• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2017. Une France en souffrance avec un avenir incertain

2017. Une France en souffrance avec un avenir incertain

Le suspense est terminé. Les résultats n’ont rien d’étonnant. Ils ne sont qu’une clarification, pour reprendre une idée développée par Peter Sloterdijk selon lequel il n’y a pas de montée soudaine du populisme mais tout simplement une tendance qui est parvenue à une émergence et une visibilité en terme d’orientation politique exprimée dans les urnes. Cet épisode électoral présente des traits significatifs. Avec un étrange ballet sémantique au cours duquel les mots sont employés dans des sens paradoxaux. Le qualificatif le plus significatif, c’est anti-système. Trois des gros candidats se sont déclarés comme anti-système, Mélenchon, Le Pen et même Fillon. Quant à Macron, certains analystes y ont vu une mouvance elle aussi anti-système.

En vérité, être anti-système du point de vue d’une stratégie politicienne ou électorale n’a aucun sens. Toutes ces candidats sont l’émanation d’un même et unique système composé d’une population possédant une nationalité, centrée sur un territoire, avec des relations sociales et culturelles prolongées par les connexions technologiques et influencées par les diffusions médiatiques de masse. Tout cela, c’est un système qui, comme l’humanité depuis les débuts de l’ère historique, n’a rien d’homogène et se trouve fragmenté. Il y a bien souvent un côté immature à se déclarer anti-système. Cette posture signale en réalité que l’on n’est pas satisfait du sort qui nous a été réservé par le système et que si le système était plus avantageux, on n’y serait pas tant opposé.

Les résultats des élections traduisent les différentes orientations que prennent les têtes gouvernantes (ou prétendant gouverner) ayant émergé à partir du système et voulant le conduire dans une direction ou une autre. Les attentes des électeurs sont souvent des idées implantées par les médias de masse et parfois les idéologies virales qui hantent les cerveaux et se propagent.

(Pour faire simple au risque de simplisme, Macron représente le camp de l’ouverture du système et Le Pen celui de la fermeture du système. Fillon voulait réformer le système, le redresser, Mélenchon voulait secouer le système en fustigeant une Allemagne trop rigoureuse dans la gestion des finances)

La situation de la France ne sera pas clarifiée par des élections qui en principe, devraient servir à pacifier les démocraties. Les principaux problèmes ne seront pas résolus et la France ne sera pas apaisée par l’arrivée quasi-certaine de Macron à l’Elysée. Une bonne partie de l’électorat risque d’être en colère et en désespérance. Les frontistes nationaux, les insoumis, les « catholistes » frustrés après l’échec de Fillon, quant aux socialistes, ils sont atterrés et iront pour certains se consoler en marchant. La France est divisée, fracturée, comme l’est du reste l’Amérique de Trump et la Turquie de Erdogan pour ne prendre que deux pays emblématique de la crise de civilisation galopante. Il faudra attendre les législatives avec l’hypothèse d’une majorité improbable à dessiner alors que 4 électeurs sur 10 risquent de finir avec une représentation nationale extrêmement réduite, à gauche avec les insoumis, à droite avec les frontistes, ce qui ne peut que renforcer les frustrations et les ressentiments. C’est donc l’immense défi pour Macron que de façonner les conditions pour une France apaisée dans un contexte où la France agitée trace ses ressorts souterrains pour une éventuelle fronde sur les réseaux sociaux puis dans la rue.

Première mi-temps à l’Elysée, deuxième mi-temps à l’Assemblée, troisième mi-temps dans la rue. C’est ainsi que fonctionne la France. Il faudrait être imprudent pour ne pas voir dans les résultats la couleur des passions politiques livrées par les urnes. Passions funestes chez les frontistes et les insoumis, passion tristes au LR et au PS, passions volubiles et positives chez En marche. Cette élection très personnalisée n’engage pas l’avenir à long terme mais représente un thermomètre de l’opinion publique avec une division des Français et au risque de me répéter, des tensions et des colères à venir car il n’y a pas de solution pour résoudre les graves problèmes de ce pays.

Je me demande si une psychothérapie collective ne serait pas utile. Ou mieux encore, une grande conversation orchestrée pour œuvrer à la manière d’une maïeutique philosophique. Ce qui inquiète, ce n’est pas ce qui sort des urnes mais ce qui est caché dans les boîtes grises des cerveaux. Je n’ai pas le désir de m’illusionner sur ce qui attend la France, même si le candidat arrivé en tête est celui pour qui j’ai voté.


Moyenne des avis sur cet article :  1.31/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Parrhesia Parrhesia 25 avril 09:59
    >>> Cette élection très personnalisée n’engage pas l’avenir à long terme ... <<<

    Sauf que si les électeurs véritablement français (il en reste ! Peu mais il en reste !) ne réagissent pas intelligemment et courageusement par un puissant coup de pied au C... contre cette « macronite » mortelle avant le 7 Mai, dans cinq ans la France éternelle appartiendra au passé !!!
    Mais après tout, n’est-pas le but recherché par les demiurges et autres apprentis sorciers mondialistes « faiseurs de macrons » ???


    • zygzornifle zygzornifle 25 avril 10:04

      La France ? c’est un vestige du passé comme une poterie Gauloise, un paragraphe dans le dico ou sur Wikipédia , maintenant on dit l’Europe sous peine de représailles car la France est devenue une de ses colonies , elle ne sera plus jamais la France a moins d’un Frexit et comme tous les veaux vont veauter pour Macron elle sera encore un peu plus diluée jusqu’à qu’il ne reste plus rien d’elle ...... 


      • BA 25 avril 10:23

        Pourquoi François Asselineau a-t-il été balayé ?

        Parce que les électeurs français n’avaient PAS DU TOUT comme priorité le frexit, l’euro, les questions européennes.

        Nous (nous qui votons Asselineau), nous sommes complètement hors-sujet.

        Les questions européennes, les Français s’en foutent.

        Juste avant le vote, l’institut de sondage IPSOS a posé la question :

        Quels sont les thèmes qui compteront le plus dans votre choix de vote (pour le premier tour le 23 avril) ?

        Réponse :

        1- Le pouvoir d’achat arrive en tête.
        2- L’immigration est la deuxième priorité des Français.
        3- Le chômage
        4- Le terrorisme
        5- Les impôts et les taxes
        6- Les inégalités sociales
        7- L’insécurité
        8- Les retraites
        9- Le système de santé
        10- Les questions européennes

        C’est la page 12 :

        http://www.ipsos.fr/sites/default/files/doc_associe/sondage-ipsos_soprasteria_1er-tour-presidentielle-2017-comprendre-le-vote-des-francais.pdf



        • kalachnikov kalachnikov 25 avril 14:24

          @ BA

          Le Pen et Mélenchon se sont présentés en tant qu’eurocritiques plus ou moins féroces.


        • Robert Lavigue Robert Lavigue 25 avril 11:09

          Je me demande si une psychothérapie collective ne serait pas utile.

          Euhh.. Dugué... Vous n’êtes pas plusieurs...
          Une psychothérapie individuelle sera largement suffisante !


          • Pyrathome Pyrathome 25 avril 11:35

            Monsieur Dugué, pensez printemps voyons !!
            Vous avez aimé Hollandouille ? vous allez adorer Macreux !!
            Vous avez choisi le vide, vous aurez le vide à tous les étages, et en outre, un excellent sujet d’étude !


            • ZenZoe ZenZoe 25 avril 11:58

              Je me demande si une psychothérapie collective ne serait pas utile ...

              Ou un véritable leader !
              Les Français, contrairement aux Britanniques par exemple, ont presque toujours éprouvé des difficultés à s’unir pour une cause commune et oeuvrer collectivement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils perdent pratiquement toutes leurs batailles et leurs guerres si personne ne vient à leur secours ou s’ils n’ont pas à leur tête un leader digne de ce nom, le dernier en date étant de Gaulle. De Gaulle qui non seulement a su réconcilier (un peu) les Français, mais aussi remettre le pays sur les rails du succès des 30 glorieuses. De Gaulle qui avait bien compris que les Français ont besoin d’un homme fort, et a instauré la 5ème république conçue juste pour ça. Dommage que les présidents suivants n’aient pas tous été à la hauteur des enjeux, c’est le moins qu’on puisse dire, et ça ne s’améliore pas à vrai dire...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 avril 12:11

                @ZenZoe

                Votre hypothèse est recevable l’homme fort, c’est l’autorité du chef. Je serais plutôt en faveur de l’autorité des juges et des maîtres, Platon et Hegel, mais avec une société ouverte. Il manque de la philosophie dans notre pays


              • scorpion scorpion 25 avril 15:59

                En tout cas le Narnard, il a des points communs avec le BHL, tout les deux ont voté Macron et tout les deux sont de très très très très très très grands philosophes se drapant d’une simplicité vertueuse et d’une discrétion toute narcissique. 


                • Taverne Taverne 25 avril 18:30

                  « Un avenir incertain » ? C’est heureux. Un « avenir certain » (comme avec Le Pen, par exemple), ça fait plutôt peur.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires