• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Tout le monde veut prendre sa place

Tout le monde veut prendre sa place

La petite analyse qui va suivre n'a pas pour but de participer au jeu de midi de France 2 mais de faire le point sur la situation politique à quelques mois de l'élection présidentielle.

 

Commencons à gauche.

 

Jean-Luc MELENCHON sera très vraisemblablement candidat pour LFI afin de proposer une « union populaire ».

Sa candidature divise à gauche. Lors des dernières régionales, Carole DELGA a refusé de faire alliance avec LFI aux régionales ce qui n'est pas le cas de Julien BAYOU, le patron des écologistes.

La question posée au leader de LFI est : peut-il se passer des communistes ?

En effet, Fabien ROUSSEL se présente à la magistrature suprême pour incarner des « jours heureux » mais aussi sauver son groupe parlementaire aux prochaines législatives.

Mais, avec le temps, le PCF s'est rapproché du PS. Il est devenu un parti d'élus s'éloignant toujours plus de sa base électorale qui faisait ses succès d'autrefois.

Une percée n'est pas à exclure quand on voit les sujets économiques et sociaux qui s'accumulent et se rajoutent aux effets de la crise sanitaire.

 

Les écologistes ont un problème. Le parti qui avait séduit lors des municipales voit la réalité dépasser la fiction. En effet, il suffit de voir les différentes catastrophes naturelles qui ont eu lieu cet été.

EELV veut avoir le monopole de l'écologie alors que toutes les consciences commencent à s'éveiller à ce sujet.

Aucun candidat à la primaire n'est un présidentiable crédible car il manque une culture gouvernementale pour un parti majoritairement radical et protestataire.

La pensée écologiste est à construire mais pas de manière sectaire.

 

C'est pourquoi le PS peut rêver d'une résurrection pour reprendre le leadership à gauche. On verra ce que donne le congrès de Villeurbanne mais il y a des chances pour qu'Olivier FAURE soit réélu à moins d'une surprise Hélène GEOFFROY. Des années de synthèse plus tard, le PS a laissé un goût amer chez les électeurs de gauche. Il doit, comme la droite, refonder son socle idéologique pour retrouver une audience.

Ainsi, si la maire de Paris est désignée pour être la candidate du PS. Elle se trouvera en concurrence avec Jean-Luc MELENCHON, Fabien ROUSSEL et vraisemblablement un candidat écologiste à moins d'une union mais la dispersion des voix priverait la gauche de second tour.

La maire de Paris peut se voir reprocher sa gestion de la capitale mais elle est peu connue au niveau national. Elle n'est pas comptable du bilan Hollande puisqu'elle n'a jamais été ministre. D'ailleurs, l'ancien Président pourrait avoir des envies de retour en se disant que son bilan n'était pas aussi mauvais que cela.

 

Le MoDem pourrait être le grand perdant d'une candidature d'Emmanuel MACRON car si une maison commune est construite mais que le gâteau est moins large qu'en 2017, le Président se servirait sans doute des législatives pour recaser un tel ou un tel.

Je n'ai jamais pensé que LREM était un parti centriste car il ne repose que sur un homme et non sur une histoire.

Le frère de centre-droit de l'UDI n'est pas dans la majorité mais n'est pas bien loin sur certains sujets. On se souvient de l'union entre Jean-Louis BORLOO & François BAYROU pour les européennes de 2014. L'UDI peut incarner le centre-droit qui ne se retrouve pas dans la politique gouvernementale et occuper l'espace centriste laissé vacant.

 

LR ou autrefois l'UMP est un parti où le culte du chef est très fort mais depuis la défaite de 2012, la droite cherche son leader. L'affaire FILLON a envoyé une partie de l'électorat de droite chez Emmanuel MACRON mais le compte gouvernemental n'y est pas sur le régalien.

Si primaire il y a, elle départagera des personnes plutôt que des programmes car les différents candidats déclarés ne sont pas en totale contradiction sur les idées

 

Quant au RN, plus personne ne croit à une victoire de Marine LE PEN. Il suffit de se souvenir du débat de 2017.

C'est justement la faiblesse de Marine LE PEN qui rend l'hypothèse ZEMMOUR possible et désirable par certains électeurs déçus de LR et déçus de la PME Le Pen.

 

Ainsi, nous allons voir les universités d'été, les congrès, les différents évènements politiques pour essayer de voir plus clair dans une situation politique confuse.

La France aurait besoin d'un esprit neuf pour batîr une nouvelle France, quelqu'un qui jette toutes ses forces dans la bataille du redressement national.

 

L'argumentaire de Marine LE PEN peut être facilement démonté, c'est ma conviction.

Les manifestations contre le passe sanitaire montre qu'il existe encore des citoyens près à se mobiliser.

La rentrée pourrait voir une conjonction des mécontentements avec le retour de la réforme des retraites et de l'assurance chômage.

 

Quant au Président enfin, il pourrait vouloir être un pilier dans la tourmente mais la communication politique brouille le message sur la crise sanitaire. Les médias sont devenus insupportables à écouter. On ne sait plus qui dit la vérité. La confiance semble rompue entre les citoyens et les élites. La défiance s'est installée entre la France d'en bas et la France d'en haut.

Emmanuel MACRON voulait incarner le renouvellement politique et un « nouveau monde ».

À quelques mois de la fin de son mandat, on a bien du mal à voir si la France a retrouvé de l'autorité, de la souveraineté dans une Europe technocratique et bureaucratique et un monde dont le centre de gravité semble glisser vers la Chine.

 

La top départ pour la présidentielle a déjà été donné mais je redoute un Président ou une Présidente élu(e) avec un taux d'abstention record. Les institutions devront alors être réformée avec, notamment, de la proportionnelle afin que toutes les forces politiques du pays soient représentées.

Les élections intermédiaires ont été troublées par la crise sanitaire.

Il va y avoir une recomposition politique car le clivage gauche-droite existe toujours mais je ne pense pas que l'on reviendra à un bloc contre l'autre. La situation est trop explosive.

 

En conclusion, les prochains mois vont être très politiques mais c'est aux femmes et hommes qui font la politique de redonner le goût et l'esprit de conquête aux Français pour redonner des perspectives d'avenir à un pays qui doute. À ce titre, le résultat des élections allemandes en septembre nous intéresse car il permettra de savoir dans quelle direction va notre principal partenaire.


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • sylvie 14 août 11:15

    "n conclusion, les prochains mois vont être très politiques mais c’est aux femmes et hommes qui font la politique de redonner le goût et l’esprit de conquête aux Français pour redonner des perspectives d’avenir à un pays qui doute. À ce titre, le résultat des élections allemandes en septembre nous intéresse car il permettra de savoir dans quelle direction va notre principal partenaire."

    Comme d’hab quoi on dirait du Fergus


    • Fergus Fergus 14 août 20:27

      Bonjour, sylvie

      En aucun cas car je n’aurais jamais écrit une phrase comme celle-ci « c’est aux femmes et hommes qui font la politique de redonner le goût et l’esprit de conquête aux Français » tant elle sonne comme un voeu pieux. 

      En ce qui me concerne, je pense que Macron  qui dispose, quoi qu’on en dise, d’un socle électoral solide  reste le favori de la présidentielle. Pour une raison simple : à droite, et plus encore à gauche, les divisions sont mortifères.
      Certes, la droite parviendra sans doute à présenter un candidat unique, mais affaibli par les guerres intestines, et incapable de se démarquer dans la plupart des domaines de la gouvernance macronienne.

      Quant à Le Pen, comme l’a souligné l’auteur, le débat de 2017 a montré de manière éclatante son abyssale vacuité politique !


    • Albert123 14 août 11:30

      Le collectivisme c’est ce que nous vivons depuis 18 mois et c’est en train de détruire ce pays, 

      on se passera donc de la gauche qui n’a que ce genre de projet a proposer d’où sa si faible opposition au gouvernement actuel


      • Schrek Lampion 14 août 11:33

        @Albert123

        on se passera aussi de la droite qui ne s’oppose pas très fort non plus.


      • Albert123 14 août 11:56

        @Lampion

        la droite en France n’a jamais été qu’une gauche timorée, n’assumant pas la haine du peuple que la gauche vit de son coté très bien


      • samy Levrai samy Levrai 14 août 12:40

        @Albert123
        Le problème est que la droite trahit la nation et que la gauche trahit le peuple comme disait notre grand ancien.


      • Albert123 14 août 18:40

        @samy Levrai

        trahir le peuple c’est trahir la nation,

        la nation c’est le peuple, le peuple c’est la nation.

        et le moment où nous nous sommes perdus c’est celui où nous avons commencé à dissocier ces 2 termes.


      • samy Levrai samy Levrai 14 août 11:31

        Le parti unique euro atlantiste... plein de clowns avec des couleurs de logo différentes, on peut voter pour qui on veut, on a toujours la même politique.


        • Schrek Lampion 14 août 11:31

          Les magouilles des appareils les ont discrédités. Le produit électoral demandant à des souris de voter pour des chats est obsolète et il y a des moins en moins d’acheteurs pour cette camelote. Les « électeurs » savent maintenant que les élus ne es « représentent » pas, quelle que soit l’élection. Quan i y aura moins de 50% de votants, le système aura vécu. Mais le problème, c’est que les véritables tireurs de ficelles sont en train de le remplacer par le code QR qui limitera les acteurs socio-économiques d’une fourmilière conditionnée à l’exécution d’injonctions décrétées par le clan des alphas.

          Le problème de ce genre d’article, c’est qu’il réduit les enjeux politiques aux règles du poker menteur. Si c’est effectivement la mentalité dominante chez es politicards, la proportion croissante de tricheurs va nécessiter beaucoup de goudron et de plumes pour évacuer toute cette volaille vers d’autres horizons.


          • Iris Iris 14 août 21:01

            @Lampion

            les véritables tireurs de ficelles sont en train de le remplacer par le code QR qui limitera ...

            Oui ils essaient

            Le problème de ce genre d’article, c’est qu’il réduit les enjeux politiques aux règles du poker menteur

            Oui l’article parle de stratégie électorale et pas de politique

            Mais que doit-on faire ? Vous êtes l’oracle d’Agoravox et j’implore votre aide.


          • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 août 11:39

            L’auteur dit qu’à gauche “Il manque une culture gouvernementale pour un parti majoritairement radical et protestataire”

            Il dit que, plus généralement, “La France aurait besoin d’un esprit neuf pour batîr une nouvelle France, quelqu’un qui jette toutes ses forces dans la bataille du redressement national”

            Face au désastre écologique mondialisé par le capitalisme, et qui s’exprime en France par une tendance à la gouvernance dictatoriale mais, aussi et surtout, par un négationnisme et un fatalisme largement partagés par la population, un projet socialiste (ou, si l’on préfère, solidariste) pour une “nouvelle France” et un ”redressement national” devrait afficher clairement ces trois objectifs prioritaires mondiaux, et donc nationaux : radicale décroissance de la consommation et de la population mondiales, et radicale modification de la répartition du profit réalisé par le travail des hommes.


            • samy Levrai samy Levrai 14 août 11:43

              La principale caractéristique de tous est l’interchangeabilité... C’est absolument magique.


              • Aimable 14 août 12:27

                @samy Levrai
                C’est l’effet ENA .


              • samy Levrai samy Levrai 14 août 12:39

                @Aimable
                Beaucoup ne sont pas énarques, mais ils sont tous interchangeables quand même, l’effet est euro atlantiste, soumission à l’oligarchie financière. 


              • Pierre Régnier Pierre Régnier 14 août 13:49

                @samy Levrai

                Bien sûr, les décideurs de la gestion administrative issus de l’ENA - mais aussi les scientistes issus des hautes écoles de formation à la « science sans conscience » - sont plus que d’autres responsables de la réduction de la politique au jeu stupide que nous connaissons aujourd’hui en France.

                Mais il faudrait que les protestataires de droite et « de gauche » se considèrent un peu aussi comme des participants au désastre.

                Simplement râler en montrant les politiciens comme seuls responsables est trop facile. Les citoyens cultivant leur situation de prétendues seules victimes du système sont eux aussi indignes.

                Ce système a été mis en place par des partis que nous avons soutenus. Nous devons les remplacer mais en proposant des objectifs concrets et des pratiques de remplacement. Pas seulement en remplaçant les hommes et les femmes engagés qui ont trahi leur idéal de jeunesse.


              • babelouest babelouest 14 août 17:13

                Pas un de ces pseudo-partis ne met en avant que notre problème est à Bruxelles, et qu’il faut donc en sortir. Retrouver la souveraineté monétaire, la souveraineté militaire, la souveraineté sociale, les vrais services publics (énergie, transport, sanitaire), une alimentation maîtrisée sur place, tout cela est lié, et tout cela lié peut se faire. Ce n’est pas un retour en arrière, c’est un changement de direction.

                .

                Oui, certains partis et certains mouvement s’appliquent à définir tout cela, mais bien entendu il manque la souveraineté de l’’information pour qu’ils puissent s’exprimer. On leur donne une chance, chiche !


                • Fergus Fergus 14 août 20:34

                  Bonsoir, babelouest

                  « notre problème est à Bruxelles »

                  Non, il est à Paris : le président français  qu’il se nomme Sarkozy, Hollande ou Macron décide au sein du Conseil européen les orientations mises en oeuvre par la Commission !
                  Hors UE, la politique française serait la même !

                  C’est donc de personnel politique national qu’il faut changer, mettre en place un président capable d’engager un bras de fer avec l’UE pour la réformer sous peine de Frexit.


                • Attilax Attilax 15 août 00:55

                  Ouh Fergus qui va taper du poing en menaçant de Frexit (qu’il n’appliquera jamais puisqu’il est pro UE).

                  Ça me rappelle les paroles d’un autre tocard, celui pour lequel il vote tout en le descendant.

                  Avec des amis comme ça, on n’a plus besoin d’ennemis.

                  Non Fergus, c’est pas d’un énième tocard dont on a besoin mais d’un changement de système : la république est pourrie jusqu’à la moelle et en créer une 6e ne changera rien.

                  Il nous faut une démocratie, une vraie, celle pour laquelle les GJ se sont battus et que tu rejettes de tout ton être par confort et sans doute par élitisme.


                • Fergus Fergus 15 août 08:40

                  Bonjour, Attilax

                  « Il nous faut une démocratie, une vraie »
                  Sans doute, mais bâtie sur quel modèle sérieux, crédible et pragmatique ?

                  « celle pour laquelle les GJ se sont battus »
                  Ah bon ? Laquelle ? Mis à part sur le RIC, les Gilets jaunes n’étaient pas d’accord entre eux. Et les gugusses comme Chalençon, Nicolle (Fly Rider) ou Drouet ont tout fait pour virer d’autres Gilets jaunes qui leur faisaient de l’ombre, à l’image de la plus intéressante d’entre eux : Levavasseur.

                  « tu rejettes de tout ton être »
                  Faux ! Je suis allé plusieurs fois discuter avec les Gilets jaunes de mon coin. En réalité pour les conjurer : 1) de mettre sur pied une plateforme commune de revendications ; 2) de désigner des porte-paroles élus par la base et pas autoproclamés !


                • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 août 09:21

                  @Attilax

                  C’est bien d’un changement de système dont nous (le monde entier) avons besoin. Mais l’opposition (très diversifiée) a appris, comme la majorité aux pouvoirs (le pluriel est voulu) que la politique consiste à opposer des individus, à les distinguer entre amis et ennemis. C’est devenu, en France aujourd’hui, un simple jeu comparable à celui des sportifs.

                  Et pourtant, les preuves s’accumulent du désastre auquel a conduit cette conception, déjà là sous forme de tendance durant les générations précédentes : nous poursuivons la destruction des moyens naturels de vivre sur la terre.

                  Je pense qu’il faut très clairement affirmer ce que doivent être les trois priorités absolues du socialisme (ou du solidarisme) à mettre en place (et vite) : radicale décroissance de la consommation et de la population mondiale, radicale modification de la répartition des fruits du travail des hommes.


                • Attilax Attilax 17 août 12:51

                  @Fergus

                  Tu as donc été une fois voir les GJ pour les « conjurer » de se choisir des représentants, ça montre à quel point tu n’as pas saisi l’essence de leur démarche collective.

                  Tu ne cites que des individus et ta méconnaissance des travaux réalisés lors des 6 ADA est flagrante.

                  Ils en sont à 280 points d’accords, toutes branches confondues, pas mal pour des gens que parfois tout oppose politiquement. Ils ont fait et continuent à faire un énorme boulot politique et ont eu bien raison de refuser des faux représentants comme l’opportuniste que tu cites, ou d’autres type Lalanne ou Bigard.

                  Ton mépris pour ces gens et leur formidable travail est typique de ton mépris pour la démocratie réelle. Tu ne reconnais que la représentation et le fait de se choisir des maîtres : tu n’a aucune confiance dans l’intelligence collective et l’intérêt général. Pour toi tout doit passer par les « élites », et peu importe que celles-ci soient totalement corrompues, pas vrai ?

                  Allez, au revoir, continue à voter en espérant un sauveur comme tu l’as fait toute ta vie.


                • Fanny 14 août 23:40

                  Il ne se passera rien en 2022, car on n’aura pas encore touché le fond.

                  Valérie Pécresse sera élue présidente de la République.

                  Les médias vont orchestrer un tralala pas possible autour du genre, comme ils l’avaient fait autour de la couleur d’un président américain qui s’est finalement révélé médiocre.

                  Il faudra attendre encore un peu pour sortir du business as usual.


                  • Fergus Fergus 15 août 08:43

                    Bonjour, Fanny

                    « Valérie Pécresse sera élue présidente de la République »

                    Peut-être, si Macron s’effondre, ce dont on ne voit pas les prémices.

                    Et si c’était le cas, ce serait au moins une très grande avancée dans la reconnaissance de la place des femmes, à défaut de faire avancer la cause des classes populaires, VP étant une représentante de plus du néolibéralisme cynique.


                  • Aimable 29 août 16:58

                    @Fergus
                    Exact , il faut se rappeler de son activité dans la campagne de Sarkosi et avant cela dans celle de Chirac , perso c’est tout sauf VP .


                  • I.A. 15 août 09:30

                    « Jean-Luc MELENCHON sera très vraisemblablement candidat pour LFI afin de proposer une « union populaire ».  »

                    Ce vieil égoïste n’a rien dit, rien fait, lorsqu’on nous a retiré notre liberté de respirer et d’échanger, de vivre et de rire, de se déplacer et d’apprendre. Comment peut-on prétendre aider la veuve et l’orphelin, le SDF et l’exploité, si on n’est même pas capable de défendre les libertés élémentaires de toute la population ?


                    « Mais, avec le temps, le PCF s’est rapproché du PS. Il est devenu un parti d’élus s’éloignant toujours plus de sa base électorale qui faisait ses succès d’autrefois. »

                    Idem que pour LFI, voir plus haut. À mettre dans le même panier : tous les syndicats, qui ont considéré comme une victoire d’avoir des salariés payés pour rester chez eux…


                    « Les écologistes ont un problème. Le parti qui avait séduit lors des municipales voit la réalité dépasser la fiction. En effet, il suffit de voir les différentes catastrophes naturelles qui ont eu lieu cet été. »

                    Les écolos ont jubilé de voir la population enfermée et interdite de déplacements : la nature pouvait ainsi reprendre ses droits ! Ils ont simplement dévoilé leur vrai visage de fascistes prêts à tout pour sauver une planète qu’il nous faudra de tout façon quitter, puisqu’elle est condamnée à disparaître.


                    « Ainsi, si la maire de Paris est désignée pour être la candidate du PS.  »

                    Vous voulez parler de cette personne qui a fait fermer les jardins publics et les espaces verts, qui a retiré ou bloqué les bancs public de la capitale lors du déconfinement, obligeant les déconfinés à s’asseoir côte à côte à même les trottoir pour mieux inhaler les gaz des tuyaux d’échappements ? Hidalgo est une pauvre fille sans éthique ni courage.


                    « Le MoDem pourrait être le grand perdant d’une candidature d’Emmanuel MACRON car si une maison commune est construite mais que le gâteau est moins large qu’en 2017, le Président se servirait sans doute des législatives pour recaser un tel ou un tel.  »

                    Le problème, c’est que le MoDem évoque Bayrou, et que Bayrou évoque le Modem. À l’instar de Mélenchon et de nombreux autres, il n’a su prendre sa retraite dans les temps. Maintenant il se raccroche à tout et à n’importe quoi.


                    « LR ou autrefois l’UMP est un parti où le culte du chef est très fort mais depuis la défaite de 2012, la droite cherche son leader. L’affaire FILLON a envoyé une partie de l’électorat de droite chez Emmanuel MACRON »

                    Elle cherche, en effet, elle cherche encore, elle cherche toujours… et elle risque de nous ramener une truffe !


                    « Quant au RN, plus personne ne croit à une victoire de Marine LE PEN. Il suffit de se souvenir du débat de 2017. »

                    Pour la grosse Bertha, vous avez raison. Pour Philippot, vous perdez. Les Patriotes ont commencé leur campagne électorale en montant le meilleur cheval qui soit : le retour de nos libertés, l’abrogation du pass sanitaire et de toutes ces mesures liberticides. Il s’agit-là d’un opportunisme de très bon aloi (ils sont tous opportunistes de toute manière, et même Marianne fut pro-confinement il y a un an). Les manifestations sont pacifistes et familiales, polythéistes et enrichissantes.

                    Il n’y a pas d’antisémitisme, contrairement à ce que répètent les journalistes. La pancarte qui disait « Macron pour QUI tu travailles ? » exprime une question que de plus en plus de monde se pose. Dire que cette vraie question est antisémite, revient à tendre un piège grossier en provoquant une réponse grossière. Les gens grossiers n’ont aucune pudeur, c’est connu.


                    • Pierre Régnier Pierre Régnier 15 août 10:15

                      @I.A. 

                      Vous pensez que les écolos ont tort de se préoccuper du sort de la planète puisque c’est "une planète qu’il nous faudra de toute façon quitter". Et vous donnez le lien informant que notre soleil ne vivra plus que durant 5 milliards d’années.

                      Les médias répétant que le réchauffement climatique est le seul indice d’une (éventuelle) destruction des moyens de vivre sur la planète - et que même ce réchauffement n’est peut-être pas dû à notre manière dutiliser ces moyens - tout le monde pourra donc vous donner raison :

                      Il n’y a pas urgence à se soucier de la destruction en préparant l’élection présidentielle de l’année prochaine. Restons tranquilles et sereins au moins durant les 4 milliards d’années à venir.


                    • Laulau Laulau 15 août 09:47

                      « Jean-Luc MELENCHON sera très vraisemblablement candidat pour LFI afin de proposer une « union populaire ». »

                      Ce vieil égoïste n’a rien dit, rien fait, lorsqu’on nous a retiré notre liberté de respirer et d’échanger, de vivre et de rire, de se déplacer et d’apprendre. Comment peut-on prétendre aider la veuve et l’orphelin, le SDF et l’exploité, si on n’est même pas capable de défendre les libertés élémentaires de toute la population ?

                      Mélenchon est un légaliste, il a lutté contre le passe et les mesures liberticides à l’assemblée nationale. Qu’aurait-il dû faire, selon vous ?


                      • I.A. 15 août 18:37

                        @Laulau

                        « Mélenchon est un légaliste, il a lutté contre le passe et les mesures liberticides à l’assemblée nationale. Qu’aurait-il dû faire, selon vous ? »

                        Ouvrir sa grande gueule dès la première minute où on nous enfermait chez nous  sans pour autant interdire aux « premiers de cordée » d’aller taffer (nous avions donc le droit de sortir bosser, mais plus celui de sortir pour se dégourdir et respirer l’air frais les jours de repos ! et dès lors où on nous interdisait de sortir plus d’une heure/24h, avec espaces-verts-café-restos-commerces-lieux-culturels-écoles fermés.

                        Martine Wonner a lutté, elle, et très vite. Mélenchon quant à lui s’est montré sacrément mou du genou, d’ailleurs depuis quand est-il un légaliste ?

                        Je ne l’ai entendu critiquer le pass qu’à travers une sorte de sketch genre one-man-show à l’Assemblée Nationale. Il ne s’est pas du tout rendu compte de ce vers quoi la société française était en train de glisser, sous couvert de covid.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité