• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Constantinople accorde l’autocéphalie à Kiev, les autres églises (...)

Constantinople accorde l’autocéphalie à Kiev, les autres églises condamnent

Comme on pouvait le craindre, le Patriarche de Constantinople, Bartholomée, est allé jusqu’au bout de sa démarche mortifère en Ukraine, en accordant le tomos d’autocéphalie à la pseudo-église issue de la fusion des deux congrégations schismatiques du pays, sur fond de persécutions de plus en plus nombreuses contre l’Église orthodoxe ukrainienne canonique (celle du Patriarcat de Moscou, l’UOC-MP).

JPEG - 96.7 ko
Photo : AFP / Yasin Akgul

Tout le déroulement du processus de l’octroi de cette autocéphalie n’aura été qu’une sinistre farce du début jusqu’à la fin. En commençant par l’immixtion claire de l’État ukrainien dans le processus, alors que la constitution ukrainienne interdit à l’État d’interférer dans les affaires religieuses.

Après avoir initié lui-même la demande d’autocéphalie, le président ukrainien a présidé le pseudo-concile d’unification, et a même été jusqu’à Istanbul, avec Andry Parouby, assister à la remise du tomos d’autocéphalie, après l’office religieux, alors qu’aucun des deux n’est orthodoxe (les deux hommes politiques sont uniates) !

Rajoutons à cela, que contrairement à ses belles promesses, Porochenko est bien en train d‘essayer de dépouiller l’UOC-MP de ses églises et de ses monastères, par une voie pseudo-légale.

Ainsi, après avoir fait voter par la Rada une loi exigeant de l’UOC-MP qu’elle change de nom (ce qui est anti-constitutionnel, puisque, encore une fois, l’article 35 de la constitution ukrainienne interdit à l’État d’interférer dans les affaires religieuses), l’administration présidentielle ukrainienne a ordonné à la direction du Musée de la laure de Kiev-Petchersk et à celle la Réserve historique et architecturale d’État de Kremenets-Potchaïev de mettre fin, par voie judiciaire, au bail conclu avec les communautés de l’UOC-MP.

Il a d’ailleurs été demandé de mener ces démarches de manière secrète afin de ne pas provoquer de scandale public. Il est vrai que cela ferait mauvais genre de voir que les paroles d’apaisement de Porochenko, promettant la main sur le cœur qu’il ne dépouillerait pas l’UOC-MP après l’accord du tomos, n’étaient que des mensonges éhontés.

Fait marquant à Vinnitsa (lieu de naissance de Porochenko), l’église Saint Alexandre Nevski où officiait l’UOC-MP, a dû démanteler sa croix et son dôme. Ayant refusé de rejoindre la nouvelle structure schismatique, la paroisse s’est vu intimer l’ordre de partir de cette chapelle qui appartient au ministère de l’Intérieur ukrainien, car une Église dirigée par « l’état agresseur » ne peut plus y officier.

La cérémonie de signature du tomos à Istanbul a aussi été marquée par la honte. Car en plus de la présence d’un homme d’affaires plus mafieux que businessman, Alexandre Nalekrechvili, la cérémonie s’est conclue par des cris de « Gloire à l’Ukraine ! Gloire aux héros ! », qui était le slogan des collaborateurs ukrainiens du régime Nazi pendant la seconde guerre mondiale. Tout un symbole.

Le fait de se retrouver associé à une telle symbolique néo-nazie ne semble pas avoir choqué Bartholomée. Cela en dit long sur la conception que ce « Patriarche » a du monde et de la religion. Déjà qu’il a avalisé les églises ukrainiennes schismatiques qui bénissent les fresques et les combattants néo-nazis, voilà qu’il tolère des slogans néo-nazis dans son église.

Les méthodes du Patriarcat de Constantinople et l’accord du tomos d’autocéphalie, n’ont pas manqué de provoquer des réactions, parfois virulentes, de la part des autres Églises. À commencer par la principale concernée par cette démarche : l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou.

Ainsi, Vladimir Legoïda, président du département synodal aux relations de l’Église avec la société et les médias, a déclaré que ce «  tomos est un document issu d’ambitions personnelles et politiques » qui « est signé en violation des canons et n’a aucune force canonique  ».

Le porte-parole de l’UOC-MP est même allé encore plus loin, en accusant Bartholomée d’être devenu lui-même un schismatique.

« Du fait que le Patriarche de Constantinople a prié aujourd’hui avec des schismatiques, il est devenu schismatique lui aussi, selon les règles apostoliques. Nous le constatons avec une grande douleur et chagrin. De telles actions du Patriarche de Constantinople témoignent d’une maladie spirituelle et mènent à la tentation de nombreux fidèles. […] Ce que le Patriarche de Constantinople fait actuellement constitue une violation flagrante de toutes les règles patristiques et apostoliques selon lesquelles l’Église a vécu pendant 2 000 ans  », a-t-il déclaré.

Et il n’y a pas que l’Église orthodoxe russe ou l’UOC-MP qui condamnent ce tomos. Ainsi, le métropolite de Varsovie, Sava, primat de l’Église orthodoxe de Pologne a rejeté la demande de Bartholomée de reconnaître la nouvelle église orthodoxe ukrainienne, et l’a accusé d’avoir augmenté les divisions au sein de l’Église orthodoxe ukrainienne en refusant de régler la question par une discussion pan-orthodoxe.

Une position proche de celle du Patriarche d’Antioche, qui a appelé Bartholomée à discuter de tout cela avec les autres Primats orthodoxes, afin de ne pas semer encore plus de division dans l’Église orthodoxe ukrainienne qu’il n’y en a déjà.

Dans la droite ligne de ses déclarations précédentes, l’Église orthodoxe de Serbie a, elle aussi, condamné l’accord de ce tomos, par la voix de son Patriarche, Irénée. Pour lui, les actes de Bartholomée violent le principe de conciliation de l’orthodoxie et risquent d’entraîner un grand schisme.

« À cause de la papauté, en tant que déviation de l’esprit de conciliation, nous avons déjà un grand schisme, un schisme entre l’Orient et l’Occident chrétiens, qui dure depuis des siècles. En raison de cette nouvelle version orientale de la papauté (à cause de l’émergence de l’idée que le premier évêque en honneur et en rang n’est pas le premier parmi ses pairs, mais le premier en soi, au-dessus de ses pairs), un nouveau grand schisme peut apparaître  », a déclaré le Patriarche Irénée.

Il a appelé Bartholomée à avoir honte de ses actes et à revenir à plus d’humilité, en cessant de se croire au-dessus des autres Patriarches et Primats d’Églises orthodoxes autocéphales. Il a aussi souligné que les actions de Bartholomée remettaient en question la réputation et le respect accordé au Patriarcat de Constantinople et qu’elles étaient motivées par des ambitions politiques qui visent en réalité la Russie.

Il a aussi souligné que l’autocéphalie n’est qu’un découpage administratif de l’Église et que la considérer comme un élément de la souveraineté de l’État ou un moyen d’isolationnisme national est un pêché mortel, car il s’agit alors d’un blasphème contre le Saint Esprit.

D’ailleurs, preuve que la mise en garde du Patriarche Irénée est juste, une députée de la Rada, du bloc Porochenko, Oksana Bilozir, a sorti publiquement « maintenant nous avons notre Dieu, notre Église » (sic) ! Voilà ce qu’est le chauvinisme religieux dans sa plus pure (et la plus délirante) expression. Voilà le genre de monstruosité qu’il fallait surtout éviter de provoquer. Car c’est ce genre de propos fanatiques et délirants qui mènent aux guerres de religion.

Même l’Église orthodoxe turque a réagi de manière négative aux actions de Bartholomée, rappelant que ces dernières violent le traité de Lausanne de 1923.

«  Lors de la signature du traité de Lausanne qui a jeté les bases de l’actuelle République de Turquie, la délégation turque à Lausanne a exigé que le Patriarcat de Constantinople [appelé à l’époque le Patriarcat d’Istanbul, NDLR] soit déplacé en dehors de l’État turc. Mais plus tard, à titre de geste de bonne volonté à l’égard du monde chrétien, il a été décidé de le garder sur le territoire turc comme structure destinée à célébrer les offices religieux uniquement pour les Grecs résidant en Turquie. […] Et même le parlement turc de l’époque a adopté une résolution selon laquelle en s’adressant à la personne à la tête de cette Église, il ne fallait plus dire « Patriarche », mais « prêtre principal ». Bref, après la signature du traité de Lausanne, l’Église de Constantinople n’avait plus de pouvoir officiel d’accorder l’autocéphalie et d’adopter des décisions sur les questions internationales  », a déclaré la porte-parole du Patriarcat orthodoxe turc, Sevgi Erenerol.

En clair, le traité de Lausanne a fait perdre ses prérogatives au Patriarche de Constantinople, et les actes de Bartholomée, mettent la Turquie dans une position inconfortable, alors même qu’Ankara se rapproche de Moscou.

«  Comme cette question constitue une affaire intérieure de la Russie, la position du Patriarcat de Constantinople sur l’octroi de l’autocéphalie à l’Église ukrainienne crée l’impression que, dans cette question, la Turquie soutient l’Ukraine. Pour cette raison, cette démarche de Bartholomée est erronée et dangereuse au plus haut point,  », a ajouté Sevgi Erenerol.

En l’état actuel, aucune Église orthodoxe n’a reconnu la nouvelle structure avalisée par Constantinople en dehors de cette dernière. Aucune n’a d’ailleurs envoyé de hiérarques pour assister à la cérémonie de remise du tomos. Tout un symbole là aussi.

Et histoire de finir cette gabegie en beauté, contrairement à ce que Porochenko affirme, cette « Église ukrainienne autocéphale » est encore moins autonome que ne l’est l’UOC-MP.

Épiphane n’est pas Patriarche mais Métropolite, l’Église ukrainienne ne peut pas établir de diocèses ni de paroisses à l’étranger et n’a autorité que sur le territoire ukrainien (Constantinople garde ainsi le contrôle des paroisses au Canada et aux États-Unis, et prend le contrôle des autres paroisses qui existaient), en cas de conflits ou de questions canoniques ou dogmatiques, c’est Constantinople qui sera la plus haute autorité à même de trancher, et c’est d’ailleurs Constantinople qui est en réalité à la tête de la nouvelle église.

Donc cette « Église autonome » n’est en réalité qu’une branche du Patriarcat de Constantinople. Comme en politique, l’Ukraine a beau clamer être indépendante et libre, en réalité elle est simplement passée d’un maître à un autre.

En clair, Porochenko et Bartholomée ont éhontément menti aux Ukrainiens. Au lieu d’accorder à l’Ukraine une Église plus indépendante, Constantinople a enchaîné les fidèles ukrainiens et escompte bien désormais voler un maximum de chapelles et de monastères à l’Église orthodoxe canonique grâce aux lois votées par la Rada.

Cette tentative de vol en bande organisée ne pourra que déboucher sur des violences, lorsque cette mafia en soutanes va tenter de s’approprier les églises et monastères importants, comme les laures de Potchaïev ou de Kiev-Petchersk. Et Porochenko en est bien conscient. D’où ses tentatives de voler ces paroisses « en douce ».

Si le silence est le meilleur complice de toutes les mafias, qu’elles soient laïques ou religieuses, alors notre devoir est de faire savoir ce qui se passe afin de faire échouer les plans de ceux qui prétendent parler au nom de Dieu pour satisfaire leurs ambitions personnelles, sans égard pour les risques de bain de sang que leurs actions vont provoquer.

Christelle Néant

Voir l'article sur Donbass Insider


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Jelena Jelena 8 janvier 10:20

    >> (...) a déclaré le Patriarche Irénée.

    Irinej > Irénée, bizarre cette traduction à la française... Toujours est-il que la positon du Patriarche n’est pas surprenante car les Eglises de Russie et de Serbie se soutiennent toujours mutuellement (enfin presque toujours...).

    Quand à l’Eglise de Turquie (qui pèse à peine 200 fidèles et qui par défaut, s’oppose toujours à Constantinople), son avis n’a que peu d’importance, car elle n’est pas reconnue par les autres Eglises.


    • Christelle Néant Christelle Néant 8 janvier 10:29

      @Jelena
      Ce qui m’intéressait dans les propos de l’Église de Turquie ce sont les faits énoncés, à savoir que les actes de Bartholomée contreviennent au traité de Lausanne.


    • Jelena Jelena 8 janvier 11:04

      @Christelle Néant >> Ce qui m’intéressait dans les propos de l’Église de Turquie ce sont les faits énoncés

      Je suis d’accord, mais je tenais également à faire valoir que son avis n’a que peu d’importance pour les autres Eglises.

      Par ailleurs, une petite correction >> qui pèse à peine 200 fidèles

      Par « fidèles », j’ai voulu dire « personnes à son service » et après recherche, il n’y en a pas 200, mais moins de 100.


    • Guy19550 8 janvier 14:07

      A choisir, je préfère le fusil à la soutane. C’est pas fort clair dans ma tête et j’ai beau relire, mais j’ai toujours la même voix sui me dit : laisse piser (un s car sur certains sites, le mot est censuré).

      Les ukrainiens devraient arrêter d’aller à l’office et aller plutôt dans un bon restaurant.


      • eric 8 janvier 19:27

        Ah, le traité de Lausanne ! Quand les russes armaient les jeunes turques, contribuant au final au massacre et a la déportation de centaines de milliers de chrétiens orthodoxe ou non, grecs, Arméniens. Peu importe les dissensions entre orthodoxes sont attristantes. Surtout que comme l’article le montre très bien, il s’agit de fric, De propriété, d’argent. Vieille tradition. Déjà le patriarcat de Moscou, en son temps, et fort de sa collaboration étroite, bien que forcée avec le KGB, s’appropriait des églises Uniates jusque pendant la perestroika. D’un autre côté évidemment, cela contribue à l’évangélisation de ces régions. Ainsi, la plus grande paroisse évangélique d’Europe est à Kiev. Rien que dans mon micro quartier à Moscou. Il doit y avoir 5 ou 6 paroisses. Pour le Fidel de base une église dans une cave, cela fait plus chrétien qu’une eglise qui se bat avec une autre église pour la propriété d’un monument historique....


        • xana 9 janvier 11:23

          Bonjour Christelle, et merci pour cet article.

          Je pense que son contenu est largement au-dessus des connaissances et des préoccupations des français, qui ignorent à peu-près tout de l’église orthodoxe. Qui ignorent, ou plutôt qui méprisent cette église, pour laquelle depuis 1000 ans notre propre religion n’a eu que la suffisance des riches occidentaux pour des rites anciens donc démodés.

          Pour la plupart d’entre nos concitoyens, les collusions de Bartholomée avec les pouvoirs temporels occidentaux ne sont donc simplement que des « querelles bysantines » auxquelles ils ne voient ni les prémisses ni la conclusion.

          Il est clair toutefois que l’empire américain fait feu de tout bois, d’une part contre les Russes par cette division de l’Eglise Orthodoxe, d’autre part par la diversion actuellement en cours en Amérique Centrale grâce à l’Eglise Catholique. Cet assaut est nouveau, peut-être faut-il y voir le constat que la force américaine elle-même n’y suffit plus ?


          • Christelle Néant Christelle Néant 9 janvier 17:35

            @xana
            Bonjour Xana,
            J’ai fait dans mes premiers articles sur ce sujet des explications détaillées pour comprendre toute l’importance de cette question.
            L’usage de la religion pour attaquer la Russie montre clairement que les États-Unis sont prêts à utiliser tout et n’importe quoi pour frapper l’adversaire, là où la force brute est inutilisable (pour cause d’anéantissement nucléaire mutuel assuré).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès