• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > L’athéisme, un danger pour l’humanité ?

L’athéisme, un danger pour l’humanité ?

On savait déjà que l’Eglise catholique considérait l’athéisme parmi « les faits les plus graves de notre société », cette affirmation étant écrite dans son « Directoire général pour la catéchèse ». Mais l’on ne savait pas pourquoi.
L’explication vient enfin d’être apportée par le pape Benoît XVI.
En effet, dans un message du 6/08/2010 « aux jeunes du monde », afin de les inviter aux XXVI èmes journées mondiales de la jeunesse en 2011 à Madrid, le pape a affirmé :
 
« Or l’expérience enseigne qu’un monde sans Dieu est un enfer où prévalent les égoïsmes, les divisions dans les familles, la haine entre les personnes et les peuples, le manque d’amour, de joie et d’espérance. A l’inverse, là où les personnes et les peuples vivent dans la présence de Dieu, l’adorent en vérité et écoutent sa voix, là se construit très concrètement, la civilisation de l’amour, où chacun est respecté dans sa dignité, où la communion grandit avec tous ses fruits. » 
 
Ce message a été repris par les principaux medias et a été diffusé dans toutes les églises catholiques du monde entier ainsi que sur tous les sites internet catholiques. On peut donc considérer que des centaines de millions de personnes en ont eu connaissance.
Ce message du pape est très important car il informe enfin sur la réalité de la vie des athées et des dangers de l’athéisme. Il est d’autant plus important que ceux qui ont été dès leur naissance baignés dans la religion peuvent ne pas connaître cette triste et dangereuse réalité.
 
Ainsi, « les jeunes du monde » doivent savoir que l’athéisme a pour conséquence un monde si atroce qu’il est un enfer.
Ils doivent savoir également que l’égoïsme prime chez les athées et qu’ils sont frustrés d’amour. Ils sont aussi en manque de joie et d’espérance. Leurs familles sont divisées et plus grave encore, ils sont porteurs de haine entre les personnes et les peuples.
Par contre, quand on vit avec la présence de Dieu, c’est le bonheur assuré, l’humanité connait une véritable « civilisation de l’amour » et les hommes se respectent enfin.
Face à de telles affirmations, on est en droit de se demander dans quel monde vit le pape. De quels peuples et de quels hommes parle-t-il ?
Les athées seront certainement étonnés de la manière dont le pape les décrit et du danger qu’ils représentent. Il est difficile de ne pas en conclure qu’ils sont les responsables de tous les conflits, de tous les massacres et des explosions de haine que l’on constate actuellement.
 
Néanmoins, la lecture de ce message du pape m’a conduit à me demander jusqu’à quel point une grande majorité de croyants de toutes religions pouvait adhérer à cette description de l’athéisme et des athées. Je pense que cette description est largement partagée.
Aussi, il m’a semblé nécessaire de proposer une analyse factuelle de l’athéisme.
 
Du fait de sa terminaison en « isme », l’athéisme se doit d’être une doctrine, une théorie, une idéologie. Elle est par définition la doctrine des athées.
Cette doctrine s’exprime en quelques mots : la négation de toutes les divinités tant qu’il ne sera pas prouvé par des preuves tangibles qu’elles peuvent exister. Rien de plus, rien de moins.
C’est certainement la plus simple des doctrines humaines au point qu’on est en droit de se demander si on peut l’appeler doctrine. D’autant plus qu’elle a pour seul but de nier l’existence d’êtres dont il n’a jamais été apporté la moindre preuve de leur réalité.
L’athéisme n’est que le refus du dogme des religions sur l’existence d’un ou des dieux tant qu’on ne leur a pas prouvé le contraire. Il n’est donc pas aussi un dogme comme certains l’affirment, mais son contraire, puisque ce principe peut à tout moment être remis en question.
Doit-on rappeler que le refus des dogmes est le fondement du raisonnement scientifique ?
Il est donc tout à fait cohérent d’affirmer comme Antonio Lopez Campillo et Juan Ignacio Ferreras :
 
« L’athéisme est un isme sans doctrine spécifique ; il se nourrit de la pensée et des découvertes d’autrui, celles des physiciens, des chimistes, des biologistes, des géologues, des anthropologues, des historiens et tant d’autres chercheurs dans le monde. »
 
Mais il est utile d’ajouter que l’athéisme se nourrit avant tout de l’absence totale de preuves de l’existence de dieux.
 
Ainsi les athées ne vivent pas avec l’idée qu’un dieu peut les guider, les contrôler, les punir, les récompenser. Ils ne croient pas à la vie éternelle, et ne se prosternent devant aucune statue.
C’est tout ce que les athées ont en commun. Cela en fait-il une idéologie, une doctrine ?
L’athéisme ne se pratique pas car ce n’est qu’une non-pratique. Ce n’est pas plus une croyance car c’est une non croyance. Prétendre que l’athée est un croyant, c’est considérer qu’un non-conformiste est un conformiste, qu’un non-violent est un violent, qu’un non-voyant est un voyant, etc...
 
L’athéisme ne propose aucune morale, aucune manière de vivre, aucune rencontre, aucune politique, aucune philosophie, aucune idole, aucun texte fondateur, aucun système de pensée, aucune communauté, aucun sentiment, aucun maître, aucune soumission.
L’athéisme n’interdit rien, n’impose rien. Il n’a aucune vision particulière de la société si ce n’est qu’il refuse qu’elle soit soumise à un dieu. L’athéisme n’interdit à personne de croire en Dieu mais implique un refus aux croyants à prétendre diriger la société au nom de ce même Dieu.
L’athéisme ne propose aucune clé du bonheur, ne conseille, ni ne promet rien.
L’athéisme ne peut pas s’imposer et ne peut donc pas être totalitaire car on ne peut imposer ce qui n’est qu’une façon de penser même si elle est aussi simple que l’athéisme.
 
L’athéisme s’arrête à sa définition. Dès que l’on veut aller un peu plus loin que sa définition, on peut trouver autant d’athéismes que d’athées.
Un athée peut être raciste, antiraciste, criminel, bienfaiteur, égoïste, généreux, lâche, courageux, violent, doux, cruel, compatissant. Rien ne définit un athée si ce n’est qu’il est en accord avec l’athéisme comme simple négation des divinités.
Un athée tel Xavier Beauvois peut réaliser un film comme « Des hommes et des Dieux » que la Conférence des évêques de France a qualifié de « chef-d’oeuvre de paix  ».
Comment un athée a-t-il pu réaliser un tel « chef d’oeuvre de paix » alors qu’il est censé vivre dans la haine si l’on en croit le pape ?
Faut-il rappeler qu’aucun massacre n’a jamais été perpétré au nom de l’athéisme ? Personne n’a jamais tué au nom de l’athéisme.
 
Il n’y a pas d’athéisme intégriste, fondamentaliste ou extrémiste ou alors tous les athées sont intégristes, fondamentalistes ou extrémistes. On n’est pas plus ou moins athée. L’athéisme n’a pas évolué depuis sa définition. Les athées que l’on traite d’intégristes, de fondamentalistes ou d’extrémistes sont des athées qui ont adhéré à une doctrine particulière en plus de leur athéisme.
Les anticléricaux sont souvent considérés comme des athées extrémistes alors qu’ils adhèrent à une idéologie qui ne concerne pas que les athées. De nombreux croyants sont anticléricaux.
L’athéisme n’est par sa définition ni anticlérical, ni anti-religions.
Des athées peuvent être anticléricaux ou anti-religions, d’autres ne le sont pas.
L’athéisme ne donne de justification à aucun comportement si ce n’est de ne pas aller dans un lieu de culte pour y prier Dieu. Est-ce un danger pour l’humanité ?
 
Une doctrine par définition enferme, donne un cadre. Dans ce cas, l’athéisme serait plutôt une non-doctrine puisqu’il ne fait que s’opposer aux doctrines liées à la croyance en l’existence de dieux. Il n’est concerné par aucun autre sujet.
L’athéisme ne devrait jamais entraîner des débats compliqués sur sa nature car il se rapporte à un sujet qui n’est pas relatif. Un dieu existe ou non. Il n’existe pas en partie ou de manière relative.
L’athéisme n’affirme rien à priori puisqu’il ne fait que répondre à l’affirmation,
« un dieu existe », en demandant des preuves de cette affirmation et en indiquant que tant que ces preuves ne seront pas données ou que des arguments crédibles de la possibilité de son existence ne seront pas fournis, cette affirmation ne peut pas être validée.
Tous les enfants du monde naissent sans Dieu dans leur cerveau. L’athéisme peut donc être considéré comme naturel. Une éducation n’est pas nécessaire pour être athée. L’idée de Dieu vient de l’éducation. Il y a encore quelques siècles, cette idée de Dieu pouvait être simplement le constat de la totale méconnaissance des mécanismes de l’univers et du fonctionnement humain. Il n’y avait aucune raison de ne pas adhérer à l’idée de Dieu qui permettait de donner des explications au fonctionnement de l’homme et de l’univers. Ce n’est plus le cas aujourd’hui.
A titre de comparaison, on peut prendre l’existence ou non des extra-terrestres. Si il est aujourd’hui impossible de donner des preuves de l’existence des extra-terrestres, il existe par contre des arguments scientifiques crédibles de la possibilité de leur existence. C’est la raison pour laquelle il n’existe pas d’équivalent à l’athéisme concernant les extra-terrestres.
L’athéisme dans sa définition générale, ne se démontre pas puisqu’il est impossible de démontrer qu’aucun dieu n’existe. Par contre, l’athéisme quand il s’applique à des dieux en particulier peut se démontrer. Il existe en effet deux sortes de dieux :
 
- ceux qui sont définis comme n’ayant aucune action sur les hommes et l’univers. Leurs définitions ne peuvent pas être soumises à vérification. Il est impossible de démontrer leur existence ou leur inexistence.
 
- ceux qui sont définis comme agissant sur les hommes et l’univers. C’est le cas du Dieu des monothéistes et de certains dieux de la mythologie. Leurs définitions peuvent être soumises à vérification et il doit être possible de démontrer leur existence ou leur inexistence.
 
Ainsi, il est parfaitement possible de démontrer, par exemple, que les déesses greques Héméra et Nyx n’existent pas car elles sont censées apporter le jour et la nuit sur la terre indépendamment du soleil. Le fait de démontrer que le jour et la nuit dépendent du soleil prouve l’inexistence de ces déesses.
Pour affirmer qu’un être existe, on doit pouvoir prouver que ce qui le caractérise est une réalité. A l’inverse, quand on prouve que ce qui caractérise un dieu est faux, l’on démontre que ce dieu, tel qu’on l’a défini n’existe pas. Quand ses caractéristiques s’appliquent au monde du réel, elles sont accessibles à la vérification. Son analyse va ainsi permettre de savoir si ce dieu existe ou non. Cette analyse est tout à fait possible pour le Dieu monothéiste qui est décrit comme donnant la vie et décidant de la mort, comme aidant les pauvres et sauvant les opprimés, etc... Défini comme ayant une action sur le monde réel, l’action du Dieu des monothéistes doit pouvoir être vérifiée. Si elle ne l’est pas, c’est que ce dieu n’existe pas.
L’athéisme est donc, dans certains cas, justifié par l’analyse des faits et des découvertes qui ont amélioré les connaissances sur l’homme et l’univers. Il est néanmoins essentiellement justifié par l’absence totale de preuves de l’existence de dieux. Les athées ne sont que des hommes et des femmes qui sont dans l’attente de ces preuves pour modifier leur façon de penser. Ils ne font que raisonner suivant des principes qui sont à la base de l’évolution des connaissances humaines.
Considérer ce raisonnement comme dangereux montre clairement que l’Inquisition n’est pas de l’histoire ancienne mais reste dans l’esprit de nombreux responsables religieux.
 
Le pape par son message stigmatise les athées en estimant qu’ils sont dangereux pour l’humanité. Doit-on considérer qu’il respecte les athées dans leur dignité et qu’il prône une civilisation de l’amour ?
Pour l’Eglise catholique, la civilisation de l’amour a pour conséquence le rejet de ceux qui ne pensent pas comme elle. Doit-on continuer à la considérer comme une autorité morale ? Il semble temps de se poser la question.
Prétendre que dans un monde sans Dieu, soit celui où vivent les athées, prévalent les égoïsmes, les divisions dans les familles, la haine entre les personnes et les peuples, le manque d’amour, de joie et d’espérance est non seulement contraire à la réalité mais il est le contraire d’un message de paix.
Ce n’est pas un monde sans Dieu qui est un enfer où règne la haine comme l’affirme le pape, mais un monde sans éducation et sans règles de vie commune.
Or l’athéisme ne proposant, ni ne rejetant aucune éducation, ni règles, parce que ce n’est tout simplement pas son objet, ne peut en rien être responsable de l’action individuelle ou collective de qui que ce soit.
Les religions estiment que c’est à elles de guider l’humanité en cherchant à imposer leur vision d’un monde soumis à leurs dieux. Un tel comportement ne peut que créer des conflits et des drames. L’athéisme par son principe de négation des divinités est en opposition avec cette volonté et indique que les religions n’ont aucun monopole à revendiquer sur ce sujet. Ni plus, ni moins.
 
La liberté de pensée et de conscience est certainement un des plus grand progrès de l’humanité. Les religions revendiquent à juste titre cette liberté fondamentale mais en stigmatisant l’athéisme comme il le fait, le pape ne la respecte pas.
Est-il acceptable de revendiquer une liberté pour soi et de la refuser aux autres ?
L’athéisme ne conteste à personne le droit de croire en Dieu et de pratiquer la religion qu’il a choisi.
Un monde sans Dieu n’est certainement pas un enfer mais un monde où l’homme est considéré comme le seul responsable de ses actes.
Est-ce un problème grave pour l’humanité comme le prétendent les religions ?
 
 
(Pour avoir plus d’informations sur ces sujets, mon livre « Dieu et les religions à l’épreuve des faits » est téléchargeable gratuitement sur le site inexistencededieu.com.)
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.47/5   (81 votes)




Réagissez à l'article

180 réactions à cet article    


  • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 5 novembre 2010 10:42

    Dieu, c’est un peu comme le père Noël pour adulte...
    Tout ces fanatiques ; de grands enfants finalement, qui ont peur du noir et qui se prennent trop au sèrieux.

    C’est un peu pathétique, la religion...
    « Si la Bible prouve l’existance de Dieu, alors une BD est la preuve de l’existence de Superman »

    Une de ces excellentes citation disponibles dans un recueil en anglais « Atheist Quote », à télécharger ICI.

    http://www.box.net/shared/static/edzyk5tuq1.pdf

    .............. 2 autres que j’adore :

    - "When I was a kid I used to pray every night for a new bicycle. Then I realised that the Lord doesn’t work that way so I stole one and asked Him to forgive me."

     - « Religion. It’s given people hope in a world torn apart by religion. »


    • Yacine2029 Yacine2029 5 novembre 2010 22:37

       C’est vrai que le recueil de citations est rigolo, merci pour ce lien, à diffuser le plus possible...


    • Olivier Bach 6 novembre 2010 12:24

      A rodier-a,

      Puis-je vous rappeler que l’individu unique que vous êtes est le fruit du hasard seul. Vos parents ont voulu un enfant mais ce n’était pas vous en particulier. Le hasard a une part essentielle dans nos vies

      Je vous rappelle également que ce texte du pape est une invitation aux jeunes catholiques à participer aux JMJ 2011 et ne s’adresse pas à des non croyants.

      Affirmer comme vous le faites, ainsi que d’autres, que la soummision à Dieu est une libération m’étonnera toujours autant. Surtout que vous justifiez cette affirmation par le fait que les religions auraient été un des éléments moteurs de l’abolition de l’esclavage. Soit vous connaissez mal l’histoire de l’esclavage soit vous la révisez, ce qui est plus grave.
      Il me semble clair que votre croyance vous aveugle.


    • Olivier Bach 6 novembre 2010 18:32

      A rodier_a,


      Votre logique est pour le moins curieuse. Comme curieuses sont vos connaissances historiques.

      Je ne peux que vous inviter à télécharger mon livre afin de prendre connaissance des réalités de l’histoire de l’église catholique et de l’esclavage.

      1) La conversion n’a jamais interdit la mise en esclavage.
      2) Si la papauté a condamné l’esclavage des indiens au XVI ème siècle parce qu’elle a considéré que les indiens était un nouveau peuple au regard de ceux existant dans la Bible, elle n’a jamais condamné l’esclavage des noirs et l’a au contraire favorisé et pratiqué.
      3) Le première lettre dénonçant l’esclavage des noirs par l’église catholique date de 1839 soit 32 ans après son abolition par l’Angleterre ce qui n’a même pas empêché certains diocèses de continuer à avoir des esclaves et d’en faire le commerce après cette date en Afrique. Il faudra attendre 1888 pour que Léon XIII écrive une encyclique s’engageant dans une démarche anti-esclavagiste en Afrique.
      Je ne sais pas d’où vous tenez vos informations mais sachez que de nombreux historiens catholiques se sont livrés ces dernières années à une véritable révision de l’histoire de l’église catholique comme on pu le faire les historiens communistes il y a quelques dizaines d’années.


    • Morgan Stern 5 novembre 2010 10:44

      Difficile de combattre le désir de persécution des sectaires qui ne voient que par leur religion.
      Vous avez une piste ?


      • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:03

        En débattre me semble être une meilleure solution que le silence que l’on constate aujourd’hui.


      • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 17:35

        Par Martina L. (xxx.xxx.xxx.201) 5 novembre 16:49


        Croire étant affirmer vrai ce que l’on sait être faux, seule la violence, la menace, l’obscurantisme et le mensonge permettent de défendre sa croyance.


        Pas d’accord avec ça. 

        Croire, ça peut être attribuer une cause à un effet, ça peut être aussi un acte qui occulte un doute, ça peut être également une adhésion à une explication (fut-elle fausse) , une manière de combler un vide, un acte de foi, un engagement de bonne foi (sic) ; ça n’est pas nécessairement « affirmer vrai ce que l’on sait faux ». 


      • Yacine2029 Yacine2029 5 novembre 2010 22:44

         @ Martina L.
         Tant que vous passerez votre vie à balancer des pierres, tout ce que vous obtiendrez c’est une levée de boucliers, l’inverse du débat.
         Si vous voulez débattre, il y a d’autres façons de faire, sauf si votre but est de chercher le conflit.


      • romaeterna romaeterna 5 novembre 2010 23:05

        Pour moi sisiphe vous avez tort car quand l’on parle de croire dans la religion, cela sous-entend avoir la foi donc la cause est toujours connu puisqu’il s’agit de la volonté d’un dieu quelconque donc une croyance sans cause !
        D’autre part quand vous parlez de confondre athéisme et agnostisme (et tous les mots en -isme utilisés pour diviser les non-croyants) vous utilisez des mots créés par les religieux qui pourtant dise que le diable est dans les détails.
        Voir à ce sujet le mot « islamophobe » qui aurait été inventé par Kohmeyni, le prophète iranien !


      • ddacoudre ddacoudre 5 novembre 2010 23:52

        bonjour olivier

        dieu est le produit de la perception sensorielle de l’homme dans le cheminement qui le conduit de la complétude avec l’environnement qu’il formalise par ignorance des événements qu’il perçoit et observe avec la nécessite d’apporter une solution à la concentration humaine par une organisation socio économique qui s’impose en se trouvant dans un lieu inaccessible au simple mortel car il commande à toute chose, c’est le (père) et il est externalisé, soit par l’ignorance, soit par sa situation cosmologique ou par sa foi dans une existence après la mort.

        bien évidement l’athée rejette l’existence d’un dieu détenteur d’une vérité absolue sacralisé par des croyances verbales ou écrites, car à un moment du déroulement de l’application des préconisations divine il à pu observer quelles ne se vérifiaient pas toujours. il faut bien qu’il y ai eu une cause qui fonde le rejet des dieux, ce n’est pas seulement le refus de ne pas vérifier ou non son existence, cela ne devient que l’argument qui confirme l’observation des faits.

        pour autant l’athée ne peut vivre sans espérance ou croyance.

        ce n’est pas seulement un problème de foi mais un problème d’organisation sociétale stable, c’est ce que je nomme les dominants systémiques, que Freud nommé les totems et tabous.
        prise comme telle le point de vue papal est une absurdité absolu. Mais si nous le relisons en songeant à la stabilité sociétale, il signifie qu’une existence sans dominant systémiques ou sans tabou ni totem nous conduiraient dans le cloaque, et il associe l’athée à cela.
        il n’est pas très heureux dans sa formulation, mais il est certain qu’aucun être ne peut vivre sans espérance, et il associe à tord l’athée à cela, alors qu’être l’athée est la seule négation du Dieu ordonnateur de vérités absolues.
        par ailleurs il se montre solidaire de dominants systémiques semblables qu’il sacralise par le dogme quand l’idéologie n’est plus réformable de la même manière que les écritures saintes, telle la « loi du marché » qui laisse supposer qu’elle repose sur des comportements innés immuables et donc au delà de l’humain et qu’il ne peut y déroger.
        c’est pour cela que je suis un athée de la loi du marché, qui n’a pas plus été démontré que ce que l’a été dieu.

        quand des hommes politiques expliquent que nous sommes dans un état de droit, ils rendent toujours ce droit conforme au (dieu) qu’ils ont accepté par consensus, la constitution, qui est également notre dominant systémique auquel nous nous référons, la différence par rapport à un dieu inaccessible, c’est qu’il est sur terre, et accessible aux humains pour être réformé, et petit à petit il s’insinue dans la vie intime des hommes sur des sujets réservé aux religions comme la vie et la mort.

        il n’y a effectivement pas de philosophe de l’athéisme, car il ne développe pas des règles d’existences propres aux athées,il ne définit pas une « organicité » sociétale.

        nous sommes dans l’incapacité de dire ou d’affirmer comment est le monde objectif, nous vivons seulement le nôtre et dans nôtre bagage génétique il y a la possibilité si l’environnement le suscité d’avoir la possibilité de trouver un réconfort dans notre imaginaire pour se dégager des Stress de l’existence, qu’ils soient liés à la peur, à l’ignorance ou au joug d’autrui.

        l’athée est une non existence c’est seulement une négation.

        cordialement

        )


      • therasse therasse 7 janvier 2016 10:28

        @Sisyphe : Tous ces exemples, possibilités que vous évoquez, si on y regarde de plus près, c’est « faire comme si », c’est donc bien « affirmer vrai ce qu’on sait être faux », à l’exception de « l »engagement de bonne foi« , cas de l’endoctriné de naissance ou du converti, cad ceux »qui ont des yeux mais ne voient pas, des oreilles mais qui n’entendent pas" ... la voix de la raison et du bon sens (lol). 


      • glopy1 5 novembre 2010 10:50

        superman et dieu n’existent pas ? c’est pas vrai ?!


        • romaeterna romaeterna 5 novembre 2010 23:07

          Accrochez-vous :
           Le père Noël non plus !


        • Tall 5 novembre 2010 11:02

          Ah ça, on ne peut pas nier qu’il y a beaucoup d’amour entre les curés et leurs jeunes ouailles.

          C’est carrément fusionnel !
          ( sortez couverts ! )

          • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 12:30

            Salut Tall
            L’action se déroule dans un village de campagne. Le curé, vieux et malade, se fait remplacer par un jeune débutant.
            Sa première journée démarre par l’acte laborieux et intimiste qu’est la confession...
            Enfermé dans le confessionnal, il s’entretient avec une femme :
            Elle : Mon Père, j’ai péché...
            Lui : Je vous écoute ma fille...
            Elle (après un long silence) : ... voilà, j’ai trompé mon mari...
            Lui (fouillant dans son carnet pour connaître la sentence) : Voyons, pour l’adultère, je vous donne... heu... 2 Pater et 3 Ave Maria !
            Elle : ... ce n’est pas tout mon Père... (très long silence)... je lui ai fait une fellation...
            Lui (prit de panique car il ne trouve pas la Rédemption pour une fellation...) : Heu, je vous demande quelques instants...
            Le jeune curé court sur la pointe des pieds vers les enfants de cœur qui se trouvent à la Sacristie.
            Lui (essoufflé) : Dites les enfants, qu’est-ce qu’il donne le curé pour une fellation ?
            Eux (en chœur) : Un Bounty !!!

            Euh ! Comme dirait François Pirette, c’est de l’humour  smiley


          • Tall 5 novembre 2010 14:08
            salut !
            tiens, vu par Kroll

          • Olivier Bach 5 novembre 2010 11:28

            A Amaury Watremez,


            Voulez-vous dire par votre commentaire que ce que dit le pape n’a aucune importance ou que vous adhérez à ses affirmations ?


          • foufouille foufouille 5 novembre 2010 12:04

            et combien dans le monde ?
            et les pretres catho pedo ?
            hein riry


          • glopy1 5 novembre 2010 12:19

            autant que d’Imams...je suppose..


          • spartacus1 spartacus1 5 novembre 2010 17:05

            Je pense plus que d’imams, parce que, à ma connaissance, les imams ont le droit de se marier et cela change sans doute passablement de choses.

            Cela dit, toutes les religions, religieux et bigots sont à mettre dans le même sac : catho, protestants, mormons, juifs, musulmans, hindouistes, etc.

            Au nom de quoi voudraient-ils nous imposer leurs délires ?


          • romaeterna romaeterna 5 novembre 2010 23:15

            Ah bon Spartacus bravo !
             et les gamins esclaves sexuels au Pakistan en Afghanistan et dans presque (tous ?) les autres pays musulmans ce sont des bon mahométans, non  ? Ils n’existent pas peut-être ? Renseignez-vous ....

            Un jour peut-être redescendrez-vous sur Terre ?


          • Octavarium Octavarium 5 novembre 2010 11:18

            "La liberté de pensée et de conscience est certainement un des plus grand progrès de l’humanité. Les religions revendiquent à juste titre cette liberté fondamentale mais en stigmatisant l’athéisme comme il le fait, le pape ne la respecte pas.« 

            En fait, pour l’ECAR, l’homme est libre, mais son libre arbitre consiste seulement à choisir de croire ou de na pas croire en dieu, et par conséquent de suivre ou de ne pas suivre dieu.
            C’est autours de cette définition farfelue de la liberté que ces discours du pape (celui de Madrid à l’occasion des JMJ - qui portent mal leur nom et devraient s’appeler les JMJC au passage -n’est pas le seul qui va dans ce sens) s’articulent : l’athéisme est le refus des règles morales (puisque le pape pense être l’autorité suprême et absolue en ce qui concerne la morale, le bien et le mal, ...).

            Sans voir une radicalisation, je vois surtout un pape qui, voyant le nombre de »fidèles« et de vocations diminuer inexorablement, présente une Église dure (parce qu’il pense que dure = forte), n’a pas peur de réintégrer les évêques Lefebvristes ou de béatifier des »martyrs" franquistes.


            • Olivier Bach 5 novembre 2010 11:36

              A Octavarium,


              Le message du pape ne s’adresse pas qu’aux Français mais au monde entier. Le nombre de personnes qui se disent catholiques dans le monde ne diminue pas.


            • Octavarium Octavarium 5 novembre 2010 11:42

              Je n’ai pas de « chiffres », mais il me semble que hors Europe, et en particuliers dans les pays en voie de développement, les mouvements évangélistes gagnent pas mal de terrain face à un catholicisme qui leur semble trop loin du peuple.


            • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:11

              A Octavarium,


              Vous avez raison, c’est la raison pour laquelle le catholicisme ne progresse plus ou presque. Il n’aurait qu’1,2 milliards d’adeptes...On est loin d’une influence qui diminue.


            • marignan155 5 novembre 2010 11:20

              Hors sujet (ou presque ?)

              il paraît que le père Noël non plus n’existe pas :

              http://www.rue89.com/2010/11/03/credit-mutuel-vs-pere-noel-une-pub-desenchantee-174341

              ce qu’il y a d’amusant c’est la réponse du « comique communicant » (Bernard Sadoun, qui gère la communication du Crédit mutuel) : Il faut vraiment être stupide pour ne retenir que cela de la publicité. Sur TF1 ou M6 la publicité s’adresse donc à des non-stupides. Au fait que devait-on en retenir ? Faut-il un certificat de non-stupidité pour subir la publicité ? 


              • JL JL 5 novembre 2010 11:27

                Ce discours du pape mériterait d’être discuté si, par dieu, il entendait aussi celui des musulmans.

                Parce que mal dire les choses c’est ajouter aux malheurs du monde, le discour du pape, s’il désigne par dieu le sien et seulement le sien est un casus belli religieux, y compris envers les humanistes athées.

                Un pape comme ça serait un fauteur de troubles à l’échelle planétaire.


                • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 11:32

                  Bien entendu que quand il parle de dieu, le pape parle uniquement du sien, et quand un musulman parle de dieu il parle uniquement du sien.
                  Faut quand même pas demander à un vendeur de chez Renault de faire de la publicité pour Toyota, c’est pourtant toutes le deux des marques de voitures


                • Olivier Bach 5 novembre 2010 11:50

                  A JL,


                  Jusqu’à preuve du contraire, les religions monothèistes ont le même Dieu. Mais je n’ai jamais entendu un responsable religieux ne pas précher pour sa paroisse. Le pape stigmatise l’athéisme en affirmant des contre-vérités qui sont écoutées par des centaines de millions de personnes. J’avoue ne pas comprendre pourquoi vous parlez au conditionnel.


                • JL JL 5 novembre 2010 13:14

                  Je parle au conditionnel ? Désolé, c’était de l’ironie.

                   smiley


                • easy easy 5 novembre 2010 11:37

                  Si le Pape pense vraiment ça

                  « Or l’expérience enseigne qu’un monde sans Dieu est un enfer où prévalent les égoïsmes, les divisions dans les familles, la haine entre les personnes et les peuples, le manque d’amour, de joie et d’espérance. A l’inverse, là où les personnes et les peuples vivent dans la présence de Dieu, l’adorent en vérité et écoutent sa voix, là se construit très concrètement, la civilisation de l’amour, où chacun est respecté dans sa dignité, où la communion grandit avec tous ses fruits. » 

                  c’est qu’il est dans une bulle.

                  A longueur de temps, il n’est entouré que de croyants qui cosmétisent d’affabilité et d’amour. Pendant qu’on l’informe qu’au loin, des mécréants assassinent pour une cigarette.

                  C’est donc logique qu’il pense ça.

                  Mah, ce n’est pas bien grave tant que ça ne convainc que très peu de monde. Au-delà du très peu, ya des risques qu’on nous implante la croyance par électrodes ou qu’on nous brûle en cas d’échec de l’opération.

                  Bon, vous faites ce que vous voulez les amis, moi, par mesure de prudence, j’annonce que je suis croyant. Ca devrait me laisser tranquille des talibans une paire d’années.


                  • bakounine 5 novembre 2010 11:42
                    La cigarette sans cravate
                    Qu’on fume à l’aube démocrate
                    Et le remords des cous-de-jatte
                    Avec la peur qui tend la patte
                    Le ministère de ce prêtre
                    Et la pitié à la fenêtre
                    Et le client qui n’a peut-être
                    Ni Dieu ni maître

                    Le fardeau blême qu’on emballe
                    Comme un paquet vers les étoiles
                    Qui tombent froides sur la dalle
                    Et cette rose sans pétales
                    Cet avocat à la serviette
                    Cette aube qui met la voilette
                    Pour des larmes qui n’ont peut-être
                    Ni Dieu ni maître

                    Ces bois que l’on dit de justice
                    Et qui poussent dans les supplices
                    Et pour meubler le sacrifice
                    Avec le sapin de service
                    Cette procédure qui guette
                    Ceux que la société rejette
                    Sous prétexte qu’ils n’ont peut-être
                    Ni Dieu ni maître

                    Cette parole d’Evangile
                    Qui fait plier les imbéciles
                    Et qui met dans l’horreur civile
                    De la noblesse et puis du style
                    Ce cri qui n’a pas la rosette
                    Cette parole de prophète
                    Je la revendique et vous souhaite
                    Ni Dieu ni maître

                    • trobador 6 novembre 2010 04:35

                      ... mais le pape l’interrompt
                      Ah ! Foutez-moi la paix à la fin
                      je ne suis tout de même pas arrivé à mon âge et à la haute situation pour me laisser emmerder par un malheureux petit libre penseur de rien du tout
                      venu je ne sais d’où
                      Je ne suis pas libre penseur dit le veilleur
                      je suis athée
                      Hein quoi dit le Saint-Père
                      et l’autre dans le tuyau de son oreille
                      l’autre se met à gueuler
                      Allo allo Saint-Père vous m’entendez
                      athée
                      A comme absolument athée
                      T comme totalement athée
                      H comme hermétiquement athée
                      é accent aigu comme étonnement athée
                      E comme entièrement athée
                      pas libre penseur
                      athée
                      il y a une nuance"
                      (Jacques Prévert / 1900-1977 / Paroles - La crosse en l’air [feuilleton])


                    • Gollum Gollum 5 novembre 2010 11:46

                      L’athéisme n’interdit rien, n’impose rien.


                      Hum.. position discutable dans la mesure où tout un régime, l’ex-URSS, était précisément basée sur un athéisme officiel dont il n’était pas question de sortir sous peine de Goulag ou d’internement psychiatrique..

                      Bref, votre tentative de faire passer les athées pour des bisounours ne voulant que le bien collectif est une ânerie..

                      L’athéisme est une position idéologique qui peut être aussi nocive que la foi dans ce qu’un croyant appelle la « vraie » religion et qui conduit de façon tout aussi nette au désastre..

                      Et moi, ce qui me frappe sur AgoraVox, c’est le nombre de billets pro-athéisme d’un militantisme exacerbé qui frise le maladif. Vous avez besoin de vous rassurer vous-même et de « convertir » le maximum de personnes afin d’être bien sûr de vos convictions ? 

                      Moi non... je me sens très bien dans ma peau et laisse les gens penser ce qu’ils veulent..

                      • Octavarium Octavarium 5 novembre 2010 12:03

                        Mais c’est n’importe quoi !

                        En ex-URSS, l’idéologie n’était pas basée sur l’athéisme, et enfermer tous ceux qui ont une religion, c’est être « anti-religieux » et pas athée. Beaucoup sont morts ou ont souffert pour une idéologie dérivée d’un communisme fascisant, pas au nom de l’athéisme !

                        L’auteur ne fait pas passer les athées pour des bienfaiteurs, je le cite :
                        "Un athée peut être raciste, antiraciste, criminel, bienfaiteur, égoïste, généreux, lâche, courageux, violent, doux, cruel, compatissant.« 

                        L’athéisme n’est pas une position idéologique, tout au plus une position philosophique...
                        C’est un peu comme dire que »ne pas croire aux sorcières" est une position idéologique, vous voyez bien que ça n’a pas de sens ?


                      • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:18

                        A Octavarium,


                        Je ne peux qu’adhérer à votre commentaire. On peut se demander dans quelle langue il faut écrire pour être lu correctement. J’ai déjà eu l’occasion de l’indiquer à plusieurs reprises.

                        Prétendre comme le font certains que le communisme tuait au nom de l’athéisme relève de la révision de l’histoire.


                      • morice morice 5 novembre 2010 14:30

                        L’athéisme n’interdit rien, n’impose rien.


                        c’est exactement ça = il laisse faire les religions, il n’en a rien à cirer et se permet de CRITIQUER, extérieurement : le voile n’est qu’un accoutrement ridicule pour lui, rien d’autre. Il ne tire pas dessus, quoi.. si le curé est pédophile, il n’hésite pas à dire que c’est lié aux conditions de vie moyen ageuse des curés. Et gag ultime, il ne peut même pas blasphémer, car seul le CROYANT blasphème, comme déjà démontré ici.

                        Etre athée c’est laisser démontrer l’imbécilité fondamentale des religions, toutes basées sur une prétendue vie après la mort  : l’athée se réalise de son vivant, il n"attend pas la mort pour ça.

                      • Icks PEY Icks PEY 5 novembre 2010 11:47

                        @ l’auteur
                        Votre article est intéressant, il a le mérite de poser le débat de façon sereine et, de mon point de vue, pas agressive.
                        En revanche, vous vous méprenez sur les propos du Pape : vous y voyez une agressivité alors que, toujours de mon point de vue, il n’y en a pas.
                        Le propos du Pape que vous rapportez peut surprendre car il procède d’un raisonnement global qui requiert d’être envisagé de bonne foi pour être compris. Comme je ne doute pas de votre bonne foi (ce qui ne manque pas de piquant pour un athée) je vous propose quelques pistes de réflexion.
                        Je ne sais plus quel philosophe disait que « l’homme est un loup pour l’homme ». Et il est indéniable de constater que l’histoire de l’humanité se caractérisentavantage par les conflits incessants que par des phases de sérénité. pour faire un lien avec quelques émissions débiles de nos jours, il suffit de mettre une dizaine de nos concitoyens dans un loft pour que cela parte très rapidement en vrille et que les gens s’étripent. Et si nous n’étions pas aux XXIème siècle, ils s’étriperaient au sens littéral du terme et non au sens figuré.
                        Le Pape Benoit XVI (et cette idée est loin d’être nouvelle) considère que l’homme a besoin, pour vivre en harmonie avec lui même et avec son prochain, d’une transcendance qui le dépasse et qui l’incite à maitriser ses émotions et ses pulsions. Selon Benoit XVI, seul le fait de croire à quelque chose d’immatériel permet de dépasser les vicissitudes humaines.

                        A partir de là, vous avez le droit d’être d’accord ou pas d’accord avec lui : vous êtes libre. Et pour vous démontrer ma liberté de pensée à moi également, je vais vous dire ce qui me gène, moi, dans ces propos du Pape : de tels propos pourraient accréditer l’idée que Dieu existe pour la simple raison que l’homme a besoin qu’il existe. Nous touchons là un problème qui me semble important : de nombreux croyants croient en Dieu car cette croyance leur est utile (sens à ma vie, peur de la mort, surmonter des traumatismes de le vie, etc.). Or, il me semble erroné de justifier l’existence de Dieu par le seul fait qu’on ait besoin d’une transcendance.


                        • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:38

                          A Icks PEY,


                          Merci de m’indiquer pourquoi le fait d’être de bonne foi ne manque pas de piquant pur un athée.

                          Ce n’est pas parce que l’on raisonne que l’on a raison. Si les bases sont fausses, avec un raisonnement juste, les conclusions seront fausses.

                          L’homme n’est pas un loup pour l’homme et ce n’est pas parce qu’un philosophe l’a dit que c’est vrai.


                        • Icks PEY Icks PEY 5 novembre 2010 12:57


                          @ l’auteur

                          Pour la bonne foi, c’était juste une pointe d’humour qui vous a probablement échappé (un athée de bonne foi ... de bonne Foi ... athée ... humour !).

                          Pour « l’homme est un loup pour l’homme », vous avez le droit de ne pas être d’accord, mais pitié, ne dites pas que c’est faux : vous tomberiez dans les travers que vous entendez dénoncer. Selon cette formule, l’homme est rempli de besoins et de désirs et il arrive inéluctablement un stade dans la relation entre deux individus où la satisfaction du besoin/désir de l’un se faire au détriment de l’autre. Je n’invente rien, cette vision pragmatique et réaliste de l’homme remonte, selon Wikipédia, à Plaute, auteur grec du IIème sièle AVANT jésus christ ; Il fut repris par Erasme, Hobbes, Rabelais, Shopenhauer, Freud ... qui ne sont pas réputés pour êtes des sots en matière de réflexion sur la nature humaine ...

                          Il y a même cette phrase que je trouve délicieuse : L’homme est un loup pour l’homme, ce qui, vous en conviendrez, n’est pas très gentil pour le loup de Serge Bouchard


                        • Olivier Bach 5 novembre 2010 14:08

                          A Icks PEY,


                          L’homme n’est pas un loup pour l’homme car l’on confond éducation et nature de l’espèce humaine. Les connaissances ont évoluées depuis l’époque de ceux que vous mentionnez. Ils n’étaient pas sots à leur époque mais aujourd’hui les découvertes sur le cerveau et le corps humain devraient modifier notre manière de voir l’homme.


                        • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 14:31

                          La transcendance est une esquive des peurs du vivre.

                          Ce n’est en aucun cas une religion qui rendra l’homme moins loup, bien au contraire et les exemples historiques ne manquent pas.

                          La seule marge de manœuvre pour que l’homme tende vers une meilleure socialisation est l’éducation et toujours l’éducation, seule la connaissance peut faire évoluer un animal, même pensant, et l’éloigner de son état primitif.
                          En rien les religions ne favorisent l’émancipation de cet état vers une totale libération des peurs primaires dont seul le mobile est détourné, peur de vivre vers peur de ne pas revivre.

                          La conscientisation du phénomène qu’est la vie avec son début et sa fin ne peut aller que dans la disparition des religions et une meilleure réceptivité du besoin grégaire de bonheur immédiat malgré ses risques civilisationnels et sociétaux ne fera que de renvoyer les religions dans les limbes de l’histoire.


                        • krachunka 5 novembre 2010 14:52

                          Je ne pense pas que l’homme soit un loup pour l’homme comme le veut la formule consacrée. Je pense même totalement l’inverse.

                          Être un homme signifie « ne pas être un loup pour l’homme », enfin à mon avis. Ce qui nous différencie de la bête (au sens large) est notre capacité à rejeter la sélection naturelle. Les animaux ne soignent pas leurs enfants handicapés, ne gardent pas les invalides dans leur meutes, leur stratégie de survie le leur interdit (trop risqué de propagé des gènes moins efficaces dans l’espèce). Par contre l’homme a fait l’inverse en pariant que soigner ou nourrir celui qui n’est pas capable de chasser sa viande servira suffisamment au groupe pour pallier ces efforts supplémentaires.

                          Certes cette démarche est loin d’être généralisée et c’est ce que regrette cette formule célèbre mais c’est bel et bien ce qui nous différencie des autres animaux : cette tendance à ne plus être loup (enfin toujours à mon sens).

                          Après on peut effectivement discourir sur ce qui nous pousse vers cette stratégie d’espèce particulière. Que ce soit dieu ou l’esprit critique toute la question est là !


                        • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 16:08

                          Oui et non, l’éléphant protège ses malades et entoure ses indigents....

                          Encore une croyance de la supériorité humaine qui disparaît après les outils et la réflexion...

                          Il nous reste peut-être le rire et encore.... et dieu .... hahaha !!!


                        • romaeterna romaeterna 5 novembre 2010 23:34

                          Nous voyons, encore une fois, ce qui est fascinant dans la religion - surtout la religion catholique qui a plus de « bouteille » que la religion mahométane - c’est cette habitude (manie) de couper les cheveux en 4 pour prouver qu’elle n’a pas complétement tort. (bon exemple chez Mr Pey : employer le mot transcendance quand l’on parle de religion !).

                          Le propre de la religion est de s’immiscer dans la pensée réflexive. Creuser son petit trou, mettre son petit virus : le doute.
                          Amusant ! Rien n’a changé depuis le catéchisme !


                        • Deneb Deneb 6 novembre 2010 10:44

                          Emile : « Encore une croyance de la supériorité humaine qui disparaît après les outils et la réflexion... »

                          Moi je dis qu’il y ait un domaine où l’humain est vraiment supérieur aux animaux : dans la connerie ! C’est la seule espèce capable de bousiller son ecosystème en même pas 2 siècles. La croyance en dieu y est pour beaucoup dans ce complexe de supériorité né de la peur du vide que l’on essaie de cacher tant bien que mal en se racontant de jolis histoires à cohérence variable.


                        • zelectron zelectron 5 novembre 2010 11:52

                          « Faut-il rappeler qu’aucun massacre n’a jamais été perpétré au nom de l’athéisme ? » Ah, bon ? même en URSS avec la chasse aux orthodoxes et les églises brûlées avec ceux qui étaient dedans ?
                          La tolérance n’a pas l’air de vous étouffer, l’athéisme peu aussi être contré par l’agnosticisme, à moins que vous ne fassiez l’amalgame.
                          Votre définition de l’athéisme qui plus est est incorrecte : il s’agit de la négation de l’existence de quelque dieu que ce soit et de le prouver (comme à l’inverse prouver l’existence de dieu, voir l’éthique de Spinoza)
                          Enfin c’est l’agnostique qui dit je ne sais pas si dieu existe ou pas, je n’ai aucunes preuves dans un sens ni dans l’autre...

                          nb il en est comme toutes attitudes humaines, les nuances existent :
                          - un peu agnostique avec tendance athée
                          - un peu déiste mêlé d’agnosticisme
                          -...etc...
                          - et puis changer d’avis au cours du temps à l’occasion d’une rencontre, d’une lecture, de circonstances, sans être taxé de « girouette »....


                          • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:48

                            A zelectron,


                            C’est le communisme qui faisait la chasse aux orthodoxes et non l’athéisme.

                            L’agnosticisme n’a rien a voir avec l’athéisme puisque le premier exprime qu’il ne sait pas alors que le deuxième nie l’existence de dieux.

                            Il me semble que vous mal lu.


                          • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 15:09

                            Olivier,

                            Méfiez vous quand vous annoncez que « les athées nient l’existence de dieux ».

                            Effectivement d’une manière raccourcie c’est un peu ça mais c’est aussi une porte ouverte à tous propos outranciers dont le négationnisme serait le moindre.

                            Les athées ne nient pas dieu, ils ne le conçoivent pas ce qui est bien différent, la négation peut sembler un refus d’évidence, une sorte d’extrémisme agnostique, alors que la non conception est un trou vide.

                            Aussi, vous frisez souvent la confusion athéisme / agnosticisme dans votre article, au demeurant très bien, mais l’agnostique est une sorte de croyant en latence et bien plus proche du croyant que de l’athée.
                            Par exemple vous dites que « l’athée refuse l’existence de dieu tant qu’on ne la pas prouvée », or, ceci est purement une démarche agnostique, en réalité, l’athée refuse l’existence de dieu, point, il ne demande aucune preuve de ce qu’il ne conçoit pas.

                            Sinon bon article et rafraichissant...


                          • SamAgora95 SAMAGORA95 5 novembre 2010 12:14

                            Quand on pense que toutes les grandes guerres et les plus grands conflits ont pour origine le fanatisme religieux, je trouve le Pape vachement gonflé.


                            Les religieux des trois religions monothéiste, confonde spiritualité et religion.
                            Leurs religions décrivent une certaine idée de dieux, un dieux presque humain, haineux, vengeur, distribuant des punitions, ou des vierges a l’occasion.

                            Il suffit de dire qu’un dieu existe, cela suffit largement, la notion de bien et de mal et relative, de plus nous l’avons tous en nous pour ce qui est des grandes lignes, pourquoi adhérer à une religion ? c’est un concept qui m’échappe.







                            • vinvin 5 novembre 2010 12:26

                              Non, l’ Athéisme n’ est pas un danger pour l’ humanité, bien au contraire.


                              L’ athéisme est une grande évolution pour l’ avenir, éviter toutes ses putains de guerres de religion, le communautarisme religieux, l’ obscurantisme, etc...

                              Si toutes les religions étaient ABOLIES ce serait un grand pas en avent vers l’ ouverture d’ esprit, l’ évolution et la science, ainsi que la paix dans le monde. ( Nous avons déjà largement assez des guerres pour l’ économie, et les guerres géo-stratégique, sans pour cela y ajouté des guerres pour un Dieu ( qui de toutes façons n’ existe pas ).

                              Les religions sont les pires cancers de l’ histoire de l’ Humanité.


                              A méditer !.......




                              VINVIN.

                              • Olivier Bach 5 novembre 2010 12:55

                                A vivin,


                                Chacun a le droit de penser ce qu’il veut mais il n’a pas à l’imposer aux autres. Les religions ont tout à fait le droit d’exister mais il est important de les empêcher de soumettre le monde à leurs dieux.


                              • glopy1 5 novembre 2010 14:02

                                tout a fait d’accord


                              • Morgan Stern 5 novembre 2010 15:05

                                Toutes les guerres ont des origines économiques.

                                Faux. Lorsque les chrétiens ont massacré les païens, ça n’avait rien d’économique. Idem pour les guerres de religion en Europe. En fait, il s’agit presque toujours de savoir qui va imposer sa loi.
                                Après, l’économie est souvent une nécessité, mais rarement la cause.


                              • amipb amipb 5 novembre 2010 15:24

                                « Les guerres du prix Nobel de la paix ». On aura tout entendu de la part du troll Maugis, rescapé de la révolution d’Octobre et du Grand bond en avant.

                                Liu Xiaobo vit son quotidien entre les 4 murs d’une prison, où est donc sa « guerre économique » ?


                              • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 16:19

                                @Michel,
                                 « Les guerres de religion n´existent pas et n´ont jamais existées. »
                                vous n’avez jamais entendu « God mit uns », « God bless you », « Allah akbar »...

                                "Toutes les guerres ont des origines économiques.« 
                                En partie, seulement. Les croisades ont bien évolué dans le temps. La preuve.
                                Mais vous avez raison, aujourd’hui, le côté économique a pris de l’avant. Nous avons mêmes des ecclésiastiques bling bling.

                                 »Les religions sont les outils des puissants pour convaincre le peuple de faire la guerre.« 
                                Exact. Comme dit plus haut.

                                 »... l´anathème sur l´islamisme alors que c´est bien le « cristianisme » qui tue de part le monde depuis des siècles. Les autres ne font que se défendrent."

                                Attention : distinction à faire entre islam et islamisme.

                                 smiley


                              • vinvin 5 novembre 2010 22:00

                                (@OLIVIER BACH).


                                Je suis entièrement d’ accord avec vous et vous remercie pour votre réponse a mon « post » :

                                Ceci dit, effectivement chacun est libre de croire en dieu, en la sorcellerie, au vaudou, au gris-gris, bref a que bon lui semble, a la limite j’ en ai rien a cirer, ( ou pour être plus exact,) j’ en aurais rien a foutre s’ il n’ y avait pas des gens qui essayent de toutes leurs volontés de nous faire adhérer a leurs croyances, et de nous casser les pieds avec. ( Je dis les pieds pour être poli...).

                                Et puis il ne faut pas oublier que certaine gens font beaucoup de tors, de mal, au autres et a l’ humanité sous couvert de leurs croyances et religions.

                                C’ est ce qui me gène dans leur système.

                                ...................................................................... ..........

                                EXEMPLE : les Jéhovah ! 2tant noctambule il m’ arrive souvent d’ être encore couché a 11 heure ou Midi, donc lorsque ses gens viennent sonner entre 11 heures et Midi a ma porte ils me réveillent (et ça ne me fait bander), mais comme ils sont toujours très polis, je ne peu pas me permettre de leur dire, (d’ aller se faire sucer par une girafe,) il faut rester poli et correct envers les gens qui le sont, donc je m’ évertue poliment a leur expliqué que je ne suis pas croyant, que le seul dieu que je connaisse s’ appelle J. HALLYDAY, mais ils insiste quand-meme dans l’ espoir de me faire changer d’ avis. Finalement après 15 a 20 Minutes de discutions, lorsqu’ ils s’ aperçoivent qu’ avec moi ils perdent leur temps, ils finissent par foutre le camp.

                                Le problème c’ est que comme ils m’ ont réveillés en sursaut, ( et en plus pour des conneries,) après je vous explique pas la gueule de ma journée !....

                                ...................................................................... ...



                                Bien cordialement.




                                VINVIN.






                              • vinvin 5 novembre 2010 22:36

                                (@MICHEL MAUGIS).


                                Vous dites : Les guerre de religion n’ existe pas et n’ ont jamais existés. ( Fin de citation).

                                 Excusez-mi mais Je ne suis pas du tout d’ accord avec vous pour les raisons suivantes :

                                Pendant des décénies ( encore récentes en plus,) en Irlande les Catholiques et les protestant se les sont foutus sur la gueules et meme avec des attentats sanglants . ( Vous n’ allez pas me dire que ce genre de conflits sont pour les meme motifs « pétrolier » que les deux guerres d’ IRAK ?...)

                                Il y a quelques centaine d’ années, le Vatican a organisé l’ inquisition, avec les chasses aux (soit-disant sorcières,) ainsi que l’ élimination de Païens, Athée, etc, etc....( Vous n’ allez tout de meme pas me dire que ses horrible massacres ont également étés commis pour des raisons économiques comme le pétrole ou pour des raisons géo-stratégiques ? ) D’ autant plus qu’ a ces époque le terme « géo-stratégique » n’ existait meme-pas !


                                Ceci dit, merci d’ avoir répondu a mon premier « post » et j’ espère sans rancunes pour les opinions qui nous séparent.


                                Bien cordialement.




                                VINVIN. 

                              • vinvin 6 novembre 2010 01:07

                                (@MICHEL MAUGIS).


                                Bien qu’ en Irlande lorsque les catholiques et protestants se le le foutent sur la gueule, je suis d’ accord avec vous qu’ il devait y avoir des athés dans chacun des deux camps, ( mais alors je me demande ce venaient foutre ses gens athés dans ce conflit, car ils étaient pas a leur place,) et auraient du rester neutre.

                                Après il y avaient des catholiques tuants d’ autres catholiques, idem avec les protestant. Mais dans ses cas de figures, ses gens étaient soit « officiellement » d’ une religion mais tout en partagent les convictions de la religion adverses, soit des gens qui étaient payés, financé par l’ un des clan pour s’ infiltrer et tuer ceux de l’ autre clan ou religion, ( ce qui s’ appelle dans les services secrets des « TAUPES » ).

                                Pour votre dernière question, excusez-moi mais pourquoi les catholiques et protestant ce se l’ ont foutu sur la gueule en Irlande et pas dans tous les pays du monde, justement pour moi cela reste un mystère, et je n’ ai aucune réponse a vous donner.

                                Mais je termine quand-meme que j’ ai certe mes propres convictions, mais d’ une part je ne pas tout savoir sur tout, et je ne prétend pas avoir le monopole de toutes les vérités. ( Je me contente seulement de défendre les opinions qui sont les miennes, sans plus !.....)



                                Cordialement.




                                VINVIN.

                              • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 12:31

                                Oui ; l’auteur fait une confusion entre athéisme et agnosticisme. 


                                L’athéisme NIE l’existence de dieu, quand l’agnosticisme reste dans le doute, faute de preuve..

                                Ceci dit, je suis d’accord avec un tas d’affirmations de cet article ; entre autres, que l’athéisme n’a jamais provoqué de conflits, de morts, de guerres, comme l’ont fait toutes les religions. 

                                En revanche, quand vous dites : 

                                L’athéisme ne propose aucune morale, aucune manière de vivre, aucune rencontre, aucune politique, aucune philosophie, aucune idole, aucun texte fondateur, aucun système de pensée, aucune communauté, aucun sentiment, aucun maître, aucune soumission.

                                Je ne suis pas d’accord. Pas de soumission, pas de maître, pas d’idole, pas de système de pensée, ok ; mais la philosophie a été alimentée, depuis bien longtemps, par des athées (Nietzsche, entre autres, puis Camus, et bien d’autres...), les « rencontres » (? ??) , la politique, sont des domaines fécondés par l’ athéisme. 
                                Quant au « texte fondateur », il y en a plusieurs, d’inspiration totalement athée : la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la loi de séparation de l’église et de l’état, les lois de la République (laïcité) entre autres..

                                Des textes fondés par un humanisme ; qui est la dimension spirituelle de l’athéisme, et de l’agnosticisme. 

                                Pour ce qui est des déclarations de B16, mettons les sur le compte de la défense de sa paroisse ; malheureusement pour lui, elles sont tellement éloignées de la réalité, qu’elles ne risquent pas de lui attirer des masses de nouveaux croyants... 

                                Sinon, bien sûr, comme toujours, pour espérer un peu plus de paix dans un monde toujours ravagé par les massacres liés aux religions, faisons retentir ce cri fondateur et salvateur :  ni dieu, ni maître ! 


                                • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 13:50

                                  Vladimir Ilitch Oulianov était un c**, quoi dire de plus !


                                • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 13:52

                                  Moi, j’aurais plutôt inversé sa phrase « l’athéisme est de l’agnosticisme honteux », qui colle beaucoup plus à la réalité.


                                • Olivier Bach 5 novembre 2010 13:54

                                  A sisyphe,

                                  L’athéisme n’a pas de dogme. Un athée nie l’existence des dieux mais si on lui présente une preuve crédible de l’existence d’un dieu, il changera d’avis. L’agnostique doute en croyant qu’il peut exister une force surnaturelle ce qui n’est pas le cas de l’athée.

                                  Il n’y a pas de dimensions spirituelles de l’athéisme. L’humanisme n’a pas pour fondement l’athéisme car ce n’est pas son objet. Que des athées soient humanistes est une réalité mais tous ne le sont pas.
                                  L’athéisme libère des dogmes des religions mais ce peut être pour le meilleur et pour le pire.


                                • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 13:56

                                  Oui, bon .... 


                                  Je ne vois personnellement pas de différence majeure et significative entre la « non-croyance en dieu » et la négation de l’existence de dieu, mais si vous le dites... 


                                  Cette nuance, en tout cas, ne change rien à mon propos... l’athée ne doute pas, quand l’agnostique reste dans le doute.. 

                                  Et l’athéisme n’a jamais provoqué de conflits, de guerre, de massacres, de bûchers, d’excommunications, d’inquisitions.... 

                                  Ni dieu, ni maître. 

                                • JL JL 5 novembre 2010 14:01

                                  Permettez que je rebondisse sur cette expression : « preuve crédible de l’existence d’un dieu »

                                  Par définition, il ne peut exister de preuve crédible de l’existence d’un dieu.


                                • JL JL 5 novembre 2010 14:15

                                  quant à l´agnotiscisme, Lenine a très bien dit ce qu´il est ; l´athéisme honteux. (Michel Maugis)

                                  Ce qui fait la force du crooyant, c’est la magnificence de son église. Et c’est l’absence déglise, et non pas de dieu, qui fait ma misère de l’agnostique.

                                  L’athée, n’en déplaise à shaytan666, n’a que faire d’une agence de voyage vers l’eau delà, vu qu’il n’est pas intéressé.

                                  La croyance de shaytan est sans fondement : c’est celle de quelqu’un qui n’a pas réfléchi.


                                • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 14:18

                                  @ l’auteur 


                                  Il n’y a pas de dimensions spirituelles de l’athéisme. L’humanisme n’a pas pour fondement l’athéisme car ce n’est pas son objet. Que des athées soient humanistes est une réalité mais tous ne le sont pas. 

                                  Absolument pas d’accord. 
                                  Il y a bien une (des) dimension(s) spirituelles de l’athéisme.
                                  (cf « L’esprit de l’athéisme » d’A. Comte Sponville)
                                   L’humanisme en est une, comme la solidarité, l’égalité, la liberté. 
                                  Je ne dis pas que l’humanisme a « pour fondement » l’athéisme ; c’en est une des dimensions spirituelles. 

                                  Par ailleurs, je ne pense pas que l’athéisme ait un « objet ». C’est une position philosophique, qui n’empiète pas sur les autres domaines de pensée, qui laisse le champ libre aux positions politiques, sociales, voire morales... 

                                  C’est une position qui exclut des dogmes ; de fait, elle est donc entièrement ouverte aux idées philosophiques, et à l’étude des faits sociaux, sociétaux, culturels, etc... 

                                • foufouille foufouille 5 novembre 2010 14:21

                                  « Par définition, il ne peut exister de preuve crédible de l’existence d’un dieu. »
                                  ben si
                                  dieu apparait et fait des trucs de dieu
                                  pas pour ca que je lui obeirais


                                • morice morice 5 novembre 2010 14:24

                                  ça fait trois avec vous ; vous comptez pour deux.


                                • JL JL 5 novembre 2010 14:27

                                  Sans les fautes :

                                  "Quant à l´agnotiscisme, Lenine a très bien dit ce qu´il est ; l´athéisme honteux. (Michel Maugis)

                                  Ce qui fait la force du croyant, c’est la magnificence de son église. Et c’est l’absence d’église, et non pas de dieu, qui fait la misère de l’agnostique.

                                  L’athée, n’en déplaise à shaytan666, n’a que faire d’une agence de voyage vers l’au delà, vu qu’il n’est pas intéressé.

                                  La croyance de shaytan est sans fondement : c’est celle de quelqu’un qui n’a pas réfléchi.


                                • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 14:29

                                  Par Michel Maugis (xxx.xxx.xxx.48) 5 novembre 13:41
                                  @sisyphe



                                  quant à l´agnotiscisme, Lenine a très bien dit ce qu´il est ; l´athéisme honteux.

                                  Cette phrase ne veut strictement rien dire. 
                                  Elle introduit un jugement moral (« honteux » ! sic ! ) par rapport à une position philosophique, existentialiste, ontologique..
                                  C’est une phrase de propagande. 

                                  Chacun a le droit de douter ; c’est le fondement même de la science de passer par des preuves pour établir une réalité.. 

                                  Quand on ne sait pas, on n’affirme rien. 
                                  Autant, je prends mes distances avec toute croyance, et toute religion, autant je me méfie de ceux qui ont des certitudes sur des sujets ......... douteux. 

                                  Personnellement, je suis plutôt athée qu’agnostique ; pourtant, je crois en des forces spirituelles ; qui n’ont rien à voir avec un quelconque dieu, mais avec la puissance de l’esprit, les forces de la nature, de l’univers, les ondes, tous ces mystères de l’univers auxquels la science ne nous donne pas encore accès.

                                • Octavarium Octavarium 5 novembre 2010 14:39

                                  Le croyant, l’agnostique et l’athée n’ont pas la moindre preuve de l’existence de dieu.

                                  L’agnostique refuse de prendre partie : « pas de preuve de son existence, pas de preuve de son inexistence, donc je ne sais pas. »

                                  L’athée : « Il n’y a pas de preuve de l’inexistence de dieu, comme il n’y a pas de preuve de l’inexistence des trolls ou des sorcières, je considère que l’existence de dieu est aussi peu probable que de celle des trolls ou sorcières. »


                                • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 15:31

                                  « Un athée nie l’existence des dieux mais si on lui présente une preuve crédible de l’existence d’un dieu, il changera d’avis. »

                                  Non et non... Si un athée nie l’existence des dieux mais change quand on lui présente une preuve de l’existence des dieux c’est qu’il doute, il n’est donc pas athée mais agnostique.

                                  L’athée n’intègre pas le concept de religion ou de dieu, c’est comme vouloir faire entrer de l’eau dans un solide imperméable....

                                  Voilà le mot exact, l’athée est imperméable à tout mysticisme et corollaire...


                                • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 16:30

                                  Par kerjean (xxx.xxx.xxx.250) 5 novembre 16:17

                                  Désolé Sysiphe, mais les états les plus sanguinaires, à l’origine du plus grand nombre de mort de l’histoire sont des régimes caractéristiquement athées :
                                  Nazisme, URSS, Chine, Cambodge.

                                  Pas d’accord. 

                                  Aucun de ces états ne s’est jamais recommandé de l’athéisme. 

                                  Ce sont des DOCTRINES (politiques, idéologiques), qui les ont amenés à des comportements sanguinaires (pas plus sanguinaires, soi dit en passant, que les états « croyants », qui tuent au nom de leurs croyances ; comme les USA, par exemple, dans leur lutte du « bien contre le mal »). 

                                  Or, l’athéisme n’est pas une doctrine ; c’est une position philosophique, existentielle, ontologique ; qui n’a rien à voir avec une quelconque lutte contre ceux qui ne la partagent pas. 

                                  L’athée ne part pas en guerre ou en lutte contre les religions ; il les dénie, de son point de vue, c’est tout. 

                                  Ces régimes que vous évoquez ne sont (n’étaient) pas « athées » ; ils éliminent tout opposant à leur pouvoir, décrété comme « bien » ; l’idéologie est aussi une religion, dans le sens où elle s’impose comme LA vérité. L’athéisme n’est ni une doctrine, ni une idéologie. 


                                • Dionysos Dionysos 5 novembre 2010 16:39

                                  Je soutiens votre affirmation de confusion. L’athéisme est une négation.

                                  Le(s) texte(s) fondateur(s) ? Inconnus ? Détruits ?

                                  J’aime assez attribuer à ce délicieux personnage le premier texte (connu) athée.

                                  Concernant les déclarations de l’insensé, en particulier son amalgame grossier entre athéisme et nazisme, lors de son discours de remerciement à la reine d’Angleterre, il fallait oser ! So chocking smiley

                                  L’humanisme comme dimension spirituelle de l’athéisme est néanmoins loin de me convaincre totalement, certainement parce qu’il est trop associé au libre arbitre...


                                • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 16:41

                                  Kerjean,

                                  Vous faites une profonde erreur.

                                  Les états que vous mentionnez sont tous profondément religieux, ils ont seulement modifié la représentation conventionnelle d’un dieu.
                                  Le culte de la personnalité est une religion comme une autre, avec ses grandes messes, ses églises et ses convictions supra humaines.

                                  Le Christ est un dieu humain au même titre que Staline ou Mao et que dire de l’analogie entre Hitler et Baal....

                                  D’où la profonde connivence entre le pouvoir dictatorial et le pouvoir religieux qui ont toutes les raisons de fusionner en un seul pouvoir étatique et divin, comme l’étaient la plupart des monarchies et le sont devenues la plupart des dictatures.


                                • L’Ankou 5 novembre 2010 16:58

                                  A Emile Red,

                                  Vous dites « Si un athée nie l’existence des dieux mais change quand on lui présente une preuve de l’existence des dieux c’est qu’il doute, il n’est donc pas athée mais agnostique. » Puis : « L’athée n’intègre pas le concept de religion ou de dieu »

                                  Athée moi-même, j’admets mal que vous puissiez nous présenter comme capables de refuser une preuve. La problématique est probablement mal posée puisque nous savons tous que les preuves sont impossibles en la matière. C’est même l’avis de beaucoup de croyants, pour qui croire sans preuve ou en sachant la preuve impossible est l’essence même et la beauté de la Foi.

                                  Toujours est-il que si cette preuve existait et nous était présentée, ce que nous ferions en refusant même de l’examiner serait un acte de préjugé, un a priori, l’effet, précisément, d’un « dogmatisme athée ». Si, comme je le fais moi-même, nous refusons toute forme de dogme et de sacralisation d’une vérité a priori, nous devons garder l’esprit assez ouvert pour examiner librement ce qui nous sera présenté comme preuve de l’existence de Dieu. Ce faisant, nous ne prenons aucun risque, tout en restant cohérents avec une posture libre-exaministe (qui n’a donc plus rien d’un dogme).

                                  En quoi, donc, me sens-je différent des agnostiques ? Probablement en ce que l’agnostique supporte l’idée de plusieurs représentations possibles du réel. L’athée, lui, entretient une suspicion épidermique vis à vis des religions : il sait combien les représentations du monde fondées sur le magique, le sacré, l’arrière monde au sens d’Onfray, nourrissent des pouvoirs, des peurs, des négations du réel, des charlatanismes et des escroqueries, des fanatismes et des superstitions. Il les refuse. Cela provient peut-être plus de l’étude du fait religieux plus que du dieu lui-même. Le fait religieux repose sur une conjonction de facteurs psychologiques, politiques, économiques, historiques, sociaux. Un connaissance même partielle des motifs qui ont fait le succès de telle ou telle religion, condamnant tant d’autres cultes possibles à l’oubli, suffit à rendre toute forme de sacré suspecte. Pour ma part, c’est un élément déterminant dans mon refus des « vérités » qu’il faudrait admettre et reconnaître comme incontestable au seul motif qu’elles seraient révélées directement par un dieu...

                                  Mais précisément, c’est bien les vérités non assorties de preuves qui s’insupportent, et non l’idée qu’une preuve puisse m’être apportée...

                                  Bon, j’ai bien conscience de chipoter sur des nuances, et je suis bien certain que nous sommes d’accord sur le fond. Je ne voudrais juste pas que l’athéisme passe pour autre chose qu’une ouverture d’esprit.

                                  Bien à vous,

                                  L’Ankou


                                • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 17:29

                                  @ Dionysos 


                                  Merci pour la référence à Jean Meslier ; effectivement, un des « pères » (sic) fondateur de l’athéisme.. 
                                   smiley 

                                • Melchior Griset-Labûche 5 novembre 2010 17:48

                                  la Déclaration de 89 est proclamée « en présence et sous les auspices de l’Etre suprême »...


                                • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 18:01

                                  L’Ankou,

                                  Je ne prétend pas que l’athée refuse une preuve, je dis que la demande de preuve est déjà une affirmation du doute.
                                  En quoi et où un athée serait en état de demander une preuve de quelque chose qui est inconcevable pour lui, cette possibilité d’apporter une preuve.
                                  C’est un serpent vicieux qui se mord la queue parce qu’il est inenvisageable de remplir un vide de sens avec une affirmation vide de preuve.
                                  L’athée répond immanquablement à la question « dieu » par une fin de non recevoir, il ne demande rien, c’est les religions qui lui imposent une vision conceptuelle de la vie qui n’est pas de son ressort intellectuel.
                                  Quand je dis que l’athée ne demande pas de preuve c’est qu’il ne demande rien et comme vous le dites il serait dogmatique de la refuser, mais la condition sine qua non est bel et bien de l’avoir demandée et dès que ce pas est franchi, il ne peut plus considérer comme athée.

                                  Trivialement parlant, on pourrait comparer l’athée à un chômeur professionnel, l’est-il encore lorsqu’il accepte quelques petits boulots ? Tant que le concept de religiosité, de dieu, de croyance ne le touche pas c’est un peu comme l’idée de travail qui n’entre pas dans la phraséologie du chômeur pro... Comparaison un peu limite mais difficile de trouver mieux.

                                  En gros l’athée ne refuse pas une preuve puisqu’il ne conçoit ni la preuve ni l’objet de la preuve... Concevoir ne serait-ce que l’idée de dieu c’est déjà mettre un pied dans la croyance, demander une preuve c’est faire acte de doute et le doute est une constante du croyant comme de l’agnostique.


                                • vinvin 5 novembre 2010 23:06

                                  (@SISYPHE).


                                  Merci pour votre réaction a mon premier « Post ».

                                  Je partage en grande parti votre avis sur votre « post » di 5 novembre 12 H31, a un détail près.....

                                  Vous dite : (L’ Athéisme n’ a jamais provoqué de conflits, de morts, de guerres, comme l’ ont fait toute les religions). Fin de citation.


                                  Alors c’ est en partie vrai, mais pas intégralement, car meme si on ABOLISSAIT toute les religions, il y aurait toujours des guerres pour des motifs Politiques, économiques, ( pétrole, gaz, et autres...) guerres géo-stratégiques, guerres de l’ eau ( du fait qu’ il y a beaucoup plus d’ eau dans certains pays alors que d’ autre pays souffre de sécheresse et de soif et de faim,) etc...etc...

                                  Et puis l’ agressivité et la violence fait aussi parti de la nature humaine.

                                  Ceci dit, je suis d’ accord sur le principe que avec une planète démunie de toutes religions, on éviterais toutes guerres de religions, et que ce serait toujours ça de gagné !



                                  Bien cordialement.




                                  VINVIN.


                                • vinvin 6 novembre 2010 01:55

                                  (@MICHEL MAUGIS, Message de 0heure27).


                                  Depuis la nuit des temps le humains se battent, meme avant l’ arrivé des religions, les homme préhistoriques s’ entre-tuaient pour se voler de la nourriture, pour séduire les femmes ils organisaient des combats de force, pour une histoire de femmes infidèle, etc, etc....

                                  Et meme de nos jours, les meurs ont évolués mais le fond n’ a pas changés : Il y a quelques années un jeune proche d’ AVIGNON, donc a quelques kilomètres de chez moi, c’ est fait tué a coup de machette pour avoir refuser de donner une cigarette a un bougnoul, ( pardon je voulais dire un maghrébin,...) et si vous regardez les actualité ou/et les journaux, vous pourrez constaté que c’ est rempli de faits-divers dénonçant des actes de violences gratuites et souvent mortelles : Assassinats, viol de filles, les « racailles » qui dans les « zones de non-droits » brûles des voiture, poubelles, bien privés et publics, caillassent la police, les pompiers, etc, etc....

                                  Ajouté a cela les violences conjugales, ( dans les deux sens,) la maltraitance des enfants et infanticides, pédophilie, viols, le mari qui tue son épouse lorsqu’ il apprend qu’ elle a un amant, (ou l’ inverse,) et avec tous ces faits-divers, vous pensez que ce n’ est pas dans la nature des humains d’ être violents ?

                                  Libre a vous d’ être UTOPISTE , mais pour ce qui me concerne les humains sont capable de faire des abominations que meme les animaux ne seraient incapable de faire.

                                  Lorsque je croise un PITT-BULL dans la rue j’ ai moins peur que lorsque je croise un e certaine catégories de « jeun’s ».

                                  Dans son oeuvre RICHARD III (WILLIAM SHAKESPEARE) a écrit la phrase suivante :

                                  MEME LA BÊTE LA PLUS FÉROCE CONNAIT LA PITIEE, MOI JE NE LA CONNAIS PAS ET JE NE SUIS DONC PAS UNE BÊTE. (Fin de citation) 

                                  Dans le film RUNAWAY TRAIN ( tiré d’ une histoire vraie de deux évadés de prison,) l’ un de évadés dit a son compagnon de route qu’ il est UNE BÊTE, et son compagnon lui répond ceci :
                                  NON JE NE SUIS PAS UNE BÊTE JE SUIS PIRE QUE ÇA, JE SUIS UN HUMAIN, UN HUMAIN. (Fin de citation).

                                  Cela rejoint bien la phrase de SHAKESPEARE.


                                  A Méditer.......



                                  Cordialement.




                                  VINVIN.

                                • Christoff_M Christoff_M 6 novembre 2010 03:41

                                  ce ne sont pas les religions qui provoquent des guerres mais les hommes qui jurent etre croyants avec la bible à la main, style Bush, tout en tuant des hommes...

                                  Lisez un peu les textes cela vous évitera de dire des énormités...

                                  Les hommes sont menteurs et invoquent les textes pour justifier leurs guerres ce n’est pas nouveau !! ceux qui se revendiquent de Dieu pour faire la guerre n’ont jamais ouvert un livre saint et ceux la sont de purs usurpateurs antireligieux...

                                  Vous pensez vraiment que Bush ou certains hommes à turbans ailleurs sont croyants... seul un enfant illettré peut encore confondre en 2010, politiques usurpateurs et croyants...

                                  Les vrais croyants sont pacifiques, les autres sont des fanatiques ou des usurpateurs !!

                                  Dans notre pays à la laïcité intégriste instillée par les francs maçons au pouvoir (eux haïssent les croyants et sont surement un exemple de tolérance)...

                                  Réveillez vous en 2010 ce sont de nombreux croyants ou chrétiens qui se font massacrer même dans leurs églises....

                                  Ceci prouve que nous ne sommes plus loin de la décadence de l’empire romain..
                                  En général cela finit très mal, pourquoi à votre avis la France est elle visée par de nombreux pays extrémistes, parce que nous sommes un des rares pays ou les différentes communautés cohabitaient assez calmement avec un état laïque déclaré mais tolérants des pratiques religieuses du moment qu’elles ne deviennent pas ostentatoires ni envahissantes !!

                                  La franc maçonnerie moderne étant aussi responsable des conflits dans notre pays, car jouant bcp moins le rôle de rassemblement et débordée par des divisions et guerres internes supposées n’arriver qu’aux autres...

                                  Voir les problèmes du monde actuel dans la religion, c’est aussi simpliste que réducteur...

                                  Le problème n’est pas la religion ou la laicité, notre pays était un exemple jusqu’à présent pour tant d’autres, mais ce que l’homme fait de l’état, du pouvoir et de la république...
                                  La religion restant théoriquement pour les vrais croyants du domaine du secret et du privé !!!
                                  Défiler banière à la main, c’est encore un symbole que eux qui défilent ne sont pas croyants ou n’ont jamais lu de textes saints de leur vie....

                                  Bcp se disent militants ou investis alors qu’ils ne font rien... ceux que vous voyez ou qu’on vous montre du doigt comme caricatures, sont en général bien loin des croyances et des comportements de gens qui ont la foi...


                                • vinvin 12 novembre 2010 01:49

                                  (@MICHEL MAUGIS 6 Novembre 17 Heure 19)


                                  excusez moi pour mon retard a répandre a votre post du 6 novembre, mais j’ étais en panne informatique !

                                  Je voulais juste vous dire que d’ après ce que vous avez écrit dans votre post, vous n’ avez certainement jamais vécu dans une « zone de non droits » entouré de « racailles » , sinon je suppose que votre discours ne serait pas le même ?....


                                  Sans rancune quand-même ! 



                                  VINVIN.


                                • apopi apopi 5 novembre 2010 12:47

                                   Merci à l’auteur pour ce brillant exposé surtout en cette période ou les intégristes de tous poils sortent de leurs cavernes tels les trolls dont ils partagent à n’en pas douter le niveau intellectuel.


                                  • Scribouille 5 novembre 2010 12:55

                                    Qu’est-ce qui importe le plus : croire en l’existence de Dieu, ou accomplir ce que les croyants définissent comme sa volonté, à savoir « faire le bien » ? 

                                    Puisqu’aucun rite, rituel, prière, bâton d’encens ni génuflexion n’est supposé changer un iota à la nature de Dieu, alors où est l’essentiel ?
                                    Il me semble bien que cet essentiel se situerait dans le respect que l’on porterait à sa création, à commencer par l’Homme, supposé avoir été créé à son image.
                                    A ce titre-là, je dois témoigner que je connais pas mal d’athées qui oeuvrent davantage pour le « Royaume » que bien des grenouilles de bénitiers.
                                    Par conséquent, j’en conclus que le monde souffrira sans doute moins de l’athéisme que d’un catholicisme qui n’a pas su en 2000 ans mettre en pratique le message christique. 

                                    • Scribouille 5 novembre 2010 14:13

                                      En effet, Jean, j’ai parlé trop vite, sous l’effet de la colère que m’inspire l’église catholique.

                                      J’aurais dû dire, et au conditionnel : « ne souffrirait sans doute pas davantage... » ; mais je maintiens pour l’avoir observé (et j’ai « essayé » plusieurs clochers) que les hommes de bonne volonté par qui la paix peut advenir me semblent également répartis chez les athées et les croyants, en sorte que l’athéisme ne me semble pas plus une menace pour le monde que les intégrismes ou les pratiques hypocrites.
                                      Je pense qu’il y a un abîme entre le sens du divin et la pratique d’une religion, très souvent entachée de superstition, au sens où la seule observance du rituel suffit à beaucoup pour se supposer au nombre des « justifiés ».
                                      Cela dit, je ne peux évidemment pas nier que les grandes religions nées de la période axiale ont constitué une révolution considérable en plaçant l’Humain au centre de la préoccupation spirituelle.
                                       Hélas, les messages humanistes des différents prophètes sont le plus souvent étouffés par des dogmes qui n’ont d’intérêt que d’asseoir la suprématie des leaders religieux. 

                                    • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 15:47

                                      « ...renfermant une vérité »

                                      L’athéisme aussi possède une vérité, il a au moins la déférence humaine de l’offrir à tous :
                                      « on nait, on vit, on meurt ».

                                      Quelle est la votre ?
                                      Pour qu’il y ait vérité, faut-il encore qu’elle soit affirmée, démontrée, patente, le contraire n’est que mensonge ou tout au moins du vent dont les moulins n’usent pas pour tourner.

                                      En bref, la religion est basée sur un discours enjôleur et coercitif profitant de la crédulité et de la naïveté du monde :
                                      - vérité indicible, dieu indémontrable, croyance intouchable, foi indescriptible, prescriptions indiscutables ; le parfait parangon de la tyrannie.


                                    • romaeterna romaeterna 5 novembre 2010 23:54

                                      Amusant !
                                      Scribouille, vous aviez tout à fait raison mais, à ce que je vois, Mr jean réussi très bien son boulot de prosélyte !


                                    • romaeterna romaeterna 7 novembre 2010 00:42

                                      Mr Jean, un prosélyte n’est pas obligatoirement quelqu’un qui vous dit « ma religion est la meilleure » (ce que font tous les mahométans avec parfois de la violence car leur religion est le degré zéro de l(intelligence) mais quelqu’un dont le boulot est d’abord de vous faire douter de vos croyances ou non-croyances en vous infligeant un vocabulaire qui, vient de son église : comme agnostique différent de athée.

                                      Pour parler clairement disons que le 1er boulot d’un prosélyte est de vous embrouiller et pardonnez-moi mais vous le faite très bien !
                                      Ceci sans chercher à vous offenser !

                                      Admettons que je me sois mépris sur votre compte comme vos commentaires suivants ont l’air de l’affirmer mais vous deviez être bon en catéchisme  !



                                      • morice morice 5 novembre 2010 14:42

                                        ah vous avez retrouvé l’origine de mon post : proposez le à TALL, car visiblement, pour lui Brassens était musulman !


                                        ah ah ah !!

                                        Le mécréant, une des meilleures de Georges...

                                      • cathy30 cathy30 5 novembre 2010 13:18

                                        Bonjour à l’auteur,

                                        j’aimerais revenir au début, le nouveau testament dit que le chef de l’église est le Christ, donc quelle légitimité à le pape ?


                                        • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 13:48

                                          Il vous faudrait peut-être relire le nouveau testament, et là vous verrez que Jésus a fait de Pierre le chef de l’Église, le pape étant le successeur de Pierre il est donc légitimement le chef de L’Eglise. CQFD


                                        • Scribouille 5 novembre 2010 14:17

                                          @ Shaytan :

                                          Mouais... Mais ce dogme n’est pas confirmé par les évangiles non canoniques...

                                        • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 14:36

                                          Par Shaytan666 (xxx.xxx.xxx.122) 5 novembre 13:48

                                          Il vous faudrait peut-être relire le nouveau testament, et là vous verrez que Jésus a fait de Pierre le chef de l’Église, le pape étant le successeur de Pierre il est donc légitimement le chef de L’Eglise.


                                          Successeur à quel titre ? 

                                          Comme les monarques ? De « droit divin » ?? 

                                          Reconnu par qui, par quelle église ? 

                                          Que je sache, un pape est « élu » ; par ses pairs.. Une élection qui donnerait donc une onction divine ? 

                                          C’est une belle fable... pour convaincu... 


                                        • Scribouille 5 novembre 2010 14:43

                                          Que je sache, un pape est « élu » ; par ses pairs.. Une élection qui donnerait donc une onction divine ? 


                                          En effet, et qui plus est par des pairs nommés au cours des siècles par des souverains plus soucieux d’alliances politiques que de volonté divine ! L’huile sainte des origines n’est plus sous garantie...

                                        • morice morice 5 novembre 2010 14:44

                                          et le pape est en PIERRE :


                                           « sur cette pierre, je bâtirai mon Eglise ».

                                          le jeu de mots, car ça en est un, m’a toujours fait marrer.

                                          imaginer l’église avec un apôtre-chef s’appelant... Charlot.

                                        • cathy30 cathy30 5 novembre 2010 15:29

                                          sheytan666
                                          ce que vous dîtes ne veut rien dire non plus puisque l’église est l’ensemble des chrétiens. Quand le Christ annonce cette prophétie à Pierre, c’est au moment du reniement de celui ci au Christ. tout un symbole.

                                          Pierre est justement la première pierre, un jeu de mot du Christ. Il n’en était pas dépourvu.


                                        • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 17:56

                                          Hey les amis, l’athée sataniste Shaytan a 16 ans d’écoles catholiques derrière lui, il sait de quoi il parle  smiley
                                          Première chose, ne surtout pas confondre chrétiens (qui crois en Jésus-Christ) et catholiques (qui reconnais l’autorité du pape, si vous n’êtes pas d’accord avec cela vous êtes peut-être chrétien mais sûrement pas catholique).
                                          Quand le pape dit que l’athéisme est un danger pour l’humanité et bien il parle pour sa chapelle, c’est le cas de le dire, il ne va quand même pas se faire le chantre de la non existence de dieu, il ne faut pas non plus demander à Besancenot de louer le capitalisme hein !
                                          L’Église catholique est basée sur des dogmes, 90% des « prescriptions » ne sont pas les paroles de Jésus mais ont été inventées par ses successeurs en commençant par St Paul.
                                          Le seul « sacrement » inventé par Jésus est la communion tout le reste n’est que blabla.


                                        • kemilein 5 novembre 2010 13:22

                                          les USA, où le parfait contre exemple de la générosité tant professé par l’église.

                                          Dieu et tout son cortège d’imbéciles et d’imbécilités n’a jamais rendu l’homme bon, sans être croyant, Dieu lui même donne à chaque homme le choix de sa vie.

                                          en conséquence de quoi, croire ou ne pas croire n’a rien avoir avec l’individualisme, c’est une question de culture donc d’éducation.

                                          Et pour ce monde l’individualisme est une de grande clé de la réussite des élites : le temps qu’on passe a se battre en nous les « pauvres/pas riches/pas puissant » c’est du temps qu’on passe pas a se battre contre eux, et qui plus est, une fois qu’on se tape entre nous, plus aucun espoir de s’allier pour les destituer.

                                          Les religions au lieu d’être utile à l’homme ne font que rajouter des divisions, ce qui me fait dire qu’elles sont absurdes et même nuisibles puisque potentiellement excessivement dangereuses.


                                          • Josué Finkelstein 5 novembre 2010 14:00
                                            * L’athéisme ne peut pas s’imposer et ne peut donc pas être totalitaire car on ne peut imposer ce qui n’est qu’une façon de penser même si elle est aussi simple que l’athéisme

                                            * Faut-il rappeler qu’aucun massacre n’a jamais été perpétré au nom de l’athéisme ?

                                            * Personne n’a jamais tué au nom de l’athéisme

                                            Votre naïveté me ferait doucement rire s’il ne s’agissait pas de négationnisme.

                                            • sisyphe sisyphe 5 novembre 2010 14:37

                                              Ah bon ? 


                                              Négationnisme de quoi ; vous nous expliquez ? 

                                            • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 15:53

                                              Je l’attendais celle là, j’en avais même prévenu l’auteur un peu plus haut....

                                              Les athées sont négationnistes, elle est bien bonne et Josué nous l’a faite.


                                            • Josué Finkelstein 6 novembre 2010 12:40

                                              Négationnisme des assassinats commis contre les croyants au nom de l’athéisme


                                            • kemilein 6 novembre 2010 23:35

                                              pas du tout, au nom d’une croyance d’une « race » pure et parfaite, supérieur a une autre...

                                              d’ailleurs nombre de nazi étaient croyants, tout comme les soviétiques, tout comme les fascistes et encore les franquistes.


                                            • Josué Finkelstein 7 novembre 2010 08:50

                                              Et les témoins de Jéhovah qui ont eu droit aux camps, c’est aussi à cause de leur « race » ?
                                              Et les chrétiens qui vont en camp de rééducation en Corée du Nord à cause de leur foi ?


                                            • glopy1 5 novembre 2010 14:09

                                              pas d’accord, la moral d’un athée se base sur la déhontologie même personnelle, la religion se base sur ce que dieu lui dit et a décidé pour l’humanité : chez les chretiens, pas de divorce, pas d’avortement, pas de rapport hors mariage, contre le préservatif (alors qu’on protège l’autre aussi, de 2 maux...). L’islam avec la polygamie le droit de battre sa femme. Le boudhisme ou on peut crever dans la rue c’est ton karma.


                                              • morice morice 5 novembre 2010 14:23

                                                Watremez, vous savez ce qu’il vous reste à faire : acheter une corde et monter en haut de votre croix.


                                                non, je rigole.

                                                • letailleur 5 novembre 2010 14:39

                                                  Bonjour,
                                                  Je trouve que l’auteur de cette article s’enorgueillit un peu vite de la soit disant inexistence de Dieu, c’est pourquoi je vous propose un petit peu de réflexion.Si nous ne voyons pas Dieu avec nos sens, donc il n’y a pas de preuve tangible comme le dit l’auteur, cela dit il est assez facile en vertu du principe de causalité le plus basique de prouver sa nécessité de fait, c’est d’ailleurs ce que fait St Thomas d’aquin au début de se somme théologique. Je vous retranscrit la première partie de sa réponse à la question : Dieu existe-t-il ? 

                                                  « Il est évident, nos sens nous l’attestent, que dans ce monde certaines choses se meuvent. Or, tout ce qui se meut est mû par un autre. En effet, rien ne se meut qu’autant qu’il est en puissance par rapport au terme de son mouvement, tandis qu’au contraire, ce qui meut le fait qu’autant qu’il est en acte ; car mouvoir, c’est faire passer de la puissance à l’acte, et rien ne peut être amené à l’acte autrement que par un être en acte, comme un corps chaud en acte, tel le feu, rend chaud en acte le bois qui était auparavant chaud en puissance, et par là il le meut et l’altère. Or il n’est pas possible que le même être, envisagé sous le même rapport, soit à la fois en acte et en puissance ; il ne le peut que sous des rapports divers ; par exemple ce qui est chaud en acte ne peut pas être en même temps chaud en puissance ; mais il est en même temps froid en puissance. Il est donc impossible que sous le même rapport et de la même manière quelque chose soit à la fois mouvant et mû, c’est à dire qu’il se meuve lui-même. Donc, si la chose qui meut est mûe elle-même, il faut qu’elle aussi soit mûe par une autre, et celle-ci par une autre encore. Or, on ne peut continuer ainsi à l’infini, car dans ce cas il n’y aurait pas de moteur premier, et il s’en suivrait qu’il n’y aurait pas non plus d’autres moteurs, car les moteurs seconds se meuvent en tant qu’il sont mûs par le moteur premier, comme le bâton se meut que s’il est mû par la main. Donc il est nécessaire de parvenir à un moteur premier qui ne soit lui-même mû par aucun autre, et un tel être, tout le monde comprend que c’est Dieu »


                                                  • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 15:58

                                                    C’est quoi ce baratin ?

                                                    Et dieu dans tout ça ?

                                                    Si j’avance c’est parce que je mets un pied devant l’autre et que je recommence, où est dieu ? Dans la semelle de mes godasses ? J’espère qu’il croit au pied gauche....


                                                  • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 16:27

                                                    Emile,
                                                     Ce « baratin », comme vous dites, je peux vous dire que je me le suis farci quelques fois quand j’ai sorti mes articles sur la question.
                                                     C’est impossible de faire la fusion des idées.
                                                     Les autres diront que cela fait partie de la Foi.
                                                     Là, cela devient indiscutable.
                                                     A lire « Je crois moi non plus : Dialogue entre un évêque et un mécréant »
                                                     Très intéressant et amusant à lire.


                                                  • foufouille foufouille 5 novembre 2010 17:21

                                                    dieu est la crotte qu’on ecrase du pied droit


                                                  • romaeterna romaeterna 6 novembre 2010 00:03

                                                    foufouille, je dirais plus :

                                                    allah/dieu est un trou du cul et les mahométans/jesuchristins sont ses étrons


                                                  • letailleur 5 novembre 2010 14:52

                                                    Il faudrait beaucoup plus que cette démonstration de l’existence de Dieu pour rectifier toutes les erreurs et partis pris de l’auteur mais dans un premier temps c’est déjà bien.
                                                    J’ajouterai juste que dans les propos du pape, il n’a rien de problèmatique, mais c’est la compréhension de l’auteur qui est mauvaise. Premièrement, l’enfer, dans la religion c’est la privation de Dieu, donc rien d’étonnant quand il dit qu’un monde sans Dieu est un enfer.
                                                    Il ne dit pas non plus que tous les athées sont les mêmes, il dénonce une société dans laquelle l’athéisme s’est généralisé. Personne n’est visé, il ne fait que constater des faits.
                                                    Enfin lorsqu’il parle de  peuples vivent dans la présence de Dieu, l’adorent en vérité et écoutent sa voix, il faut bien comprendre que ce sont des peuples qui vivent dans la compréhension de la religion et non pas dans telle ou telle fondamentalisme pseudo-religieux.

                                                    Bref, pour l’auteur soyez un peu objectif, et pour les autres qui le sont un peu, trouvez une erreur dans la démonstration de St Thomas d’Aquin ou rendez vous à l’évidence


                                                    • krachunka 5 novembre 2010 15:30

                                                      Bin je m’excuse mais dire « je ne peu me pousser tout seul » ne me suffit pas pour croire en dieu !!

                                                      Ce que dit ce brave homme n’est pas faux mais ce principe de démonstration est le même depuis la nuit des temps : je ne comprend pas tout donc dieu existe !

                                                      L’erreur dans ce texte est juste la conclusion : "Donc il est nécessaire de parvenir à un moteur premier qui ne soit lui-même mû par aucun autre, et un tel être, tout le monde comprend que c’est Dieu .

                                                      Moi j’aurais plus envie de dire que c’est le big bang le moteur premier ! Certes on peut toujours objecter : « quel est le moteur du Big Bang » mais dans ce cas l’honneteté pousse également à poser la question : « Quel est le moteur de Dieu » !


                                                    • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 16:00

                                                      Putain de libéraux z’ont même privatisé dieu.... smiley


                                                    • foufouille foufouille 5 novembre 2010 17:25

                                                      « Premièrement, l’enfer, dans la religion c’est la privation de Dieu, »
                                                      donc l’enfer est une grosse teuf eternelle
                                                      il doit etre vide le paradis


                                                    • cob 5 novembre 2010 17:49
                                                      • dans ce cas l’honneteté pousse également à poser la question : « Quel est le moteur de Dieu » !
                                                      On vous rétorquera quelque chose dans ce goût-là : « Dieu est incréé, parce qu’il est l’Éternel, etc, etc... ». En somme, les théistes sont satisfaits par l’idée que Dieu serait une entité incréée, mais trouvent impensable que ce qualificatif puisse être appliqué à l’Univers seul.

                                                    • romaeterna romaeterna 6 novembre 2010 00:05

                                                      letailleur : comme je disais plus haut
                                                      Le diable est dans les nuances.
                                                      Seriez-vous, un adepte de Satan ?


                                                    • Aafrit Aafrit 5 novembre 2010 15:03

                                                      La religion a été à une époque indispensable pour aider les hommes et les sociétés à s’organiser, à donner des explications à l’ensemble des phénomènes visibles ou pas, à donner un sens à leurs vie grâce à ces ensembles de mythes : rites, paroles, cultes, croyances trouvent leur sens dans ces mythes. c’était un outil pour découper le monde et pour s’organiser dans une communauté.Et c’est parce que pour chaque philosophie il y a un théoricien (plus ou moins visible ou carrément invisible) et un porte parole, un messager qui explique de quoi il s’agit :
                                                      Le théoricien est un dieu, on lui attribue toutes les qualités positives valorisées et reflètant l’esprit de chaque communauté (dieu puissant, masculin, viril, clément et méchant à la fois ?, il dit une chose une seule et il se cache
                                                      et c’est son messager qui doit expliquer aux cancres et c’est lui qui éclaire les zones d’ombres ainsi que les nouvelles productions sociales et culturelles dont dieu n’avait pas parlées.
                                                      La dualité : récompense/chatiment pour les bon éleves d’un coté et les cancres de l’autre.
                                                      Bref, en gros c’est ça. Grâce à la religion, on a des excercices de l’ âme, cet interminable dialogue entre âme juste et âme corrompue, mysticisme par ce long voyage qui a pour fin la quête du beau ultime, du bien ultime, du pur ultime, le bonheur ultime, etc, etc. Bref,d’un coté sauver l’homme de ce piège d’animalté qui le guète, de l’autre s’élever et s’approcher de l’image que l’on attribue à un Etre supreme, qui n’est autre qu’une production humaine attribuée à tort à dieu qui n’existe pas, et s’il existe il n’est en aucun cas une entité objective, c’est un produit de l’esprit humain, une entité subjective partagée avec ses semblables : invitation, consentement, violence,etc,etc.


                                                      Plus besoin, normalement, ni de religion ni de dieu pour gérer nos affaires. L’homme a grandi, a évolué depuis et est devenu Dieu avec quelques imperfections. Pour que ça marche, il faut que les deux Dieux soient athées :
                                                       L’homme d’aujourd’hui et le Dieu classique, tous les deux imparfaits , aucun des deux ne doit croire en l’autre.
                                                      Donc l’homme d’aujourd’hui a plus besoin d’athéisme que d’autre chose. S’il y a encore ceux qui croient (même beaucoup), je les en félicite, je les respecte, je les comprends car cela donne sens à leurs vies, ça les aide aussi à surpasser leurs peines, leurs douleurs, les épreuves dures ; mais il faut qu’ils comprennent que si leurs croyances sont capables de faire des choses bien, elles peuvent faire d’autres pas bien du tout.

                                                      L’Univers et la vie ? Oui une classique smiley
                                                      Si tout l’univers, la vie restent un mystère, il ne faut pas essayer d’expliquer une ignorance par une autre.


                                                      • Octavarium Octavarium 5 novembre 2010 15:21

                                                        « pour les autres qui le sont un peu, trouvez une erreur dans la démonstration de St Thomas d’Aquin »

                                                        Elle est bancale sa pseudo-démonstration !
                                                        Il commence par dire « tout ce qui se meut est mû par un autre » puis conclut "Donc il est nécessaire de parvenir à un moteur premier qui ne soit lui-même mû par aucun autre, et un tel être, tout le monde comprend que c’est Dieu« .

                                                        Il pose donc un postulat, et il en déduit »mon postulat ne fonctionne pas, donc Dieu existe, halleluja !"
                                                        Ça n’a aucun sens...

                                                        J’ai gagné quoi ?


                                                        • latitude zéro 5 novembre 2010 15:23

                                                          Je suis athée , le rejet des religions est venu très tôt chez moi , et je ne résiste pas à reprendre Brel .
                                                          « Mais tu n’es pas Dieu, tu es bien mieux que ça, tu es un homme »

                                                          Si les religions rejettent les athées, il y a plusieurs raisons pour ça , qui expliquent entre autre que ces religions aient perduré jusqu’à nos jours, malgré la nouvelle religion ( contradictoire) de l’individualisme et du culte de la réussite « sociale » .

                                                          La principale est que les religions servent les « élites » . elles sont donc aidées en ce sens pour répandre leur doctrine

                                                          Ensuite, sans Dieu et son « pack » de moralité et de soumissions, une morale serait à inventer, et beaucoup s’y sont essayé.

                                                          Le danger pour eux , les « puissants » , seraient de laisser le champ libre à une autre forme d’idéalisme et d’espoir , comme par exemple l’homme nouveau de Che Guevara .
                                                          Laissé les hommes, le peuple, réfléchir ensemble sur ce que devrait être le monde, sans compromissions.

                                                          Laisser libres, EN DEHORS D UNE RELIGION, les idées de solidarité, de gratuité, d’entraide, et d’amour sont pour les « possédants » le suprême danger.

                                                          L’athéisme est donc un danger pour eux qu’il faut combattre .
                                                          La religion, une relique a conserver à tout prix


                                                          • JL JL 5 novembre 2010 15:31

                                                            « Si les religions rejettent les athées, » (latitude zéro)

                                                            Ne serait-ce plutôt pas l’inverse ?

                                                            Bon, mais je vous taquine. Je suis d’accord avec vous. Disons que les religions craignent les esprits libres.


                                                          • latitude zéro 5 novembre 2010 16:23

                                                            Salut JL
                                                            OK , Je voulais dire « si les religions combattent l’athéisme » ... ( et quelque part quand même donc rejettent les athées !!)

                                                            les religions craignent les esprits libres.
                                                            Ce sont surtout les oligarques en place du moment , qui ont instrumentalisé la religion, ce depuis leurs origines
                                                            Même si ça parait moins visible aujourd’hui, il en reste assez pour , par exemple, provoquer une « guerre de religion » ou un « choc des civilisations »


                                                          • Jéjé Jéjé 5 novembre 2010 15:29

                                                            Pour ma part, j’ai toujours pensé que la religion était un moyen de contrôler les masses et les populations, effrayées par ce qu’elles n’arrivaient pas à comprendre (phénomènes météorologiques, fonctionnement du monde qui les entoure etc etc...), et qui, utilisée à des fins audacieuses par des hommes à l’imagination (très) fertile, permettait un certain clivage des pensées, une façon d’être et de vivre, mais à vocation purement réductrice de l’activité physique, philosophique et psychologique humaine. 

                                                            Après, l’on ne peut empêcher les gens de croire, et je suis intimement persuadé que la foi à sans doute un lien très étroit avec une partie dans notre cerveau dédiée à l’espoir, s’atrophiant ou s’hypertrophiant en fonction de la condition religieuse dans lequel l’individu évolue, mais peut-être que l’auteur pourrait m’éclairer un peu plus ? smiley

                                                            • Olivier Bach 5 novembre 2010 18:26

                                                              A Jéjé,


                                                              Le cerveau se construit par l’éducation. Aucune partie n’est dédiée à l’espoir. Les dernières découvertes sur le cerveau que j’expose dans mon livre, restent méconnues. Je proposerai un article prochainement sur ce sujet.


                                                            • ffi ffi 6 novembre 2010 01:09

                                                              C’est l’histoire d’un mec qui va voir son psy.

                                                              Il lui dit, docteur, je ne sais pas ce que j’ai, je suis perturbé.

                                                              Le docteur lui répond : ça doit être un excès de sécrétion de noradrénaline.
                                                              Le patient demande au médecin : puis-je contrôler moi-même cette sécrétion ?

                                                              Le médecin répond :
                                                              il y a deux manières, mais chacune entraîne une dépendance.
                                                              - la première, c’est acheter des médocs en pharmacie.
                                                              - La seconde, c’est aller à la messe tous les dimanches.

                                                              Que me conseillez-vous docteur ? demanda le patient.

                                                              La seconde, au moins c’est gratuit et en plus vous rencontrerez du monde.


                                                            • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 15:30

                                                              On ne vous a pas dit ?
                                                              Je suis dieu. Priez pour moi....
                                                               smiley



                                                              • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 15:47

                                                                "Du fait de sa terminaison en « isme », l’athéisme se doit d’être une doctrine, une théorie, une idéologie. Elle est par définition la doctrine des athées.« 

                                                                et à fortiori :

                                                                 »Du fait de sa terminaison en « isme », le christianisme se doit d’être une doctrine, une théorie, une idéologie. Elle est par définition la doctrine des chrétiens".

                                                                CQFD


                                                              • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 15:58

                                                                Pour info, en quelques phrases, l’idéologie de l’athéisme que prêche Richard Dawkins (je n’ai fait que recopier) :
                                                                 1 : On ne pourra jamais prouver que dieu existe ou non.
                                                                 2. La science doit affirmer ou nier l’existence de dieu
                                                                 3. Prier pour les malades ne les guérit pas
                                                                 4. Les 5 preuves de Thomas d’Aquin ne prouvent rien
                                                                 5. L’affirmation « j’ai moi-même vu ou entendu dieu » ne tient pas la route
                                                                 6. Les écritures ne révèlent pas l’existence de dieu
                                                                 7. L’écrasante majorité des scientifiques sont athées.
                                                                 8. Mieux vaut ne pas croire en dieu, votre vie n’en sera que meilleure
                                                                 9. Les théories créationnistes n’expliquent pas l’émergence de la vie
                                                                10. Les chainons manquants ne prouvent pas l’existence de dieu
                                                                11. la religion est un produit dérivé
                                                                12. Les religions sont des virus
                                                                13. le cerveau est perméable aux idées religieuses
                                                                14. On n’a pas besoin de dieu pour être bon
                                                                15. Dire que dieu a créé le monde en six jours, c’est de la maltraitance
                                                                16. Dieu ne console pas
                                                                17. Même sans dieu, la vie a un sens
                                                                18. Etre athée rend heureux.

                                                                A vous de contester ou d’approuver, bien sûr.
                                                                 smiley 


                                                              • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 16:19

                                                                Et le charisme la doctrine des chars
                                                                Et l’idéologisme celle des idées au logis

                                                                Et le vichysme la doctrine des pastilles ...


                                                              • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 18:22

                                                                Salut Guy, Tu as écouté Ringlet à Matin Première ?
                                                                J’ai toujours trouvé ce type formidable, il a de nouveau tapé là où il faut.


                                                              • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 18:41

                                                                Salut Shay,

                                                                Bien sûr que j’ai écouté Ringlet à Matin Première.

                                                                "J’ai toujours trouvé ce type formidable, il a de nouveau tapé là où il faut."
                                                                Absolument. J’aime les gens qui ne roulent pas les mécaniques et qui nagent parfois entre deux eaux.
                                                                 smiley



                                                              • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 novembre 2010 16:13

                                                                Vous avez raison l’athéisme n’est pas une idéologie, dès lors qu’il est vécu par les individus comme une revendication de liberté vis-à-vis des dogmes moraux religieux et moraux irrationnels qui se présentent comme des valeurs absolues qui doivent valoir pour tous les hommes, croyants ou non. 


                                                                Mais ils le devient lorsque cet athéisme devient une idéologie d’état qui prétendrait s’imposer à tous ce qui en ferait sinon une religion au sens propre, au moins une dogmatique aussi totalitaire que peut l’être une religion devenue religion d’état.

                                                                L’histoire montre que dès lors que l’état n’est pas laïque, et l’état athée ne l’est pas plus que l’état théocratique, il est toujours tenté de présenter les autres comme des ennemis que l’on charge des pires excès (diabolisation) et que l’on doit éliminer par tous les moyens de la propagande et de la répression violente, voire exterminatrice. L’église catholique devenue église officielle n’a pas historiquement échappé à cette tentation, c’est le moins que l’on puisse dire ? .

                                                                 Si aujourd’hui les églises ont changé (chez nous ) c’est que dans le contexte de la laïcité, à savoir de l’agnosticisme d’état, la laïcité s’est imposée contre elles et qu’elles ne peuvent politiquement plus interdire l’expression des croyances et des incroyances, y compris l’athéisme. 

                                                                Que le pape cherche à intimider ceux qui ne croient pas et à susciter la haine contre eux est une survivance de la tentation de fonder la vie sociale sur un pouvoir théocratique perdu chez nous, mais qu’il aimerait bien voir restauré, au moins partiellement (laïcité positive) . Ce qui veut dire qu’il faut continuer cette lutte pour la laïcité dont l’acceptation implique la liberté d’expression de l’athéisme philosophique, sans pour autant dramatiser, ce que vous faites très bien...

                                                                • Emile Red Emile Red 5 novembre 2010 17:23

                                                                  Comment un concept non idéologique pourrait devenir dogmatique sans s’appuyer sur une idéologie ?

                                                                  Encore une fois ce n’est pas l’athéisme qui fait d’un état une dictature, c’est l’idéologie mise en œuvre qui fait de l’athéisme un outil conditionnel erronée.
                                                                  On retrouve la même ambivalence qui utilise le nihilisme.

                                                                  Pour qu’il y ait une dogmatique athée, il faut une pensée athée, or, le propre de l’athéisme est d’être un fait qui ne se situe jamais au niveau de la pensée, sinon nous retombons invariablement dans le doute de l’agnosticisme.

                                                                  Vous amalgamez athéisme, ensemble vide, et anticléricalisme, ensemble plein, celui-ci se peut très bien dogmatique et pourquoi pas agnostique.

                                                                  La laïcité n’est en aucun cas plus éloignée de l’athéisme que de l’agnosticisme à la différence que l’athéisme est un laïc systémique alors que l’agnostique peut l’être ou pas. Il est fallacieux de faire d’agnosticisme d’état un synonyme de laïcité, preuves en sont, aujourd’hui, de nombreux états Européens plutôt agnostiques et loin d’être laïcs (Italie, Portugal, Pologne, Grèce).

                                                                  L’agnosticisme d’état ne s’est jamais opposé aux tentatives hégémoniques de quelque église que ce soit, voir s’en sont servi pour asseoir leur pouvoir (Italie de Mussolini, Grèce des colonels et toute la ribambelle de dictatures Sud-Américaines)


                                                                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 novembre 2010 18:49

                                                                  L’agnosticisme individuel est :


                                                                   Soit un athéisme qui n’ose pas dire son nom. Le seul fait de se dire agnostique en effet signifie que l’on ne se réfère plus à Dieu pour vivre (ou comme fondement du sens de sa vie) et que donc on est aussi pratiquement a (privatif) thée : on vit sans la croyance en un un Dieu qui ordonne notre vie car on ne sait pas s’il existe ou non). 

                                                                  Soit, une croyance soft, si l’on continue à vivre selon la parole divine sans savoir si Dieu existe on estt toujours pratiquement dans la croyance, croyance douteuse mais sans réelle différence avec celle du croyant convaincu. : on reste donc croyant sans (se) le dire vraiment ne serait-ce que par tradition.

                                                                  Quant à l’état laïque, il n’ a pas à se prononcer sur question de l’existence de Dieu ; il est donc au sens propre agnostique par principe et non pas athée, sauf à faire de celui-ci une contre-religion. et donc à ne plus être laïque.

                                                                  Élémentaire mon cher ami agnostique : la seule question est donc de savoir si vous vivez avec ou sans Dieu. Les églises ne sont se sont pas trompées en traitant les agnostiques d’athées (ce qu’elles font toutes et toujours) et les croyants incertains qui vivent selon la tradition religieuse de croyants qui sont dignes de communier et de recevoir les sacrements religieux.

                                                                • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 19:19

                                                                  Bonsoir Sylvain,
                                                                   Quand j’ai écrit mon triptyque « Le ciel pour horizon », je me suis affublé le titre d’« agnostique ».
                                                                   Attention pas un dieu à tête humaine.
                                                                   Pour moi, dieu est probablement un virus.
                                                                   La nature, la vie voilà où je trouve mon inspiration.
                                                                   Je terminais mon texte par :
                                                                  "Moi, sur un chemin parallèle, un soir, attablé devant des mets délicieux, je contemplerai la mer, le ciel et Toi, Soleil, Toi qui, majestueux, descends rougeoyant de tous tes feux. Le frémissement de la bise comme cantique. Je saurai que Tu m’auras invité dans Ta Cène et, alors, Ta messe recommencera. Je T’aurai rencontré une fois de plus avec Akhenaton à mes côté. Alors, je prendrai photos sur photos, tout excité. Mon Dieu que je serai fier de Te montrer à mes amis  ! Et je n’aurai plus jamais peur. Plus peur, car je saurai que le lendemain, au même endroit, à la même heure, Tu seras là, fidèle au rendez-vous, solennel jusqu’à la fin des temps. J’aurai trouvé ainsi mon horizon et une raison de vivre à mon époque !"


                                                                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 novembre 2010 08:47

                                                                  Mais à regarder le soleil en face, on n’obtient que l’aveuglement ! Il vaut mieux en jouir indirectement par les caresses et les bienfaits, ne serait-ce que la vie elle-même, qu’il nous offre....


                                                                  Platon prétendait que le philosophe à force de s’habituer aux idées pourrait supporter ou dépasser la morsure du soleil en une jouissance infinie, mais il s’empressait d’ajouter qu’il lui faudrait retourner sur terre pour accomplir sa mission : éclairer les hommes de la caverne...

                                                                  Mais Platon croyait au ciel des idées comme fondement de toute réalité authentique et refusait les plaisirs sensibles excédant les besoins naturels et nécessaires comme illusoires.. Ce qui n’est manifestement pas votre cas, tant mieux pour vous.



                                                                • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 6 novembre 2010 08:47

                                                                  Mais à regarder le soleil en face, on n’obtient que l’aveuglement ! Il vaut mieux en jouir indirectement par les caresses et les bienfaits, ne serait-ce que la vie elle-même, qu’il nous offre....


                                                                  Platon prétendait que le philosophe à force de s’habituer aux idées pourrait supporter ou dépasser la morsure du soleil en une jouissance infinie, mais il s’empressait d’ajouter qu’il lui faudrait retourner sur terre pour accomplir sa mission : éclairer les hommes de la caverne...

                                                                  Mais Platon croyait au ciel des idées comme fondement de toute réalité authentique et refusait les plaisirs sensibles excédant les besoins naturels et nécessaires comme illusoires.. Ce qui n’est manifestement pas votre cas, tant mieux pour vous.


                                                                • L'enfoiré L’enfoiré 6 novembre 2010 09:03

                                                                  Bonjour Sylvain,
                                                                  "Mais à regarder le soleil en face, on n’obtient que l’aveuglement ! Il vaut mieux en jouir indirectement par les caresses et les bienfaits, ne serait-ce que la vie elle-même, qu’il nous offre...."

                                                                  Tout à fait. Je n’exprimais pas autre chose.


                                                                  "Platon prétendait ... éclairer les hommes de la caverne...« 

                                                                  C’est en effet, un peu ce qu’on est occupé par ici en exprimant quelques idées.

                                                                   »Mais Platon croyait au ciel des idées comme fondement de toute réalité authentique et refusait les plaisirs sensibles excédant les besoins naturels et nécessaires comme illusoires.. Ce qui n’est manifestement pas votre cas, tant mieux pour vous."

                                                                  En effet. J’aime ce qui tangible. Les idées ne sont qu’un transit avant l’effectivité qu’elles devraient apporter.
                                                                   smiley


                                                                • Abderraouf 5 novembre 2010 17:10

                                                                  Un article sur et pour les athées c’est bien, comme ça ils lâchent un peu les croyants smiley … Euh non ... de toute évidence, c’est raté !

                                                                  Il est certains athées obsédés par la foi et par les croyants,

                                                                  Il en est d’autres obsédés par la terre sainte...

                                                                  Il en est d’autres encore, plus croyants que les croyants puisqu’ils sont satanistes,

                                                                  Il en est enfin qui ne sont rien de tout ça et qui ne se sentent pas obligés d’agresser ni de militer « contre » qui que ce soit. A mon humble avis, seuls ceux là peuvent se prétendre athées.

                                                                  Cela dit je ne suis pas spécialiste hein. Pas sur la tête siouplait.


                                                                  • diego149 diego149 5 novembre 2010 18:27

                                                                    Le pape est le chef de l’église catholique, donc il s’adresse aux catholiques. Ecoute son message qui veut. Que je sache il n’appelle pas au meurtre des athées . Je suggère à l’auteur de lire les joyeusetés qui se disent dans le Coran sur les mécréants et les apostats.
                                                                    Je pense que les sectes évangélistes, mormons, et autres baptistes qui se développent à vitesse V sur le continent latino américain sont beaucoup plus dangereuses, à mon avis que les catholiques.
                                                                    Toutes ces sectes forment de parfaits petits soldats à la solde des intérêts des « gringos ».


                                                                    • cmoy patou 5 novembre 2010 18:28

                                                                      Ainsi, quand bien même dieu serait un fait réel scientifiquement établi, on pourrait d’autant plus en vivre sans la connaissance de ce fait que, à la naissance à la vie, on continuerait d’être parfaitement ignorant de cette connaissance particulière comme de toutes les autres connaissances en général. 


                                                                      Danger mais pour qui ?

                                                                      • Shaytan666 Shaytan666 5 novembre 2010 18:30

                                                                        Ce texte a été publié en 2002 donc sous le pontificat (responsable des ponts de Rome) de JPII mais il est toujours d’actualité.  smiley

                                                                        Le Pape autorise l’ordination des non-croyants

                                                                        CITE DU VATICAN (EAP) - Dans son encyclique « Ex Nulla Fide » publiée la semaine dernière, le souverain pontife a ouvert la voie de la prêtrise aux non-croyants. Désormais, athées et agnostiques pourront s’ils le désirent accéder au sacerdoce.

                                                                        Beaucoup interprètent ces instructions comme du simple bon sens. Même si la position religieuse d’un prêtre peut varier au cours de sa vie, l’Eglise considère en effet qu’il reste lié par ses vœux. Si l’on reste prêtre quand on est devenu athée, pourquoi interdire aux incroyants la carrière sacerdotale ?

                                                                        « Jésus lui-même nous a montré cette voie » explique le cardinal Joseph Ratzinger, responsable de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi au Vatican. « Dans Jean 5:29, n’a-t-Il pas dit ’et ils sortiront, ceux qui auront pratiqué le bien, en résurrection de vie ; et ceux qui auront fait le mal, en résurrection de jugement’. La foi n’est donc nullement nécessaire au salut, et donc à l’exercice de la prêtrise. »

                                                                        « Les règles précédentes étaient de toute façon inapplicables » renchérit le père Marcel Olier, responsable du Grand Séminaire de Saint-Sulpice (Issy Lès Moulineaux). « La foi est une conviction intérieure, et ne peut faire l’objet de décret. Etions-nous censés passer les séminaristes au détecteur de mensonges ? »

                                                                        Evolution doctrinale

                                                                        Le pape Jean-Paul II avait déjà préparé les esprits il y a quelques mois, en annonçant que les athées méritants seraient accueillis au paradis après leur mort. Cependant, cette déclaration avait été interprétée à l’époque comme un trait d’esprit du Saint Père. En effet, selon la religion catholique, les habitants du paradis n’ont d’autre activité que de proclamer les mérites du dieu chrétien.

                                                                        Même si la presse généraliste a surtout relevé qu’il s’agissait de la première encyclique publiée sur Internet, plusieurs experts pensent que ce texte annonce un changement en profondeur de la doctrine catholique.

                                                                        « Contrairement à ce que croient bien des chrétiens, on peut être à la fois religieux et athée » explique le théologien André Raymond. « Des millions de bouddhistes en sont la preuve. Egalement, les doctrines confucianiste et taoiste permettent aux fidèles de vivre leur religion sans entretenir de croyance en aucun dieu. Je pense donc que nous allons assister dans les prochaines années à un bouleversement du dogme catholique, qui va ainsi s’adapter au monde moderne en incorporant une composante athée. »

                                                                        Selon André Raymond, certains de ses contacts à la Conférence des Evêques de France évoquent la tenue d’un concile dans ce sens avant la fin de la décennie.

                                                                        Réactions mitigées

                                                                        « C’est le propre de l’obscurantisme que d’avancer masqué », s’emporte Ellen Johnson, présidente de l’organisation American Atheists dans le New Jersey. « Il est clair que les catholiques cherchent à contourner le Premier Amendement sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, en se présentant comme un simple mouvement philosophique. Vous voulez obtenir des financements fédéraux pour vos entreprises de propagande théiste ? Eh bien messieurs, la manœuvre a échoué ! »

                                                                        Notons cependant qu’au sortir du bureau de la présidente, plusieurs permanents nous ont demandé le montant du salaire d’un ecclésiastique, à des fins de « négociation salariale. »

                                                                        Beaucoup de croyants de base avouent leur perplexité, à l’inverse des réactions généralement positives de la hiérarchie catholique. « J’ai toujours encouragé le dialogue avec les athées, ces âmes corrompues par Satan » se défend Anne Terrois, 32 ans, directrice d’une petite manufacture de crucifix à Nice (Alpes Maritimes). « Mais cela va vraiment trop loin. A présent, quand un prêtre me parlera, comment puis-je être certaine qu’il croit un seul mot de ce qu’il me raconte ? »

                                                                        Bien que tempérée par une volonté de dialogue œcuménique, l’opposition des principales obédiences protestantes est bien plus catégorique.

                                                                        « Nous appelons les vrais chrétiens qui sont encore catholiques à rejoindre l’Eglise Réformée la plus proche de leur domicile » tonne le révérend Jerry Falwell. « L’hérésie papiste a enfin tombé le masque et dévoilé son vrai visage, celui de la Prostituée de Babylone ! Seule la foi en Jésus permet le salut des âmes, comme le dit Marc 16:16 ’Celui qui croira et sera baptisé, sera sauvé ; celui qui ne croira pas, sera condamné.’ »

                                                                        Nous n’avons pas pu joindre le porte-parole des catholiques traditionalistes, actuellement en réanimation pour un problème cardiaque.

                                                                        Foi et sacerdoce

                                                                        Dans un développement qui n’était probablement pas anticipé par le Saint Siège, plusieurs dizaines de milliers de prêtres et religieux catholiques ont saisi l’occasion de cette encyclique pour révéler leur athéisme.

                                                                        « J’ai rapidement compris qu’il n’y avait pas plus de preuves de l’existence du dieu chrétien que de celle de Vishnou ou du Père Noël » dit le père Jacques Normand, 65 ans, qui nous reçoit dans son presbytère de l’église romane de Fessenheim (Alsace). « Cependant je n’aime pas le travail manuel, et avec ma formation, quel autre métier me permettrait-il d’avoir un toit, de rester propre et de jouir de l’estime relative de mon entourage ? »

                                                                        D’autres prêtres athées ont une vue plus positive de leur situation. « Je suis reconnaissant à l’Eglise de m’avoir permis de poursuivre mes études d’histoire dans des conditions matérielles correctes », nous a déclaré le père Antoine Lehrner, 47 ans, prêtre à la paroisse de la Madeleine (Paris 8e).

                                                                        Le père Lehrner a ainsi entamé une série de sermons dominicaux sur le thème des ’Crimes de l’Eglise, des Croisades à l’Holocauste’. « De toute ma carrière de prêtre, je n’ai jamais vu une assistance aussi nombreuse et passionnée. Des huées des uns aux applaudissements des autres, mon sermon n’a laissé personne indifférent ! Il y avait tellement de monde que je pense demander à disposer de Notre-Dame de Paris dimanche prochain. Bien sûr, personne n’est resté pour la suite de l’office, mais j’ai de toute façon l’intention de supprimer cette partie de la liturgie dans mes prochaines messes. »

                                                                        « Pour ma part, j’ai choisi de réformer l’Eglise de l’intérieur » affirme le cardinal Jean-Yves Goffle, 63 ans, archevêque de Genève et athée depuis 32 ans. « De toute façon, dépouillé de ses oripeaux théistes, que reste-t-il du Nouveau Testament ? Des affirmations péremptoires, des paraboles mièvres, des règles de vie uniquement justifiées par des menaces et des promesses de récompense post-mortem. Si vous voulez des lectures morales pour adultes, regardez plutôt du côté de Confucius. »

                                                                        Le cardinal Goffle prépare depuis plusieurs années une réfutation complète de la Summa Theologica de Thomas d’Aquin, qu’il publiera au printemps prochain aux Editions du Cerf. Il promet de présenter sa candidature lors du conclave qui sera convoqué après le décès de l’actuel souverain pontife.

                                                                        Prêtrise et vocation

                                                                        L’un des objectifs inavoués de la récente encyclique est probablement d’enrayer la chute des vocations. Malgré cela, les candidats à la prêtrise semblent peu nombreux au CRSA, le centre de recrutement sacerdotal pour athées que l’Eglise de France a ouvert au 26, rue de l’Abbé Grégoire (Paris 6e).

                                                                        Les permanents ont en effet reçu des consignes strictes pour écarter ces chrétiens qui, par peur du chômage, se feraient passer pour athées afin d’accéder à la prêtrise.

                                                                        Nous avons interrogé l’un de ces candidats malheureux, que nous appellerons Jean-Marc. La quarantaine mal rasée, vêtu d’un grand imperméable fripé, il nous a raconté son entrevue.

                                                                        « Je voulais devenir prêtre car je connais l’attitude très souple de l’Eglise concernant, disons... les relations affectives avec une grande différence d’âge » explique Jean-Marc. « Mais ils ont repéré très vite que j’étais croyant. Tout se passait bien lorsque l’un des examinateurs a éternué. Sans réfléchir, j’ai dit ’Dieu vous bénisse’, et ils m’ont aussitôt jeté dehors en me traitant de grenouille de bénitier. Jésus-Marie-Joseph, ils sont vraiment trop forts ! »

                                                                        Interrogé sur l’ordination des femmes, le cardinal Joseph Ratzinger (maintenant pape. ndlr) nous a indiqué qu’elle n’était « pas d’actualité. »


                                                                        • Aafrit Aafrit 5 novembre 2010 18:58

                                                                          « Et dieu ordonna à tous les hommes de donner tout ce qu’ils ont de précieux à Aafrit, et qu’ils le fassent dès qu’ils lisent et subrepticement.Dieu ne plaisante que rarement ». Lesses Crocs 2-50.



























                                                                          Ps : quelqu’un dans le filet ? Voilà le numéro de compte au cas où : 0127********3***23j54755 smiley


                                                                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 5 novembre 2010 19:07

                                                                          Si ce texte est authentique , mais je n’ai pu le trouver et j’ai un doute, cela signifie qu’un prêtre n’a plus à enseigner la christianisme comme religion révélée (Jésus fils de Dieu et Dieu incarné, selon la trinité), mais une vague morale laïque sans fondement religieux.


                                                                          Alors pourquoi une église qui se réclame d’une religion ?

                                                                          L’état peut tout autant (et même mieux) enseigner une morale laïque ou a-religieuse.

                                                                        • L'enfoiré L’enfoiré 5 novembre 2010 19:49

                                                                          Sylvain,

                                                                          « L’état peut tout autant (et même mieux) enseigner une morale laïque ou a-religieuse. »
                                                                          Je ne connais pas la « règle » en France.
                                                                          Mais en Belgique, les circuits de l’enseignement sont bien dissociés.
                                                                          L’ULB (Université Libre de Bruxelles) et l’UCL (Université Catholique de Louvain)
                                                                          A l’athénée, il y a les cours de morale et de religions.

                                                                          Juste une constatation qui démontre la tendance.
                                                                          Vous écrivez « Dieu ».
                                                                          J’écris « dieu »
                                                                           smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès