• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Le Truc avec les chrétiens, et pas que les chrétiens

Le Truc avec les chrétiens, et pas que les chrétiens

Il y a un truc avec les chrétiens : c'est qu'ils ont besoin de se dire chrétiens. Le fait est que Christ réfère au grec pour Oint, comme on oignait les rois : tout un symbole. "Jésus, roi des juifs", ironisaient les Judéens de Jérusalem, à l'époque, quand le prêcheur fut mis en croix ... le supplice mortifère était largement pratiqué dans tout l'Empire Romain, à l'époque : on ne faisait pas semblant.

Sauf que ce prêcheur - qui certes évangélisait pour la Maison d'Israël, à ne prendre d'exemples étrangers qu'à raison qu'il souhaitait édifier ses coréligionnaires de juifs ... - sauf que ce prêcheur ne se prétendait pas roi du tout, et qu'au contraire il lava les pieds de ses disciples. Ce n'était pas un chef. Il prêchait bien aux oreilles de certains, entre paraboles et sermons, empiriquement spirituel.


Toile de Salvador Dali
 

 

En somme, Jésus ne faisait rien autrement que n'importe quel prêcheur qui se respecte à peu près. A la manière d'un rabbin, d'un évêque ou d'un imam charismatique aujourd'hui, Jésus rameutait les foules dans les parages. En l'absence d'Internet, il ne postait rien pour la planète sur son compte Twitter, on n'allait pas voir blasé ses dernières vidéos YouTube filmées par des quidams çà et là, et aucun administrateur réseau ne gérait sa page Facebook officielle. Le style de Jésus, c'est le style de beaucoup d'hommes en vérité, aujourd'hui ; et même le style de beaucoup de femmes.

Faut dire, bien qu'il prêcha pour la Maison d'Israël avec les moyens d'alors - c'est-à-dire la rumeur, l'ameutement des foules, etc. équivalents des Twitter-YouTube-Facebook du temps - son frère Jacques, premier évêque de Jérusalem, ainsi que le prosélyte Saül de Tarse, apôtre Paul, sans compter tous les vacillements spirituels de l'Empire Romain progressivement dans les siècles qui suivirent ... tout cela concourut à la diffusion évangélique de Jésus de Nazareth. Permettez-moi d'appeler cela, de base, le nazaréisme voire le judéo-nazaréisme islamique, pour des raisons que les personnes un peu renseignées comprendront facilement, mais qui ne sont pas cruciales dans cet article.

En tout cas même si la fable prête à Jésus des pouvoirs magiques (dits "miraculeux"), ainsi que le statut de demi-dieux (dit "fils d'un dieu absolu") voire d'un dieu absolu lui-même incarné en personne (comme cela arriva bien des fois dans les fables) ... même si la fable prête à Jésus des pouvoirs magiques, il faut dire que le type n'en use - semble-t-il - qu'à contre-coeur (notoirement sa thaumaturgie, magie guérisseuse) voire avec rancoeur (quand il flétrit un arbre refusant de lui donner du fruit). En effet, il est remarquable que Jésus commence sa vie spirituelle trois fois tenté par un esprit farceur, sans accepter d'user de sa magie alors que cela lui serait aisé.

Je me souviens toujours de ce chant ecclésial, dans lequel on prête à Jésus ces propos : "Ma vie, nulle ne la prend, mais c'est moi qui la donne." C'est noble je trouve, car courageux, et nombreuses sont les personnes actuellement qui jugeraient ce Jésus un effronté. Eh bien, cela s'origine dans la fable de cet esprit farceur venant tenter Jésus d'utiliser ses pouvoirs aisés, de façon déraisonnable : Jésus fait preuve d'intrépidité. Or à ce titre, le nazaréisme, c'est d'abord une spiritualité s'en tenant à l'empirisme avant que d'utiliser la magie. En fait, le nazaréisme enjoint tout un chacun à prendre son courage à deux mains, à défaut de disposer de pouvoirs magiques. "Que chacun porte sa croix, aide-toi et le ciel t'aidera." Mais le courage n'est pas une qualité répandue : la majorité est lâche, tricheuse, hypocrite et évitante.

Sauf que cela n'a pas besoin d'être cru, pas besoin de faire appel à un dieu absolu, pour être empirique. C'est un peu comme vouloir réinventer la poudre, alors que rien de nouveau sous le soleil, et même - comme dit l'Ecclésiaste, "vanité de vanité, tout est vanité". Il n'y a pas là, au nom d'une religion, à prétendre orgueilleusement que c'est inspiré par un dieu absolu ... alors que c'est le bon sens-même. Les faiseurs de miracle étant empiriquement rares voire nuls, il faut bien avoir le bon sens de prendre son courage à deux mains. Même Jésus n'a pas prétendu délivrer un évangile original, puisqu'il se réclamait de l'héritage juif (dit "vétérotestamentaire"), alors on voit mal pourquoi il faudrait que les chrétiens s'imaginent leur religion originale, qui en fait n'est même pas une religion, ou bien "la religion de la sortie de la religion" comme dit Marcel Gauchet.

Du coup, étant donné que Jésus se veut vétérotestamentaire avant tout, on a tout de suite du mal à se dire qu'il n'est pas juif, et que son nazaréisme est autre chose qu'un judaïsme. Judaïsme qui lui-même se fonde essentiellement sur la figure de Moïse, figure qui elle-même est abondamment mobilisée par la tradition "ultratestamentaire" ("au-delà du testament chrétien") de la relgion musulmane, dans son "Coran". Or, Moïse - auquel n'a de cesse de se comparer Mahomet - pose les tables de la Lois, dites des "dix commandements", à savoir des préceptes foncièrement utiles pour la survie d'une communauté perdue au milieu du désert, entre fuite d'un tyran esclavagiste égyptien et inquiétude quant à sa domination territoriale future sur le territoire cananéen.

"Tu honoreras le Seigneur ton dieu", c'est fédérateur ; "Tu ne tueras point ton prochain" (ton prochain, pas ton lointain), c'est fédérateur ; "Tu ne convoiteras pas sa femme", c'est fédérateur ; "Tu ne voleras point", c'est fédérateur. Et ainsi de suite. De toute évidence, ça évite qu'on se divise pour des motifs futiles, alors qu'on est paumé au milieu du Sinaï, entre trois continents (africain, asiatique et européen) parcouru par des hordes et occupé par divers peuples rivaux dangereux, au milieu desquels on tient à se constituer comme peuple concurrentiel, rivalement. Il y a là un esprit d'initiative national à avoir, une entreprise populaire, mobilisant la nécessité d'une implantation territoriale et d'une construction identitaire.

Sigmund Freud raisonnait en disant que Moïse, c'est le pharaon Akhénaton qui aurait été chassé d'Egypte, pour avoir voulu instaurer le culte absolu du soleil, Aton. Malheureusement, les Egyptiens polythéistes l'auraient bouté du trône pharaonique, lui et ses fidèles. Dans leur fuite dans le désert du Sinaï, ils auraient fait la rencontre d'un dieu volcanique et orageux, nommé Yahwé, le Seigneur-dieu de la Bible. Au-delà, dans la mesure où ce dieu est d'abord nommé Elohim, qui signifie Lui-les-Dieux, on aurait affaire à un hénothéisme, c'est-à-dire à une hiérarchie divine, dont Yahwé aurait été le dieu-maître entre plusieurs dieux. Par exemple, on le dit marié à Shekina, dans le roman d'Alexandre encore au Moyen-Âge.

Bref, il n'y a pas de quoi en faire un motif religieux, pas plus chrétien que juif ou musulman. En fait, l'unithéisme, c'est d'abord et avant tout l'extrapolation hallucinante et hallucinée du bon sens empirique. Et, ce, jusque dans ses injonctions à la pitié, à l'indulgence, au pardon, à la miséricorde et à la clémence. Ces cinq traits de caractère, sont les traits de caractère par lesquels une communauté peut se solidariser. On nomme cela, synthétiquement, et par scientisme moral, actuellement, empathie ... certes en oubliant la dimension selon laquelle "il faut que chacun porte sa croix, aude-toi et le ciel t'aidera", c'est-à-dire la dimension où l'empathie n'est pas la sympathie absolue, mais bien une vertu édificatrice accordant à chacun ses chances sans en faire trop, tout en sauvegardant le nombre de membres du groupe par l'entraide. Mais ce sont des qualités irréligieuses ou transreligieuses, qui fédèrent territorialement les personnes dans une reconnaissance identitaire - cette identité se voudrait-elle théoriquement absolue que "l'humanité", sous le coup d'une impulsion humanitaire abstraite généralisée à toute la planète en "citoyenneté du monde".

Car ces principes empiriques de base ne peuvent pas se manifester autrement qu'à travers les cultures, les territoires, les identités, les coutumes. Si les juifs, les chrétiens et les musulmans se scindèrent en trois, et même s'ils se dispersèrent en autant de courants qu'ils ont d'accoutumances locales (entre Ashkénazes, Sépharades, Mizrahims, Vaticanais, Constantinopliens, Réformés, Sunnites, Chiites, Kharidjites - et encore ! pour ne citer que des partitions générales !) ... c'est qu'ils sont soumis aux mêmes lois sociobiologiques que tous les groupes humains : les lois instinctives de la reconnaissance culturelle, territoriale, identitaire, coutumière.
C'est exactement la même chose entre idéologies, telles que léninistes, stalinistes, trostkistes, proudhonistes, gaullistes, mittérandistes, etc. en moins prégnant mais en tout aussi dramatique. C'est qu'au sein d'un territoire, d'une culture, d'une identité, d'une accoutumance, il y a diverses tendances culturalisées, territorialisées, identifiées, accoutumées : ce qu'on appelle des milieux différents, voire des communautés différentes. Moeurs/comportements/manières/caractères/typicités/ambiances varient, donc plaisirs et déplaisirs à vivre ensemble.

Que les trois religions unithéistes (dites "du livre") peuvent être paradoxalement universalistes et séparatistes, c'est tout simplement parce que ce sont des utopies absolutistes, dont les fondateurs de toutes façons se basaient sur des principes empiriques de base incontournables : culturels, territoriaux, identitaires, coutumiers. C'est-à-dire que les intentions humanitaires les plus sublimes, empiriquement fondées, sont toujours contredites par cet empirisme-même : c'est parce qu'elles sont fondées d'une certaine façon et pas d'une autre, que leurs fondements sont contestables et contestés. Comme tout groupement humain. Le réel est tragique, bizarrement dans une logique du pire, fortement singularisée. Un philosophe tel que Clément Rosset l'a manifesté : il a manifesté, sans unithéisme, l'empirisme en question de l'unithéisme, inspiré par Teilhard de Chardin d'ailleurs.

Alors, au final, on touche à l'essentiel : l'unithéisme a besoin d'un dieu absolu comme on se fait un giron, un sein, un creuset maternel (c'est de Traumatisme de la naissance, Otto Rank) mais bien plus : l'unithéisme est un nihilisme. Vénérant un dieu absolu, il est obligé de le fonder empiriquement sur la base d'un bon sens qui peut se passer de lui, lui : le dieu absolu, cachant mal les velléités absolutistes humanitaires de son totalitarisme spirituel, néantisant spirituel, anéantisseur spirituel, nihiliste donc. Et cela, au nom de l'humilité ! l'orgueil est démentiel, même un ironiste tel que Jérémy Ferrari a tout compris dans son spectacle Hallelujah bordel. C'est-à-dire que, dans son humour noir, Jérémy Ferrari donne à rire de son propre nihilisme, puisqu'il n'a aucune autre spiritualité à proposer que l'humanitaire inhérent à l'unithéisme.

L'unithéisme n'est pas spirituel, il est antispirituel, manifestement à travers la figure de Jésus, l'antimagicien. L'unithéisme ne mène à rien qu'à des lubies, légitimant bizarrement le bon sens à travers ses lubies. Ce qui signifie logiquement que le véritable spirituel n'est pas unithéiste, que la véritable magie n'est pas miraculeuse, et surtout que la magie est spirituelle et le spirituel magique - c'est bien plus proche du merveilleux subtil. Donc le truc avec les chrétiens et pas que les chrétiens, c'est qu'ils font empiriquement de religion irréligion, et d'irréligion ... néant humanitaire absolutiste, serait-il laïc.

 

___________________________________________________

Moyenne des avis sur cet article :  1.48/5   (27 votes)




Réagissez à l'article

132 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 11 octobre 2019 18:27

    Tant de mots pour dire que dans les textes sacrés on trouve les bases de la vie en société... C’est vous qui réinventez l’eau tiède.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 11 octobre 2019 20:11

      Ce n’est pas le fond de l’article.


    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:29

      Dupont et Dupond.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 11 octobre 2019 19:49

      Vous parlez des catholiques, des orthodoxes, des évangélistes, des calvinistes, des luthériens, des anglicans, des réformés, des mormons ou des méthodistes ?


      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 11 octobre 2019 20:12

        Ne parlé-je que d’eux ?


      • Aimable 11 octobre 2019 20:10

        Presque tous les habitants de la planète connaissent dieu sans le savoir et pourtant ils le voient quand ils regardent dans un miroir . smiley


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 11 octobre 2019 20:13

          C’est aimable.


        • Un des P'tite Goutte un des P’tite goutte 11 octobre 2019 21:39

          @Aimable
          Vous ne croyez pas si bien dire : L’homme fait à l’image et à la ressemblance de Dieu, Genèse, tout début. Rare passage significatif préservé.
          Le sens de la vie consistant à faire revivre cette divinité, potentielle à des degrés divers en tout un chacun. La faire revivre, ressurgir, réveiller car déchue depuis tant de temps que nous en avons perdu presque toute conscience.
          Bon j’exprime cela ainsi, il y a des milliers d’autres façons de le dire.


        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 11 octobre 2019 23:00

          Oh bordel.


        • Jonas Jonas 12 octobre 2019 00:31

          « En somme, Jésus ne faisait rien autrement que n’importe quel prêcheur qui se respecte à peu près. »

          La Nouvelle Alliance (Nouveau Testament) que contracte Dieu avec l’humanité à travers son Fils Jésus Christ est la Parole du Christ, totalement novatrice et radicale, à tel point que même ses apôtres ont du mal à comprendre ses actes, son Sacrifice pour ôter les péchés du Monde et son Message.
          La Bonne Nouvelle des Évangiles est une élévation spirituelle et morale de l’humanité avec pour finalité le salut divin, un esprit de justice non corrompu par le Démon, par le matérialisme, l’orgueil et la cupidité, qui, autrefois vainqueur et rieur face à Adam, Moïse et le peuple hébreu, dut s’incliner devant la magnificence du Christ :
          « Le diable le transporta encore sur une montagne très élevée, lui montra tous les royaumes du monde et leur gloire, et lui dit : Je te donnerai toutes ces choses, si tu te prosternes et m’adores. Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu le serviras lui seul. Alors le diable le laissa. Et voici, des anges vinrent auprès de Jésus, et le servaient. »
          Matthieu 4:8-11

          « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. »
          Jean 14:6

          La nation, la famille, l’héritage, l’identité, la culture, le patrimoine, le respect des traditions et de la mémoire des anciens, le sens du Sacrifice, de l’honneur et de l’humilité, la soumission à l’ordre établi par les Pères, à qui nous sommes débiteurs depuis des siècles sont les résultats ayant donné naissance à la civilisation européenne.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 00:55

            La civilisation européenne est romano-germanique surtout en termes de structure, colonisée mentalement et pas que mentalement par le nazaréisme qui n’a jamais hésité à s’en servir du romano-germanisme structurel contre les Vikings, les Amérindiens ou les Noirs-Africains. Qui tous, combatirent les dégénérescences de cette civilisation sous le coup de ses agressions à elle.


          • Jonas Jonas 12 octobre 2019 01:10

            @Marzhin Tavernier « La civilisation européenne est romano-germanique surtout en termes de structure »

            L’Église Catholique romaine a été le ciment de la civilisation européenne, en unifiant pendant des siècles les différents clans et tribus qui se combattaient (pictes, bretons, normands, alamans, saxons, germains, burgonds, etc...), à l’origine de ses valeurs morales et spirituelles, les catholiques avaient la charge des hôpitaux, des malades, des pauvres, de l’éducation des enfants et de leur instruction (jusqu’en 1905).
            Les papes ont plusieurs siècles d’avance sur toutes les autres civilisations, l’Église romaine a par exemple interdit l’esclavage sur le sol européen dès le VIIème siècle, sous peine d’excommunication.

            L’état français a été construit intégralement pendant plusieurs siècles par des rois et reines très chrétiens catholiques (Clovis, Charles Martel, Pépin le Bref, Charlemagne, Aliénor d’Aquitaine, Philippe Auguste, Blanche de Castille, Saint Louis, Philippe le Bel, Charles VII, Louis XI, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI...), en rassemblant patiemment et méticuleusement les provinces, les régions et en luttant contre les hérésies destructrices de l’unité de la nation (catharisme, protestantisme, invasions islamiques, etc...).
            Il n’y a pas en France un village sans son Église au centre de la commune.
            Toutes les institutions françaises, hôpitaux, associations caritatives, écoles, tribunaux, parlement, cour des comptes, poste, ponts et chaussées, banques, cathédrales,... que vous connaissez aujourd’hui ont été pensés, structurés et édifiés sous la France catholique.
            Les universités qui se sont construit sur toute l’Europe occidentale, sont à la charge de théologiens, prêtres, chanoines, abbés, soeurs, ordres catholiques bénédictins, cisterciens, franciscains, dominicains,... dans la hiérarchie du Pape de Rome.
            C’est l’unité de l’Église catholique de l’Europe qui permet par exemple à un Nicolas Copernic d’étudier dans l’université de Cracovie dans le royaume de Pologne, puis dans celles de Bologne, Rome, Padoue, et Ferrare en Italie.
            Pourquoi croyez-vous qu’il y ait une croix catholique au sommet de l’université de la Sorbonne, et sur le dôme du Panthéon ?
            Pourquoi le plus vieil hôpital de Paris s’appelle Hôtel-Dieu ?

            La gastronomie raffinée que vous dégustez (vins d’abbayes, bières, liqueurs, miel, jambons, fromages...), ont été dans la grande majorité des cas bonifiés par des moines.

            La littérature chrétienne, le « Paradis perdu » de Milton, « Polyeucte » de Corneille, « Esther », « Athala » de Racine, Bossuet, etc... la musique sacrée de Palestrina, Hildegarde Von Bingen, Bach, Mozart, Vivaldi, Gounod, Schubert, etc... entre autres forment les piliers de la culture européenne.

            Le calendrier de tous les pays européens est basé sur la naissance du Christ.
            Chaque jour, on fête un saint de l’Église catholique.
            Le dimanche est jour de repos pour tous, jour du Seigneur.
            Toutes les Églises font sonner leur cloches chaque heure qui passe.
            Les fêtes traditionnelles sont de tradition chrétienne (Noël, Pâques, Ascension, Assomption, Épiphanie, Toussaint, Carême, Pentecôte,...).
            Noël, la naissance du Christ, est fêtée depuis 15 siècles.
            Avant que le terrorisme islamique n’interdise toute représentation du Christ sur la voie publique, des crèches géantes étaient organisées à Noël, et ça ne gênait personne.

            S’il n’y avait pas d’Église catholique, il n’y aurait jamais eu de France, « fille aînée de l’Église ».

            La république et sa religion maçonnique n’ont fait que piller et dilapider cet héritage millénaire à partir de 1789.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 01:12

            Et comme l’Europe est triste, depuis l’Antiquité !


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 01:14

            Blague à part, je ne vois pas où vous voulez en venir. Je n’ai jamais dénié la part romano-germanique nazaréenne.


          • Jonas Jonas 12 octobre 2019 01:39

            @Marzhin Tavernier « Et comme l’Europe est triste, depuis l’Antiquité ! »

            Comment ça triste ? Vous jetez à la poubelle, les milliers d’oeuvres scientifiques, littéraires, artistiques, musicales, philosophiques de la civilisation européenne ?
            L’Europe est triste depuis que, avec la révolution française, les hommes ont cru pouvoir remplacer le pouvoir Divin par celui sans limite des hommes, les fameux « droits de l’homme ». Créer l’homme nouveau, sans cesse régénéré, sans passé, sans traditions, sans spiritualité, sans culture et bientôt sans famille avec la PMA.
            Devenant ainsi une vulgaire machine dont le seul but est de consommer les résultats d’une production sans limites, pour combler des désirs jamais assouvis, car ayant niée le chemin véritable, le Salut Divin.

            « Le sacré sera détruit dans le monde en érigeant en savoir exclusif la science positive, qui n’atteint pourtant que le sensible et le mesurable. On détruira le sacré dans l’homme en niant la valeur métaphysique de l’intelligence et de son âme, créée à l’image de Dieu. »
            Abbé Olivier Rioult « L’apothéose humaine » p125


          • gnozd gnozd 12 octobre 2019 09:34

            @Jonas

            "La nation, la famille, l’héritage, l’identité, la culture, le patrimoine, le respect des traditions et de la mémoire des anciens, le sens du Sacrifice, de l’honneur et de l’humilité, la soumission à l’ordre établi par les Pères

            "

            A quelques nuances près, c’est le même genre de notions à la con qu’on retrouve dans le judaîsme et l’islam.

            Le sacrifice : pouacr !


          • gnozd gnozd 12 octobre 2019 09:36

            @Marzhin Tavernier

            Entièrement ok : urgence de revenir au paganisme ancestral de l’Europe.


          • Jonas Jonas 12 octobre 2019 10:54

            @gnozd « Le sacrifice : pouacr ! »

            Vous incarnez typiquement ce monde progressiste et individualiste. On refuse de se sacrifier pour l’autre, on réprouve la charité, le Don de soi, car seul compte le Moi.
            Le refus du sacrifice, de la générosité, de la transmission, de se donner à l’autre, la cupidité, l’orgueil, l’égoïsme sont une négation de la transcendance exprimée dans le Bien commun, dans lequel des générations entières se sont sacrifiées, pour bâtir le Monde dans lequel vous vivez, et dont vous êtes aujourd’hui immensément débiteur.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:31

            Honneur à toi, Gnozd ! Quand on lit le manque d’humour nazaréen, totalitaire, inspirateur des susceptibilités contemporaines, c’est évident.


          • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 14:04

            @Jonas : «  La Nouvelle Alliance (Nouveau Testament) que contracte Dieu avec l’humanité à travers son Fils Jésus Christ »

            Dieu contracte une Nouvelle Alliance avec les autres nations (que la nation des Juifs), pas avec l’Humanité qui est un concept inexistant dans la littérature religieuse chrétienne. C’est pour ça qu’on dit que la nouvelle alliance est universelle, elle est étendue du seul peuple Juif, à toutes les nations, y compris la nation juive qui s’est montrée indigne.

            Jésus dit : « Allez parmi les nations... »

            Pour la Bible, l’Humanité est divisée ou composée de nations dont elle donne l’origine ou la généalogie depuis l’ancêtre qui en est l’origine. Le peuple de Moïse n’est qu’une seule de ces nations, peuple choisi pour la Première Alliance.


          • Jonas Jonas 12 octobre 2019 14:27

            @Et hop ! "Dieu contracte une Nouvelle Alliance avec les autres nations (que la nation des Juifs), pas avec l’Humanité qui est un concept inexistant dans la littérature religieuse chrétienne."

            On peut jouer sur les termes, mais les Nations sont composées d’humains, donc pour moi, il n’y a pas de contradiction à dire que le Message universel du Christ est destiné à toute l’Humanité.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:32

            Oh bordel.


          • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 17:36

            @Jonas

            La première alliance était contractée avec un peuple, la nation juive, la Nouvelle alliance a été contracté les autres peuple, les autres nations, pas avec l’Humanité considérée comme une seule nation.

            C’est important parce que le christianisme a consisté à dégager la loi de Moïse de tout son aspect national, à la désincarner, d’abord à la rendre indépendante de l’ethnie et de l’hérédité juive, ensuite de la langue hébreux, et puis du calendrier, de la cuisine, du costume juif, du mariage juif (polygame avec minorité de la femme et répudiation), du droit civil et pénal juif, et de n’en garder que l’esprit, afin que l’Alliance puisse se réincarner dans d’autres nations ayant leurs langues, leurs histoires, leurs coutumes et leurs traditions, leurs calendriers, leurs religions, leurs rites et leurs sanctuaires païens qui ont été christianisés, c’est-à-dire sanctifiés.

            Ainsi, le mariage catholique n’est pas du tout le mariage sémitique importé avec le christianisme, ni le mariage romain permettant l’adoption, c’est le mariage celte ou gaulois : monogame, hétérosexuel, viager, patrilinéaire sans adoption, avec consentement des époux, régime dotal c’est-à-dire que la femme possède la capacité civile entière et un patrimoine.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 20:28

            Nous tenons notre nouveau prophète du XXIème siècle !


          • Et hop ! Et hop ! 14 octobre 2019 21:26

            @Marzhin Tavernier

            Un prophète est quelqu’un qui fait des prophéties, c’est à dire qui annonce ce qui va se passer dans le futur.

            Vous prononcez des jugements péremptoires sur la religion catholique mais c’est un domaine que vous ne connaissez que très superficiellement.


          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 15 octobre 2019 00:27

            Vous ne savez rien de moi ! Tellement rien ! Tout ce qui vous gêne, c’est que ça n’abonde pas dans votre veine, et vous vous échinez contre péremptoirement.


          • Jonas Jonas 12 octobre 2019 01:05

            "En fait, l’unithéisme, c’est d’abord et avant tout l’extrapolation hallucinante et hallucinée du bon sens empirique. Et, ce, jusque dans ses injonctions à la pitié, à l’indulgence, au pardon, à la miséricorde et à la clémence. Ces cinq traits de caractère, sont les traits de caractère par lesquels une communauté peut se solidariser.« 

            Il n’y a pas de bon sens empirique, ces injonctions sont à la base celles des êtres humains faits à l’image de Dieu, mais l’homme peut être corrompu, car Dieu lui a donné le libre arbitre :
             »Nous avons tous fait l’expérience de notre facilité à suivre la vanité de nos pensées. Tous, un jour, nous avons été conscient de l’obscurcissement de notre intelligence et de l’aveuglement de notre coeur. Nous avons tous senti en nous une loi contraire à la raison qui nous invitait à faire le mal que nous réprouvions pourtant. Toute cette lutte entre la chair et l’esprit se retrouve inévitablement au niveau de l’humanité.« 
            Abbé Olivier Rioult - »L’apothéose humaine« p119

            Ces injonctions ne peuvent donc être réunies que par la grâce et l’Amour en Celui qui les incarne totalement, charnellement et spirituellement, Jésus Christ.

             »Je suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé ; il entrera et il sortira, et il trouvera des pâturages.« 
            Jean 10:9

             »Vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés ; car si vous ne croyez pas ce que je suis, vous mourrez dans vos péchés."
            Jean 8:23-24


            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 01:09

              Et ? Il faut que je me mette à genoux devant vos saintes paroles, maintenant ? Ca c’est ce que le bon sens déduit empiriquement de vos assènements.


            • Jonas Jonas 12 octobre 2019 01:12

              @Marzhin Tavernier « Il faut que je me mette à genoux devant vos saintes paroles, maintenant ? »

              Vous êtes seul responsable de vos actes et de votre conduite. Ce n’est pas moi qui vous jugera.


            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 01:14

              Mais vous voulez qu’il y ait un juge.


            • Jonas Jonas 12 octobre 2019 01:44

              @Marzhin Tavernier « Mais vous voulez qu’il y ait un juge. »

              Mais il y a un juge.
              "Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres."
              Apocalypse 20:12


            • Jonas Jonas 12 octobre 2019 12:57

              @arthes « Justement, chacun n’est il pas, (ou ne devrait il pas) se sentir comme étant son propre juge ? »

              C’est la doctrine nihiliste des athées qui renient la soumission à Dieu, en pensant obtenir un pouvoir sans limite faisant table rase du passé, car en devenant seul juge, sans devoir rendre au compte à leur Créateur, à quel endroit se situe le respect de l’ordre moral, social et hiérarchique ?
              « Notre principe à nous c’est la négation de tout dogme ; notre donnée, le néant. Nier, toujours nier, c’est là notre méthode ; elle nous a conduit à poser comme principe : en religion, l’athéisme ; en politique, l’anarchie ; en économie politique, la non propriété. »
              Pierre-Joseph Proudhon, un des fondateurs du socialisme.


            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:34

              Des juges, des jugements, des évaluations, il y en aura toujours, et même des contradictoires au coeur de chacun, mais surtout entre les diverses observations et réputations que les milieux sociaux nous font. L’essentiel n’est que de faire honneur, d’honorer, de valoir, de devenir qui l’on est.


            • Jonas Jonas 12 octobre 2019 18:30

              @arthes « La conquête de la liberté, de sa propre liberté ne passe t elle justement par le fait de s’affranchir de son héritage ? »

              C’est la définition du progressisme révolutionnaire, s’affranchir, ça veut dire renier la somme de connaissances, les traditions et l’expérience hérités de nos pères au fil des siècles.

              ------------------------------------
              « Donc, il n’est nullement question de détruire ce qui fut, mais de le comprendre comme faisant partie de notre construction »

              Pas simplement comprendre, mais poursuivre, pour être les continuateurs de ce Bien commun hérité :
              « Le progrès ne consiste pas dans le renversement des valeurs, ni dans le déchaînement des passions. Il tend à la réforme, à la rénovation, à la restauration, au perfectionnement.
              La piété, c’est l’amour et le culte du père. Chez le fils pieux, les sentiments révolutionnaires de liberté et d’égalité n’ont pas leur place. Le fils sait qu’il n’est ni l’égal du père, ni du roi, ni de Dieu et qu’il ne le sera jamais.
              Le fils sait qu’il n’est pas libre et indépendant vis-à-vis de son père, de son Roi et de son Dieu. Il est débiteur, il a pour toujours une dette envers eux. La piété n’a rien à voir avec le »patriotisme« révolutionnaire fondé sur l’égoïsme jouisseur où la liberté devient un refus de soumission et où l’égalité devient un prétendu droit à tous les biens matériels. »

              Abbé Olivier Rioult - « l’apothéose humaine » - p90

              --------------------------------------
              "Même notre corps physique fait partie de notre héritage, et nous n’avons pas à le détruire pour se sentir libres de nos mouvements.« 

              Votre corps physique et votre âme ne sont pas hérités, ils sont donnés par votre Créateur, vous êtes un être unique au monde, un miracle, parmi les milliards d’êtres humains qui ont existé auparavant, il n’y en a pas un seul comme vous, et dans les futures générations qui vous succéderont, il n’y en aura pas d’autres.

              ---------------------------
               »Être son propre juge signifie être individuellement responsable de soi et de ses actes"

              Être responsable devant qui ? Devant quoi ? Comment sont fixées les limites ? Si vous n’avez pas de crainte, et refusez les règles de votre Créateur, comment pourriez-vous fixer des limites à vos passions ? Qui gère les règles de la vie en société ?


            • Jonas Jonas 12 octobre 2019 18:40

              @arthes « Proudhon très matérialiste inspiré par Satan, que c’est drôle. »

              Dans son ouvrage « Sur la justice dans la révolution et dans l’Église », Proudhon attaque la création de Dieu :
              "Dieu est stupidité et lâcheté, Dieu est hypocrisie et fausseté, Dieu est tyrannie et pauvreté, Dieu est mauvais. Partout où l’humanité s’incline devant un autel, esclave des rois et des prêtres, elle sera condamnée... Je jure, ô Dieu, la main levée vers le ciel, que tu n’es rien d’autre que l’exécuteur de ma raison, le sceptre de ma conscience... Dieu est essentiellement anti-civilisé, anti-libéral, anti-humain."

              De telles pensées ne sont pas originales : on les trouve d’ordinaire dans les sermons du culte de Satan.


            • Jonas Jonas 13 octobre 2019 11:36

              @arthes "Régner par la peur et la soumission ainsi que l’obéissance aux règles, et se cacher derrière des masques pour « ressembler aux autres, à la norme » , c’est ce que font toutes nos sociétés matérialistes, sur la base de l’ancien testament.« 

              Jésus Christ ne règne pas par la terreur, car il est pour nous, comme un Père pour un Fils.
              Tout comme un enfant craint son père quand il le gronde lorsqu’il fait une bêtise. Car s’il n’y a pas d’autorité, l’enfant cherchera toujours à dépasser les limites (comme malheureusement l’ont fait Proudhon, Marx, Lénine, Hitler ou Staline).
              Tel est Jésus Christ envers nous :
               »Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes."
              Matthieu 11:29

              Jésus ne prêche pas l’amour du matérialisme, ni de la consommation, pas plus que le plaisir de conduire votre SUV ou l’adoration de votre smartphone.
              C’est la recherche du repos de votre âme que Jésus exhorte, sa tranquillité, et sa justice.


            • gnozd gnozd 14 octobre 2019 19:53

              @Jonas

              "à quel endroit se situe le respect de l’ordre moral, social et hiérarchique ?

              « 

              C’est bien là le problème. Et à mon sens les religions, qu’elles soient monotheistes ou poly ou tout ce qu’on veut, ne résolvent pas le problème inné à la nature humaine, à savoir la cupidité, en premier, d’où découlent toutes les saloperies.

              Alors oui les prêtres (au sens le plus général) peuvent toujours sermonner leurs ouailles, après une heure de prechi-precha hebdomadaire et quelques salamalecs, on se donne bonne conscience et c’est reparti comme en 14.

              Et ne me parlez pas de soumission à dieu, allah ou qui que ce soit. Et quand au sacrifice, rappelez-vous des poilus qui partait la fleur au fusil défendre la patrie alors qu’ils se battaient pour De Wendel, et en face pour Krupp, ou encore ces connards de daech qui soi-disant se battent pour leur dieu, mais en-dessous, y’a plein de »bitroul" mon pote !


            • Oulan Bator 12 octobre 2019 08:21

              J’ai été saisi par le vertige de la toile faite par Dali.

              Et du coup, même si il me semble vrai que par une sorte de transmutation sociologique, ce que le monothéisme recèle d’« unithéisme », comme vous l’écrivez, peut dériver (automatiquement, selon vous, si j’ai bien compris) en nihilisme, je trouve que le texte perd en beauté et en qualité.

              Je voyageais avec le Christ et Mahomet-Moïse, et puis l’on se trouve, abruptement, dans la crise spirituelle du monde contemporain, avec ses tours, ses cités, son macadam et son artificialisation du territoire (ce n’est pas dans le texte, je sais, mais la fin de l’article exprime cela).

              Il me parait que le concept d’unithéisme est cependant trop pauvre pour exprimer le monde, et que l’échelle de jacob, ascension certes vers l’unité, recèle potentiellement toute une série de richesses préalables, intermédiaires réalités végétales, animales, angéliques, et encore il ne s’agit que de cultures terrestres  qui nuancent l’axe autoroutier monothéisme-unithéisme-nihilisme.

              Cdt,


              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:37

                Normal que ça se vautre, puisque notre monde se vautre, en effet. Mais L’échelle de Jacob est un très bon film, comme quoi, rien n’est manichéen.


              • Julot_Fr 12 octobre 2019 09:56

                La campagne pour la destruction de l’identite francaise se poursuit.. objectif homogeneisation globale pour destruction simplifie de l’etat nation


                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:42

                  Arrêtez avec votre misérable déclinisme, déclin misérabiliste, parfaitement nazaréen dans le fond, puisqu’il joue de martyrologie. Ce n’est pas en vous posant comme une victime, en jouant de victimisme comme vos adversaires, que vous exemplifierez quoi que ce soit. Vous êtes si nul, que vous voyez ce qui vous chante, chez un auteur qui pourtant parle de la France dans des termes qu’apparemment vous devriez approuver. Mais vous préférez jouer les lamentins.


                • Pascal L 12 octobre 2019 11:48

                  Que d’effort pour se persuader que Dieu n’existe pas. En avez-vous d’ailleurs trouvé la preuve ou continue-vous vos recherches ? Je vous souhaite bien du plaisir dans votre quête du graal car nous ne savons même pas si votre graal existe.

                  Vous pourriez tout de même faire un effort et lire les travaux des derniers historiens sur l’authenticité des Evangiles et l’historicité de Jésus. Vous seriez probablement très surpris et sans doute, vous préférez ne pas savoir.

                  Vous pourriez également utiliser une approche scientifique pour analyser les centaines de milliers de témoignages sur les rencontres entre Dieu et les hommes. En appliquant la méthode historique, vous pourriez peut-être y voir des tendances et construire une vraisemblance. Ça ne vous intéresse pas de savoir que Dieu vous aime malgré tout et peut vous le montrer ?

                  Vous pourriez peut-être analyser les 24000 manuscrits ou fragments de manuscrits des Evangiles écrits entre le premier siècle et l’invention de l’imprimerie dans toutes les langues de la Méditerranée. Le deuxième manuscrit de l’antiquité le plus copié est l’Iliade avec seulement 643 copies...

                  Comme vous connaissez la conclusion, vous ne pouvez prendre que ce qui conforte votre conclusion, au même titre que n’importe quelle idéologie. Le propre des idéologies est de ne pas avoir besoin de chercher la vérité mais de décider à priori ce qu’elle doit être. C’est peut-être rassurant mais la vérité ne se trouve pas dans nos émotions.

                  Bon, je vous laisse dans votre angoisse de la mort.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:25

                    Votre condescendance déplacée, illustrant le totalitarisme nazaréen, idéologique, vous déshonore.


                  • Désintox Désintox 12 octobre 2019 15:31

                    @Pascal L
                    On a découvert 448 manuscrits de la Mer Morte écrits entre -30 et 70.

                    Aucun ne parle de J-C.

                    La messe est dite.


                  • shadrack shadrack 12 octobre 2019 16:26

                    @Désintox

                    Le nombre d’âneries que vous avez écrit sur cet article est un moment rare eu égard au choix d’un tel pseudo.

                    Ne sutor ultra crepidam.

                    Cordialement.


                  • Pascal L 12 octobre 2019 21:28

                    @Marzhin Tavernier

                    Je reconnais que j’ai cherché votre réaction et je l’attendais. Elle ne fait que confirmer ce que je pensais. Désolé de l’avoir provoquée, mais quelque part, votre attaque contre les Chrétiens le méritait. Dans mon texte, il y avait également de bonnes questions que vous prenez soin d’éviter et du coup, je considère votre attaque ad hominem comme un hommage... Donc merci.
                    Notre époque d’hyper-individualisme veut que nous pensions avec nos tripes à la place du cerveau. Cette approche par les tripes est extrêmement dangereuse, car elle nous conduit à exclure toute forme de raisonnement. Si vous allez au cinéma, il existe pas de film que ne fasse pas appel à nos sentiments et les politiques l’ont tellement bien compris qu’ils exploitent cette facette de notre personnalité pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes. A votre avis, quel est le rôle de Greta ? Le phénomène religieux n’échappe pas à cette forme de pensée. Pourtant, si vous lisez les Evangiles, il ne font jamais appel à nos sentiments mais à notre intelligence. Utilisez donc votre intelligence pour essayer d’y comprendre quelque chose.

                    « totalitarisme nazaréen » une phrase qui n’a pas beaucoup de sens. Décidément, vous ne connaissez pas l’histoire ou plutôt les histoires des Nazaréens, car cette appellation recouvre plusieurs réalités bien différentes. Jusqu’au premier siècle, cette appellation ne recouvre que les descendants du roi David et en ce sens, Jésus pouvait être appelé Nazaréen, mais pas les Chrétiens. Le panneau placé par Pilate sur la croix de Jésus était particulièrement féroce vis-à-vis des Juifs : « Jésus le descendant de David, roi des Juifs ». C’est réellement s’attaquer aux symboles du Judaïsme. L’appellation de Nazaréen a ensuite été utilisée par des sectes hérétiques judéo-chrétiennes à partir du 2ème siècle. L’islam est issu de ces sectes. Si vous voulez en savoir plus, lisez la thèse d’Edouard-Marie Gallez « Le messie et son prophète ». vous aurez aussi un état des connaissances sur Qumrân.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:36

                    « Pan ! pan ! tu l’as mérité ! vilain pécheur pas beau ! pan ! pan ! bam ! vroum ! boum ! voilà ta correction ! »


                  • Pascal L 12 octobre 2019 21:37

                    @Minotaure642
                    « Faut-il être puéril pour refuser de voir ces évidences »
                    Je n’ai jamais demandé à personne de croire ces choses là. Elle sont du domaine de la foi et non de la science et la foi demande des préalables que vous n’avez pas. Donc si vous n’y croyez pas, personne ne peut vous le reprocher. Les historiens n’étudient jamais ce qui du domaine de la foi, mais ce qui est du contexte historique et là, je vous mets au défi de démontrer qu’un seul élément de ce contexte est faux... Luc et Jean sont extrêmement précis. L’authenticité du témoignage et l’historicité de Jésus ne sont plus mis en doute par les historiens, mais personne ne vous demande d’avoir la foi.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:38

                    Mais « Dieu m’aime » ! smiley C’est de m’obliger à croire qu’il m’aime quoi que je fasse, à vouloir que j’entre dans son amour, qui est totalitaire spirituel. L’Église ne pratique le débaptême, autrement que par une biffure administrative en note collatérale après demande, sans admettre qu’on puisse quitte sa communauté supérieure. C’est totalitaire spirituel. Et ainsi de suite. Mais il y a une solution : blasphémer contre l’Esprit Saint, c’est Jésus qui le dit. Qu’il aille donc au diable !


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:54

                    Je en sais pas comment cela se passe avec les juifs, mais avec les musulmans, il ne vaut pas mieux être un apostat. Le texte ne le permet qu’au prix de la vie.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:56

                    Les juifs se prétendent peuple élu. C’est certes une grande responsabilité, mais plutôt intéressante, quand on sait que l’Apocalypse annonce le règne des 12 tribus d’Israël. Qui n’existent plus, mais bon, bien des choses dans les textes n’existent pas, alors on n’est pas à un surréalisme près. Totalitaire.


                  • Pascal L 12 octobre 2019 22:00

                    @Marzhin Tavernier
                    Fallait pas écrire cet article sans vous renseigner un peu... Si vous vous exposez en publiant un article, il faut s’attendre à ce que tout le monde ne soit pas d’accord et ce n’est pas choquant. Ne venez pas vous plaindre ensuite si ceux qui sont attaqués disent vertement ce qu’ils en pensent. Je ne vous reproche pas d’avoir attaqué les Chrétiens mais plutôt d’avoir manqué d’arguments. C’est votre droit de critiquer et je préfère que vous ayez ce droit si j’ai le droit de répondre. Il vaut mieux se dire nos pensées que de les taire. Jésus a dit « Je ne suis pas venu apporter la tranquillité, mais la dispute ». Dont acte.


                  • Pascal L 12 octobre 2019 22:26

                    @Marzhin Tavernier
                    « C’est de m’obliger à croire qu’il m’aime quoi que je fasse » Non, vous gardez votre liberté, sinon ce ne serait pas de l’amour. Un amour totalitaire n’est que l’amour de soi-même et ce n’est pas à ce niveau que Dieu se place.

                    « L’Église ne pratique le débaptême » Comme l’Etat ne pratique pas la dé-naissance. Le registre ne fait que constater un événement, mais les mentions en marge suffisent pour vous éviter que vous deveniez parrain à l’avenir. Les sacrements sont des occasions de rencontrer Dieu, mais il faut encore que vous agissiez dans ce sens. 

                    « blasphémer contre l’Esprit Saint » Encore raté, il n’y a pas de blasphème pour vous qui ignorez tout de l’Esprit-Saint. 

                    « Qu’il aille donc au diable ! » Le diable serait bien heureux d’une telle prise, mais il n’a aucune chance...

                    « mais avec les musulmans, il ne vaut pas mieux être un apostat » Hélas oui. Mais cela n’empêche pas les Musulmans de quitter l’islam en masse, parfois pour se rapprocher de Jésus... En France, les menaces sont difficiles à mettre en œuvre et je connais beaucoup d’apostats. L’apostasie est tout autant présente dans les pays Musulmans, mais elle se cache. On dit que l’Egypte est maintenant majoritairement athée. Même en France, quelques-uns se cachent tout de même et c’est notre devoir de les aider. Les Juifs ne font pas de rétorsions envers les apostats. Quelques-uns sont devenus célèbres (Mendelssohn, Lustiger...).

                    « quand on sait que l’Apocalypse annonce le règne des 12 tribus d’Israël » Ne lisez jamais ce texte au sens littéral. Aucune prophétie dans l’ancien ou le nouveau Testament a pour rôle de décrire précisément un événement. Il s’agit d’un enseignement pour obtenir la conversion et ce qui est décrit ne devrait en principe pas se passer si la conversion se fait.
                    Etre un peuple élu est une grande responsabilité mais n’apporte aucun avantage, sinon d’être au fait du salut, mais ce salut n’est pas plus facile à obtenir pour les Juifs que pour les autres.


                  • Pascal L 12 octobre 2019 22:44

                    @Désintox
                    Pour la datation des manuscrits, il faudra repasser, les hypothèses qui ont conduit à cette datation s’avèrent fausse. Les manuscrits n’ont aucun rapport avec la toute petite communauté qui vivait là et qui n’était pas essénienne (il n’existe pas de réalité essénienne, c’est une invention), mais il s’agit de dépôts de textes sacrés, soit parce qu’ils étaient importants pour ceux qui les ont mis là, soit qu’ils n’étaient plus d’actualité, remplacés par d’autres textes. Il n’y a aucun texte chrétien dans les manuscrits de Qumrân, mais quelques textes ont été influencés par la vie de Jésus. Le fait même que des textes comme les Testaments des 12 Patriarches aient fait l’objet de réécritures après le passage de Jésus nous montre que Jésus n’est pas passé inaperçu, même dans des milieux qui n’étaient pas chrétiens.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 00:13

                    Bordel mais rien ne dit qu’il m’aime, en dehors du croyant qui le prétend, et cela pourquoi ? Pour augmenter le contingent d’agneaux de Dieu, de fidèles, de membres de l’Oumma. Les juifs au moins, pour cela, s’en tiennent à leur élection, mais d’aucuns parmi eux se sentent alors une condescendance et une supériorité racistes, qu’ils ne doivent qu’à leur fantasme de révélation en fait constituée sous David pour renforcer leur nationalisme, à l’époque. Encore des besoins en termes de contingents.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 00:16

                    L’évangile stipule bien que seul le blasphème contre l’Esprit Saint ne sera pas pardonné. Il ne précise pas dans quelles conditions. Cela dit, le point essentiel, c’est que Jésus n’est venu que pour la Maison d’Israël. Cela aussi, est textuel. Mais il a fallu qu’on croie l’apôtre Paul. Etc.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 00:17

                    Mon blasphème « qu’il aille au diable ! » légitimé par mon baptême à la limite, n’a pas d’autre vocation qu’à faire en sorte que je ne sois pas pardonné. Vous faîtes semblant de ne rien comprendre ou bien ?


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 00:22

                    Mais en somme Pascal L., vous faîtes empirique votre discours, pour continuer de convertir, prosélyte, conformément aux voeux de Jésus, évangéliques. A moins que ce ne soit un aveu de déchristianisation, dans la mesure où vous renoncez à être prosélyte. Il en aura fallu du temps, pour cela ! Vous créez alors un espace libre, un no man’s land, entre votre foi et les positions d’autrui, dans l’escompte qu’il y ressente l’influence du dieu. C’est toujours de séduction. L’ombre du dieu, c’est le serpent. Je l’aime bien.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 00:26

                    N’empêche que seuls les juifs, valent le coup. Au fond, ils se comportent comme une tribu, avec leur fierté tribale. C’est sain.


                  • Jonas Jonas 13 octobre 2019 11:57

                    @Marzhin Tavernier "le point essentiel, c’est que Jésus n’est venu que pour la Maison d’Israël. Cela aussi, est textuel. Mais il a fallu qu’on croie l’apôtre Paul. Etc.« 

                    Vous n’avez apparemment jamais ouvert une Bible.
                    Le Message de Dieu pour le peuple hébreu, c’est l’Ancien Testament, l’Ancienne Alliance.
                    La Nouvelle Alliance, scellée par le sang du Christ sur la Croix et sa Résurrection, est la Bonne Nouvelle, l’Évangile, annoncée pour l’ensemble des Nations :
                     »Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi : Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde."
                    Matthieu 28:18-20


                  • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 13 octobre 2019 16:25

                    @Jonas

                    Resalut jonas , 

                    Vous n’avez apparemment jamais ouvert une Bible.

                    Le Message de Dieu pour le peuple hébreu, c’est l’Ancien Testament, l’Ancienne Alliance.

                    Non pas du tout , le christ n’ as pas fermé l’ alliance au(x) peuple(s) judaîque(s) , 
                    Pas plus qu’ au paîen ... Jean le baptiste etait bien juif ... yeshua egalement.

                  • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 13 octobre 2019 16:42

                    @Cyrus (TRoll de DRame)

                    d’ ailleur le message des polytheiste , animiste , boudhiste , hindou s’ adresse aussi au monotheiste juif, chretien, musulman , autres lol


                  • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 13 octobre 2019 16:54

                    @Marzhin Tavernier

                    Mon blasphème  « qu’il aille au diable ! »  légitimé par mon baptême à la limite, n’a pas d’autre vocation qu’à faire en sorte que je ne sois pas pardonné. Vous faîtes semblant de ne rien comprendre ou bien ?

                    Toi aussi tu as été baptiser de force ? 
                    une fois par les catho-universel , une autre fois par diapositive par les mormon sioniste ? ... je te rassure le libre arbitre resiste a 3 goute d’ eau , de vin et de sel :)

                    chez les jesuite , les notes en cathechisme modulait les notes... 
                    les polytheiste et les payen etait presenté bien pire que les musulman aujourdhui 
                    et que dire des athée traitre a l’ eglise .

                    La liberté de culte consistait a la messe obligatoire , la « gestapo » des eleves denoncant qui quonque oublit de se signer ...

                    je me souviendais longtemps de mon passage
                    par « l’ ecole libre »...l’ ecole antirepublicaine.


                  • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 14 octobre 2019 12:59

                    Il y a des symboles importants. Sinon Jonas, allez au diable vous aussi : bien sûr que j’ai ouvert une Bible, mais la Bible, ce sont plusieurs livres. Les évangiles sont adressés aux juifs, et rien qu’aux juifs. Qu’ensuite, saint Paul est ouvert la donne, ce n’est plus de Jésus. Mais vous, vous n’avez pas lu mon article : c’était dedans.


                  • Désintox Désintox 14 octobre 2019 17:56

                    @Pascal L
                    « les hypothèses qui ont conduit à cette datation s’avèrent fausse »

                    Carbone 14 ...


                  • Pascal L 18 octobre 2019 10:35

                    @Désintox
                    Le carbone 14 s’avère inopérant sur des manuscrits car il ne permet pas de dater l’encre et les manipulation du support l’expose à toutes les pollutions possibles.


                  • Andy 19 octobre 2019 10:05

                    @Marzhin Tavernier Non mais regardez les cartes et surtout les écritures. les 12 tribus existent toujours pas sous la même appellation mais il y a toujours des lévites des descendants de Dan, Benjamin et les autres. Dans les écritures il est bien écrit qu’a cause de leur désobéissance ils seront dispersés ! Vous utilisez des termes pour vous « démarquer » peut-être mais ce n’est pas tellement utiles. Le fait de dire que vous ne haïssez pas Jésus n’est pas logique vu que vous essayez de le décrédibiliser. Vous devez être convaincu que nous descendons des singes et donc après la mort on est réincarné en quoi ? En cafards ? Ne pas croire à Dieu et le dénigrer autant est triste pour vous car sans vouloir vous insulter la Bible dit bien que « l’intelligence commence par la crainte de Dieu ». Vous pouvez très bien avoir un doctorat ce n’est pas la question mais vous êtes convaincu par quelque chose de faux. Les juifs et les chrétiens ont les mêmes textes et viennent de Dieu contrairement aux musulmans et il n’y a qu’à voir le lien entre musulmans et nazareen car c’est une religion d’hommes faite par une personne qui s’est rebellée contre la parole. Après il y a chrétien et chrétien. Jésus l’a dit lui-même « tout ceux qui diront Seigneur Seigneur n’heriteront pas tous du royaume des cieux ». Votre insistance sur les nazareen est correcte et ils existent toujours. Ce sont des chrétiens qui ont gardé les lois et les commandements donnés dans la Torah (Ancien testament) car il n’a jamais été question de les abolir. Je vais m’arrêter là sinon le commentaire va être long à lire. Le monde ne nous appartient pas nous sommes de passage et vous n’êtes pas sans savoir qu’à un moment où à un autre nous allons mourir et c’est notre but la vie d’après.


                  • eric 12 octobre 2019 12:01

                    Cela me rapelle une vieille annecdote soviétique.. celle du commissaire politique qui vient expliquer le socialisme pendant des heures dans un village. Les moujiks écoutent religieusement. A la fin le zampolit autorise a intervenir, mais vite fait, car le Plan n’attend pas. Ivan ivanovitch ivanov demande à dire trois mots.. « Christ est ressusité », et toute l’assemblée de répondre, « il est vraiment ressusité ». Comme disait Coluche, Jésus Christ, et la caravanne passe. J’avais croisé Gaucher peu après le décès de sa femme. Il est un peu la savonette à vilain de la théorie scientifique de René Girard, à destination du bas clergé de gauche (pour la frange technocratique, il y avait Dupuis). Tous ces gens, comme vous à mon avis, s’emberlificotent les méninges dans des constructions complexes et fragiles Vous gagneriez beaucoup de temps grace à l’hypothèse simplificatrice que Jesus est le fils de Dieu venu offrir sa vie en rémission de nos péchés. Ce grand pas progressiste permet seul d’admettre la grace, c’est à dire que nous ne saurions être, individuellement ou collectivement, à l’origine du sens. C’est du reste pour cela que la démocratie et la liberté, avec tous leurs risques sont occidentales et chrétiennes. C’est aussi pour cela que les progressismes, alter néo freudiano socialo écolo. Sont toujours des tentatives néo paiennes de régression vers des certitudes. La religion de la sortie du sacré, c’est aussi la cause de l’échec de tous les socialismes et leurs avatars variés. Apres 70 ans et 40 millions de morts, Ivan ivanitch est toujour là.


                    • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:45

                      Ah oui ! très bonne anecdote : un peu comme les curés n’ont jamais vraiment réussis à débarrasser les campagnes des croyances anciennes. Un totalitaire chassant l’autre.


                    • zygzornifle zygzornifle 12 octobre 2019 13:13

                      Moi je crois en Dieu mais je n’ai pas encore décidé auquel .....


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 13:45

                        Je vous conseille la laïcité : par définition, elle est polythéiste mécréante, puisqu’elle laisse advenir plusieurs cultes sans en élire aucun.


                      • eric 12 octobre 2019 13:50

                        @zygzornifle

                        C’est pas grave, lui est au courant. Il croit en vous et sait qui vous êtes.


                      • eric 12 octobre 2019 14:02

                        @Marzhin Tavernier

                        Mais non ! C’est toujours pareil. Les « laïcards » ignorent en general les definition, contenus, régimes, de la laïcité, qu’ils soient religieux, administratifs, étatiques. Sans parler de leur traduction dans les faits et pratiques.

                        Tenez, par exemple, en France, la laïcité constitutionelle ne laisse rien « advenir »du tout.

                        Je pense qu’il y a une sorte d’auto persuasion et de mauvaise foi laïcarde, de gens qui essayent de croire que notre laïcité réelle est ce qu’ils voudraient qu’elle soit. Il y a aussi le déclin de la culture générale si bien décrit par Alan Bloom. Il y a, certainement, l’appauvrissement de la pensée à force d’utiliser des mots tirroirs fourre tout.

                        Vous, je ne sais pas, mais il y a un Monsieur Chalot, trés laïque, sur ce site, qui n’a jamais lu les textes fondateurs de notre laïcité à la française.


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 14:04

                        Vous faîtes de ce chipotage ! Le mot laïcité, j’adore son étymologie : du grec peuple. Or les croyances populaires ne sont pas spécialement unithéistes, elles mêlent cette religion totalitaire aux croyances locales. L’Amérique latine est magique pour ça.


                      • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 14:19

                        @Marzhin Tavernier

                        Le sens d’un mot ne dépend pas de son etymologie réelle ou supposé, mais du sens qui lui est donné par l’usage.

                        Laïc est un terme religieux qui veut dire de personnes qu’elles ne sont pas religieuses, comme pour les militaires le terme « civil » (qui a d’autres sens dans d’autres contextes).

                        A partir de la IIIe République, des athées majoritairement d’origine protestante et juive, réunis par le Grand Orient de France, ont utilisé ce terme en lui donnant le sens de « neutre religieusement », afin faire toutes les lois qui ont évincé les prêtres et les religieux des secteurs de l’enseignement scolaire et universitaire, de la santé, du secteur social (hospices, orphelinats, refuges, asiles,..), secteurs qui ont été inventés par l’Église catholique et qui n’existaient pas en dehors du monde chrétien. En réalité, cette laïcité était un présentation trompeuse d’une autre religion, athée, destinée à supplanter le catholicisme, comme l’explique très bien Vincent Peillon. Selon un recensement fait en 1768, 98 % des familles françaises se disaient catholiques.


                      • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 14:23

                        Edit  : « Selon un recensement fait en 1867, 98% des familles françaises se disaient catholiques. »


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:00

                        Oui, neutre, donc à laisser être et advenir tous les cultes sans en élire aucun, CQFD. C’est polythéiste mécréant, bis repetita.


                      • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 16:24

                        @Marzhin Tavernier

                        Les différents courants des sciences occidentales matérialistes sont autant des systèmes religieux que le catholicisme, ce sont aussi des métaphysiques avec des postulats qui sont des articles de foi. Le socialisme réel de l’URSS, le Darwinisme, le libéralisme économique, sont des systèmes d’explication et de justifications de la vie sociale, ils comportent une économie du Salut et visent à conquérir un paradis, même si ce paradis est sur Terre.

                        Il n’y a pas d’un côté les systèmes religieux, et d’un autre des systèmes de connaissances objectifs et neutres qui ne reposent sur aucune foi.

                        La religion qui est la plus intolérante, c’est celle qui ne se reconnaît pas comme une religion et comme un système de croyances et de représentations.


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 20:37

                        Vous voulez rire ! Quand on place le mystère au coeur d’une démarche, comme c’est le cas de l’unithéiste, on n’est plus dans la philosophie, pas plus que la science, qui elles laissent pas ou peu de place au mystère, ou bien, quand il y a une part obscure/maudite dans leur truc, en tirent un maximum de conjectures voire de conclusions logiques, et du moins formulent un maximum d’hypothèses logiques. L’unithéiste peut s’en passer, en dehors de logiques pratiques çà et là, existentielles, comme tout le monde.


                      • Jonas Jonas 13 octobre 2019 11:22

                        @Et hop ! "Laïc est un terme religieux qui veut dire de personnes qu’elles ne sont pas religieuses, comme pour les militaires le terme « civil » (qui a d’autres sens dans d’autres contextes)."

                        Plus précisément, laïc est un terme religieux de l’Église catholique romaine.
                        L’Église catholique sépare les clercs (personnes appartenant au clergé, Pape, évêques, prêtres, abbés, moines, chanoines, soeurs, nonnes, etc...), des laïcs, les personnes n’appartenant pas au clergé, croyantes ou non.


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 18:48

                        Et pourtant, l’Eglise n’est pas laïque.


                      • Jonas Jonas 13 octobre 2019 23:27

                        @Marzhin Tavernier « Et pourtant, l’Eglise n’est pas laïque. »

                        Non, elle n’est pas laïque, car la secte maçonnique a détourné et perverti l’ordre temporel et spirituel instauré par le christianisme.

                        Tout comme elle a perverti les sens des mots Liberté, Égalité, Fraternité, pour mener son combat contre l’Église catholique, et mettre en place une secte totalitaire, pervertissant la création de Dieu, en niant son Salut Divin pour le convertir à la société matérialiste de consommation.


                      • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 14 octobre 2019 13:01

                        Oh bordel. Il n’existe pas un maçonnisme unique. Cela dit, en France, il est plus politique qu’initiatique, mais ces loges sont désavouées par les maçons initiatiques, etc.


                      • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 14:21

                        Edit : « Selon un recensement fait en 1867, 98% des familles françaises se disaient catholiques. »


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 2019 14:42

                          @Et hop !

                          Vouais...faut croire les « sondages » de 1867 comme ceux d’aujourd’hui , bidouillés . Pose moi une question orientée et je te répondrais en ton sens ...


                        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:02

                          Il n’y a pas de croyance catholique « pure ». Il y a des croyances catholiques populaires, notoirement quand on sait que le christianisme a recyclé l’Ancienne Europe çà et là, bon an mal an, cahin caha, sous forme nazaréenne dévoyée toutefois.


                        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:04

                          Il n’y a aucune croyance « pure », d’ailleurs, chez les juifs comme chez les musulmans, etc. Cela dit, la question de la pureté de la croyance, du purisme, ne se pose qu’avec l’unithéisme, d’où son totalitarisme, en plus de prétendre abusivement que « Dieu m’aime » : qu’en savent ces croyants ? sont-ils leur dieu ? En tout cas ils se prennent pour lui ! smiley


                        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 2019 15:20

                          @machintruc

                          La majorité qui baptise culturellement. Et j’en suis.


                        • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:41

                          A qui pensiez-vous machintruc ?


                        • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 16:33

                          @Aita Pea Pea

                          Les recensements ne sont pas des sondages, ils portent sur la totalité de la population qui séjourne sur le territoire à un moment donné (hommes, femmes, enfants) dans toutes les formes d’habitation (logements, prisons, casernes, hôpitaux, etc.), et ils posent très peu de questions : âge, sexe, liens de parenté, statut d’occupation, profession, et autrefois la religion.

                          Le dernier recensement de la population française a été fait en 1999, il a été supprimé et remplacé par des sondages par échantillons.


                        • Désintox Désintox 12 octobre 2019 15:01

                          Il n’existe pas de preuve de l’historicité de J-C.


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:03

                            Ce n’était ni la preuve de son histoire, ni celle de ce dieu, qui comptait.


                          • Désintox Désintox 12 octobre 2019 15:33

                            @Tall
                            Je crois plutôt que l’empire romain avait besoin d’une idéologie unificatrice. Je pense que le personnage est fictif.


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 15:39

                            Les gens de la région pouvaient avoir un faciès européen, puisque la Galatie turque est un coin celte, même étymologie que Gaulois et devinez quoi : Galiléen. Un Jésus européen, certes à la peau tannée par le soleil régional, est possible, sans compter tous les brassages sud-est-européens avec la Grèce proche et la Rome occupante. Jésus pourrait être un south caucasian.


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 2019 15:43

                            @Tall

                            L’avait la tronche de Conchita Wurst ..


                          • Et hop ! Et hop ! 12 octobre 2019 16:38

                            @Marzhin Tavernier

                            La Galatie n’est pas loin, elle tenait son nom d’un peuplement de galates qui étaient des gaulois ou celte, donc pourquoi pas aussi la Galilée.

                            https://fr.wikipedia.org/wiki/Galate_mourant


                          • shadrack shadrack 12 octobre 2019 19:22

                            @Désintox

                            « Il n’existe pas de preuve de l’historicité de J-C.  »

                            « Jésus est certainement un des personnages les mieux attestés de l’Antiquité ».
                            Simon Claude Mimouni.

                            Quelques ’éléments de réponses’ sur l’historicité de Jésus Christ : 

                            https://www.scienceetfoi.com/les-preuves-historiques-de-l-existence-de-jesus-1/

                            https://www.lerougeetlenoir.org/opinions/les-opinantes/historicite-de-jesus-l-evidence-des-textes-ou-le-point-de-vue-du-philologue

                            http://leboncombat.fr/historicite-jesus/

                            https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Un-Americain-traces-Jesus-historique-2017-03-28-1200835466


                          • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 12 octobre 2019 19:22

                            @arthes

                            en fait c’ est pas exactement ca , on as surtout des preuves indirecte surinterprété et peut etre melangiste .

                            Un syncretisme , melangeant le mythe du messi , avec un reformateur politique un peut comme les protestant plus tard (calvin luther) .

                            Le tout exporter par les romain et transformer en instrument politique ...
                            Et remanier avec d’ autre mythologie (mythra , aton , zororastre , etc )

                            On as un dogme resultant qui est a la religion d’ origine , ce que le fastfood est a la gastronomie ...


                          • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 12 octobre 2019 19:24

                            @Tall

                            Le jour où l’on découvrira que c’était un chinois, j’en connais qui vont faire une drôle de gueule 

                            Bonjours Tall , 
                            ou ca serait tres drole , mais j’ imagine que les chretien nestorien s’ egare parfois .
                            Tout le monde sait que le christ venais de mars , etait vert avec des antennes :) 


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 20:41

                            C’est ce que je disais, Eh hop ! sinon, Tall, Jésus aurait probablement eu une formation de rabbin, donc la peau plus blanche qu’un travailleur. Bref, ça n’a pas d’importance, en dehors de votre complaisance à enquiquiner ceux qui se le représenteraient le teint trop clair. Qui est le plus obnubilé par la race, de ceux qui se l’imaginent spontanément clair, ou de ceux qui enquiquinent ceux qui se l’imaginent spontanément clair ?


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 2019 20:56

                            @Tall

                            Un cul c’est un cul , vivent les femmes.


                          • eric 12 octobre 2019 21:08

                            @Tall

                            Son facies a ete defini par les grecs. Les juifs etaient glabres comme de vulgaires égyptiens. Mais pour les grecs, qui etaient l’horizon intellectuel de l’epoque, un sage etait necessairement barbu comme un député socialiste en 81 ( et c’est comme cela qu’on sait que Melenchon est fondamentalement conformiste...). C’est pour cela que Jésus et ses apôtres sont affublés de pilosités. Bien sur, pour un chrétien, tous cela est parfaitement dépourvu d’importance. Si les afrocentricistes avaient raison, il n’en serait pas moins fils de Dieu...


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:23

                            Tall, l’imagerie vient d’autres temps, autres moeurs. En dehors des Grecs, un paysan du Moyen-Âge au fond des Ardennes ne devait pas trop raciser son Jésus ni être choqué qu’on le représente au teint clair. Ce paysan était tout simplement accoutumé à ce qu’on lui présente un Jésus qui lui ressemble, sans plus de question. Même les ecclésiaux, ne devaient pas vraiment se poser la question, en dehors de ceux qui avaient voyagé. Bref, il est rare qu’un type se dise « oh, je vais vendre tout ce que j’aime pour me ressemblant », car on a tendance à se mirer en ce qu’on aime, spontanément, serait-ce l’enquiquinement d’allégués-racistes. Aussi le plus discriminateur dans l’histoire, pour le moment, c’est vous.


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:30

                            Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alluminium.


                          • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:32

                            Bref, on voit bien qui est discriminateur là. Envers les albinos, envers les Blancs, envers les déficients, à valoriser d’emblée l’ostracisation, la marginalisation, le rejet et l’exil. Type : l’Europe serait le premier ghetto ! smiley


                          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 octobre 2019 21:51

                            @Cadoudal

                            Me fout pas dans des choses qui me font gerber. Merci .


                          • Jonas Jonas 13 octobre 2019 02:23

                            @Tall "Je ne crois par contre pas du tout à son faciès de caucasien représenté par les peintres européens. Il devait avoir la tête des gens de la région."

                            Le seul portrait du Christ qu’on a, c’est celui-là.


                          • symbiosis symbiosis 13 octobre 2019 13:25

                            @Tall
                            Ah bon !!
                            Je croyais que c’était les francs macs qui suçaient !!


                          • MA'EL STROM Cyrus (TRoll de DRame) 13 octobre 2019 17:08

                            @arthes

                            Ca rejoint le mythe du surhomme de nietze ... 
                            l’ archetype dominant le type par une exeption dans le bon comme dans le mauvais .

                            confondre mythologie christique , et historicité de fait comme cel qu’on as depuis 50 ans est forcement une erreur d’ induction de pensé ( le contraire de la deduction).

                            Tu l’ as bien vu il y a la meme contamination histoire/mythologie chez bouddah , abrahams , vishnu , et autre (dagon , baal , gilgamesh , moise)

                            Contrairement a toi je pense que l’ homme a exister , un gj de son epoque dressé contre l’ ordre etablis ( un peut comme martin luther king , jeanne d’ arc , ou d’ autre plus negatif comme hitler , staline , ou polpot)

                            un « leader nait » , ses successeur l’ habille de mythologie .c’ est souvent ca l’ arnaqie messianiste .

                            Le message christique n’ est pas pour autant a jeter car « tu ne tuera point » est une meilleur base que « mon peuple est superieur aux autres »


                          • Jonas Jonas 14 octobre 2019 00:18

                            @Marzhin Tavernier "En dehors des Grecs, un paysan du Moyen-Âge au fond des Ardennes ne devait pas trop raciser son Jésus ni être choqué qu’on le représente au teint clair. Ce paysan était tout simplement accoutumé à ce qu’on lui présente un Jésus qui lui ressemble, sans plus de question."

                            Les représentations du visage du Christ viennent en grande partie de l’imagerie recopiée par des centaines d’artistes dès le VIème siècle, lors des expositions publiques du Saint Suaire, en Orient en particulier, linceul ayant enveloppé le corps du Christ après sa Crucifixion.


                          • Armelle Armelle 14 octobre 2019 12:27

                            @Désintox
                            La foi ne nécessite aucune historicité


                          • Désintox Désintox 14 octobre 2019 17:59

                            @Tall
                            "Non, parce que l’idéologie s’est construite en s’appuyant sur plusieurs sectes qui relataient une histoire analogue. L’empereur a ensuite demandé à ces sectes de se mettre d’accord sur une version commune."

                            Cela ne contredit pas ce que je pense.

                            Les écrits religieux, je n’en crois pas le premier mot. Désolé, cela doit être une tare.


                          • Désintox Désintox 14 octobre 2019 18:09

                            @Armelle
                            « La foi ne nécessite aucune historicité »

                            Vous êtes libres de croire à tout ce que vous voulez, mais la « foi », je ne sais pas ce que c’est. Moi, j’appelle ça une « croyance ».

                            Le problème, c’est que lorsque vous êtes majoritaires, vous imposez votre « foi » à toute la société, au prix d’une répression barbare.

                            Il faudra bien un jour avoir une analyse objective du fait religieux. Pour ma part, je pense qu’il n’y a jamais eu de révélation nulle part et que les religions ne sont rien d’autre qu’un instrument de domination fabriqué par les classes dominantes.

                            Je pense aussi que les « prophètes » sont des personnages de fiction.


                          • Armelle Armelle 16 octobre 2019 15:25

                            @Désintox
                            Je parlais de la façon de penser des chrétiens, pas de la mienne !!!
                            Vous n’avez pas dû lire nos joutes successives avec Sieur Grangil pour me faire cette remarque. En terme de jugement, je vais en l’occurrence bien plus loin que le simple instrument de domination...
                             smiley


                          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 12 octobre 2019 20:41

                            A l’auteur,

                            La plupart des exégètes qui traitent du Christianisme manquent singulièrement d’humilité pour traiter de la grandeur de cette religion. Et de l’histoire du Christ.

                            Et pourtant cette grandeur tient en une phrase :

                            « Le verbe s’est fait chair »

                            Et l’apostolat la magnifit. Devant cette exigence morale et spirituelle, les Chrétiens s’agenouillent. Et c’est bien cela qui dérange profondément tous ceux qui veulent la mort de la chrétienté. Ils sont nombreux, hélas. Mais elle est intemporelle.


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:29

                              Il faut manquer singulièrement d’humilité, pour s’identifier naïvement à une auto-alléguée grande religion : on ne le fait que parce que sa grandeur nous grandit nous-mêmes. Et ta chair formula ce verbe.


                            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 13 octobre 2019 17:10

                              @ Marzhin Tavernier

                              Bonjour,

                              Bien sûr que la grandeur de la chrétienté grandit le chrétien ! Notamment en cherchant à s’élever au-dessus des contingences matérielles et hédonistes de la société actuelle. Avoir la Foi ce n’est pas suivre aveuglément, mais c’est réfléchir en profondeur de ce qu’est le sens de la vie, de la mort. Ce n’est pas suivre comme un mouton, ou une brebis égarée, c’est recentrer tout ce que la foi vous apporte de Vérité au sein même du message christique autour de sa propre expérience, et de sa propre perception. Et vous apporte de force morale. Nous en avons tous besoin pour résister aujourd’hui à la vilenie de notre société.
                              La force des chrétiens, malgré les multiples persécutions qui de tous temps les ont exposés, depuis l’antiquité, en passant par les massacres des Vendéens, et ailleurs dans le monde, en Asie, en Afrique, partout, partout, jusqu’à nos jours, en Syrie par les barbares mercenaires de Daëch, avec l’exécution de milliers de chrétiens avec leurs frère musulmans, c’est d’aller toujours plus haut dans l’exemplarité, c’est de se hausser le col pour apercevoir la lumière que nous procure ce message-là. Et ce message, ça s’appelle l’Espérance. Et il faut faire l’effort de l’entendre.
                              Mais cette espérance-là, il y a des forces obscurantistes qui ont décidé de la masquer par le mensonge et la laideur de notre époque actuelle. 
                              Je vous laisse à vos interrogations, qui me semblent très nombreuses dans votre texte.
                              La parabole que j’ai citée : Et le verbe se fit chair, est d’ordre théologique et philosophique, elle mérite je pense une réflexion poussée.
                               


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 18:50

                              L’enfer est pavé de bonnes intentions. Poussez.


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 19:14

                              Avant tout, vous étalez votre totalitarisme spirituel, à vous arroger toute espèce d’espérance. Mais l’espérance existait avant le christianisme, etc. Vous restez dans la veine de l’article, dont vous n’atteignez d’ailleurs pas le fond, selon lequel l’universalisme de ces religions absolutistes est empiriquement impossible, encore qu’empiriquement élancé, sans qu’il soit besoin d’en appeler à ce dieu en particulier.


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 19:14

                              Bref, il y a abus de crédulité.


                            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 13 octobre 2019 19:57

                              @ Marwin Tavernier

                              Ce qui répond à votre totalitarisme abstractif. En niant l’Espérance. Bien sûr que l’Espérance a toujours existé, c’est le propre de l’Homme de la chercher. Bien sûr que les racines de la chrétienté plongent profondément dans les textes anciens pré-chrétiens. Contrairement à ce que vous prétendez, je suis allée au fond de votre article, en essayant de passer outre, votre style complexe mais absolument pas désagréable. C’est une forme littéraire comme une autre, mais je constate que vous êtes tout aussi dépourvu de réponse à votre questionnement constant sur l’origine des maux qui frappent les êtres humains, que nous le sommes tous, et comme vous n’avez jamais trouvé de réponse, vous arrachez par lambeaux, à travers vos écrits, la faculté de comprendre le substrat de la pensée chrétienne pour un chrétien. ET de l’accepter, d’en faire son accompagnement dans la vie. Et même je vais pousser comme vous me l’y invitez plus avant, même dans le néo-paganisme, que vous interrogez comme une solution casuistique, que je sens à travers vos différentes interventions, vous ne trouvez aucune réponse qui vous satisfasse. Vous vous cherchez en quelque sorte et là, je trouve très empiriques, justement vos allégations, vous reprochez aux autres, en quelque sorte d’avoir tenté sinon trouvé la voie à travers la chrétienté.
                              Je ne parle ni de miracle, ni de certitudes, juste une petite lumière dans la nuit, fragile mais qui mène vers le grand-jour. Nous ne vivons pas dans une époque de tolérance, partout le même cheminement vers l’exclusion, vers la violence, vers la mort tout simplement. Ne reprochez donc pas à vos contemporains de chercher ce qu’il manque tant à ce siècle nouveau qui commence et qui enferme chacun dans l’obscurité d’une société sans espoir.


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 22:11

                              Je n’ai pas de questionnement constant sur l’origine des maux de l’humanité. Vous utilisez-là d’un ressort digne des Témoins de Jéhovah : la peur. Vous jouez sur ma peur d’une prétendue inconnaissance ou velléité de connaissance, pour convertir, prosélyte. C’est que vous n’endurez pas que je ne sois pas chrétien, au fond, dans votre totalitarisme spirituel.

                              Le néopaganisme, c’est au moins jungien. Jung, qui d’ailleurs croyait en l’archétype d’un Dieu grand D au point de dire Vocatus et non vocatus, Deus aderit. Evidemment, je ne le suis pas sur ce terrain-là. Mais les motions archétypiques, pas forcément universelles au sens plein du terme, sont parfaitement audibles. Pour le reste, il y a la science, et ce qui explique les maux de l’humanité s’explique par : espérance de vie, soin, conflit, ressources, et ainsi de suite. Je n’ai aucune Soif d’Espérance : je n’ai aucun manque à combler de ce côté-là, parce que je ne suis pas crédule, et pas soumis.

                              Par contre chère Nicole Cheverney, c’est un honneur d’être lu par quelqu’un qui a l’heur de reconnaître la littérarité relative de ma prose. Merci d’être intervenue pour le dire.


                            • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 22:12

                              Cela dit, si c’était pour me séduire chrétiennement ... Vous savez, le serpent n’est rien d’autre que l’ombre de Dieu. Je l’aime bien.


                            • Désintox Désintox 14 octobre 2019 18:14

                              @Nicole Cheverney
                              « La force des chrétiens, malgré les multiples persécutions qui de tous temps les ont exposés, depuis l’antiquité, »

                              Bof... Les « persécutions » ont été notamment le fait des chrétiens.

                              Dans son livre « Sapiens : Une brève histoire de l’humanité », Yuval Noah Harari observe que le seul jour de la St Barthélémy, il y a eu plus de chrétiens tués pour leur religion que pendant toute l’histoire de l’empire romain... Et on ne parle que d’un seul jour !


                            • yYvan Albert 12 octobre 2019 21:44

                              « En l’absence d’Internet, il ne postait rien pour la planète ... »

                              Justement, si !

                              Votre stupéfaction sera grande quand, en lisant le livre de vie, vous comprendrez que Jésus, dont Jean parle dans le nouveau testament est en fait l’image du sauveur qui est annoncé par toutes les religions au temps messianique (le temps auquel nous sommes maintenant). Cet homme, qui est le plus moyen de tous les hommes, s’appelle le Fils de l’Homme, Jésus, Emmanuel, Elie, l’élu, le Schilo,... Il vient de consacrer sa vie (c’est ça sa crucifixion) à écrire ce livre de vie dont on parlait dans la Genèse. Sa mission était d’y expliquer toute la vérité sur le fonctionnement de l’univers et sur l’interprétation à avoir des textes bibliques qui étaient volontairement voilés et qui ne pouvaient être dévoilés que maintenant, car nous ne sommes pas à n’importe quelle période de l’humanité ! Et c’est en ça qu’il est le sauveur (pour ceux qui le veulent, car peu le reconnaîtront) 

                              Le livre est déjà traduit en plusieurs langues et est téléchargeable gratuitement, justement pour que la nouvelle se répande « comme un éclair ».

                              Après la lecture du livre (il faut du temps), vous ne vous poserez plus aucune question sur Dieu et les mystères et énigmes de toutes les sciences.


                              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 21:58

                                C’est donc un jeu de mot et une contingence historique, que vous m’opposez ?


                              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 22:01

                                Sans compter que vous alléguez que je n’ai pas lu votre best-sellers : je peux vous garantir que je l’ai infiniment plus lu que le croyant majoritaire, qui souvent ne l’a jamais lu ailleurs qu’en groupe, par bribes. Or c’est le pavé que j’ai lu, en plusieurs versions, étudiées régulièrement.


                              • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 12 octobre 2019 22:02

                                Bref, faut arrêter vos conneries une seconde.


                              • Jean Keim Jean Keim 13 octobre 2019 09:48

                                Je ne vais pas développer mais vous confondez les faits et gestes de Jésus tels qu’ils sont relatés dans les 4 évangiles et ce que les chrétiens en ont faits par la suite, c’est-à-dire une ou plutôt des religions, ont peut dire la même chose de la plupart des autres religions, notamment du bouddhisme ; l’Islam est un cas particulier, son livre a été écrit d’emblée dans le but avoué de créer une nouvelle religion ce qui n’est pas courant.

                                Combien de chrétiens se posent la question de savoir si Jésus CROYAIT en Dieu comme le fait un religieux dans le cadre sinon de sa foi tout au moins de sa croyance.

                                Contrairement aux prêcheurs, prêtres, imams, rabbins, bonzes, lamas et autres ergoteurs religieux voire philosophes, Jésus était un Homme dont les actes et la pensée étaient libres, l’acceptation de son exécution le prouve sans ambiguïté.


                                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 11:04

                                  Et alors ? En quoi cela contredit-il l’article ? On ne se réclame pas de quelqu’un évaluable dans des textes, sans être évalué en retour sur pièces. « Jugez, et vous serez jugés. » disait l’autre.


                                • Mervis Nocteau Marzhin Tavernier 13 octobre 2019 11:06

                                  Mais vous estimez un peu vite que les religieux partent en vrille. Au contraire, la majorité est sincère, et s’accommode des traditions, c’est-à-dire du devenir territorialisé, culturalisé, identifié et coutumier, des pratiques/messages.


                                • Eric F Eric F 14 octobre 2019 19:01

                                  L’auteur propose un intéressant point de vue, comme base de débat. J’ai sur ce sujet une toute autre perception, que je formule sous forme de remarques sur quelques extraits de l’article.

                                  « Même Jésus n’a pas prétendu délivrer un évangile original, puisqu’il se réclamait de l’héritage juif (dit »vétérotestamentaire« ), alors on voit mal pourquoi il faudrait que les chrétiens s’imaginent leur religion originale »
                                  Jésus parle de « nouvelle » alliance, succédant à l’ancienne venant d’Abraham, il se base sur la torah existante, mais dépasse le formalisme pour faire prévaloir l’esprit (par exemple « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre »). Au delà des 10 commandements de la Torah qui sont surtout des interdits, il donne des préceptes positifs dans son sermon sur la montagne (« heureux les miséricordieux », etc.).
                                  Ses paroles et paraboles montrent l’ouverture de son message au delà de la seule communauté juive (le « bon samaritain » n’est pas juif, pas plus que le centurion romain dont il admire la foi, et la parabole du banquet où les invités se récusent et où il invite les gens de l’extérieur illustre cette universalité, tout comme l’appel à baptiser « les nations »).
                                  On attribue sommairement à Paul d’avoir ouvert le message du Christ aux « gentils », mais les Actes des apôtres montrent que Pierre l’a fait avant lui (ch 10).

                                  « tout cela concourut à la diffusion évangélique de Jésus de Nazareth. Permettez-moi d’appeler cela, de base, le nazaréisme voire le judéo-nazaréisme islamique »
                                  On peut effectivement parler de « judéo-nazaréisme » pour le christianisme primitif notamment celui de la communauté de Jérusalem qu’anime Jacques, mais c’est un anachronisme d’ajouter le qualificatif « islamique », même si sept siècles plus tard l’islam sera effectivement issu de ce socle.

                                  « l’unithéisme, c’est d’abord et avant tout l’extrapolation hallucinante et hallucinée du bon sens empirique. »
                                  Que sur bien des points, il s’agisse d’une « théologie du bon sens » -quoiqu’elle n’aille pas toujours dans le sens des penchants naturel-, c’est heureux, car si la religion était incompatible avec la morale spontanée, il y aurait -de son point de vue- une incohérence avec la Création.

                                  « l’unithéisme est un nihilisme. Vénérant un dieu absolu, il est obligé de le fonder empiriquement sur la base d’un bon sens qui peut se passer de lui »
                                  Conclure de cela que l’unithéisme serait alors un « nihilisme » (qui est la négation du caractère absolu des valeurs) est inverser la signification de ce terme. Ailleurs, vous écrivez à l’inverse que c’est un « absolutisme », il est vrai qu’il présente ses valeurs comme « absolues » (étant de provenance divine), mais cela n’entraine pas par essence qu’elles sont imposées de manière coercitives (à l’image de l’invitation au banquet) 

                                  « L’unithéisme n’est pas spirituel, il est antispirituel, manifestement à travers la figure de Jésus, l’antimagicien. »
                                  Si on réduit la religion à n’être qu’un codex de prescriptions, alors cela n’est effectivement pas « spirituel », mais le message religieux est considérablement plus vaste. Ainsi, pour le christianisme, Jésus n’est pas d’abord un faiseur de miracles (ce n’est pas « Simon le magicien »), mais l’incarnation de l’amour divin, en relation avec l’espérance d’une vie éternelle : qu’on y croit ou non, on est là en plein dans la spiritualité, si les mots ont un sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité