• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > A la recherche du Mahomet historique

A la recherche du Mahomet historique

Il y a quelque temps, j’ai pris connaissance de deux études récentes intéressantes, approfondies et argumentées, concernant l’islam : les ouvrages du père Edouard-Marie Gallez, prêtre, et les conférences du frère jésuite Bruno Bonnet-Eymard. Malgré la grande érudition de ces deux auteurs, je n’y ai pas trouvé ce qui aurait pu m’éclairer un peu mieux sur le Mahomet militaire qui m’intéresse, le stratège et tacticien. Et pourtant, c’est bien le chef militaire qui est mis en exergue chez les deux auteurs musulmans qui nous ont relaté son histoire : Ibn Hishâm (IX ème siècle) et Al Tabari (compilateur qui serait plus tardif).

J’ai confronté les récits de ces deux auteurs anciens. Pour moi, il saute aux yeux que c’est le texte d’Ibn Hishâm qui s’inspire de celui de Tabari et non le contraire. Les nombreuses références aux Hadiths de la tradition dans le premier, pratiquement absentes dans le second, la datation assurée du premier, vont dans ce sens ; quant à celui de Tabari, dès lors qu’on admet qu’il ait pu être un compilateur, on peut faire l’hypothèse logique qu’il a repris un récit plus ancien. J’irais même jusqu’à penser que nous avons là le texte original de la vie du Prophète (une biographie d’après Abou Becker, le grand disciple).
 
La logique veut en effet que le successeur immédiat de Mahomet, Abou Becker, ait repris le flambeau, et le combat, avec un Livre à la main... un livre à deux volets : le Coran et la Sira (vie du Prophète). J’ai donné dans mes ouvrages et articles des exemples de ce type de prédication à deux volets (actes des Apôtres + évangile de Luc par exemple). Après la Torah qui fut le livre sacré pour la propagation du judaïsme, après les évangiles qui le furent pour le christianisme, un combat musulman avec son propre livre - toujours présent pour la prédication et l’éducation - va de soi.
 
Je fais donc l’hypothèse que si le Coran qui nous est parvenu a été modifié pour des raisons diverses, la Sira dite de Tabari, quant à elle, ne l’a pas été depuis Abou Becker - car cela ne se justifiait pas (je crois à une filiation Abou Becker). Nous aurions donc là le document de base qui nous permettrait de comprendre l’origine de l’histoire musulmane. Je passe sur les controverses soulevées sur les écrits fondateurs, après la mort du Prophète, par les disciples concurrents d’ Abou Becker : Ali, Omar et Othman (dans la filiation Othman, des écrits ont été brûlés et l’ordre chronologique des sourates coraniques a disparu pour être remplacé par un ordre tout à fait arbitraire, en fonction de la longueur des versets).
 
Mahomet était de la famille des Hâshim. Soyons clairs ! Ce ne sont pas les bédouins du désert, contre lesquels le Prophète a combattu, qui habitaient La Mecque. Les Hâshim venaient d’ailleurs, mais d’où ? Je pourrais arguer d’un rapprochement étymologique avec les Assidéens de l’ancien Israël, du mot hébreu Hassidim - les justes et les pieux (cf. livre des Maccabées et psaumes). Les mots sont très proches. Mais beaucoup plus convaincants sont les rapprochements qu’on peut faire avec ce que j’appelle la stratégie des Esséniens telle qu’elle apparait dans les documents de Qumrân récemment découverts (selon moi, Esséniens = Hassidim).
 
L’esprit qui vient d’en haut, la certitude de détenir la vérité, la guerre au nom de Dieu, le martyre qui ouvre les portes du paradis, le drapeau qu’on remet au départ des expéditions, les oriflammes avec leurs devises guerrières, la rigueur religieuse, l’intervention des anges dans les batailles, les détachements de mille hommes, tout cela se retrouve dans l’histoire du Mahomet de Médine, dans la droite ligne de ce que les "Saints de Dieu" des documents de Qumrân avaient projeté mais qu’ils n’avaient pu réaliser.

Irréfutable précision, les noms des quatre archanges, Michel, Gabriel, Sariel et Raphaël qui, dans le plan de mobilisation de l’armée essénienne (Règlement de la guerre), désignent des tours humaines de trois cents combattants, se retrouvent dans l’armée musulmane pour désigner, suivant mon interprétation, les éléments réservés qu’on lance dans la bataille, en dernier recours, pour emporter la décision... et la victoire... victoire des anges. Ces troupes d’élite, ce seront celles-là qui auront le grand honneur d’accompagner le cortège funèbre du Prophète... Gabriel, Michel, Izrafil, Azrël. (Je vais là encore m’attirer la foudre de mes contradicteurs habituels qui croient toujours aux anges tout en s’interrogeant sur leur sexe... passons !)

La stratégie que les Esséniens ont élaborée deux siècles avant J.-C. pour reconquérir le Croissant fertile, Mahomet et ses successeurs l’ont mise en oeuvre neuf siècles plus tard.
 
Mais au VII ème siècle, Mahomet a, en plus, tiré la leçon de l’échec relatif du judaïsme et du christianisme dans cet empire romain d’orient engagé inexorablement sur la pente du déclin. Trois siècles plus tôt, en imposant sans nuances la croyance unilatérale en un fils de Dieu, le concile de Nicée avait cristallisé les dissensions d’interprétation dans les nombreuses communautés monastiques de cet empire. Mahomet a compris l’intérêt stratégique qu’il y avait à rallier ces communautés à sa cause dans une nouvelle ummah ouverte à tous mais aux principes simples mais rigoureux.
 
1. un ancrage dans le passé à une source historique commune et indiscutable : Abraham.
2. une obligation de croyance d’ordre supérieur, réduite à l’essentiel : les divinités n’existent pas, excepté Dieu.
3. un prophète dernier, pour mettre un terme à la prolifération des prophètes et des sectes.
5. une obligation de combat contre ceux qui ne veulent pas entrer dans l’ummah et une condamnation à mort pour ceux qui en sortent.
 
C’est cette stratégie qui, dans un premier temps, a permis à Mahomet de mener avec succès son combat pour l’unification de l’Arabie... apparemment avec un soutien extérieur (en premier, les moines de Bahira de Syrie). Mais rien n’étant figé et les circonstances faisant que... les règles de l’ummah ont évolué. Des obligations supplémentaires sont apparues, principalement sous l’influence des judaïsants : prières, jeûne, viandes impures. Ensuite, les juifs et les chrétiens qui étaient entrés dans cette ummah ont été sommés de ne se dire que musulmans. Tout cela se trouve dans le livre de Tabari.
 
Le problème s’est posé, une fois l’unité de l’Arabie réalisée. Comme l’armée musulmane était devenue pléthorique dans ce pays aux ressources limitées, les chefs musulmans ont eu à répondre à deux graves questions : le moral des troupes et la logistique. Les deux solutions qui s’offraient à eux étaient la poursuite victorieuse des combats (pour le moral), le butin à conquérir (pour la logistique). Il s’agissait donc de se lancer à l’assaut du monde arabe extérieur sur trois axes principaux sans perdre de temps, vers la Perse à l’est, vers la Syrie au nord, vers l’Egypte à l’ouest. Or, ou bien il fallait trois Mahomet (un sur chaque axe), ou bien il fallait le laisser mourir et combattre avec son esprit, l’esprit du Prophète, c’est-à-dire avec le Livre. Sur la fin de sa vie, étonnant concours de circonstances, Mahomet était malade. C’est la conséquence bien connue de l’usure du pouvoir. Ecrasées par les impôts, les tribus d’Arabie faisaient sécession, de faux prophètes entraient en concurrence. En outre, Mahomet avait dû faire des concessions aux Juifs, à la bataille du fossé, à Khaïbar et à Fadak ainsi qu’aux Ançars de Médine. Pour les disciples de l’exil, les Mohâdjirs, qui s’estimaient défavorisés, une reprise en mains s’imposait.
 
 Abou Becker n’a pas supplanté Mahomet, il lui a succédé ; la nuance est importante. Il n’a pas pris le pouvoir par ambition, mais parce que les vieux musulmans ont estimé que c’était lui qui devait dorénavant conduire l’Islam. Craignant que l’unanimité ne se fasse pas sur son nom, Abou Becker a pensé, un moment, se désister en faveur d’Omar. Mais Omar a refusé l’offre. Quant à Ali, autre prétendant possible, il a reconnu Abou Becker… certains disent : au bout de quarante jours.
 
 Autres articles d’Agoravox publiés sur ce sujet par l’auteur :
 
Jamais Mahomet n’a prêché la guerre contre l’Occident
Il est écrit dans le Coran : tu ne tueras point l’innocent
Les origines esséniennes du christianisme et de l’islam
Les femmes de Mahomet et leurs maisons
Mahomet a-t-il voulu mettre fin au mythe de Samson ?
Mahomet n’est qu’un homme, Dieu est vivant ! (d’après al-Tabarî)
 
NB. Dans mon premier lien, lire : l’ancien empire romain d’occident.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.8/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 septembre 2010 12:33

    Lamartine :

    “Jamais un homme ne se proposa, volontairement ou involontairement, un but plus sublime, puisque ce but était surhumain : Saper les superstitions interposées entre la créature et le Créateur, rendre Dieu à l’homme et l’homme à Dieu, restaurer l’idée rationnelle et sainte de la divinité dans ce chaos de dieux matériels et défigurés de l’idolâtrie… Jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde, puisque moins de deux siècle après sa prédication, l’islamisme, prêché et armé, régnait sur les trois Arabies, conquérait à l’Unité de Dieu la Perse, le Khorasan, la Transoxiane, l’Inde occidentale, la Syrie, l’Egypte, l’Ethiopie, tout le continent connu de l’Afrique septentrionale, plusieurs îles de la méditerranée, l’Espagne et une partie de la Gaule. Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mahomet ? Les plus fameux n’ont remués que des armes, des lois, des empires ; ils n’ont fondé, quand ils ont fondés quelque chose, que des puissances matérielles, écroulées souvent avant eux. Celui-là a remué des armées, des législations, des empires, des peuples, des dynasties, des millions d’hommes sur un tiers du globe habité ; mais il a remué, de plus, des idées, des croyances, des âmes. Il a fondé sur un Livre, dont chaque lettre est devenue une loi, une nationalité spirituelle qui englobe des peuples de toutes les langues et de toutes les races, et il a imprimé, pour caractère indélébile de cette nationalité musulmane, la haine des faux dieux et la passion du Dieu un et immatériel… Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes rationnels, d’un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mahomet. A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?…” Lamartine, Paris 1854


  • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 12:35

    @ Ange

    Bon commentaire.

    D’après les sources non-musulmanes, Mahomet était connu en Palestine avant sa prédication, mais on le faisait venir de Yathrib alors que les textes musulmans le situent encore à la Mecque. Il est décrit comme étant un important marchand qui sillonne un vaste territoire : la Palestine, la Mésopotamie, le Liban sud (Les fondations de l’islam par Alfred-Louis de Prémare, 2002, Le Seuil pages 38 et 39). Et il est même précisé – par Théophile d’Ephèse - que… s’étant familiarisé avec la région, il fut séduit par la religion du Dieu unique, et il revint chez les gens de sa tribu (Les fondations de l’Islam, page 39).


  • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 13:02

    @ anti-oligarchie

    Très, très, très, très étonnant.


  • BlackMatter 15 septembre 2010 14:44

    @anti-oligarchie :
    « Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes rationnels, d’un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Mahomet. A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?…” »

    L’histoire est toujours réécrite par les vainqueurs.
    Si Hitler avait gagné, malgré sa monstruosité, nous pourrions lire aujourdh’ui :
    « Philosophe, orateur, apôtre, législateur, guerrier, conquérant d’idées, restaurateur de dogmes rationnels, d’un culte sans images, fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel, voilà Hitler. A toutes les échelles où l’on mesure la grandeur humaine, quel homme fut plus grand ?…” »



  • OMAR 15 septembre 2010 17:10

    T.

    Black-Maternité : «  Si Hitler avait... »

    Comparez le comparable, bien que comparaison n’est pas raison.

    Napoléon a brûlé l’Europe, pourtant dans certains domaines, l’humanité lui doit une fière chandelle.


  • BlackMatter 15 septembre 2010 17:22

    Mais Mohamed 5 n’était pas tous les musulmans.

    La collaboration du mufti Amin al-Husseini avec le régime nazi est un fait avéré.
    Ne sait il pas réfugier dans les bras d’Hitler en 1941, n’a t il pas affirmer que les juifs étaient les ennemis communs de l’islam et de l’Allemagne nazie ?
    N’a t il pas collaborer en 1942 aux recrutements de musulmans des Balkans pour former la 13e division de montagne de la Waffen SS Handschar ?
    N’a t il pas reconnu dans ces mémoires qu’il était au courant de la Shoah ?

    Dire que tous les français était collaborationnistes et les musulmans tous des anges est tout simplement faux. Un peu de tenu !

    Confondre gouvernement et peuple est le signe d’un manque de recul évident..


  • yacoub yacoub 17 septembre 2010 10:00

    Il faut lire la suite de ce que dit Lamartine toujours cachée par des musulmans
    car Lamartine répond ensuite que s’il y a un homme plus grand que Mahomet c’est Jésus qui n’a pas de sang sur les mains


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 septembre 2010 12:35

    Voltaire :
    Dès le second siècle de Mahomet, il fallut que les chrétiens d’Occident s’instruisissent chez les musulmans. Le plus grand changement que l’opinion ait produit sur notre globe fut l’établissement de la religion de Mahomet. Ses musulmans, en moins d’un siècle, conquirent un empire plus vaste que l’empire romain. Cette révolution, si grande pour nous, n’est, à la vérité, que comme un atome qui a changé de place dans l’immensité des choses, et dans le nombre innombrable de mondes qui remplissent l’espace ; mais c’est au moins un événement qu’on doit regarder comme une des roues de la machine de l’univers, et comme un effet nécessaire des lois éternelles et immuables : car peut-il arriver quelque chose qui n’ait été déterminé par le Maître de toutes choses ? Rien n’est que ce qui doit être.

    Comment peut-on imaginer qu’il y ait un ordre, et que tout ne soit pas la suite de cet ordre ? Comment l’éternel géomètre, ayant fabriqué le monde, peut-il y avoir, dans son ouvrage, un seul point hors de la place assignée par cet artisan supreme ? On peut dire des mots contraires à cette vérité ; mais une opinion contraire, c’est ce que personne ne peut avoir quand il réfléchit.

    « Essais sur les Mœurs » (1756), dans Oeuvres complètes de Voltaire, Voltaire, éd. Moland, 1875, t. 11, chap.


  • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 12:56

    @ Pasou

    Bon commentaire.

    Pas facile d’écrire sur l’histoire de l’islam et de Mahomet. Ce que je voudrais est qu’on oublie qui je suis. Dois-je prendre parti dans cet article ? Je pense que ce serait le dénaturer. Peut-être aurais-je dû préciser en introduction que je m’abstenais de juger et que j’essayais de comprendre ces événements à partir du livre de Tabari. Dans cet esprit, je ne peux que reprendre ses termes de « faux prophètes » par rapport au vrai, selon Tabari... tout en sachant dans mon fors intérieur que sa présentation « lisse et angélique » est loin de correspondre à la réalité brutale de sa guerre.


  • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 13:05

    @ anti-oligarchie

    encore plus étonnant !


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 septembre 2010 13:37

    Un torrent de vomis notre pasou...et je pèse mes mots..Une vacuité intellectuel mortifère..


  • samir 15 septembre 2010 13:46

    @Pasou

    "La concession au juifs après la bataille des fossés à Medine est d’en avoir fait égorger 650 à 900 dans ces mêmes fossés et d’avoir vendu leurs femmes et enfats comme esclaves"

    toujours les meme mensonges et il faut toujours corriger vos mensonges c’est fatiguant...ce que vous faites est de la diffamation

    mais bien que vos mensonges soient revelés et corrigés vous continuez à les proférer imperturbable...preuve d’une debilité qui me laisse admiratif

    votre connaissance de l’histoire est lamentable et ce n’est pas en frequentant des sites athées et islamophobes que vous aurez un resultat objectif

    la tribu dont vous parlez et bien que vous précisiez sournoisement qu’elle etait juive ne fut passée au fil de l’épeé que pour une raison : haute trahison en temps de guerre ---> la mort est chatiment que beaucoup de pays jusqu’a récemment appliquaient pour ces motifs

    ne serait ce que deserter etait passible de peloton d’execution il n’y a pas si longtemps

    De plus cette tribu recue sa sentence de la bouche de l’un des siens qui n’avait aps trahis la communauté

    donc pas d’antisemitisme dans toute cette affaire mais l’application de lois martiales de l’epoque : tu trahis tu meurs

    seuls les hommes furent tués et contrairement a ce que tu affirmes : les femmes et enfants furent remis en liberté contre rancon versés par d’autres tribus


  • anti-oligarchie anti-oligarchie 15 septembre 2010 13:46

    Pourtant HEGEL dit exactement le contraire :

    ”Mais l‘islam n‘est pas cette immersion contemplative des indiens ou des moines dans l‘absolu, la subjectivité est ici au contraire vivante et infinie, une activité qui, en sortant dans le monde profane nie celui-ci et ne devient effective et médiatrice que dans l‘affirmation qu‘il faut exclusivement vénérer l‘Unique. L‘objet de l‘islam est purement intellectuel, il ne tolère ni image ni représentation d‘Allah : Mohammed est prophète, mais un être humain et en tant que tel n‘est pas exempt des faiblesses humaines. Les principes de l‘islam contiennent ceci, que dans la réalité rien ne peut devenir fixe, mais que tout part dans l‘espace infini de l‘univers de manière active et vivante, et c‘est ainsi que la vénération de l‘Unique reste le seul lien qui doit donner cohérence au tout. Dans cet espace, dans cette puissance disparaissent toutes les bornes, toute différence nationale et de caste ; aucune tribu, aucun droit politique de la naissance ou de la propriété n‘ont une valeur sauf l‘homme en tant que croyant. Vénérer l‘Unique, croire en lui, jeûner, se défaire de la sensation corporelle de sa particularité, donner des aumônes, c‘est-à-dire se sevrer de la propriété particulière : voilà les commandements simples"

    ”Jamais l’enthousiasme n’a accompli des exploits plus grands. Des individus peuvent se passionner pour le sublime dans des formes multiples ; même la passion d’un peuple pour son indépendance a encore un but précis ; mais l’enthousiasme abstrait qui par conséquence embrasse tout, n’est arrêté par rien, ne se limite en rien et n’a besoin de rien est celle de l’orient musulman.“


  • samir 15 septembre 2010 13:51

    "Monsieur Mourey, ma fréquentation des musulmans ainsi de ce que je peux percevoir à travers les médias m’amène à penser que nous n’avons pas les mêmes notions de « respect » qu’eux."

    voila donc le mystere de tes facultés d’analyse hors du commun

    je comprends tout

    et t’en apprends des choses sur TF dis donc


  • samir 15 septembre 2010 14:16

    "Hitler et les hauts dignitaires nazi avaient aussi de l’admiration pour l’islam. Ils y trouvaient principalement 2 sources d’admiration : le fanatisme au combat et l’antisémitisme. Ce n’est pas le grand moufti de Jérusalem qui nous aurait contredit : http://www.facebook.com/video/video...« 

    Pasou tu tournes en rond tel le hamster tu repetes toujours les meme balivernes

    le grand moufti de Jersusalem fait appel aux nazis pour se debarrasser de leur adversaires anglais colons de la palestine : ca s’appel de la strategie

    De plus ce mufti est veritablement l’argument utilisé ad nauseam pour essayer d’etablir un lien fictif entre nazi et Islam, or sa decision aussi strategique soit elle n’engage que lui et pas l’Islam mais ce n’est pas la malhonneteté qui t’etouffe

    en reponse je te propose et a tous les lecteurs de vous referer au documentaire qui fut diffusé sur ARTE :  »le maghreb sous la croix gammée«  :
    http://www.dailymotion.com/video/xdjsa9_reportage-le-maghreb-sous-la-croix_webcam

    ca te permettra de voir la différrence entre le peuple francais qui a donné les juifs aux bourreaux et les peuples du Maghreb encore impregnés des valeurs de l’Islam qui ont protégés ces populations juives : l’hitorien Robert Satloff limite islamophobe au debut du reportage (a cause du 11 septembre) en sera a jamais retourné et accepte humblement la verité...ce qui s’est pratiqué en France ne se fait pas au Maghreb que veux tu chacun ses coutumes

    on te sens moins loquace sur :
    sur la collabortion massive et active des sionistes avec les nazis
    la participation et les relations actives des bouddhistes du Tibet avec les nazis
    sur »l’amitié" entre Hitler et Gandhi ??


  • BlackMatter 15 septembre 2010 14:58

    Samir : « ca te permettra de voir la différrence entre le peuple francais qui a donné les juifs aux bourreaux et les peuples du Maghreb encore impregnés des valeurs de l’Islam qui ont protégés ces populations juives : l’hitorien Robert Satloff limite islamophobe au debut du reportage (a cause du 11 septembre) en sera a jamais retourné et accepte humblement la verité...ce qui s’est pratiqué en France ne se fait pas au Maghreb que veux tu chacun ses coutumes »

    - ca te permettra de voir la différrence entre le peuple francais qui a donné les juifs aux bourreaux : une partie du peuple seulement
    - et les peuples du Maghreb encore impregnés des valeurs de l’Islam qui ont protégés ces populations juives : une partie de ces peuples seulement


  • samir 15 septembre 2010 15:21

    « une partie de ces peuples seulement »

    tu te mens a toi meme encore ?


  • samir 15 septembre 2010 15:25

    d’ailleurs meme les juifs deportés dans les camps dans le Sahara etaient des juifs d’Europe

    apres que les francais effectuerent une rafle de familles juives dans les quartiers d’Alger et d’Oran, les Imams ordonnerent aux fideles de proteger les biens de ces familles interdiction fut faite de s’en emparer

    Mohamed 5 protegera toute sa vie les juifs du maroc, des chansons a sa gloire sont chantées dans les quartiers juifs du Maroc a la liberation...


  • BlackMatter 15 septembre 2010 15:40

    Non Samir,

    Entre la vérité et la propagande, j’ai choisi la vérité.
    Je t’invite à rejoindre mon camp.


  • samir 15 septembre 2010 15:41

    donc selon ta verité une partie des peuples du Magrheb ont donné des juifs ?

    source a l’appui je suppose ??


  • BlackMatter 15 septembre 2010 16:34

    On s’en tiendra à quelques déclarations islamistes :

    Le cheikh Youssouf Qaradhawi : Tout au long de l’histoire, Allah a imposé aux [Juifs] des personnes qui les puniraient de leur corruption. Le dernier châtiment a été administré par Hitler. Avec tout ce qu’il leur a fait - et bien qu’ils [les Juifs] aient exagéré les faits -, il a réussi à les remettre à leur place. C’était un châtiment divin. Si Allah veut, la prochaine fois, ce sera par la main des musulmans.


  • tourn en ron 15 septembre 2010 16:41

    Mohamed 5 protegera toute sa vie les juifs du maroc, des chansons a sa gloire sont chantées dans les quartiers juifs du Maroc a la liberation...CES VRAIS ILS LUI ON (LA FRANCE) DONNER 120MILLE ETOILE JUIF POUR LES JUIF MAROCAIN ILS A RÉPONDU QU’IL EN MANQUAIT 12 LE GÉNÉRALE EN QUESTION LUI DEMANDE POURQUOI 12 ILS RÉPOND POUR LE RESTE DE MA FAMILLE ET MOI ,A MÉDITER 


  • ali8 15 septembre 2010 12:58

    je suis cendre comme homme et feu comme prophète
    j’ai complété d’Issa la lumière imparfaite.
    je suis la force, enfants ; Jésus fut la douceur.
    le soleil a tjrs l’aube pouur précurseur

    (extraits)


    • Céphale Céphale 15 septembre 2010 13:04

      @Emile Mourey

      Ce que vous dites sur Mahomet me semble assez vraisemblable. Bonnet-Eymard m’avait déjà fait penser que Mahomet pouvait être le porte parole de chrétiens schismatiques, en ajoutant à leur mouvement de contestation une dimension politique. 


      • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 13:12

        @ Céphale

        Bonnet-Eymard a le grand mérite de remonter vraiment aux sources mais certains de ses développements, sur fond d’écran de vierge Marie, me semblent particulièrement risqués.


      • ali8 15 septembre 2010 13:14

        les oeuvres ne valent que par leurs intentions !! vous serez avertis !!

        jamais homme n’accomplit en moins de temps une si immense et durable révolution dans le monde, puisque moins de dux siècles après sa prédication, l’Islamisme, (oui l’Islamisme, préché régnait sur les trois Arabies, conquérait à l’unité d’Allah la Perse le Korassan la Transoxiane l’Inde Occidentale la Syrie l’Egypte l’Ethiopie tout le continent connu de l’Afrique Septentrionale des îles de la Mediterranée l’Espagne et une partie de la Gaule


        c’était la conquête des coeurs et non des hordes Arabes armées


        Pholosophe orateur apôtre législateur conquérant d’idées restaurateur d’un culte sans image fondateur de vingt empires terrestres et d’un empire spirituel voilà Muhammad
        a toutes les échelles ou l’on mesure la grandeur humaine quel homme fut plus grand

        il n’aurait pas congratulé Ange alias Doume alias Big Pig alias......


        • ali8 15 septembre 2010 13:21

          erratum

          c’était la conquête des coeurs par des hordes Arabes armées !!!!!!!!!!


        • samir 15 septembre 2010 14:01

          oui ce sont forcement les coeurs qui ont embrassés l’Islam

          d’ailleurs il suffit de voir que la democratie, la liberté et les droits de l’homme ont du mal a s’imposer en Irak/Afghanistan a coups de crosses dans la gueule et de bombes


        • samir 15 septembre 2010 15:38

          "Ces pays sont extraordinaires car ils possèdent des armes de destruction massives, sont tenus par des tiran sanguinaires et abritent des terroristes djihadistes"

          tu parlais pas de l’Arabie saoudite ?


        • Céphale Céphale 15 septembre 2010 14:01

          @Emile Mourey

          Les liens ne marchent pas.

          Pouvez-vous me dire quelle était la puissance régnante en Arabie avant Mahomet ? L’empereur byzantin et le pape étaient-ils informés des luttes de Mahomet ? S’en inquiétaient-ils ?

          • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 14:57

            @ Céphale

            Avec mon ordinateur, les liens fonctionnent.

            L’empereur byzantin était certainement au courant puisqu’il a levé une armée qui, bien supérieure en nombre, a écrasé l’armée musulmane à Mouta. Quant au pape, je ne sais pas. Je n’ai rien trouvé à ce sujet.

            Pour répondre à votre autre question, je cite : Maître du territoire de Médine et de La Mecque, bientôt maître de la ville sainte, disposant d’une armée qui ne demandait qu’à faire campagne, Mahomet décida un grand coup de poker. Il désigna huit ambassadeurs qu’il envoya aux huit rois de la terre pour les appeler à Dieu. Ces huit rois étaient les suivants : les princes (ou gouverneurs) des Coptes, de Syrie, du Yémen, d’Oman, le gouverneur de Bahrein, les rois d’Abyssinie, de Roum et de Perse. La lettre qu’il remit aux ambassadeurs était ainsi rédigée :
            Moi, Mahomet, apôtre de Dieu, Au nom de Dieu clément et miséricordieux !
            Ô hommes, Je suis l’apôtre de Celui qui règne sur les cieux et la terre,
            Je suis celui qu’Il vous envoie pour vous dire qu’il n’y a de Dieu que Lui.
            C’est Lui qui donne la vie et la mort. Soyez croyants ! Embrassez l’islamisme !
            Ma mission, je ne la tiens pas de la terre, mais du ciel. Suivez-moi sur le chemin du salut ! (Sur. VII, v. 157 et 158).

            Et voici quelle fut la réaction du roi de Perse : il lut la lettre, la déchira et en lança les morceaux au visage de l’ambassadeur en s’exclamant : « Est-il séant qu’un sujet écrive pareille lettre à son maître ? » Aussitôt, il envoya la lettre suivante à son gouverneur du Yémen : « Quel est cet Arabe qui sort de son Hedjaz et qui m’envoie une lettre aussi insensée ? Mets-le dans les chaînes et amène-le moi afin que je puisse statuer sur son sort en connaissance de cause. Et s’il ne veut pas obtempérer, vas-y avec une armée et envoie-moi sa tête. Ecrase son pays sous les pieds de tes éléphants. Réduis les habitants en esclavage et empare-toi de tous leurs biens. » Quand les Médinois furent mis au courant de la décision du roi de Perse, les hypocrites sautèrent de joie en s’écriant : « Hourrah ! Nous allons bientôt être délivré du fléau qui nous accable. Le grand roi de Perse va, enfin, faire disparaître Mahomet de la surface de la terre. »


          • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 15:14

            @ Céphale

            d’après Tabari



          • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 16:37

            @ Céphale

            Pour les liens, c’est une erreur de ma part. Voyez le commentaire d’Antenor.


          • Lou Lou 15 septembre 2010 14:05

            Version 1.0 Akhenaton invente le monotheisme 1350 avant notre ere
            Version 2.0 Des Hebreux le plagient et ecrivent la torah
            Version 3.0 plagiat encore plus evident avec les chretiens et leur bible
            Version 4.0 Mahomet et son coran reecrit la meme histoire ...
             
            Toutes des variations revelees dans le desert des memes sornettes ...
             
            dieu n’ existe pas ... http://atheisme.free.fr/


            • samir 15 septembre 2010 14:09

              « Version 1.0 Akhenaton invente le monotheisme 1350 avant notre ere »

              quelle naiveté de croire que ce sont des faits etablis : simplisme d’idiot du village qui consiste a attribuer l’invention d’un concept a une et meme personne ----> c’est plus facil a retenir et comprendre et puis la realité est bien trop complexe

              qui te dit que le monotheisme n’existait pas deja avant akhenaton ?

              depuis quand les hommes enterrent ils leurs morts ?


            • Shaytan666 Shaytan666 15 septembre 2010 14:19

              N’importe quoi, l’enterrement des morts n’a absolument rien à voir avec le monothéisme.


            • samir 15 septembre 2010 15:03

              il n’y a qu’un simplet comme toi qui fait le raccourci

              Primo l’enterrement des morts a a voir avec la perception d’un au dela...

              donc d’aussi loin que les hommes ont enterré leurs morts on peut imaginer l’existence d’une spiritualité

              quant a savoir si on parle de monotheisme ou de paganisme aucun historien ne saurait repondre tant les elements de preuve sont absents

              quelle preuve avons nous que le monotheisme n’existait pas deja ?


            • BlackMatter 15 septembre 2010 15:09

              « quelle naiveté de croire que ce sont des faits etablis : simplisme d’idiot du village qui consiste a attribuer l’invention d’un concept a une et meme personne ----> c’est plus facil a retenir et comprendre et puis la realité est bien trop complexe »

              Parce qu’il n’est pas naîf de croire que Mahomet est le messager de Dieu ?
              Que l’archange Gabriel avait décidé de lui parler à lui seul, personnellement, en cachette ?
              Mahomet était un guerrier et un politicien de la même teneur que nos politiciens actuels, prêts même à toutes les contradictions (qui sont nombreuses dans le Coran qui de ce fait ne peut être un texte divin, Dieu ne pouvant se contredire)... C’est la seule chose qui certaine.

              Le reste, c’est de la spéculation, de la naiveté et relève de la foi plus que de la vérité historique. Ca vaut aussi pour les autres religions.


            • samir 15 septembre 2010 15:15

              "Parce qu’il n’est pas naîf de croire que Mahomet est le messager de Dieu ?
              Que l’archange Gabriel avait décidé de lui parler à lui seul, personnellement, en cachette ?
              Mahomet était un guerrier et un politicien de la même teneur que nos politiciens actuels, prêts même à toutes les contradictions (qui sont nombreuses dans le Coran qui de ce fait ne peut être un texte divin, Dieu ne pouvant se contredire)... C’est la seule chose qui certaine.
              "

              quel rapport avec la foi ?
              foi n’est pas naiveté je crois que tu confonds la mon grand ca se melange dans ta cervelle ?

              mais croire qu’un concept ou une decouverte scientifique ne se fait par un seul homme est de la naiveté : les decouvertes et inventions sotn le fruit d’un travail linéeaire et commun

              ah oui quant aux contradictions du Coran faudra que tu me les rapportes parce que la je vois pas bien que je le connaisse bien mieux que toi...


            • Lou Lou 15 septembre 2010 15:16

              "Enfer chrétien, du feu. Enfer païen, du feu. Enfer mahométan, du feu.
              Enfer hindou, des flammes. A en croire les religions, dieu est né rôtisseur."
              (Victor Hugo / 1802-1885 / Choses vues / 1887)


            • samir 15 septembre 2010 15:27

              Donc si je pars du principe que depuis plus de 30 000ans les hommes enterrent leurs morts pourquoi affirmer « Akhetnaton invente le monotheisme »

              tout cela est bien plus complexe...


            • BlackMatter 15 septembre 2010 15:52

              Samir : « ah oui quant aux contradictions du Coran faudra que tu me les rapportes parce que la je vois pas bien que je le connaisse bien mieux que toi... »

              Alors pourquoi il existe une règle dans l’islam qui veut que quand deux versets sont contradictoires, c’est le verset le plus récent qui l’emporte ?
              N’as tu jamais entendu parler de substitution d’aya dans la sourate 16 ?
              Même le Coran reconnait qu’il a un contenu contradictoire...


            • samir 15 septembre 2010 17:39

              "
              Alors pourquoi il existe une règle dans l’islam qui veut que quand deux versets sont contradictoires, c’est le verset le plus récent qui l’emporte ?
              N’as tu jamais entendu parler de substitution d’aya dans la sourate 16 ?
              Même le Coran reconnait qu’il a un contenu contradictoire..."

              ben donne tes sources


            • BlackMatter 15 septembre 2010 17:55

              sourate 16 v101

              Lorsque nous substituons un verset à un autre - et qui mieux que Dieu connaît ce qu’il révèle ? - les idolâtres s’écrient :« tu n’es qu’un faussaire », alors que la plupart d’entre eux n’ont aucune connaissance en la matière

              Autrement dit :
              Bon, on reconnait qu’on fait des changements (ca n’est pas contredit par le verset) mais si tu t’étonnes de la versatilité de Dieu, ferme ta gueule, tu n’y connais rien.


            • samir 15 septembre 2010 18:15

              et bien tu decouvres que la Loi islamique est « dynamique » et pas figée dans le temps

              cela rejoint ce que je disait hier sur le débat qui fut lancé sur la nature du coran. est-il créé ou incrée.

              S’il est crée, cela veut dire qu’il est perfectible et qu’on peut encore innover, dans l’esprit du coran mais dans le sens de l’évolution humaine. Cela été le cas pendant un temps du temps du regne d’al mamoun le fils de haroun arrachid. Le coran crée et these des MUtazils.

              Le coran incrée s’est imposé aprés. Et ce qui bloque toute interprétation. Et qui empeche la société musulmane autrefois féconde d’avancer aujourd’hui.

              de Plus les versets concernés sont le plus souvent des versets qui ne figurent pas dans le Coran car le Coran affirme lui meme que de tous temps le diable dicta aux prophete-messagers (Moise par exemple) de faux versets qui furent abrogés par Dieu...

              nassakh wal mansoukh c’est l’esprit de « l’evolutilivité » de la loi.


            • BlackMatter 15 septembre 2010 20:41

              « Le coran incrée s’est imposé aprés. Et ce qui bloque toute interprétation. Et qui empeche la société musulmane autrefois féconde d’avancer aujourd’hui. »

              Certains musulmans sont bloqués parce qu’ils pensent que le Coran est la parole de Dieu et qu’elle est immuable.

              Or le Coran dit lui même qu’elle ne l’est pas (immuable).
              Il permait donc normalement aux musulmans de s’adapter, de vivre avec son temps, mais certains groupes s’obstinent à le nier et à imposer aux musulmans des principes du VIeme siècle.


            • Serpico Serpico 15 septembre 2010 15:37

              Orthographier le nom du calife « Abou BECKER » en se laissant hypnotiser par les graphies modernes d’un nom moderne décrédibilise un peu l’article.

              C’est Abou Bakr.

              Pour l’étymologie de Hachim ou Hashem ou Hachem, l’auteur cède là aussi à la facilité : sur la base de la graphie latine, il tire des origines intéressantes peut-être mais complètement fantaisistes. C’est tout simplement de l’étymologie populaire trompée par la parenté certaine des langues sémitiques et par l’inévitable croisement de termes qui sans être synonymes ni équivalents peuvent naître.

              Le seul lien entre Hashem (graphie volontairement placée par moi pour souligner la parenté entre les mots) arabe et Hashem hébreu : la prononciation.

              Le Ha-Shem hébreu est le nom d’un Dieu. Or, les arabes savaient très bien celà et dans leurs distribution des noms, ils ne se faisaient jamais appeler du non d’un Dieu mais adoptaient des noms à particule les reliant à la divinité : ABD Allah, ABD Errahman, etc. (créature de Dieu, Créature du Miséricordieux)

              Personne ne songerait à se donner un nom de Dieu. Surtout à cette époque-là.


              • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 16:07

                @ Serpico

                Abou Becker ou Abou Bakr, je ne conteste pas votre remarque, mais comme j’écris dans le fil de la traduction française du livre de Tabari, préfacée par Jacques Berque, il m’a semblé qu’il aurait été bien prétentieux de ma part de corriger ce savant et de ne pas reprendre ses termes. Et pour ne pas arranger mon cas, je ne vois non plus pourquoi, je l’aurais suivi en donnant au Prophète le nom de Mohammed, alors qu’en France, c’est Mahomet.

                Quant aux rapprochements étymologiques que vous évoquez, j’ai eu l’occasion de constater plus d’une fois la fragilité des interprétations des experts. Je préfère la logique, et la logique va dans le sens de mon interprétation, ce que confirme la suite de mon développement sur les similitudes entre les stratégies essénienne et musulmane.


              • Barrous Barrous 16 septembre 2010 01:14

                @ l’auteur
                Apparemment l’origine du mot Mahomet est Baphomet, cad le diable. Le nom de Mohamed a été tourné de cette façon car ceux qui l’ont inventé pensait que les musulmans adoraient Satan. Je ne connais pas l’histoire exacte, c’est juste un ami chrétien qui m’a donné cette information.
                Juste pour dire que l’utilisation du nom Mahomet au lieu de Mohamed pour désigner le Prophète est en fait péjorative, donc à éviter, surtout quand on connait l’origine de cette pratique.
                Merci pour votre (vos) articles smiley


              • Emile Mourey Emile Mourey 16 septembre 2010 15:52

                @ Barous

                Non ! je ne crois pas du tout à cette légende. Le nom de Mahomet, en arabe, est Muhammad ou Mohammad, ce qui a donné tout naturellement en français le mot Mahomet, compte-tenu par ailleurs des problèmes de prononciation. Dans d’autres pays, le nom est arrivé souvent plus déformé.

                Je ne vois pas que ce terme soit porteur d’une charge négative.


              • Emile Mourey Emile Mourey 16 septembre 2010 15:56

                Non, je ne souscris pas du tout à ce rapprochement qui est, en quelque sorte, déjà une caricature avant celles qui vont suivre.


              • Barrous Barrous 17 septembre 2010 01:35

                @ Emile Mourey
                Je ne me rappelle pas exactement des détails historiques, mais je crois qu’il m’avait dit que c’était à l’époque des croisades.
                Sinon, je trouve quand même la ressemblance entre Mahomet et Baphomet assez frappante !
                Certes, le passage d’une langue à une autre génère quelques déformations, mais pourquoi celle là exactement ? Je ne sais pas qu’est ce qui vous permet de trouver cette déformation aussi « naturelle ». Y a-t-il une règle pour transformer un mot de l’arabe vers le français ?
                Et puis, si cette conversion est si naturelle, pourquoi n’appelle-t-on pas par Mahomet tous les français s’appelant Mohamed en arabe ?
                Je ne prétends pas avoir raison, mais je pense que la question mérite une recherche historique plutôt que des avis subjectifs smiley
                Merci pour votre réponse smiley


              • Emile Mourey Emile Mourey 17 septembre 2010 10:20

                @ Barrous

                Mon raisonnement n’est pas subjectif mais sceptique sur les soi disantes règles des étymologistes. Il y a dans la transmission des mots, selon moi, une telle part de hasard !

                Le Baphomet est bien postérieur. Je crois me souvenir que c’est une accusation portée contre les templiers - anciens croisés - lors de leur procès. On leur aurait reproché d’avoir adoré le diable sous ce nom. Or, s’il s’agit du « diable » Mahomet, selon eux, le mot déformé aurait pu être Baal-homet d’où Baphomet, mais là, on entre dans le domaine des devinettes.

                On m’a parfois reproché de désigner le Prophète par son nom français et non par son nom arabe. Avec tous les problèmes de prononciation et les aléas de la transmission, on est en fait sûr d’une chose, c’est, me semble-t-il, qu’on n’est sûr de rien tant qu’on n’aura pas retrouvé une inscription d’époque. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir toutes les variantes chez les peuples plus ou moins lointains. Et puis, pourquoi ne trouve-t-on pas le nom dans le Coran mais seulement « le Prophète » ? Et puis il y a le témoignage des anciens califes.

                Enfin pour conclure, je dirais que c’est une erreur de se focaliser sur un nom comme si Mahomet était un individu ordinaire. Ma conviction, c’est qu’on ne le désignait que par un qualificatif, le loué etc, le Prophète.


              • Emile Mourey Emile Mourey 17 septembre 2010 10:37

                Nom des anciens califes : Mehemet : il suffit de modifier les voyelles pour obtenir Mahomet.


              • Barrous Barrous 17 septembre 2010 13:35

                @ Emile Mourey

                « on est en fait sûr d’une chose, c’est, me semble-t-il, qu’on n’est sûr de rien » : exactement !

                « Et puis, pourquoi ne trouve-t-on pas le nom dans le Coran mais seulement »le Prophète«  ? » : ah bon ! On trouve le nom « Mohamed » dans le coran quatre fois, d’après un outil de recherche dans une application de coran numérique nommée Pocket Islam, (ça marche les téléphones widows mobil) : 3:144 ; 33:40 ; 47:2 ; 48:29. On pourra toujours vérifier sur une version papier.
                De plus, la soura numéro 47 porte carrément le nom de « Mohamed ».

                Une petite question demeure. Pourquoi n’appelle-t-on pas par Mahomet tous les français dont le nom arabe est Mohamed ? Est-ce le cas aussi pour d’autres noms de prophètes ou de gens célèbres ?

                Au passage, saviez vois que le mot « trinité » n’existe pas dans la bible mais existe dans le coran ? smiley
                Voici les références des versés si cela vous intéresse : 4:171 ; 5:73.


              • Emile Mourey Emile Mourey 17 septembre 2010 15:31

                @ Barous

                Exact, vous avez raison.

                http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20100825033031AA8iN9l

                Reste à retrouver les termes du Coran original, mais en ce qui concerne mon étude et mes articles, je ne vois pas ce que cela change.


              • L'enfoiré L’enfoiré 15 septembre 2010 15:40

                Bonjour Emile,

                 Il y avait longtemps, non ?

                 Bon article. C’est aussi une question que je me posais.
                 Dommage que tous les prophètes n’ont pas été des écrivains et qu’ils ont uoujouer eu besoin d’interprètes de leurs idées.
                 Interprètes qui souvent ont été anachroniques.
                 Ensuite, les extrapolations, les interprétations n’ont fait que suivre.  smiley


                • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 16:21

                  @ L’Enfoiré

                  Bonjour

                  Il y a longtemps, en effet. Bien sûr, pour un auteur, il y a un certain agrément à mettre en ordre ses idées et à proposer un article qui n’est pas un plat réchauffé. Malheureusement, la plupart de nos compatriotes ne sont plus réceptifs, incapables qu’ils sont de réfléchir par eux-mêmes et de se remettre parfois en question.


                • Céphale Céphale 15 septembre 2010 23:08

                  @Emile Mourey

                  Je viens de trouver une documentation sur les empereurs byzantins. Au 7e siècle l’Empire était dans un piteux état, ce qui a certainement facilité la prise de pouvoir de Mahomet et la fondation d’un Etat théocratique d’où l’Islam est parti à la conquête du monde. 


                • Emile Mourey Emile Mourey 16 septembre 2010 10:59

                  @ Céphale

                  Oui, mais reste à savoir ce que représentait vraiment l’empire romain d’Orient. Pour Mahomet qui a envoyé la lettre citée par Tabari (voir la réponse que j’ai faite à votre précédent commentaire), Héraclius n’est que le roi de Rom. Le roi de Perse considère toujours l’Arabie dans sa dépendance et les légions n’interviendront contre les musulmans qu’à Mouta, c’est-à-dire aux frontières.


                • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 16:52

                  @ Ange

                  Non, je ne le pense pas du tout. Je suis persuadé que les dirigeants musulmans étaient sincères mais il faut bien comprendre qu’ils raisonnaient dans l’esprit de leur époque. Je ne dirais pas la même chose pour une partie de la soldatesque avide de butin et même de sang.

                  Quant aux accusations portées contre le personnage de Mahomet, cela résulte d’une mauvaise interprétation des textes. Aïcha était sa garde du corps, autrement dit une troupe militaire. Quant aux morts au combat ou en dehors des combats, que cela soit d’un côté ou de l’autre, on ne peut aujourd’hui qu’être très étonné en constatant le peu de pitié qui existait alors.


                • Antenor Antenor 15 septembre 2010 17:30

                  @ Emile

                  Vous parlez d’un échec relatif du christianisme à l’époque de Mahomet. Ne faut-il pas plutôt parler d’un échec complet de l’essénisme traditionnel ? Le christianisme évangélique a au contraire connu une expansion au delà de toute espérance et la chute de l’Empire Romain d’Occident n’y a rien changé. Le plus mystérieux et fascinant dans toutes ces histoires est le rôle essentielle de la diaspora juive dont on sous-estime très vraisemblablement l’importance.


                • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 18:26


                  @ Antenor

                  Je ne connais pas assez la question pour me prononcer mais si je raisonne dans le fil mes travaux de recherche, quelle est la situation au moment de la chute de Jérusalem, en l’an 70 ?... En Gaule : un judaïsme messianique qui prend son essor. En Palestine : un judaïsme messianique revenu de l’exil de Babylone qui entraine le pays dans la guerre. Quelle est la situation après 70 ? En Gaule, un judaïsme messianique qui poursuit son essor sous le nom de christianisme (la chute de l’empire romain d’occident n’y changera rien). En Palestine : une certaine diversité parmi les communautés chrétiennes ou pseudo-chrétiennes héritières des anciennes communautés esséniennes. Au contraire de l’Occident solidement installé sur ses dogmes, je me demande, moi aussi, si ce n’est pas une sorte de nostalgie juive qui a fragilisé les églises d’Orient et a fait basculer les communautés de moines du côté de l’islam (cf les moines de Bahira qui, dans le symbole de l’archange hébreu Gabriel, ont soutenu, voire télécommandé Mahomet).


                • Farniente 15 septembre 2010 22:53

                  le plus célèbre des pédophiles

                  Et que dire de Marie de Nazareth,mère à 14 ans,mariée à Joseph et engrossée par le bon Dieu ?


                • birdy 15 septembre 2010 22:57

                  Mère à 14 ans ? 


                  Vous avez une source pour votre information ?

                • Farniente 16 septembre 2010 00:56

                  Je ne suis pas spécialiste de la question,mais voici un site ou ils en débattent.14,15 ou 16 ans,les opinions divergent


                • birdy 16 septembre 2010 01:05

                  Dit-il sans livrer de source et en rectifiant son premier chiffre et en avouant ne rien savoir de l’affaire.


                  Pris en flagrant délit de mensonge il s’en tire par un autre mensonge.


                • Farniente 16 septembre 2010 21:31

                  J’ai oublié d’insérer le lien,ça ne fait pas de moi un menteur.
                  J’ai lu un roman de Patterson(la dernière prophétie) ou il affirme que Marie a 14 ans a la naissance de Jésus.N’ayant jamais entendu mentionner l’age de Marie auparavant,j’ai googlé et ai trouvé ça,entre autres
                  http://lepeupledelapaix.forumactif.com/questions-reponses-f50/a-quelle-age-la-vierge-marie-mis-au-monde-jesus-christ-t3450.htm

                  ou ça,


                • Farniente 16 septembre 2010 21:33

                  le deuxième lien n’a pas paru,je vais encore me faire traiter de menteur


                • Farniente 16 septembre 2010 21:35

                  Crotte !
                  pourquoi le lien ne parait pas ?
                  C’est sur newadvent.org à la page St Joseph


                • OMAR 15 septembre 2010 17:31

                  Omar T.

                  Black-Maternelle :

                  Vous confondez entre Le cheikh Youssouf Qaradhawi et le cheikh Maurice PAPON.


                  • BlackMatter 15 septembre 2010 17:36

                    Non,

                    Les deux sont aussi cons.


                  • OMAR 15 septembre 2010 22:39

                    Omar T.

                    Black-Maternul : Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir commence par le boss du cheikh Maurice PAPON, le Marechal.....

                    Puree, j’ai oublie son nom....


                  • BlackMatter 16 septembre 2010 13:21

                    Si tu veux mon opinion sur le maréchal -qui a trahi la République à 84 ans après l’avoir aussi bien servit-, il avait au moins l’excuse de la vieillesse.

                    Il souffrait assurément de démence sénile.


                  • edzez edzez 15 septembre 2010 20:19

                    tu es un hasbara ?

                    j’ai appris ça aujourd’hui, maintenant je comprends moins tes commentaires.

                    L’islam ne disparaitra jamais, depuis plus de 15000 ans (ou 10000 , j’ai oublié mon cours ) qu’il existe , depuis l’arrivé du premier Prophete Adam , et donc depuis les premiers pas de l’Homme sur Terre, pour vivre sur Terre, il fallait bien un manuel technique , c’est l’ISLAM


                  • Emile Mourey Emile Mourey 15 septembre 2010 20:32

                    @ kronfi

                    On peut remarquer en effet que dans les quelques témoignages non musulmans, Mahomet n’est qu’un nom, lointain, souvent abrégé. Les chroniqueurs donnent l’impression d’hésiter. Ils mettent la bataille de Mouta sous Abou Becker alors que Tabari la met sous Mahomet (d’après Les fondations de l’Islam de de Prémare, pages 138 et 139).

                    En revanche, pour Théophile d’Edesse, Mahomet est bien un individu. Lorsqu’il eut atteint l’âge et la taille de jeune homme, il se mit à aller et venir vers la Palestine pour le commerce, à partir de Yathrib, sa ville…

                    ...le commerçant se constitue une troupe de plus en plus nombreuse qui, sous couvert de religion, exécute razzias sur razzias... (Les fondations de l’Islam de de Prémare, page 39).


                  • edzez edzez 15 septembre 2010 21:17

                    Kronfi , pour ta gouverne , une traduction n’est jamais une oeuvre litteraire , tu les Orwell en français ?

                    Lit le en arabe , donc apprend l’arabe , c’est facile en 1 moi tu peux savoir lire, et il te faudra quelques mois pour comprendre une oeuvre litteraire humaine, mais des années pour comprendre la finesse et la subtilité des mots utilisés dans le coran.

                    Un exemple , la fourmi est cité dans le coran , il y a un passage qui dit que la fourmi se brise , « kassara », elle se brise comme du verre , il s’avere que nous les scientifiques avons découvert , il n’y a pas tres longtemps que sa composition est semblable à du cristale , d’un polymere comme le sucre , la chitine


                  • Ronald Thatcher vraimentrienafoutiste 15 septembre 2010 20:33

                    mohamed était le Bill Gates du VIIème siècle alors, avec son système d’exploitation des cons nommé coran version neuneu... et ça marche toujours, faut dire que c’est pas des lumières les bécannes ! un peu lentes les cervelles !


                    • edzez edzez 15 septembre 2010 21:04

                      L’ISLAM vaincra sans arme de destruction massive, sans nucléaire, sans bombes au phosphore , ni missiles ou obus en uranium appauvri, ni arts martials krav maga ou abir , ni haine ni vengeance ,qu’avec un message de paix.


                      • OMAR 15 septembre 2010 22:52

                        Omar T.

                        Konfiel : Si l’arme nucleaire avait ete disponible durant la guerre de cent ans, l’Europe ne serait pas de ce monde.....

                        Il est vrai aussi que la Ste Bartelemy a eu lieu au Yemen....


                      • hpspt 16 septembre 2010 00:44

                        570

                        Naissance supposée de Mahomet (Muhammad) (le loué fils de l’esclave d’Allah). L’existence de Mahomet n’est pas certaine, elle a été énormément romancée et le Coran a été profondément remanié au cours des siècles (comme le montrent les manuscrits du VIIe siècle découverts en 1972 dans la mosquée Jama’a al Kabir à Sanaa au Yémen). Mahomet n’a laissé aucune trace écrite ou archéologique de son passage. Il n’a jamais mené de guerre sainte. Le refus des musulmans de faire de l’histoire a permis l’émergence d’une caricature de Mahomet telle que la dépeignent les islamistes qui prêchent un retour à l’Islam pur qui n’a jamais existé ou qui croient vivre comme le prophète, un homme dont la vie est une succession de légendes ! Sources www.bible.chez-alice.fr : « Sciences et Avenir » janvier 2003, « Le Seigneur des tribus. L’Islam de Mahomet » Jacqueline Chabbi, professeur à l’université Paris-VIII-Saint-Denis, « Encyclopædia Universalis », « Le Monde » 7 septembre 2001

                        • Antenor Antenor 16 septembre 2010 10:15

                          Jamais entendu l’expression « une aile de cavalerie » ? Elle était notamment employée dans l’armée romaine. Donc les Arabes de Mahomet pouvaient très bien l’utiliser aussi. Pour symboliser une armée encadrée par une aile de cavalerie sur chacun de ses flancs, l’allégorie de l’ange est évidente (d’autres préféraient l’aigle, l’épervier ou l’allouette). Pas besoin d’avoir fait Saint-Cyr pour comprendre cela.


                        • Antenor Antenor 16 septembre 2010 11:39

                          Je n’ai pas écrit qu’ange désignait une « aile de cavalerie » mais un corps d’armée entier. Les escadrons de cavalerie déployés sur les flancs des unités à pieds sont appelés « ailes » depuis des siècles dans le jargon militaire.

                          Etant donné que Mahomet est présenté par le Coran comme l’envoyé de Dieu, il est tout à fait logique que ses troupes les plus fidèles relayant sa parole soient qualifiées de « messagers ».


                        • rocla (haddock) rocla (haddock) 16 septembre 2010 10:48

                          Il voulait dire Aile à Fitzgérald .... smiley



                            • Emile Mourey Emile Mourey 16 septembre 2010 11:44

                              @ Antenor

                              A la bataille de Beder, c’est l’arrivée d’un secours providentiel - mille hommes et mille hommes - qui permet à Mahomet de remporter la victoire ; et c’est l’archange Gabriel (les moines de Bosra en Syrie) qui annonce au Prophète leur arrivée sur le champ de bataille, mais curieusement c’est l’artillerie musulmane (Hamza ?) qui crée la décision. A la bataille d’Honaïn, Mahomet sort son sabre Dsou’l Feqâr, qui est peut-être bien, comme vous le pensez, une unité de cavalerie en dernière réserve, comme le fut plus tard la vieille garde napoléonienne. Mais à la grande bataille précédente qu’il perdit, à Ohod, il confie son sabre Dsou’l Feqâr à Ali qui est venu lui demander de le lui confier alors que la situation est critique. Il s’agit donc bien d’un élément de réserve. Et Mahomet s’écrie : « Il n’y a pas de meilleur sabre que Dsou’l Feqâr. Il n’y a pas de meilleur sabreur qu’Ali » (d’après Tabari).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès