• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Tsipras : la victoire du Hollande Grec ?

Tsipras : la victoire du Hollande Grec ?

Les Grecs se sont prononcés pour une troisième fois en huit mois, après les législatives de janvier, puis le référendum de juillet. Pour la troisième fois consécutive, Tsipras sort gagnant des urnes. Mais dimanche, il a gagné sur l’agenda inverse de celui qui lui avait donné la victoire en janvier.

 
Renversement de situation
 
Qu’elles semblent loin les élections législatives de janvier, où Syriza et Alexis Tsipras promettaient au peuple Grec la fin de l’austérité et de la tutelle humiliante de ses créanciers ! Le Premier ministre est resté sur cette ligne pendant plus de cinq mois, jusqu’au référendum surprise, qui rattrapait quelque part celui du Premier ministre Papandréou, que les dirigeants européens avaient refusé, avant d’imposer une nouvelle équipe au pouvoir. Début juillet, il réunissait plus de 60% des Grecs dans l’opposition à l’humiliant plan proposé par les créanciers, restant cohérent avec le mandat que les citoyens lui avaient donné cinq mois auparavant. Mais, dans la dernière ligne droite, Alexis Tsipras a fini par accepter un accord qui ressemblait grandement à ceux qu’il dénonçait quand il était alors dans l’opposition
 
Mais, ce faisant, il a perdu le soutien d’une partie de sa majorité et de son parti, même s’il a pu faire voter les trois lois exigées par ses créanciers avec le soutien des partis qu’il avait remplacés. Ne pouvant pas quand même gouverner avec Nouvelle Démocratie et le PASOK, Alexis Tsipras a tenté un nouveau coup de poker il y a un mois, à savoir démissionner pour imposer une nouvelle élection. La minorité de Syriza, restée fidèle au programme des législatives de janvier a quitté le parti pour en fonder un nouveau. Après une campagne de moins d’un mois, près de la moitié des Grecs a choisi de ne pas voter. Mais plus d’un tiers de ceux qui se sont déplacés ont voté pour Alexis Tsipras, qui devance à nouveau le parti de droite Nouvelle Démocratie, les dissidents de Syriza peinant pour atteindre 3%.
 
Un politicien comme les autres
 
Bien sûr, cette victoire paraît surprenante. Après tout, Alexis Tsipras avait été élu pour mettre fin à l’austérité et à la tutelle de son pays. Les Grecs auraient pu sanctionner les contradictions de celui qui va retrouver sa place de Premier ministre. Après tout, quite à mener la politique de Nouvelle Démocratie, à peu de choses près, ils auraient pu préférer l’original à celui qui n’est devenu que la copie de ses prédécesseurs. Mais non, l’avance de Syriza sur son rival est plus importante qu’en janvier. Alexis Tsipras a réussi à vendre le fait qu’il a fait ce qu’il a pu, chose d’autant plus facile que la majorité de la population semble préférer une austérité sous tutelle plutôt que le grand large de l’indépendance, en dehors de la zone euro. Ainsi, il se sépare des rebelles de son parti, même s’il devra trouver un allié.
 
En fait, Alexis Tsipras ressemble un peu à François Hollande. Après tout, notre président s’était fait ennemi de la finance, avant de défendre ses intérêts jusque dans les instances européennes, pourtant déjà pas très hostiles. Une fois au pouvoir, les deux ont fait un grand pas vers la droite une fois élus. Ils ont aussi accepté l’austérité qu’ils dénonçaient avant, puis sont allés bien plus loin en matière de libéralisation de l’économie (privatisations, baisse des impôts des entreprises) que leurs campagnes ne pouvaient le suggérer avant leur arrivée au pouvoir. Mais ainsi, on peut se demander si, en fait, Tsipras, comme Hollande, ne suivent pas le chemin tracé par Tony Blair, d’une gauche de gouvernement qui vire tellement à droite qu’elle peut priver d’espace politique son principal adversaire, pour gagner.
 
On ne saura jamais complètement si Alexis Tsipras était véritablement sincère avant la campagne de janvier ou s’il n’est que le digne représentant d’un peuple, qui, pour l’instant, préfère encore l’austérité sous tutelle à l’indépendance. Voilà comment une gauche dite radicale vire blairiste… 
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

72 réactions à cet article    


  • Le p’tit Charles 21 septembre 2015 09:13

    Mon seul regret..est qu’une partie de mon argent parte chez ces « Fainéants »...


    • Séraphin Lampion Rascar-Capac 21 septembre 2015 09:31

      @Le p’tit Charles

      mon seul regret c’est que tu leur envoies des mandats !
      pourquoi pas à moi ?
      tu veux mon RIB ?

    • Le p’tit Charles 21 septembre 2015 10:05

      @Rascar-Capac...Pas de mandat...mes impôts comme tout le monde (ou presque)..utilisés n’importe comment avec l’UE...


    • philippe baron-abrioux 21 septembre 2015 14:15

      @Le p’tit Charles

      bonjour ,

      comme je vous comprends !

      surtout pour, selon vos propos d’il y a quelques semaines , n’entretenir « que des ruines » !

      vous aviez d’ailleurs eu l’amabilité de me traiter aussi de « ruine » , mais je préfère passer rapidement sur la finesse de tels propos .

      je note quand même un point très positif dans votre message de ce jour :vous êtes toujours aussi injurieux pour les Grecs ,ces « fainéants » selon vous .

      BELLE CONSTANCE !

      surtout ne pleurez pas sur « votre » argent et n’ayez pas trop de regrets à ce sujet ;c’est sans doute la meilleure chose que vous fassiez (même sans que vous ayez voix au chapitre ) .

      pour une fois au moins ,« votre » argent servira à une oeuvre culturelle accessible au plus grand nombre .

      Tsipras ,je le pense ,vous remercierait s’il le savait .

      LA « RUINE » qui se porte encore bien ,merci !

      P.B.A


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 septembre 2015 15:48

      @Le p’tit Charles



      Que Tsipras ait obtenu son prix n’est pas une surprise ; c’est le peuple grec qui déçoit. Que la Grece se soit couchée dans le ring confirme l’image d’ineptie qu’on en donne depuis Edmon About ... en 1858. Le seul regret qu’on doive en garder n’est pas qu’elle ait pris quelques taloches avant de le faire, mais qu’avec ce fiasco, en rappel d,un aria qui n’était pas mal du tout, elle donne une mauvaise réputation d’éjaculateurs précoces excités à tous les Méditerranéens. On peut espérer que les Espagnols feront mieux. Pour lInstant, victoire totale pour le Systéme.


      PJCA

    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:27

      @Pierre JC Allard
      La technique pour faire accepter le « capitalisme du désastre » s’appelle « la stratégie du choc », c’est même organisé exprès pour déboussoler les gens...


    • Le p’tit Charles 22 septembre 2015 07:06

      @philippe baron-abrioux....BOUFFON...serait plus juste... !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 septembre 2015 09:31

      M Herblay,

      Est-ce qu’on pourrait arrêter 5 mn d’expliquer aux autres comment ils doivent voter ?


      • howahkan Hotah 21 septembre 2015 09:37

        35% des votants ce qui doit faire environ 18% des habitants du pays maxi ..en démocratie hi hi hi rien que le mot me fait sourire, cela donne 100 % du pouvoir..ceci est possible car l’humain en perdant 90% de son cerveau en a aussi perdu la parti intelligence globale..dont chaque humain vit pour : tout pour ma gueule....si j’étais néo-con je serais content car comme disait Warren buffet : nous les riches nous avons gagné...

        les esclaves veulent le rester , ça tombe bien car le maître aussi veut le rester dans une sorte de rapport sadomasochiste étrange et dément...

        cela dit en Grèce antique les ouvriers , les vrais travailleurs donc ne votaient pas, seuls votait non pas le peuple mais les pseudo élites de l’époque...dont les pseudo philosophes , et oui déjà...

        si il y a une chose ou il n’y a pas tromperie c’est bien avec ce mot fourre tout de démocratie, c’est un peu comme con, on y met tout et rien..
        on a ce qui était écrit sur la paquet et meme un peu mieux car aujourd’hui l’esclave peut choisir son maître qui lui meme est esclave d’un autre vrai maître celui là,celui qui a les pépettes, l’oseille, le flouze, le pognon, la fraîche, le blé , le grisbi etc etc....c’est réellement une avancée sociale remarquable..en tous les cas remarquée...euh non meme pas ce qui me trou le coccyx c’est l’ignorance des faits à tous les étages...plus je me spécialise plus je deviens stupide...

        vous ne le savez sans doute pas mais le siecle des lumieres ,des pseudo lumieres européens et un peu +,qui a rompu avec le moyen age tant détesté, a décidé de mettre de l’ordre humain là ou les penseurs et intello de l’époque voyaient le désordre de la nature, le désordre de Dieu lui meme, enfin de Mère Nature...et a fait un retours spectaculaire y compris en architecture à l’époque Antique ou tout à coup l’antique et ses valeurs fut remis au goût du jours, La Grèce et Rome seulement.... car il fallait tuer le moyen age et sa façon d’être et de faire , ce qui devrait nous rendre cette époque plus que intéressante mais surtout pas en glanant dans l’histoire officielle comme toujours mensongère bien sur, meme l’histoire officielle d’aujourd’hui est mensongère,alors l’histoire si lointaine n’est meme plus un mensonge mais une quasi invention pure....qui n’a rien a voir forcement avec le réel..ce qui est la définition pré psycho bla bla bla freudienne à la mort moi le nœud smiley de schizophrénie .....
        Régine Pernout entre autre notamment a écrit pas mal la dessus....

        bon ceci n’intéressa personne, sauf exceptions qui iront chercher elles meme par curiosité personnelle bien sur, donc inutile de continuer + en profondeur car ce qui caractérise l’époque c’est ,bien que n’ayant jamais eu autant de biens et voyageant plus que un roi , et bien ce qui prédomine c’est la déprime, la peur , la haine de soi , la frustration, le nihilisme, la tristesse, la haine des autres , la violence etc etc 

        nous assistons à la fin du règne de la pensée..de l’intellect....sa domination est vouée à l’échec,elle l’était depuis le début...

        mais çà c’est une autre histoire à venir.....elle nous est pour le moment inconnue..normal car le futur n’existe pas, n’existera jamais.......le passé étant mort...nous ne vivons que là, alors vivant nous ne sommes pas.....

        zombies nous sommes.........


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 septembre 2015 10:48

          @howahkan Hotah

          bah c’est bien beau de dire que la démocratie n’est pas parfaite, que tout est nul, et que rien ne vaut rien.

          l’Homme n’étant pas Dieu, il est par nature imparfait.

          Sinon c’est quoi votre idéal utopique ?


        • howahkan Hotah 21 septembre 2015 11:52

          @Olivier Perriet

          justement l’idéal tel qu’imaginé par la pensée est ce qui se passe tout le temps..on ne fait que cela, tout le monde sans le savoir.., pensée à laquelle nous ne connaissons rien du tout de profond,ça n’est pas une critique mais un fait objectif vécu, et qui pour moi se découvre d’elle meme , de son bon vouloir, dans son fonctionnement pour des raisons dont je parle ici des fois, et qui ne sont pas de mon fait mais du fait de la Nature Profonde des choses , la pensée qui fonctionne sous l’emprise nécessaire de sous programmes dont on ignore l’existence,entre autre le désir , la peur mot qui ne dit rien , l’analyse de ma mémoire etc etc

           la binarité de la pensée qui divise tout en deux elle et le reste car sinon il n’ y a pas d’analyses et je ne pourrais meme pas marcher etc etc etc est une des sources de nos problemes, non la source ultime qui créé ’idéal comme la fuite de ce que la pensée binaire refuse comme la mort entre autre bien sur et ce qu’elle désire a tout prix ...comme la non mort entre autre..

          Pendant un temps X la balance entre le + et le - va le faire....puis cette balance ne marche plus, le - gagne....et là je fuis ,j’essaye de fuir...j’essaye car un fait ne se fuit pas, il est absolu ..

          alors j’imagine grâce à la pensée qui est UNIQUEMENT un outil conceptuel de survie pratique , une vie mentale imaginaire idéale....ou petit à petit je vais me noyer et perdre définitivement contact avec ce qui est réel et ce qui ne l’est pas, je deviens incapable de distinguer quoi est quoi .

          perdu en souffrance et terrorisé comme totalement frustré je suis !!

          vivre était, est le miracle mais si je lui ôte la mort je lui ôte son existence complète, je ne vis pas, je suis frustré, je ne rencontre jamais le sens alors j’idéalise un bonheur parce que je suis malheureux, bonheur qui n’est jamais là....etc

          je ne sais ps quels sont mes problemes car je suis occupé à les fuir,sans les connaître..ils demeurent donc et vivre n’est plus alors qu’accumulation de problemes qui font mal ,très mal...trop mal...car ils restent là dans des zones devenues non consciente pour nous qui régressons...et ce non conscient est plus actif, bien plus puissant que le conscient ,tout comme dans le monde extérieur ceux qui dirigent vraiment sont très puissant justement parce que on ne les voit pas, on ne voit pas leurs actions..le parallèle entre le cerveau d’une personne et la globalité de ce qui se passe sur la planète est a cet effet stupéfiant....c’est pour cela que certains se droguent !! et que celui qui se connaît bien très bien,ce qui n’est pas dans la capacités de la pensée mais dans celles de nos autres capacités manquantes ,et bien celui qui se connaît très bien connaît par là meme ce qui se passe sur toute la planète, rien ne le surprends car il le sent deja avant..que cela ne se produise..

          on appelle cela une vie..pourquoi pas...faute de grives je mange des merles !!

          je n’ai pas le temps de développer plus,car comme d’hab cela prendrait des pages et des mois........

          et si l’homme n’était que une créature de l’origine ??????? CRÉATIONNISTE !!!! rien de plus ni de moins..
          donc ni parfait , ni imparfait..ces notions ne sont encore que des notions de la pensée.qui analyse pour faire des objets pour survivre,ça marche ou ça marche pas,c’est bien pas bien, parfait ou imparfait.......qui elle fou la merde partout,car je le sais elle n’est pas faite pour marcher toute seule,bien que servant de programme par défaut en l’absence de la vraie intelligence qui elle est bien sur globale , universelle...

          il y aurait tant a dire, attention je ne parle pas d’imaginer ici donc pas d’intellect ni de théories....quelques livres suffiraient..pour commencer smiley

          salutations..


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 septembre 2015 15:59

          @Olivier Perriet


           Mon idéal utopique ? Ca.... pour l’immédiat.

          PJCA

        • howahkan Hotah 21 septembre 2015 17:36

          @Pierre JC Allard

          salut j’ai lu en vitesse rapide ton gros pavé que tu m’avais donné en lien l’autre jours...cela n’est pas mon champs de « vision »...il a + que le le mérite d’être là ...comme une base disons très sérieuse..

          merci du partage @+


        • Enabomber Enabomber 21 septembre 2015 09:38

          L’austérité en Grèce : faute de scooter il aura un vélo.


          • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 14:16

            @Enabomber


            Le vélo est bien meilleur pour la santé. 

            Dé qu’il faut pousser les pédales, c’est le principe de rêve, mais aussi celui de son pendant, celui de réalité : Vous ne pouvez pas aller plus vite que vos moyens ne vous le permettent !
            De plus, contrairement au scooter, pas besoin de casque pour vous protéger , ou vous cacher, quand vous sortez de l’Élysée.

            Le scooter c’est le début du mensonge !

             On devrait mettre le vélo en effigie sur tous les drapeaux du monde. 
            Bien plus raisonnable que ce con d’aigle à deux têtes et à trois queues !

            On n’en finirait pas de faire l’éloge du vélo !
            Il y a bien longtemps de ça, j’avais acheté en grèce un vélo, à Corinthe. Sur sa selle à ressorts, j’ai fait le tour de la grèce et du Péloponnèse, ( dingue les cols !) me remettant dans la tête d’un spartiate, faisant du camping sauvage. 
            Je me souviens de la longue descente vers Ouranopolis, les cheveux au vent....
            Les grecs étaient effarés, me prenaient pour un pauvre ! C’était un temps où la richesse se mesurait à la puissance du moteur. Parfois on me donnait une pomme.Parfois on me prenait pour une pomme !
            Le vélo, c’est drôle était de marque « Bismack » !
            Je ne crois pas qu’ils en vendent encore aujourdh’ui.

          • leypanou 21 septembre 2015 09:56

            43,55% d’abstention, la plus élevée aux élections législatives depuis la fin de la dictature de 1974 : ces personnes donc, qui n’ont pas daigné se déplacer pour aller voter, vont tout de même subir les conséquences de la politique menée par le gouvernement Tsipras.

            Les politiciens ont beau avoir leur rôle dans cet échec de participation, mais si on n’est même pas capable de choisir parmi les nombreux partis présents et encore moins capable de proposer ou initier autre chose, c’est qu’on est moins que rien.


            • Fergus Fergus 21 septembre 2015 10:48

              Bonjour, leypanou

              « c’est qu’on est moins que rien. »

              Ou que l’on se satisfait de l"existant. Fut-ce par défaut.


            • alinea alinea 21 septembre 2015 10:32

              Je pense surtout que les Grecs ont voté pour quelqu’un qui ne sera pas corrompu et qui, ça et là, aura en tête de ne pas enfoncer le clou !
              Les séparatistes syriziens s’ils peuvent s’acoquiner aux communistes, pourront avoir leur mot à dire aux prochaines élections, mais en deux mois, ça laisse peu de marge pour s’organiser !!


              • leypanou 21 septembre 2015 12:11

                @alinea
                D’après ce que j’ai compris, le KKE qui veut tout de suite sortir de l’euro, de l’UE et de l’OTAN, ne veut d’aucune alliance avec l’Union Populaire des dissidents Syriza (Lafazanis et consorts). Ils ont un petit socle qui tient à eux mordicus. Mais la majorité des Grecs apparemment ne sont pas encore prêts à les suivre.

                De toute façon, faire bouger les gens n’est pas une tâche facile. Quand des millions de gens sont encore prêts à voter Sarkozy ou Hollande et même des gens qui n’ont aucun intérêt à le faire, cela situe le niveau de décérébration de masse.


              • titi 21 septembre 2015 13:35

                @alinea

                « Grecs ont voté pour quelqu’un qui ne sera pas corrompu »

                J’en ris d’avance...


              • malitourne malitourne 21 septembre 2015 16:32

                @alinea
                « Je pense surtout que les Grecs ont voté pour quelqu’un qui ne sera pas corrompu et qui, ça et là, aura en tête de ne pas enfoncer le clou ! »

                L’avenir le dira.

                « Les séparatistes syriziens s’ils peuvent s’acoquiner aux communistes, pourront avoir leur mot à dire aux prochaines élections, mais en deux mois, ça laisse peu de marge pour s’organiser !! »

                Le KKE est sur une ligne claire : sortie de l’UE, de l’euro de l’OTAN, et bien sûr du capitalisme comme le PRCF. Les séparatistes syriziens vont-ils enfin s’assoir sur une chaise depuis le temps qu’ils ont le cul entre deux... A moins qu’ils ne souhaitent syrizer le KKE. Ca m’étonnerais que le KKE se laisse pierrelaurentiser. Tsipras, lui s’est assis sur le siège européiste et atlantiste. Sur l’échiquier politique grec, il est devenu la caution la plus gauche de l’européo-atlantisme. Les séparatistes de Syriza pourrait aussi fonder un parti encore plus à gauche que Syriza dans lequel bien entendu on ne parlerait pas de sortir du carcan européen. Qui sait si à long terme, il ne ferait pas florès comme Syriza ?

                Maintenant si on veut arrêter de déconner, on peut se mobiliser avec des gens qui veulent vraiment faire sortir les peuples de la camisole qui les étreints. En France, il y a l’UPR


              • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 18:26

                @alinea

                D’après ce que je lis sur la Grèce, beaucoup déjà ont perdu toute confiance en Tsipras, qui s’est parjuré, a cédé, après avoir promis la lune en sachant très bien que cela ne serait pas possible, qu’on ne lui laisserait jamais l’acheter encore une fois à crédit.
                 Maintenant le voilà allié avec la droite populiste. 
                Populiste est le mot constant, et illustrant bien l’homme.
                 Intelligent sans nul doute, et pensant avant tout à sa carrière. 
                Bon, nous voilà donc avec un grec sur deux qui s’est déplacé aux distributeurs d’euros !.
                 Heu non je voulais dire aux bureaux de votes. 

              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:32

                @titi
                C’était du moins un des engagements de Tsipras, s’attaquer à la corruption. Il arrive que certains gouvernements s’attaquent (un peu) aux contribuables dans les paradis fiscaux... En Grèce, il faudra que Tsipras reste en place au moins... 50 ans s’il veut résoudre le problème.


              • alinea alinea 21 septembre 2015 22:18

                @malitourne
                maintenant les Grecs ont un peu de temps ( façon de parler vue s les conditions qui leur sont laissées) et le loisir de préparer l’avenir ; le nouveau parti dissident de Syriza est ouvert, pas engoncé dans des dogmes ; le KKE saura peut-être mettre de l’eau dans son vin ; mais une chose me paraît certaine, c’est que l’UE éclatera ; ce que veulent les gauches du plan B, c’est une nouvelle Europe ; il s’avérera peut-être obligé d’en sortir d’abord ; mais ils ne l’excluent pas, leur seul refus c’est le repli sur soi, mais ils oeuvrent pour l’autonomie des peuples, unis pour plus de force.
                Rien d’incompatible à mes yeux si personne ne se butte.


              • kalachnikov lermontov 21 septembre 2015 22:40

                Ben ou qu’elle est la joie d’il y a quelques mois ?


              • malitourne malitourne 22 septembre 2015 09:26

                @alinea
                N’attendons pas que les grecs nous ouvrent (quand ?) le chemin. Faisons déjà le boulot chez nous. Direction la sortie...


              • alinea alinea 22 septembre 2015 12:28

                @malitourne
                Mais bien sûr !! je n’ai jamais pensé cela, et je ne l’ai pas dit !!


              • Fergus Fergus 21 septembre 2015 10:45

                Bonjour, Laurent

                On ne peut en aucune manière comparer Tsipras à Hollande : le premier a réellement tenté de mettre sur pied une politique de gauche avant que son bras de fer avec l’UE ne le contraigne à valider un plan européen très éloigné de des promesses ; le second a, quant à lui, fait le choix d’une orientation libérale en rupture avec ses promesses, mais de manière délibérée.


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 21 septembre 2015 10:49

                  @Fergus

                  ses « promesses » ???
                  il vous promis quoi F Hollande, à part virer Sarko ?

                  Promesse tenue !


                • Fergus Fergus 21 septembre 2015 12:08

                  Bonjour, Olivier Perriet

                  Promesse implicite, contenue dans cette affirmation du meeting du Bourget : « Mon ennemi, c’est la finance ! »

                  Sans oublier quelques promesses contenues dans la célèbre anaphore « Moi, je... » ou dans les 60 engagements.

                  Cela dit, je vous concède bien volontiers qu’il ne fallait guère attendre une autre politique de la part d’un homme foncièrement libéral.


                • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 12:40

                  @Olivier Perriet

                  On a recouvert une merde par une couche de chiasse ......


                • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 13:47

                  @Fergus


                  Imaginons Chavez faisant des promesses sur la comètr aux siens, et exigeant des USA de les financer !
                  Le problème de Tsipras, c’est que s’il a bien essayé de mettre en place une politique de gauche, c’était à crédit du système libéral. 
                  Une vision assez curieuse de la révolution, sponsorisée par Bruxelles. 

                  Mais en cela il rejoignait totalement « la vision » de tous prédécesseurs, cyclopes ne voyant que de l’oeil qui les arrangeait, remettant sans cesse les réformes nécessaire, dans un pays sous perfusion, aux calanques Grecques !

                  Et voilà revenu le temps de la réalité, et Tsipras s’est fait Papatsipras. Tout change, mais rien ne bouge. 

                • Fergus Fergus 21 septembre 2015 14:05

                  Bonjour, bakerstreet

                  « s’il a bien essayé de mettre en place une politique de gauche, c’était à crédit du système libéral. »

                  En effet, mais pouvait-il faire autrement, en l’absence du soutien d’autres nations ?

                  « aux calanques Grecques » 

                  Et avec un verre d’ouzo dans le cabanon ! smiley


                • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 14:35

                  @Fergus
                  Allons y pour les calendes .... De même mon vélo était de marque Bismarck, et non bismak. Je devrais me relire, comme les grecs devraient parfois revoir parfois leur comptabilité. Mais je ne suis pas sûr, en l’occurrence, que les erreurs ne soient pas intentionnelles. 

                  Moi, c’est ce hiatus qui me dérange. Je ne défend pas toujours Bruxelles, et ses choix libéraux, mais ce que je reproche à la Grèce, c’est de s’en accommoder très bien pour la rouler, et de se mettre à crier quand on la prend la main dans le peau de confiture, jouant alors « la sociale »....
                  Ce sont beaucoup de contradictions et de myopie qu’il faut avaler si l’on veut sauver le soldat grec. Remarquons que ce pays a été le seul en Europe dans les années 2000- 2008 à voir s’envoler littéralement ses salaires, champion hors catégorie, laissant les allemand sur place, tout cela déconnecté de l’économie réelle du pays, en rapport avec des malversations graves qui ont failli emporter le projet européen. Comme vous pouvez le voir sur ce graphique. http://bit.ly/1JkxZWO....
                  Étonnant de voir une telle progression du pouvoir d’achat, dans un pays à l’économie sous perfusion, mais qui trichait hardiment sur les chiffres. Le pouvoir d’achat des grecs est maintenant revenu à ce qu’il était avant le début de la grande tricherie, c’est à dire 1999
                  Pourquoi la Grèce peine à sortir la tête de l’eau

                • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 14:41

                  @fergus

                  Apparemment les liens ne fonctionnent pas. Si vous voulez vous connecter à la page du monde où l’article se trouve, tapez : Pourquoi la Grèce peine à sortir la tête de l’eau

                • leypanou 21 septembre 2015 15:06

                  @Fergus
                  « En effet, mais pouvait-il faire autrement, en l’absence du soutien d’autres nations ? » : si vous êtes agressé dans la rue, espérez que les autres vous viennent en aide et ne faites rien à part peut-être prier.

                  A part espérer que la Troïka n’allait pas être aussi pourri alors que la BCE était en train d’étrangler la Grèce, qu’est-ce-qu’il a fait Tsipras ? RIEN.


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:35

                  @leypanou
                  Si je me souviens bien, Hollande et Tsipras ont en commun une expression : « Gauche de combat », combat contre qui ? Mais ne disent jamais qu’ils combattent l’intérêt général du peuple.


                • Parrhesia Parrhesia 21 septembre 2015 11:43

                  >>> Les Grecs auraient pu sanctionner les contradictions de celui qui va retrouver sa place de Premier ministre <<<

                   

                  Pourquoi, à ce stade de maturation du problème électoral européen en général, discourir à perte de vue sur les phénomènes Tsipras, Sarkozy, Hollande et autres immuables « augustes » !

                  Il apparaît désormais comme le nez rouge au milieu de la face du clown que la véritable difficulté ne se situe plus au niveau des « personnalités ». Elle ne se trouve pas non plus au niveau de leurs programmes (annoncés ou même cachés, voire même de leur absence de programme.

                  Non ! Le véritable problème, c’est le niveau atteint par une puissance médiatique telle qu’elle permet maintenant aux mondialistes de faire élire et réélire selon leur bon plaisir ou la nature de leurs intérêts, n’importe quel politicien après qu’il ait démontré sa capacité de nuisance, le danger qu’il représente pour la démocratie et la paix dans le monde, ainsi que son aptitude à mentir avec un culot qui défie le bon sens !

                   

                  Et ceci n’est pas seulement démontré dans un ou deux pays seulement. Le hasard faisant bien les choses, cette énormité politique est devenue vérifiable dans toute l’Europe ! (Je dis « le hasard » car il ne saurait être question de complot n’est-ce pas ? Ni même d’association de malfaiteurs…)

                  Le moment ne serait-il pas venu de virer légalement mais fermement et définitivement, à tous les niveaux de la République, tous ceux et toutes celles qui se sont constitué de confortables rentes de situation aux dépens de leurs électeurs et au profit d’une classe politico-médiatique responsable de la situation actuelle ?

                  En d’autres termes, la seule solution démocratique est maintenant de sortir les sortants en ne conservant que ceux qui ne nous ont jamais menti  !

                   

                  Il ne devrait pas en rester lourd !!!


                  • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 12:37

                    pas Hollande mais Groland .....


                    • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 2015 12:38

                      Merkel a fond sur toute la ligne ....


                      • Depositaire 21 septembre 2015 13:14

                        Bien entendu, spéculer sur les raisons de l’abstentionnisme massif des grecs aux dernières élections est facile. Mais il suffit, pour être proche de al vérité de regarder ce qu’il se passe chez nous en France.

                        Devant la démagogie des politiciens prêts à promettre la lune si on les élit, et qui sans l’ombre d’un remord ou d’une hésitation font exactement le contraire de ce qu’ils ont promis, comment voulez-vous que la majorité du peuple puisse encore leur faire confiance ? Il y a toujours une minorité de moutons aveugles pour croire en eux et qui, aiment de faire tondre, il y a quelque chose de pathologique là derrière, pour voter pour eux. Il est vrai que les politiciens utilisent des techniques de manipulation des foules qui leur sont enseignées par des experts en la matière appelés par l’euphémisme « conseillers en communication » et que l’on devrait plutôt qualifier de « conseillers en manipulation des foules ». D’autant qu’au final, malheureusement beaucoup de gens manquent de discernement. mais de plus en plus, la seule chose que les gens finissent par comprendre, c’est que les politiciens sont tous des menteurs. Et même si un homme ou une femme sincère se présente, quelle garantie aurons-nous qu’une fois au pouvoir, il/elle ne changera pas ? Aucune.

                        Le cas de Tsipras est typique. Accuser la pression énorme de l’UE qui l’ont obligé de changer d’avis est un faux problème. Il y avait une autre solution comme celle de déclarer la dette de la Grèce comme illégitime, illégale et odieuse. nationaliser ses banques, imposer les oligarques grecs, etc. Et sortir du traité de Lisbonne, virer l’Otan et israël de la Grèce. Se tourner vers la Russie et les Brics. Mais il a préféré accepter les diktats européens en en rajoutant une louche.

                        Les grecs ont compris qu’il n’y avait rien à en attendre, alors ils ont boycotté les élections. Ceux qui ont voté sont les moutons qui aiment se faire tondre et qui croient les promesses des menteurs professionnels.

                        Mais le cas grec nous menace aussi, et rien ne dit que ce qu’il se passe là bas n’arrivera pas chez nous. Et que ferons-nous ? Je crains que ce ne soit la même chose.

                        Il suffit de voir des incompétents/menteurs/assassins comme Sarkozy et Hollande se pavaner malgré tous leurs mensonges et envisager très sérieusement se représenter aux prochaines élections présidentielles, alors qu’ils devraient être mis en prison à vie.

                        Mais ces deux individus ne sont que le symptôme d’un mal plus profond. Dès l’instant où on confie les affaires du pays à des politiciens professionnels qui, pour se faire élire, outre qu’ils n’hésitent pas à promettre n’importe quoi, en ayant soin malgré tout d’utiliser des techniques de manipulations des foules, ce qui en dit long sur leur sincérité, mais qui en plus, pour financer leurs campagnes électorales n’hésitent pas à solliciter les très riches qui, en toute logique, attendent un retour sur investissement ; ce qui est logique de leur part, à défaut d’être très moral, comment voulez-vous que les choses changent ?

                        Je ne dis pas que l’intégralité des hommes et des femmes politiques sont des crapules avérées et des menteurs notoires, il y en a certainement un certain nombre de sincères, cependant, ils sont pieds et mains liés par les financiers qui financent leurs campagnes électorales et si, par miracle ils arrivent à leur échapper, leur pouvoir réel est très fortement diminué par l’appartenance du pays au traité de Lisbonne qui fait que c’est la commission européenne entièrement soumise aux lobbies des multinationales surtout américaines qui rédigent les lois que le parlement devra entériner sans discussion.

                        Donc, clairement, la solution passe par une autre Europe qui ne sera pas celle des multinationales et des banquiers, ce qui implique de faire imploser cette Europe actuelle, des hommes et des femmes politiques courageux qui osent s’opposer aux multinationales, nationaliser les banques et les grosses entreprises, ou à tout le moins, pour ces dernières les imposer très lourdement. Interdire la spéculation boursière qui ne produit rien sinon de la misère pour les peuples et des bénéfices pour une infime minorité d’individus.

                        Vaste programme et assez utopique, assurément. D’autant plus que cela ne peut être réalisé dans un seul pays. Il faut une alliance d’au mois trois ou quatre pays qui établiraient le noyau d’une future Europe des peuples.

                        Malheureusement, je crains une crise majeure dans l’humanité avec à la clef des catastrophes en tous genres, si encore, avec les fous qui poussent à la guerre, on ne nous fait pas subir une guerre mondiale nucléaire. Comment survivra l’humanité, du moins de ce qui en restera, après... ? Bien malin qui pourra le dire. En tout cas, ce modèle de société est profondément délétère et mortifère et ne peut continuer indéfiniment ainsi. A court ou moyen terme, nous aurons droit à cette crise majeure. Et on y courre tout droit ! Je ne lis jamais, quoi que ce soit dans les articles ou dans les commentaires, sauf à de très rares exceptions de solution viable et éthique pour sortir de ce système. Quand les gens ne passent pas le temps à s’injurier ou se moquer les uns des autres, ou alors sortir des platitudes, on ne propose que des changements cosmétiques qui ne traitent pas le problème de fond qui est cette économie de marché absurde. Ce qui donne une idée de l’ampleur du « formatage » des consciences que l’oligarchie a mis en place.

                        Et quand je parle de ce que je lis ou ne lis pas, je ne parle pas seulement que d’Agoravox, dans d’autres médias alternatifs je vois la même chose.

                        L’avenir proche nous dira si j’avais raison ou non.


                        • Pingouin094 Pingouin094 21 septembre 2015 13:57

                          Tsipras n’est en aucun cas un « Hollande Grec ».

                          Il y’a une grande différence entre mener une bataille et la perdre dans un rapport de force défavorable et ne pas tenter de se battre du tout, voir faire cause commune avec « l’adversaire ».

                          * A quel moment F. Hollande a-t-il voulu combattre la finance ? Jamais.
                          * A combien de reprises A. Tsipras a-t-il proposé aux créanciers grecs des plans de relance basé sur un effort particulier des entreprises, des contribuables les plus aisés ? A chaque fois.


                          La seule chose a discuter sur Tsipras et Syriza, c’est sur le fait d’avoir pour priorité de rester dans l’UE et de tenter de mener une politique anti-austérité à l’intérieur de l’UE ?

                           Est-ce possible, dans quelle mesure, pour quel succès. Tel est la question.

                          Mais sur les valeurs et les idéaux de Tsipras, je n’a aucun doute.


                          • philippe baron-abrioux 21 septembre 2015 14:37

                            @Pingouin094

                            BONJOUR ,

                            faire un parallèle ou un amalgame entre Hollande et Tsipras est effectivement une erreur .

                            les pays,les hommes et leur histoire sont bien différents .

                            Tsipras a toujours été dans une démarche de propositions (même le pistolet sur la tempe) quand Hollande n’a été que dans la résignation ,malgré ses propos de campagne auxquels ont cru ceux qui voulaient .

                            les seules batailles définitivement perdues sont celles qu’on ne livre pas !

                            j’ai confiance dans le peuple grec qui n’est pas celui qui est copieusement insulté par certains sur ce site .

                            Tsipras n’aura pas la tache facile ,c’est une évidence mais ce vote d’hier permettra peut être que l’étau se desserre .

                            je l’espère .

                            P.B.A

                             


                          • leypanou 21 septembre 2015 15:12

                            @Pingouin094
                            « Tsipras n’est en aucun cas un « Hollande Grec ». » : il est pire. Avec Hollande, on sait qu’on ne peut rien espérer de lui, alors que Tsipras si.

                            A part de belles paroles comme quoi il veut mettre fin à l’austérité, qu’est-ce qu’il a fait ? Le fait d’avoir mis la personne la plus à droite du gouvernement comme négociateur en chef aurait déjà dû mettre la puce à l’oreille aux gens mais non, Tsipras parle bien.


                          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:48

                            @philippe baron-abrioux
                            Le lien, c’est qu’ils sont soutenus par les médias et des sondages bidouillés, afin de porter aux affaires des marionnettes, pour défendre des intérêts qui ne sont pas les nôtres.


                            Un sondage récent annonce que 50% des Français sont favorables à la candidature de Christine Lagarde. C’est fait par l’Institut de Sondages Harrys Interactive, un machin américain. Le même qui a propulsé DSK en son temps. « Super compétent, économiste hors pair, toussa, toussa » .

                            Vous y croyez ? C’est bidouillé, mais s’ils décident que c’est elle qu’il faut, ils vont nous la passer en boucle. Ils sont bien capables de nous la fourguer, la Christine, avec des arguments du style « grande réussite professionnelle, » « elle parle mieux anglais que Hollande », « c’est une économiste chevronnée, voyez en Grèce »etc.
                            Avec l’argument qui tue : « C’est une femme ». C’est très tendance en ce moment.
                            Avec un plan B, style Juppé.

                            Tout ça est fabriqué de toutes pièces.

                          • Fergus Fergus 21 septembre 2015 14:10

                            Bonjour, Pingouin

                            « La seule chose a discuter sur Tsipras et Syriza, c’est sur le fait d’avoir pour priorité de rester dans l’UE et de tenter de mener une politique anti-austérité à l’intérieur de l’UE ? »

                            Tsipras, et les Grecs avec lui, ont compris que la situation de la Grèce hors de l’UE serait encore pire. Qui plus est, la situation étant désormais moins conflictuelle avec l’UE, Tsipras va sans doute avoir de meilleures opportunités de réduction de la dette qu’avec une Grèce sortie de l’Union.

                            D’accord avec le reste du commentaire.


                            • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 15:05

                              @Fergus
                              La situation avec l’UE n’est pas conflictuelle actuellement, pour la bonne raison qu’aucune mesure n’a encore changé le paysage grec, excepté les nouveaux milliards de subvention qui sont bien arrivés, et qui n’on pas déclenché d’opposition massive....Par contre, la mise en oeuvre d’un changement de politique va sans doute être plus difficile à supporter. Imparable, car cette fois, les prêts, autant dire les donations, seront assujettis à des reformes actées...C’est ce que savent les grecs, qui ne se sont pas dérangés pour voter, dans un pays, où le vote est obligatoire. ON vérifie encore une fois la distorsion entre lois et application de lois, dans ce pays, où l’on peine toujours à élaborer un cadastre. Cela n’inaugure rien de bon. Rien ne sert de faire une loi, si l’on accepte de se faire ridiculiser, sinon à prouver que l’état n’existe pas, et qu’on peut continuer à s’en moquer !

                              Tsipras est simplement un démagogue. Il n’a pas hésité à se renier, ce qui n’a pas été difficile, dans le sens où il ne semblait pas lui même convaincu de ce qu’il avançait, hors démagogie : Car critiquer l’UE, diaboliser ses dirigeants, flatter le populisme, et ne vouloir absolument pas en sortir, révèle à mon sens de la démagogie version hard, approchant les pires exemples de la manipulation outrancière, ou de l’intérêt électoral et mercantile, faisant du pathos pour sauver à tout prix sa situation personnelle. En cela il a réussi, si l’on peut dire ainsi, car il est allié maintenant à la droite poupuliste. Certains trouveront toujours qu’il est un sauveur malgré tout. Ce qui prouve qu’il a du talent. Mais pas dans le sens que certains pensaient, et qui l’ont maintenant quitté, s’apercevant qu’ils ont été trahis. 

                            • leypanou 21 septembre 2015 15:17

                              @Fergus
                              « Tsipras, et les Grecs avec lui, ont compris que la situation de la Grèce hors de l’UE serait encore pire.  » : comment ils le savent ? Ils l’ont essayée ?

                              C’est exactement le raisonnement de toutes les personnes dont l’horizon indépassable est l’euro. Et c’est pourquoi Merkel et compagnie n’ont pas hésité une seconde à faire plus encore que ce qu’ils ont voulu faire auparavant.

                              Le gouvernement grec n’a plus rien d’un gouvernement. C’est la mise sous tutelle intégrale.


                            • Fergus Fergus 21 septembre 2015 15:49

                              Bonjour, leypanou

                              « comment ils le savent ? Ils l’ont essayée ? »

                              Non, c’est purement intuitif. Mais l’inverse est tout aussi intuitif. Et je n’ai pas parlé de l’euro, mais de l’UE, en réalité, c’est la même démarche.


                            • leypanou 21 septembre 2015 17:07

                              @Fergus
                              « Mais l’inverse est tout aussi intuitif.  » : pas du tout. L’Islande a arrêté les négociations pour rejoindre l’UE. Si être dans l’UE c’est mieux, pourquoi l’Islande a arrêté les négociations ? En plus, plusieurs pays ne sont pas dans l’UE, sont-ils plus malheureux pour autant ?

                              L’UE a été « vendue » pour apporter la paix et la prospérité. S’il y a la paix dans l’UE, l’UE n’y est strictement pour rien. Quant à la prospérité, c’est vrai qu’il y a la prospérité maintenant avec un chômage de masse et des millions de personnes qui ont à peine de quoi vivre décemment. L’UE c’est la concurrence de tout le monde avec tout le monde et la prétendue recherche de l’attractivité de la France c’est tout simplement tirer les salaires vers le bas pour l’ouvrier français puisse concurrencer l’ouvrier roumain à 300€/mois.

                              Avec la TAFTA, ce sera encore pire. Mais F Hollande a déjà dit : il faut accélérer les négociations. Il n’a pas été Young Leader pour rien.


                            • Fergus Fergus 21 septembre 2015 17:51

                              @ leypanou

                              Soyons lucides, les pays qui ne sont pas dans l’Union Européenne sont des pays riches dont le PIB par habitant est très supérieur à ceux de la France, de l’Allemagne ou du Royaume-Uni. C’est le cas de la Suisse et de la Norvège. Quant à la très atypique Islande, dont le PIB est comparable au nôtre, sa taille (320 000 habitants) la rend incomparable avec les membres de l’Union. Tous les autres pays européens souhaitent intégrer l’UE !

                              Pour ce qui est du Tafta, il semble fort heureusement que les discussions patinent très sérieusement, au point qu’il est dit ici et là que les négociations ne pourront aboutir avant plusieurs années. A suivre néanmoins, avec beaucoup de méfiance et en exigeant qu’enfin les documents d’étape puissent être publiés.


                            • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 18:09

                              @leypanou
                              Je sais pas si on serait plus heureux avec Marine, en vase clos, à tourner dans notre bocal à poissons bleus blancs rouges national.

                               Certains pêcheurs pensent que oui....


                            • Furax Furax 21 septembre 2015 18:54

                              @bakerstreet
                              Cet argument est dérisoire. TOUS les pays du monde, sauf ceux de l’UE, ont des frontières, sont maîtres de leur sol et maitres de leur monnaie. La Chine, la Russie bien sûr mais aussi le Maroc, le Congo, le Chili...TOUS. Certains, comme les USA et Israêl ,sont protégés par de hautes murailles. Et ils ne tournent pas« comme des poissons rouges » mais commercent beaucoup plus que nous.l
                              A l’époque sinistre où nous vivions « en vase clos » (souvenez vous De Gaulle, tout ça...), nous avons produit, en collaboration avec d’autres pays « en vase clos » le Transall, Airbus, Ariane.
                              Qu’avons nous produit en commun depuis que nous ne tournons plus dans notre bocal... ?


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 21 septembre 2015 20:50

                              @Fergus
                              Dommage que votre « intuitif » ne nous ait pas annoncé le désastre que serait votre belle Europe de la prospérité...


                            • Fergus Fergus 21 septembre 2015 23:15

                              Bonsoir, Fifi Brind_acier

                              Vous faites des paris sur l’avenir : rien n’est joué sur le moyen terme, et a fortiori le long terme.


                            • Fergus Fergus 21 septembre 2015 23:18

                              Constatons en outre que, malgré le plan d’austérité, les Grecs ont manifesté par leur vote leur volonté écrasante de rester non seulement dans l’UE, mais également dans l’Euro. Seuls 2 partis sur 8, très minoritaires, sont sur une position contraire. Les Grecs sont-ils des idiots à vos yeux ?


                            • Captain Marlo Fifi Brind_acier 22 septembre 2015 08:48

                              @Fergus
                              Ce qui fait l’attachement des Grecs à l’ UE et à l’euro, ce sont les fonds structurels.
                              Mais certainement pas la manière dont la Troïka les a traités.


                            • leypanou 22 septembre 2015 10:21

                              @Fergus
                              « Tous les autres pays européens souhaitent intégrer l’UE !  » : non, ce ne sont pas tous les pays européens mais les pays qui veulent exporter leur chômage, et particulièrement leurs dirigeants pour que leur chômeurs puissent chercher du travail partout.

                              L’imposture de l’UE qui va apporter la prospérité est maintenant connue avec le chômage de masse presque partout sauf dans quelques pays tels l’Allemagne ; et la montée des mouvements d’extrême droite en est une illustration.


                            • ecophilopat 21 septembre 2015 16:57

                              Comparer Tsipras et Hollande relève effectivement du grand n’importe quoi.

                              Je me suis souvent demandé comment Tsipras en était arrivé à renier ces promesses, j’ai un peu mieux compris en lisant le discours de Varoufakis du 23 août 2015 à Frangy-en-Bresse.

                              Discours disponible ici : http://www.les-crises.fr/notre-printemps-d-athenes-varoufakis/

                              J’en conseil la lecture à tout ceux qui pense que le changement se fera par les urnes.


                              • ecophilopat 21 septembre 2015 17:44

                                @ecophilopat
                                .
                                 J’aimerais ajouter une chose.
                                Je n’ai pas de télévision, je ne lis pas la presse mainstream, je me contente des infos de France-Inter sur mon autoradio pendant mes trajets sur mon lieu de travail.
                                .
                                La lecture de ce discours m’a confirmé, s’il en était besoin, le niveau de désinformation dont nous sommes victimes, et la lecture de la plupart des commentaires sous cet article en souligne parfaitement l’efficacité.
                                .
                                Un petit extrait de ce discours :

                                Il est faux de dire que nos créanciers sont intéressés par le remboursement de leurs prêts par l’État grec ou qu’ils veuillent voir la Grèce réformée. Si tel avait été le cas, ils auraient discuté sérieusement nos propositions de restructurer la dette publique grecque de façon à leur permettre d’être remboursés en majeure partie.Mais ils s’en moquaient totalement. Ils ont plutôt insisté sur notre reddition : confirmer la. C’est la seule chose qui les préoccupait. Ils voulaient une seule chose sentence du Dr Schäuble selon laquelle les élections ne peuvent permettre de changer quoi que ce soit en Europe. Que la démocratie s’arrête quand l’insolvabilité commence. Que les fières nations confrontées à des questions de dettes doivent être condamnées à vivre dans une « prison de dettes » dans laquelle il est impossible de produire la richesse nécessaire à les rembourser et se libérer. Et c’est bien ce que l’Europe, maison commune, est devenue, une cage de fer partagée. C’est important. Vous lisez des journaux et écoutez des programmes de radio et de télévision qui vous bombardent de suaves romances dans lesquelles l’Eurogroupe, la Troïka autour desquels l’Europe est construite, les programmes d’austérité n’ont d’autre objet que les RÉFORMES, afin de forcer la Grèce à développer son économie défaillante pour qu’elle paie ses dettes et cesse de peser sur le reste de l’Europe.

                                Seulement ce n’est pas ainsi que l’Europe fonctionne en pratique. Si vous étiez une mouche sur le mur observant nos négociations, vous verriez comme je l’ai vu, qu’une seule chose intéressait Mme Lagarde, M. Draghi, M. Juncker, certainement le Dr Schäuble :nous dicter les « termes de la reddition ».termes qui mettent fin au Printemps Des d’AthğŶes. Des termes qui effaceraient le sourire de ceux qui, dans toute l’Europe, nous regardaient et pensaient qu’une Nouvelle Politique est possible. Des termes imposés par les créanciers, qui, de façon incroyable, garantissent que nous, la partie endettée, ne puissions pas rembourser nos dettes, anciennes et nouvelles.


                              • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 18:18

                                @ecophilopat

                                Beaucoup de grands mots et l’omission, la main sur le cœur. Mais en fait avec Tsipras allié avec la droite populiste, comme si on unissait Mélenchon et Le pen, on ne sait si le cœur est à droite ou a gauche.
                                 A lire ce truc, on chercherait en vain la réalité, l’histoire de la dette, les multiples effacements déjà occultés, on instrumentalisation 
                                C’est juste un brûlot victimaire, avec les mêmes mots orientés faits pour attraper les imbéciles, les sortir de leur responsabilité, en accablant les autres, l’ennemi extérieur, la méchante Merkell qu’on habillera en nazi. 
                                Même sil le sort qu’elle fait aux réfugiés, est le seul en Europe actuellement qui soit digne de respect. Remarquons que les grecs se sont enfermés tout seul sans avoir besoin de personne dans cette cage dorée, où ils auraient bien voulu continuer à posséder la clé. Si ’l’on s’intéresse à l’histoire,et à l’économie, cette daube est aussi insipide qu’un discours de Mussolini.

                              • ecophilopat 21 septembre 2015 19:06

                                @bakerstreet

                                Je constate que votre opinion et bien arrêté, que vous avez choisi le discours de la troîka plutôt que celui de Varoufakis, chacun son point de vue.
                                .
                                 Je ne vois pas ce que les réfugies viennent faire dans cette histoire, mais puisque vous en parlez, combien sont-ils en Grèce ?


                              • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 19:41

                                @ecophilopat


                                « Combien sont ils en Grèce » ..Si une telle argumentation doit être envisagée comme un échantillon de votre dialectique, avouez que vous faites dans le burlesque..... Je ne suis pas un imbécile, tout comme vous je regarde les cartes, et je constate que la Grèce située en face la turquie ! Serait elle à la place du Portugal, que pas un seul réfugié s’y trouverait. Aucun ne pense d’ailleurs y rester, et en cela ils sont bien d’accord avec les grecs, pour qui néanmoins par le passé ont su tirer profit de cette affaire. Grèce : mais où vont les juteuses subventions européennes ...
                                Ne parlons pas des exactions d’aube dorée, à l’égard des migrants, qui ont été longtemps banalisé par la police ; ni cette affaire déplorable où l’on voit une vedette grecque percer un bateau chargée de migrants
                                Des gardes-côtes grecs auraient coulé un bateau de migrants
                                Quand à Viroufakis, ce champion de poker, même si je n’étais pas d’accord avec ses analyses, au moins est il resté dans sa logique, n’en dérangeant pas, pour devenir simplement opportuniste. 
                                Si je parle des réfugiés et de l’Allemagne, c’est pour rappeler combien celle ci était villipendé ! Merkel était caricaturée en nazie à Athènes, à pleine page. ON voit simplement que dans cette affaire de quelques centaines de mille de migrants qu’elle accueille, la réalité est tout de même autre, que celle qu’on projette, en forme de déni, et de défense dérisoire, s’abreuvant de mots forts, comme : Dette immonde, troïka, impérialisme de la BCE.....Rappelons que ce sont les armateurs grecs qui ont inventé la mondialisation sans régles, à leur plus grand profit, et qu’ils échappent toujours pour le moment à l’impot, alors que la flotte marchande grecque est redevenue la première au monde. 



                              • ecophilopat 21 septembre 2015 21:33

                                @bakerstreet

                                Si Merkel a souhaité ouvrir les bras au migrants c’est qu’elle y trouvait sont intérêt et vous le savez très bien, ce n’est pas mère Teresa. Je ne suis pas l’actualité de très près mais il me semble qu’elle a d’ailleurs fait marche arrière.

                                Mais je ne rentrerai pas dans ce genre de débat à coup de lien datant de 2013 ou au titre racoleur, je n’en n’ai ni le temps ni l’envie.
                                .
                                Juste un dernier mot, la soumissions à l’impôt des armateurs grec n’a jamais fait partie des conditions imposées par la Commission Européenne, pourquoi ?
                                .
                                Le dernier pour la route ; de mémoire jamais il n’est question d’Angela Merkel dans le discours de Varoufakis, mais l’avez-vous seulement lu.
                                .


                              • bakerstreet bakerstreet 21 septembre 2015 22:57

                                @ecophilopat

                                Vous suivez semble t’’il ’’actualité qui vous arrange.
                                 80 000 migrants,ce n’est pas de la petite bière. Difficile de faire le reproche de mettre un terme quand une ville comme Munich n’a plus décemment de possibilité d’accueil. En tout cas, les migrants en Allemagne ont été accueilli sans distinction d’origine ou de diplôme, fidèle à une politique d’accueil qui a été de tous temps, et surtout à l’époque des persécutions religieuses la règle en Europe. 
                                De plus, en dehors des critères politiques, l’accueil de la population est exemplaire, et fait chaud au cœur., montrant que cette génération d’allemands a bien rompu avec le passé, et qu’elle s’en sert pour évoluer ...
                                .Et en ce sens, il faut être vraiment de mauvaise foi, pour nier que les allemands ont là une politique qui les honore, bien loin du comptage chafouin de nos élites, mégotant sur 20 000 migrants étalés sur deux ans. Ne parlons pas de la Pologne et de la Hongrie, qui font frémir.....
                                ON comprendra aisément pourquoi il est difficile maintenant, sans s’appeler Holmes, pourquoi il est difficile de continuer à mettre un uniforme nazi à Merkel. IL faut tout de même un minimum de crédibilité historique au pire populisme pour être crédible. (pour répondre à votre dernier point)

                                Quand à cette affaire de transfert incessant des avoirs Grecs vers les paradis fiscaux, nous sommes là par contre d’accord. 
                                Il est dommage que l’Europe n’ai pas profité de l’occasion pour taper du poing sur la table, et n’est pas entrepris au moins un début de tentative de régulation, avant de s’attaquer aux paradis fiscaux, et à une harmonisation fiscale, qui fait que cette Europe continuer évidemment avec des rustines et une trousse à secours d’urgence, tant que système ne sera régenté que par l’économie. 

                                Mais là encore il est plus facile de désigner Bruxelles, que chaque capitale. Bruxelles, c’est le bouc émissaire idéal. Hors les types qui y travaillent sont liés par les limites que chaque pays veut bien leur concéder, en terme de pouvoir. Une évolution. Mario Dragui, a maintenant réussi à faire financer l’endettement par la BCE, court-circuitant les banques privés, et leurs intérêts extravagants. Voilà peut être l’amorce d’u premier jalon. 

                                Je ne m’en prend pas aux grecs, je m’en prend à la naïveté, aux schémas sans cesse répétés, et qui font que l’on est passé tout prés de la catastrophe. 
                                Alors, oui, je pense qu’il faut conditionner tout nouveau crédit à des réformes de l’état en grèce, pour la bonne raison qu’il n’y aura pas cette fois d’autres plans, et que c’est une question de survie

                                Une remarque, le chancelier Kohl voulait une Europe fédérale, et c’est Mitterrand à l’époque qui s’opposa à ce projet plus politique, ne voulant pas que la France, perde son pouvoir régalien. 
                                La Grèce là dedans ? 
                                Pendant longtemps un électron libre, qui a vu l’Europe comme tant d’autres, simplement comme une bonne affaire, mais qui a plus que d’autres, triché et magouillé.
                                 Ce grand discours simpliste ne brasse que du vent, et ne parlera pas de ce qui fâche, la propre responsabilité des grecs dans cette histoire, préférant désigner un bouc émissaire. Mais c’est tout le génie et l’orientation d’une politique populiste. 

                              • ecophilopat 21 septembre 2015 23:58

                                @bakerstreet
                                .
                                C’est bon n’en jetez plus, j’ai compris, Varoufakis est un populiste juste bon à pondre des discours Mussolinien, Merkel est un modèle que l’on devrait tous suivre, quand à la troïka ben elle fait ce qu’elle peut pour aider le peuple grec.

                                Désolé mais à quelques nuances près je pense exactement l’inverse, mais je dois être un naïf.


                              • ecophilopat 22 septembre 2015 00:00

                                @sampiero

                                Désolé mais je ne sais pas si je dois prendre votre message au premier ou au deuxième degré.


                              • ecophilopat 22 septembre 2015 00:46

                                @bakerstreet

                                Je vous remercie pour le lien sur le site okeanews.fr, je suis entrain de le découvrir et il me semble fort intéressant, j’y ai trouvé ceci par exemple.

                                http://www.okeanews.fr/20150710-le-gouvernement-tsipras-t-il-vraiment-refuse-de-reformer

                                .
                                http://www.okeanews.fr/20150223-ce-que-contenait-le-programme-refuse-par-varoufakis-le-16-fevrier
                                .
                                http://www.okeanews.fr/20150901-le-programme-grec-de-privatisations
                                Entre autre, la cession pour 50 ans des 14 aéroports régionaux les plus touristiques à la société allemande Fraport (détenue en majorité par l’Etat Allemand via le Land de Hesse et la ville de Francfort.
                                Madame Merkel va être contente
                                .
                                http://www.okeanews.fr/20150617-la-nouvelle-strategie-des-creanciers-un-plan-la-chypriote
                                Un article qui rejoint tout a fait le discours de Varoufakis.


                                • ecophilopat 22 septembre 2015 00:54

                                  @bakerstreet
                                  .
                                  Je vous remercie pour le lien sur le site okeanews.fr, je suis entrain de le découvrir et il me semble fort intéressant.
                                  J’y ai par exemple trouvé ceci.
                                  .
                                  http://www.okeanews.fr/20150710-le-gouvernement-tsipras-t-il-vraiment-refuse-de-reformer
                                  .
                                  http://www.okeanews.fr/20150223-ce-que-contenait-le-programme-refuse-par-varoufakis-le-16-fevrier
                                  .
                                  http://www.okeanews.fr/20150901-le-programme-grec-de-privatisations
                                  Entre autre, la cession pour 50 ans des 14 aéroports régionaux les plus touristiques à la société allemande Fraport (détenue en majorité par l’Etat Allemand via le Land de Hesse et la ville de Francfort).
                                  Madame Merkel doit être contente.
                                  .
                                  http://www.okeanews.fr/20150617-la-nouvelle-strategie-des-creanciers-un-plan-la-chypriote
                                  Article qui rejoint le discours de Varoufakis
                                  .


                                  • ecophilopat 22 septembre 2015 00:55

                                    Désolé pour le doublon, mon premier message avait disparu


                                    • CN46400 CN46400 22 septembre 2015 08:19

                                       Ici s’expriment, sans s’en rendre toujours compte, des locuteurs qui appartiennent à un pays qui représente 9 fois le PIB de la Grèce et qui, lui, serait capable de bloquer les institutions européennes. Et même d’imposer de profondes réformes dans l’UE, et même dans l’€...Voilà pourquoi la comparaison Hollande-Tsipras est hors sujet, les boxeurs légers ne combattent jamais dans la catégorie des poids lourds....


                                      • Miville Miville 28 septembre 2015 05:07

                                        Victoire des calendes grecques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès