• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Valls ou Mélenchon : quand nous chanterons le temps des cerises

Valls ou Mélenchon : quand nous chanterons le temps des cerises

Souffrance, inégalités, pauvreté, la secousse mondiale approche. Jésus sera-t-il des nôtres ? Pendant ce temps, Valls, le sarkozyste, croit dur comme fer qu’il sera le Messie des Français, en 2017 ! Mais Mélenchon touche de plus en plus le cœur des Français.

Alors que depuis 2000 ans, les exégètes continuent de s’interroger sur la déité revendiquée par un certain Jésus, l’humanité semble aborder une ère nouvelle. Sera-t-elle celle du retour de celui que les chrétiens nomment le Messie ? Plus prosaïquement, il apparaît assez clairement qu’un vent nouveau souffle sur le monde : vent mauvais à l’évidence, avec des peuples en guerre aux quatre coins de la planète. Signe de la fin des temps ?

A l’évidence, les signaux d’alerte, pourtant émis depuis des décennies, n’avaient que très peu été entendus jusque-là, alors qu’ils révélaient la souffrance de milliards d’habitants. Face aux désordres qui se multiplient, un peu partout, émerge enfin une prise de conscience, par les populations du globe, d’un monde en total déséquilibre, qui menace l’humanité. Les cyniques – ils n’ont pas tort, cette fois - n’y verront qu’un éternel recommencement des luttes inter-humaines, qui ont toujours égrené la vie sur cette terre.

La culture anglo-saxonne, chère à Fillon, rabaisse l’être humain à l’état de bête sauvage

Cette fois, la secousse, que s’apprêtent à subir les sociétés humaines, sera-t-elle le séisme salvateur qui éradiquera les maux dont souffrent la plupart des êtres humains, pris en otages dans un système ultra-libéral capitaliste, aux mains d’une poignée de nantis sans scrupule, qui les opprime, les avilit, au point d’en faire des individus dénués de tout sens critique et de capacité de révolte.

Bien entendu, les inégalités sociales, principalement de revenus, sont le principal cancer des sociétés, alors que l’essentiel est à la portée de tous, grâce aux progrès technologiques, aux inventions, en un mot grâce à la science. La nourriture ne manque pas, les biens, pour se protéger (maisons, chauffage, etc.), pour se déplacer (voitures, train, avions, etc.), non plus. Contrairement aux premiers temps de l’humanité, marqués par la pénibilité de tous les actes liés à la simple survie.

Cependant, la répartition et le partage de ces richesses de base ne sont pas effectués de manière équitable et de façon à assurer un minimum de bien-être à chacun. L’invention de la monnaie et l’émergence de sa désastreuse excroissance qu’est la finance ont emprisonné les hommes dans un jeu sordide de compétition à outrance –religion des anglo-saxons-, rabaissant l’être humain à un état de bête sauvage ne connaissant qu’une loi, cette de la jungle. Tout est permis aux plus forts, y compris et surtout, le droit de mort sur les « perdants ». Cette culture anglo-saxonne chère à Fillon, qui idolâtre une certaine Thatcher, la casseuse des lois sociales en Grande-Bretagne.

Valls, le Bilderberg, certain de l’emporter en 2017

Pendant ce temps, en Gaule, devenue la France, grâce à Clovis, en 481, un ultra-minoritaire de feu le Parti Socialiste, clone de Sarkozy, avec lequel il fréquente les clubs secrets des riches dominants de la planète - Bilderberg, qui travaille à l’établissement du Nouvel Ordre Mondial, etc.- est certain, tant son orgueil espagnol écrase sa lucidité, de devenir le prochain président de la République.

Tellement certain, qu’il a, en quelques semaines seulement, concocté, un programme « rideau de fumée » destiné à enfumer les simplets et autres demeurés. Soudainement sous le charme du matador catalan, mis en avant pas les riches campagnes de pub, les couards et poltrons vont bien évidemment, et sans sourciller, gober la reconversion subite de l’ex-Premier ministre hollandais.

Aux oubliettes son bilan contre les plus démunis, tellement apprécié par les riches de Neuilly, du 8ème et du 16ème arrondissement. Il est d’ores et déjà l’idole de la finance, comme son modèle avant lui, un certain Sarkozy, que nombre de geôles françaises s’impatientent de recevoir, pour un long et accueillant séjour. Voilà pourquoi Macron l’exaspère, cet effronté chanteur d’opérette rotschildien, qui ose fouler ses plate-bandes, au risque de le faire trébucher dans sa propre arène. 

La chance de Valls : les électeurs qui ne réfléchissent pas

La dégénérescence collective, dans le monde, et en France en particulier, trouve sa source dans la lobotomisation des cerveaux de la jeunesse, laquelle se noie dans l’usage imposé, partout, - sur internet, à la télé, dans la presse écrite - de la langue anglo-américaine, qui assassine la culture française et la capacité cognitive de ceux qui en usent immodérément. Une chance pour Valls, qui a surtout besoin d'électeurs qui ne réfléchissent pas, ou plus, comme ceux qui votaient Sarkozy. 

Merveilleux internet, qui a permis d’ouvrir des champs immenses de compréhension et de savoir, et qui devient, sournoisement, un outil de soumission et de conditionnement pour décérébrés et drogués, avec Facebook et d’autres réseaux, lesquels n’ont de social que leur sottise, qui dissimule à peine l’instrument d’espionnage aux mains de la NSA, de la CIA et du FBI.

France de la couleur du deuil - le noir est partout véhiculant sa tristesse-, depuis dix ans, imposée par quelque pseudo créateurs de mode homo déjantés, que suivent comme des moutonnes et moutons de Panurge les mêmes qui votaient aveuglément pour Naboléon sur Talonnettes.

Mélenchon pour l’humain, Valls pour les riches

Place à son successeur Valls ? Mélenchon semblant bien trop bon pour ce peuple schizophrène, capable de s’éprendre des Finkielkraut, Zemmour, et autres perturbés de la capsule ? A moins que...

Pendant ce temps, la conscience générale humaine, hors hexagone et son étonnante suffisance vis-à-vis du reste du monde, avance à grands pas. Elle renversera l’ordre des dominants dans un fracas qui emportera nos dernières civilisations pour laisser naître une nouvelle nature humaine (empreinte de bonté ?). Quand ? Qui sait ? Dieu, peut-être, ou son fils, si son retour est imminent, pour sauver la création, comme le croient ses fidèles ?

En attendant, la France va choisir un homme « providentiel » (c’est ce qu’ils se croient tous) afin de gouverner sa destinée pour le bonheur de tous. Fillon, Valls, Montebourg, pour le bonheur des riches. Le Pen pour le bonheur des despotiques. Bayrou, s’il y va, pour que rien ne change.

Et Mélenchon, qui a ma préférence, pour l’humain et le bonheur des autres. Ce bougre d’homme, qui touche de plus en plus le cœur des Français. Mais ce ne sera pas facile !

« Quand nous chanterons le temps des cerises »

 

Verdi

Mardi 3 janvier 2017


Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (43 votes)




Réagissez à l'article

203 réactions à cet article    


  • Victor 3 janvier 16:36

    Comique ! La gogoche négrière fait du réactionnaire anti-libertaire ... anti- sans-frontièriste... trop tard le léchage de cul libéral-libertaire gogocho est un plug anal géant vert connu de tous !
     
    Pauvre La Baudruche négrière ... sa signature et sur le traité de Maastricht et sur « la colonisation mondialiste est une chance pour la souchiennerie grand remplacée »
     
    Quand à son léchage à la mode de vers, il est juste ridiculement biobio.
     
    Une chiure grand remplacé est trouillarde par tautologie, le bobo catho a peur pour son assurance vie en €, le bobo gogocho espère toujours « jouir sans contrainte » dans des US pleine de rappeurs, shiteux, gode bébés gpa pour pédérastes etc ... Maintenant place à une sécu multiethniquée à l’américaine !
     
    « La déconstruction c’est l »Amérique" Derrida de la gogoche multiethniqueuse
     
    « Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui ce sont les pauvres qui vont demander la fin de l’État-Providence » C. Guilluy


    • lautrecote 3 janvier 16:48

      @Victor
      Où est le bouton « traduire »  ?


    • Victor 3 janvier 17:10

      @lautrecote
       
      A l’extrême droite.
       
      (le coté de la main qui écrit pas l’autrecoté, de celle qui torche le cul ... dirait barbu)
       
        smiley


    • gogoRat gogoRat 4 janvier 10:20

      « les électeurs qui ne réfléchissent pas »  :
       pléonasme !



    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 19:07

      @manu
      L’agriculture, la mer, la pêche, l’environnement, l’énergie et la protection des consommateurs ne font plus partie des compétences des Etats, mais de celles de la Commission européenne.
      Quand la majorité des Gouvernements rejettent un OGM, la Commission l’impose quand même.


      Sans Frexit, il est illusoire d’espérer qu’un Président de la République puisse y changer quelque chose... De plus, un texte vient de sortir qui implique financièrement les Collectivité locales en cas d’infraction de la France au droit européen...

      L’UE n’est pas une démocratie où chacun fait ce qu’il veut.
      Et si cela ne vous convient pas, alors, il faut décider d’en sortir.

    • Le421 Le421 4 janvier 20:18

      @Fifi Brind_acier

      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      Sortir de l’UE, sortir de l’UE, sortir de l’UE,
      etc...

      Ah oui, aussi, voter Asselineau, sinon, moins de 5%, ça va coûter cher la plaisanterie !!


    • Fergus Fergus 3 janvier 17:13

      Bonjour, Verdi

      Ce ne sera en effet « pas facile » pour Mélenchon, et même très difficile, eu égard au glissement vers la droite de l’électorat français. Mais c’est pour le leader de « La France insoumise » 2017 ou jamais. Entre un PS dévasté, un Fillon qui risque de se balladuriser, et une Le Pen plus si sereine qu’il y a quelques semaines, il y a sans doute un coup à jouer, fut-ce avec de très faibles probabilités de qualification pour le 2e tour.

      Cela dit, reconnaissons qu’à l’heure actuelle, c’est Macron qui, en préemptant le vote centriste, a s’il ne commet pas de faute majeure, le plus de chances d’être dans le trio de tête, et donc de pouvoir le cas échéant disputer la qualification à l’ultra-catho thatchérien et à l’héritière de Le Pen auquel Fifille quémande quelques millions d’euros tout en affichant ostensiblement sa rupture avec les idées nauséabondes de son père.

      Quant à Valls, il est probable qu’il sombrera avec les autres participants d’une primaire de la « Belle alliance » - même le nom est ridicule - menacée d’un flop cuisant.

      Excellente année 2017 !


      • Victor 3 janvier 17:26

         
        L’ex-France soumise des glands remplacés...


      • Verdi Verdi 3 janvier 17:55

        @Fergus

        Bonsoir Fergus,

        Vous vous souvenez certainement de l’élection présidentielle de 1965 et d’un certain Jean Lecanuet, que quelques observateurs de l’époque n’hésitaient pas à présenter comme le « Kennedy » français. Il était bien sur lui, un sourire comme on en voyait sur la pub des dentifrices Email Diamant. Macron, c’est vrai, veut apparaître comme l’homme neuf, un peu comme Lecanuet qui jouait de cette comparaison par rapport au grand Charles. 
        Mais, je ne parviens pas à me faire une opinion claire du personnage. Tantôt, il m’intrigue, tantôt il me paraît n’être qu’une marionnette articulée par les financiers qui ont parié sur lui.
        Vous avez raison, il rassure les électeurs centristes, mais il agace beaucoup à gauche, sensibilité politique dont il se réclame. Or, il faudra bien rassembler au second tour ces gens de gauche, car il ne pourra récupérer des voix de droite que dans une faible proportion.
        Un dernier mot, je le sens fragile, vous savez, comme une construction d’allumettes ou un château de cartes.
        Quant à Mélenchon, vous avez raison, ce sera difficile, mais j’ai envie d’y croire, ne serait-ce qu’un peu, histoire de marquer l’Histoire. Ce serait pas mal, non ?

        Excellente nouvelle année à vous également ! 


      • Croa Croa 3 janvier 19:05

        À Fergus
        Ce n’est pas exactement ça. Monsieur Macron est déjà qualifié par l’oligarchie ce qui signifie qu’il a l’appui des médias lesquels sauront bien lui fabriquer une popularité sur mesure (pas forcément centriste). Le PS est cramé et la supposée « primaire de gauche » ne sauvera pas cette bande de pantins aux ficelles trop usagées. Le système non seulement ne les sauvera pas mais exploitera leurs faiblesses au contraire pour mieux soutenir leurs champions, à savoir Macron et Fillon vu que pour le système peu importe le gagnant du moment que c’est un de ces deux.


      • Fergus Fergus 3 janvier 19:49

        Bonsoir, Croa

        « il a l’appui des médias lesquels sauront bien lui fabriquer une popularité sur mesure »

        Soyons objectifs : cette popularité, il l’a déjà en partie construite lui-même. Par sa jeunesse. Par la modernité qu’il affiche. Par son positionnement « ni de gauche ni de droite » qui séduit nombre de Français fatigués de clivages plus ou moins artificiels entre les partis dits de gouvernement. Mais il n’aura sans doute aucune chance de destin national si les médias - au delà de ce qu’ils ont déjà fait pour lui (cf. Paris-Match et l’Obs) ne lui font pas la courte échelle, vous avez raison sur ce point. Or, il a incontestablement un profil de nature à séduire les oligarques qui œuvrent en coulisse. Bref, à suivre...

        Pour ce qui est du PS « cramé », je suis d’accord avec vous, et la primaire ne sauvera aucun de ses protagonistes.


      • Fergus Fergus 3 janvier 20:01

        @ Verdi

        Si les socialistes sortent essorés de la primaire - et je pense que ce sera le cas -, Macron devrait récupérer une large part des voix accordées en 2012 à Hollande. Ajoutées à celles de nombreux centristes, et peut-être de gaullistes orthodoxes hostiles au réactionnaire Fillon, cela pourrait lui donner de réelles chances.

        Si en revanche le vainqueur de la primaire PS réussit à s’en sortir avec une participation significative (au moins 1,5 à 2 millions de votants), le candidat pourrait limiter la déculottée prévisible d’avril 2017.


      • leypanou 3 janvier 20:06

        @Fergus
        et même très difficile, eu égard au glissement vers la droite de l’électorat français.  : vous avez raison, et le mieux c’est que JL Mélenchon -les autres aussi d’ailleurs genre Hamon ou Montebourg- abandonne tout de suite car il n’a aucune chance.

        Ce qui est tout de même bizarre, c’est que l’électorat français glisse à droite, le PS glisse à droite par opportunisme -si M Valls a été nommé PM, c’est entre autres pour çà- et pourtant le PS continue à perdre les élections. Et cela a été aussi vrai en1983 (défaite en 1986), 1993, 2002 (jamais autant de privatisations), 2016 (où le MEDEF a obtenu quasiment tout ce qu’il voulait).



      • wesson wesson 4 janvier 00:12

        @Fergus
        C’est un message d’espoir (certes très mesuré) que je fait avec la nouvelle année. Je crois que Macron se dégonflera comme une baudruche dès que les candidats seront connus. 


        ça tient au fait que Macron ne présente pas un programme mais une martingale. En gros il y a une seule mesure, passer les cotisations sociales sur la CSG. Une mesure piquée du programme FN de 2007 et 2012, votée par le gouvernement Hollande et l’assemblée PS avant qu’elle ne se fasse censurer par le conseil constitutionnel, car la mesure ne s’appliquait pas à tous les salaires.

        Le FN a un programme, L’UMP* a un programme, Melenchon a un programme. Je ne juge pas ’pour ou contre’, mais je constate que ce sont effectivement des programmes. En dehors de ces 3, tous les autres candidats ou prétendant n’ont au mieux qu’un petit catalogue de mesurettes - toutes les mêmes - avec 2 ou 3 conneries sociétales du genre Burka ou adoption homo pour entretenir l’illusion d’une différence.

        Dès lors qu’il faudra parler de ce qu’ils vont réellement faire, et de leur vision de la société Française et de son organisation, vous verrez Macron incapable de nous sortir autre chose que « l’Europe, l’Europe, l’Europe », ce qu’il as d’ailleurs déjà commencé à faire en parlant de Merkel comme celle qui a sauvé l’Europe tout entière en accueillant presque 1 million de migrants (mais sans dire que depuis elle en as foutu dehors la majeure partie). Dès qu’un mec vous parle de dignité et de valeurs, vous pouvez être certain qu’il cherche à vous entourlouper. 

        Bref, je veux croire au dégonflage de Macron ce printemps, à une berezina de la primaire PS qui incitera les électeurs de ce parti à voter Mélenchon au 1er tour pour éviter un duel Fillon - Le Pen.

        Mais je le reconnais : cela fait vraiment beaucoup de conditions à satisfaire, la plus dure d’entre elle étant de convaincre les électeurs fidèles au PS que Mélenchon est quand même un bien meilleur choix que Fillon.

      • jorie 4 janvier 01:41

        @wesson je dois dire que j’approuve votre analyse. Effectivement, tous ces candidats ne proposent que des mesurettes qui sont sensées séduire des morceaux d’électorat, sans autre ambition que de plaire, et de changer d’avis au gré des sondages. Effectivement, Fillon a un programme à droite, Macron fait du cinéma, et Mélenchon a tout un programme qu’il bosse depuis des années et auquel ont participé plein de citoyens. Qu’on l’approuve ou pas, ce programme est global, financé et argumenté. C’est tout de même important que le programme s’adresse à l’ensemble du pays, qu’il propose une vision géopolitique cohérente et que le cap soit bien annoncé aux électeurs. Cette vision globale est nécessaire pour que tout s’articule et se tienne. C’est aberrant de promouvoir une mesure contredite par d’autres mesures trois lignes plus bas. Hélas, c’est ce que je constate dans les programmes FN , LR et PS. L’absence de cohérence dans les idées. Un programme, c’est un projet global, un cap à tenir sur le temps long, pas un catalogue Ikea ! et surtout un engagement réel, pas une entreprise de séduction pour l’emporter et trahir tout le monde après.


      • wesson wesson 4 janvier 03:24

        @jorie
        le programme UMP(LR) et FN là ok, je voit ce que c’est.


        Par contre le programme PS, je ne sait pas le trouver ...

        * Valls veut défaire tout ce qu’il a fait lorsqu’il gouvernait
        * Peillon veut plus encore plus d’Europe, parce que là on est en manque
        * Montebourg veut renégocier ce que Hollande a déjà renégocié
        * Hamon veut que vous changiez votre Diesel pour une Essence
        * Les 3 autres non PS veulent que l’on sache qu’ils existent - c’est pas gagné.

        Le seul qui avait quelque chose d’intéressant, c’était Filoche et ils l’ont éjecté comme un malpropre. 

        Bref, non seulement aucun n’as un véritable programme, et comme ils vont s’écharper jusqu’à la fin de la primaire, il n’en auront pas plus jusque là. Quand aux militants PS, ils peuvent déjà inscrire dommage : ça se fera sans eux pour le projet final.

        En tout cas, trouver aujourd’hui un programme de gouvernement PS, c’est bien plus dur que de trouver la dernière vidéo de l’OEI dans ses combats à Mossul.

      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 06:48

        @wesson
        Pour Mélenchon aussi, c’est « l’ Europe, l’ Europe, l’Europe » !
        Il est désespéré à l’idée que ce machin s’effondre.
        Tout son programme n’est destiné qu’à ça : « sauver l’ Europe » !!

        Jacques Généreux l’exprime clairement : « La priorité c’est de sauver l’ Europe »


        Quand on écoute Mélenchon expliquer son Plan A et son Plan B pour l’ Europe, à aucun moment il n’est question de Frexit, mais de faire du chantage sur les autres pays.

      • JL JL 4 janvier 08:16

        @Fifi Brind_acier
         

         
        ’’Qu’est ce que la Ve République vient faire là dedans ’’
         
         Et qu’est-ce que la promotion de votre homme providentiel vient faire ici ?
         
         Vous ne croyez pas qu’il appartenait à Verdi de défendre lui-même son point de vue ?

      • Fergus Fergus 4 janvier 09:21

        Bonjour, Fifi Brind_acier

         smiley

        BFM, c’est entre 1 et 1,5 % des parts de marché d’un panorama télévisuel qui n’est plus regardé que par 1 électeur sur 2. Soit entre 0,5 et 0,75 % pour BFM. Autrement dit, c’est peanuts !!!

        Il est évident que ce n’est pas là que Macron a construit sa popularité. Mais si cela peut vous rassurer... smiley


      • Fergus Fergus 4 janvier 09:26

        Bonjour, wesson

        « je veux croire au dégonflage de Macron ce printemps, à une berezina de la primaire PS qui incitera les électeurs de ce parti à voter Mélenchon au 1er tour pour éviter un duel Fillon - Le Pen. »

        Puissiez-vous avoir raison ! Il est évident que ce serait la meilleure configuration à mes yeux.


      • JP 4 janvier 10:53

        @Fifi Brind_acier
        vous ne pouvez pas ignorer le changement de positionnement de Mélenchon depuis quelques années et plus généralement du PG sur l’Europe et l’Euro (qui est le vrai problème), chemin que d’autres emprunteront obligatoirement, mais plus tard, quand ils auront compris :
        « Entre la souveraineté des Français et l’euro, je choisis la souveraineté »

        https://www.youtube.com/watch?v=AAWg0nQHEeg


      • izarn izarn 4 janvier 11:13

        @Verdi
        Macron n’est qu’une bulle.
        D’ou vient l’argent de sa campagne ?
        Pourquoi les merdias en parlent tant ?

        Ceci n’étant pas résolu, il n’est pas utile de faire sa pub ; de parler de lui comme si cet individu était sérieux...

        Par contre se demander pourquoi « on » l’a mis la...
        A mon avis, il fait « écran », de sorte qu’on ne parle que trés peu d’autres candidats.
        Une stratégie de censure.


      • Verdi Verdi 4 janvier 11:23

        @izarn

        Votre remarque me fait penser à la stratégie adoptée par les « on » (dont vous parlez) pour assurer l’élection de Sarkozy, en 2007. Les merdias ont eu ordre de faire un tapage monstre en faveur de Ségolène Royal dont on savait qu’elle ne pèserait pas lourd à l’arrivée, du fait de l’hostilité d’une grande partie des socialistes, à commencer par son compagnon d’alors, un certain Hollande. Se souvenir de l’épisode de la trahison d’Eric Besson, vexé par la « diva », qui, par vengeance, avait rejoint Sarkozy. 

      • Fergus Fergus 4 janvier 11:29

        Bonjour, izarn

        Trump aussi n’était qu’une « bulle » au début des primaires républicaines. On connaît la suite.

        « se demander pourquoi « on » l’a mis la... »

        Ouvrez les yeux et écoutez autour de vous : Macron bénéficie réellement d’une cote de sympathie élevée chez de nombreux électeurs. Et ce phénomène a commencé dès qu’il est sorti du gouvernement, par conséquent avant même qu’il ne soit soutenu par quelques magazines.

        Cela dit, impossible en effet de ne pas penser à une bulle. Mais cela fait déjà des semaines que l’on annonce ici et là l’éclatement de cette bulle, et rien ne se passe. Au contraire, enfermé dans sa bulle, Macron ne cesse de gagner en parts du marché électoral. Comme Trump.

        Bref, à suivre... Mais s’il est toujours au même niveau - et a fortiori plus haut - en février, après les primaires du PS, alors l’on ne pourra plus parler de bulle.



      • doctorix doctorix 4 janvier 15:50

        @izarn

        Macron n’est qu’une bulle.
        D’ou vient l’argent de sa campagne ?

        Moralité : Macron n’est qu’une bulle de champagne.
        Mais 6 mois après l’ouverture de la bouteille, quand les bulles sont parties, on sait ce qu’il reste du champagne : un très mauvais vin.
        Les imbéciles du FN qui vont glisser vers Macron vont rendre un grand service à Mélenchon : le placer au deuxième tour.
        Ce deuxième tour serait bien plus juste s’il proposait trois candidats, puisque MLP compte pour du beurre.



      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 18:43

        @JL
        Et votre conception particulière de liberté d’expression que vient- elle faire sur ce site ?
        Essayez de poster une critique sur les blogs de Mélenchon, vous serez immédiatement censuré.
        Par contre, vous ne dites jamais rien aux commentaires du FN, étonnant, non ?


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 janvier 18:48

        @JP
        Et la souveraineté version Mélenchon, ce n’est pas le Frexit par l’article 50, c’est de désobéir aux Traités européens.
        La souveraineté, ce n’est pas de rester dans la construction européenne, qui est un système supranational sous domination américaine, c’est d’en sortir unilatéralement.


      • Alren Alren 4 janvier 19:19

        @Verdi

        Lors de la présidentielle, il y aura déjà eu des travailleurs qui auront subi de plein fouet les différentes dispositions scélérates de la loi El Khomri et qui réaliseront que leurs ennemis sont ceux qui l’ont soutenue, du FN au PS.

        Espérons que beaucoup demanderont à chaque candidat s’il est, oui ou non, pour son abrogation.
        Il sera difficile à Macron de dire qu’il est pour l’abrogation, lui qui était ministre de Valls et ferme soutien de celle-ci lors de « l’adoption » par le biais du 49/3.

        En tout cas je lui déconseille une confrontation télévisée avec JLM, même s’il bénéficierait alors de l’appui total des « journalistes objectifs et neutres » de la chaîne !


      • Alren Alren 4 janvier 19:53

        @doctorix

        Les imbéciles du FN qui vont glisser vers Macron vont rendre un grand service à Mélenchon : le placer au deuxième tour.

        Ce deuxième tour serait bien plus juste s’il proposait trois candidats, puisque MLP compte pour du beurre.

        On ne voit pas pourquoi les « imbéciles du FN » (une grande majorité constituée de salariés et petits employeurs qui votent ainsi contre leurs intérêts élémentaires) choisiraient soudain Macron plutôt que Le Pen étant donné que les deux feraient la même politique économique et sociale.

        La différence serait à la rigueur sur le sociétal ce qui ne changerait pas grand-chose à la vie quotidienne de la plupart des actifs, étudiants et retraités : ce serait toujours moins bien pour eux et toujours mieux pour les parasites sociaux (N’oublions pas que Le Pen père a pu prêter, sur sa cassette personnelle, six millions d’euros à sa fille).

        Si JLM était au deuxième tour, il ne « compterait pas pour du beurre » ce serait au contraire un événement dont la presse mondiale ferait des gorges chaudes avec ruée d’envoyés spéciaux en France et déclaration affolée des ennemis du peuple mettant en garde les citoyens français contre son accession au pouvoir, essayant de leur faire peur !

        Si le deuxième tour pouvait laisser en lice trois candidats, celui qui serait en tête pourrait ne pas avoir la majorité des voix et cela affaiblirait sa légitimité.


      • Le421 Le421 4 janvier 20:26

        @Fergus
        Macron, vu qu’il est effectivement de droite, mais plus modéré que Voldemort*, ira chercher son électorat au Modem, au PS et chez les LR.
        En fait, concrètement, et vu que le PS a quitté la gauche depuis longtemps, il ne fera aucun mal à l’électorat France Insoumise - JLM...

        Mieux - je ne devrais pas l’écrire - Macron est une aubaine car il va encore plus brouiller les cartes à droite...
        L’électorat Mélenchon ne bougera pas d’un millimêtre. Il ne peut que progresser, pas reculer.
        Tous les candidats arrivant à gauche ne passeront jamais le 1%**.
        Rendez-vous en Mai.
        *L’homme qui rit en se coinçant les doigts dans le volant...
        **Un éclair de lucidité pourrait les amener à se désister...


      • Fergus Fergus 5 janvier 09:08

        Bonjour, Le421

        « Macron, vu qu’il est effectivement de droite, mais plus modéré que Voldemort*, ira chercher son électorat au Modem, au PS et chez les LR.
        En fait, concrètement, et vu que le PS a quitté la gauche depuis longtemps, il ne fera aucun mal à l’électorat France Insoumise - JLM
        ... »

        Je partage complètement cette analyse.


      • Le421 Le421 5 janvier 09:12

        @leypanou
        Là où je fais quand même un constat - tant pis si je suis le seul - c’est que Hollande, pour moi, a été élu sur le discours du Bourget où « son ennemi, c’est la finance ».
        Alors, je pense qu’il y a beaucoup de gens qui pensaient mettre en place un Président « de gauche ».
        Evidemment, les gens ont vite compris que Mélenchon avait dit vrai avec son « Capitaine de pédalo », expression montée en épingle qui l’avait desservi.
        Or, cinq ans plus tard, JLM se présente fort d’un constat qui s’est avéré exact !!

        De toute façon, ce sera 2017 ou jamais.
        Perso, après, je ne perdrais plus mon temps à vouloir aider les autres comme je le fais actuellement. Je m’occuperais de ma gueule et point barre !!


      • Danièle Dugelay Danièle Dugelay 6 janvier 01:27

        @leypanou
        Si seul le gagnant potentiel devrait se présenter ... En voilà une idée !

        Quant au glissement vers la droite de l’électorat, votre jugement dépend sans doute de vos fréquentations. Une chose est certaine : les citoyens recommencent à réfléchir et le dernier quinquennat leur a ouvert les yeux. Pour moi, une Insoumise, j’évolue parmi des gens qui ont repris conscience de l’existence de la lutte des classes, de la concentration du capital et de la globalisation, de la géopolitique, des luttes impérialistes. Ils en ont pris consciences, mais ont décidé de lutter contre des éléments qui ne sont que des créations humaines. Ceux-là ont nettement retrouvé les valeurs de gauche.

        Les conservateurs, ce sont les autres, ceux qui ont peur de s’opposer et préfèrent l’exploitation promise à l’aventure consciente et empreinte de dignité. Ils se soumettent à toutes les valeurs de droite qui leur semblent être un abri plus sûr, même dans la médiocrité ou pire dans la misère.


      • alinea alinea 3 janvier 17:35

        Quel titre curieux ! Quel rapport entre les deux ?
        Si les Français veulent que ça continue, ça continuera, ils ont l’embarras du choix.
        S’ils veulent que ça cesse, le choix est restreint, il faudra que certains se contraignent !! mais je n’ai pas idée que la contrainte sera douloureuse !
        Je pense que la France est encore trop riche pour se bouger les fesses, il y a encore trop de nantis qui auraient peur de perdre leurs petits avoirs ; mais ce qu’ils semblent ignorer, c’est que le futur, c’est la Grèce ! Pas les trente glorieuses !


        • petit gibus 3 janvier 18:46
          @alinea

          « 
          Je pense que la France est encore trop riche pour se bouger les fesses, il y a encore trop de nantis qui auraient peur de perdre leurs petits avoirs  »

          C’est un sentiment que je partage
          mais qui risque d’évoluer quelque peu si..
          dans ces prochains mois Mélenchon corrige un peu son discours
          de tribun politique trop passionné et enflammé
          pour toucher plus simplement le bon sens et l’intelligence des gens
           contrairement à la communication dont on nous gave aujourd’hui



        • alinea alinea 3 janvier 19:00

          @petit gibus
          Il l’a déjà corrigé !!


        • joletaxi 3 janvier 19:09

          @alinea

          ah cette merluche,il en aura flingué des ours polaires avec toute cette flopée de messages et articles.
          Va-t-il corrigé aussi son inclinaison vers le chavisme, car ça va mal là bas(les mêmes causes ayant toujours et partout les mêmes résultats) ?
          et sa filière hydrolienne, si on en parlait sérieusement

          https://notalotofpeopleknowthat.wordpress.com/2017/01/03/18-million-tidal-energy-scheme-stops-working-after-three-months/

          ah ouais, les lois de la physique s’appliquent toujours et partout de la même façon

          je critique pas hein, s’il trouve des gogos pour quoi pas, Johnny remplit bien des stades

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires