• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le Christianisme et sa transformation au cours des siècles

Le Christianisme et sa transformation au cours des siècles

 

L'influence païenne et la transformation du christianisme

JPEGDans sa préface de l'histoire du christianisme Edward Gibbon écrit : « S'il est vrai que le christianisme a triomphé du paganisme, il n'en demeure pas moins que le paganisme a réussi à corrompre le christianisme. L'église de Rome a remplacé le déisme pur des premiers chrétiens, par l'incompréhensible dogme de la Trinité. Pareillement, de nombreuses doctrines païennes inventées par les Egyptiens et idéalisées par Platon ont été adoptées parce que considérées comme digne de foi. »

Malheureusement l'entrée des païens dans le christianisme a entraîné autant de croyances païennes dans la foi chrétienne , dans cette étude on va essayer de cerner l'histoire de cette influence païenne et comment les croyances païennes se sont introduites dans la foi des chrétiens unitaires .

Avant de commencer et pour que notre article ne donne pas l'impression de dire des accusations sans fondement on voudrait présenter un tableau comparant la foi païenne en ce qui concerne Mithra et celle des chrétiens en ce qui concerne Jésus .

Jésus
Mithra le Dieu mythique connu chez les romains
  • Né le 25 Décembre
  • Mithras naquit dans une caverne, le 25 Décembre
  • Jésus était le fils de Dieu
  • Mithras était le fils de Dieu
  • Il vint du Ciel pour naître en tant qu'homme, pour racheter les péchés des hommes
  • Il vint du Ciel pour naître en tant qu'homme, pour racheter les péchés des hommes
  • Jésus fut sacrifié pour la rédemption du genre humain.
  • le sacrifice de Mithra avait comme fin la rédemption du genre humain.
  • Avait douze disciples
  • Avait 12 disciples
  • Le jour sacré des chrétiens est le dimanche
  • Le jour sacré du mithraïsme était le dimanche.
  • S'est élevé du milieu des morts
  • Il fut enterré dans un tombeau d'où il s'éleva des morts
  • Baptême : Compris dans le temps de Paul comme étant une expérience de la mort et émergé de l'eau pris comme le début d'une nouvelle vie.
  • Le Baptême dans le sang du taureau (taurobolum) – les premiers Baptêmes "lavé dans le sang de l'Agneau" – les derniers Baptêmes par de l'eau (enregistré par l'auteur Chrétien Tertullian).
  • Nommé "Agneau de Dieu"
  • Nommé "Agneau de Dieu"
  • Jésus est le bon berger
  • Mithras est Le Bon Berger
  • Jésus est nommé : la lumière , la vérité
  • Mithras est dit : La Lumière La Vérité
  • Jésus est le sauveur
  • Il était connu en tant que "Sauveur".
  • Eucharistie : Repas sacré du Sang et du Corps du Dieu .
  • commémorés par des repas Eucharistiques. Le repas sacré de pain et d'eau, ou de pain et de vin, était symbolique du corps et du sang du taureau sacré

 

MITHRAS – Originalement Persan (plus tard adoré en Inde et à Rome)

Le Mithriacisme qui est en général le nom donné à l'époque romaine ,mais Mithra est une divinité bien plus ancienne . A l'origine, ce Dieu était révéré par les iraniens, il s'agissait alors d'un Dieu bienveillant qui protégeait les justes. Du fait de cette origine indo-iranienne, on le retrouve dans l'Hindouisme aux cotés d' Indra , dont il possède les attributions guerrières. Pour la même raison, Mithra est présent dans le Zoroastrisme, où Ahura Mazda intègre certains aspects majeurs du Mithra indo-iranien, et dans le Manichéisme.

Le Mithraïsme fut introduit en Occident au premier siècle après Jésus-Christ par les Romains et devint très populaire au sein de l'armée et de la classe marchande , La première allusion romaine à Mithras date de 96 après J.C. Ce culte s'est répandu tout d'abord à Rome, ensuite dans toute la péninsule puis dans tout l'empire où ces transplantations donnèrent lieu à des syncrétismes locaux. Les temples dédiés à ce Dieu, les mithraeum, vont s'édifier du II ème au VI ème siècle sur toute l'étendue de l'empire romain.

L'histoire de mithra :

Mithra naquit dans une caverne, le 25 Décembre, d'une mère vierge. Il vint du Ciel pour naître en tant qu'homme, pour racheter les péchés des hommes. Il était connu en tant que "Sauveur", "Fils de Dieu", "Racheteur" et "Agneau de Dieu". 
Avec douze disciples il voyagea loin et beaucoup en tant qu'enseignant et illuminateur des hommes. 
Il fut enterré dans un tombeau d'où il s'éleva des morts – un événement célébré annuellement avec beaucoup de réjouissement.

Le conflit mithraisme /christianisme :

Le culte mithraïque fut le plus sérieux rival des débuts du christianisme, se répandant depuis la Syrie, l'Anatolie et la Phrygie partout dans l'empire romain .

D'où le mot de Renan : " Si le christianisme eût été arrêté dans sa croissance par quelque maladie mortelle, le monde eût été mithraïste ."

Le besoin d'unir le paganisme et le christiannisme :

Pour apporter la paix interne à l'Empire, l'Empereur Constantin donna statut officiel au Christianisme, .il a déclaré le Christianisme comme étant la religion de l'état (Constantin a forcé tous les païens de son empire à être baptisés dans l'église romaine),mais constantin savai qu'il y avait un besoin d'unir le paganisme et le Christianisme. L'église romaine corrompue était remplie de païens convertis d'apparence maintenant mascaradant comme Chrétiens, qui tous devaient être pacifiés. Quelle meilleure façon de "Christianiser" leurs idolâtries païennes. Ainsi, les religions Babyloniennes mystérieuses fut introduites par Constantin débutant en 313 A.V. (et établirent une position avec le conseil de Nicaea en 325 A.V.).

Constantin et l'église romaine : corruption du christianisme pour le rendre plus savoureux au païens convertis par la force :

le Christianisme a dû subir une transformation pour que Rome païen puisse se "convertir" sans pour autant abandonner ses anciennes croyances et rituels. L'effet actuel était de paganiser le Christianisme officiel. "Une religion combinée avait été fabriquée, de laquelle... le Christianisme fournissait la nomenclature, et les doctrines et droits du Paganisme.

L'introduction des doctrines païennes et des fêtes païennes :

Les fêtes Païennes fût reclassifiées comme des fêtes Chrétiennes.

En 375 A.V., l'Église de Rome sous le Pape Julius 1 annonça simplement que la datte de naissance du Christ fût "découvert" être le 25 décembre, et était accepté comme tel par les "fidèles". Le festival de Saturnalia et l'anniversaire de Mithras pouvaient maintenant être célébrés comme l'anniversaire du Christ !).

Quant aux statues, la nudité païenne fut couverte avec le costume d'une Christianité déformée" (W.E. Vine). Les coutumes Païennes impliquant vêtements, chandelles, encens, images, et processions étaient toutes incorporées dans l'adoration de l'église et se poursuivent aujourd'hui même.

Les rituels Païens et idoles prirent des noms Chrétiens (e.g., Jésus-Christ était présenté comme le soleil de la divinité - Malachi 4:2 - remplaçant le Dieu du soleil Sol Invictus).

Les païens adhérent au christianisme :

Les païens sont venus en masse dans les endroits Catholiques d'adoration, ils étaient en effet encore capables d'adorer leurs dieux, mais simplement sous de différents noms. Cela leur importait guère s'ils adoraient la déesse mère Égyptienne et son enfant sous les anciens noms (Isis et Horus), ou sous les noms de la "Vierge Marie" et "l'enfant Christ." D'une façon ou l'autre, c'était la même ancienne idol-religion .

Conclusion :

Ce qui est clair c'est que la doctrine chrétienne d'aujourd'hui est un parfait mélange entre les religions païennes de Rome et de la pure foi de Jésus et de ses apôtres .


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

52 réactions à cet article    


  • tikhomir 26 juin 2012 15:07

    Toujours les mêmes balivernes entendues et ressassées 1 000 fois. Pour un premier article que vous écrivez, j’ai l’impression de l’avoir déjà lu tellement de fois.

    Avant d’écrire votre article, vous auriez pu faire une recherche sur Agoravox sur Mithra : http://www.agoravox.fr/spip.php?page=recherche&recherche=mithra&x=0&y=0

    Que fait la modération ?!


    • justice99 justice99 27 juin 2012 12:02

      Quelles sont les sources de cet article ?


      Agoravox encourage t’il les anti-religieux ? Pourquoi aucune source est avancé par l’auteur ?
      Comment vérifier ses dires ?

      C’est votre coté extrême gauche ?

    • Chiitedeservice subcommandante 27 juin 2012 14:26
      • Avait douze disciples
      • Avait 12 disciples

      --->Votre tableau est pure concordisme. Les Juifs avaient 12 Tribus, donc totalement ridicule.

      Le christianisme en détail : christianisme


    • Chiitedeservice subcommandante 27 juin 2012 14:41


      Vous avez pompé intégralement l’article ici d’un site musulman :
      http://www.aimer-jesus.com/jesus_mithras.php

      Et vous n’avez meme pas eu la classe de citer votre source. Et en plus remplis de manipulation.(meme si je suis musulman, il faut le reconnaitre)

      JE VOUS INVITE A SOURCER TOUT CE QU’IL Y A DANS LE TABLEAUX. MERCI d’avance smiley


    • Furax Furax 27 juin 2012 21:39

      Merci pour ce tuyau subcommandante !! smiley


    • robin 26 juin 2012 15:12

      Merci à l’auteur de nous indiquer les sources fiables des analogies entre Jésus et Mithra, dont j’ai entendu souvent dire que c’était de pures affabulations.


      • ffi ffi 27 juin 2012 14:02

        C’est une thèse de la société théosophique, reprise par le mouvement Zeitgeist.


      • Chiitedeservice subcommandante 27 juin 2012 14:45

        Tout à fait Robin, c’est ce que je lui ai demandé smiley

        @ffi, ah je savais pas, je pensais que ça venait d’un site musulman.
        Après une toute petite recherche, ça pue la mythomanie à pleins nez smiley


      • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 23:17

        @ subcommandate

        Quand vous dites que « ça pue la mythomanie », vous parlez du mouvement zeitgeist, de la société théosophique ou des deux ?

        Et à propos de mythomanie, un prophète qui se prend pour le fils de Dieu et qui nous dit qu’il va racheter les péchés de l’humanité et sauver le monde, ce serait pas un tantinet mythomane, des fois ?

        ... smiley

        Faites gaffe avec les noms d’oiseau et les jugements, ça peut vite se retourner contre vous. Et puis ce n’est pas bien charitable d’ainsi traiter les âmes égarées : Jésus n’enseigne-t-il pas d’aimer votre prochain et de vous montrer charitable et bienveillant, en particulier avec vos contradicteurs et autres pécheurs ou mécréants ?

        Ce serait bien de commencer par mettre en application ses recommandations, plutôt que vous comporter en cerbère de son image. Un proverbe chinois enseigne en tout cas « celui qui n’est pas vertueux, je le traite comme s’il était vertueux, et il devient vertueux ». Jésus n’aurait pas dit mieux smiley

        Cordialement,
        Morpheus


      • alain_àààé 26 juin 2012 15:35

        je ne comprends pas tres bien ou l auteur veut allé de tout temps des religions on integré des gens qui avait gagné ou perdu la guerre ou qui était occupé par des troupes étrangéres.donc ce n est pas un scoup


        • epicure 26 juin 2012 17:22

          Oui sauf que hormis les habitués du net, ce sont des choses qui ne sont pas connus du grand public.
          Combien savent que jésus est né le 25 décembre que depuis le IVème siècle, que noël était une fête populaire avant la naissance du christianisme ( ainsi que pâques ) ?
          Combien de gens savent que la trinité n’est pas un concept original du christiansime des débuts ?
          Qui sait que la mythre des prélats catholiques, vient du culte de mythra ?

          Etc...

          Donc des articles comme celui là ne sont pas inutiles parce qu’ils diffusent des informations qui ne sont pas connues de tous, et qui n’ont pas de support officiel et permanent contrairement aux récits de l’église.


        • tikhomir 26 juin 2012 17:59

          "Combien savent que jésus est né le 25 décembre que depuis le IVème siècle, que noël était une fête populaire avant la naissance du christianisme ( ainsi que pâques ) ?« 

          Tout le monde en fait sais que cette date a été fixée pour d’autres raisons et que ce n’est pas la vraie date de la naissance de Jésus, ça n’a jamais été un secret, après, il faut bien le dire : l’inculture religieuse est un fléau. Pâques... Euh, vous devez confondre avec la Pâque juive (Pessah), pas grand chose à voir avec le paganisme. Vous pourriez faire l’effort de lire les évangiles tout de même, c’est pourtant clairement indiqué : Lc 22:7, Mc 14:1, Mt 26:1+, Jn 18:28.

           »Combien de gens savent que la trinité n’est pas un concept original du christiansime des débuts ?« 

          Il faudra en parler à Irénée de Lyon (130-202), de même, la tradition juive, sans pousser aussi loin que le christianisme dit que »Dieu est plusieurs en un« .

           »Qui sait que la mythre des prélats catholiques, vient du culte de mythra ?« 

          Polycarpe, disciple de saint Jean (qui a donc connu Jésus) était évêque de Smyrne (fin du Ier siècle, début du IIe) et Irénée de Lyon était son disciple. Tous ont professé la foi trinitaire »au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit« (Mt 28:19) ou le prologue de Jean.

          Au final, l’article comme vous-mêmes ne parlez que du Catholicisme Romain, mais c’est oublier un peu vite que les apôtres sont partis dans le monde et ont pour la plupart fondé aussi les églises orthodoxes qui »bizarrement" croient à la même chose que les catholiques et inversement ou se sont mis d’accord lors des conciles (avant 1054 donc). Difficile de nier l’orthodoxie ^^.


        • Thami BOUHMOUCH Thami BOUHMOUCH 26 juin 2012 15:42

          Un article bien documenté, original et très intéressant. L’argumentation est imparable. Bravo


          • epicure 26 juin 2012 17:16

            il n’y a qu’à voir raël , c’est un bon exemple de ce phénomène.
            Toutes les grandes lignes de son récit sont extraites d’autres récits anciens (bible, coran) ou récent (ET et soucoupes, roswell etc...).


          • Richard Schneider Richard Schneider 26 juin 2012 17:16

            Bonjour l’auteur,

            J’ai trouvé votre article intéressant. Votre tableau est très clair, très pédagogique.
            Le lien cité par tikhomir (http://www.agoravox.fr/spip.php?pag...) est très utile aussi.


            • tikhomir 26 juin 2012 17:28

              Sauf que moi je dis que ce sont des bêtises... Merci de ne pas me faire dire ce que je n’ai pas dit, ni même de le sous-entendre. Les gens lisent trop Dan Brown et son Da Vinci Code et sont suffisamment bêtes pour prendre un roman pour un livre d’histoire... En même temps, c’est comme ça que la scientologie a commencé. Plus rien ne m’étonne.


            • Furax Furax 26 juin 2012 18:42

              Mithra :

              La résurrection dont il est question n’a rien à voir avec celle du Christ. Il s’agit d’un miracle parmi d’autres dont les dieux l’ont gratifié, qui a été ajouté à la « doctrine mithréenne » par inspiration du christianisme, au deuxième siècle de notre ère. Il n’y a pas de résurrection attestée dans les formes originelles du culte de Mithra.
              C’est là un point très important. On sait très peu de choses du culte originel. On le connait beaucoup mieux à partir du deuxième siècle, lorsque l’armée romaine l’a ramenée dans l’empire pour concurrencer la religion chrétienne qui devenait « envahissante ». Bien des points comme la Résurrection sont en fait des copies du christianisme.

              Ce ne sont que des détails concordants, dont certains sont forcés pour abuser ceux qui n’ont pas de culture religieuse.


              • Le Grunge Le Grunge 26 juin 2012 20:28

                Le christ est en fait Dionysos !!!!


                • robin 26 juin 2012 21:50

                  Sources ? liens ? (sérieux s’entend)


                • Le Grunge Le Grunge 27 juin 2012 18:17

                  franchement j’ai bossé la dessus mais pas pour faire des article sur agora donc non dsl je ne serais pas plus exhaustif car ca deviendrait chiant. 

                  Si vous voulez plus d’info la dessus, renseignez vous sur l’iconographie de Dionysos pendant la fin de la période hellénistique, une mosaîque de Chypre devrait vous mettre sur les rail. Sinon il y a de grand auteur qui ont écrit a ce sujet :JP Vernant, H Jeanmaire, Detienne M

                • Pierre-Marie Baty Pierre-Marie Baty 26 juin 2012 20:30

                  Bonjour l’auteur et bienvenue sur AgoraVox.

                  Dites-donc, pour un premier article, vous n’y allez pas avec le dos de la cuiller... Je m’étais déjà renseigné sur la question (question dont on sait peu de choses d’ailleurs) et je me suis laissé dire que les similitudes étaient bien moindres que ce que vous en relevez.

                  Pourriez-vous citer vos sources s’il vous plaît ?

                  P.S. A votre place j’aurais choisi un autre titre pour votre article, je m’attendais à un historique un peu plus détaillé des étapes de l’évolution du christianisme... l’arborescence des conciles, etc...

                  Amicalement


                  • Attilax Attilax 26 juin 2012 21:32

                    Hé oui, bien sûr. La chrétienté a tout intégré, histoire de porter large. Animisme, mythologie grecque, croyances tribales, elle a su s’adapter partout avec son gentil refrain humaniste. Tout ça une fois de plus n’est qu’une gigantesque arnaque pour obtenir le pouvoir. En remontant jusqu’au « Livre », vous découvrirez que ce qui compose la bible avait en fait été écrits par les sumériens des milliers d’années plus tôt. Les tablettes cunéïformes retrouvées de par le monde ces cent dernières années en témoignent. Le plus drôle est qu’une majorité d’anecdotes bibliques étaient à la base... Des contes pour enfants !
                    J’ai découvert ça adolescent, en lisant l’épopée de Gilgamesh, et je suis toujours stupéfié par l’extraordinaire phénomène de la foi.
                    La nature a créé l’homme, mais c’est bien l’homme qui a créé tous ses dieux.


                    •  C BARRATIER C BARRATIER 26 juin 2012 21:44

                      L’article m’a intéressé. Mais c’est quoi les païens ? Qui décide ? Est ce péjoratif ou bien toutes les façons de voir le monde se valent elles ? Je suis né dans une région d’ardèche où une montagne s’appelle le Champ de Mars. Comprendre « le Camp du dieu romain mars ». En creusant le sol sur une grande terrain de plus de 500 m2 que les gens du coin appellent « le temple », on trouve d’innombrables tuiles romaines cassées.
                      Le christianisme a créé à proximité un monastère, avec une belle petite église romane, toujours ouverte.
                      Cet endroit est inhospitalier, venté, et sans aucune source importante. Par contre il y a une immense zone fangeuse, très humide, avec une lanière de roche au milieu qui a permis un chemin stable. Le lieu s’appelle ISSAMOULENC, - le « passage » nous dit un docteur en étymologie des noms de lieux, Georges MASSOT, mon ami, à AUBENAS. Pourquoi ce monastère loin de sources abondantes avec une bonne terre, à quelques centaines de mètres, à Ferrière ?
                      Un ruisseau naît bien en contrebas, avec donc des sources.

                      Il s’agissait sans doute d’évangéliser des réfractaires habitant au dessous sur la pente, un lieu dit Les Peyzes qui, avec l’évolution du mot pourrait venir du mot Payens (pagensis en latin). . Là, pas d’église alors qu’il y a du monde, et d’abondantes sources pour les habitants.
                      Chose étonnante, ce lieu si proche d’un monastère (500 m) fut un fief huguenot à l’époque de la tentative d’évangélisation forcée de la population. Une population de résistants donc. un temple huguenot est proche, important à La PERVENCHE (je suis né dans ce village), ce qui me fait penser que le temple de là haut, à Issamoulenc n’était pas protestant. Hypothèse certes.

                      Sur l’affaire de Mithra, je vais dans le même sens mais plus loin. Voici quelques lignes écrites en 2009, faciles à trouver en tables des news :

                      « Soleil d’hiver, fête de sa lumière »

                       http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=96


                      Nous avons largement dépassé finalement ces stupides périodes de prédominance, pour revenir aux sources de notre culture de vie. Nous avons de la chance de vivre au 21 eme siècle.


                      • robin 27 juin 2012 09:09

                        L’auteur fait la grève des liens et des sources ?


                        • cathy30 cathy30 27 juin 2012 10:08

                          oui plutôt en accord avec furax et tikhomir.
                          En fait nous ne savons pas grand chose de cette religion. Mais elle semble plutôt associée aux zodiaques. Les mithraeum sont très particuliers, une architecture tout en long avec une surélévation de chaque côté de la pièce, les adeptes se font face.
                          Que la city et Latran ont été construits sur l’un de ces temples. Leurs plus grands nombres se trouvent en Italie.

                          https://www.google.fr/search?q=mithraeum&hl=fr&rlz=1B3GGHP_frFR431FR431&prmd=imvns&tbm=isch&tbo=u&source=univ&sa=X&ei=EL3qT5uBL6PD0QX89NjYBQ&ved=0CGEQsAQ&biw=1272&bih=531


                          • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 12:53

                            Il y a de nombreux points de similitudes entre les mithraeum et les temples francs-maçons soit dit en passant.


                          • cathy30 cathy30 27 juin 2012 12:55

                            Morpheus
                            oui je trouve aussi.


                          • illuminato 27 juin 2012 10:09

                            il y a 2000 ans un schyzo qui s’enduisait de cannabis (onction sainte ) on appelait ça ....un prophète ......


                            • illuminato 27 juin 2012 10:20

                              les religions s’empilent par strates depuis des dizaines de milliers d’années ,et c’est toujours la dernière en date qui prétend détenir la vérité absolu .....

                              « Pour moi, les dieux appartiennent à l’enfance de l’homme.
                              Ils sont comme nos parents :
                              nous avions besoin d’eux tant que nous ne savions pas d’où venait le monde,
                              et tant que nous n’avions pas développé de sens éthique.
                              Mais nous avons grandi :
                              nous savons que nous ne sommes pas issus de la Génèse, et, pour ce qui est du sens éthique,
                              nous n’avons pas besoin des prêtres et des dieux pour le définir.
                              Dans toute vie, il arrive un moment où les enfants doivent se séparer de leurs parents
                              et j’attends le moment où nous pourrons dépasser les discours religieux
                              - mais je ne pense pas que ce soit pour demain... »

                              Salman Rushdie


                              • illuminato 27 juin 2012 10:40

                                Les petits cucultes ,les petites manies ,vas y que je me signe à tout bout de champs,que je parle tout seul ....comment on appel ça ? Troubles Obsessionnels Compulsifs ?


                                • Neymare Neymare 27 juin 2012 11:13

                                  Jésus, Mythra, Bouddha, Zoroastre ou autres, finalement la personnification du message est peu importante, ce qui compte c’est le message, à condition qu’il n’ait pas été trop modifié par l’édification de dogmes visant plus le controle des foules et le pouvoir qu’une recherche de vérité.

                                  Or quel est le point commun de toutes les religions ou autres philosophies ? elles se rapportent toutes à la dualité de l’etre humain. Nous sommes un composite d’une évolution horizontale dans le temps par le biais de la matière (celle de l’univers) qui nous fournit l’intellect par le cerveau, et d’une intervention à la verticale (donc hors du temps) de l’Esprit unique qui adjoint au corps une Ame provenant de la source meme de l’univers, Ame expérimentant la vie dans le temps et évoluant grace à elle. Cette trajectoire horizontale croise donc la trajectoire verticale, et c’est là la signification symbolique de la croix, qui je vous le rappel est bien antérieure à la supposé crucifixion de Jésus (voir dans l’égypte antique par exemple).
                                  Ces 2 aspects de la réalité (verticale et horizontal) proviennent de la meme source, qui est tout simplement de l’énergie melée à de l’information (voir physique des particules, l’énergie par le biais de champs magnétique préserve l’information).
                                  Il n’y a donc rien de magique dans tout celà, tout n’est qu’un phénomène naturel, mais il faut élargir sa vision des choses (et donc emmagasiner l’information) pour changer la magie en naturel, et les histoires pour enfants en connaissances


                                  • cathy30 cathy30 27 juin 2012 12:14

                                    Neymare, c’est tout à fait ça, sur l’énergie des champs magnétiques.

                                    Sauf que vous oubliez que Jésus à été crucifié comme tous les autres à l’époque.
                                    C’était la méthode romaine, il n’a pas eu un régime spécial. La croix n’est donc pas chrétienne, mais vient bien des croyances romaines, sachant que Christ veut dire croix. Le symbole christique est venu après.


                                  • Neymare Neymare 27 juin 2012 14:01

                                    Cathy30
                                    Il me semble dans mes lointains souvenirs que Christ vient du grec Christos, qui veut dire messie, et n’a donc rien à voir avec la croix elle meme. En outre, a l’époque de Jésus, les détenus de droit commun était plutot pendus que crucifiés.
                                    D’après mes recherches personnelles cet épisode de la crucifixion est un mythe que l’on retrouve d’ailleurs dans des mythologies plus anciennes. Je pense que celui qu’on appelle Jésus (nom qui n’est apparu qu’au cours du second siècle) était en réalité Jean, celui qui baptisait le long du Jourdain. Une colombes apparait et sa véritable nature lui est révélée comme en témoigne cette citation : « je dois me faire tout petit pour qu’il puisse grandir », un Jean qui disparait dès que Jésus commence sa vie publique.
                                    Historiquement, Flavius Joseph décrit Jean comme un individu capable de soulever les foules par son charisme, et un danger pour le pouvoir en place, il sera donc exilé (à pathmos) et non pas décapité, où il écrira son évangile, vraisemblablement le plus proche de la réalité.
                                    En ce sens Jean prépare bien la venue de Jésus, la transformation de l’un à l’autre étant la fameuse alchimie ésotérique de l’esprit humain. Tout ça reste ouvert à débat.


                                  • cathy30 cathy30 27 juin 2012 15:58

                                    Neymare
                                    effectivement christos veut dire messie, merci beaucoup.

                                    Le symbole de la croix n’a jamais été chrétien, mais c’est un symbole solaire venu de Chaldée et d’Egypte. Les premiers chrétiens avaient comme symbole le poisson.

                                    http://hlybk.pagesperso-orange.fr/jesus/christ/croix.htm


                                  • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 12:47

                                    J’avais fais quelques recherches sur Mithra pour un récit situé au Ve siècle.


                                    - C’est un culte solaire, issu des traditions des écoles des mystères, dont les racines sont sans doute originaires de la Mésopotamie, en Perse (Iran actuelle). Il se développe probablement durant le IIe s. avant J.C. dans la partie orientale de la Méditerranée.


                                    - Il se propage durant les siècles suivants dans tout l’Empire romain et atteint son apogée durant le IIIe s. ; il est particulièrement implanté chez les soldats romains.
                                    Beaucoup d’esclaves et d’affranchis comptaient également parmi ses fidèles. Le culte s’est principalement répandu en Italie, en Grande Bretagne, sur le Rhin et le Danube.


                                    - Le culte est exclusivement réservé à la gente masculine (interdit aux femmes) ; on le pense lié au zodiaque, et en particulier au signe du Taureau (1er signe de Terre, gouverné par Vénus).
                                    Les valeurs d’amitié, de fraternité et de loyauté étaient primordiales entre les mystes.


                                    - Il est déclaré illégal en 391 (fin du IVe s.) par le christianisme, qui condamne à mort les mystes mithriaques. Dès lors, le culte devient clandestin et d’autant plus marqué par le
                                    sceau du secret.


                                    Similarités avec le christianisme :

                                    - c’est un culte solaire (le Christ, comme Mithra, est un dieu solaire)

                                    - il est réservé aux hommes (dans l’Église, l’initiation et la prêtrise est réservée aux hommes)

                                    - la fête principale est le 25 décembre, jour de naissance du Soleil Invaincu (Sol Invictus) ; cette fête est précédée des saturnales, qui ont lieu entre le 17 et le 24 décembre.

                                    - Mithra nait dans une grotte et seuls des bergers assistent à sa naissance (le Christ nait dans une grotte ou dans une étable, et seuls des bergers assistent à sa naissance)

                                    - Mithra se distingue des autres dieux par sa bonté (le Christ se distingue des autres dieux par sa bonté)

                                    - Mithra est un médiateur entre l’humanité qu’il protège et défend contre les forces des ténèbres et les dieux ; il prie le Dieu paternel Ahura-Mazda, ou la déesse maternelle Anahîta afin d’obtenir son appui dans cette lutte (le Christ est un médiateur entre les hommes et Dieu).

                                    - le dimanche est le jour du Soleil, jour de Mithra en tant qu’incarnation du Soleil (le dimanche est le jour du Seigneur pour les chrétiens).

                                    Mithra, en persan, signifie ami. Mithra était vraiment l’ami et le bienfaiteur des hommes. Dans la collection des livres sacrés de la Perse, le Zend-Avesta, dont la rédaction actuelle n’est pas antérieure à l’ère chrétienne, mais dont les éléments liturgiques sont beaucoup plus anciens, un hymne nous montre Mithra qui, les mains tendues, s’adresse en pleurant au grand dieu Ahura-Mazda et lui dit : « Je suis le bon protecteur de toutes les créatures ; je suis le bon conservateur de toutes les créatures ! » Pour jouer ce rôle bienfaisant, analogue à celui d’Apollon et des Dioscures parmi les Grecs, Mithra doit être toujours attentif, prêt à porter secours à ceux qu’opprime l’injustice, à combattre et à vaincre les ennemis de l’humanité. Ce dieu ami est, en même temps, un dieu guerrier, invaincu et invincible (> Sol Invictus). Voici encore un hymne du Zend-Avesta : « Mithra, au pied toujours levé, est toujours en éveil, toujours observant les choses il est fort, il entend l’appel des faibles ; il fait pousser les plantes et gouverne la terre créature de sagesse, on ne trompe pas Mithra ; Mithra est armé de mille forces. »

                                    James Darmesteter, en rapprochant la conception de Mithra de celle de l’Apollon hellénique, a fait cette observation très juste que les Grecs ont surtout développé en Apollon le côté esthétique, tandis que les Persans, plus sensibles aux choses de la conscience, ont développé de Mithra le côté moral. La lumière qui voit tout est devenue, pour ses adorateurs, l’emblème de la vérité ; Mithra est l’incarnation céleste de la conscience. On petit dire qu’un dieu même secondaire, conçu avec de tels attributs, était naturellement destiné à jouer un grand rôle dans l’histoire des idées religieuses ; c’était un dieu qui avait de l’avenir.

                                    Il semble donc bien que le christianisme, qui s’impose à travers le pouvoir central de Rome à travers le proche orient et l’Europe, ait à la fois repris à son compte bon nombre des rites et traditions mithriaques, et décidé ensuite d’éliminer ce culte en le déclarant illégal, car il aurait constitué un culte concurrent (du reste, l’Eglise n’a eut de cesse de faire pareil avec tous les autres cultes à travers tout le Moyen-âge, la Renaissance et même encore durant les Lumières).

                                    Cordialement,
                                    Morpheus


                                    • victoria victoria 27 juin 2012 13:21

                                      Je souscris à cette charmante analyse...


                                    • cathy30 cathy30 27 juin 2012 13:50

                                      Morpheus
                                      un lien intéressant sur les mithraeum, celui d’Ostie a bien été restauré.

                                      http://www.ostia-antica.org/dict/topics/mithraea/mithraea.htm


                                    • Furax Furax 27 juin 2012 14:14

                                      Déjà, il ne reste plus grand chose des « convergences » affirmées par l’auteur de l’article.
                                      Que le 25 décembre soit la fête de l’hiver, personne n’en doute. Le Christ est tout de même assez éloigné de votre « dieu guerrier, invaincu et invincible » ! Et le culte est ouvert aux femmes chez les chrétiens.
                                      Pour le reste, je vous rappelle que les apôtres, les évangélistes, officiels ou non, parcourent l’Empire vont en Grèce, à Rome et même en Espagne. Témoignent. Ecrivent. Au premier siècle.

                                      Mais il « copieraient » une religion arrivée à Rome au deuxième siècle ?
                                      Importée par des militaires exaspérés par le succès de cette « secte »juive ?
                                      Qu’en pensez vous ?
                                      Je crois beaucoup, surtout, à la volonté de certains auteurs de nuire comme ils peuvent smiley à la chrétienté.


                                    • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 17:24

                                      [Je crois beaucoup, surtout, à la volonté de certains auteurs de nuire comme ils peuvent  à la chrétienté.]

                                      Considérant le fait évident que chercher à rétablir certaines vérités contribue à démythifier et décrédibiliser les légendes, on peut en effet considérer qu’il y a nuisance. Cela n’indique pas nécessairement que tous ceux et celles qui cherchent et doute de la véracité du mythe chrétien (ou d’autres mythes) aient une volonté de nuire : chercher la vérité n’indique pas en soi une volonté de nuire. Cela est prit pour une volonté de nuire par ceux ou celles qui se sentent agressés dans leurs croyances. On peut comprendre.

                                      Pourtant, quel paradoxe ! Si ces mêmes personnes qui se sentent agressées avaient réellement foi en la véracité du récit biblique, en quoi l’opinion contradictoire pourrait-elle les nuire ? S’ils ont la foi, les doutes et remises en cause des athées et des agnostiques ne devraient pas les atteindre. Mieux encore, s’ils étaient tellement convaincus, ils mettraient en application les préceptes de leur foi et prendraient en compassion ces mécréants épris de doutes, ils prieraient pour eux, ou, s’ils s’en sentent la capacité, ils tenteraient, avec patience et bienveillance, de montrer qu’ils se trompent, d’apporter des preuves de la véracité de leur récit.

                                      Ce que tout cela révèle, c’est qu’en réalité, de plus en plus de croyants n’ont pas foi en leurs mythes. Ils savent, au fond d’eux, que tout cela n’est plus très crédible. Sous prétexte de défendre leur religion, leur foi, leur croyance, en réalité ils défendent leurs dogmes et leurs traditions moribondes. Leur cause est plus identitaire que religieuse.

                                      Ils sont libre de pratiquer leur religion et leur culte, en privé ou au sein de leur communauté religieuse (ou de leur secte), mais cela ne leur suffit pas : il faudrait que les autres se taisent, n’émettent ni critique ni contradiction, ne sèment pas le doute dans les esprits si fragiles de leurs ouailles. Il leur faudrait, en plus de la soumission des fidèles, la soumission de tous les autres.

                                      Ils sont libre de pratiquer leur religion ; nous sommes libre d’exercer notre droit d’opinion. En particulier sur un espace d’expression citoyen appelé « Agoravox ».

                                      Cordialement,
                                      Morpheus


                                    • Furax Furax 27 juin 2012 19:46

                                      Je ne m’adressais pas à vous mais aux auteurs auxquels vous faites référence.
                                      Evidemment et heureusement AV est un espace libre. Mais je vous affirme ci-dessus que les assertions de « copiage » sont bien légères. Vous ne m’avez pas répondu à ce sujet.
                                      En ce qui concerne ma foi et son avenir, vous êtes fort aimable de m’autoriser à assister à son agonie.
                                      Pour vous rassurer :
                                      http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/et-si-l-esperance-chretienne-104315


                                    • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 22:53

                                      @ Furax

                                      Je ne parlais pas de l’agonie de votre foi, plutôt de l’agonie du mythe chrétien. De mon point de vue, les deux ne sont pas (obligatoirement) lié. Si vous avez eut l’impression que je m’en prenais à votre foi, veuillez me pardonner, j’ai sans doute mal formulé ma réponse (sur ce point en tout cas).

                                      Comprenez bien que ce n’est pas contre le fait d’éprouver de la foi ou (mieux encore) de cheminer dans une quête spirituelle que j’argumente, mais bien contre le mythe judéo-chrétien. C’est avant tout à des institutions religieuses que j’adresse mes critiques et ma (vive) réprobation, pas à des individus à qui j’accorde sans conteste le droit de faire des choix de vie qui les regarde, eux (et seulement eux !).

                                      Cordialement,
                                      Morpheus


                                    • Furax Furax 27 juin 2012 23:50

                                      Morphéus

                                      Pas de problème !
                                      Vous argumentez « contre le mythe judéo-chrétien »...
                                      Encore faudrait-il définir le mythe. Et pour ce faire définir le réel !!! La nuit ne vous suffirait pas.
                                      Mais, même en acceptant cette notion de mythe, vous ne m’avez pas démontré en quoi, pour ce qui est de l’affaire qui nous préoccupe, le culte de Mythra « argumente » contre le « mythe chrétien.
                                      Les sources de cet article, vous en conviendrez sont bien curieuses...
                                       »des individus à qui j’accorde sans conteste le droit de faire des choix de vie qui les regarde, eux (et seulement eux !)."
                                      C’est gentil de m’accorder ce droit. Effectivement il me regarde. Mais je m’octroie de droit de vous en faire part et de le défendre. Et je vous octroie celui de me critiquer.
                                      Et voilà tout le monde est content et il me reste à vous souhaiter une bonne nuit
                                      Cordialement.
                                      Furax


                                    • Morpheus Morpheus 28 juin 2012 11:30

                                      David Ray Griffin, professeur de théologie et de philosophie des religions, a donné une définition très simple et très juste de ce qu’est un mythe et du rôle qu’il exerce dans la société.

                                      « Un mythe est une idée qui, même si elle est communément admise, est fausse. Dans un sens plus subtil – dans un sens religieux – un mythe est une histoire qui sert à orienter et à mobiliser le peuple. L’accent n’est pas mis sur le rapport entre l’histoire et la réalité, mais sur la fonction qu’est censé exercer le mythe. Une histoire ne peut fonctionner à moins d’être supposée vraie par la communauté ou la nation. Il n’y a pas de débat possible. Si certaines personnes ont le mauvais goût de mettre en doute l’authenticité de l’histoire sacrée, les gardiens de la foi et de l’orthodoxie refuseront de discuter avec elles. Ils les accuseront de blasphème ou, au mieux, les ignoreront. »

                                      Cette définition est bonne, car elle s’applique aussi bien aux mythes religieux qu’aux mythes politiques et idéologiques.

                                      Cordialement,

                                      Morpheus



                                    • Morpheus Morpheus 28 juin 2012 12:09

                                      Concernant l’argumentation de l’article.

                                      L’idée est de montrer que le mythe chrétien n’est pas original, qu’il ne procède pas d’une création, mais de la récupération de mythes plus anciens. L’article présent est spécifiquement orienté sur les similarités entre le culte de Mithra et le culte chrétien. Il n’est pas question de dire que « Mithra argumente contre le Christ », là n’est pas le sujet. Ce que dit l’article, c’est que Jésus = Mithra (à quelques nuances près). Sur un plan littéraire, on pourrait dire que le récit mythique de la vie de Jésus est un palimpseste du récit mythique de l’épopée de Mithra.

                                      En soi, il n’y a là rien de « mal », rien de bien méchant : après tout, il existe bon nombre d’œuvres qui sont réécrites et réinterprétées. C’est le cas au cinéma ou en télévision, avec des remakes, parfois très bons. L’art, en dépit de ce que beaucoup croient, est souvent affaire de réinterprétation, plutôt que de création pure ; on s’empare d’une matière et, telle de la pâte à modeler, on en tire diverses sculptures. Il en est de même des récits mythiques et mythologiques à travers le temps et l’espace, à travers les civilisations et les peuples.

                                      Là où cela devient gênant, concernant le christianisme, c’est plutôt par rapport au dogme, et plus précisément par rapport au credo de l’Église, qui impose la croyance dans l’existence (réelle, concrète, historique, factuelle) de la figure de Jésus. C’est un peu comme si, dans deux cent ans, on fondait une nouvelle religion avec pour figure mythique Superman, et que l’on édicte le credo que Superman a réellement existé au XXe siècle. Lorsque j’étais enfant, je rêvais d’être Superman et d’accomplir des exploits pour faire le bien et sauver les innocents et les gens en détresse : un beau modèle pour élever la vertu, non ? De là à en faire une réalité tangible ...

                                      La question essentielle est : avons-nous besoin de croire en l’existence de Jésus (ou de n’importe quelle figure mythique) pour avoir la foi ? Ma réponse est non. Je n’ai aucun problème avec le fait que l’on trouve la figure de Jésus exemplaire et constitue un socle pour élever sa vertu et améliorer le vivre ensemble. Là où j’ai un problème, c’est lorsque certains viennent imposer cette figure et ce modèle moral à tous, ce que l’Église et d’autres sectes chrétiennes font depuis qu’elles existent. La spiritualité ne s’impose pas.

                                      J’ai également un problème quand, pour mieux imposer son credo, ces institutions imposent une croyance (le credo est une croyance imposée, vous n’avez pas le choix, vous ne pouvez pas le remettre en question), et qu’en sus, elles imposent des normes sociales, un code moral, un code vestimentaire, un code relationnel, un code sexuel, etc. Ce carcan est, à proprement parler, une perversion (au sens étymologique du terme).

                                      La spiritualité, comme la foi, n’est pas quelque chose qui s’impose ; c’est quelque chose de personnel, d’unique, d’intime, d’individuel. Cela signifie que « se relier avec la divinité » (sens du mot « religion » n’est pas univoque, car chaque vie est unique, et chaque chemin l’est également. Tous les chemins qui mènent à la divinité sont uniques, et il y a donc autant de chemins que d’individus cheminant. Or, les institutions religieuses vont exactement à l’opposé, qui imposent un chemin unique, une façon de vivre qui doit entrer dans un carcan très étroit dans lequel vous n’avez pratiquement plus de liberté ; dans lequel la vie - qui est faite d’expériences - est étouffée, voir niée. En y regardant de plus près, les institutions religieuses m’apparaissent des hymnes à la mort, et ce à quoi j’aspire, c’est l’hymne à la vie. La mort est la seule certitude, elle viendra en son temps, et croyez-moi, j’y suis préparé, je ne la crains pas. Mais en attendant cela, c’est la vie que je veux célébrer.

                                      Cordialement,
                                      Morpheus

                                      PS @ Furax : je vais préparer une réponse aussi détaillée que possible pour illustrer mon propos sur le palimpseste mythique.


                                    • Furax Furax 28 juin 2012 12:56

                                      Morpheus,
                                       Comme vous ne me ferez pas bouger d’un pouce, rapidement, avant de conclure :
                                      un mythe est une histoire qui sert à orienter et à mobiliser le peuple.
                                      Oui. sauf que dans le cas présent, tous les acteurs principaux de l’affaire n’ont rien mobilisé du tout et out payé leur témoignage de leur vie après de lourds supplices .

                                      "L’idée est de montrer que le mythe chrétien n’est pas original, qu’il ne procède pas d’une création, mais de la récupération de mythes plus anciens.« 
                                      Je vous conseille vivement de lire René Girard.

                                       »Sur un plan littéraire, on pourrait dire que le récit mythique de la vie de Jésus est un palimpseste du récit mythique de l’épopée de Mithra.« 
                                      On peut surtout dire le contraire. On ignore à peu près tout du culte originel de Mithra. Ce que l’on en sait date de l’apport de l’armée romaine au deuxième siècle après Jésus Christ.

                                       »la croyance dans l’existence (réelle, concrète, historique, factuelle) de la figure de Jésus. « 
                                      Il n’y a plus guère que quelques farfelus pour en douter. Les historiens sérieux même très antichrétiens ne reviennent plus là-dessus

                                       »J’ai également un problème quand, pour mieux imposer son credo, ces institutions imposent une croyance (le credo est une croyance imposée, vous n’avez pas le choix, vous ne pouvez pas le remettre en question)« 
                                      Je suis bien d’accord avec vous. Ce fut le cas. Mais il y a bien longtemps que l’on oblige plus quelqu’un à croire quoi que ce soit (sauf au goulag ou sont morts 60 millions de chrétiens orthodoxes d’après Solgénitsyne )
                                      Le cheminement de le foi est complexe. J’ai exprimé le mien sur deux articles qui ne m’ont pas valu que des pétales de roses :
                                      http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/il-n-existe-rien-d-autre-que-dieu-74620
                                      http://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/il-n-existe-rien-d-autre-que-dieu-74744

                                      En y regardant de plus près, les institutions religieuses m’apparaissent des hymnes à la mort

                                      Ca c’est le genre de propos très Agoravoxien qui me fait bondir. Sortez de votre ordinateur ! J’ai passé 25 ans en Afrique et vous n’avez pas la moindre idée du boulot colossal qu’ont accompli, pour la vie, pour les soins,pour l’éducation, des milliers de »pères« et »soeurs« d’un courage parfois insensé. D’ailleurs les Africains nous retournent la politesse et viennent  »en mission"dans notre pitoyable Europe.
                                      Avez vous ouvert le lien que je vous ai proposé sur l’avenir du christianisme ?
                                      Je suis un peu las de répéter toujours les mêmes choses. Je vous souhaite donc une bonne journée.
                                      Cordialement.


                                    • Furax Furax 28 juin 2012 14:06

                                      Morpheus,

                                      Ceci dit et puisqu’il ne doit y avoir plus guère que nous sur cet article, lorsque vous écrivez par ailleurs et avec beaucoup de succès :
                                      « Peut-être simplement que le fait d’aimer lire m’a permit d’améliorer mon niveau en orthographe »
                                      « m’a permis »
                                      Faites la correction vous-même. Tout le monde fait des fautes.

                                      Cordialement.
                                      Furax


                                    • Furax Furax 28 juin 2012 15:19

                                      La preuve :
                                      « out payé leur témoignage »


                                    • Gollum Gollum 28 juin 2012 19:06

                                      « L’idée est de montrer que le mythe chrétien n’est pas original, qu’il ne procède pas d’une création, mais de la récupération de mythes plus anciens. »



                                      De toute façon cela ne prouverait rien. Ce n’est pas parce qu’il y a eu des mythes ressemblant au « mythe » chrétien que ça invalide celui-ci. Je rajoute que « mythe » dans mon esprit ne veut pas dire récit imaginaire et donc faux mais au contraire vérité métaphysique exprimée dans un langage allégorique. 

                                      Cette vérité métaphysique et mythique peut très bien s’être trouvée incarnée concrètement et historiquement comme l’atteste les témoignages évangéliques..

                                      Donc la « démonstration » de l’auteur (qui n’est pas innocente d’ailleurs puisqu’il prend ses sources sur un site musulman..) tombe à l’eau.

                                    • Furax Furax 28 juin 2012 21:27

                                      Bonsoir Gollum,

                                      Toujours content de vous retrouver !
                                      J’ai retrouvé une nouvelle écrite il y a dix ans intitulée « Parousie ». Je ne sais pas si ça passera en modération (un peu longuet) mais ça devrait vous plaire...


                                    • calimero 27 juin 2012 16:39

                                      C’est vrai que le christianisme semble s’accommoder des croyances anciennes. En Bolivie les indiens quechua, christianisés par les espagnols depuis quelques siècles, conservent par ailleurs leur ancienne religion.
                                      Lors des fêtes chrétiennes célébrées souvent par des cortèges de musiciens et danseurs dans la rue (les « entradas »), les robes des danseuses sont ornées de figures d’anciennes divinités. Lorsque les boliviens boivent un verre, ils ne manquent jamais d’en verser quelques gouttes au sol pour la Pachamama, la divinité mère des incas personnifiée par la Terre.


                                      • Morpheus Morpheus 27 juin 2012 19:49

                                        [la divinité mère des incas personnifiée par la Terre]

                                        C’est l’inverse, c’est la Terre qui est personnifiée par la déesse mère Pashamama. Mais sur le fond de votre message, vous avez raison, le christianisme adopte volontiers certaines coutumes et rituels païens des peuples qu’il convertit. C’est bien le sens de l’article.


                                      • MaBelis24 MaBelis24 27 juin 2012 21:48

                                        bonjour à tous,merci pour vos réactions,négatif ou positif,vous avez le droit de ne pas être d’accord avec l’article,et je vous respecte,cependant je voudrais vous rassurer,mon but n’était absolument pas de nuire ou de dénigrer ou encore de stigmatiser le Christianisme,mais relater quelques faits concernant quelque similitudes,concernant la source de l’article effectivement il vient de ce site là http://aimer-jesus.com,encore merci pour vos réactions et vos conseils que je prends avec plaisir,et je m’excuse auprès des lecteurs de ne pas avoir mis de suite les sources,


                                        merci pour votre compréhension

                                        amicalement Mabelis24 smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

MaBelis24

MaBelis24
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès