• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le MYTHE de l’EXIL
#96 des Tendances

Le MYTHE de l’EXIL

Le Gouverneur Romain Titus chassa les Juifs de Jérusalem et détruisit la ville... Les ''exilés'' s'éparpillèrent en Palestine.

 

Deux mille ans plus tard, cette simple réalité a été transmutée en un concentré exceptionnel de ''balivernes académiques'' qui nous ont pénétré, imbibé, et finalement ''habité'' :

 

« Contraint à l'exil, le peuple juif demeura fidèle au pays d'Israël à travers toutes les dispersions, priant sans cesse pour y revenir, toujours avec l'espoir d'y restaurer sa liberté nationale. Motivés par cet attachement historique, les juifs s'efforcèrent, au cours des siècles, de retourner au pays de leurs ancêtres pour y reconstituer leur État. »

(Déclaration d'indépendance d' Israël – 14 mai 1948) (1)

 

Nous proposons ici de regarder de plus près cet incroyable entrelacement de contrevérités, qui flottent quelque part entre propagande et endoctrinement.

 

PNG

Arc de Triomphe – 81 après JC – (Arch of Titus Menorah) - Auteurs : derivative work : Steerpike (talk) Arc_de_Triumph_copy.jpg : user : בית השלום, CC BY 3.0 <https://creativecommons.org/licenses/by/3.0&gt ;, via Wikimedia Commons

 

 

Le génie humain, sur tous les continents, et dès les temps les plus reculés/ archaïques, a toujours été capable de s'inventer et de se construire des mythes (au besoin en empruntant des 'briques' à d'autres tribus/ cultures).

 

De même, « il ne faut pas lire les textes du Pentateuque comme des récits historiques ; ils ont été écrits bien plus tard que les époques qu'ils dépeignent.  (…) bon nombre des événements relatés dans les livres des Rois se retrouvent, avec une autre perspective, dans les annales ou inscriptions assyriennes et babyloniennes. » (11) (Thomas Römer)

 

 « La fonction du mythe est de fonder l’unité du groupe humain où il se développe : les membres de ce groupe croient à une vérité exposée par le mythe et ils ont foi en sa vertu. Le mythe appartient tout à la fois à chaque individu et à une importante communauté à laquelle il sert de ciment, de véhicule de communication ». (2)

 

L'humain sait par lui-même que le mensonge crée une réalité dans l'esprit de ceux ciblés. Et cette réalité induite, faisant fonction de mythe, pourra les amener à adhérer au projet politique qui aura été initialement pensé à leur intention.

Le mythe peut donc aussi constituer un ''capital politique immatériel'' quand, les siècles passant, le mythe initial peut être recyclé sur d'autres projets.

 

Note JPCiron : Dans la Bible, le mensonge est parfois inspiré par le divin (1Rois 20-23), tandis qu'il est condamné dans d'autres versets. Cela crée une image de dualité... ou a minima suggère que ''la fin peut justifier les moyens''. Ce qui ouvre grandes les portes de la manipulation au service de divers projets.

 

 

Voici le Plan de l'Article :

> Quand le Faux fait partie de notre Vrai

> Brève histoire des ''indigènes de Palestine''

> Les suites du traumatisme (Assyriens puis Babyloniens)

> Le mythe de la punition divine par l'Exil

> L'Origine de la Diaspora

> La Génétique ne trouve aucun Exil au 1er siècle

> L' Arabe n'est pas toujours celui que l'on croit

 

 

 

>> Quand le Faux fait partie de notre Vrai

 

« La plupart de nos opinions sont façonnées par la pensée collective plutôt que par la rationalité individuelle, et notre attachement à ces opinions tient à la loyauté envers le groupe. » (…) « Dès lors que des identités personnelles et des systèmes sociaux entiers sont construits sur un récit, il devient impensable d'en douter, non du fait des preuves qui l'étaieraient, mais parce que son effondrement déclencherait un cataclysme personnel et social ! » (3), voir aussi (4) C'est pourquoi toute contradiction même évidente ne sera souvent pas même contestée, mais sera simplement ignorée au profit de la Vérité du Groupe : « Une vérité absolue, en arrêtant le plaisir de penser donne le plaisir de réciter. » (4) (B. Cyrulnik)

 

Il apparaît clairement que « Homo sapiens est une espèce post-vérité, dont le pouvoir suppose que l'on crée des fictions et qu'on y croie. (…) il semble bien que nous vivions bel et bien dans une ère terrifiante de post-vérité, quand (…) des histoires et des nations entières pourraient bien être faux » (3) (Y. N. Harari)

 

Note JPCiron : rappelons ici, pour être clairs, que la légitimité de l'existence de l’État d'Israël n'est pas contestée, bien que la politique dudit Etat, souvent perçue comme coloniale et discriminatoire, est a minima questionnable. 

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/selon-les-ongs-b-tselem-israel-et-232782

Et d'autant plus que le texte La révolution palestinienne et les Juifs, publié en 1970 par le Fatah, l’organisation de Yasser Arafat, aux éditions de Minuit, reprend des couleurs. Le projet ? L’établissement d’une société progressiste ouverte à tous, juifs, musulmans et chrétiens, afin d’en finir avec la société d’apartheid instaurée par l’occupation et que viennent de dénoncer les organisations de défense des droits humains B'Tselem (israélienne) et Human Rights Watch (internationale).

https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/la-revolution-palestinienne-et-les-juifs-un-livre-pour-l-histoire-et-pour,4805

 

 

Et le thème « L'exil juif, un mythe ?  » est effectivement un thème intéressant. Le réalisateur Israélien Ilan Ziv en a fait un documentaire et explique : « Le retour massif des Juifs en Palestine et les tensions territoriales qui en découlent ont-ils été alimentés par un mythe ? » (…) « Ce mythe a créé beaucoup de souffrances pour les Palestiniens et continue d'en créer. On ne peut pas le nier  » Ilan Ziv poursuit : « il est probable que les gens chassés par les Israéliens soient en fait des descendants de Juifs qui se seraient convertis à l'islam il y a 1300 ans. » (8)

 

 

 

>> Brève histoire des ''indigènes de Palestine''

 

« L'étude, publiée dans ''Cell'' montre que les migrants des lointaines montagnes du Caucase se sont mêlés aux populations natives pour forger la singulière culture cananéenne qui a dominé la région entre l'Égypte et la Mésopotamie pendant l'âge du bronze (environ 3000 avant J.-C. à 1200 avant J.-C.). » (…) « Les chercheurs ont également comparé l'ADN ancien à celui des populations modernes et ont constaté que la plupart des groupes arabes et juifs de la région devaient plus de la moitié de leur ADN aux Cananéens et à d'autres peuples qui habitaient l'ancien Proche-Orient ; une zone englobant une grande partie du Levant moderne, le Caucase et l'Iran. » (9) (Article ''Alliance'')

 

Une nouvelle étude génétique suggère qu'en dépit des changements tumultueux dans la région depuis l'âge du bronze, les indigènes « habitants actuels de la région sont, dans une large mesure, descendants de ses anciens habitants » (10) (National Geographic)

 

« Alors que les Égyptiens construisaient des pyramides et que les Mésopotamiens construisaient des ziggourats il y a environ 4 500 ans, les Cananéens ont commencé à développer des villes entre ces grandes puissances. Ils apparaissent pour la première fois dans les archives historiques vers 1 800 avant J.-C., lorsque le roi de la cité-État de Mari, dans l'est de la Syrie, s'est plaint des ''voleurs et Cananéens''. » (10)

 

Mais nous en sommes quand même venus à croire au mythe de la présence de deux peuples indigènes en Palestine. Pourtant le théologien Thomas Römer souligne que la distinction entre Israélites et Cananéens n’est qu’une « construction théologique  ». « L'opposition que l'on trouve dans la Bible entre Israélites et Cananéens n'est nullement une opposition ethnique, mais une construction idéologique au service d'une idéologie ségrégationniste. » (11)

 

Il n'empêche que le Nettoyage Ethnique de la Palestine a bien eu lieu après 1947 : « les dirigeants du mouvement Sioniste ont organisé le ''transfert'', par la violence et l’intimidation, de 800.000 'Arabes' plutôt pacifiques, sans défense, abandonnés de tous. » (20) (Historien Israélien Ilan Pappe) Leurs descendants réclament aujourd'hui leur ''droit au retour'' ... et sont regardés comme des ''terroristes''.

https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/le-viol-de-nos-actuels-principes-214231

https://www.agoravox.fr/actualites/international/article/le-sionisme-la-declassification-209989

 

Note JPCiron - Mais les malfaisants de tous bords continuent à agir impunément :

Les exécutions extra-judiciaires de Palestiniens par les snipers de l'Armée Israélienne sont dénoncés mais restent, chez nous, cachés sous un voile de silence complice :    

https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/gaza-razan-al-najjar-heroique-et-victime,5165

Par ailleurs, les officiels Israéliens se rendent bien compte que, les réseaux sociaux aidant,  « la communauté juive américaine est de plus en plus critique vis-à-vis de la politique de l’État hébreu  ». Aussi, leur propagande vise d'abord les milieux évangéliques américains qui sont, eux, prêts à favoriser tout et n'importe quoi en Israël pour hâter leur rêve prophétique fou de l'Apocalypse ''imminente'' et de la ''seconde venue du Christ''.    

https://orientxxi.info/magazine/un-air-d-apocalypse-de-l-amerique-du-nord-a-jerusalem,5157

 

 

>> Les suites du traumatisme (Assyriens puis Babyloniens)

 

Les piliers identitaires des peuples du Proche-Orient ancien étaient constitués du roi, du temple du dieu national, et du pays. « La destruction de Jérusalem et de son temple par les Babyloniens, en 587 avant l'ère chrétienne, avait provoqué (…) une crise idéologique. Il fallait trouver de nouveaux fondements pour dire l'identité d'un peuple privé de ses institutions (…). » (11) Une des réponses est ''l'histoire deutéronomiste''.

 

« Le point de vue selon lequel l'Israël d'avant la monarchie aurait été constituée de douze tribus est par ailleurs une invention des auteurs bibliques des époques perse et hellénistique durant lesquelles cette idée joue un rôle important pour affirmer l'unité religieuse de la Judée, de la Samarie et de la Galilée. » (11)

 

Techniquement, cette construction théologique vise à Créer de toutes pièces l'idée de l'existence d’un ’’Peuple Hébreu’’ comme il est analysé ici : 

 https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/etonnant/article/l-enigme-des-hebreux-d-ou-viennent-225205

 

Les historiens juifs, jusqu'à la première moitié du XIX siècle, considéraient l'Ancien Testament comme un livre de Théologie. Puis vint Heinrich Graetz qui, lui, le considérait comme porteur d'une histoire ''nationale''. Historique donc. Les historiens sionistes se sont emparés de l'idée, et l'ont promue au niveau d'un dogme... qui sera plus tard enseignée dans les écoles israéliennes, dans les manuels d'Histoire. (5) (Shlomo Sand)

Et ceci constitue un tournant majeur que je fais souligner à Nassim Nicholas Taleb : « Toute l’évolution de la société, économique ou morale, émane d’un petit groupe d’individus. »  En effet, la règle de la minorité s'applique à toutes les sociétés du monde, et fait qu' « un petit groupe de gens intolérants et vertueux (…) suffit pour faire fonctionner correctement la société. » Sur le long terme, l'intolérance ''paye''. En effet, «  La société n’évolue pas par consensus, vote, majorité, comité, réunions, conférences universitaires et sondages : seule une poignée de gens suffit à faire bouger les choses. Il suffit d’agir de façon asymétrique. (…) Le petit groupe intolérant impose sa vertu aux autres grâce à son intolérance. (…) La même logique s’applique pour les droits civiques. » Voir autres exemples en (13) (Nassim Nicholas Taleb)

Dans cette perspective de N. N. Taleb, la démocratie est un des outils servant à formaliser le ''consentement'' du peuple au sens de Noam Chomsky ; ''consentement'' obtenu par d'autres voies.

 

 

En réalité, seule la Bible témoigne de la présence, en ces temps anciens, de deux peuples distincts sur le même territoire. Pour parodier Harari, je dirais « Ce n'est pas un mensonge, c'est de l'imagination. »

 

 

 

>> Le mythe de la punition divine par l' Exil

 

« L' exil de l'an 70 de notre ère (…), événement fondateur dans l'histoire des Juifs, d'où la diaspora tire son origine, n'a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n'ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la méditerranée. (…) les habitants de Judée continuèrent à vivre sur leurs terres, même après la destruction du second temple. Une partie d'entre eux se convertit au Christianisme au IV siècle, tandis que la grande majorité se rallia à l'Islam au VII siècle. (…) Les paysans de Palestine sont les descendants des habitants de l'antique Judée. » (5) (Shlomo Sand)

 

« Je le répète, cette vision [de la diaspora par l'Exil] repose sur une ignorance de l'histoire, inspirée de fait d'une invention des pères de l'Église catholique qui, dans leur hostilité envers les juifs, voulaient prouver que Dieu les avait punis pour la crucifixion de Jésus (...).  » (6) La foule de documents que Rome nous a légué ne contient en effet aucun document qui suggère une quelconque expulsion de Judée. Il en découle qu'il n'existe aucun élément substantiel à l'appui de la thèse de l'"Exil".

 

En effet, « Au cours de l’histoire, l’Église s’est définie par rapport aux Juifs par le biais de ce qu’on a appelé la théologie de la substitution [qui marqua la théologie catholique pendant près de vingt siècles] : l’Église considérait qu’elle avait remplacé dans le plan divin le peuple juif, car ce dernier avait failli dans sa mission en ne reconnaissant pas Jésus ; Dieu avait scellé une nouvelle alliance dans le sang de Jésus et l’ancienne alliance faite avec les Juifs était révoquée ; les Juifs étaient punis parce qu’ils n’avaient pas reconnu en Jésus le Messie et étaient condamnés à vivre en Diaspora  ; leur subsistance dans un état d’infériorité avait pour but d’attester de la vérité et de la supériorité du christianisme (…). » (14)

 

En 1965, la déclaration du Vatican Nostra Aetate (15) introduit l'enseignement du respect et de l'estime pour les diverses religions non-chrétiennes, dont les religions musulmane et juive : « la relation de l’Église et des Juifs appartient au plan de Dieu et au mystère de Dieu. Chrétiens et Juifs sont reliés ''spirituellement'' et cela fonde théologiquement les relations entre ces croyants. » (14) Exit donc le concept de ''Juifs déicides'' qui devient, après 2000 ans..., associé à l'antisémitisme... Noastra Aetate souligne aussi l'importance de « la fraternité universelle excluant toute discrimination : » 

(1Jean 4:8) « Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.  » « Par là est sapé le fondement de toute théorie ou de toute pratique qui introduit entre homme et homme, entre peuple et peuple, une discrimination en ce qui concerne la dignité humaine et les droits qui en découlent. » (15) C'est dit, mais reste inaudible. En outre, d'autres branches du Christianisme ne l'entendent pas ainsi.

 

Et il y a tant de choses à régler pour faire avancer le schmilblick (= cette nouvelle relation avec le Judaïsme) : Situation en Palestine contraire à l'Ecriture, poids décroissant de l’Église catholique dans les esprits, poids des habitudes,... qu'il faudra sans doute encore quelques siècles pour ''boucler l'affaire''. On ne sait comment... D'autant plus qu'il faudra clarifier cette fameuse définition de cette relation avec le judaïsme. Thérèse Hebbelinck souligne d'ailleurs très pertinemment que, dès lors, « le judaïsme interroge l’Église dans son identité même. » 

 

En 2000 ans, les Juifs n'ont jamais tenté de retourner dans leur ''patrie ancestrale''. Le Talmud de Babylone le leur interdit d'ailleurs expressément :

« À quelles [actions] ces trois serments seront-ils [appliqués] ? L'un dicte aux Juifs qu'ils ne doivent pas converger vers [Sion] en un mur [par la force] ; et l'un est que le très Saint, béni soit-il, commande aux Juifs de ne pas se révolter contre les nations du monde ; et l'un est que le très Saint, béni soit-il, commande aux idolâtres de ne pas subjuguer les Juifs plus que nécessaire » (Ketouvot). (7) 

En outre, il est de notoriété publique que les élites israélites exilées à Babylone, une fois libérées par le roi Perse, ont pour la plupart préféré rester sur place !

 

 

 

>> L'Origine de la Diaspora

 

« (…) le judaïsme est, dès sa naissance, une religion de la diaspora [Babylone et Égypte] qui se développera durant l'époque hellénistique sur tout le pourtour de la Méditerrannée. Entre 400 et 350 [avant JC] se met en place la compilation de différents écrits en un proto-Pentateuque qui devient le fondement du judaïsme naissant mais aussi des Samaritains dont le sanctuaire central se trouve, dès le V siècle, sur le mont Garizim. » (11) (Thomas Römer)

 

« De la révolte des Maccabées, au II siècle avant notre ère, à la révolte de Bar-Kokhba, au II siècle après J-C, le judaïsme fut la première religion prosélyte. » (7) : Au I siècle après JC : royaume juif d'Adiabène (Kurdistan) – Au V s. : Royaume de Himyar (Yemen) – au VII s. Reine juive Dihya el-Kahina (Afrique du Nord Berbère) – VIII s. immense royaume Kahzar (mer Caspienne/ mer Noire) – L'expansion continue du judaïsme du Caucase à l'Ukraine, en dépit des invasions, devint la base de la Culture & langue Yiddish.

 

« Si la diffusion de la religion débuta dès la fin de la période perse [IV et III s. av. JC], avec l'ascension de la dynastie des Hasmonéens [II et I s. av JC] cet objectif fut promu au rang de politique officielle. Les Hasmonéens furent véritablement les premiers à ''produire'' des juifs en masse et du ''peuple'' en quantité. » (7) (Shlomo Sand)

 

« Contrairement à l’idée reçue, la diaspora ne naquit pas de l’expulsion des Hébreux de Palestine, mais de conversions successives en Afrique du Nord, en Europe du Sud et au Proche-Orient. Voilà qui ébranle un des fondements de la pensée sioniste, celui qui voudrait que les Juifs soient les descendants du royaume de David et non (…) les héritiers de guerriers berbères ou de cavaliers khazars. » (5)

 

Tristement, « Quand un millier de gens croient une histoire inventée un mois durant, ce sont des fake news. Quand un milliard de gens y croient un millénaire, c'est une religion, et on nous somme de ne pas parler de fake news pour ne pas froisser les fidèles (ou encourir leur courroux). » (3) (Yuval Noah Harari)

https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/comment-le-peuple-juif-fut-invente-236724

 

 

 

>> La Génétique ne trouve aucun Exil au 1er siècle

 

Les résultats des analyses ADN montrent que « la diaspora juive, c'est-à-dire la dispersion à partir du Moyen-Orient, aurait eu lieu il y a 2500 ans.  » (12) C'est-à-dire après les invasions brutales et meurtrières des Assyriens puis des Babyloniens, mais bien avant la domination des Romains. Cette date (aux alentours de 500 avant JC) confirme bien que la diaspora est issue de l 'émigration prosélyte ancienne, et non du mythe de l'Exil au I er siècle de notre ère.

 

Par ailleurs, il apparaît que « encore actuellement, les populations non-juives dont le génome présente le plus de points communs avec celui des communautés juives sont celles qui vivent au Moyen-Orient. » (12) (Article Le Figaro Sciences)

 

 

JPEG

Du temps de l’Antiquité Égyptienne, les Berbères y étaient appelés ’’Lybiens’’. Sur une fresque égyptienne, vers 1300 avant JC, sont représentés : quatre Lybiens (= Berbères) avec plumes et tatouages, un Nubien, un ’Asiatique’ (= Syrie-Palestine-Hijaz/Asir), et un Égyptien : Source : Tombe du Pharaon Seti 1er – Public Domain - https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Races2.jpg

 

 

>> L' Arabe n'est pas toujours celui que l'on croit

 

Le Genographic Project (du National Geographic Society) décrypte l'ADN de différentes populations autochtones de par le monde.

 

Pour la région « MENA » (Moyen Orient et Afrique du Nord), le Projet dévoile le fait que pour le groupe ''Nord-Africains'', c'est le génome ''Berbère'' qui y prédomine largement : 88% en Tunisie, 68% en Égypte. (19) (Genographic Project)

En outre, en Égypte, on ne compte que 17% de génome 'Arabe' et 4% de génome de la diaspora 'Juive'.

Le Peuple Amazigh, ce sont les Berbères : un peuple autochtone de l’Afrique du Nord. On les trouve partout : des Canaries à l’Égypte ; de la Méditerranée au fleuve Niger ; outre une grande diaspora. L'identité berbère est généralement plus large que la langue et l'ethnicité, et englobe toute l'histoire et la géographie de l'Afrique du Nord. https://fr.wikipedia.org/wiki/Berb%C3%A8res

Dans la région 'MENA', la conquête Arabe du VII siècle a marqué les esprits :de nos jours, la plupart des Berbères se considèrent ''Arabes''.

Par contre, le génome ''Arabe'' a été identifié pour 85% du groupe ''Juifs''. Le génome ''Arabe'' est également fort au Koweit (84%) et en Iran (56%). (19)

 

 

Par ailleurs, de nombreuses autres études génétiques montrent que les Juifs et les Palestiniens du Levant sont très proches. Pourtant, «  Alors que les combats se poursuivent au Moyen-Orient, une nouvelle étude génétique montre que de nombreux Arabes et Juifs sont étroitement liés » (…) « Le généticien Michael Hammer de l’Université de l’Arizona à Tucson a découvert que le chromosome Y chez les Arabes du Moyen-Orient était presque indissociable de celui des Juifs. » (16) (Article Science)

 

En Palestine, « Les Juifs sont les frères génétiques des Palestiniens, des Syriens et des Libanais, et ils partagent tous une lignée génétique commune qui remonte à des milliers d’années. » (17) En effet, comme anticipé plus haut, «  Les Juifs et les Arabes d’aujourd’hui en Israël, en Jordanie, au Liban et dans certaines parties de la Syrie tirent la moitié de leur ascendance des Levantins de l’âge du bronze, qui descendent d’un mélange de locaux et de migrants d’Iran ou du Caucase. » (18) (Article HAARETZ)

 

 

 

Chacun pourra faire sa propre conclusion puisque, de manière générale, quel que soit le domaine d'activité humaine, notre Civilisation n'a plus guère de boussole (ou bien en avons-nous trop ?) : le Vrai vaut le Faux tant qu'on veut y croire, et le Mal est traditionnellement vêtu de plumes de Vertu (= les pures intentions déclarées), si bien qu'il est devenu le Bien. 

En tout cas, nous avons besoin en permanence d'ennemis, proches ou lointains, sur lesquels projeter-exporter l'image de nos propres problèmes et les combattre là où l'on veut les voir.

 

 

JPCiron  

                   oct 2021

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: NOTES  :: :: :: :: :: :: :: :

 

.. (1) – Déclaration d'Indépendance d'Israël – 14 mai 1948

https://mfa.gov.il/MFA/MFAFR/MFA-Archive/Pages/La%20Declaration%20d-Independance%20d-Israel.aspx

 

..... (2) – Note de lecture de Philippe Coutant sur "La domestication de l'Être'' par Peter Sloterdijk – Ed Mille et une nuits – 2000 - http//1libertaire.free.fr/sloterdijk.html

.. (3) – Ouvrage « 21 leçons pour le XXI e siècle » par Yuval N. Harari – Albin Michel – 2018

.. (4) - Ouvrage « Des âmes et des saisons  » par Boris Cyrulnik – Odile Jacob – 2021 - « Nous croyons raisonner par nous-mêmes alors que nous ne faisons qu'incorporer dans notre mémoire les récitations du groupe, ses croyances et ses préjugés. » [Cela crée un] « sentiment d'appartenance ». (…) « La culture occidentale nous a fait croire qu'une personne pouvait se développer sans tenir compte de la pression des autres. Les études de la psychiatrie sociale nous prouvent que cette notion d'individu sans contexte est une illusion de notre pensée. » (…) « Les êtres humains ne sont pas séparables de leur milieu, comme nous l'a fait croire un individualisme simplificateur. Leur corps est un carrefour de pressions écologiques et leur âme un carrefour de récits. »

 

.. (5) – Article Le Monde Diplomatique « Déconstruction d'une histoire mythique. Comment fut inventé le peuple juif  » par Shlomo Sand – Août 2008 -

https://www.monde-diplomatique.fr/2008/08/SAND/16205

 

.. (6) - Ouvrage « Histoire de Canaan et du pays des Hébreux  » (en hébreu), par Adya Gur Horon (1907 – 1972) Tel-Aviv, Dvir, 2000, p. 344 - Cité par Shlomo Sand (7) p. 188

 

.. (7) – Ouvrage « Comment le Peuple Juif fut inventé. De la Bible au Sionisme » par Shlomo Sand – Fayard – 2008

 

.. (8) - Article La Presse « L'exil juif, un mythe ? » par Philippe Mercure – Juin 2013

https://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201306/29/01-4666291-lexil-juif-un-mythe.php

 

.. (9) - Article Alliance « Le patrimoine génétique des Cananéens survit chez les Arabes et Juifs » par Claudine DOUILLET – mai 2020

https://www1.alliancefr.com/actualites/le-patrimoine-genetique-des-cananeens-survit-chez-les-arabes-et-juifs-6086844

Basé sur Étude génétique ''CELL'' :

http://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(20)30487-6

 

.. (10) – Article National Geographic « L'héritage surprenant des Cananéens, mystérieux peuple de l'âge du bronze  » par Andrew Lawler – mai 2020

 

.. (11) – Ouvrage « L'invention de Dieu » par Thomas Römer – Seuil – 2017

.. (12) – Article Le Figaro Sciences « L'histoire juive confirmée par la génétique » Par Jean-Luc Nothias – juin 2010

https://www.lefigaro.fr/sciences-technologies/2010/06/09/01030-20100609ARTFIG00742-l-histoire-juive-confirmee-par-la-genetique.php

 

.. (13) – Article « Dictature de la minorité : pourquoi les plus intolérants gagnent » - par Nassim Nicholas Taleb – Burdugala-Presse – juin 2021

https://burdigala-presse.fr/dictature-de-la-minorite-pourquoi-les-plus-intolerants-gagnent

N.N. Taleb commence son Article par des exemples alimentaires : « Quelqu’un qui mange kasher (ou halal) ne mangera jamais de la nourriture non-kasher (ou non-halal) mais il est permis à quelqu’un qui ne mange pas kasher de manger kasher. » Ainsi, « La population qui mange kasher représente moins de trois dixième de pourcent des résidents des États-Unis d’Amérique. Pourtant, il semble que presque toutes les boissons sont kasher. » De même « Au Royaume-Uni, où la population musulmane (pratiquante) représente entre 3 et 4% de la population, une proportion élevée de la viande est halal. Près de 70% des exportations d’agneau de Nouvelle-Zélande sont halal. »

Et N.N. Taleb poursuit par des exemples en religions, guerre, morale,... Le fameux principe de la minorité s'applique même à la Révolution Française... 

L'Article original ( en Anglais) : https://medium.com/incerto/the-most-intolerant-wins-the-dictatorship-of-the-small-minority-3f1f83ce4e15  

 

..... (14) - Thérèse Hebbelinck, « L’Église catholique et l’enseignement de l’estime. Discours sur le judaïsme et relations avec les Juifs en Belgique et en France de 1965 à 2000 », Les Cahiers de la Mémoire Contemporaine [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 05 novembre 2019 - https://journals.openedition.org/cmc/376

 

.. (15) - VATICAN - DÉCLARATION SUR LES RELATIONS DE L'ÉGLISE AVEC LES RELIGIONS NON CHRÉTIENNES - NOSTRA AETATE – Octobre 1965

https://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/vat-ii_decl_19651028_nostra-aetate_fr.html

.. (16) - Article Science « Jews and Arabs Share Recent Ancestry » by Ann Gibbons – 2000 - https://www.science.org/news/2000/10/jews-and-arabs-share-recent-ancestry

« As fighting continues in the Middle East, a new genetic study shows that many Arabs and Jews are closely related » (…) « Geneticist Michael Hammer of the University of Arizona in Tucson found that the Y chromosome in Middle Eastern Arabs was almost indistinguishable from that of Jews.  »

.. (17) – Article ScienceDaily « Jews are the genetic brothers of Palestinians, Syrians, and Lebanese, study finds » by New York University Medical Center And School Of Medicine may 2000

https://www.sciencedaily.com/releases/2000/05/000509003653.htm

« Jews are the genetic brothers of Palestinians, Syrians and Lebanese, and they all share a common genetic lineage that stretches back thousands of years. »

 

.. (18) – Article HAARETZ « Jews and Arabs Share Genetic Link to Ancient Canaanites, Study Finds » by Ariel David – May 2020

https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-jews-and-arabs-share-genetic-link-to-ancient-canaanites-1.8871073

« Today’s Jews and Arabs in Israel, Jordan, Lebanon, and parts of Syria get half their ancestry from Bronze Age Levantines, who descended from a mix of locals and migrants from Iran or the Caucasus »

 

.. (19) – Article Medias24 – Le 'Genographic Project' mené par National Géographic' – par Admin – Jan 2017/ avril 2021

https://www.medias24.com/2017/01/19/national-geographic-ladn-des-populations-dafrique-du-nord-tres-peu-arabe/

https://fr.wikipedia.org/wiki/Berb%C3%A8res

 

.. (20) – Ouvrage « Le Nettoyage Ethnique de la Palestine » par l'Historien Israélien Ilan Pappe – Fayard – 2008 

 :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Jonas Jonas 9 mai 10:22

    « L’ exil de l’an 70 de notre ère (…), événement fondateur dans l’histoire des Juifs, d’où la diaspora tire son origine, n’a pas donné lieu au moindre ouvrage de recherche. Et pour une raison bien prosaïque : les Romains n’ont jamais exilé de peuple sur tout le flanc oriental de la méditerranée. »

    Les Romains ont livré une guerre totale au royaume juif, détruisant le Temple de Jérusalem en 70 et la forteresse de Massada, dans la première guerre contre les Juifs, puis liquidé les derniers résistants juifs au début du IIème siècle.

    Ce qui a définitivement scellé le sort de la domination juive en Israël, et forcé leur exil.


    • Pascal L 9 mai 14:02

      @Jonas
      Tout à fait et il existe de très nombreuses mentions de la présence du Peuple juifs de l’autre côté du Jourdain jusqu’au Yemen. Certaines villes étaient presque exclusivement peuplées de Juifs qui s’étaient regroupés selon leurs sectes très diverses : rabbanites, ébionites... Seules quelques sectes, dont les chrétiens, qui ne s’étaient pas soulevés ont eu le droit de revenir. En 614, lors de la conquête de la ville par les Perses, elle était majoritairement chrétienne. Les Perses ont confié le pouvoir sur la ville aux Rabbanites mais ceux-ci ont massacré près de 30000 chrétiens sur une dispute sur la reconstruction du Temple. Les Rabbanites ont été chassés à nouveau et se sont les judéo-nazaréens qui se sont emparés de la ville en 634 en emmenant les Arabes avec eux. On connait la suite. Ceux-ci ont reconstruit trois fois de suite le Temple (le dernier est le Dôme du Rocher), sans jamais y faire revenir Dieu ou Jésus.


    • JPCiron JPCiron 11 mai 08:54

      @Pascal L

      il existe de très nombreuses mentions de la présence du Peuple juifs de l’autre côté du Jourdain jusqu’au Yemen. Certaines villes étaient presque exclusivement peuplées de Juifs >

      Oui, les israélites étaient présents un peu partour dans la péninsule arabique, déjà bien des siècles avant JC. Et particulièrement au nord du Yémen, le long de la côte, dans le Hiraz, ou se trouve d’ailleurs le véritable Mont Sinaï (sous un autre nom).
      https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/extraits-d-ouvrages/article/la-bible-est-nee-en-arabie-par-238843


    • Jonas Jonas 9 mai 11:03

      « En 1965, la déclaration du Vatican Nostra Aetate (15) introduit l’enseignement du respect et de l’estime pour les diverses religions non-chrétiennes, dont les religions musulmane et juive’

      L’Église catholique ne reconnait pas l’islam comme religion, mais comme hérésie. Je rappelle d’ailleurs les sourates du Coran qui nient le Christ et demande à Allah l’éradication des Chrétiens :
       »Les Chrétiens disent : « Le Christ est fils de Dieu ». Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse !« 
      Le Coran 9:30

      Le Pape François ne représente pas l’Église catholique, mais Vatican II, une infiltration maçonnique à Rome depuis 1965.

      Le Pape François enseigne autre chose que la doctrine catholique, c’est donc un hérétique. Dans son encyclique  »Fratelli Tutti«  (Tous frères), il prend l’imam Ahmad Al-Tayeb, le cheikh d’Al Azhar, un islamiste radical antisémite, comme modèle et guide :
       »Regardez à quel point nous souffrons aujourd’hui à cause du sionisme global et du Judaïsme, alors que notre coexistence pacifique avec les Chrétiens a traversé l’Histoire. Depuis la naissance de l’Islam il y a 1400 ans, nous avons souffert de l’interférence juive et sioniste dans les affaires musulmanes. Ce fut cause de grands malheurs pour les Musulmans. Le Coran a dit, et l’Histoire l’a prouvé : « Tu trouveras que les ennemis les plus acharnés des Croyants sont les Juifs et les polythéistes. »
      « Ils (les Juifs) considèrent que tous les autres leur sont inférieurs, extrêmement inférieurs. Ils (les Juifs) pratiquent une hiérarchie, et ils n’ont pas honte de l’admettre parce que c’est écrit dans la Thorah, vis à vis des meurtres, de l’esclavage, et d’autres choses encore. Ils ont généré des problèmes non seulement avec la communauté musulmane, mais également avec tous les autres peuples, et l’Histoire l’a clairement démontré. Ces pratique et croyances ont fait en sorte que tout le monde, même les non-musulmans, détestent les Juifs. »

      Ahmad Al-Tayeb, Cheikh de l’université Al-Azhar - Channel 1 - Égypte - 25 octobre 2013

      « Si un apostat ne se repent pas, il doit être tué. »
      Ahmad Al-Tayeb, Cheikh de l’université Al-Azhar -16 juin 2016

      En s’associant ainsi à cet imam misogyne, antichrétien et antisémite, le Pape François en fait la promotion et lui donne une crédibilité.
      Il fait ainsi entrer le loup dans la bergerie. Dieu ne doit pas s’associer à Satan, mais le combattre !


      • JPCiron JPCiron 9 mai 12:22

        Bon, le thème central de mon Article est ’’Le Mythe de l’Exil’’, et je mentionne brièvement Nostra Aetate dont le texte introduit «  l’enseignement du respect et de l’estime pour les diverses religions non-chrétiennes, dont les religions musulmane et juive  ».

        .

        Voici la note du Vatican sur Nostra Aetate, et l’extrait sur la religion musulmane au point 3 : https://www.vatican.va/archive/hist_councils/ii_vatican_council/documents/va t-ii_decl_19651028_nostra-aetate_fr.html


        3. La religion musulmane

        L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s’ils sont cachés, comme s’est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu’ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète ; ils honorent sa Mère virginale, Marie, et parfois même l’invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement, où Dieu rétribuera tous les hommes après les avoir ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l’aumône et le jeûne.

        Même si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le saint Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté.

         :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :


        Il y a aussi, par ailleurs, une étude intéressante : « L’Islam aux yeux de la théologie catholique »

        https://books.openedition.org/pusl/6704?lang=fr


         :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: :: ::


        • Jonas Jonas 9 mai 12:32

          @JPCiron
          Vatican II est une tromperie qui sous prétexte de fraternité universelle maçonnique, vise à introduire l’islam en Europe.
          Pour les Chrétiens, Jésus est venu s’incarner sur Terre pour s’offrir et souffrir sur la Croix afin de racheter nos douleurs, nos malheurs, nos jalousies, nos rancœurs, nos mensonges, tous les péchés du Monde.
          Cette rédemption est un Sacrifice entier et gratuit du Fils de Dieu venu pour nous sauver. Sa Résurrection est le Don de Grâce et d’Amour offert par Dieu pour tous les hommes qui cherche leSalut.
          Dans le Coran, Issa, le « Jésus » musulman, n’est pas Fils de Dieu, il n’est pas crucifié sur la Croix, n’est pas ressuscité. Il n’y a pas de Rédemption, ni de rachat des péchés.
          Issa n’est qu’un prophète musulman appliquant les lois islamiques telles qu’elles sont énoncées dans le Coran : frapper la femme qui désobéit à son mari, fouetter les femmes adultères (100 coups de fouet), couper la main des voleurs, haïr les non-musulmans, combattre et brûler les mécréants.
          Bien évidemment incompatible avec le message du Christ des Évangiles dans la Bible.

          Bachar El Sayadi, l’imam de la Mosquée El Kaouthar de Rouen : « Les Chrétiens croient en la bêtise de la Trinité »

          Youssef Abou Anas, imam de la Mosquée d’Ecquevilly : « se prosterner devant une Croix est pire que de tuer une âme innocente. »

          Bourchachene Abdessamad, le prédicateur anti-chrétien de la Mosquée de Fumel dans le Lot-et-Garonne, incite les Musulmans à la haine du Christianisme et du Judaïsme : « Dans la religion chrétienne et juive, la femme on la considère comme un être qui comporte le mal pur »

          Tarik Abou Nour, prédicateur vedette des Grandes Mosquées de Rouen, Strasbourg, Saint-Étienne, Villeneuve-la-Garenne, Quétigny, proche des Frères Musulmans, méprise la croyance des Chrétiens en niant la Trinité et la Crucifixion du Christ.

          L’imam de la Mosquée Rahma de Arles, Morad Hamza, dénigre le Christianisme auprès de la communauté musulmane : « Le 25 décembre n’a rien à voir avec Noël ».

          Le Christianisme, d’après Abdallah BenMansour, est une religion falsifiée.

          SOURCE : https://jesuislaporte.blogspot.com/2019/06/cartographie-de-lislam-en-france.html

        • Pascal L 10 mai 13:06

          @JPCiron
          « le texte introduit «  l’enseignement du respect et de l’estime pour les diverses religions non-chrétiennes, dont les religions musulmane et juive  ». » En fait, vous faites une confusion très courante. L’estime est pour les Musulmans et les Juifs et jamais pour les religions musulmane et juive.

          Ce texte « Nostra Aetate » montre des faiblesses dans la compréhension de l’islam par l’Eglise qui datent le document. Cela rend la compréhension de ce texte ambiguë, mais à cette époque l’église subissait l’influence de Francs-Maçons comme Massignon. Aujourd’hui, cette influence a disparue et la connaissance de le l’islam a beaucoup progressé avec les travaux d’historiens, d’archéologues, d’épigraphistes, de linguistes... Lisez « Le grand secret de l’islam » d’Odon Lafontaine qui a fait un important travail de synthèse.

          Mais il est encore possible de trouver une lecture de « Nostra Aetate » qui ne pose pas de problèmes.

          "La religion musulmane, c’est dans le titre du paragraphe, mais le texte parle des musulmans et pas de l’islam. C’est une erreur très courante d’interprétation de ce texte.
          Marie-Thérèse Urvoy (« Islamologie et monde islamique  »), de l’Université Catholique de Toulouse fait remarquer que le Dieu que nous adorons n’est pas le même : « Le texte de Nostra aetate a induit une autre méprise irréparable en affirmant que les musulmans adorent le même Dieu unique que les chrétiens. Si certains musulmans considèrent sincèrement qu’il en est ainsi, les chrétiens ne peuvent aucunement reconnaître en ce même Dieu le Dieu révélé en Dieu-Fils incarné, venu pour le salut des hommes. Le salut en christianisme et en islam sont à différencier : pour le premier il est lié au péché originel, qui n’existe pas en islam ; pour le second, le salut du croyant est lié à l’obéissance au commandement de Dieu, obéissance qui le sauve des tourments de l’enfer éternels (waʿīd) et lui fait gagner une réelle rétribution au paradis (waʿd). Dieu fait lui-même cette double promesse au croyant dans la révélation coranique. »

          Il est à noter au chapitre précédent (2) que le début du deuxième paragraphe est souvent cité par ceux qui refusent l’Evangélisation des Musulmans, en particulier « L’Église catholique ne rejette rien de ce qui est vrai et saint dans ces religions. […] ces doctrines qui […] cependant reflètent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes. » en oubliant la suite : « Toutefois, elle annonce, et elle est tenue d’annoncer sans cesse, le Christ qui est la voie, la vérité et la vie » qu’il nous faut rappeler sans cesse.
          Ce n°2 s’adresse plutôt au religions pré-chrétiennes qu’à l’islam qui fait l’objet du n°3.


        • JPCiron JPCiron 10 mai 15:02

          @Pascal L

          Grand Merci pour toutes ces clarifications et explications.

          Pour l’observateur incrédule que je suis, ces précisions me donnent le sentiment qu’à l’intérieur même d’une même ’’chapelle’’, les Chrétiens trouvent le moyen de ne pas être d’accord sur bien des points. Ont-ils seulement vraiment le même Dieu ? Je veux dire : pas seulement en façade...

          Que Allah ne soit pas le même Dieu, je peux comprendre (sans l’admettre). Mais alors, dites-moi, pourquoi donc Jésus serait-il le même Dieu que Yahvé ? Car, ils sont bien trois, là, à prétendre avoir fait en sorte que le monde et l’humanité apparaissent : l’un dans le Coran, l’autre dans la Torah, et le troisième dans le Nouveau Testament avec, lui, trois Entités qui ne font qu’une.


        • Jonas Jonas 10 mai 17:31

          @JPCiron « Pour l’observateur incrédule que je suis, ces précisions me donnent le sentiment qu’à l’intérieur même d’une même ’’chapelle’’, les Chrétiens trouvent le moyen de ne pas être d’accord sur bien des points. Ont-ils seulement vraiment le même Dieu ? »

          Comment ça, les « les Chrétiens trouvent le moyen de ne pas être d’accord sur bien des points » ?
          Avant Vatican II, l’islam a pendant des siècles toujours été considérée comme une religion de criminels satanique par l’Église catholique.

          « Moi, Calixte III, Pape, je promets et je jure à la Sainte Trinité, Père, Fils et Saint-Esprit, à la Mère de Dieu toujours vierge, aux Apôtres saint Pierre et saint Paul et à toutes les milices célestes, dussé-je, s’il le faut, verser mon propre sang, de faire, dans la mesure de mes forces, et avec le concours de mes vénérables frères, tout ce qui sera possible pour reconquérir Constantinople, qui a été prise et détruite par l’ennemi du Sauveur crucifié, par le fils du diable, Mahomet, prince des Turcs, en punition des péchés des hommes, pour délivrer les chrétiens qui languissent dans l’esclavage, pour relever la vraie foi et exterminer en Orient la secte diabolique de l’infâme et perfide Mahomet »
          Le Pape Calixte III - 1455

          « Il faut espérer que viendra la conversion à la foi catholique de la plupart de ceux qui appartiennent à la secte impie de Mahomet. »
          Le Pape Eugène IV - Concile de Bâle 7 septembre 1434

          « Diriger la colère du Tout-Puissant vers les Turcs et les Barbares sans Foi qui, méprisent le Seigneur Christ. »
          Pie II - 12 avril 1462

          « Ils ont égorgé les successeurs de Constantin et son peuple, profané les Temples du Seigneur, souillé la noble Église de Justinien avec leurs abominations mahométanes, jusqu’à ce qu’ils aient dominé les monarques européens, renversé la Foi chrétienne, et imposé la Foi de leur faux Prophète à travers le Monde. »
          Pie II - 26 septembre 1459

          « Ils ont interdits de prononcer le nom sacrilège de Mahomet. » [05:00]
          Clément V

          « Si l’Europe chrétienne a dompté les nations barbares et les a fait passer de la férocité à la mansuétude, de la superstition à la vérité ; si elle a repoussé victorieusement les invasions musulmanes, si elle a gardé la suprématie de la civilisation, et si, en tout ce qui fait honneur à l’humanité, elle s’est constamment et partout montrée guide et maîtresse ; si elle a gratifié les peuples de sa vraie liberté sous ces diverses formes ; si elle a très sagement fondé une foule d’oeuvres pour le soulagement des misères, il est hors de doute qu’elle en est grandement redevable à la religion, sous l’inspiration et avec l’aide de laquelle elle a entrepris et accompli de si grandes choses. »
          Pape Léon XIII — Encyclique Immortale Dei — 1er novembre 1885

          etc...


        • JPCiron JPCiron 10 mai 18:07

          @Jonas

          l’ennemi du Sauveur crucifié, le fils du diable, Mahomet 

          >

          Je vois qu’ils sont d’accord pour accorder de grands pouvoirs au fils du Diable, et qu’ à Constantinople, ils lui attribuent même un pouvoir supérieur à celui de Jésus.

          Je suppose que vous vouliez donc aussi nous démontrer que le dualisme chrétien est bien réel ?

          Il semble qu’au moment où la Chrétienté essaie d’effacer deux millénaires, d’antisémitisme (à condition de partager la position privilégiée de peuple élu), il devient important de raviver un vieux front de haine contre les Mahométans...



        • Pascal L 10 mai 18:48

          @JPCiron
          Le problème de l’homme, c’est qu’il n’est pas Dieu, donc, il ne peut prétendre répondre à toutes les questions. Ce qu’il sait sur Dieu est lié à ses propres observations sur laquelle l’interprétation est personnelle. La Trinité, nous pouvons l’observer : nous pouvons rencontrer Jésus, je ne dirais pas face-à-face, car nous ne le voyons pas, mais nous pouvons dialoguer. Quand à l’Esprit-Saint, c’est Dieu quand il nous guide. Il est en nous, mais nous ne sommes pas lui et ne pouvons dire les choses à sa place. C’est toujours a posteriori que nous pouvons deviner sa présence.
          Quand Dieu a quelque chose à me dire, il l’inscrit dans mon cœur comme quelque chose que nous savons depuis toujours. Il n’y a pas de mots et si je veux en parler, je ne peux qu’utiliser mes propres mots et faire ma propre interprétation, forcément liée à ma culture. C’était déjà ainsi que fonctionnaient tous les témoins et prophètes de l’Ancien Testament. Donc, sans une connaissance précise de la culture de l’âge du Bronze tardif, l’interprétation de ces livres est délicate.
          Pour les chrétiens, les textes de référence sont un peu plus récents et fixent les dogmes de manière précise. Le dogme n’est pas un commandement ou une interprétation figée, mais l’Etat des lieux aujourd’hui de notre interprétation. Un dogme est toujours amendable, mais vous devez disposer de solides arguments car le consensus qui a mené à sa rédaction s’est fait sur plusieurs siècles.
          De Dieu, nous n’avons que deux qualificatifs : Amour et Père, qui ne se retrouvent pas dans les 99 noms d’Allah. C’est par l’acceptation de son amour que nous pouvons rencontrer Dieu, ou plutôt, c’est lui qui vient à notre rencontre. Cette rencontre est fondamentale pour passer de la croyance à la foi. Malheureusement, beaucoup fuient cette rencontre car ils en craignent les conséquences, en particulier à cause de notre orgueil. Pourtant, cet amour nous rend libre.


        • Pascal L 10 mai 19:13

          @JPCiron
          Non, pour un Chrétien, le diable n’a que les pouvoirs que nous lui donnons. Avant de lui donner jusqu’à notre volonté, nous avons tous les moyens pour le chasser. Il n’est qu’une créature, plus intelligente que nous, mais il n’a pas accès à notre pensée, ni même à aux événements de l’avenir. Jésus par contre, a tous ces pouvoirs, mais il a également l’amour. Et par amour, il ne fera rien contre notre volonté propre. Quand Jésus nous rencontre, il sait déjà comment nous allons réagir. Il sait également comment nous allons mourrir. Il ne rencontre donc que les personnes qui vont réagir positivement et qu’il sait qu’il peut les sauver par cette rencontre. Si vous voulez rencontrer Jésus pour chercher des arguments contre lui, vous n’y arriverez jamais.
          Ce n’est pas Dieu qui a chassé les Juifs, ce sont les Juifs qui ont chassé Dieu. La grande majorité des Juifs de Jérusalem se sont convertis au christianisme dès les premiers siècles mais quelques obédiences l’ont refusé et se sont révoltés contre les Romains qui les ont chassés. Cela s’est traduit par des massacres de chrétiens par les Juifs, en particulier en 614, lorsque les Perses ont donné le pouvoir sur Jérusalem à des Juifs rabbanites. 30000 morts chrétiens, tout de même. Cela s’est également traduit par des imprécations anti-chrétiennes dans les Talmud. Ce sont des Juifs Nazaréens qui sont à l’origine de l’islam et qui leur ont transmis la haine des autres Juifs et des Chrétiens, haine que l’on retrouve dès la première sourate du Coran.
          Il n’y a aucune haine contre les Juifs et les Musulmans dans le Christianisme. Par contre le Judaïsme actuel et l’islam sont des hérésies judéo-chrétiennes qu’il convient de ne pas suivre. Il ne faut pas confondre la religion et les personnes. Il est toujours possible pour un chrétien de rencontrer Dieu s’il le cherche, c’est impossible pour un Juif ou un Musulman en tant que tel. Dieu ne rencontre d’ailleurs que des personnes et non des Eglises ou des obédiences. Lorsqu’un Musulman rencontre Jésus, il sait déjà qu’il est devenu chrétien au fond de lui même.


        • JPCiron JPCiron 10 mai 23:23

          @Pascal L

          Non, pour un Chrétien, le diable n’a que les pouvoirs que nous lui donnons. Avant de lui donner jusqu’à notre volonté, nous avons tous les moyens pour le chasser. Il n’est qu’une créature, plus intelligente que nous, mais il n’a pas accès à notre pensée, ni même à aux événements de l’avenir. Jésus par contre, a tous ces pouvoirs, mais il a également l’amour. Et par amour, il ne fera rien contre notre volonté propre. Quand Jésus nous rencontre, il sait déjà comment nous allons réagir. Il sait également comment nous allons mourir. Il ne rencontre donc que les personnes qui vont réagir positivement et qu’il sait qu’il peut les sauver par cette rencontre. Si vous voulez rencontrer Jésus pour chercher des arguments contre lui, vous n’y arriverez jamais.>

          Tout cela sont des hypothèses, des traditions de pensée, des supputations...
          Au fond, nous n’en savons rien.

          Si par contre nous faisons l’hypothèse que les dieux n’existent pas, que ce sont des créations de l’esprit, alors tout devient bien plus simple, on n’a plus à se torturer l’esprit... et se consacrer à améliorer le monde réel et aider son prochain...


        • Pascal L 11 mai 00:25

          @JPCiron
          Les démons, je pratique régulièrement dans le cadre des prières de délivrance. J’ai une réelle expérience pratique de leur pouvoir de nuisance et j’ai souvent assisté à leurs manifestations.
          Jésus je l’ai rencontré et je pourrais en témoigner, quoique devant vous, je ne pense pas que cela serve à quelque chose. Les guérisons inexpliquées sont des signes pour les personnes concernées, elle ne sont pas destinées à convaincre ceux qui ne veulent pas être convaincus, même si j’en ai vu de spectaculaires. Les guérisons sont une manière de marquer la présence de Jésus dans notre monde matériel. Pour l’Esprit-Saint, cela fait partie de mon quotidien et je peux également en témoigner. Il en fait assez facile à détecter. Lisez Galates 5, 22. Les personnes qui ont l’Esprit-Saint en eux cochent toutes les cases. Le reste du chapitre est pour ceux qui n’ont pas l’Esprit-Saint.
          Personne ne se torture l’Esprit avec les manifestations de Dieu car Dieu est amour. Sa rencontre est apaisante et libératrice. Pour les tortures de l’Esprit, voyez plutôt les démons, ils en sont spécialistes. Mais c’est toujours par les manifestations de Dieu que nous passons de la croyance à la foi. Tant que vous croyez au contenu d’un livre, vous êtes dans la croyance et cela peut être contesté, vu le temps passé entre l’écriture du livre et vous. Ceci dit, les historiens maintenant valident la totalité du contexte des Evangiles. Ils sont donc des témoignages authentiques mais personne ne vous demande de croire à l’enseignement de Jésus. Vous êtes libre de demander à Jésus de confirmer le texte. 
          Faites-donc l’hypothèse que Dieu n’existe pas, mais vous n’en n’aurez jamais la preuve, de même que vous n’aurez jamais la preuve de son existence. Seule la rencontre peut vous assurer, alors torturez-vous l’Esprit autant que vous voulez, moi, j’ai la réponse. 
          J’ai rencontré des athées qui ont passé leur vie à chercher une preuve de l’inexistence de Dieu. Ils ont lu tous les grands philosophes sans trouver de réponse. Pourquoi un tel acharnement alors que l’existence même de Dieu est une bonne nouvelle, sauf sans doute pour les orgueilleux pour qui cette idée est insupportable. l’Enfer est à coup sûr leur choix personnel. Dieu respectera ce choix par amour même. Pourquoi imposer une éternité dans l’amour lorsque la personne refuse l’amour d’un autre que de lui-même ?


        • JPCiron JPCiron 11 mai 09:18

          @Pascal L

          Cela existe, les démons ? Mais qui les a créés ? Qui a donné à ces Créatures le pouvoir de nuire ? Si ce n’est qui a les clefs du pouvoir ! Mais peut-être ces démons sont-ils une Créature de l’autre Dieu de a Bible, celui du Mal ?

          Les démons, je pratique régulièrement dans le cadre des prières de délivrance. J’ai une réelle expérience pratique de leur pouvoir de nuisance et j’ai souvent assisté à leurs manifestations.>

          Il y a plus d’un demi-siècle, j’ai eu l’occasion de voir les sorciers à l’oeuvre en Afrique Centrale, qui faisaient eux aussi des incantation et des invocations et des rites. Je croyais que ce genre d’opération de ’’délivrance’’ était pratiquée uniquement dans les sociétés dites ’primitives’. Mais ce n’est à l’évidence pas lle cas.


        • Pascal L 12 mai 17:26

          @JPCiron
          Beaucoup de questions...
          A priori, les démons, comme les anges, appartiennent à un autre monde, celui dont Jésus a dit être le roi. Nous pouvons parler d’un monde spirituel parce que ceux qui y sont ne sont pas composés d’atomes et échappent à nos appareils de mesure. Vous n’aurez donc aucune preuve de son existence, mais cela n’empêche pas les interactions entre ce monde et le nôtre. Il semble que l’espèce humaine soit la seule à pouvoir interagir, ce qui laisse supposer que nous avons quelque chose qui appartient à ce monde. Certains parlent de l’âme.
          Anges et démons sont des créatures et non des Dieux car leurs pouvoirs semblent limités et variables. Il ont toutefois la capacité d’interagir avec notre monde, de guérir ou de rendre malade.
          Les Chrétiens, tout en affirmant la prééminence de Dieu, n’ont jamais remis en question la présence des démons, utilisés depuis l’origine de l’humanité par les chamans en raison de leurs pouvoirs. Dans les Evangiles, nous voyons Jésus chasser ces démons à cause de leur influence sur nous. Il font tout pour nous cacher Dieu. Ces démons existent toujours et les chrétiens poursuivent le travail de libération initié par Jésus.
          Dieu, qui a le pouvoir de les supprimer ne le fait pas, du moins avant la parousie, en raison de la liberté qu’il a donné à toutes ses créatures, humanité comprise. Il nous a tout de même donné le pouvoir de les chasser. Cela nous place devant notre propre responsabilité et nous permet de choisir l’amour de Dieu en connaissance de cause.
          Vous avez vu des sorciers en Afrique Centrale, et bien, les sorciers existent également chez nous. En France, ils se cachent mais n’en sont pas moins efficaces. Souvent, ils nous parlent de vibrations ou de magnétisme, mais cela n’est qu’un paravent. Une grande partie des médecines dites alternatives utilisent les pouvoirs de démons. Dans ce cas, les démons guérissent, mais nous n’en connaissons pas le prix. Ce n’est donc pas lié à l’évolution de la société. Les sorts créés par les sorciers français causent autant de dégâts que ceux des sorciers africains, mais les cas de possession sont plus rares. En Afrique, c’est assumé, et si nous voyons une personne avec des scarifications, nous pouvons être certain qu’il a été consacré aux esprits dès l’enfance. S’il demande le baptême chrétien, nous sommes amenés à faire un exorcisme renforcé pour le libérer de ses démons avant le baptême. Quelquefois, il faut poursuivre après le baptême pour que cette personne se sente complètement libre de tout lien occulte.
          Il existe des hiérarchies dans les démons. Les plus forts disposent d’un nom propre, mais la plupart ne sont identifiés que par le mal qu’il peuvent faire (abandon, jalousie, orgueil, cupidité, mort...). Ceux qui sont utilisés en sorcellerie sont de la première catégorie et sont toujours plus difficile à déloger. Pour les autres, il suffit le plus souvent de refermer les portes que nous leur avons ouvertes : addiction, pornographie, haine... en essayant de retrouver les éléments générateurs, le plus souvent, des blessures de l’enfance. Cela passe par le pardon envers ceux qui ont causé ces blessures.


        • JPCiron JPCiron 12 mai 17:58

          @Pascal L

           les démons, comme les anges, appartiennent à un autre monde, celui dont Jésus a dit être le roi. Nous pouvons parler d’un monde spirituel parce que ceux qui y sont ne sont pas composés d’atomes et échappent à nos appareils de mesure. Vous n’aurez donc aucune preuve de son existence, mais cela n’empêche pas les interactions entre ce monde et le nôtre. Il semble que l’espèce humaine soit la seule à pouvoir interagir, ce qui laisse supposer que nous avons quelque chose qui appartient à ce monde. Certains parlent de l’âme. >

          Les chrétiens se sont largement inspirés (en les déformant) des idées des zoroastriens. Ces derniers considéraient que chaque Créature vivante est dotée d’une âme. Mais celles qui n’ont pas reçu la capacité de discernement ne pourront aller ni en enfer ni au purgatoire : elles iront directement au paradis.

          Dans votre développement, vous dites qu’il y aurait interaction entre le monde physique et le monde spirituel... ce qui pourrait contredire les lois de la physique et de la chimie... qui excluent un tiers intervenant... et votre idée reste donc une croyance : on n’a jamais vu l’effet d’une action d’une âme dans le monde réel.

          Par contre, si l’on considère qu’en fait, ce que l’on appelle ’âme’ ou ’esprit’ ne peut être que le résultat momentané d’une interaction physico-chimique = quelque chose qui n’a pas quitté le monde physico-chimique !!


        • Pascal L 12 mai 21:14

          @JPCiron
          Les chrétiens ne s’inspirent que de Jésus qu’ils peuvent rencontrer sans attendre la mort. En plus, les historiens confirme l’authenticité des Evangiles sans, bien sûr, confirmer l’enseignement de Jésus. Comme l’apôtre Thomas, les chrétiens ne s’inspirent que de ce qu’ils voient et entendent.
          Si les zoroastriens ont eu des intuitions qui se confirment par la suite, tant mieux pour eux. Mais Zoroastre peut être considéré comme un homme de cour qui a créé une religion sur mesure pour son roi, exactement comme l’islam. 

          « ce qui pourrait contredire les lois de la physique et de la chimie » Le problème, c’est d’où viennent ces lois ? Si elle viennent de Dieu, il a la capacité de les modifier momentanément dans un objectif précis. Autre problème, nous sommes incapable de connaître l’entièreté des lois. Nous pouvons deviner qu’il existe des lois inconnues dans les sauts de complexité uniquement croissante lors du passage d’une espèce vivante à une autre. Le hasard ne peut les expliquer.
          Si nos appareils de mesures s’avèrent impuissant pour mesurer le monde spirituel, les interactions entre ce monde et notre monde sont visibles pour ceux qui les cherchent. Outre les manifestations des démons, il m’est souvent arrivé d’observer des guérisons qui ne sont pas explicable par la médecine ou par les lois naturelles. Vu le contexte de ces guérisons, il apparaît évident qu’une telle interaction est observable. De toutes façons, ces interactions n’ont d’intérêt que pour la personne touchée. Il n’est pas prévu que vous soyez impressionné par l’événement car cela limiterait votre liberté de croire. Si vraiment, vous voulez savoir, posez vos questions à Jésus directement et c’est encore votre liberté. Il répondra si les questions sont sincères et si vous êtes prêt à entendre la réponse qui, forcément, remettra en cause une bonne partie des croyances que vous souhaitez avoir. L’existence de Dieu ne fait pas plaisir à tout le monde. Combien de fois j’ai rencontré des personnes qui ont passé leur vie à démontrer sans succès que Dieu n’existe pas. Il faut des raisons pour un tel acharnement alors même que les observations nous disent le contraire. Personne ne cherche à vérifier que la théière de Russell n’existe pas.

          « l’effet d’une action d’une âme dans le monde réel » En effet, une âme n’a pas cette capacité. Mais si vous priez un grand saint, votre prière sera peut-être exaucée. Il n’y a que Dieu qui peut agir, mais il se laisse facilement attendrir par des marques d’amour. Comme je l’ai déjà écrit, c’est par l’amour que nous pouvons accéder au salut que Jésus a annoncé. Mais qui dit amour, dit aussi pardon et c’est bien là que beaucoup sont gênés.

          « ne peut être que le résultat momentané d’une interaction physico-chimique » C’est facile à dire et beaucoup plus difficile à prouver. Nous sommes dans le monde de l’excuse ou du sophisme qui n’est pas de la science. Toutes les idéologies procèdent ainsi. Partez des observations.

          Si vous voulez savoir en évitant Dieu, il vous reste le monde de l’occultisme. C’est la pratique des Francs-Maçons, qui eux, ne peuvent pas vraiment dire sans mentir que ce monde n’existe pas. Ne venez pas vous plaindre plus tard que Dieu vous évite également.


        • JPCiron JPCiron 12 mai 21:44

          @Pascal L

          Si les zoroastriens ont eu des intuitions qui se confirment par la suite, tant mieux pour eux. Mais Zoroastre peut être considéré comme un homme de cour qui a créé une religion sur mesure pour son roi, exactement comme l’islam. >
          Non, ce n’est pas du tout cela... Il ne faut pas projeter nos tares civilisationnelles sur les gens du passé. Surtout quand ’on’ a pompé honteusement une religion en s’appropriant les innovations d’autrui. Le Dieu de Zoroastre est celui décrit (mal) dans la Bible.

          Le problème, c’est d’où viennent ces lois ? Si elle viennent de Dieu, il a la capacité de les modifier momentanément dans un objectif précis. Autre problème, nous sommes incapable de connaître l’entièreté des lois. Nous pouvons deviner qu’il existe des lois inconnues dans les sauts de complexité uniquement croissante lors du passage d’une espèce vivante à une autre. Le hasard ne peut les expliquer.>
          En posant une mauvaise question, on fait de mauvaises hypothèses à l’intérieur du cadre de la question... C’est le principe du raisonnement circulaire...
          Quand on ne sait pas, on peut aussi accepter notre ignorance, et espérer que nos descendants comprendront mieux...

          Si vous voulez savoir en évitant Dieu, il vous reste le monde de l’occultisme. >  Mais non ! Il faut avoir des ambitions modestes ! Pourquoi vouloir se mettre au niveau d’un hypothétique Dieu sachant tout et pouvant tout ? Il faut se contenter de chercher à savoir ce que l’on pourra probablement comprendre ou approcher. La théorie de la Relativité, c’est trop fort pour moi. Quelques-uns ont le niveau. Pas moi ?


        • Pierre Régnier Pierre Régnier 9 mai 14:34

          Je comprends la passion pour l’Histoire des religions. JPCiron nous a habitués à d’excellents produits de cette passion.

          Sa citation de Boris Cyrulnik résume ici l’essentiel dans la note n°4 : la notion d’individu sans contexte est une illusion de notre pensée.

          Mais cette passion est de plus en plus utilisée par des athées pour tenter d’éliminer les croyances en Dieu, ou pour tenter de faire triompher la conception islamique de ces croyances.

          C’est pourquoi je pense que nous devons avant tout nous intéresser aux croyances criminogènes dans le contexte actuel, ces croyances qui conduisent des islamistes à massacrer à Charly Hebdo, au Bataclan et en de nombreux autres endroits.

          C’est pourquoi ce sont ici les citations de Jonas qui sont les plus importantes.


          • Decouz 9 mai 20:17

            J’ai découvert cet imâm sur le net, spécialiste en études religieuses, il présente les choses d’une manière dépassionnée, historique et contextuelle, tout en connaissant bien la Bible  :

            Par ex voici ce qu’il dit du salafisme et du wahhabisme :

            https://www.youtube.com/watch?v=ErLFTVlCGaw

            Du terrorisme et de la violence :

            https://www.youtube.com/watch?v=D895j679L1Q


            • JPCiron JPCiron 9 mai 21:55

              @Decouz
              Merci pour ces liens.
              On peut trouver des versets qui semblent inciter à des actes monstrueux dans la Bible et aussi dans le Coran. Dans les deux cas, comme il est dit dans ces vidéos, il convient d’interpréter ce qui est écrit dans le contexte et dans l’époque. En aucun cas, cela ne peut justifier des actions violentes au nom de la religion. Car aussi l’Islam est une religion d’amour.
              Bien sûr, comme dans les autres religions, il y a des extrémistes, qui ont une lecture littérale des textes. 
              .
              Dans les temps modernes, il y a aussi nos médias biaisés qui rapportent principalement les violences attribuées à des musulmans. Ainsi, en Palestine, à écouter les médias de chez nous, on a le sentiment que les violences sont généralement le fait des palestiniens et les victimes sont les israéliens. Ceci alors même que c’est tout l’inverse sur le terrain : les violences contre les musulmans y sont largement supérieures, mais jamais mentionnées. Et tout le monde le sait parfaitement chez les journalistes.
              Voici par exemple des statistiques d’enfants tués en Palestine depuis 20 ans, année par année. https://ifamericansknew.org/stat/children.html
              .
              Pour ma part, je suis abonné au journal Israélien Haaretz, et je vois le nombre de violences meurtrières que nos médias ne rapportent jamais.
              J’avais aussi écrit quelques Articles sur la désinformation systématique de nos grands médias.  https://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/medias-grand-public-et-politiciens-230211


            • Decouz 10 mai 03:40

              Le thème de l’exil est une dimension importante de la théologie juive pour plusieurs raisons.

              La diaspora existait avant l’époque chrétienne, sur tout le bassin méditerranéen, mais pas seulement.

              Certains étaient restés à Babylone, d’autres étaient parti pour des raisons commerciales.

              C’est un peuple qui a été marqué par la pérégrination : voyages d’Abraham, captivité en Egypte, déportation à Babylone Tant qu’il n’y avait pas de centre on ne pouvait parler d’exil, c’est le Temple (et la royauté) qui a fixé le lieu central, mais brièvement sur toute la durée de l’histoire.

              Puis la révolte contre Rome, la destruction du temple, la constitution d’une théologie intégrant cette perte, dispersion où la synagogue a remplacé le Temple (mais ce mouvement existait déjà en germe avec les Pharisiens).

              Il y eut constamment des mouvements entre différents lieux, d’autres exils comme l’expulsion d’Espagne. La constitution d’une culture originale en Europe centrale notamment avec le yiddish.

              L’exil symbolise théologiquement l’éloignement de Dieu, l’homme est coupé de ses racines, la shekinah, la présence divine qui habitait le Temple avait disparu. Mais d’un autre coté cette shekinah a toujours été présente dans l’ésotérisme et dans une une sainteté typiquement juive. Dans le christianisme la présence divine est devenue intérieure, mais l’islam dit que Dieu est à la fois à l’extérieur et à l’intérieur.

              https://fr.wikipedia.org/wiki/Expulsion_des_Juifs


              • JPCiron JPCiron 10 mai 08:32

                @Decouz

                Merci pour ces intéressants commentaires.
                Pour ce qui est de l’Egypte, l’archéologie montre que, sur de très longues période très anciennes (en particulier lors des Grands Travaux) l’Egypte a accueilli nombre d’immigrés et leurs familles. A la seconde génération, beaucoup portaient aussi des noms égyptiens. Par ailleurs, les nombreux ’’rois’’ de la péninsule arabique envoyaient leurs rejetons dans les ’’écoles’’ égyptiennes. 
                Beaucoup de ces gens sont restés ! Comme l’indique les analyses génétiques.

                Le thème de l’exil est une dimension importante de la théologie juive >

                Le thème de la punition divine a longtemps été importante pour la théologie chrétienne.

                De nos jours, le thème de l’Exil post Titus est utilisé par les Sionistes de tous bords dans le domaine politique, qui viole les Valeurs du Judaïsme. De la même manière, le Sionisme Chrétien qui court après les ’’bénéfices’’ d’une seconde venue du Messie, oeuvre aussi par les actions politiques en violant les Valeurs du Christianisme.


              • Decouz 10 mai 15:16

                L’article suivant traite de l’exil et du retour en masse uniquement du point de vue de la théologie juive, il ne traite ni du sionisme chrétien, ni directement des problèmes liés à la présence arabe palestinienne et au statut de Jérusalem, mais des différents types de sionisme et des interprétations contraires dans la pensée juive.

                Il n’y a pas d’unanimité sur la question, une des aspect tient à l’interprétation d’un passage du « Cantique des cantiques », "Je vous en conjure, ô filles de Jérusalem, par les biches et les gazelles des champs n’éveillez pas, ne provoquez pas l’amour, avant qu’il le veuille« , ce verset répété trois fois signifierait d’abord l’interdiction d’e »monter" collectivement en Israël sans la permission divine, qui ne serait donnée qu’à la fin des temps, donc de ne pas forcer les choses, par des moyens guerriers ou autres, deuxièmement l’interdiction de se rebeller contre les Nations, enfin les Nations ne devaient pas asservir à l’excès les Juifs.

                Mais certains ont pensé qu’à partir du moment ou les nations modernes acceptaient ce retour, ces trois serments n’avaient plus de fondement, or ce ne sont pas toutes les nations qui ont accepté, puisqu’il la situation a été imposée aux Arabes en général, que le problème des Arabes palestiniens n’était pas résolu, ni celui du statut de Jérusalem et de son importance pour les autres religions, islam et diverses branches du christianisme.

                https://www.cairn.info/revue-transversalites-2011-3-page-53.htm


                • Decouz 10 mai 15:29

                  @Decouz
                  On pourrait aussi dire dans un sens pro sioniste que les Nations n’ont pas respecté leur part, qu’elle ont persécuté les Juifs et qu’elle les ont menacé de destruction.


                • JPCiron JPCiron 10 mai 16:28

                  @Decouz

                  Le Talmud de Babylone dit bien que : « À quelles [actions] ces trois serments seront-ils [appliqués] ? L’un dicte aux Juifs qu’ils ne doivent pas converger vers [Sion] en un mur [par la force] ; et l’un est que le très Saint, béni soit-il, commande aux Juifs de ne pas se révolter contre les nations du monde ; et l’un est que le très Saint, béni soit-il, commande aux idolâtres de ne pas subjuguer les Juifs plus que nécessaire » (Ketouvot)

                  Et cela c’est l’aspect Religieux, qui ne concerne que les Juifs, que dans le domaine religieux.

                  Le fait que les nations ’’civilisées’’ de l’époque aient accepté une colonisation, c’est du domaine politique. Le fait que ces nations permettent de faire des choses interdites par la religion n’autorise pas le Croyant à les faire impunément (du point de vue religion). Le Croyant est libre de choisir de se prostituer moralement.
                  Ajoutons que les nations ’’civilisées’’ ont procédé en respectant les ’’formalités’’ du ’’droit international’’ tout en violant tous les principes de ce même Droit (voir mes articles sur ce sujet)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité