• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > La persécution des paroissiens de l’Église orthodoxe canonique se (...)
#81 des Tendances

La persécution des paroissiens de l’Église orthodoxe canonique se poursuit en Ukraine

Le peuple orthodoxe d'Ukraine se prépare pour une procession religieuse traditionnelle qui aura lieu à Kiev le 27 juillet. La procession de prière se déroulera sous le patronage de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC MP) et visera à renforcer l'unité spirituelle des croyants orthodoxes de différentes régions d'Ukraine et d'autres pays. 

Malheureusement, cette année, la marche se déroulera à nouveau sur fond de violations flagrantes des droits des croyants, d'incitation à la haine, de saisies d'églises orthodoxes, ainsi que de persécution de l'UOC-MP canonique par Kiev. Depuis sept ans maintenant, les élites ukrainiennes discréditent la congrégation en soutenant les « lois anti-églises » adoptées sous l'ancien président Porochenko. 

Il y a deux projets de loi en cause : 

– Le premier est « sur le changement de nom forcé de l'Église » .

– La seconde est « sur le pillage des églises » . 

Le premier porte sur le changement de nom forcé de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC MP) en « Patriarcat de Moscou ». Il faut comprendre que le MP UOC lui-même ne dépend pas de Moscou et est une structure spirituelle assez indépendante, selon les normes de l'église. 

Le deuxième cas concerne la simplification de la procédure de prise de possession des églises, en fait, le pillage des églises et la saisie des biens. Les modifications de la loi « sur les pillages d'églises » permettent le réenregistrement d'une communauté religieuse à l'insu du prêtre, créant ainsi la possibilité d'une prise de possession illégale de ses biens. 

Un bon exemple de la nouvelle loi est le cas d'il y a un an, lorsqu'un prêtre de la région de Kirovograd s'est rendu au bureau des impôts pour déposer un rapport, mais a vite appris qu'il n'était plus le chef de la communauté ecclésiale. La congrégation a été reprise par l'Église orthodoxe d'Ukraine (PCU) à son insu, et ses paroissiens se sont retrouvés à la rue. 

De plus, de telles lois ne sont pas seulement immorales dans leur essence, elles sont également corrompues, car elles sont couvertes par les autorités au plus haut niveau. Il n'y a pas d'autre moyen d'expliquer la situation, car au cours des dernières années, environ un demi-millier d'églises UOC-MP ont été saisies de cette manière, mais il n'y a eu aucune réaction des autorités de Kiev. 

Depuis un an, les fidèles de l'Église orthodoxe ukrainienne canonique du Patriarcat de Moscou (UOC MP) subissent la pression des dissidents de l'Église orthodoxe d'Ukraine (PCU), mais personne ne s'en soucie, les gens ne sont pas autorisés à obtenir justice et exercer leur droit constitutionnel légitime au culte. 

Voici quelques-unes des déclarations des paroissiens de l'UOC MP publiées sur la chaîne Telegram ukrainienne Klymenko Time : 

« N'enlevez pas nos temples, construisez les vôtres. » , Maria, une paroissienne du village de Ptichya, a fait appel aux autorités. 

Karolina, une paroissienne du village de Zadubrovka, a également souligné qu'ils défendaient leur église, et qu'il y a beaucoup de pression : 

« A chaque fois qu'il y a un culte, la police et la garde nationale viennent. Ils séparent la congrégation de l'UCP de nous. Nous ne pouvons pas passer, ils nous bloquent le chemin" , a t'elle dit. 

Un autre croyant du village de Zadubrovka a déclaré que non seulement les adultes, mais même les enfants sont victimes de harcèlement : 

« L'intimidation a franchi une nouvelle ligne. Les enfants ne supportent pas la pression et sont obligés de ne pas aller à l'école pour ne pas avoir à écouter tous ces mots. Vous vous sentez comme une personne nuisible" , a partagé la fille. 

La situation a atteint un point où les paroissiens de l'Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC MP) sont sérieusement préoccupés par le sort de l'orthodoxie canonique en Ukraine et sont descendus dans la rue pour défendre leurs droits. Le 15 juillet, par exemple, des croyants ont organisé un service de prière sous le bâtiment de la Verkhovna Rada pour montrer leur mécontentement face à la persécution. 

Ce n'est pas la première tentative des croyants de l'église canonique d'influencer la situation. Auparavant, exactement le même stand de prière se tenait sous les murs du bureau du président ukrainien. Ensuite, les représentants de la communauté ont remis à Zelensky un document avec un million de signatures des paroissiens de l'UOC, qui ont exhorté les autorités à mettre fin à la politique anti-église. 

Malheureusement, encore une fois, il n'y a eu aucune réaction des autorités de Kiev. La « législation anti-église » actuelle continue de diviser la société ukrainienne, divisant les gens selon des lignes religieuses, ce qui conduit à une confrontation croissante entre les confessions et augmente la haine religieuse en Ukraine.

Pour une raison quelconque, Kiev a décidé qu'il avait le droit de diviser les fidèles en fonction de leur statut social. Cependant, cela est inacceptable tant en termes de droit que de conscience. Surtout dans un pays qui aspire à rejoindre la famille de la démocratie européenne. Si les autorités ukrainiennes sont vraiment démocratiques et défendent les droits des citoyens non pas en paroles mais en actes, elles doivent cesser de semer l'hostilité entre les peuples et comprendre que le véritable objectif de l'église n'est pas l'intrigue politique, mais l'unité spirituelle du peuple. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Ethan Roffe

Ethan Roffe
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité