite impossible. Seuls subsistaient des versions grecques de la Torah, la version des Septantes, à partir desquelles des Juifs ont reconstitué par la suite un texte en hébreux.

      Le judaïsme synagogal ou talmudique est une autre religion que celle des anciens Hébreux, elle a perdu toute sa dimension du sacré, tous ses rituels, sacrifices, cérémonies, consécrations et sacrements. C’est la même différence qu’entre le culte catholique ou orthodoxe, et les religions protestantes qui abandonnent les sacrements, à commencer par celui des prêtres, et ne conservent que la dimension textuelle, lecture, interprétations, commentaires, chants.

    • zygzornifle zygzornifle 4 octobre 03:12

      La religion s’est réinvitée dans l’hémicycle..... Avec « en marche » et a sa tete le Luciférien Macron sur son lit de souffre et de braises c’est la religion du « Veau d’Or » ....


      • hervepasgrave hervepasgrave 4 octobre 10:31

        Bonjour,
        Ils ne leurs reste que cela violer les lois ,car quelques soient les partis ils ont tous mis une pierre dans l’édifice de sa complication.Pour se protéger pensaient-ils certainement.Mais ils risquent de tous tomber quelques soit leurs bords .Alors ! cela ne leurs posent aucun problème.
        cestpasgrave ! L’enjeu est ailleurs .


        • Crab2 4 octobre 12:13

          Maryam al-Subaiey est qatarie, elle a 31 ans et a réalisé son rêve malgré le poids des traditions dans son pays : devenir jockey, dans un petit Etat conservateur du Golfe où les athlètes féminines restent rares.- suites :

          https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/insoumission.html


          • Crab2 4 octobre 12:16
            À l’Ouest - rien de nouveau

            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/a-louest-rien-de-nouveau.html

            Ce n’est pas tout à fait exact : ce n’est pas dans son ensemble toute la société française, en effet dans sa plus large majorité , ….

            suites :

            http://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/a-louest-rien-de-nouveau.html



            • microf 4 octobre 12:36

              "Huit militaires belges ont été rapatriés après une bagarre avec les paras français dans un night-club au Gabon, selon un journal". ( source Sputnik 4.10.2017 ).

              Après cette bagarre, il n´ya que les militaires Belges qui ont été rapatriés, les militaires Francais, non, á se demander ce que font les militaires Francais au Gabon.
              Une personne a bien répondue á cette question, parceque le Gabon appartient á la France.
              Il ne faudra alors plus s´étonner pourquoi OBONO a été élue Député en France, elle est chez elle en France comme les militaires Francais sont chez eux au Gabon.


              • Et hop ! Et hop ! 4 octobre 16:01

                @microf 


                Quel rapport ?

              • microf 4 octobre 23:41

                @Et hop !

                Quel rapport ?, relisez très bien l´article, vous verrez le rapport.


              • zygzornifle zygzornifle 5 octobre 08:47

                Thé au logis coûte moins cher que thé au bistrot .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON


Auteur de l'article

Sapere Aude

Sapere Aude
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès