• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Vers la disparition des retraites par répartition ? sauf si on se bat (...)

Vers la disparition des retraites par répartition ? sauf si on se bat !

l y a une semaine les retraites défendaient massivement dans la rue pour défendre le niveau des pensions et l’avenir du système de retraite par répartition.

Pour les retraités, les militants du PRCF ont des propositions, concrètes, réalistes et utiles, à commencer par la défense du système de retraites par répartition et de la SECU

  • Une gestion démocratique par les assurés de la sécurité sociale avec transparence des budgets
  • Abrogation des ordonnances de 1967 sur la sécurité sociale et de toutes les mesures restrictives prise par la suite
  • Gratuité totales des soins
  • Suppression du forfait hospitalier
  • Développement d’un grand service public de médecine préventive : médecine du travail autonome par rapport au patronat…
  • Embauche des personnels nécessaires au bon fonctionnement des hôpitaux
  • Maintien de la retraite par répartition

La baisse programmée des pensions vise à généraliser les retraites par capitalisation comme complément de retraite jusqu’à la disparition totale des retraites par répartition. Les expériences étrangères et particulièrement américaines après la crise financière ont montré à quel point les retraites par capitalisation sont très dangereuses, car, elles peuvent s’évaporer en cas d’effondrement boursier et un certain nombre d’économistes n’exclut pas pour les années à venir une crise financière mondiale. Qui seront les seuls gagnants de cette contre-réforme ? Les banquiers et les assureurs.

 

De la sécurité sociale dépendent la santé et la garantie d’une retraite décente. La nature de notre système de protection sociale est essentielle à la satisfaction de ces besoins, car la propagande officielle ne nie pas les besoins, mais prétend mensongèrement que « le marché » est le seul apte à pouvoir les satisfaire par la privatisation et la capitalisation, par l’assurance privée ou éventuellement mutualiste.

Macron Président des riches et valet de l’Union européenne veut privatiser la retraite par répartition : un marché de 294 milliards d’euros par an !

Macron Président des riches et valet de l’Union européenne s’attaque à la retraite par répartition parce que les pensions de retraite d’un montant de 294 milliards d’euros échappent aujourd’hui au profit privé à celui des multinationales de la banque et de l’assurance qui n’en gèrent directement que 2 milliards. Voilà tout l’enjeu de la contre-réforme des retraites.

Rappelons que comme le PRCF l’avait déjà dénoncé, les « réformes » des retraites qui ont eu lieu depuis des décennies, ont conduit à un effondrement généralisé des niveaux de pensions, plongeant 1 million de nos aînés dans la pauvreté. Avec la contre-réformes Macron ce sont plusieurs millions de nos concitoyens qui iront grossir le 9 millions de pauvres que compte déjà notre pays.

Le programme politique du PRCF va à l’encontre de cette politique de casse non seulement de notre Sécu et de nos retraites mais aussi du système public de santé.

Pour nos retraites, se défendre contre Macron ne suffit pas, il faut s’attaquer à l’Union Européenne

S’attaquer à Macron ou à son gouvernement ne suffit pas, il faut s’attaquer aussi à l’Union européenne. C’est pourquoi le PRCF appelle à cibler clairement l’UE, cette prison des peuples dirigée depuis Berlin qui orchestre les mauvais coups à l’échelle de tout le continent et dont certains dirigeants clament que « pour construire (LEUR) Europe, il faut détruire (NOTRE) France ». Le PRCF appelle aussi à cibler l’OTAN, cette machine à exporter les guerres US et l’euro, cette austérité continentale faite monnaie.

Osons le seul mot d’ordre qui effraie vraiment Macron, l’UE et le Capital : le FREXIT PROGRESSISTE. Car il faut sortir de l’UE/euro/OTAN par la gauche, pour nationaliser le CAC 40 et les banques, construire des coopérations internationales véritables, planifier la renaissance du produire en France, développer à égalité les territoires, élargir la démocratie populaire (y compris à l’entreprise !) et marcher vers la rupture révolutionnaire avec l’inhumain système capitaliste. Ce n’est pas en sortant de l’UE, de l’euro et de l’OTAN que nous ne nous en sortirons pas. Au contraire, c’est si nous n’en sortons pas à temps, et par la porte de gauche, que nous « y resterons » !

https://www.initiative-communiste.fr/articles/vers-la-disparition-des-retraites-par-repartition-sauf-si-on-se-bat/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Tall Tall 24 octobre 14:48

    Evidemment qu’il faut sortir de l’UE pour avoir avoir un programme de vraie gauche.

    Et donc il faut repasser par le nationalisme.
    Aïe  !

    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 14:54

      @Tall

      Pour la prochaine présidentielle, Marine Le Pen propose la « renégociation » des traités. C’est bon ça pour le nationalisme. 

    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 14:59
      @Legestr glaz
      C’est très bon mon coco :

      Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, a déclaré qu’il envisagerait de briguer la succession de Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission européenne après les élections de mai 2019, rapporte aujourd’hui la Repubblica.


    • Tall Tall 24 octobre 15:00

      @Legestr glaz

       
      Et elle ne sera pas la seule... l’Italie refuse de modifier son budget face à l’UE.
      C’est un défi direct.

    • JL JL 24 octobre 15:02
      @Tall
       
       ’’évidemment qu’il faut sortir de l’UE pour avoir avoir un programme de vraie gauche. Et donc il faut repasser par le nationalisme.’’
       
       Aïe en effet, puisque gauche et et nationaliste sont aussi opposés que ne le sont droite et internationaliste.
       
       Le premier couple renvoie au « national-socialisme » ; le second est impossible puisque une politique de droite est par définition une politique nationale. Le libre-échange et la concurrence libre et non faussée inscrites dans les traités l’ont été dans ce but.

    • JL JL 24 octobre 15:05
      @JL
       
       ce ne sont pas les traités qui interdisent les politiques de la demande (de gauche), pas besoin : ce sont les oligarchies dominantes, le Medef principalement en France, qui y veillent.

    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 15:08

      @JL

      « le Medef principalement en France, qui y veillent. »

      Attaquer lâchement l’armateur de l’Aquarius, c’est pas très progressiste...

    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 24 octobre 15:22

      @JL

      Comme quoi il nous faut sortir des définitions gauche-droite , conservateur -progressiste et de toutes les merdes intellectuelles hors sol .


    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 16:11

      @Tall

      Très intéressant le cas de l’Italie. Soit le gouvernement maintien sa position, et il écope de sanctions financières, soit il s’écrase. Le problème est de savoir ce que dit la Constitution italienne. Elle aussi, comme celle de la France, a intégré le droit des traités. L’Italie a signé le TSCG et elle doit, par conséquent, l’appliquer. Pour le moment l’Italie régate avec la Grèce de Tsipras en son début de mandat. 

      Souvenez vous que le Président de la République italienne avait refusé de nommer un ministre des finances ouvertement anti-euro. 

      Conclusion. L’Italie peut désobéir parce que personne ne peut l’obliger à modifier son budget. En revanche, Bruxelles peut décider de sanctions. Rappelez vous des « sanctions » envisagées contre l’Espagne et le Portugal, pour les mêmes raisons de dépassement budgétaire. Sanctions annulées sous conditions.

      « Reste que si beaucoup s’en tiendront à un « laxisme » de la Commission en raison de l’absence de sanctions, il convient de ne pas oublier que cette procédure bloque les fonds structurels versés aux deux pays qui en ont beaucoup besoin, notamment parce que la croissance de ces pays est inégale sur le plan régional et social. Il y a donc en réalité sanctions. La Commission discutera d’ici à septembre de ce gel avec le parlement européen et pourra le lever après le 15 octobre lorsque les deux pays présenteront leurs mesures prises en 2016 et prévues en 2017. Mais Jean-Claude Juncker a prévenu que ce »gel pourrait être plus douloureux encore que les sanctions« . Il n’est donc pas juste de ne s’arrêter qu’aux sanctions. »


    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 16:22

      @Cadoudal


      Il peut postuler, certes, rien ne le lui interdit. 

      Mais savez vous comment est nommé le Président de la Commission européenne ? Pas facile d’être « nommé » par ses pairs ! Il faut montrer pattes blanches et de bonnes dispositions d’esprit. 

    • Tall Tall 24 octobre 16:24

      @Legestr glaz

      Oui, on verra la suite, tout est dans le rapport de force financier UE<>Italie
      Contre la France , l’UE l’aurait dans l’os.
      Contre la Grèce, c’était facile.

    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 16:43

      @Tall

      Vous savez qu’une Constitution est incontournable et tous les élus appliquent la loi fondamentale du pays. L’Italie et la France en tête. Alors, puisque les traités ont intégré les Constitutions, ils seront obligatoirement appliqués, que le gouvernement soit de gauche, de droite ou les deux à la fois. 

      La seule et unique marge de manoeuvre de l’Italie, qui respecterait la Constitution serait de ne pas payer sa quote part à l’Union européenne. En effet, le montant des pays contributeurs « net » dans l’UE, dont l’Italie et la France font partie, n’est pas inscrit dans les traités. Le budget européen est pluriannuel. La période en cours allait de 2014 à 2020. La prochaine mouture est en cours d’examen. C’est un coup de chance pour l’Italie, rien n’est encore signé. Les engagements ne sont pas pris. Et c’est bien de cela qu’il s’agit. L’Italie, après le retrait de la G.B devient le 3ème contributeur net de l’UE. Elle a la possibilité de défier l’UE sur son propre terrain, celui de son budget. Ce serait assez cocasse !

    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 16:46
      @Legestr glaz
      Oui je sais, je suis pas de l’UPR...


      « le président de la Commission européenne est élu par le Parlement européen Parlement européen Institution de l’Union européenne représentant les citoyens des États membres

      sur proposition du Conseil européen qui désigne son candidat à la majorité qualifiée. »

      Si Majorité anti immigrationiste au parlement, ils pourront nommer qui ils veulent, il ne sera pas élu...

      Ils n’ont jamais prévu d’avoir une opposition anti sorossienne majoritaire au parlement...







    • Tall Tall 24 octobre 16:54

      @Legestr glaz

       
      Excellent, en effet ... quel dommage que Marine n’ait pas été élue, l’UE serait dans tous ses états aujourd’hui !

    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 17:01

      @Legestr glaz

      J’ajoute que le Parlement français, de son côté, vient de voter pour une « augmentation » de la quote part française au budget européen ( Après trois heures de débat dans un hémicycle dégarni, les députés ont accepté de porter la contribution française à 21,5 milliards d’euros contre 20,6 milliards - actualisés - en 2018 ) Il m’étonnerait que l’Italie fasse de même dans les circonstances présentes. A voir.


    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 17:01
      @Tall
      Y a un truc inédit qui se passe en ce moment :

      da da da 3 hours ago

      Tous les médias mainstream qui ouvrent leurs micros à des idées stigmatisantes tous au même moment, je trouve ça très louche : je pense que Macron prépare un gros coup.
      Marquez mes mots.

      http://www.fdesouche.com/1093323-enquete-lislam-radical-infiltre-le-monde-du-travail-en-france


    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 17:05

      @Tall

      Mais MLP n’aurait qu’une chance d’être élue. Ce serait d’avoir comme adversaire, au second tour, pépé Mélenchon. Ces deux ci sont bien trop clivants pour pouvoir recueillir une majorité de voix au 2ème tour. A moins, comme je l’écris, qu’ils ne soient face à face. Dans tous les autres cas, le candidat d’en face, quel qu’il soit, est élu. 

    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 17:08

      @#Nono LP/R


      Je reste, tant que je le peux, objectif dans mes remarques. Maintenant, les puissances de l’argent en Italie ont aussi leur mot à dire. A voir. 

    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 17:21

      @Legestr glaz

      Mélenchon est cuit, la moitié de son électorat est muzz, l’autre moitié c’est les débris indigènes du PS...

      Pour l’instant il sont cote à cote, mais ça va pas durer, il sera obligé de prendre parti pour l’un ou l’autre..

      Ses ridicules gesticulations sur l’invasion afromuzz et l’éjection du Serbe ne sont que le début...





    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 19:49

      @Cadoudal

      Pas vraiment par le Parlement européen. Non , pas vraiment. 

      Article 17 § 7 du traité sur l’Union européenne : « En tenant compte des élections au Parlement européen, et après avoir procédé aux consultations appropriées, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose au Parlement européen un candidat à la fonction de président de la Commission. Ce candidat est élu par le Parlement européen à la majorité des membres qui le composent. Si ce candidat ne recueille pas la majorité, le Conseil européen, statuant à la majorité qualifiée, propose, dans un délai d’un mois, un nouveau candidat, qui est élu par le Parlement européen selon la même procédure ».

      Le parlement vote pour « le » nom qu’on lui donne. Il n’a pas le choix. C’est le Conseil européen qui propose ce nom. Quand vous savez comment est constitué le Parlement européen vous comprenez que le Parlement européen est aux ordres. Les parlementaires d’un pays donné sont « dispersés » dans différents groupes politiques et c’est le groupe qui vote et non parlementaire après parlementaire. C’est une belle entourloupe mais elle fonctionne.



    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 20:06

      @Legestr glaz

      C’est un nouveau jeu de l’UPR ?

      Répéter ce que je dis et y trouver un sens totalement opposé ?

      Et qu’est ce qu’on gagne ?

      Une semaine de séminaire avec le gourou ?

      Je sais lire, j’ai une vie sexuelle et familiale tout ce qu’il y a de satisfaisant et je suis pas un éducateur payé pour jouer avec les cassos...



    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 20:30

      @Cadoudal

      Vous parlez de majorité qualifiée anti-immigrationniste. Vous voulez bien compter les joueurs ?


    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 20:32

      @Cadoudal
       Sachez que je ne suis pas marié avec l’UPR. Je vote UPR, puisque c’est le seul et unique parti en lice avec son président à proposer la sortie de l’UE. Il n’y a pas d’autre choix politique en France si l’on souhaite sortir de l’UE. Il y a bien le PRCF mais il n’a pas de candidat !


    • Cadoudal Cadoudal 24 octobre 20:55
      @Legestr gl
      J’espère que vous n’avez pas contaminé madame avec vos idées d’athlètes ...

      L’UPR veut sortir de l’Europe, moi je tiens à rester un européen, je veux que la France reste européenne avec des européens dedans et je fais pas la sortie des mosquées pour vendre ma camelote...

      Capito ?





    • Legestr glaz Legestr glaz 24 octobre 23:12

      @Cadoudal

      Tant que vous utiliserez « Europe » pour « Union européenne » ce sera « non capito ». 

      Et pendant que vous êtes là, vous connaissez la définition de la supranationalité ? Vous devriez vous y coller, vous parleriez moins « d’Europe ». Il y a des concepts majeurs qui vous échappent. Capito ? 

    • Le421 Le421 25 octobre 09:24

      @Cadoudal

      Mélenchon est cuit, la moitié de son électorat est muzz, l’autre moitié c’est les débris indigènes du PS

      Ben voyons...
      Il suffit de le dire.
      Moi, « muzz » - comme vous dites - ou « débris indigène du PS » ??
      Ah bon...

      Ça fait des lunes que j’explique - y compris sur Agoravox - tout le bien que je pense du PS...
      Quand à être « muzz » (? ????) - nouveau terme des fachos ?? - j’ai un doute.
      Mon nom date du 3ème siècle après JC et est originaire du limousin.
      Ma mère était bretonne, famille du cru depuis également des siècles.
      Et même.
      Si c’était le cas, cela ne m’ennuierais pas.
      Ah oui, aussi. Fils de résistant communiste qui a collé une raclée aux sbires d’extrême droite hitlériens... C’est dans les gènes, ça ne s’invente pas.
      A votre service !!  smiley


    • Tall Tall 25 octobre 12:24

      @Le421

       
      Mais ça ne marche pas le communisme ... évidemment, si c’est sentimental smiley


      • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 24 octobre 15:06

        Tout cela ne sert à rien puisque nous n’avons plus les moyens, cet article n’est que de la poudre aux yeux.


        • Lugsama Lugsama 24 octobre 19:07

          La réforme ne prévoit ni la privatisation, ni la fin du système par répartition. Bon l’auteur nous sortait la même chose avec la fameuse « privatisation » de la SNCF qui n’a malheureusement jamais été au programme..


          • Fergus Fergus 25 octobre 11:14

            Bonjour, PRCF

            Non, ce n’est pas la fin du système par répartition qui est en débat, mais l’instauration d’une répartition par points potentiellement dangereuse car elle peut donner aux pouvoirs publics un levier de baisse à effet immédiat.

            Alors, oui, il faut défendre les retraites pour que le système à venir soit équitable.

            Non, les retraités ne sont pas descendus « massivement » dans les rues. Et c’est bien le problème !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès