• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Une lettre pour rien

Une lettre pour rien

Freluquet nous a écrit une longue bafouille dans un langage technocratique filandreux (voir ici). Le couplet sur la France est plutôt amusant "écrit" par un type qui a affirmé qu'il n'y a pas de culture française. Finalement si alors ? La lettre nous propose dit-il 34 pistes de réflexion. Quand on parcourt celles-ci, on perçoit surtout une manière en creux de justifier sa politique : lire les passages sur le service public entre autres. Et il nous interdit de réfléchir sur plusieurs thèmes qui seraient autant de lignes rouges, dont l'immigration. La lettre dégage surtout une chose, Emmanuel Macron n'a strictement rien compris aux "gilets jaunes" considérés comme des fainéants, des tenants de "l'ancien monde".

 Il a besoin de proposer des pistes : Il semble pourtant que le peuple en suggère de nombreuses depuis maintenant plus de deux mois. On note aussi que jamais il ne parle des "gilets jaunes" dans son courrier, n'utilise pas le terme. Lui qui méprisait autant les "corps intermédiaires" on a du mal à comprendre, les "gilets jaunes" sont des citoyens qui se sont organisés sans ceux-ci, qui ont suivi pourtant les desiderata de Freluquet.

 Le fait que Alain Bauer à la télévision le souligne est intéressant (voir à ce lien). Bauer, présent à un poste élevé sous chaque président depuis longtemps, est un des vrais maîtres du pouvoir actuel, un des décideurs réels. Ce qu'il dit demande donc de l'attention. On comprend que les vrais gouvernants sont donc en train de lâcher Freluquet, et de lui chercher sans doute un "remplaçant" tout aussi inepte, tout aussi transparent...

 

Qu'il refuse de revenir sur l'ISF ou tout questionnement sur l'impôt est une sottise, montre son aveuglement. C'est le point central de la révolte des "gilets jaunes". Les travailleurs pauvres et ce qui reste de la classe moyenne en ont assez de payer des impôts dont la redistribution ne leur bénéficie plus, celle-ci allant d'abord vers des migrants ou des populations issues des "quartiers" dits pudiquement "sensibles", ce qui n'est pas de leur responsabilité bien entendu, mais est une réalité objective. Notons aussi que dans ces "quartiers" les "incivilités" commises sont couverts par le laxisme écœurant des institutions ne s'expliquant pas seulement par la baisse de leurs moyens.

On l'a vu pendant les samedis de ces dernières semaines, elles peuvent ètre très efficaces...

 

Qu'il interdise de remettre quoi que ce soit en cause de sa politique migratoire ou de celle donc de l'Europe imposée par Bruxelles, ou de la mondialisation dont il est un des "ravis" l'est tout autant. On en arrive pourtant à des situations extrêmement tendues du point de vue social ou économique, ou de simple sécurité des citoyens. On en arrive à une tier-mondisation de nombreux endroits, il suffit d'ouvrir les yeux. Il suffit de prendre les lignes D ou E du RER à Paris entre autres. Ces problématiques gravissimes ne se règleront pas en invoquant les années 30, le fââchiisme ou le racisme des personnes s'en inquiétant, ou que sais-je encore pour éviter d'en parler.

 De toutes façons sa lettre ainsi que le grand débat national ne sont là que pour une chose, faire ce que les technocrates se succédant au pouvoir depuis une cinquantaine d'années appelle de la "pédagogie" à savoir expliquer au peuple pourquoi il doit accepter de se plier à l'arbitraire économique.

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil 

illustration prise ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 janvier 11:00
    La lettre de Macron en vue du cadrage du « grand débat national » est rien moins que copieuse.
    Certaines questions sont ​accessibles à tous mais un grand nombre d’entre elles, hors de portée du Français moyen, nécessitent la médiation de « sachants », de spécialistes, d’experts, et cætera... pour formuler des réponses intelligibles par tous et utilisables ultérieurement.
    Or, ces élites semblent plutôt controversées en ces temps incertains où tout un chacun se déclare « sachant »...
    Quel en sera l’effet sur le « grand débat national » ?
    Macron a-t-il conscience de cet obstacle ?

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 11:06

      @Jean-Pierre Llabrés
      Je ne crois pas qu’il s’en rende compte


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 14 janvier 11:14

      @Amaury Grandgil

      Sauf à être cynique au point de vider le débat de toute substance...


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 11:17

      @Jean-Pierre Llabrés
      ça c’est possible aussi


    • Ouallonsnous ? 14 janvier 17:59

      @Amaury Grandgil

      Plutôt que de faire semblant d’être en charge de sa politique pour l’oligarchie financière UE/OTAN, Il n’a qu’une chose à faire, foutre le camp avec sa maffia avant qu’on les rattrapent et les passent au « tourniquet » !


    • V_Parlier V_Parlier 14 janvier 19:19

      @Jean-Pierre Llabrés
      Et même les questions accessibles ne donnent le choix que sur les détails d’une option déjà pré-choisie. Non seulement Griveau a justifié les interdits par des « valeurs communes » (ah qu’est-ce qu’on était tous à réclamer à corps et à cris les bidules LGBT de Hollande, c’est sûr... faut être gonflé...), mais même quand il s’agit d’être plus sérieusement en rapport avec la dégradation des conditions de vie des salariés modestes, les options « racines » n’existent pas : Libre échange, UE et GOPE, tout ça c’est hors champ. Donc on continuera encore et encore à discutailler des réformes fiscales, comment prendre l’argent quelque part pour le mettre ailleurs, et continuer à s’endetter en achetant (de plus en plus mal) la paix sociale à coups de pourboires en guise d’un marché de l’emploi favorable.

      Mais comme je l’ai déjà souvent écrit, c’est de toute façon trop tard. On n’évitera plus l’écroulement et les troubles. L’enfumage et la dissimulation de la situation catastrophique de la France par la désindustrialisation (au moyen de l’endettement et de la méthode Coué) a duré jusqu’à la limite de l’élastique pour nous faire croire que nous vivions dans un pays prospère. Aujourd’hui la foule qui a rêvé se rend compte que ces histoires de « reprise qui vient » c’est du bidon. Beaucoup croient encore qu’on peut augmenter leurs salaires sans rien toucher d’autre et qu’ils ne seront pas virés en masse pour autant. Ceux-là n’ont pas encore tout compris, et c’est à eux que son destinées les options préchoisies à fignoler, histoire de dire : Voyez, c’était votre proposition !


    • michalac michalac 14 janvier 20:14

      @V_Parlier

      « la dissimulation de la situation catastrophique de la France par la désindustrialisation »

      Quelle situation catastrophique de la France ?

      Et quelle desindustrialisation ?

      En plus d’une vision catastrophiste, vous avez une vision rétrograde de l’activité économique française.

      S’il y a baisse de l’indice de la production industrielle ( de 115 à 100 entre 2000 et 2015), il y a parallèlement mutation du secteur industriel et transfert d’activité vers les secteurs à haute-technologie. S’est produite, en outre, une monté en puissance du secteur des services qui a plus que compensé les pertes en volume du secteur de l’industrie depuis 1980.

      Les changements en nature des biens produits ne sont qu’une illusion du phénomène de désindustrialisation.
      Il est même des activités de production inclassables tant elles mêlent notions de service et d’ouvrage manufacturier.

      Le danger, pour une nation économique telle que la France, sont davantage les conservatismes qui lui font voir toujours ce qu’elle perd et jamais ce qu’elle gagne en substitution.


    • V_Parlier V_Parlier 14 janvier 22:10

      @michalac
      Quand je vois un tel déni (de la part de quelqu’un qui ne travaille sûrement pas dans l’industrie) je me dis que vous méritez Macron. Allez, encore une couche, ça ne suffit pas !

      Ce pipeau des services et des produits « dématérialisés » sont l’exemple parfait de ces théories bidons (dont les bienfaits ne se justifient qu’en dividendes et éventuellement un peu en taxes) et de la méthode Coué qui nous a été appliquée par les prédecesseurs de Macron. La désindustrialisation, une « illusion » ? Mais vous venez de quelle planète ? Les entreprises européennes (oust-européennes tout comme les américaines d’ailleurs) externalisent au maximum, au point que souvent il s’agit même de sous-traitance (évidement en low-cost country) et même plus d’emplois dits « internes ». La « haute technologie » on ne la voit même plus passer devant notre nez : Le développement part directement dès le début en Inde ou en Chine (et j’aui bien dit le développement car la production c’est déjà évident pour tout le monde qui vit sur Terre).

      Les services ? Vous faites tourner un pays avec des restaurants et des aides à domicile pour les mamies ? (La retraite de la mamie et le salaire de l’aide devrait alors tourner en circuit fermé, il y aura moins de pertes ! Il ne reste plus que la génération spontannée de richesse pour que les deux à la fois survivent).

      Le secteur des « nouveaux services d’avenir », c’est ce qu’on choisit quand il ne reste plus rien d’autre, parce-que soit c’est du pipeau (parfois bien payé si on sait bien pipeauter) soit c’est un boulot de merde. Dans les autres cas c’est quelque chose qui existe depuis toujours et qui ne compensera jamais la perte d’emplois dans les autres secteurs. Ou alors il faut revenir aux modèles de vie paysans d’avant l’ère industrielle. Ca c’est possible mais je doute que beaucoup de gens y soient prêts.

      Le danger des « conservatismes » ? Mais je crois rêver ! Je finis par espérer que Macron reste et vous en fasse baver, comme ça je n’entendrai plus ces conneries ! Que j’en entende encore 10 comme ça et je voterai pour la première fois pour lui, parce-qu’apparemment il vous en faut plus encore !


    • V_Parlier V_Parlier 14 janvier 22:21

      @michalac
      J’ai oublié d’ajouter que ce gros pipeau de l’économie « post-industrielle » est le genre de chose que les occidentaux ont voulu « apprendre » aux russes quand l’URSS s’est effondrée : Faire du fric avec rien, ne rien produire de matériel, faire du business et du service. Le résultat ne s’est pas fait attendre : La fin des années 90 en Russie a laissé des souvenirs encore bien plus mauvais que l’URSS post-brejnievienne. Et comme par hasard, ils suivent maintenant le chemin inverse et ça s’améliore... bizarre bizarre...

      L’Europe a supporté plus longtemps ce régime car elle était auparavant prospère. Il y avait encore de quoi purger le siphon pendant une vingtaine d’années mais maintenant le siphon est vide et l’élastique de la dette cache-misère est trop tendu. Réjouissez vous et profitez de votre nouvelle ère post-industrielle des « nouvelles technologies ».


    • UnLorrain 14 janvier 22:55

      @V_Parlier

      Tout a fait en accord avec vos constats. Bravo mais triste. Je manque de temps je me suis arrêté a vos commentaires.


    • michalac michalac 14 janvier 22:59

      @michalac

      Vous avez oublié d’apprendre, dans l’intervalle, que ce qui n’a pas de réalité matérielle n’est pas rien pour autant.
      Tout n’est pas affaire de boulons et de traverses de bois. Il s’agit là d’une vision des années cinquante qui perdure , hélas, chez tous ces nostalgiques d’un monde ancien qui ont mal vieilli. Autant que chez ces nostalgiques d’un monde fantasmé qu’il n’ont pas connu...Tout ce qui a une utilité à satisfaire un désir exprimé, un besoin manifeste ou, même sans ça, qui se révèle utile à l’usage mérite d’être produit. Avec ou sans boulon...

      Vous semblez croire que la Russie suit aujourd’hui le chemin inverse de celui pris en 1990. Rien n’est plus faux. Non seulement la crise des année 90 n’est que celle consécutive à l’effondrement d’un système tout entier mais la sortie de crise et la période de croissance qui s’ensuit ne sont dues qu’à l’instauration et la consolidation d’un capitalisme d’Etat dont on voit déja les limites. Si seulement les russes avaient été capables, comme vous le prétendez, de produire des services et de faire du buzziness... Au lieu de ça, une captation sauvage des actifs de l’économie nationale par une bande de mafieux pudiquement appelés « oligarques ». Une absence totale de perspective et d’investissements.
      Aujourd’hui, l’économie russe, selon qu’en témoignent les tableaux de l’institut de la statistique du pays, s’enferre dans le modèle de l’économie de rente voué, tôt ou tard, à l’effondrement. Voyez la cas éloquent de l’arabie Saoudite d’aujourd’hui. Seule son industrie de l’armement peut, à terme, mettre la Russie sur la voie de l’innovation et de l’investissement à fin de production en série. Mais avant ça...



    • V_Parlier V_Parlier 15 janvier 13:01

      @michalac
      Le pire c’est que vous croyez que c’est vous qui êtes à la page alors que le monde entier se comporte tout à fait autrement, y compris ceux qu’on appelle habituellement les « gagnants de la mondialisation » (USA, Chine, etc...). Vous avez encore cette illusion d’une Europe qui héberge une civilisation de maîtres , ceux qui font de l’immatériel que le monde est prêt à leur acheter et qui voient plus haut, qui s’approvisionnent chez les has been du reste du monde qui fabriquent (et conçoivent, je le rappelle) à leur place (tout ce que nous consommons d’ailleurs goulument et qui remplit ensuite les décharges à vitesse fulgurante, un autre paradoxe d’une société basée sur les services). C’est non seulement très condescendant et prétentieux mais d’un court-termisme sidérant. Vous n’êtes d’ailleurs capable de citer aucun exemple de ces productions immatérielles significatives qui nous permettaient d’équilibrer notre balance commerciale. (Parce-que faire bosser les autres à notre place sous-entend qu’il reste quelque chose d’autre à leur donner que du vent ou qu’une richesse issue de l’exploitation de leur propre main d’oeuvre, ce fameux « volume dégagé » par « notre » industrie. Le siphon est vide maintenant).

      A propos de la Russie, vous ajoutez : "la sortie de crise et la période de croissance qui s’ensuit ne sont dues qu’à l’instauration et la consolidation d’un capitalisme d’Etat« -> Tout à fait, et c’est déjà mieux que du capitalisme tout court, où c’est l’Etat lui-même qui se fait corrompre par les oligarques ocidentaux, blancs comme neige. Mais je lis ensuite : »Une absence totale de perspective et d’investissements.« -> 20 ans de retard dans vos argumentaires, comme d’habitude.

      Enfin, je parle d’un monde que j’ai bien connu, même si je ne crois pas au monde parfait. J’ai commencé à travailler en 91 et c’était largement suffisant pour observer comment la délocalisation a fait des ravages et combien tout ce qui peut se faire à distance (donc l’immatériel encore plus !) a été externalisé. A tous les échelons des entreprises de taille significative, les autres ayant tout simplement déposé le bian. Vous pouvez toujours me citer les 2-3 exemples (ah que c’est beaucoup) de start-ups françaises (qui emploient chacune 20 personnes ?) qui vendent des trucs à Apple ou à machin chose, ce n’est que poudre aux yeux.

      En effet, tant que j’entendrai des hommes politiques parler comme vous je continuerai de me dire qu’ils sont tous hors sol. C’est pourquoi je crois que Macron s’imaginait réellement qu’en arrivant avec ses »réformes" la France allait repartir en 6 mois et que tout le monde le louerait.


    • V_Parlier V_Parlier 15 janvier 13:16

      @V_Parlier
      (Au cas où je doive reformuler encore plus simplement : Quand on dit l’industrie ça sous-entend évidemment le développement des produits, aussi bien sous l’aspect matériel, logiciel, ou autre. Bref, toutes les activités de conception et pas seulement la production. Ceux qui sont sensés avoir de tels postes aujourd’hui en France sont à 90% des gestionnaires de ressources délocalisées. Donc plutôt que de dire « industrie » je vais dire : « le secteur secondaire » afin d’éviter les chipotages).


    • michalac michalac 15 janvier 18:15

      Votre agitation manifeste et la bousculade dans vos idées ne parviennent pas à masquer une conception archaïque et figée de l’économie d’un pays.

      Quelques erreurs :

      " Vous avez encore cette illusion d’une Europe qui héberge une civilisation de maîtres "

      Non, pas l’illusion mais la certitude. Voyez ci-dessous les statistiques attestant du leadership européen en matière d’innovation technologique. La France se classe deuxième parmis les nations européennes. Ce qui n’enlève rien au mérite des « pays émergents » et autres "pays nouvellement industrialisés"...

      https://www.epo.org/news-issues/news/2018/20180307_fr.html


      Il faut bien évidemment ajouter à cette aspect technologique de l’avancement civilisationnel, un niveau de vie moyen et une qualité de vie sans équivalent dans le monde.


      —  " les « gagnants de la mondialisation » (USA, Chine, etc...). "

      Avant d’être des gagnants de la mondialisation, les USA, la Chine sont des puissances. Des puissances démographiques, territoriales et économiques. Rien d’illogique à ce qu’elles puissent capter la plus grosse part du gateau mondial. Les petits états moins riches ne sont pas pour autant des perdants... C’est là une vision par trop manichéenne de l’économie mondiale


      — " ceux qui font de l’immatériel que le monde est prêt à leur acheter et qui voient plus haut,"

      Non, ceux qui, en plus d’une activité manufacturière, ont développé une production dématérialisée. Ce, non pas parce qu’ils regardent plus haut, mais parce qu’ils regardent devant... Une posture à laquelle il faut ajouter une vision dynamique des affaires économiques nationales et mondiales. Bref, l’affranchissement de toute conception stérile et sclérosante de l’activité économique humaine.
      En outre, il est conseillé, lorsqu’on a l’ambition de vivre de son travail et de gagner sa vie, de veiller à ce que le monde soit prêt à acheter sa production. Ce qui vaut là pour un individu vaut également pour une économie nationale.


      " qui s’approvisionnent chez les has been du reste du monde qui fabriquent (et conçoivent, je le rappelle) à leur place (tout ce que nous consommons d’ailleurs goulument et qui remplit ensuite les décharges à vitesse fulgurante,... "

      Les pays riches ont, eux aussi, leurs pauvres. La production bon marché des économies moins développées est, pour ceux-ci, une manne. Les "has been" sont, à la seule exception de la Russie, des pays qui n’ont même jamais existé sur l’échiquier de l’économie mondiale. Comment, dès lors, être « has been »  ?
      Pour ce qui est de la conception des produits en provenance des pays visés, elle est, le plus souvent, résiduelle de l’innovation des pays développés, laissée par ces derniers, au motif de son obsolescence, au pays engagés dans un processus de developpement fondé sur des technologies de rang inférieur parce que plus anciennes.
      Il s’agit , en fait, de l’aboutissement final du processus de démocratisation des technologies par application à l’échelle mondiale d’une production de masse. Un phénomène en grande partie lié à ce qu’on appelle « le cycle du produit ». Partant, rien n’empeche d’acheter français...


      — " Vous n’êtes d’ailleurs capable de citer aucun exemple de ces productions immatérielles significatives... "

      On entend communément par production immatérielle tout ce qui concourt, non pas par son caractère sériel mais par sa valeur technologique intrinsèque, à la production nationale, fût-elle ou non matérielle. Ainsi, des produits on ne peut plus palpables contiennent un fort pourcentage-valeur de technologie, par défiition, immatérielle. Une technologie sans laquelle le produit matériel final serait sans valeur ni utilitaire, ni marchande. Ainsi,

      — Le TGV d’Alsthom
      — Les centrales nucléaires d’Areva
      — La robotique appliquée au monde médicale
      — L’aéronotique de Dassault ( notamment le Rafale )
      — Airbus

      Voilà pour l’essentiel, le reste concerne essentiellement des produits de consommation courante notamment dans le domaine du textile, de l’industrie pharmaceutique et j’en passe.

      Mais encore, voyez par ici  :

      https://www.forbes.fr/classements/bloomberg-innovation-index-la-france-dans-le-top-10/?cn-reloaded=1


      " ...qui nous permettaient d’équilibrer notre balance commerciale. "

      Pourquoi ce que vous appelez production immatérielle devrait être tenu davantage responsable du déséquilibre de la balance commerciale que celle matérielle ? La technologisation de la production n’est pas une panacée mais une chance en plus d’être inéluctable au regard du "sens de l’histoire" et du degré d’avancement de la production française. Auriez-vous encore l’ambition de redresser la barre par l’export de boîtes de conserve et de boulons ?


      "(Parce-que faire bosser les autres à notre place sous-entend qu’il reste quelque chose d’autre à leur donner que du vent ou qu’une richesse issue de l’exploitation de leur propre main d’oeuvre, ce fameux « volume dégagé » par « notre » industrie. Le siphon est vide maintenant). "


      Non, faire travailler les autres à notre place ne témoigne que d’un avantage comparatif des pays non-développés quant au ratio "coût du travail / productivité du travail ".J’inclus à la notion de productivité le savoir-faire et la qualification de la main d’oeuvre.
      Pour le reste, c’est assez confus... Je ne vois pas de "fameux volume dégagé par notre industrie« ... Pas plus que de »syphon vide"...

      A suivre






    • V_Parlier V_Parlier 15 janvier 22:39

      @michalac
      Votre blabla pipeau et votre prétention sont encore plus insupportables que le pire des discours de Macron (même le pire). C’est irrécupérable à ce niveau. Que des exemples d’un autre temps dans votre liste (dont la moitié sont des entreprises aujourd’hui bradées aux USA et qui externalisent à tours de bras, la seule tenant la route étant dépendante des commandes d’armement, comme dans les pays pas bien...). C’est consternant.

      Le « best of », en réponse à " Vous avez encore cette illusion d’une Europe qui héberge une civilisation de maîtres « , la réponse résume tout :  »Non, pas l’illusion mais la certitude. Voyez ci-dessous les statistiques attestant du leadership européen en matière d’innovation technologique« .

      Votre lien qui prétend évaluer l’existence d’une activité technologique significative (c.à.d. où participe un grand nombre de personnes) dans chaque pays se base d’abord sur les dépots de brevets. C’est d’un ridicule sans bornes. J’ai déjà eu l’occasion de déposer des brevets (en tant que salarié bien sûr, vu le prix que ça coute) et de voir ceux qui étaient déposés par d’autres, et depuis une quinzaine d’années il ne s’agit plus que d’astuces légales portant sur des détails insignifiants (présentation d’un produit, détail ergonomique mineur) simplement pour emmerder les concurrents. Le brevet n’est qu’une arme qu’utilisent les gros pour se battre devant les tribunaux. Seulement 1% concerne des vraies découvertes. Donc, désolé de vous le dire encore une fois mais c’est encore du bon gros bidon. Mais vient le deuxième critère qui tue : la productivité. Ben c’est clair, quand on fait tout faire par 40% d’Indiens, 40% de Chinois, 15% dans un pays européen low-cost et 5% de français, on est compétitif. Mais je m’en fous complètement, ça ne m’intéresse pas. Et comme je sais que ça ne changera pas, j’applaudirai le jour où ça se cassera la gueule. Inutile de vous dire que dans ces conditions, en tant que consommateur particulier, plutôt que d’acheter des faux produits français ou européens je vais aller voir directement chez leurs concurrents de la rue d’à côté... en Chine ! Puisque ces garands groupes »compétitifs« n’ont pas besoin de nous qu’ils crèvent avec nous. Riez mais ça pourrait arriver bientôt.

      Bonus pour les intéressés (pas pour vous, c’est trop »crispé sur le passé", ça va vous donner des aigreurs) : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-delocalisations-la-chine-et-le-184603 .


    • François Pignon François Pignon 14 janvier 11:17
      1. ce n’est pas lui, bien évidemment qui a écrit de texte,
      2. le postulat de l’auteur de cette lettre est que la société est composées de parents détenteurs de l’autorité et d’enfants dont les plus nombreux sont soumis, d’autres sont rebelles et quelques-uns auraient la velléité d’être libres, mais pas d’adultes dans cette société
      3. Macron est avant tout un pervers narcissique dont le plaisir consiste à savourer les conséquences de ses impostures : rouler les gens est son seul talent, la stratégie du « grand débat » n’est pas de lui, elle lui fait peur et il n’aura pas à l’animer : ses commanditaires trouveront qq’un d’autre
      4. lart épistolaire consiste à échanger des courriers, ce texte n’est pas une lettre, mais un « épitre » 

      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 11:18

        @François Pignon
        oui, un épître macronien


      • baldis30 14 janvier 16:38

        « @Amaury Grandgil
        bonjour,
         »oui, un épître macronien"
         Etes vous bien sûr de l’orthographe du troisième mot, n’y aurait-il pas une lettre de trop ?


      • INsoMnia INsoMnia 14 janvier 23:57

        @François Pignon

        macron n’est qu’une invention du système, un clone de l’olig ar chier ! Je ne peux qu’approuver la dénomination d’un pervers narcissique.

        Allons-nous, nous retrouver quelques soient les bords pour une vraie Démocratie, celle du Peuple ? Je l’espère !


      • Zaza Zaza 14 janvier 11:21

        Dans un système ouvert, sans frontière, sans contrôle des changes, il n’y a rien à faire, qu’a laisser filer le sens de l’Histoire du capitalisme total, Micron le sait. Sans dévaluation ni protectionnisme (impossible en société idôlatrant la consommation) Il ne peut que baisser les salaires.

        guerre mondialiste gagnée par l’oligarchie

        guerre raciale anti-souchiens Coudenhove Kalergi gagnée aussi (43% de naissances d’origine africaine en startup colony)

         

        https://francais.rt.com/opinions/57735-derriere-multiculturalisme-macron-il-y-a-nouveau-racisme

         

        Parti Colon immigrationiste de Qui-n-aime-pas-les-blond et Parti Colonisateur mondialiste de Soros, même combat.

         


        • michalac michalac 14 janvier 23:22

          @Zaza

          « sans contrôle des changes... »

          Sans contrôle des changes ? Quels changes ?


        • Elric Menescire Elric Menescire 14 janvier 11:26

          Bonjour,

          Cette lettre est répugnante d’infantilisation et de mépris. Le couplet sur les Services Publics est ahurissant de violence sociale à peine dissimulée. On dirait qu’il considère les GJ et tous ceux qui contestent sa politique comme des enfants...Il croit toujours qu’il peut reprendre la main de cette façon, sincèrement ? 

          je pense qu’effectivement il n’a pas compris...ou plutôt qu’il fait semblant de ne pas avoir compris.

          Son logiciel aurait bien besoin d’être mis à jour, ce qui se passe dans le pays ne se calmera pas. Le danger est grand que si la contestation continue (ce qu’elle n’a aucun intérêt de ne pas faire), il ne durcisse considérablement sa posture, voire ne se transforme en Versaillais ou en Louis-napoléon bonaparte... Je pense que c’est, hélas, ce qu’il va se passer. J’ai vraiment peur pour mon pays (mais la peur n’empêche nullement de se préparer)


          • Elric Menescire Elric Menescire 14 janvier 11:31

            @Elric Menescire
            et pour en rajouter : je ne pense pas qu’il soit encore lâché par ses maîtres. Il n’y a qu’à voir ce que Moscovici a dit sur le budget de cette année...non, il est encore aux commandes, Bauer n’est pas un des plus importants (on n’a entendu ni Minc, ni Attali, ni aucun autre européiste aux manettes, Moscovici inclus), le critiquer sur les médias. Ils attendent de voir s’il reprendra la main ou pas, avant de sortir une autre marionnette. La manière de reprendre la main important peu..du moment qu’il la reprenne, car ils ne peuvent se permettre que la France serve de démarreur, comme elle l’a toujours fait historiquement, à une explosion sociale européenne, voire mondiale


          • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 11:34

            @Elric Menescire
            Que Bauer lâche ça veut dire que ça commence


          • troletbuse troletbuse 14 janvier 11:28

            Comme aujourd’hui, il n’y a plus de cabane au fond du jardin, je pense qu’il n’y aura pas de lettre papier qui coûterait un bras. Et se torcher avec un écran, c’est pas facile.


            • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 13:42

              @troletbuse
              avec un peu de vaseline ?


            • zygzornifle zygzornifle 15 janvier 08:58

              @troletbuse

               et macron te fouette avec ton câble USB ...


            • devphil30 devphil30 14 janvier 11:32

              Retour à l’envoyeur sans même l’ouvrir à l’adresse suivante

              Monsieur le Chef de Cabinet du Président de la République, Palais de l’Elysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré ,75008 Paris.

              Envoi gratuit


              • Le Panda Le Panda 14 janvier 12:10

                @devphil30
                Bonjour

                Retour à l’envoyeur sans même l’ouvrir à l’adresse suivante

                Monsieur le Chef de Cabinet du Président de la République, Palais de l’Elysée, 55 rue du Faubourg Saint-Honoré ,75008 Paris.

                Envoi gratuit

                Juste un petit mot pour dire seul le courrier envoyé au président de la République est gratuit, tous les autres sont payants.

                 smiley
                Donc s’il faut payer pour écrire à des gens qui nous coûtent la peau des fesses autant leur envoyer sous « pseudo » de la toile émeri, leur disant de bien serrer les fesses quoique que certains doivent savoir s’en servir « j’ai jamais essayé »  smiley


              • baldis30 14 janvier 16:41

                @Le Panda

                bonsoir,
                 c’est pire ... j’ai donné 1,3 euro pour acheter de la pub alors qu’un timbre pour lettre verte eût coûté moins cher en utilisant moins de papier ...


              • Le Panda Le Panda 14 janvier 17:40

                @baldis30
                bonsoir,
                 c’est pire ... j’ai donné 1,3 euro pour acheter de la pub alors qu’un timbre pour lettre verte eût coûté moins cher en utilisant moins de papier ...
                C’a c’est ben vrai comme aurait dit La mère Denis d’ailleurs elle, elle aurait carrément passé le courrier au lavage avant de le lire vu la masse de mains qui l’auraient touché avant


              • michalac michalac 14 janvier 18:43

                @Le Panda

                Panda a dit :

                "C’a c’est ben vrai comme aurait dit La mère Denis d’ailleurs elle, elle aurait carrément passé le courrier au lavage avant de le lire vu la masse de mains qui l’auraient touché avant"

                Mais mieux encore, La mère Denis ne serait jamais venu se répandre sur AgoraVox...


              • math math 14 janvier 11:33

                Une lettre pour rien une lettre de trop surtout..Il veut gagner du temps, mais surtout il perd le sien..Seul la caste des riches apporte leur soutien !


                • troletbuse troletbuse 14 janvier 11:37

                  Pas de remise en cause de la peine de mort : Les politicards ont une frousse bleu du rétablissement de la peine de mort pour « haute trahison »


                  • V_Parlier V_Parlier 14 janvier 19:25

                    @troletbuse
                    Il savent bien qu’elle serait réservée aux vrais tueurs et dangereux récidivistes qu’ils ne craignent pas. Ils ne craignent que les GJ qui vont murer LEUR portail ou faire des tags sur LEUR maison.

                    Si la peine de mort était recevable pour ces délits ils seraient peut-être pour...


                  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 14 janvier 14:59

                    C’est aussi mon avis :

                    Dans la Lettre de macron, vous lirez :«  »« C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires. C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.  »« ...

                    Rien que pour ça, Macron rend ce »dialogue" inutile !!! Si la France était la fraternité et l’égalité accomplies, on n’aurait pas vu tous les défilés chroniques depuis De Gaulle à Missié Pharaon... Il faut plutôt mettre en lumière l’incroyable élasticité de l’injustice française qui va de la tente individuelle du SDF du Quai Branly jusqu’au Paradis fiscal des CAC40 !!! https://www.elysee.fr/admin/upload/default/0001/03/0090173c1bc9aaa87f21995ae 3b88a55f1fda3d0.pdf

                    • ZenZoe ZenZoe 14 janvier 15:08

                      J’ai lu la lettre en entier ce matin. Il n’y dit strictement rien, mais pose des questions savamment orientées oui qui évacuent carrément le débat de fond sur le sujet..

                      Sur l’immigration, la question est : Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

                      Améliorer l’intégration ? Quand justement c’est cette impossiblité d’intégration pour certaines communautés qui est à l’origine du chaos ?

                      Une fois nos obligations d’asile remplies ? Quand justement c’est cette politique d’asile mal appliquée et couteûse qui pose problème ?

                      Ce défi qui va durer ? Quand justement le défi est au contraire de le stopper ?


                      • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 14 janvier 15:35

                        @ZenZoe
                        "

                        Améliorer l’intégration ? Quand justement c’est cette impossiblité d’intégration pour certaines communautés qui est à l’origine du chaos ?

                        Une fois nos obligations d’asile remplies ? Quand justement c’est cette politique d’asile mal appliquée et couteûse qui pose problème ?

                        Ce défi qui va durer ? Quand justement le défi est au contraire de le stopper ?

                        "
                        Hé oui


                      • Plus robert que Redford 14 janvier 16:10

                        @ZenZoe

                        Comme c’est drôle ! Moi aussi c’est ce passage qui m’a le plus « interloqué » !! L’immigration est donc un phénomène aussi naturel que le volcanisme ou la tectonique des plaques !!! Même le réchauffement climatique, on peut lutter contre Mais pas l’immigration !!! La connerie par le mépris non plus, d’ailleurs !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès