• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La laïcité des musulmans

La laïcité des musulmans

Par Mohamed El Khamlichi.

La laïcité est un concept qui a fait couler beaucoup d’encre en Occident et dans le monde musulman. Les oulémas et les intellectuels musulmans ont le plus souvent nourri une hostilité farouche à l’égard de la laïcité dans l’imaginaire des sociétés musulmanes. La laïcité est perçue comme une nouvelle forme d’athéisme, puisqu’elle tolère la séparation de l’Etat et de la religion, comme disent les Occidentaux, ou bien la mise à l’écart de la religion par rapport à l’Etat et à la vie, comme pensent beaucoup de musulmans.

La laïcité constitue en fait un concept complexe qui nécessite une réflexion approfondie, une réflexion qui relativiserait les approches des uns et des autres. Néanmoins, si l’on retient la vision la plus simple et la plus répandue de la laïcité, on découvrira qu’il n’y a pas plus laïques que les musulmans !

Si de l’avis des musulmans la vision occidentale éloigne la religion de la vie, le tort des musulmans est qu’ils éloignent la vie de la religion. Du coup, malgré les apparences et des positions qui semblent opposées, le résultat est le même, qui est de couper le lien entre le spirituel et le temporel. En attendant le sort de chacun dans l’au-delà, ce qui est certain, c’est que dans ce monde la rupture a produit des résultats différents. La laïcité de l’Occident a amorcé son progrès ; la laïcité des musulmans a contribué à leur décadence.

LAICITE DE L’OCCIDENT

L’Histoire nous apprend que l’Europe a connu au Moyen-âge une époque sombre et ténébreuse. Elle nous apprend aussi, qu’aux mains de l’Eglise, la religion fut un instrument redoutable pour consacrer l’injustice, l’ignorance, la souffrance, la cruauté et tous les max qui bafouent la dignité humaine.

Le discours religieux qui concilie sans vergogne les promesses alléchantes d’une vie éternelle au paradis et les affres d’une vie indigne sur Terre ne pouvait perdurer. L’Europe prit une décision historique radicale : faire le choix de la vie et récuser définitivement la religion.

Nonobstant les réserves qu’on peut émettre à propos de cette décision, il y a lieu de reconnaître que l’Europe a excellé dans son pari de glorifier la vie. Après un long combat, les acquis en termes de droits humains, de niveau de vie, de progrès scientifique et technique, de développement économique et social…sont considérables. C’est ainsi que la laïcité a pu s’enraciner dans la culture occidentale au point de se confondre avec son identité.

Au passage, Il est important de saluer la sagesse de préserver l’intégrité de l’espace religieux et les libertés de croyance et de conscience des individus. Le communisme qui, par sa brutalité, a tenté de déraciner la religion et étouffer les libertés n’a pas fait long feu.

LAICITE EN TERRE D’ISLAM

Si l’Occident a fait le choix de déchoir la religion et célébrer la vie, en terre d’islam on a fait le choix opposé ; celui de vénérer la foi et mépriser la vie.

Les musulmans aiment se vanter que, depuis toujours, l’islam est « Dinoun wa dounya », c’est-à-dire qu’il englobe la religion et la vie. Certes, dans la tradition de l’islam, Dieu a créé l’Homme auquel Il a confié la mission de peupler la Terre et développer la vie. Pour ce, Dieu a mis à la disposition de l’Homme une infinité de ressources et lui a donné la liberté, la raison, le savoir… L’Homme est donc incité à être ambitieux dans la vie, entreprenant et combatif, encadré dans son élan par des principes et des valeurs. Cependant, le poids de la culture est souvent plus fort que le message de la religion.

La vision ancrée depuis des siècles dans les gènes de la culture du monde musulman retient qu’un « bon musulman » est quelqu’un qui manifeste autant de loyauté à la religion que de mépris de la vie. Ainsi, la religion est assimilée à une sorte de « service minimum » où le musulman s’applique à observer les rituels (prière, jeûne, lecture du Coran…), adopte une bonne conduite, et c’est tout.

Le paradoxe est que ce « service minimum » est pourtant loin d’être convenablement accompli, comme en témoigne la dégradation des valeurs dans le monde musulman. Dans l’esprit d’une majorité de musulmans ce « service minimum » est un idéal, une perfection humaine. Quant à faire preuve de volonté dans la vie, de sens de l’initiative et d’innovation, cela est perçu comme une attitude épicurienne révélatrice d’une perversion de la foi.

Le monde musulman vit, sans états d’âme, à la merci des autres nations. Il importe la nourriture, les vêtements, les médicaments, les voitures et toutes sortes de produits. Réduit au statut de spectateur de la vie et simple consommateur, le musulman se pavane, fier de sa foi, et délaisse le progrès et la technologie aux « mécréants » ; ces créatures hantées par les frivolités de la vie éphémère, se dit-il !

Un exemple révélateur est celui des pays musulmans, où chaque jour meurent dans l’indifférence des enfants, des femmes et des hommes, parce qu’ils n’ont pas les moyens de se soigner, parce qu’il n’y a pas de système de santé digne de ce nom. Bien que la préservation de la vie humaine soit unanimement reconnue comme un des objectifs majeurs de l’islam, cette situation tragique n’émeut pas la foule des croyants. La perte gratuite d’une vie humaine est vite consommée par la fatalité du « mektoub » (destin) !

Autre exemple : un « bon musulman » est quelqu’un qui pratique la prière, observe le jeune…Sauf que celui-ci considère souvent le travail comme une corvée, juste un gagne-pain, une nécessité de cette « maudite » vie. Pas de place dans son esprit au sens des responsabilités, à la conscience professionnelle et au devoir de servir la société. Pourtant, agir pour le bien-être de l’autre est bien une obligation religieuse. Cette attitude très répandue est pour beaucoup dans l’état de sous-développement qui sévit dans le monde musulman.

Le dernier exemple est celui des mouvements islamistes. Ces mouvements se considèrent les plus avisés parmi les musulmans, les plus soucieux du sort de la nation et les plus aptes à restaurer la grandeur de l’islam. L’expérience de leur arrivée au pouvoir dans plusieurs pays musulmans montre qu’ils n’ont ni vision, ni programme, ni compétence, pour résoudre les problèmes politiques, économiques et sociaux. Ils pensent que revigorer la foi est leur grande cause, tandis que le chômage, l’éducation, la santé, les infrastructures et tous les autres chantiers, ô combien utiles à la vie des gens, sont des questions secondaires.

Ainsi, les musulmans ne voient pas de lien qui mêlerait leur foi aux ambitions légitimes de l’être humain dans la vie. Par leur approche des choses, les musulmans maintiennent une séparation infondée et fatale entre la religion et la vie. Ils sont donc partisans de fait, à leur manière, de la laïcité qu’ils dénoncent.


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

87 réactions à cet article    


  • antiireac 15 septembre 14:18

    La laïcité est un bienfait pour la plupart des pays qui l’ont adopté surtout face à l’islam qui conduit l’individu à une régression.


    • OMAR 15 septembre 17:53

      Omar9

      @antiireac

      D’accord si c’est l’Islam des caves, des prédicateurs de merde et de ces wahhabites.


    • zak5 zak5 15 septembre 20:10

      @OMAR
      et des islamistes en général aussi


    • pergolese 16 septembre 10:00

      @OMAR
      Bien sûr, et les horreurs qu’on trouve dans le Coran, c’est pas l’islam peut-être ?


    • OMAR 16 septembre 12:38

      Omar9

      @pergolese

      Rien ne vous oblige de lire le Coran (à votre manière).
      .
      Et encore moins d’y croire...


    • Abou Antoun Abou Antoun 15 septembre 14:18

      Article très intelligent et très intéressant. Merci !


      • sarcastelle sarcastelle 15 septembre 14:30

        Ouais, enfin le catholicisme avant l’époque contemporaine était accessoirement le ciment de la société et l’Eglise le pourvoyeur de tous les secours sociaux. Ensuite, l’explosion des connaissance et des techniques fut l’oeuvre de scientifiques rarement athées. 

        .
        Quant au moyen âge « sombre et ténébreux », laissons parler le diable sous la plume d’André Frossard 
        .
        Je garde un très mauvais souvenir de cette époque [à cause de sa piété omniprésente], et je désespérais d’en sortir quand l’idée géniale m’est venue de lancer le mot d’ « obscurantisme », aussitôt repris avec enthousiasme par vos humanistes, qui lui ont fait un sort merveilleux. 
        .
        L’idée était d’autant plus farce que le mot venait en contradiction absolue avec l’exubérance bariolée du temps, avec la gaieté de ses costume mi-partis rouges et verts, jaunes et bleus, l’interrogation narquoise de ses chaussures à la poulaine, l’éclat de ses enluminures, l’incendie bleu de ses vitraux et la blancheur irritante de ses monastères contemplatifs. Qualifier d’ « obscur » ce carrousel permanent de couleurs et d’extravagances empanachées était un peu gros, mais avec vous la subtilité ne paie pas. Des générations de cornichons macérés dans vos établissements scolaires se sont représentés le Moyen Age sous l’aspect d’un tunnel rempli de chauves-souris, quand je ne vous apprendrai pas que c’était un dimanche matin plein d’un exécrable soleil.
        [le diable parle d’ « exécrable soleil » parce que le prince des ténèbres est un cafard lucifuge que pourraient rendre anémique les ultra-violets]


        • sarcastelle sarcastelle 15 septembre 14:37

          @sarcastelle

          .
          Extrait de  : les 36 preuves de l’existence du diable, Albin Michel, 1978. 

        • McGurk McGurk 15 septembre 14:52

          @sarcastelle

          C’est inexact. L’Eglise a effectivement abusé pendant très longtemps de son autorité sur la société. Jusqu’à la remise en cause par les protestants, les croyants ne pouvaient pas lire la bible ni même la comprendre, le corps était considéré comme un « mal » et permettait aux riches de s’ « acheter » une place au paradis.

          Elle a en revanche comme vous le dites contribué à faire évoluer la société à tout niveau, mais pas sans avoir fait de casse (peuple pauvre et plongé dans l’ignorance, société très inégalitaire inchangée pendant des siècles, etc.).


        • foufouille foufouille 15 septembre 16:55

          @McGurk
          désolé mais ce n’était pas noir et blanc.
          c’est la ripoublique qui a réécrit l’histoire.


        • McGurk McGurk 15 septembre 17:04

          @foufouille

          Pourriez-vous êtres plus précis ?


        • Pascal L 16 septembre 15:49

          @sarcastelle
          le diable parle d’ « exécrable soleil »

          Etonnant, la paradis Musulman n’a pas de soleil. Il faut plutôt y voir, que dans un désert, le soleil est l’ennemi, C’est un anthropomorphisme qui, transposé chez nous, fait plutôt penser à l’absence de lumière, et par ricochet, à l’absence de vérité.

        • Pascal L 16 septembre 16:09

          @McGurk
          L’Eglise a mis du temps à réagir après l’invention de l’imprimerie, mais elle s’est plutôt rattrapée depuis. L’utilisation du latin a aussi longtemps été un problème, d’autant plus injustifiée que la Bible a été écrite en Hébreu, les Evangiles en araméen, en Hébreu et en Grec, langues que de toutes façons peu comprennent en occident. Il n’y a jamais eu d’intention d’interdire la lecture de la Bible, mais plutôt une gestion trop endormie et des erreurs liées aux accommodations avec le pouvoir de quelques-uns. La réforme a réveillé cette Eglise là. L’Eglise n’est pas à l’origine des inégalités, c’est le fait de la recherche du pouvoir par quelques-uns. Notre société contemporaine voit également une explosion des inégalités et cela ne peut être le fait de l’Eglise devenue très minoritaire. Aujourd’hui, la création monétaire par la dette est un mécanisme merveilleux qui permet à une infime minorité de s’approprier tous les biens de la terre. Je suis sûr que les historiens compareront plus tard les effets destructifs de la prédation aux effets de la guerre de 100 ans en termes de perte de savoir. Il suffit de regarder l’évolution des effectifs des métiers à forte valeur ajoutée.


        • McGurk McGurk 16 septembre 17:35

          @Pascal L

          * « L’Eglise n’est pas à l’origine des inégalités, c’est le fait de la recherche du pouvoir par quelques-uns. »

          Tout à fait d’accord, ce qui n’a pas empêché des dérives monstrueuses de se produire et ce dans tous les domaines.

          * « L’Eglise a mis du temps à réagir après l’invention de l’imprimerie, mais elle s’est plutôt rattrapée depuis. »

          Plus ou moins. Il reste toujours des choses aberrantes, comme la condamnation du préservatif, le fait qu’il n’y ait pas de femmes qui soient nommées, l’impossibilité de se marier pour les prêtres, l’âge trop avancé de son élite et ses idées bornées, la non condamnation de la pédophilie dans la plupart des cas, etc. En Espagne, elle a tout de même réussi à faire reculer significativement le droit à l’avortement...

          J’ai plutôt l’impression que c’est un vieux dinosaure en train d’agoniser car incapable de s’adapter à la réalité et la société. Ce qui est vraiment dommage étant donné les actions entreprises par celles-ci aux quatre coins du monde...


        • Pascal L 16 septembre 21:05

          @McGurk
          Si vous n’êtes pas Chrétien, vous ne pouvez pas dire à l’Eglise ce qui est bien pour elle. Beaucoup de ses décisions sont prises d’après l’enseignement de Jésus. Même si le préservatif n’existait pas à cette époque, l’Eglise pense, à la suite du Christ, que l’amour entre un homme et une femme doit être à l’image de l’amour que Dieu a pour les hommes. Si vous n’avez jamais expérimenté ce que peut être cet amour de Dieu, il est quasi impossible de comprendre ce que l’Eglise demande, aussi l’Eglise ne vous reproche rien. Il n’est pas nécessaire d’être baptisé pour faire l’expérience de cet amour qui transforme durablement les personnes qui en font l’expérience.


          « c’est un vieux dinosaure en train d’agoniser car incapable de s’adapter à la réalité et la société » -> Pierre-Joseph Proudhon proclamait en 1851 « Le Christianisme n’en n’a pas pour 25 ans ! » et il se porte de mieux en mieux malgré votre vision pessimiste. Il a certes perdu des troupes qui n’avaient qu’une foi culturelle, mais ceux qui sont Catholiques aujourd’hui ont une foi bien plus forte qu’avant et sont bien plus nombreux à témoigner de cette foi. Vous oubliez que derrière cette foi, il y a le Christ que vous pensez mort, mais qui est bien présent, je peux en témoigner. Je pense comme vous qu’il est difficile de prier un Dieu qui ne se manifeste pas à l’humanité...

          « incapable de s’adapter à la réalité et la société » Les Chrétiens sont parfaitement à l’aise dans cette société, même s’ils n’en partagent pas tous les codes et le font savoir. Dans le Christianisme, il n’y a pas de loi ni de morale, seul l’amour, tel qu’il nous est donné par Dieu peut justifier le comportement d’un Chrétien qui bénéficie ainsi d’une très grande liberté. L’amour transcende la loi et la morale, ce qui fait que le respect de la loi ou de la morale républicaine vont de soi. Cela ne les empêche pas de proposer des améliorations. Ce que nous appelons morale chrétienne n’est qu’un pis-aller pour ceux qui n’ont pas encore rencontré Dieu.

        • zak5 zak5 16 septembre 21:31
          @Pascal L
          Beaucoup de ses décisions sont prises d’après l’enseignement de Jésus

          comme par exemple de prier dans des cathédrales fastueuses alors que le Christ dit clairement qu’il faut prier dans l’intimité dans sa chambre 

        • Pascal L 16 septembre 22:17

          @zak5
          Les Cathédrales appartiennent à tout le monde et en particulier aux plus pauvres qui ont participé à leur construction (et en ce moment aussi à l’Etat qui en est le propriétaire sans avoir participé à la construction). La beauté est un signe de la présence de Dieu et un chemin pour trouver son amour. Je suis venu à la foi avec les Chorals pour orgue de Jean-Sébastien Bach qui m’ont fait relire la Bible avec un regard neuf. Faut-ils brûler l’œuvre de Bach parce qu’elle pourrait détourner des personnes de l’athéisme ?


        • McGurk McGurk 17 septembre 23:24

          @Pascal L

          Il n’est pas nécessaire d’adhérer à tel ou tel culte pour en comprendre les limites et les dérives. Un livre religieux écrit à une époque très reculée et donc avec des idées archaïques ne reflète aucunement la réalité et la pensée de la société. La plupart des écrits ont été réalisés bien avant l’époque du Christ et ne proviennent pas de son enseignement.

          Si la hiérarchie préfère prendre au pied de la lettre tout ce qui y est écrit sans comprendre que ce sont surtout des métaphores et enseignements, alors elle participera bien à la chute de sa propre religion.

          Sur ce point, les mouvements protestants l’ont déjà compris depuis longtemps et beaucoup se portent, pour cette raison, à merveille. Leur avance sur l’Eglise catholique est sidérante et ils continuent à grand pas.

          * « « Le Christianisme n’en n’a pas pour 25 ans ! » et il se porte de mieux en mieux malgré votre vision pessimiste »

          Pas vraiment, sa population devient de plus en plus vieille et se tarit. Pas mal de personnes se convertissent à d’autres religions ou sont (deviennent) athées. Les églises sont désertes et très mal entretenues, seul un petit noyau de croyants subsiste...

          * « il y a le Christ que vous pensez mort, mais qui est bien présent, je peux en témoigner. »

          Ah oui et vous l’avez croisé dernièrement ? Si vous le revoyez, vous pourrez lui glisser un petit mot pour moi ?^^

          * « Je pense comme vous qu’il est difficile de prier un Dieu qui ne se manifeste pas à l’humanité... »

          A vrai dire, je n’ai pas besoin d’intervention divine. Je crois plutôt en ma famille, amis et maigres capacités pour pouvoir avancer.

          * " seul l’amour, tel qu’il nous est donné par Dieu peut justifier le comportement d’un Chrétien qui bénéficie ainsi d’une très grande liberté.« 

          Bah c’est là que ça coince. »Fais pas ci mais ça« , »mange pas si mais plutôt ça« , »pense ci plutôt que ça"...je préfère être libre de penser ce que je veux.


        • Pascal L 18 septembre 15:34

          @McGurk
          «  La plupart des écrits ont été réalisés bien avant l’époque du Christ et ne proviennent pas de son enseignement » Bien sûr, mais les Evangiles nous disent ce qui est important dans ces écritures anciennes et la position de l’Eglise repose uniquement sur l’enseignement de Jésus.


          « Si la hiérarchie préfère prendre au pied de la lettre tout ce qui y est écrit sans comprendre que ce sont surtout des métaphores et enseignements » 
          L’Eglise Catholique a toujours considéré que notre compréhension de l’enseignement de Jésus évoluait avec les avancées de la philosophie et de la science ainsi que par l’enseignement direct donné par l’Esprit-Saint. On est très loin d’une lecture littérale et beaucoup d’obédiences protestantes ne font pas ce chemin, préférant s’en tenir à la lettre des écritures où à une compréhension qui date des premières Eglises Chrétiennes.

          « Sur ce point, les mouvements protestants l’ont déjà compris depuis longtemps et beaucoup se portent, pour cette raison, à merveille » L’opposition systématique des protestants et des Catholiques n’est pas constructive. Je ne me plains pas des avancées des Evangélistes dans les milieux non christianisés, mais à l’échelle mondiale, le catholicisme est en nette progression. Les différences dogmatiques méritent d’être discutées calmement, mais si je suis Catholique, ce n’est pas parce que j’ai été baptisé dans mon enfance. J’ai eu ma période protestante avant de me réapproprier par la réflexion les dogmes catholiques.

          « Pas vraiment, sa population devient de plus en plus vieille et se tarit » Votre sens de l’observation mérite d’être réveillé. Peut-être que vous ne voyez que des paroisses de la campagne. Dans les grands centres urbains et leurs banlieue, c’est bien l’inverse qui se produit. Dans ma paroisse, l’église déborde le dimanche et c’est la jeunesse qui saute aux yeux. Nous préparons beaucoup d’adultes aux sacrements de l’initiation chrétienne (dont quatre protestants dont le baptême est reconnu comme valide).

          « Ah oui et vous l’avez croisé dernièrement ? »
          oui ! et je le rencontre régulièrement ainsi que l’Esprit Saint. 
          « Si vous le revoyez, vous pourrez lui glisser un petit mot pour moi ? »
          Pas de problème, je vais prier pour vous.

          « A vrai dire, je n’ai pas besoin d’intervention divine » 
          Vous pouvez parfaitement vous en passer pour vivre votre vie sur la terre. Mais dans l’enseignement de Jésus, il est question de salut et des conditions pour l’obtenir. Ce salut nous est offert, à condition d’accepter l’amour absolu de Dieu. Sans l’aide de Jésus, cet amour peut bien être inaccessible.

          « je préfère être libre de penser ce que je veux »
          Pas de problèmes avec ça. La liberté est une des conditions d’accès au salut. Mais l’amour vous libère et ne vous asservit pas et c’est ce que vous n’avez pas compris.

        • Pascal L 18 septembre 23:50

          @McGurk
          « Si vous le revoyez, vous pourrez lui glisser un petit mot pour moi ? »

          Voilà, je viens de passer voir le Christ et j’ai fais une petite prière pour vous. Il m’a demandé de vous dire qu’il vous aime. Je ne vous connais pas mais lui vous connaît.

        • Laulau Laulau 15 septembre 14:30

          Un article fait d’approximation et d’analyses superficielles.
          A le lire, toutes les sociétés occidentales sont laïques. L’auteur devrait faire un tour en Irlande où l’on exige un certificat de baptême pour être inscrit à l’école.


          • antiireac 15 septembre 14:54

            @Laulau
            En effet la laïcité n’est pas adopté par tous les pays occidentaux mais chez qui l’influence de la religion est contrée par d’autres moyens ce qui n’existe pas dans les pays musulmans à part peut être la Turquie et encore.

            Les pays musulmans pour s’en sortir il faudrait qu’ils adoptent quelque chose de l’ordre de la laïcité pour qu’enfin ces pays démarrent économiquement et socialement et que les femmes soit égales des hommes...
            Mais je me rend compte qu’il y a encore beaucoup de boulot .

          • McGurk McGurk 15 septembre 17:09

            @antiireac

            Non, la Turquie a également accéléré en remettant la religions à toutes les sauces à cause du dictateur actuellement au pouvoir, bien que la société civile n’ait pas été d’accord.


          • McGurk McGurk 15 septembre 14:46

            Merci pour votre article.

            J’ai également l’impression, que pour certains, la religion et le terme « arabe » agissent comme un écran de protection contre la société et ses changements, aux remises en questions fondamentales de la religion face à l’évolution du monde et de sa place dans la vie (ce dont vous parlez d’ailleurs). Une sorte de bulle temporelle dont on ne sort que pour défendre ceux qui voudraient la changer ou émettre un avis à ce sujet, un statut de « contestataire par défaut » bien que bénéficiant des mêmes droits que les autres.

            Dès lors, la notion de laïcité devient absurde puisqu’on « ne remet rien en cause » et qu’on blâme ceux qui pensent différemment ou qui y voient justement le salut de leur propre religion (surtout face à l’extrémisme). C’est sans doute qu’on a une telle réaction épidermique face aux caricatures de prophètes ou même des croyants. Mais par contre, curieusement, on a eu pendant très longtemps un silence troublant des religieux pour ce qui est de condamner le terrorisme.

            Et puis à quoi sert de respecter les rites d’une religion si on fait tout le contraire des règles basiques, telles que la charité, la fraternité, le respect et la tolérance ? Pourquoi « la religion avant tout » comme bon nombre de pays ? Sans vie, il n’y aurait pas de religion.

            Et je ne parle pas de la place de la femme dans les religions, étant considérée bien souvent bien plus comme un instrument ou un « citoyen de seconde zone » (voire troisième)...


            • nenecologue nenecologue 15 septembre 14:46

              Demandez à 99,99% des imams , la réponse est toujours la même :


              Un musulman laique est un mauvais musulman !

              • njama njama 15 septembre 14:50

                @ Mohamed El Khamlichi

                Il n’y a pas deux laïcités identiques en €urope, les relations des catholiques à l’État ne sont pas les mêmes que celles des orthodoxes ou des protestants à l’État, et d’une manière générale les relations des religions à l’État dans un même pays.

                Vous partez sur une interprétation trop théorique de ce concept en lui supposant un universalisme qui n’existe pas et n’a jamais existé dans la réalité, pas plus dans les pays d’occident que dans les pays musulmans. 
                L’État turc (était) est une république laïque (bcp moins avec Erdogan), la république syrienne est laïque, l’Égypte idem, ... à contrario le roi du Maroc est commandeur des croyants, ce qui n’est pas très orthodoxe d’un point de vue musulman, mais on ne lui en voudra pas car la reine d’Angleterre est chef de l’Église anglicane.

                Je défends l’idée que la laïcité française n’est pas soluble dans l’€urope. Par exemple, nous n’avons plus de relations concordataires avec le Vatican (hormis l’exception locale historiqueen Alsace-Moselle) contrairement à l’Italie, l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne, qui sont sous Concordats. ?
                 L’État français ne rémunère pas le(s) clergé(s), ne subventionne pas les cultes, contrairement à la Belgique qui en plus des grandes religions subventionne même des associations laïques (philosophique, humaniste...)


                • nenecologue nenecologue 15 septembre 15:59

                  @njama
                  Vous avez raison , le modèle français est unique dans le monde.

                  Et c’est sans doute pourquoi les néo arrivants en France ne le comprennent pas.
                  Il faut leur rabâcher encore et encore qu’en France les lois religieuses passent APRES les lois de la république.

                  Le problème c’est que une majorité de musulmans veulent faire passer les lois du coran AVANT...

                  Bref si vous voulez être un bon musulman , ne restez pas en France !

                • njama njama 15 septembre 14:55

                  Peut-être que si ces quelques pays voisins étaient prêts à renoncer à rémunérer et subventionner les religions, il pourrait y avoir une base d’entente sur le concept de laïcité, mais en l’état, ce n’est pas possible.
                  Les chances que l’Italie, l’Allemagne, le Portugal, l’Espagne pour ne citer qu’eux renonceraient à leur Concordat étant quasiment nulles, autant rester sur les statuts quo qui conviennent à chaque pays ...

                  Une laïcité €uropéenne est tout simplement pure utopie


                  • antiireac 15 septembre 15:06

                    @njama
                    Oui mais contrairement aux pays occidentaux les pays islamiques sont retardés par la religion à part quelques rares cas donc pour ces pays avancent il faut inventer une législation spécifique pour que ces pays dépassent cet handicap.


                  • njama njama 15 septembre 15:20

                    @antiireac

                    C’est plutôt une réponse à mon premier commentaire que vous faites.
                    Mais de même que pour les pays €uropéens on ne peut pas généraliser pour les pays que vous qualifiez dans une généralité de pays islamiques plutôt que pays musulmans. Le monde musulman n’est pas plus monolithique que le monde chrétien, l’amalgame dans un cas comme dans l’autre est très réducteur.

                    50 % des musulmans vivent dans des pays laïcs
                    ...
                    La Turquie et la Tunisie : deux modèles historiques

                    Imposée, la laïcité a pu être le fait d’expériences politiques exogènes — dans le cadre colonial, ainsi le dévoilement des femmes au nom de la « modernité » dans l’Algérie française de 1958 — ou endogènes, comme les réformes de Kemal Atatürk ou de son émule tunisien, Habib Bourguiba.

                    Les expériences de la Turquie et de la Tunisie sont d’ailleurs les plus importantes en la matière, ne serait-ce que parce qu’elles ont établi un modèle durable de société. Les réformes ont néanmoins été imposées par la force, par des leaders qui jouissaient d’un fort charisme. Celles qui furent imposées par un Reza Shah (m. 1944) ou par son fils Mohammad Reza Shah (m. 1980) disparaîtront avec le régime qui les a instaurées : en 1979, la Révolution islamique mettra en place un Etat théocratique. L’exemple iranien, pour marquant qu’il soit, est assez exceptionnel dans le monde musulman, sunnite à 95 %, et donc sans clergé.

                    Exception faite de la Turquie, les deux sphères ne sont jamais absolument séparées : dans la Tunisie « laïque », les lois régissant l’héritage sont celles du Coran.

                    Les différences s’observent alors au niveau des Codes de loi, qui sont plus ou moins séculiers. Seuls 21 % des musulmans vivent dans des Etats où tant le Code pénal que le Code de statut personnel sont islamiques (Arabie Saoudite, Emirats arabes unis, Qatar, Iran, Libye, Oman, Pakistan, Yémen, Soudan).

                    Seuls 19 pays sur 29 à majorité musulmane ont l’islam pour religion officielle (Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Djibouti, Somalie, Koweït, Bahreïn, Irak, Malaisie). Néanmoins, leur Constitution comme leur droit pénal sont inspirés par le droit français, italien ou britannique (celui de l’ancienne puissance coloniale).

                    Enfin, 50 % des musulmans vivent dans des pays qui, de fait sinon de droit, sont laïcs.

                    http://www.saphirnews.com/50-des-musulmans-vivent-dans-des-pays-laics_a13774.html


                  • Esprit Critique 15 septembre 16:14

                    @njama
                    Tenez vous un peu au courant :

                    Aujourd’hui la Turquie d’Erdogan est une république islamique.

                    La Dernière constitution tunisienne stipule que L’islam ne peut être remis en cause comme religion officielle et que pour être candidat a la présidence il faut être musulman ...


                  • zak5 zak5 15 septembre 19:51
                    @njama
                    La Turquie et la Tunisie : deux modèles historiques

                    oui les tunisiennes viennent a peine d’avoir l’autorisation d’épouser un non musulman. Si l’on était au moyen âge saurait été une véritable révolution. En fait, ils viennent de s’apercevoir qu’ils sortent du moyen âge


                  • Pierre Sanders Pierre Sanders 15 septembre 15:50

                    « L’Histoire nous apprend que l’Europe a connu au Moyen-âge une époque sombre et ténébreuse. Elle nous apprend aussi, qu’aux mains de l’Eglise, la religion fut un instrument redoutable pour consacrer l’injustice, l’ignorance, la souffrance, la cruauté et tous les max qui bafouent la dignité humaine. »


                    Malheureusement pour vous, ce que vous citez, c’est l’histoire maçonnique, élaborée dans les loges de la IIIe république, pour discréditer tout un pan de l’histoire de France. 

                    Les grands médiévistes, comme Régine Pernoud, Jacques Le Goff, Jacques Heers, Georges Duby, ont fait justice de cette propagande, mais ceux qui en sont restés au bourrage de crâne de l’Education (anti)nationale, ne peuvent pas le savoir.

                    • sarcastelle sarcastelle 15 septembre 17:22

                      @Pierre Sanders

                      .
                      Oui, mais c’est lassant d’argumenter, et voilà pourquoi j’ai préféré faire répondre plus haut l’humour d’André Frossard !

                    • Pierre Sanders Pierre Sanders 15 septembre 18:21

                      @sarcastelle

                      « .,.j’ai préféré faire répondre plus haut l’humour d’André Frossard ! »


                      Sa qualité le justifie, mais il m’a paru bon d’ouvrir quelques fenêtres qui offriront, peut-être, un rai de lumière à quelques-uns

                    • Esprit Critique 15 septembre 16:08

                      A l’auteur :

                      Lisez le Coran et le reste, observez l’Iran, l’Arabie etc.vous y vérifierez que l’Islam n’est pas une religion mais une idéologie totalitaire.

                      La notion de Laïcité n’a évidement aucun sens sur une « Terre d’Islam » comme la totalité de votre article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires