• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Et si Dieu existait, Que ferait-Il et que nous dirait-Il ? Une synthèse des (...)

Et si Dieu existait, Que ferait-Il et que nous dirait-Il ? Une synthèse des différents enseignements religieux et spirituels du monde

Préambule : C'est un exercice de style qui se base sur un travail de synthèse de beaucoup d'enseignements religieux et spirituels comme l'hindouisme, les religions de la haute antiquité (pré-judéo-chrétiennes), l'Islam originel, le judaïsme, le bouddhisme, le christianisme, l'Islam musulman, le sikhisme et bien d'autres encore.

Le but de cet exercice est d'essayer de me mettre le plus longtemps possible à la place de Dieu, le Tout Puissant Créateur de tout ce qui a existé, qui existe et qui n'existe pas encore, et de voir si je serai capable de voir le monde comme Lui. Pour cela j'aurai besoin d'une méthode appropriée et unique qui en combine deux autres : La méditation créative de pure conscience (très différente de la "pleine conscience" ou "mindfulness", beaucoup trop édulcorée d'après moi) et la connexion au divin, la "connexion suprême" ou "royale" autrement dit une version enrichie et moderne de l'ancestral Yoga Royal (Raja Yoga) de Patanjali. A savoir que l'étymologie du mot Yoga vient de la racine sanskrite "YUJ" qui désigne le joug ou l'action d'atteler du bétail (le "lien") ou le dressage des chevaux (le "contrôle"). Une autre racine de "YUJ" signifie être au repos Il s'agit donc du lien ou de la relation qui permet d'obtenir le contrôle et la tranquillité de l'esprit. Le Yoga Royal apporte en plus l'aspect de connexion avec le suprême ou le divin et permet d'accéder très rapidement et efficacement à la souveraineté de soi en créant une relation directe (karma) avec Dieu Lui-même sans passer par aucun intermédiaire. Bref il ne s'agit ni plus ni moins que de créer un karma avec Dieu, l'Être le plus élevé et en toute simplicité. Et c'est tout à fait possible et même recommendable, pour l'avoir personnellement expérimenté pendant près de 16 ans et aujourd'hui encore.

Lors d’un rassemblement spirituel auquel j’ai récemment assisté, quelqu’un exprima l’opinion que la pire attitude des religions était de réclamer le monopole de la vérité. « Tous les chemins mènent vers la montagne » disait-il, ne faisant que répéter une notion devenue un véritable cliché contemporain. À vrai dire, plusieurs donnèrent leur assentiment mais d’autres furent tellement irrités qu’une opinion contraire soit exprimée, qu’ils quittèrent l’assemblée. Ces gens étaient tellement sincères et bien-intentionnés, mais au risque de froisser le lecteur, je me dois de pointer quelques-uns des dangers inhérents à cette façon de voir devenue si populaire et qui, bien que semblant très œcuménique est en fait très bornée. Je le fais ici parce que ce point constitue l’essence même de la compréhension de ce qui va suivre.

Permettez-moi d’expliquer en utilisant une analogie. Si vous étiez dans une voiture, argumentant avec d’autres passagers pour décider si les feux rouges veulent dire de s’arrêter ou de circuler, vous percevriez rapidement que votre vie peut dépendre de l’énoncé d’une réponse juste avant d’atteindre la prochaine intersection. Vous reconnaîtriez aussi qu’une seule réponse peut être bonne.

Si un passager argumente que le feu rouge signifie de passer et qu’un autre proteste qu’il signifie seulement de ralentir, vous pourriez en déduire que les deux ont tort. Cependant, même si vous aviez possédé la bonne information, à savoir que le feu rouge signifie de s’arrêter, vous respecteriez leur façon de voir, au moins dans la mesure où vous comprendriez pourquoi. Vous en auriez conclu que ce qu’ils croyaient être la vérité devait être quand même fait, parce que vous ne voudriez pas les offusquer, au risque de provoquer un accident.

Néanmoins, malgré toute votre tolérance, vous n’abandonneriez pas votre position, non seulement par égard pour vous mais aussi pour eux. Vous pourriez suggérer d’arrêter la voiture avant l’intersection et d’observer ce qui arrive aux automobilistes qui passent au feu rouge ; se font-ils percuter ou attrapent-ils une contravention ? Quelle décision parait plus sûre ? Tôt ou tard, vous auriez assez d’information pour prendre une décision intelligente. Dans la Bible, cette façon de faire est recommandée dans ces mots, « on reconnaît l’arbre à ses fruits.

Telle est la position que je demande au lecteur d’adopter concernant les ultimes questions spirituelles en général et, face à mon positionnement en particulier.

En posant comme principe que notre situation vis-à-vis de ces sujets importants est identique à celle des passagers de la voiture, il doit y avoir une réponse objective à chaque question concernant la réalité, des questions comme :

• Existe-t-il ou non un Être ou une Âme Suprême ?

• S’il y a un Dieu, a-t-Il/Elle une existence individuelle ou est-Il/Elle une force omniprésente ?

• Les êtres humains sont-ils des âmes habitant des corps, ou seulement des entités matérielles dotées d’une conscience épiphénoménale ?

• Le temps est-il linéaire ou circulaire, prédestiné ou non-limitatif ?

• Si nous sommes des âmes, sommes-nous soumis à la réincarnation ou n’expérimentons-nous qu’une seule vie ?

• La loi du karma s’applique-t-elle pour assurer que chacun tôt ou tard obtienne sa part du gâteau, ou l’univers n’offre-t-il qu’une chance unique et injuste ?

• Existe-t-il une échelle absolue des valeurs, du bien et du mal ?

• La perfection humaine est-elle accessible et, si oui, de quelle façon ?

Les réponses à toutes ces questions inter-reliées détermineront comment un individu vit son existence et comment il s’en tire avec toutes les expériences que la vie lui présente. Il va sans dire qu’il est de la plus grande importance de connaître les bonnes réponses. Bien qu’il soit impossible que des réponses mutuellement contradictoires soient également vraies, plusieurs personnes rétorqueront que le point est discutable parce qu’il n’y a aucune façon de les connaître ; c’est une question de tradition ou de foi, d’empirisme plutôt que de connaissance.

Cependant, nous en savons plus que nous le pensons. La raison humaine qui s’attaque rigoureusement à ces problèmes peut aller très loin ; et si, chanceuse, elle peut même être aidée par l’intuition et la révélation autant que l’expérience.

Par exemple, en ce qui concerne les valeurs, presque tout le monde – et toutes les religions – acceptera que la tolérance est une vertu, au même titre que la paix en général. Que les gens ne la pratique pas n’enlève rien à son contenu. Bien plus, nous pourrions compiler toute une liste de comportements semblables que toutes les sociétés et théories morales n’auraient aucun mal à accepter, quoique certaines iraient plus loin que d’autres pour les faire respecter. La colère, par exemple, lorsque répandue en violence non déguisée, est universellement condamnée. Mais, évidemment, une personne religieuse s’efforcera de sublimer la pulsion au niveau de la pensée avant qu’aucun mal ne soit fait, à elle-même ou à d’autres. Elle fera de même pour l’avidité, l’arrogance, la luxure (débauche sexuelle), la paresse, la jalousie, la haine et tous les autres vices. Du côté positif, tous accepteront le fait que l’amour, la tranquillité, la bienveillance, la coopération, l’honnêteté, la circonspection, la modestie et la fiabilité sont des vertus que nous apprécions chez nos compagnons et que nous nous efforçons de pratiquer nous-mêmes.

La même évidence concerne chacune des autres questions, bien qu’il existe une marge pour quelques variations. À la question qui demande si nous sommes des âmes, par exemple, on pourrait citer une somme écrasante d’évidences allant des expériences « hors du corps » aux états méditatifs de révélation du soi, aux cas scientifiquement confirmés d’enfants se souvenant de leurs vies antérieures, et même la nature spécifique à la question elle-même (car les philosophes conviennent que la conscience ne peut jamais être réduite en termes purement matériels). On devrait aussi noter que bien que quelques scientifiques refusent de croire en l’existence de l’âme, ils ne le font pas sur des bases scientifiques, et n’ont jamais été capables de prouver son inexistence. Bien plus, la pensée scientifique atteint maintenant un point où même les plus matérialistes des neurophysiologistes concèdent qu’ils ne peuvent expliquer l’esprit en se basant uniquement sur des circonvolutions cérébrales.

Même la forme de l’âme fut logiquement résolue par les philosophes venant de différentes écoles telles celles de Descartes, de Platon et des anciens sages de l’Inde. L’âme étant immatérielle et donc incorporelle, elle ne peut qu’avoir la forme du point Euclidien, c'est-à-dire une étincelle de lumière infinitésimale capable d’enregistrer chaque expérience en elle-même. Les anciens égyptiens, les pythagoriciens, les esséniens et les premiers chrétiens, incluant Saint Augustin, seraient aussi d’accord. En Inde, nous pouvons inclure de profonds penseurs comme Ramanuja et Madhwa. C’est aussi l’expérience de beaucoup de gens ordinaires qui sont revenus de voyages hors du corps (EMI).

Selon les mêmes principes, l’Âme Suprême ou Dieu, si un tel être existe, doit avoir une forme similaire, quoique possédant des pouvoirs et d’autres attributs (Pureté, Amour, Félicité, Paix, entre autres) qui sont infinis. L’expérience révèle que chaque âme est unique, quelques-unes étant plus élevées que d’autres (en terme de pureté et de sagesse et autres vertus ou pouvoirs). Logiquement, alors, il doit y en avoir une qui soit plus élevée que toutes les autres. Celle-là, qu’on l’appelle Jéhovah, Allah, Ishwar ou Shiva, est le même Être que toutes les âmes considèrent comme étant Dieu le plus élevé de tous, et vers Qui même les athées se tournent en périodes troubles.

L’existence de Dieu a été démontrée philosophiquement à travers les siècles grâce à un grand nombre de preuves ingénieuses, comme le fameux argument ontologique de Saint Anselme (que plusieurs philosophes considèrent encore valide), mais il est peu probable qu’aucune d’entre elles ait jamais changé les croyances de qui que ce soit. Derrière le royaume de la logique cependant, se retrouve celui de l’expérience. Et plusieurs personnes ont en effet été transformées par ce qu’on peut appeler « une rencontre mystique », que l’on peut expliquer comme étant un lien intellectuel (quelques-uns diront télépathique) avec l’Âme Suprême. C’est ce qui s’appelle en Inde le Raja Yoga (le yoga royal ou suprême), et c’est l’assise et l'essence de toutes les religions, la connexion directe et illimitée à Dieu, la Graine Vivante de l'arbre de toute l'humanité, le Père de tous. Dans l’esprit de la science, il appartient au lecteur d’expérimenter pour lui-même, d’envoyer des « ondes-pensées » vers le Suprême et d’espérer une rencontre de type absolu. C’est sur la base d’une telle expérience que ces textes sont écrits.

La raison supporte bien l’idée que lorsque les gens deviennent confus dans leur relation avec Dieu, ils encourent de graves difficulté. Actuellement, le monde entier traverse de grandes difficultés ; ne devrions-nous pas nous demander si oui ou non, nous sommes devenus confus à propos de la nature de Dieu ? Étant donné que la grande majorité des gens ne croit en aucun Dieu ou croit en un Dieu omniprésent (un Dieu partout même dans la saleté) – ce qui en terme de logique revient au même – il est raisonnable de considérer que là se trouve la source de la confusion. Si Dieu existe bien, il est logique et raisonnable de penser qu’Il devrait descendre personnellement dans ce royaume corporel pour rectifier toute confusion au moment opportun. Et puis, si nous possédons déjà les bonnes croyances, Il n’aurait pas à venir, et personne n’aurait besoin de L’appeler, car il est évident que certains de Ses enseignements contrediraient d’autres croyances largement répandues ; mais ces enseignements devraient nécessairement être toujours sur le plus haut plan moral et spirituel, ne visant toujours que la transformation des vies de leurs étudiants, afin que par un comportement aussi royal et pur que les dieux, les âmes ayant appris du Grand Professeur soient capables de régénérer le monde avant ou après que les présentes sociétés oppressives et corrompues se soient auto-détruitent d’elles-même.

FIN DU PREAMBULE

 

 

Et si Dieu n'existait pas, Que ne ferait-Il et ne nous dirait-Il pas ?
Exactement la même chose que s'Il existait.

Mon site : en construction
Lire ma première nouvelle de science-fiction spirituelle "Les Voyageurs" sur Wattpad : https://www.wattpad.com/user/AngeladeFrance
Twitter et facebook et instagram : à venir


Moyenne des avis sur cet article :  2.22/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

182 réactions à cet article    


  • De toutes mes rencontres avec le monde de la spiritualité, celle de KABALEB m’a paru la plus convaincante. Elle est ouverte et circulaire comme l’Ouroboros. Un vision linéaire conduit à l’inévitable APOCALYPSE. La vision circulaire est plus optimiste, mais suppose que pour renaître, il faut mourir à l’ancien monde. Bon ! mon signe astral est le : Serpentaire (Ophiucus). Et si je devais situer Dieu d’un point de vue spatio-temporel : il se trouve dans l’inconscient.


    • Alren Alren 14 octobre 16:02

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      « si je devais situer Dieu d’un point de vue spatio-temporel : il se trouve dans l’inconscient. »

      En effet les dieux, qu’ils soient multiples ou unique est une création de l’esprit de certains hommes qui voulaient une explication de ce qu’est le « monde » et espéraient ne pas retourner au néant après la mort.

      En conséquence aucune des valeurs morales les plus nobles n’est extérieure à l’Homme. Et c’est une erreur d’en créditer les religions. Les prêtres de ces religions en ont presque toujours fait bon marché de ces valeurs quand c’était leur intérêt.

      Les notions d’espace et de temps sont complexes. Mais ce qui est remarquable c’est que l’espace où nous croyons être quand nous rêvons n’existe pas puisqu’il s’agit d’une création du cerveau. Donc le « spatio-temporel dans l’inconscient » n’a aucun sens.


    • @Alren

      Oui et non, étant donné que le rêveur ne peut filmer son rêve. Même les scientifiques n’ont jamais réussi à expliquer les rêves, ils ont néanmoins réussi à déterminer les zones du cerveau excitées par le rêve. 


    • @Jean-Pierre Llabrés

      Raison pour laquelle ces voies là son impénétrables. Excepté aux initiés du beausean. Rien à voir avec le trou du cul de monde. https://sites.google.com/site/alexecinz/fics/beauseant. il faut bien faire le tri.

    • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 10:16

      @Jean-Pierre Llabrés
       c’est bien torché .....


    • zygzornifle zygzornifle 15 octobre 10:26

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Pour ceux qui se posent des questions sur le pourquoi du comment, la réincarnation et surtout le bardo période d’entre 2 vies que peut abordent ,voila une investigation non mystique d’un hypnothérapeute , c’est très intéressant a lire :Michael Newton « Souvenirs de l’eau delà » , franchement c’est bien au delà des religions et de leurs explications plus ou moins abracadabrantesques .... dans l’eau delà pas d’anges de paradis ni d’enfer , des milliards de mondes habités certains par des formes de vies totalement différentes de la notre , notre guide qui nous suit lors de nos incarnations etc , a lire et a relire ça remet les pendules a l’heure céleste .....


    • @zygzornifle


      Merci. j’ai vécu bien trop de synchronicités dans ma vie pour ne pas croire à l’idée du divin (et ceux qui me connaissent peuvent en attester). Il y a un livre sur Google-books qui expliquant que le cerveau de l’être humain est capable de se mettre totalement en synchronicité avec ce qui se passe dans le monde. Cette particularité n’est accessible qu’aux personnes ultra-sensibles, artistes, pas au sens de l’hyper émotif style « émoticones », mais dans une forme d’ouverture particulière des connections du cerveau.

    • Sozenz 15 octobre 11:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      c est donné à tout le monde ..

      « demande et je te répondrai »

      heureux le borgne dans le monde d aveugle . il suffit d ’accepter de voir ce qu il y a à voir .

      le libre arbitre est là aussi .


    • Alren Alren 15 octobre 16:23

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      (L’espace que voit le rêveur n’existe pas réellement ) : "Oui et non, étant donné que le rêveur ne peut filmer son rêve."

      Tout se passe dans le cerveau nous sommes d’accord ? L’espace disponibles est celui de la boite crânienne. Quand nous rêvons d’un paysage, « l’espace » qu’il occupe est plus grand que la boite crânienne. Nous sommes toujours d’accord ? Cet espace est donc bien imaginaire, virtuel.

      Et c’est bien pourquoi cet espace est imaginaire que l’on ne peut filmer avec un dispositif qui ne peut enregistrer que le réel. Sans compter que l’activité des neurones d’un cerveau et de leurs synapses n’est signifiant que pour ... les neurones dudit cerveau .

      C’est d’ailleurs cette réalité qui fera que nous ne saurons jamais si une machine a une conscience comparable à la nôtre étant entendu que nous pourrons programmer une simulation de conscience.

      "Même les scientifiques n’ont jamais réussi à expliquer les rêves, ils ont néanmoins réussi à déterminer les zones du cerveau excitées par le rêve. "

      Les scientifiques, si l’on accepte que les psychanalystes sont de scientifiques, ont des explications à la majeure partie des rêves, explications qui diffèrent souvent selon que l’on est freudien ou jungien.

      Les rêves se produisent durant les phases de sommeil dites « paradoxales » car si le corps est paralysé (sauf cas de somnambulisme) le cerveau est en pleine activité.


    • Alren Alren 15 octobre 18:15

      @Marty Mc Fly #42

      Mais que voulez-vous prouver avec ce message ?

      « Une âme sœur/alter ego peut en extraire la psyché, »

      Vous pourriez développer ?


    • Gabriel Gabriel 14 octobre 13:46

      Comment vous dire... Voyons comment expliquer un concept dont l’existence tout comme la non existence sont improuvables matériellement parlant et, dont les termes et vocables connus à ce jour sont insuffisants pour justement décrire celui ci ? Nous vivons dans un monde à quatre dimensions, comment faisant parti intégrante de ce monde pouvons nous décrire le concept de « Dieu » qui fait plus appel au ressenti et à l’imaginaire individuel qu’au concret de la vie de chacun ?

      Qui a commencé le premier de la poule et l’œuf ? Qui mourra, peut-être verra....

      • McGurk McGurk 14 octobre 14:23

        @Gabriel

        Etant donné l’immensité de l’univers, Dieu ne sait très certainement pas que nous existons et n’a probablement pas que ça à faire de venir faire de maître d’école, surtout pour des « élèves » aussi indisciplinés.

        On a pas besoin de croire en un être tout puissant (ou de croire tout court) pour suivre les enseignements basiques des grandes religions : paix, tolérances, égalité, fraternité, charité, amour.


      • Angela de France Angela de France 23 octobre 12:18

        @Gabriel
        Qu’est-ce que vous appelez « concret » sachant que la matière n’est qu’une illusion ? (des informations quantiques transmises à un ordinateur/convertisseur quantique qu’est notre cerveau).

        Et ce qui devient concret n’est-il pas tout d’abord pensé, imaginé, conçu par l’esprit et l’intellect ?

        Pour moi les seules aspects qui soient vraiment concrets sont les leçons qu’on tire des expériences (trèsors spirituels) l’âme et Dieu, tout le reste n’est qu’éphémère, temporaire, illusoire. D’après mon expérience et ma compréhension, je pense qu’après la « mort », l’âme n’emporte rien d’autre que la somme de ses expériences passées sur terre, rien d’autre.


      • taketheeffinbus 14 octobre 14:19

        Le temps n’existe pas, c’est une notion humaine.
        Et le point commun à toutes les expériences spirituelles, dogmatiques ou non, c’est l’amour.

        Tout ce qui est fait et que l’on fait dans la vie, s’inscrit dans l’amour, que ce soit par amour de l’autre, des autres, ou par amour de soi.


        • mmbbb 14 octobre 15:18

          @taketheeffinbus le temps existe c est une evidence nous n’existerions pas sans le temps ! Quant a l amour je vous rejoins lorsque je paie mes impot c’est par amour de l autre mais bon la ce n est pas la volonte non pas de dieu mais la coercition de l etat .L Etat doit connaitre l amour du prochain avec tout ce qu il ramasse


        • L’enseignement de Kabaleb se différencie des autres démarches en ce sens qu’il implique directement la personne dans sa recherche du Dieu intérieur. Nulle prières, incantations ou cérémonies quelconque n’ont réussi à éviter les guerres. Par contre, les personnes qui ont une bonne relation avec elle-même rencontreront les personnes-anges sur leur routes qui les aideront à améliorer le sort de ceux qui veulent évoluer. Et l’inverse pour les autres.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 14 octobre 17:12

            Une quête individuelle sincère, mais qui correspond au raisonnement, à l’introspection d’un individu, ce qui est tres bien. Pour savoir, il faut expérimenter, et organiser donc l’expérience.
            J’ai beaucoup aimé le livre du Docteur Maurice VERNET , « la vie et la mort », qui s’appuie sur son expérience de médecin. Un philosophe sincère que j’ai connu plein de doutes, et qui a fait progresser la reflexion. Il pense que la cellule vivante ne l’est que par une activation due à l’âme. Mais il laisse cette âme seulement aux êtres humains, alors que la vie déborde bien au delà de notre espèce, mortelle comme les autres bien sûr.

            Je le rejoins sur l’importance de l’énergie dans la vie...

            Voir en table des news :

            Sens de la vie, sens de l’univers http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

            • Massada Massada 14 octobre 17:30

              « Vivez une bonne vie. S’il y a des dieux et qu’ils sont justes, alors ils ne se soucieront pas de savoir à quel point vous avez été dévots, mais ils vous jugeront sur la base des vertus par lesquelles vous avez vécu.

               
              S’il y a des dieux mais qu’ils sont injustes, alors vous ne devriez pas les vénérer.
               
              S’il n’y a pas de dieux, vous aurez vécu une vie noble qui continuera d’exister dans la mémoire de ceux que vous avez aimés.  »

              Marc Aurèle

              • Angela de France Angela de France 23 octobre 12:20

                @Massada
                Très juste. La noblesse de caractère est pour moi une valeur très élevée.


              • Jean Keim Jean Keim 14 octobre 19:07

                La religion, la science, la philosophie, toutes les activités humaines se prêtent à l’analyse.


                La spiritualité ne se prête pas à l’analyse, analyse et spiritualité sont antinomiques comme le sont la pensée et le silence.

                • Sozenz 15 octobre 11:56

                  @Jean Keim
                  analyse et spiritualité sont antinomiques comme le sont la pensée et le silence.

                  il y a une part de vrai et de faux dans ce que vous dites .

                  l analyse , c est l état d ’étude . 8 eme etat dans le bouddhisme .
                  tous les etats sont de l ordre de la spiritualité .

                  mais le dernier etat peu correspondre au Silence . le « silence » intérieur ou la conscience pure . « dialogue » entre « le haut et le bas » sans la parole ou la pensée dirigée .nécessaire pour englober le Tout . l arrêt de la pensée limitée pour être, sans avoir à nommer .
                  c est l arrêt du mental Roi .


                • Jean Keim Jean Keim 15 octobre 20:36

                  @Sozenz
                  C’est votre analyse, merci de la partager smiley


                  La spiritualité, à ne pas confondre avec le mysticisme, est le domaine de l’inconnu, l’analyse opère avec ce qu’elle connaît ; si l’inconnu se manifeste et si cet évènement laisse un souvenir, alors cet évènement deviendra une expérience, le souvenir sera reconnu mais il ne sera plus l’événement, et l’inconnu sans limite sera toujours pour autant inaccessible à l’analyse.

                  Le bouddhisme m’a été présenté par un vieil ami décédé depuis, au début je m’y suis intéressé mais quand il a été question de développements quasiment techniques et de listes interminables de choses débitées par cœur et classées comme dans un catalogue, alors j’ai commencé à m’en désintéresser.
                  Il est d’ailleurs probable que le bouddhisme actuel n’a plus qu’un lointain rapport avec ce que Gautama à découvert, certains disent qu’il ne voulait ni enseigner, ni avoir de disciples, mais ces derniers ont fortement insisté, et Gautama a cédé à leur demande.

                • cathy cathy 14 octobre 19:11

                  Autrefois dans la France chrétienne, on parlait d’âmes pour habitants. Par exemple : il y 500 âmes dans cette ville. L’âme était donc indissociable de l’esprit et du corps et donc les morts n’avaient plus d’âmes (sans vies). Aujourd’hui l’âme à des allures mystérieuses, de quelques chose d’indéfinissable, on ne sait pas vraiment quoi et surtout qu’elle serait immortelle ? L’Orient est passé par là.


                  • zzz999 16 octobre 14:33

                    @cathy

                     Exact, la Bible précise d’ailleurs bien que nous SOMMES une âme et non que nous vous AVONS une âme. Comment expliquer sinon pourquoi que la Bible en général et Jésus en particulier parlent de la mort comme d’un grand sommeil sans la moindre connaissance, et ne parle encore moins d’une réincarnation qui d’ailleurs ne servirait à rien puisqu’à 99,999%% nous ne nous souvenons pas de nos soit-disant vies antérieures ?


                  • Pascal L 16 octobre 19:16

                    @zzz999


                    « Jésus en particulier parlent de la mort comme d’un grand sommeil sans la moindre connaissance » Ce n’est dans aucun des discours de Jésus. L’épisode de la transfiguration est une perspective ouverte sur le salut. Nous ne disposons plus de notre corps constitué d’atomes, mais d’un corps spirituel. La mémoire est nécessaire à toute forme d’existence. Sans la mémoire, nous ne sommes plus rien. En fait, cette vision d’un lieu sans mémoire apparaît dans les Psaumes les plus anciens, mais cette idée évolue progressivement jusqu’aux Evangiles.

                    La réincarnation n’a aucun sens dans le Christianisme. Le salut chrétien n’est pas accessible à l’homme, il nous est offert par amour par Dieu et il nous suffit d’accepter cet amour (En théorie du moins, le choix de l’amour n’est pas le choix le plus facile). En aucun cas nous ne pouvons acheter notre salut par nos actes. Si c’était le cas, cela signifierait que nous avons une idée précise des mécanisme du salut et que Dieu n’est pas très utile. Il n’est donc pas nécessaire de recommencer pour mieux y arriver. Dans les Evangiles, nous avons le récit du bon larron crucifié avec Jésus. Assurément, il avait mérité cette peine, mais il a reconnu avant de mourrir la réalité de l’amour de Dieu et les Evangiles nous assurent qu’il a été sauvé. Qu’aurait-il obtenu de plus avec un deuxième essai ?
                    Par ailleurs, il est probable que le salut a également été proposé aux victimes de ce bandit. Que se passe-t-il lorsqu’elles aperçoivent leur assassin/voleur... au paradis. Refusent-elles l’amour de Dieu pour ne pas le croiser ? Cela donne tout le sens au commandement : « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent, afin d’être vraiment les fils de votre Père qui est aux cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, il fait tomber la pluie sur les justes et sur les injustes. En effet, si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes n’en font-ils pas autant ? » (Matthieu 5, 44-46)
                    Si Dieu pardonne, quel droit ai-je à refuser ce pardon ?

                    En fait l’idée de réincarnation est plutôt gnostique. On la trouve dans le Bouddhisme et dans les sectes/obédiences occultistes en Europe. Elle refuse la divinité à Dieu puisque l’homme est capable d’être Dieu volontairement par ses actes. Elle se heurte à l’affirmation d’un monde dont la durée n’est pas infinie. L’homme n’ayant pas pu créer la terre, il faut nécessairement que cette terre ait toujours existé et qu’elle dure indéfiniment. La science nous démontre que notre terre n’a pas toujours existé et qu’elle ne durera pas indéfiniment. Nous ne comprenons pas cet acte de création, et la science se heurte à une impossibilité lorsqu’elle explique que notre monde est seulement le fruit du hasard. Le hasard peut générer du chaos de complexité croissante, pas un ordre de complexité croissante. Nous ne savons donc pas grand chose.

                  • zzz999 16 octobre 19:38

                    @Pascal L

                    renseignez vous Jésus quand il a réscussité Lazare a dit qu’il était endormi


                  • popov 24 octobre 09:02

                    @cathy

                    Un village de 500 âmes...en comptant une âme par personne.


                  • jjwaDal jjwaDal 14 octobre 20:15

                    La plupart d’entre nous sont incapables de s’aimer correctement et donc recherchent l’amour qu’ils ne peuvent se donner chez les autres. Cela me paraît justifier la quête d’un personnage suprême extérieur à sa création et qui l’aimerait...
                    Blague à part, si cet être existait, je le verrais bien comme chez Spinoza ne pas être extérieur à sa création. Nous serions donc comme les cellules d’un corps dont les limites nous dépassent tout autant que les motivations ou les objectifs et pour l’amour, tintin... Vous aimez les cellules de votre propre corps ? Je vous dire individuellement chacune d’entre elles ? J’en doute.
                    Ensuite dans l’hypothèse d’un être suprême extérieur à sa création il faut savoir qu’il y a plusieurs niveaux de création. Par ex. la science émet l’hypothèse que notre univers et notre existence pourrait être le résultat d’une simulation numérique. Donc le créateur de « toutes choses » (pour nous) mériterait la qualité d’être suprême, sauf qu’il pourrait être quelqu’un pas radicalement différent de nous, un être vivant par ex, ou une machine conçue par des être vivants.
                    Mais au bout du bout, dans ce cas notre créateur serait issus éventuellement d’un univers non issu d’une simulation. Qui ou quoi serait à l’origine de ce dernier ?
                    J’ai bien peur que ce ne soit pas en se regardant le nombril, que nous allons trouver la réponse. Notre arrogante pensée culturelle à une tendance lourde à imaginer que tout ce qu’elle peut imaginer doit nécessairement exister quelque part, malgré les démentis de la science.
                    Qui nous dit que quelque chose à dû surgir du néant par ex ? Le néant peut-il seulement avoir existé ? Pas sûr du tout. On peux imaginer de la même façon une vitesse d’un million de km/s ou une température de - 2 millions de °C, le monde réel nous dit que ça ne peut exister.
                    Au final inventer un concept infalsifiable au motif qu’on n’a pas de réponse satisfaisante à des questions éventuellement vides de tout sens ne me paraît pas la meilleure façon de progresser collectivement.


                    • Pascal L 16 octobre 19:38

                      @jjwaDal
                      «  Notre arrogante pensée culturelle à une tendance lourde à imaginer que tout ce qu’elle peut imaginer doit nécessairement exister quelque part, malgré les démentis de la science. » Et réciproquement, notre arrogante pensée culturelle a une tendance lourde à imaginer que ce qu’elle ne peut pas mesurer n’existe pas. Où se trouve la vérité ?


                      La Bible est un ensemble de témoignages sur la manifestation de Dieu envers les homme. Le fait que vous n’ayez jamais assisté à une manifestation ne peut pas dire que cela n’existe pas. Est-ce le fruit de notre seule imagination ? Il est possible de dire que ce n’est pas accessible à notre esprit critique, mais le simple fait qu’il y’ait un grand nombre de témoignages concordants devrait exciter notre curiosité. Personne ne vous demande de croire à quelque chose. La science ne peut pas démentir l’existence de Dieu parce qu’elle ne peut mesurer Dieu, mais cela ne prouve pas que Dieu existe ou n’existe pas. Pour croire en Dieu, vous avez les témoignages et vous n’aurez rien de plus, ce qui quelque part garanti votre liberté. Si nous étions obligé de croire, cela poserait un problème.

                      « Le néant peut-il seulement avoir existé ? » Effectivement, pas sûr du tout. Les Physiciens nous présentent le Big-Bang comme la meilleure hypothèse possible, mais personne ne peut nous dire à partir de quoi il s’est réalisé.

                    • Nolats Nolats 14 octobre 20:40

                      @ Angela
                      Vous parlez dans le titre de « synthèse des différents enseignements religieux et spirituels », mais dans votre métaphore sur le « feu rouge », vous montrez à juste titre qu’on ne peut pas faire de synthèse d’options contradictoires, et qu’une seule d’entre elle est la vérité. Donc comment faire la synthèse de diverses religions et spiritualités dont l’enseignement diffère (même sur le fait de l’existence ou non d’un dieu) ? Et là où il y aurait accord majoritaire de ces spiritualités, comment déduire que cela serait de ce fait la vérité, sur ce qui n’est pas prouvable ?

                      PS : contrairement à ce que vous écrivez, je ne pense pas qu’un seul penseur sérieux considère aujourd’hui la « preuve ontologique » comme étant valide, la réfutation par Kant en a sonné le glas.


                      • Angela de France Angela de France 23 octobre 12:47

                         @Nolats
                        Pardonnez-moi d’avoir tardé à vous répondre, j’étais très occupée ces derniers temps.
                        J’aime beaucoup votre question. Je vous répondrai en ces termes :

                        Pour moi, le résultat de tous ces malentendus et différents religieux est la combinaison de deux facteurs essentiels :

                        1. L’entropie (spirituelle et matèrielle), il s’agit d’un phénomène naturel de dissipation ou de dispersion de l’énergie spirituelle humaine dans la matière. Pour vous donner une image simple, imaginez que l’âme soit de l’encre et que le corps et la matière soit de l’eau, mélangez les deux et il vous sera très difficile de les séparer sans faire appel à un processus chimique très complexe. Si l’homme est devenu amnésique, orphelin et ignorant c’est seulement à cause de cette loi naturelle d’entropie, ce n’est pas de sa faute.
                        Sa conscience s’est complètement mélangée à l’énergie de la matière et donc c’est comme avoir un voile épais posé sur les yeux (il y’en aurait même plusieurs). L’homme est devenu complètement aveugle, cela tendrait à démontrer qu’il était capable de voir à une certaine époque.
                        Il n’est donc pas étonnant que la compréhension et le message originel même des religion ai été complètement déformé avec le temps (principe du téléphone arabe appliqué sur des millénaires).

                        2. Le rôle à la fois complémentaire et antagoniste des prophètes vient ajouter d’avatange de confusion, sauf si l’on est capable de transcender les limitations physiques, culturelles, religieuses, dogmatiques et idéologiques, notamment grâce à la méditation et au yoga divin (connexion directe sans intermédiaire). On finit par réaliser que chacun joue son popre rôle de façon très belle et très précise dans cette immense pièce de théâtre magnifiquement agencée et que chacun aporte sa pierre indispensable à l’édifice de la compréhension profonde des choses. Un édifice que Dieu fera éventuellement s’effondrer...


                      • njama njama 14 octobre 20:49

                        @ Angela de France

                        Et si Dieu existait, Que ferait-Il et que nous dirait-Il ? Une synthèse des différents enseignements religieux et spirituels du monde

                        Vous avez une réponse ici http://michelpotay.info/RevelationdAres2009-menu.html
                        après à vous d’évaluer ...

                        Je suis Celui Qui a parlé par Adam, Mon Premier Fils, qui a choisi d’être maître de la terre et de M’en payer tribut en passant par les plaies de Job et par la fosse,..

                        Je suis Celui Qui a parlé par Azor, qui M’a fait connaître au-delà de l’immense mer, portant Mon Message pendant quarante jours comme à travers un désert, passant par les peines de la soif, les tourments de la solitude et du léviathan, et dont les os reposent, comme fils d’Adam, au pied des grands pics, en attendant Mon Jour.

                        Je suis Celui Qui a parlé par Noé, couché en terre au Kerak, comme fils d’Adam, avant même que ses propres fils l’aient écouté, qu’il sauva de Ma Colère mais qui finirent noyés.

                        Je suis Celui Qui a parlé par Abraham et par Moïse dont les os reposent, comme fils d’Adam, ayant accompli leurs exploits et laissé Ma Promesse à leur descendance, l’un dans l’antre de Makpéla, l’autre à Rabba, attendant Mon Jour.

                        Je suis Celui Qui a parlé par Mouhamad, le briseur d’idoles, le plus écouté de Mes Messagers, le plus sage, ...

                        Je suis Celui Qui a parlé par Jésus, Mon Second Fils, celui qui, après Élie, déjà glorifié, a renoncé au vœu d’Adam de dominer la terre et les nations pour le prix d’un tombeau glacé où M’attendre,...


                        • Nolats Nolats 25 octobre 09:21

                          @njama
                          le problème est que la plupart des personnages cités sont mythiques, Adam est une métaphore de l’humanité, Abraham une métaphore de la recherche spirituelle, Noé celui d’une nouvelle humanité, Azor (?) je ne connais pas, Moïse est probable, Jésus et Mouhamad sont avérés


                        • filo... 14 octobre 20:57

                          @Angela de France
                          Vous avez publiée sur AV votre premier article. Pour le moment vous avez 15 commentaires de vos lecteurs. Certains d’entre eux vous ont posés des questions. Des questions auxquels vous refusez de répondre. Obstinément ?
                          Pourquoi ?

                          Première idée qui me vient à l’esprit, comme raison possible est que vous faites preuve du mépris pour vos lecteurs, de ce qu’ils disent et pensent.

                          Pourquoi alors venir sur AV et se comporter ainsi ?
                          Car AV est un site d’échange des idées et de débat.
                          Alors...


                          • Agafia Agafia 14 octobre 22:20

                            @filo...

                            Quand on commence par mettre une photo d’actrice en avatar, on peut penser qu’il y a tromperie sur la marchandise, alors ne comptez pas trop sur l’honnêteté de l’auteur...

                          • Angela de France Angela de France 23 octobre 12:54

                            @filo...
                            Bonjour Filo, je viens de répondre aux questions. Si je n’ai pu le faire avant c’est tout simplement parce que j’étais très occupée ces derniers jours. Mais soyez-en sûr, je prendrai le temps de lire chaque commentaire et d’y répondre si besoin est, il faut juste me laisser un peu de temps. Merci de votre compréhension.


                          • Wildbill 14 octobre 21:16

                            Si dieu existait,en voyant l’être humain,il se dirait :« Et ben putain,là j’ai bien merdé ! »

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires