• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le Sud spirituel, où l’on découvre que les Basques descendent des (...)

Le Sud spirituel, où l’on découvre que les Basques descendent des Ibères

Il y a peut-être un Nord spirituel, rêvé notamment depuis les émois polaires des expéditions coloniales des derniers siècles et activant des désirs occultistes parfois à caractère nazi, mais il y a assurément ... le Sud spirituel.

Comment est-ce possible ?

 


Statue ibère, loup de El Pajarillo.

 

C'est très simple.

C'est très simple, et ça explique même la singularité du celtisme, eut égard au danisme ("germano-scandinavisme"), bien qu'il y ait eu des rencontres entre celtisme et danisme.

Mais commençons par le commencement ...


IL Y A 4000 ANS, AVANT L’ARRIVÉE DE NOS ANCÊTRES LES YAMNAYAS OU LES INDOEUROPEENS

... à cette époque pré-antique, époque archaïque, l'Europe est peuplée de chasseurs-cueilleurs en voie de disparition (fruits de la rencontre entre homo neanderthalis et homo sapiens voilà 40.000 ans) et d'agriculteurs-mineurs très bien implantés, d'ailleurs supplantant les chasseurs-cueilleurs et concepteurs de cultes religieux enracinés (fruits des diffusions génétiques et techniques de sapiens, depuis la Mésopotamie voilà 10.000 ans, à la fin de la dernière ère glaciaire).

Pour en donner une image tirée de la culture pop, c'est l'époque de "Conan le Barbare", à condition d'en retirer l'équipement en fer (âge du cuivre puis du bronze), ou encore de l'animé "Cro Man", à condition d'en retirer les anachronismes, hem, footballistiques (etc. comme dans tout animé tous-publics)... et en basanant leurs peaux naturellement plus pigmentées et plus exposées au soleil.

Déjà à l'époque, l'Europe est recouverte de cités construites de façons concentriques sur les collines, dominant de vastes contrées, et enterrant ses morts dans des tumuli (singulier tumulus) et autres urnes, avec des débuts de guerres attestées et autres sacrifices animaux voire humains. À noter surtout, la civilisation mégalithique, qui va édifier des éléments depuis la Petite Bretagne archaïque de l’Écosse à l'Afrique du Nord en passant par le pays basque, jusque dans les terres (on a retrouvé les restes d'un Stonhenge lyonnais).

Mais il reste encore beaucoup de place sur le continent, et c'est au cœur de l'âge du bronze, voilà 4000 ans, que déboulèrent les Yamnayas/Indoeuropéens, venus des steppes d'Ukraine, au mode de vie apparenté aux futurs cavaliers Scythes antiques - et même futurs Huns presque-médiévaux, qui allaient pousser des peuples danes entiers à investirent l'Empire romain déclinant (fameuse époque de "Kaamelott", dans la culture pop), bien avant les Danes vikings.

 

JPEG

 

ARRIVÉE DES YAMNAYAS OU INDOEUROPÉENS

L'arrivée des Yamnayas ou Indoeuropéens sur les agriculteurs-mineurs et les chasseurs-cueilleurs restants, va générer l'antiquité slave et dane apparentée, mais aussi l'antiquité celte et italique apparentée, ainsi que leurs rencontres dans les îles nord-occidentales (Grande Bretagne occidentale) et dans les forêts hercyniennes (Belgique, Suisse, Autriche).

Les Yamnayas ou Indoeuropéens remplacent toutes les lignées paternelles sur quelques siècles pour ainsi dire, en charriant leurs modes de vie sur les modes de vie des agriculteurs "mésopotamiens" pré-existants, qui eux-mêmes avaient charriés leurs modes de vie sur les chasseurs-cueilleurs "néandertaliens" pré-existants. Or, tout ceci se télescope et se mêle, génétiquement. D'ailleurs, sur des millénaires aussi vastes, il ne faut pas se leurrer : il y a eu autant de mouvements d'Est en Ouest, que d'Ouest en Est, et sur l'axe Nord-Sud/Sud-Nord, quoique la sédentarité et les lignées engendrèrent des bassins génétiques et anthropologiques identifiés.

 

JPEG

 

LA CULTURE TECHNIQUE DE HALLSTATT, MOMENT CHARNIÈRE

La culture technique de Hallstatt est un moment charnière dans ce processus, puisque voilà 3000 ans, au cœur de l'Europe, elle va diffuser les éléments que l'on identifiera bientôt comme "nordiques", "celtiques" ou "méditerranéens" notamment (sans oublier les Illyriens, les Thraces, les Daces, les Scythes, etc.).

La logique de Hallstatt, c'est que les conséquences yamnayas ou indoeuropéennes s'imposent à tout le continent, de Gibraltar à l'Oural. Mais ce n'est qu'en partie vrai ! ... Certes génétiquement, l'Europe occidentale, des îles à l'Italie en passant par le cœur du continent est massivement apparentée, tandis que l'Europe orientale, des Danes à la Grèce jusqu'à l'Oural pour ainsi dire, est apparentée. Certes bien entendu, tous ces peuples sont devenus de type blanc/"Caucasian" comme on dit aux USA, avec plus de bronzage inhérent à la vie agraire : c'est l'originalité de l'éon européen jusqu'à nos jours, son anthropodiversité spécifique dans le genre humain, en écologie humaine comme en éthologie humaine, sans parler de la physiologie.

 

JPEG

 

PERDURANCE D'ÉLÉMENTS PRÉ-INDOEUROPÉENS DANS LE SUD

Mais il y a des diffusions variées et, surtout, dans le Sud de l'Europe, des Étrusques italiques aux Lusitaniens ibériques, en passant par les Ligures et les Sardes (Corse, Sardaigne) qui les relient et les apparentent, avec les Ibères et les Tartessiens ... des langues et cultures pré-indoeuropéennes ont survécu, récupérées par l'indoeuropéanisation génétique toutefois. Ce sont les langues rhétiques, sachant que l'engeance ibérique s'est étendue sur tout le littorale atlantique et méditerranéen occidental avant les Celtes et les Romains.

C'est-à-dire que les Yamnayas ou Indoeuropéens sont bien nos ancêtres communs par le lignage paternel ...

... sachant que les hommes portent aussi un gène X avec eux, qu'ils transmettent aux femmes et mères en conséquence : il n'y a pas de féminité pré-indoeuropéenne actuellement, encore que des éléments X archaïques aient perdurés çà et là, portés par les femmes autant que les hommes...

... mais que dans le Sud pré-romain, il y a des éléments pré-celtiques (Tartessos, Lusitanie du Sud, Ibérie + Cantabrie, Asturies orientales et Vasconie comprises avec ces cultures) comme proto-celtiques (Lusitanie du Nord, Galicie, Asturies occidentales, Celtibérie centrale) qui ont continué de porter des éléments pré-indoeuropéens anthropologiques, malgré l'indoeuropéanisation génétique.

Il y a un Sud spirituel ! dont les Basques contemporains, bien que féodalisés et christianisés (comme tout le continent) portent toujours l'évolution linguistique, depuis leur fond à caractère celtibère. Leur ethnie, politiquement, émerge à l'époque des Danes qui investissent l'Empire romain déclinant (presque-médiévale) sous le Duché de Vasconie, coincés entre Franks au Nord, Suèves à l'Ouest, et Wisigoths à l'Ouest et au Sud... mais leur langue porte toujours les traces turco-altaïques des migrations d'agriculteurs-mineurs mésopotamiens d'Anatolie, au filtre de leur implantation millénaire en Europe et particulièrement en Ibérie, qui entretint elle-même de longues relations avec les régions mésopotamiennes à travers les Phéniciens jusque durant le dernier millénaire avant l'ère du crucifié.

 

 

INFLUENCE SUR LE CELTISME ET AUTRES

Avec le préalable de la civilisation littorale mégalithique, le Sud anthropologiquement pré-indoeuropéen a nourri le celtisme, en le différenciant tant du danisme que du romanisme (romanisme, qui influença aussi le celtisme évidemment, et danisme avec lequel il s'influença surtout dans les îles côté mer du Nord, et au cœur du continent) sachant d'ailleurs, que les Étrusques italiques pré-romains, liés au Sud en question, ont influencé l'émergence des runes (l'ibérique et le runique sont apparentés par le médium des langues rhétiques, notamment l'étrusque).

Mais le celtisme s'est différencié du danisme - s'il n'a pas émergé de la rencontre de la culture technique de Hallstatt avec le Sud spirituel même - sous le coup des cultures pré-celtiques et proto-celtiques du Sud (courant jusqu'en Écosse, sans parler de l'archaïque culture mégalithique).

Voilà donc le Sud spirituel, échangeant de haute antiquité avec Carthage, la Grèce et la Phénicie. Les Romains le jalouseront en récupérant ses artefacts (de même qu'ils prendraient la philosophie grecque et la technologie celte), tandis que les Danes s'en empareront avec l'Empire romain déclinant (heureusement pour eux à l'époque, et nous aujourd'hui) sous la forme du merveilleux chrétien et ses féeries, jusqu'à la faërie de J.R.R. Tolkien et des jeux de rôle.

Kaixo ! ["Salut !" en basque, prononcez "kaïcho"]



PS. Etant donné l'état de la recherche actuelle, il faut être un forcené ou un nationaliste très têtu et surtout fourbe hélas, pour soutenir l'isolat perdurant du basque. Cela pouvait fonctionner au XXème siècle encore : leur songe est terminé. Leur idéologie est belle à sa manière, mais elle n'a pas plus de mille ans, contrairement aux forces ici en jeu.

 

 

 

________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  1.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 2 novembre 2021 18:00

    Il va vous rester à faire le pont entre la langue basque et les langues ibériques...

    Bon courage.


    • Ariovis Venamis Ariovis 2 novembre 2021 18:39

      Je n’ai pas besoin de le faire personnellement, et je donne rendez-vous à quiconque sur mon site pour y puiser des éléments, mais un article précis et synthétique finira bien par arriver.



    • Ariovis Venamis Ariovis Venamis 19 novembre 2021 20:43

      ADDENDUM

      Il est démontré que les Basques sont un isolat celtibérique. Je vous laisse tirer vos conclusions, puisque la Gascogne parlait des proto-euskaras (langues aquitaniennes) variantes elles-mêmes de l’ibérique. La génétique prouve l’isolat. La linguistique comparée ensuite : depuis les langues turco-altaïques, qui à un moment donné ont recouvert toute l’Europe potentiellement (pré-indo-européenne évidemment, à partir de -10.000 et les migrations d’agriculteurs anatoliens) occasionnant les langues rhétiques (tartessien, ibère, ligure, étrusque, mycénien, etc.) qui ont survécu à l’indo-européanisation voilà 4/5000 ans, sauf génétiquement. C’est-à-dire que dans nos régions, les cultures ont survécu. La linguistique comparée trouve des accointances fortes entre le basque (attesté depuis le Moyen-Âge seulement) et les langues turco-altaïques : c’est dire que l’ancienneté du « basque » provient de dialectes et variétés ibériques, elles-mêmes issues de l’ère pré-indo-européenne en Europe, issue du Caucase. Il faut penser ce multiplex spatio-temporel avec intelligence, pour comprendre qu’il n’y a pas à choisir une région ou l’autre, pas plus qu’il n’y a à plaider pour une sorte d’irréductible village basque à travers des dizaines de millénaires.



      • Ariovis Venamis Ariovis 2 novembre 2021 20:48

        Indo-Européens On aurait retrouvé la langue originelle et ses locuteurs !

        Quant à votre article sur l’euskara, ça faiblesse est d’ignorer que tout est vrai, et que c’est bien à ce titre qu’à travers le temps on passe du Caucase, d’un côté vers la Sibérie et jusqu’au Japon, de l’autre vers l’Ibérie et donc le futur pays basque, lui-même issu uniquement du Duché de Vasconie avec l’apport viking ultérieur. Je vous invite sur mon site pour creuser.


      • Ariovis Venamis Ariovis 2 novembre 2021 20:51

        * SA faiblesse ...


      • Decouz 2 novembre 2021 19:23

        Sur l’origine polaire des Védas il y a les travaux de Tilak, qui sont indépendant des traditions européennes, et qui reposent uniquement sur l’analyse du texte.

        « Tilak commence son argumentation en démontrant que l’année védique était sidérale, faisant référence aux étoiles, et non tropicale, relative aux saisons, et qu’elle commençait avec l’équinoxe de printemps et non le solstice d’hiver comme certains l’ont suggéré. Les nakshatras, ou demeures lunaires indiennes, étaient divisés en Deva Nakshatras, ceux au-dessus de l’équateur céleste, et les Yama Nakshatras, ceux en dessous de l’équateur céleste. Il place l’équinoxe vernal à Krittikâ, le premier astérisme répertorié au chapitre neuf, à l’époque où le Taittirîya Sanhitâ a été écrit vers 2350 avant notre ère, en s’appuyant sur les travaux de William D. Whitney. Tilak place l’équinoxe à Mrigaçiras à Orion lorsque les Védas ont été écrits, sur la base de l’utilisation d’un autre nom, Âgrahâyana, signifiant littéralement « commençant l’année », et il place cet alignement vers 4000 avant notre ère, le changeant dans un livre ultérieur pour 4500 après avoir lu l’ouvrage d’Hermann Jacobi. Tilak décrit les positions des solstices et des équinoxes parmi les nakshatras pendant cette période comme suit... »

        https://www.academia.edu/32547763/Orion_and_Arctic_Home_in_the_Vedas_BG_Tila k_1893_1903_Full_texts_Why_Tilak_did_NOT_contest_false_Aryan_Invasion_ Theories

        Ce n’est pas en contradiction avec ce qui a pu se passer au sud d’ailleurs, ça montre juste que les configurations astrales décrites dans les Védas n’ont pas de pertinence en dehors des régions proches du pôle nord.


        • Ariovis Venamis Ariovis 2 novembre 2021 20:50

          Régions dans lesquelles on a pu passer, en effet, sans forcément s’implanter, surtout pas voilà des millénaires et l’ère glaciaire.


        • zygzornifle zygzornifle 3 novembre 2021 13:43

          On va découvrir que Macron descend de Mamon un dieu des enfers .....


          • Ariovis Venamis Ariovis 4 novembre 2021 22:52

            Pour vous, ce n’est pas une découverte il me semble, mais un fait accompli. Pour moi aussi, en ce qui concerne l’ascendance basque.


          •  C BARRATIER C BARRATIER 3 novembre 2021 17:43

            Alors que les langues parlées se différencient, on connait des tas de mots aux racines préindoeuropéennes.mots compris sur d’immenses espaces. la langue témoigne des relations entre les tribus les plus différentes, des métissages. Nos lointains ancêtres, si différents qu’ils soient, nous ont transmis ce qui nous fait vivre. Les études généalogiques ne nous mènent pas si loin dans le passé que les origines des mots.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité