• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Faire oeuvre de joie...

Faire oeuvre de joie...

 Alors que se précise le commencement de la fin de chimériques aventures comme celle d’une « monnaie commune », adossée à rien et greffée à des sociétés ayant des économies différentes, un chercheur d’avenirs nous convie à respiritualiser notre existence.

 

Face à une « incertitude généralisée et durable », le polytechnicien et prospectiviste bien connu Marc Halévy nous rappelle de « servir notre destin » dans un monde dont les aiguilles tournent dans un sens résolument contraire aux plus élémentaires de nos aspirations. Un spécialiste de la complexité convie notre espèce prise dans la mutation numérique de son écosystème à faire sa « révolution spirituelle ». C’est-à-dire à « se consacrer exclusivement à l’essentiel » puisqu’en vérité, nous ne valons que par cet essentiel-là…

Il s’agit bien d’œuvrer ici et maintenant à se forger une vie en se reliant à Soi et non à ce « moi » illusoire qui est « un obstacle artificiel » à ce processus d’accomplissement cosmique. Celui qui nous fait passer de la potentialité à la réalité... Accomplir tout l’accomplissable…

Mais comment s’affranchir de cette illusion d’un « je » permanent qui fait écran avec le réel ? Comment se libérer du leurre de cet ego hypertrophié « pour que vive enfin la vie en soi » ?

Cette vie placée « sous le signe de l’absolu, de l’éternel, de l’invariant, du transcendant » perpétuerait cette intention d’accomplissement à l’œuvre dans l’univers et réaliserait la seule morale qui vaille, ainsi formulée par le philosophe : « accomplis tout l’accomplissable, ici et maintenant, au service de la Vie afin que jaillisse ta joie de vivre »…

Après tout, nous ne sommes que la somme de tous nos actes, ni plus ni moins… Et nous ne sommes là pour accomplir notre vocation profonde, car « tout homme qui, consciemment, délibérément, constamment, accomplit sa vocation d’homme vit dans la joie permanente ».

Faire œuvre de joie passe par l’exercice d’un métier « artisanal » et libre nous permettant d’assumer notre autonomie – donc de ne pas dépendre d’un « statut » dans une quelconque machinerie sociale vouée à s’achever par un « plan social » ou un collapse.

L’important est de demeurer dans l’axe de nos potentialités traduites en actes par la grâce de cette joie armée et bienveillante… Car « l’homme devient ce qu’il fait » - plus précisément « ce qui se fait à travers lui » en se mettant « au service absolu et intégral de l’œuvre impersonnelle qui passe par lui ».

Ainsi, le jeu de la vie consiste à accorder ses potentialités intérieures avec les opportunités du dehors, à repousser toujours plus loin ses limites pour grandir en vivant « chaque instant avec virtuosité » : se dépasser pour s’atteindre ? Ce programme de dépassement permettrait d’atteindre l’universel voire le cosmique et de rompre avec une conception comptable et étriquée de la vie. Celle-ci devient alors une affaire d’intuition et d’improvisation permanente, de coups de cœur et d’élans sans entrave, d’adaptations faisant le lit de belles surprises possibles... pour celui qui demeure bien conscient qu’il n’est que « la manière dont il magnifie la réalisation de ce qui se passe à travers lui et qui est universel »…

 

Le devenir du monde

 

Car « venir au monde, c’est naître comme devenir singulier et unique au sein et au service du devenir du monde »… La joie dans l’accomplissement « de soi et de son monde » suppose « l’engagement total de soi, en liberté, en volonté et en responsabilité » en mettant au travail notre « capacité de reliance » car « toute personne est à la fois affirmation de soi et reliance au monde ».

La joie naît de l’action pour les autres, selon son talent, en bâtissant un palais intérieur assez accueillant pour les recevoir – et les aider à construire le leur…

L'image taoïste de la vague et de l'océan donne une idée de l’infini contenu dans chaque vie - et la mesure de sa dilapidation quand l'on se couperait de sa source : « La vague n’existe réellement qu’en tant que manifestation de l’océan qui lui donne sa raison d’exister »…

Chacun d’entre nous vit, « à la fois, une vie intérieure précieuse et une vie communautaire utile » - autant le faire sur le mode d’un « perpétuel qui-vive, calme et souriant, bienveillant » en se laissant porter et féconder par cet infini qui donne voix à ce qui s’impatiente de s’accomplir par nous...

Le reste, c’est tout ce qui est écrit dans les livres qu’on oublie, aussitôt refermés – enfin, ceux qui divertissent, nous volent notre attention ou nous dérobent le réel… Les livres du promoteur de la « révolution noétique » nous éveillent à ce qui nous fonde et à cet univers de possibilités qui s’écrit à travers nous – à la véritable richesse qui s’impatiente de se créer par nous...

Si les aiguilles du monde s’affolent vers l'abyssale dilapidation de l'être - et le rien, il y a des paroles d’éveil pour nous rappeler de les régler dans le sens de l’intelligence de la vie ainsi que de notre vocation à la servir.

Marc Halévy, Une spiritualité pour notre siècle, Oxus, 176 p., 15 €


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • ysengrin ysengrin 5 décembre 12:04

    bonjour, 


    « La joie naît de l’action pour les autres, selon son talent, en bâtissant un palais intérieur assez accueillant pour les recevoir .... »

    une autre forme de joie toute intérieure, avec votre permission :



    • lephénix lephénix 5 décembre 12:13

      @Ysengrin

      bien vu, lu et approuvé, merci

      s’agissant de la phrase apocryphe prêtée à Malraux (les « medias » ne prêtent qu’aux riches...), elle est en fait de William James (1842-1910), l’auteur de « L’expérience religieuse » (1898) - il complétait en annonçant que les galilée et les lavoisiers du XXIe siècle viendront en métaphysiciens, c’est dire qu’il a fait l’impasse sur le XXe qu’il jugeait matérialiste....


      • ysengrin ysengrin 5 décembre 12:19

        @lephénix
        merci de votre accueil....


        que la joie soit avec vous




          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 16:54

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.



            Derrière mon pseudo se cache un nom qui en gématrie donne 2466. Gardez-cela pour vous.... Peu de lecteurs sur Agora.VOX. En un sens : heureusement.

          • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 13:30

            Hélas il y a le gros rouge et le cannabis pour beaucoup .....


            • lephénix lephénix 5 décembre 14:09

              @Mélusine

              merci pour cette belle découverte - et espérons que le spectacle « tournera » dans l’ hexagone comme la roue du hamster hagard et halluciné...


              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:29

                @lephénix


                J’ai eu un hamster qui faisait sans arrêt le tour de mon living. Je l’avais appelé : POULIDOR-pas-tant que cela,....

              • lephénix lephénix 5 décembre 14:11

                @zygzornifle

                il y a aussi le champagne pour les créatifs (Gainsbourg) ou les vapeurs résiduelles de l’encens new age...


                • ysengrin ysengrin 5 décembre 14:23

                  « œuvrer ici et maintenant à se forger une vie en se reliant à Soi et non à ce « moi » illusoire .... »


                  le moi nous limite et nous enferme 

                  le soi nous redonne une place dans le cosmos, parcelle infinitésimale connectée à la création toute entière , dans la lignée infinie des aieux et des générations à venir....

                  • lephénix lephénix 5 décembre 14:34

                    @Ysengrin

                    l’ego fait écran à la « vision pénétrante » (insight) sur la nature ultime des êtres et des choses...


                    • lephénix lephénix 5 décembre 14:36

                      @Mélusine

                      synchronicité, hamsters et scarabées... ici au sens métaphorique, avant le travail animal et la machine à vapeur, des esclaves faisaient tourner la roue pour actionner des mécanismes... ce temps-là reviendra-t-il pour employer les surnuméraires après l’évaporation de l’énergie bon marché ?


                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 17:50

                        @lephénix


                        Je suis une sein crones à moi toute seule. Cette nuit, j’ai rêvé d’un ancien compagnon de vie né le jour de la mort d’Hitler, un juif polonais dont la majorité de la famille a disparu dans le Ghetto de Varsovie). Son meilleur ami était égyptien (il a fait une fille : Sarah à ma meilleure amie). il s’appealit Roby (Roberto). Il est décéde d’un cancer du foie si je me rappelle en 1998. Sur sa tombe on a déposé une pyramide faite à partir de mesures précises. Etant en toscane avec Guy, nous n’avons être présent au moment des funérailles et guy bien plus est allé déposé un scarabée en turquoise verte. Sûrement volée. A sa mémoire, Guy Warszawski.

                      • ysengrin ysengrin 5 décembre 14:37

                        article oh combien réconfortant et salutaire 


                        dans un contexte actuel d’enfermement spectaculaire

                         et de bavardage pompeux....

                        bravo et merci

                        • lephénix lephénix 5 décembre 14:41

                          @Ysengrin

                          merci ! n’étant pas « digital native » j’avais oublié de renvoyer au blog de Marc Halévy et à son site :

                          noetique.eu


                          • ysengrin ysengrin 5 décembre 17:30

                            « Si je ne sentais pas ma misère, comment pourrais-je sentir ma joie qui est fille aînée de ma misère et qui lui ressemble à faire peur ? »


                            Une citation de Léon Bloy 

                            • ysengrin ysengrin 5 décembre 17:39

                              @ysengrin


                              « Il faudrait n’être qu’un cristal, une eau pure. Il faudrait qu’on vît Dieu à travers » . Le pécheur est, d’abord, celui qui retient la Joie, qui retient l’Amour, bref, qui retient le Seigneur lui-même et, vicieux, le fait servir à sa propre petite personne, au lieu d’abandonner celle-ci toute entière à Son service.... »

                              Chantal de Clergerie

                            • lephénix lephénix 5 décembre 21:20

                              @Mélusine

                              merci pour votre partage. Ici, c’est une épidémie de cancers du foie... allez savoir pourquoi et pardon pour la rime....mais nous avons notre idée là-dessus. Il n’avait que 53 ans... et l’épidémie continue...nous vivons dans un univers intelligent qui répond à nos états d’esprit - un réseau de correspondances subtiles qui ne demanderait qu’à consentir aux bonnes dispositions d’esprit...


                              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 6 décembre 11:05

                                @lephénix


                                Merci, on me reproche de raconter des éléments de ma vie sur ce site. Il y a des messages codés que seuls certains « initiés » peuvent comprendre. Ce n’est pas du tout par égocentrisme. Sachez pour la petite histoire de que je suis amie avec la cousine de la Ministre françoise Nyssen. Je distille quelques infos qui pourront être utilies pour l’avenir,... Un seul écrivain sur le site est au courant des coulisses. Je ne peux m’investir du rôle de journaliste. La mère de mon compagnon, journalisté a peut-être été assassinée (le mystère subsiste,..) parce qu’en 1965 elle détenait des information qui auraient pu faire tomber De Gaulle. Comme cela vous savez. Il convient que l’histoire ne se répète pas,...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires